CIRCULAR CONSUMPTION
12 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Sylvie Canard from Quantified Self and eHealth
Scoop.it!

La silver économie, un marché en devenir - Innovation online

La silver économie, un marché en devenir - Innovation online | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans est amené, en France, à doubler d’ici à 2030 pour atteindre 20 millions de personnes. Les nouvelles technologies et les évolutions démographiques vont modifier en profondeur les marchés de la santé et de la pharmacie. Toutefois, ce basculement ne doit pas être appréhendé comme une fatalité, mais comme une opportunité dont il faut se saisir au plus vite. En effet, le marché de l’autonomie et de la dépendance représente un potentiel important en matière d’emplois et de développement économique.

L’étude PwC « CEO Survey » de 2014 sondant les leaders de la santé et de la pharmacie révèle que 86 % des dirigeants du secteur de la santé pensent que leur activité sera profondément transformée par les nouvelles technologies dans les cinq prochaines années. Pour s’adapter, 93 % des dirigeants souhaitent ainsi investir dans les nouvelles technologies, mais malgré cette prise de conscience, seuls 33 % d’entre eux ont modifié leurs investissements en matière de technologie. Conscients de leur retard, 57 % des leaders de la santé s’inquiètent donc de la rapidité du changement technologique, contre 47 % tous secteurs confondus. L’autre tendance clé pour les acteurs de la santé, ce sont évidemment les évolutions démographiques, considérées à 84 % comme une tendance qui va transformer leur activité, contre 60 % tous secteurs confondus. C’est la raison pour laquelle les dirigeants du secteur sont vigilants concernant les demandes en mutation de leurs clients et patients : 94 % envisagent même de modifier leur stratégie sur ce point, et 84 % réfléchissent à modifier leurs canaux de distribution. « Beaucoup reste à faire dans le secteur de la santé. Les nouvelles technologies représentent un véritable défi pour les acteurs, qui doivent mettre en place des plans d’action rapides pour s’adapter à ces mutations », précise Elisabeth Hachmanian, associée PwC en charge de l'activité santé.

Prévenir la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson
« S’agissant de l’espoir de tous mourir en bonne santé, je crains malheureusement que tout individu meure un jour d’une maladie, diagnostiquée ou non. L’ICM est un institut de recherche basé à la Pitié-Salpêtrière. Il s’agit d’une fondation privée rassemblant chercheurs, médecins et entreprises sur un même lieu pour réussir à générer une innovation différente », expliquait en préambule Alexis Génin, directeur des applications de la recherche, Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), lors de la Conférence parlementaire sur la silver économie organisée au mois de juin. Et de poursuivre : « Nous vivons de plus en plus vieux, mais cela ne signifie pas que l’on vive forcément plus longtemps en bonne santé. Notre problématique est donc la suivante : comment augmenter cette durée de vie en bonne santé, ou en aussi bonne santé que possible ? Il s’agit de développer une approche de prévention, possible à différents niveaux. Premier niveau : vous n’êtes pas malade – quels facteurs limiteront le risque de tomber malade ? Second niveau : vous ne semblez pas être malade, mais des signes subtils indiquent que vous allez le devenir. Dernier niveau, enfin : vous êtes déjà malade, et malgré tout il existe encore une prévention, celle qui permet de prévenir la perte d’autonomie, de vivre avec la maladie en maintenant une existence aussi active et autonome que possible. »
« Sur le premier aspect de la prévention très en amont, de nombreuses études épidémiologiques peuvent offrir des pistes pour la diminution du risque de maladie ; c’est valable dans le cas des cancers, mais également des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. Sur le second niveau, lorsqu’un diagnostic établit aujour-d’hui qu’une personne est atteinte de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson, cela est fait à un stade auquel la réserve de neurones en bonne santé a fortement diminué. S’agissant de la maladie de Parkinson, par exemple, il faut 70 % à 80 % de neurones morts dans la « substance noire », la région cérébrale affectée, pour que la maladie devienne visible. Le défi consiste donc à développer de nouveaux outils pour diagnostiquer la maladie très en amont, bien avant que la personne soit cliniquement malade. Une intervention thérapeutique très en amont peut permettre de préserver plus longtemps une vie autonome de la personne, car elle dispose alors encore d’une “réserve fonctionnelle” cérébrale. À titre d’exemple, nous organisons des cohortes de personnes âgées non malades, que nous suivons pendant plusieurs années afin d’identifier des “biomarqueurs” du vieillissement, de façon à voir si l’on peut observer un signal dans l’imagerie cérébrale, un signal neuropsychologique ou un signal dans la circulation sanguine qui permette d’arriver à un algorithme de prédiction de l’arrivée de la maladie. »
À la Pitié-Salpêtrière, grâce aux travaux du Pr Dubois, il est par exemple désormais possible de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer bien avant l’apparition des premiers signes cliniques. Ce diagnostic précoce, s’il force à une difficile annonce, ouvre la possibilité d’avoir une plus grande efficacité des médicaments – puisque plus de « réserve fonctionnelle du cerveau » - et donc de maintenir plus longtemps l’autonomie des malades. Néanmoins, les approches médicamenteuses, dans une innovation complète, ne peuvent suffire, d’autant qu’avec le vieillissement le risque de surmédication, avec effets secondaires associés, augmente.

