Agroalimentaire des Pays du Sud
18.7K views | +2 today
Follow
 
Scooped by Dieynaba BA
onto Agroalimentaire des Pays du Sud
Scoop.it!

Somdiaa fait son entrée au Togo

Somdiaa fait son entrée au Togo | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Somdiaa a pris le contrôle de Société générale des moulins du Togo. Suite à cette opération, le groupe français, actif dans l'industrie sucrière et la farine, est désormais implanté dans sept pays africains. Le groupe agroindustriel français Somdiaa a pris une participation majoritaire dans le capital de la Société générale des moulins du Togo (SGMT). Cette acquisition,
more...
No comment yet.
Agroalimentaire des Pays du Sud
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Agroecology: A Path to Sustainable Development

Agroecology: A Path to Sustainable Development | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Since World War II, the availability of food per capita in the world has increased by about 40 percent. Today, there is sufficient food in the world to adequately feed everyone.

The Green Revolution introduced in the late 1960s is mainly responsible for this. The Green Revolution was the right solution for the challenge of that time: to quickly increase food production and productivity based on an input-intensive agriculture. It worked. It saved hundreds of millions from hunger. But almost 50 years later, its limits have also become apparent.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

L'aide alimentaire américaine pourrait être réformée, en faveur des agricultures locales

L'aide alimentaire américaine pourrait être réformée, en faveur des agricultures locales | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Et si l'aide alimentaire était davantage produite à proximité des lieux où on en a besoin ? C'est, très schématiquement, la proposition faite mi-mars aux Etats-Unis par les sénateurs américains tant républicains que démocrates Bob Corker et Chris Coons, tous deux membres du Comité des relations internationales du Sénat.Ils proposent un Food for Peace Modernization Act 2018 (FPMA) qui ferait partie intégrante de la prochaine loi de programmation agricole, la Farm Bill 2018, souligne le Comité. Cette réforme de l'aide alimentaire américaine est demandée depuis longtemps par nombre de protagonistes.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Transformation du manioc au Nigeria appui de la fondation Rockefeller

Transformation du manioc au Nigeria appui de la fondation Rockefeller | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
La Fondation Rockfeller a accordé une subvention de $2 millions en faveur de l’Initiative pour le manioc portée par l’Initiative pour un commerce durable (IDH).

La subvention servira à soutenir six à huit transformateurs industriels de manioc industriels pour intégrer des petits exploitants de manioc, environ 50 000, dans leur chaîne d'approvisionnement.

L'Initiative IDH sur le manioc, développée en collaboration avec Grow Africa, vise à démontrer que l'intégration des petits exploitants dans la chaîne d'approvisionnement des transformateurs de manioc peut être durable et constitue une voie possible pour surmonter le problème systémique de l'approvisionnement irrégulier des usines en quantité, qualité et temps.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

La Chronique Matières Premières Agricoles au 29 mars 2018

La Chronique Matières Premières Agricoles au 29 mars 2018 | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Les marchés européen et américain sont fermés aujourd'hui, comme de coutume en ce vendredi, pour les fêtes de Pâques. Le dollar a fortement grimpé mercredi face à un panier de monnaies pour se stabiliser hier, ramenant l'euro à $ 1,23, soit 1,4% en dessous de son pic de mardi. Les cours du pétrole sont repartis à la hausse cette semaine, soutenus par la perspective d'une prolongation des accords encadrant la production et l'annonce d'une hausse inattendue des stocks aux Etats-Unis. Le prix du baril de Brent demeure en dessous de la barre des $ 70 et le brut léger américain (WTI) sous les $ 65.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Côte d’Ivoire : le FIDA prête 18,5 millions $ en faveur de la transformation et de la commercialisation agricole

Côte d’Ivoire : le FIDA prête 18,5 millions $ en faveur de la transformation et de la commercialisation agricole | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a débloqué hier, un prêt de 18,5 millions $ en faveur du Programme d’appui au
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Kenya : la Commission de la viande investira 5 millions $ pour moderniser son usine de production

Kenya : la Commission de la viande investira 5 millions $ pour moderniser son usine de production | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
La Commission de la viande du Kenya (KMC) injectera 500 millions de shillings (5 millions $), afin de mettre à niveau son usine de production
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Bénin : le gouvernement subventionnera les intrants agricoles durant la saison agricole 2018/2019