Des jeux vidéo pour éviter les gestes entraînant des chutes et stimuler les capacités cognitives
« Comment donc, par des solutions non médicamenteuses, augmenter l’autonomie de personnes dont la maladie est diagnostiquée ?, interroge Alexis Génin. Un malade de Parkinson qui commence à chuter en est, d’après les statistiques, aux derniers stades de la maladie. D’autres études indiquent qu’on compte entre 20 % et 30 % de la population âgée en situation de dépression. D’où le cercle vicieux de l’isolement. Des pistes se dégagent quant aux moyens d’action à adopter. Nous avons par exemple créé un laboratoire commun, Brain e-Novation, avec le groupe Genious. Le métier de cette entreprise consiste à mettre au point des jeux vidéo en intégrant de nombreuses technologies utilisées par les jeunes ou les moins jeunes pour se divertir sur les écrans de télévision. Nous développons ensemble de nouveaux jeux dans lesquels les connaissances scientifiques et cliniques des chercheurs de l’ICM sont injectées. Le but est de parvenir à voir ce qui, dans le mouvement d’une personne, est un signal indiquant qu’elle va tomber. Et, en injectant cette connaissance dans le scénario d’un jeu vidéo, de permettre à la personne de s’entraîner et éviter les gestes qui entraînent des chutes. Ces outils, dits “serious games”, permettent aussi de stimuler les capacités co-gnitives ou de mémorisation d’une personne, d’augmenter son activité physique et sa motivation. Toutes ces approches sont en cours. » ■

 

Autonom’Lab : un cluster opérationnel
« Le Limousin préfigure la démographie de la France et de l’Europe de demain. Il s’agit d’un laboratoire démographique, avançait Éric Correia, président d’Autonom’Lab, lors de la Conférence parlementaire sur la silver économie organisée au mois de  juin. À l’horizon 2015, le poids des seniors de plus de 60 ans dans les dépenses de consommation dépassera les 50 %, soit plus que leur poids démographique (39 %). L’économie du vieillissement représente donc un enjeu essentiel. »  Autonom’Lab a été lancé en 2010 à partir d’un appel à projets européen pour favoriser l’élaboration de structures d’innovation centrées sur les usages et l’implication des usagers. Avec comme support une simple structure associative de loi 1901, regroupant les principaux partenaires nécessaires à l’innovation dans le champ autonomie-santé : le Conseil régional du Limousin, l’Agence régionale de santé, l’université, le CHU de Limoges, le pôle Domotique de Guéret, les pôles de compétitivité, etc. Une trentaine d’entreprises ont rejoint ce partenariat institutionnel via une adhésion. On compte parmi elles Legrand, mais aussi d’autres entreprises dédiées aux personnes âgées ou handicapées, des établissements hospitaliers médicaux sociaux, des mutuelles… Les usagers occupent une place importante dans Autonom’Lab. Ils sont présents via des collectivités locales en charge de leur accompagnement social (départements, communes), mais également via des associations d’usagers, notamment l’Association des paralysés de France et le Collectif inter-associatif sur la santé, une confédération régionale qui regroupe plus de 80 associations de familles et de personnes confrontées à la perte d’autonomie et à la maladie. « Nous sommes bien ici dans la “co-conception” ou le “co-design” de produits et de services. Autonom’Lab fonctionne sur un mode coopératif où tout projet est proposé à tous les membres sous forme de discussion ouverte pour l’approfondir, en identifier les enjeux, définir les étapes nécessaires, et associer l’usager à sa conception, voire à son évaluation. Ces projets peuvent émaner de demandes de membres ou être initiés par des appels à projets européens ou nationaux. Ils concernent des innovations technologiques, des améliorations techniques ou des innovations sociales ; les entreprises sont soit partie prenante directement, parce qu’adhérentes d’Autonom’Lab, soit accompagnées par des réseaux intermédiaires, consulaires, organisations professionnelles, ou pôles de compétitivité », détaille Éric Correia.

 

 

Technologies et santé

Médecine 2.0

Nouvelles technologies et santé font de plus en plus bon ménage. Fortes d’un potentiel sans limite, la robotique et les solutions numériques s’invitent dans les recherches médicales et dans la vie des personnes ayant une mobilité ou une autonomie réduites. Tour d’horizon de nouveautés destinées à améliorer bien des quotidiens.
Texte : Mathieu Neu.

 

 

Un projet accélérateur de recherche contre la maladie de Parkinson
Des personnes atteintes de la maladie de Parkinson équipées de capteurs. C’est le schéma très concret auquel doit aboutir le rapprochement entre la fondation Michael J. Fox et le fabricant informatique Intel. Les deux organisations viennent d’annoncer une collaboration destinée à soutenir la recherche contre ce fléau sanitaire. L’objectif est de mener une étude en plusieurs phases en exploitant une plate-forme d’analyse du Big Data qui doit détecter des récurrences parmi des données collectées par le biais de systèmes informatiques à porter sur soi. Les équipements technologiques utilisés permettront de recueillir vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept des données spécifiques à la maladie, comme celles relatives à la lenteur des mouvements, aux tremblements ou à la qualité du sommeil. Le projet suppose l’analyse de plus de 300 observations par seconde et par patient. Intel a ainsi développé une plateforme intégrant plusieurs composants logiciels, comme Cloudera CDH, une plate-forme logicielle open-source qui collecte et gère les données. La solution comprend une application analytique pour détecter en temps réel les changements dans les informations enregistrées. Les anomalies et modifications apporteront aux chercheurs une nouvelle manière de mesurer la progression de la maladie. Une approche qui pourrait leur permettre d’acquérir une image plus fiable et précise de la progression clinique de cette pathologie. ■

 

Un genou bionique nouvelle génération
La société Millinav a créé une nouvelle passerelle entre la robotique et la médecine, grâce à une prothèse proactive de genou particulièrement intéressante pour les personnes amputées au niveau du fémur. Récompensée par le Grand prix du jury à l’occasion des récents Trophées 2014 de la e-santé, cette innovation marque un virage important dans ce domaine en raison de son approche atypique. Elle permet de contrôler la prothèse de manière intuitive par le biais d’un microprocesseur, d’un moteur électrique et de capteurs. L’actionnement est piloté par un logiciel embarqué qui interprète les informations de positionnement dans l’espace et de vitesse du déplacement mesurées à l’aide de micro-gyroscopes. Cette articulation motorisée est fixée sur le tibia artificiel de l’équipement sur la partie basse, et sur un manchon servant d’extension au fémur sur la partie haute. Avec ce système intelligent, les personnes concernées pourront retrouver une motricité sans fournir les efforts que nécessitent les prothèses actuellement utilisées, et en se rapprochant d’une démarche beaucoup plus naturelle. L’innovation peut changer la vie de bon nombre de patients, puisque de nombreuses amputations consécutives à du diabète ou à un accident vasculaire sont potentiellement concernées. Millinav s’est inspirée de technologies issues de l’aéronautique pour aboutir à ce résultat.    ■

Une tablette en toute simplicité
Rompre l’isolement numérique. Tel est l’objectif du projet Hubert, dont la vocation est de proposer une tablette tactile simplifiée à l’attention des personnes âgées pour qui les nouvelles technologies ne coulent pas de source. La facilité d’utilisation est le maître mot de cette innovation. Elle se caractérise par une application « lanceur » qui remplace l’écran d’accueil de la tablette. Seules les applications utilisées apparaissent alors sur de gros boutons (logiciels de chat, jeux...), les autres étant invisibles. La profusion déroutante de fonctions, principal obstacle au maniement simple des appareils, est ainsi évitée. La start-up Hubert compte développer le produit en intégrant un service d’assistance personnalisé vingt-quatre heures sur vingt-quatre.    ■

 

Mieux connecter les seniors
La société Technosens et l’Inria (Institut national de recherche en informatique et automatique) ont élaboré l’e-lio box, la première box interopérable destinée à conserver le lien social et prendre soin des personnes âgées. Elle intègre un système de détection et de reconnaissance de visage qui permet de mettre à disposition une interface de communication simplifiée adaptée au profil de l’utilisateur. L’identification se fait en temps réel à partir d’images issues d’une caméra et interprétées par un algorithme d’extraction de descripteurs visuels (caractéristiques des yeux, du nez, de la bouche…). E-lio se connecte à la télévision d’où l’utilisateur peut passer des appels, accéder à Internet… Seule une télécommande à trois boutons est nécessaire pour l’accès à une multitude de services interactifs.    ■

 