Bénin : le gouvernement subventionnera les intrants agricoles durant la saison agricole 2018/2019 | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Le gouvernement béninois a annoncé hier au terme d’un Conseil des ministres, qu’il subventionnera les intrants agricoles pour le compte de la
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Au Niger, Fatiman Alher anticipe les inondations avec la cartographie numérique

Au Niger, Fatiman Alher anticipe les inondations avec la cartographie numérique | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Étudiante en géographie et animatrice bénévole auprès d'OpenStreetMap Niger, Fatiman Alher Wariou est une jeune nigérienne passionnée de cartographie numérique.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Recette : le thiéboudiène de Marc Dufumier

Recette : le thiéboudiène de Marc Dufumier | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Professeur émérite d’agronomie, Marc Dufumier milite pour une agriculture « écologique ». A travers le plat national sénégalais, il déconstruit les rapports alimentaires Nord-Sud.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

High hopes for cocoa farmers in Africa, as AfDB plans big for producing countries

High hopes for cocoa farmers in Africa, as AfDB plans big for producing countries | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Cocoa production in Africa is set to take a turn for the better, as the African Development Bank (AfDB) begin plans to support producers of the crop on the continent. Among other planned interventions, the Bank is considering support to Ghana and Côte d’Ivoire to reduce the volatility o
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Pitch AgriHack – Accelerating e-agriculture entrepreneurship for improved food security

Pitch AgriHack – Accelerating e-agriculture entrepreneurship for improved food security | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Accelerating e-agriculture entrepreneurship for improved food security
more...
No comment yet.
Rescooped by Dieynaba BA from La parole de l'arbre
Scoop.it!

La déforestation importée, un enjeu majeur pour l'environnement 

La déforestation importée, un enjeu majeur pour l'environnement  | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it

Comme de nombreuses autres régions du monde, l’Europe importe et consomme des produits contenant notamment de l’huile de palme, du bœuf, du soja, du cacao et du bois, ce qui contribue à la déforestation à l’autre bout du monde. Une déforestation aux effets dévastateurs qui touche tous les continents et qui se poursuit à un rythme alarmant malgré de multiples initiatives internationales. Dans cette perspective, l’Europe veut diminuer son impact, mais continue d’être sur le plan économique l’un des acteurs de cette destruction. 


Les forêts, qui abritent plus des deux tiers des espèces vivantes, dont un quart des espèces terrestres rien qu’en Amazonie, représentent non seulement les plus grandes réserves de biodiversité terrestre, mais elles contribuent à maintenir et à réguler de multiples équilibres naturels.


Les pays européens ont longtemps considéré les forêts comme des espaces de nature sauvage à dominer, puis à valoriser. Ces pays ont tardivement pris conscience de l’importance des forêts et des nombreux services qu’elles peuvent rendre à l’homme, par exemple en capturant le carbone et en contribuant à la diminution du réchauffement climatique.


La lutte contre la déforestation est aujourd’hui une priorité internationale qui doit encore trouver des réponses pour être efficace face à l’exploitation destructrice des grands bassins forestiers.


(...) Sur l’état de la déforestation mondiale, les estimations varient suivant les sources. Les chiffres de la FAO sont différents, par exemple, de ceux du World Ressource Institute ou du Global Forest Watch.

La FAO qui coordonne des évaluations sur les ressources forestières mondiales tous les 5 à 10 ans depuis 1946, définit la forêt, dans son rapport FRA 2015, comme des « terres occupant une superficie de plus de 0,5 hectares avec des arbres atteignant une hauteur supérieure à 5 mètres et un couvert forestier de plus de 10%, ou avec des arbres capables d’atteindre ces seuils in situ. Sont exclues les terres à vocation agricole ou urbaine prédominante. »

Cependant sont « inclues les plantations d’hévéas, de chênes lièges et de sapins de Noël », d’où de nombreux débats sur ce qu’on prend en compte quand on parle de « forêts ».


La FAO a une interprétation de la déforestation que ne partagent pas les organisations écologistes, comme l’explique Clément Sénéchal de Greenpeace: « Le problème des chiffres de la FAO, c’est que cette organisation considère que si on coupe une forêt et qu’à la place on met une plantation, il n’y a pas déforestation, tandis qu’à l’inverse, Global Forest Watch, par exemple, dit que si une forêt tropicale disparaît, peu importe ce qu’on met à la place, c’est considéré comme une déforestation. C'est en fait la différence entre une déforestation brute, c'est-à-dire la forêt naturelle qui est coupée, et une déforestation nette, où l’on parle de couvert forestier. Quand on regarde les services éco systémiques rendus, les impacts en terme de régulation climatique etc, on s’intéresse à Greenpeace aux forêts naturelles. Donc notre référence, c’est la déforestation brute et le chiffre qu’on trouve, qui est à peu près stable depuis plusieurs années, est autour de 13 à 14 millions d’hectares déboisées chaque année ».


(...) Les causes de cette déforestation sont multiformes et sont fortement liées à nos modèles économiques mondialisés. Les spécialistes de l’Amazonie, à propos de l’impact traditionnel des peuples amérindiens sur leur environnement, donnent souvent l’exemple suivant : si vous superposez une carte des zones les plus riches de l’Amazonie en termes de biodiversité et une carte des zones de vie des peuples autochtones, vous vous apercevez qu’elles coïncident parfaitement. Ce qui tendrait à démontrer que le problème n’est pas forcément la présence de l’homme, mais plutôt son rapport à la nature.


Toujours est-il qu'aujourd’hui le premier facteur de déforestation est bien souvent la création d’une piste en forêt, qui amène de plus en plus de peuplement, ce qui crée une érosion progressive de la forêt. Cette arrivée de nouveaux groupes de populations va permettre le développement d’exploitations plus ou moins importantes, qui seront toutes à terme totalement destructrices pour la forêt d’origine.


Les grandes exploitations forestières sont souvent mise en cause par les écologistes, car elles créent des pistes dans des forêts primaires ou jusqu’alors préservées, parfois pour ne prélever que quelques arbres anciens, et ceci avec le consentement des Etats en quête de « développement économique ». Une déforestation qui est évidemment aggravée par de nombreux trafics d’espèces rares et protégées comme le bois de rose de Madagascar, l’Iboga du Gabon ou l’Ipé du Brésil qui vient de faire l’objet d’une enquête internationale de Greenpeace.


Mais le vecteur le plus important, à 80% responsable de la déforestation, c’est le développement des terres agricoles en zone tropicale. En particulier dû à l’extension dans le monde, des productions essentiellement d’huile de palme et de soja, qui ont exercé une énorme pression foncière sur les pays producteurs comme l’Inde, la Malaisie, le Brésil ou l’Argentine, créant un phénomène de déforestation massif sans précédent au profit des plantations que l’on a appelé, l’effet CASI pour « Changement d’affectation des sols indirect ».


L’Europe est, par exemple, le deuxième plus gros importateur d’huile de palme au monde, avec 45% utilisé dans les agrocarburants de première génération, c'est-à-dire à base de composés végétaux comme l’huile de palme, le colza ou le soja. La France, grosse consommatrice de viande et de produits laitiers, importe massivement du soja, de plus génétiquement modifié, pour son alimentation animale, comme l’illustre l’enquête de l’ONG Mighty Earth à laquelle RFI s’est associée. Des modes de consommation, aux impacts catastrophiques sur le reste du monde, de plus en plus documentés, qui mettent l’Europe face à ses responsabilités.


Pour mettre un terme à la déforestation et à ses conséquences, de nombreux programmes internationaux ont été initiés : l'Accord de Paris (pour le rôle des forêts dans la lutte contre le réchauffement climatique); la Convention sur la diversité biologique (programme « Zéro déforestation »); La Déclaration de New York sur les forêts (pour éliminer la déforestation des chaines d’approvisionnement); et les Objectifs du développement durable (ODD objectif 15).


(...) La France, présidant actuellement « le groupe d’Amsterdam » qui réunit les sept Etats membres signataires de cette déclaration, s’est aussi engagée au niveau national, dans le cadre de son plan climat, publié en juillet 2017, à se doter en 2018 d’une stratégie pour mettre un terme à la « déforestation importée », dont les grandes lignes seront dévoilées en juillet prochain.