Dentiste online
La solution de téléconsultation bucco-dentaire e-DENT fait également partie des innovations récompensées à l’occasion des Trophées 2014 de la e-santé. Elaborée par le CHRU de Montpellier et financée par l’ARS (Agence régionale de santé) Languedoc-Roussillon, cette nouveauté se destine aux personnes éprouvant des difficultés à accéder à un chirurgien dentiste, notamment les individus âgés, à mobilité réduite ou en perte d’autonomie. La technologie développée permet le diagnostic à distance via une caméra équipée d’une lumière fluorescente capable de détecter de façon précoce les dégradations dentaires, les lésions carieuses ou les inflammations gingivales. Connectée à un ordinateur, la caméra permet la visualisation en temps réel des images par le professionnel de santé à distance. L’acte peut par exemple être réalisé par un infirmier formé à cette technique au sein d’un EHPAD. Au cours de l’examen, le logiciel réalise le schéma dentaire du patient et prépare la téléconsultation réalisée par le chirurgien dentiste. A la lecture des clichés et des vidéos transmises, celui-ci pourra alors décider de la nécessité ou non pour le patient de se rendre dans un cabinet pour recevoir des soins appropriés. Plusieurs laboratoires de l’université de Montpellier ont contribué à cette innovation, dont le laboratoire Bioingénierie Nanoscience, le Centre européen d’enseignement et de recherche Droit et Santé, et Montpellier Recherche en management.    ■


Via Bernard Strée, dbtmobile, Lionel Reichardt / le Pharmageek, Jérôme Buisson
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Quoi de neuf Doc ?
Scoop.it!

Lorraine : La filière de la santé prometteuse

Lorraine : La filière de la santé prometteuse | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
La Lorraine peut devenir l'un des leaders de la Silver économie, c'est-à-dire des activités engendrées par le vieillissement de la population. Cela lui permettrait de créer des emplois industriels, du service et de la formation.

Via Documentaliste Santé
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Domotique, Immotique, Robotique
Scoop.it!

La France vieillissante, un marché naissant

La France vieillissante, un marché naissant | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

La Silver économie – filière dédiée à l'accompagnement du vieillissement lancée au printemps dernier et baptisée ainsi pour évoquer les reflets couleur « argent » de la chevelure des personnes âgées – a désormais un plan de bataille [...] qui prévoit de faire progresser de plus de 50% les installations domotiques en faveur des personnes âgées d'ici 2017.

 


Via Valérie Lejoux
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Toulouse
Scoop.it!

Le pôle Cancer-Bio-Santé s’attaque au marché du vieillissement | Actualités entreprise Toulouse et Midi Pyrénées : Objectif News. Informations économie, business, politique et innovation

Le pôle Cancer-Bio-Santé s’attaque au marché du vieillissement | Actualités entreprise Toulouse et Midi Pyrénées : Objectif News. Informations économie, business, politique et innovation | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

C’est une petite révolution qu’est en train de vivre Cancer-Bio-Santé. Historiquement dédié au cancer, le pôle de compétitivité étend aujourd’hui son périmètre d’action à la problématique du vieillissement. Un virage stratégique acté lundi 14 octobre à Toulouse avec la signature d’une ambitieuse feuille de route pour 2013-2018.


Via France Silver Eco, Laurent Martel
more...
Laurent Martel's curator insight, October 17, 2013 4:33 AM

Le pôle de compétitivité dédié au cancer étend aujourd’hui son périmètre d’action à la problématique du vieillissement

Rescooped by Sylvie Canard from L'actualité achat des ESMS
Scoop.it!

Résidences seniors. Un marché en pleine forme

Résidences seniors.  Un marché en pleine forme | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Si la construction de logements se réduit comme peau de chagrin, le marché des résidences services seniors, lui, bondit, porté par le vieillissement de la population et promettant de corriger les erreurs du passé, tout en offrant une rentabilité attractive aux investisseurs.

 

Alors que les personnes âgées de 60 ans et plus, qui sont aujourd'hui 15,5 millions, seront 20 millions en 2030 en France, le gouvernement a annoncé vouloir faire de la « silver économie » (domotique, tourisme...), le secteur dédié au vieillissement, une vraie filière industrielle. Dans ce contexte, le marché de niche de la résidence services senior, à mi-chemin entre le maintien à domicile et la maison de retraite, promet confort, sécurité et convivialité aux personnes âgées autonomes. Promis à une forte croissance, il fait saliver un nombre croissant de promoteurs. Parmi eux, on trouve Cogedim, qui a créé sa propre enseigne « Cogedim Club », Les Jardins d'Arcadie, dans laquelle Bouygues Immobilier a pris une participation à l'automne, Ovelia, dont Vinci Immobilier est devenu l'actionnaire majoritaire, ou encore Les Senioriales, filiale de Pierre et Vacances. Tous promettent des résidences « nouvelle génération », avec des offres de services à la carte.


Via France Silver Eco, Louis Marie TRAMOND
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Silver economie
Scoop.it!

La Silver économie : un vent de jeunesse industrielle pour notre pays - Les Échos

La Silver économie : un vent de jeunesse industrielle pour notre pays - Les Échos | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
La Silver économie : un vent de jeunesse industrielle pour notre pays Les Échos Il s'agit de structurer une industrie du vieillissement en France, des startups aux grands groupes, au niveau régional et local, avec les pôles de compétitivités et les...