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter, Christian Allié
more...
No comment yet.
Rescooped by Dieynaba BA from Afrique: développement durable et environnement
Scoop.it!

Agroécologie, un mouvement social en marche !

Il est difficile de définir la dimension sociale de l’agroécologie. Elle est cependant inhérente au concept et sans elle le débat sur les modèles d’agriculture serait incomplet. En effet, un focus limité aux aspects techniques de l’agriculture évince le problème capital : la non-durabilité du système agricole et l’injustice sociale inhérente au modèle dominant. L’agroécologie n’est pas seulement un sujet de recherche mais une modalité d’action.


- Mouvements de résistance en Amérique latine

En Amérique latine, on observe une montée des mouvements de résistance face à l’industrialisation de l’agriculture. Le Mouvement des Sans Terre (MST) au Brésil et la Via Campesina au niveau international comptent parmi les plus emblématiques. Ceux-ci naissent des luttes paysannes qui réclament une réforme agraire et la reconnaissance des droits des indigènes.


Ces mouvements se placent dans une perspective historique et sont l’expression d’une critique sociale des régimes politiques et oligarchies économiques. Ces derniers, appuyés par les institutions financières internationales comme le FMI et la BM, ont fait du continent un laboratoire du néolibéralisme dans les décennies ’80 et surtout ’90. Une expérience aux conséquences dramatiques : généralisation de la pauvreté, des inégalités sociales et de l’exclusion de la citoyenneté.


L’agroécologie se développe à contrecourant et revendique une autonomie par rapport à l’économie de marché globalisée et découplée du contexte écologique et socioculturel local. C’est une lutte contre la paupérisation des agriculteurs qui prône un autre modèle de développement au cœur duquel se place la souveraineté alimentaire, les savoirs paysans et la justice sociale.


- En Afrique : cohabitation de deux modèles

Les revendications portées en Amérique latine ne sont pas étrangères aux paysans africains. Mais les luttes paysannes portent davantage sur la sécurité alimentaire que sur le modèle agricole à soutenir pour atteindre cet objectif. En effet, la lutte contre la pauvreté rurale reste un défi majeur pour les politiques publiques. À ce défi, s’ajoute le besoin de reconnaître les enjeux environnementaux et le rôle capital du secteur agricole pour la stabilité sociale (démocratie, lutte contre l’exode rural, …).


Les politiques en sont encore au stade du choix : miser sur le développement de l’agriculture familiale qui fait ses preuves en termes de capacité d’adaptation et d’efficience ou miser sur les exploitations compétitives sur le plan international ? Ici, comme partout ailleurs, un tel changement de posture ne sera possible qu’en présence de politiques publiques incitatives et d’accompagnement.


- Renforcement du lien producteur-consommateur en Europe

En Europe, l’agroécologie se situe plutôt dans un débat technico-productif où la question de la capacité de production semble occuper une place centrale.

Les revendications portées au Sud trouvent écho dans des initiatives citoyennes. Ainsi, les groupes d’achats communs et solidaires, les marchés locaux, les bourses aux graines ou encore les réseaux de soutien de l’agriculture paysanne dessinent un mouvement de gouvernance des systèmes alimentaires via une co-gestion entre producteurs et consommateurs.


Sans être étiquetées comme « agroécologiques », ces initiatives citoyennes se joignent au mouvement par le partage de valeurs en faveur d’une agriculture paysanne soucieuse de savoir qui produit quoi, comment et pour qui.


- De simples réformes locales ou une révolution ?

L’agroécologie se positionne ainsi comme une alternative. Pour les mouvements sociaux, elle est avant tout un engagement politique : il s’agit d’investir une voie alternative au modèle agroalimentaire dominant en modifiant les facteurs structurels et économiques.


Néanmoins, ces mouvements sont encore minoritaires. Tant au Nord qu’au Sud, l’agroécologie ne pourra pas révolutionner le système agroalimentaire actuel. De vraies politiques agricoles et de fortes actions communautaires sont nécessaires. Comment intégrer la pensée agroécologique dans le processus de prise de décision ? Tel est le défi à relever pour faire de l’alternative d’aujourd’hui, le conventionnel de demain.