Via centrededoc
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from BABinfo Pays Basque
Scoop.it!

Maladies chroniques et vieillissement : Aquitaine et Euskadi signent pour une « Chronicity Valley »

Maladies chroniques et vieillissement : Aquitaine et Euskadi signent pour une « Chronicity Valley » | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

La montée des maladies chroniques et le vieillissement des populations, sont une double réalité en Aquitaine, comme en Euskadi. Face à ce constat, les deux « régions » ont décidé de relever ensemble ce double défi à travers un partenariat dans le domaine de l'innovation sociale et sanitaire et de l'économie du vieillissement. Une alliance concrétisée à Bilbao ce mercredi 17 décembre par la signature d'un protocole d'entente entre Solange Ménival, Vice présidente du Conseil régional d'Aquitaine chargée de la santé et Jon Darpón, ministre de la santé d'Euskadi. Objectif : mutualiser les expériences et unir les compétences pour développer une synergie commune au sein d'une véritable « Chronicity Valley », sur l'axe Bordeaux-Bilbao, voire au-delà.


Via BABinfo
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

2013/12/23 > BE France 287 > Silver Economie : la France s'engage résolument dans l'économie du vieillissement

2013/12/23 > BE France 287 > Silver Economie : la France s'engage résolument dans l'économie du vieillissement | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Du 5 au 7 décembre dernier, à Paris, s'est tenue la Silver Economy Expo qui est le salon B2B des technologies et services pour les personnes âgées. A cette occasion, Michèle Delaunay, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Chargée des Personnes Agées et de l'Autonomie, a remis les prix aux lauréats de la 10ème édition de la Bourse Charles Foix. Parallèlement a été présenté un rapport ministériel intitulé "La Silver Economie, une opportunité de croissance pour la France". Autant de faits qui témoignent que la Silver Economie, loin d'être un effet de mot, est "une réalité en marche", comme l'a souligné Michèle Delaunay, dans un pays comme la France, qui abrite la Silver Valley, 1er cluster européen de la Silver Economie installé à Ivry-sur-Seine, à la périphérie de Paris.


Via France Silver Eco
more...
No comment yet.
Scooped by Sylvie Canard
Scoop.it!

Silver économie: Cinq métiers pleins d'avenir - 20minutes.fr

Silver économie: Cinq métiers pleins d'avenir - 20minutes.fr | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Le salon professionnel de l'économie du vieillissement se tient ces jeudi et vendredi à Paris...
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

Les seniors et les objets connectés : enjeux et perspectives

Du fait du vieillissement de la population, la demande d’aménagement du domicile et de services liés  au manque d’autonomie et au vieillissement devrait doubler en l’espace d’une vingtaine d’années. L’offre doit donc s’adapter considérablement pour répondre à l’ensemble de cette demande générant ainsi des emplois et une perspective de croissance importante pour l’économie française.
En effet, la silver économie est également un gage de forte croissance et d’emplois pour les années à venir. La Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques estime que cette nouvelle filière débouchera sur 300 000 emplois, d’ici à 2020.
Face à cette transition démographique les entreprises françaises se doivent d’anticiper les changements à venir. Il s’agit d’offrir aux entreprises les moyens de créer et de développer des produits qui faciliteront l’autonomie des personnes âgés de demain. C’est dans cette perspective que les IOT, objets connectés à destination des seniors ont fait leur apparition, rivalisant d’ingéniosité pour aider au mieux les personnes âgées.


Via France Silver Eco
more...
France Silver Eco's curator insight, November 26, 2014 4:02 AM

Selon une étude menée par le Ministère des Affaires Sociales et du Droit de la Femme sur la silver économie, on compte en France 15 millions de personnes de 60 ans ou plus et en 2030, elles seront 20 millions.

Dans cette perspective le gouvernement a décidé au printemps 2013, de lancer la« silver économie », définie comme le regroupement de « toutes les entreprises agissant pour et avec les personnes âgées, avec la création de services personnalisés, de technologies pour l'autonomie ».

Rescooped by Sylvie Canard from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Belgique - Le casse-tête mathématique du financement des pensions

Belgique - Le casse-tête mathématique du financement des pensions | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Source dessin : terredisrael.com



Belgique - Le casse-tête mathématique

du financement des pensions

Par Bruno Colmant (*)

 

Le véritable problème de la Belgique est le vieillissement de la population et les charges de pensions qui y sont associées. Les pensions sont financées par la répartition, c’est-à-dire que les travailleurs actifs transfèrent une partie des revenus qu’ils génèrent vers les pensionnés.

 

Le système des pensions s’exprime, de manière froide et cynique, comme un subside accordé par ceux qui vivent moins longtemps envers ceux qui vivent plus longtemps. Ces transferts ne sont pas de l’argent qui disparait en fumée, puisqu’ils contribuent à alimenter le cycle de la consommation.

 

Le problème n’est donc pas là, mais dans l’importance accrue de la charge des pensions, qui va progressivement passer de 10 % à un pic de 17 % du PIB vers les années 2030, c’est-à-dire dans une quinzaine d’années. Un tel prélèvement sur l’économie est insoutenable.

 

Déjà, aujourd’hui, le montant des pensions correspond plus ou moins à la totalité de l’impôt des personnes physiques et des sociétés belge. Une augmentation des charges de pensions deviendra donc structurellement insupportable en termes macro-économiques.

 

La question est de savoir comment financer cette immense charge dans un esprit de solidarité et de justice inter- et intragénérationnelle. En effet, le système des pensions a vu ses fondations s’effriter sous différentes modifications démographiques, telles l’hétérogénéité des vies professionnelles et familiales, la chute de la natalité, l’entrée massive des femmes dans la vie professionnelle et le vieillissement de la population (qui entraînera un déficit structurel de croissance économique de 0,5-0,7 % selon l’OCDE).

 

D’autres facteurs structurels se greffent à ces mutations sociologiques : nos communautés ont abandonné un contexte industriel pour s’engouffrer dans l’économie des services et de la connaissance digitalisée. De surcroît, la mondialisation et la plongée dans l’économie de marché ont mis à vif le manque de compétitivité de notre économie et la finitude d’un modèle d’État-providence.

 

On peut aussi discerner un phénomène de capture générationnelle qui caractérise le système belge des pensions, puisque le nombre relatif d’années de travail a baissé pour les personnes pensionnées (ou qui le seront prochainement) au détriment des travailleurs actifs qui devront financer ce surcoût alors que leur nombre diminue.

 

Mais il ne faut pas s’y tromper : le problème des pensions n’est aucunement limité à leur financement. Ce qui est véritablement en jeu, c’est la paupérisation de certaines classes de personnes âgées et des disparités de revenus entre les pensionnés.

 

C’est ainsi que les niveaux d’études, l’adaptabilité professionnelle, la nature des familles, le nombre d’enfants et l’espérance de vie entraînent aussi des inégalités.

 

En d’autres termes, la justice doit être assurée non seulement entre les générations, mais aussi au sein des mêmes générations. Un travailleur qualifié, quel que soit son âge, a plus de chances d’être employable et donc capable de constituer une épargne. Ce même travailleur pourra alors décider de s’extraire plus tôt de la vie professionnelle, alors qu’un travailleur moins qualifié se verra plus facilement refuser l’accès au circuit professionnel. De plus, l’espérance de vie est corrélée avec le niveau de revenu et de pénibilité du travail, ce qui engendre aussi des inégalités entre catégories de pensionnés.

 

Contrairement à l’attentisme coupable dont nous avons fait collectivement preuve, il faut aborder le problème du financement avec lucidité et rigueur.

 

Aucune solution ne peut s’exonérer d’une vision dynamique : on doit résoudre ce problème dans le cycle d’une vie entière, caractérisée par des périodes d’activité et de non-activité.

 

On ne peut augmenter exclusivement les cotisations des travailleurs actifs pour financer le vieillissement attendu de la population, comme on ne peut se limiter strictement à reporter ce même coût du vieillissement sur les pensionnés au travers d’une chute de leurs pensions.

 

Il faut donc trouver un équilibre intergénérationnel, tel celui proposé par l’économiste américain Musgrave (et adopté par de très nombreux pays) selon lequel le revenu des travailleurs actifs et des pensionnés doit rester stable, comme si la situation actuelle était sociétalement « juste ».

 

Cette règle de Musgrave, appelée aussi règle des positions relatives fixes, conduit à maintenir constant le rapport entre les revenus par tête de la population active (nets de cotisations de pensions) et les prestations par tête des retraités (nettes d’impôts).

 

Une fois ce rapport établi, le taux de cotisation et le montant des pensions sont périodiquement actualisés en fonction des modifications démographiques et de productivité.

 

Pour respecter cet équilibre de Musgrave, il faudra simultanément augmenter les cotisations des travailleurs actifs et baisser les pensions des travailleurs inactifs. Il s’agit donc d’équilibrer en permanence un immense balancier au fur et à mesure du temps qui passe, en adaptant concomitamment les cotisations et les pensions.

 

Concrètement, cet objectif doit conduire à une employabilité supérieure des jeunes, un allongement de la vie professionnelle et une augmentation du taux d’activité des travailleurs âgés, et ce particulièrement en Belgique. Au reste, il semble que si chacun travaillait jusqu’à l’âge de 65 ans, le financement des pensions serait équilibré.

 

Mais une augmentation autoritaire du taux d’activité des travailleurs âgés relève de l’imposture politique, car les bouleversements conjoncturels et technologiques, conjugués à la disparition de compétences, rendent cette orientation caduque. C’est ainsi qu’on en arrive à retarder l’âge de la pension, non pas pour mettre des travailleurs âgés au travail, mais pour diminuer leurs pensions.