Nevena Nikolova


(Photo: Rassemblement du Mouvement des Sans Terre au Brésil en février 2014)


Via Voix Africaine
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

€ 4 millions de NSIA à Doreo Partners pour former 50 000 agriculteurs au Nigéria

€ 4 millions de NSIA à Doreo Partners pour former 50 000 agriculteurs au Nigéria | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
La Nigeria Sovereign Investment Authority (NSIA) a approuvé un prêt de 1,8 milliard de naira (€ 4 millions) en faveur Doreo Partners pour former 50 000 agriculteurs dans le nord du Nigeria via le programme Babban Gona.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Questions sur l’agriculture biologique ? MOOC Bio y répond

Questions sur l’agriculture biologique ? MOOC Bio y répond | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Agreenium, VetAgro Sup et l’Inra lancent un MOOC sur l’agriculture biologique. MOOC Bio s’adresse à tous, du consommateur à l’agriculteurs en passant par les étudiants, les élus, etc. Aucun prérequis n’est obligatoire. Comme souvent dans les MOOC s’alternent exposés, exercices, vidéo, animations, débats avec l'objectif de questionner l'agriculture biologique. 

Sur une durée de 8 semaines, le MOOC se déroule en deux modules. Le premier est composé de 4 séquences thématiques visant à mieux cerner les concepts et connaissances nécessaires sur l'agriculture biologique. Les thématiques abordent les cadres de l’agriculture, les techniques pour produire en agriculture biologique, la diversité de l'agriculture biologique et de ses trajectoires et l'agriculture biologique et territoire.

Le deuxième module est la séquence phare du MOOC : celle consacrée au débat et à la construction d’un avis éclairé et avisé sur une question de controverse que vous aurez choisie ! Dans ce cadre, des échanges  en groupe sont prévus.

MOOC Bio démarre le 16 avril. 
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

L’ananas a le vent en poupe au Royaume-Uni

L’ananas a le vent en poupe au Royaume-Uni | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
L’un des plus grand groupe de distribution du Royaume-Uni, Tesco, affirme que l’ananas est le fruit qui connaît croissance la plus rapide du pays avec une demande qui a atteint un niveau record.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Le Singapourien Olam envisage d'investir dans la pisciculture en Afrique

Le Singapourien Olam envisage d'investir dans la pisciculture en Afrique | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Olam International, le groupe singapourien actif dans le cacao, a annoncé qu’il prévoit de se lancer dans l’industrie piscicole sur le continent
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Alerte aux jambons blancs Paul Prédault, contaminés au Listeria monocytogènes

Alerte aux jambons blancs Paul Prédault, contaminés au Listeria monocytogènes | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Dans une correspondance datée du 19 mars 2018, adressée aux chefs des postes de santé situés aux frontières du Cameroun, le ministre de la Santé
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Côte d'Ivoire : le kg de cacao reviendra à 700 francs CFA durant la saison intermédiaire 2017/2018

Côte d'Ivoire : le kg de cacao reviendra à 700 francs CFA durant la saison intermédiaire 2017/2018 | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
En Côte d’Ivoire, le gouvernement a décidé de maintenir le prix au producteur de cacao à 700 francs CFA durant la campagne intermédiaire de cacao
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Chine : un projet de boisement améliore l’environnement et le revenu des agriculteurs du Shandong

Chine : un projet de boisement améliore l’environnement et le revenu des agriculteurs du Shandong | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
En Chine, la Banque mondiale a financé le Projet de boisement écologique du Shandong (2010-16). Le projet a procuré des revenus supplémentaires à 26 556 ménages agricoles et illustré le potentiel de fixation du carbone associé aux forêts.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Fake food or fraud food in Nigeria, Kenya and other African countries —

Fake food or fraud food in Nigeria, Kenya and other African countries — | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
In late February, 14-year-olds Nahima and Yayaya, died after eating tainted biscuits at a classmate’s birthday celebration in their school, located just outside Nigeria’s capital Abuja. Several other children in their class were hospitalized. Panic and threats from angry parents forced a temporary school closure, but to date, there have been no efforts to investigate the root cause
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

Un jeune ingénieur nigérian devenu M. Application contre la faim

Un jeune ingénieur nigérian devenu M. Application contre la faim | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Le développeur Oscar Ekponimo a mis au point Chowberry, qui permet aux moins aisés de pister les promotions tout en luttant contre le gaspillage alimentaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