 

En conclusion, le problème des pensions ne se règle pas par la loi du marché, mais par un cadre d’économie politique. C’est par l’employabilité des travailleurs, et donc leur formation continue et leur recyclage, qu’on résoudra l’équation des pensions. Il faudra aussi basculer de manière souple vers un système qui combine la capitalisation individuelle et la répartition collective, à l’instar des deuxième (assurance groupe et fonds de pension) et troisième piliers (épargne pension individuelle).

 

Mais, au-delà de ces orientations à long terme, je suis intimement convaincu que les travailleurs actifs devront cotiser pour un montant supérieur à ce qu’ils pourront espérer au titre de pensions et que le financement des pensions par répartition basculera inévitablement vers un système d’allocation uniforme et universelle.

 

 

 

Par Bruno Colmant (*) – blogs.lecho.be/colmant – le 7 mars 2015

 

(*) Bruno Colmant est membre de l’Académie Royale de Belgique, Docteur en Économie Appliquée (ULB) et Master of Science de l’Université de Purdue (États-Unis). Il enseigne la finance appliquée et l’économie à la Solvay Business School (ULB), à la Louvain School of Management (UCL), à l’ICHEC, à la Vlerick Business School et à l’Université de Luxembourg. Sa carrière est à la croisée des secteurs privés, publics et académiques.

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

Silver economie : vers la création de 300.000 emplois d'ici 2020

Silver economie : vers la création de 300.000 emplois d'ici 2020 | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Selon un rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective remis ce jeudi, l'économie du vieillissement constitue un marché en plein expansion.

Via France Silver Eco
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Econopoli
Scoop.it!

Nouvelle génération et économie du partage - Les Econoclastes

Nouvelle génération et économie du partage - Les Econoclastes | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Depuis mai, nous avons pu voir fleurir dans les médias un grand nombre d’articles sur l’économie du partage (le Figaro, Libération, etc.), récemment remis sur le devant de la scène avec les questions relatives au modèle économique d’Uberpop ou encore Airbnb (Le Monde, La Tribune, etc.). Voici un article que je postais sur le site de PrimeView début mars relatif à ce phénomène de « l’économie du partage ».

 

Comme je l’ai souvent évoqué dans mes publications, le bouleversement en cours de la structure des populations riches va entraîner une transformation profonde de l’ensemble de nos modèles de développement : croissance potentielle, propension à prendre des risques ou encore soutenabilité des modèles sociaux vont être mises à rude épreuve au regard du vieillissement en cours, qui se traduit par l’explosion du taux de dépendance partout dans le monde. Mais un autre aspect de l’évolution démographique risque d’ébranler prochainement les fondations mêmes de nos économies : l’effacement progressif du besoin de posséder au profit d’une simple valeur d’usage pour les nouvelles générations.

En effet, en lien avec le besoin supplémentaire d’écoute, de dialogue et de proactivité des « nouveaux jeunes » qui entrent sur le marché du travail, leur relation à la propriété semble être fondamentalement différente de celle des générations précédentes. En effet, loin du plaisir et de la fierté de la génération des baby-boomers de pouvoir acheter leur première voiture après leur mariage, les jeunes générations perçoivent la propriété comme une forme de privation de liberté. Cela est d’autant plus vrai qu’ils doivent s’engager à travers un crédit pour acquérir des biens qui se déprécient rapidement, dans un contexte de stagnation de leurs revenus. Leurs exigences reviennent à des problématiques d’usage : ils souhaitent avant tout pouvoir utiliser les biens et services au moment où ils le désirent.

Cette remise en question du comportement d’achat des futurs consommateurs aura des implications majeures sur les business models traditionnels. Pourquoi ? Car en termes économiques, cela se traduit par une augmentation substantielle du taux d’utilisation des biens autrefois acquis pour un seul ménage. L’exemple du marché de l’automobile illustre déjà ce phénomène : si la crise a bien sûr porté un coup aux ventes de véhicules en Europe, le développement de l’économie de partage n’est pas étranger aux niveaux qui restent historiquement faibles (cf. graphique). En effet, selon une enquête réalisée en 2012(1), l’adhésion à un service d’autopartage se traduit pour les individus concernés par :

Une baisse de – 41 % des kilomètres parcourus en voiture chaque année
Une augmentation de + 40 % de la proportion de ménages qui ne possèdent aucun véhicule
Une diminution de – 76 % du nombre de personnes utilisant quotidiennement la voiture

Via Uston News
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Smart Grid + eHealth = Smart Risks
Scoop.it!