FAO _ Apprentissage numérique #elearning

FAO _ Apprentissage numérique #elearning | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Plus L’apprentissage numérique #elearning pour répondre aux besoins des professionnels de l’#agriculture et de la #sécuritéalimentaire. Découvrez le Centre d'apprentissage #numérique de la #UNFAO et parcourez le catalogue. �� http://bit.ly/ElearningFAO #ZeroHunger #FoodSecurity
more...
No comment yet.
Rescooped by Dieynaba BA from Revue de Presse Agriculture et Environnement en RDC
Scoop.it!

Agriculture en RDC : Le gouvernement rappelle l’existence des lois qui régulent l’usage des pesticides

Agriculture en RDC : Le gouvernement rappelle l’existence des lois qui régulent l’usage des pesticides | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it

La semaine mondiale pour les alternatives aux pesticides se clôture ce vendredi 30 mars 2018. A cette occasion, le gouvernement congolais, à travers le ministère de l’Agriculture, a tenu à interpeller l’opinion sur l’existence des lois qui réglementent l’usage des pesticides dans le domaine agricole en RDC. 


Via La Voix du Paysan Congolais
more...
No comment yet.
Scooped by Dieynaba BA
Scoop.it!

La certification Bio est indispensable mais n’est pas suffisante.

La certification Bio est indispensable mais n’est pas suffisante. | Agroalimentaire des Pays du Sud | Scoop.it
Le baromètre 2018 de l’Agence Bio indique que plus de 80 % des personnes interrogées ont confiance dans les produits bio. Et qu’ils sont plus de 75 % à consommer au moins un produit bio au moins une fois par mois (16 % en consomment même tous les jours).

La réglementation est la clef de voûte de cette confiance. Comme dans tout secteur, il existe quelques fraudeurs et donc la certification bio n’exonère pas les acteurs de la filière d’assurer une vigilance permanente.

En mars 2014, la Commission Européenne proposait un nouveau règlement cadre pour remplacer le texte actuel de 2007, qui lui-même avait actualisé le premier texte européen datant de 1991. Après quatre années de négociation, un texte de compromis est sur les rails. Le futur règlement sera voté avant l’été par le Conseil et par le Parlement Européen. Ensuite la Commission Européenne établira les règles d’application, ce qui nécessite une vigilance redoublée car le diable se cache souvent dans les détails en matière réglementaire. Le texte entrera en application au 1er janvier 2021. Chaque entreprise doit donc prévoir pour 2019 une analyse personnelle des adaptations à envisager, en lien étroit avec son syndicat professionnel.

Sur le fond, il n’y a pas de bouleversement majeur mais quelques ajustements : interdiction explicite des nanomatériaux, possibilité de certifier des huiles essentielles non alimentaires, mais aussi dérogation ponctuelle au contrôle annuel, et une multitude d’autres points techniques. Le texte reste proche de la définition réglementaire de la Bio (non-utilisation de produits chimique de synthèse).

Néanmoins c’est une occasion manquée de mieux faire correspondre l’offre aux attentes des consommateurs. Par exemple, il n’y a toujours aucun critère sur l’utilisation quantitative ou qualitative de l’eau alors que cette ressource est un enjeu majeur dans le monde et en France. Aucun critère non plus sur la gestion des déchets (plastique, ferraille, huile). Concernant le bien être animal, il n’existe aucune condition spécifique bio sur le transport et l’abattage des animaux. Autre exemple, il y a trop peu d’élément sur la relocalisation de produits ou la logistique. Par exemple, en Suisse, le transport par avion d’un produit Bio est interdit.

Enfin, les consommateurs sont également de plus en plus demandeur d’un produit local et « socialement respectueux » commercialisés par des acteurs véritablement engagés dans leur responsabilité sociale et sociétale, et pas seulement dans des opérations de communication.

Les entreprises et les filières performantes et durables seront celles qui ont, dès aujourd’hui, une approche qui va au-delà de la simple réglementation bio pour répondre plus largement aux aspirations des consommateurs.

Tribune libre de Patrick SIVARDIÈRE

Certification bio et accompagnement de filières.
more...
No comment yet.