L'Ariège mobilisée pour le lancement de la Silver Economie en Midi-Pyrénées | ariege-eco.com

L'Ariège mobilisée pour le lancement de la Silver Economie en Midi-Pyrénées | ariege-eco.com | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Ce jeudi 13 février, a été marqué par le lancement de la Silver Economie en Midi-Pyrénées. En présence de Michel Delaunay, Ministre déléguée aux personnes âgées et à l'autonomie , et de Martin Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées, plus de 250 acteurs, grands groupes industriels, entreprises de technologies innovantes, acteurs de la prise en charge de la dépendance se sont réunis à l'Hôtel de Région. Au programme, deux tables-rondes ayant toutes deux des représentants de l'Ariège fortement investis :

André Montané, Vice-Président du Conseil Général de l'Ariège et Président de la commission Solidarité, intervenait sur la première sur le sujet de "l'adaptation des territoires au vieillissement de la population et à l'organisation de l'écosystème de la Silver économie"

Xavier Wagner, Président de la société SMART RISKS, créée en Ariège au sein de la pépinière d'entreprises Cap Bellissen, a présenté lors de la seconde table-ronde la solution développée par l'entreprise qui, par la modélisation des comportements de vie des seniors au travers de l'utilisation de leurs appareillages électriques domestiques et autres fluides (eau, gaz), permet de déceler les changements de comportements et d'usages à des fins de prévention et d'anticipation de la perte d'autonomie.

Parmi les autres participants à cette journée de lancement, les représentants du Centre hospitalier du val d'Ariège, la société OXYMA également installée au sein de la pépinière d'entreprises Cap Bellissen, la représentante de la station thermale d'Ax-les-Thermes ainsi qu'Ariège Expansion, animateur de la démarche "e-autonomie en Ariège".


Via Hervé Denudt, Xavier Wagner
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Retraite au soleil
Scoop.it!

Du papy-boom à la Silver Economie - Ouvrages - La Documentation française

Du papy-boom à la Silver Economie - Ouvrages - La Documentation française | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Le vieillissement de la population a donné lieu à de nombreuses études qui toutes mettent en évidence les enjeux et les risques que représente cette mutation démographique. Pourtant ce phénomène peut également constituer une réelle opportunité pour la croissance. La forte augmentation du nombre de seniors dans la population peut en effet servir de levier à des pans entiers de l’économie,  en favorisant le développement de ce que l’on appelle la Silver Économie.

Via La Grande Evasion
more...
La Grande Evasion's curator insight, January 7, 2015 12:00 PM

Rien que pour le sourire radieux ;)

Rescooped by Sylvie Canard from eSanté - Objets Connectés - Quantified Self
Scoop.it!

Silver Économie : la domotique, au cœur des enjeux du vieillissement | Le blog Avidsen

Silver Économie : la domotique, au cœur des enjeux du vieillissement | Le blog Avidsen | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

“ En 2005, 1 Français sur 5 était âgé de plus de 60 ans. En 2035, ce sera 1 sur 3 ! Mais comment dès à présent s’adapter à cette perspective inéluctable ?”


Via Frederic Patry, Jérôme Iglesias
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Smart Grid + eHealth = Smart Risks
Scoop.it!

Vieillissement des actifs dans les Pays de la Loire : le « papy-boom » et ses enjeux

Confrontée au vieillissement de sa population active, la région des Pays de la Loire est face à un défi impor- tant pour l’emploi. L’arrivée en fin de vie active des générations du « baby- boom » va concerner tous les métiers, qu’ils soient qualifiés ou non. Selon les projections, trois actifs sur dix partiraient à la retraite entre 2010 et 2020 dans la région, ce qui générerait dès aujourd’hui des enjeux en termes de renouvellement des emplois et d’accompagnement des publics. Des opportunités d’embauche devraient toutefois apparaître, notamment dans l’économie présentielle et pour les métiers liés à la « Silver economy ».


Via Franck Dupessey Pro, Xavier Wagner
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Silver économie
Scoop.it!

La “Silver Economy” stimule l’innovation sur les territoires

La “Silver Economy” stimule l’innovation sur les territoires | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Cinq villes se distinguent aujourd’hui : Marseille (services à la personne) ; Lyon (cluster I-Care dédié aux technologies de la santé) ; Vierzon (cluster Aghir : autonomie, gérontologie, handicap, innovation et recherche) ; Lille (Clubster Santé : biologie, santé, nutrition) et Ivry-sur-Seine (Soliage). Ce dernier, constitué en octobre 2010, est à l’origine du projet de la Silver Valley, officiellement lancé le 1er juillet 2013 à Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne. « Nous souhaitons créer les conditions propices au développement de l’économie du vieillissement en Ile-de-France », explique Benjamin Zimmer, le responsable développement et innovation de Soliage.


Via Franck Dupessey Pro, TECHSAP Ouest
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Assurance, Banque, Santé & Innovations
Scoop.it!

Les enjeux de la Silver économie ne sont pas concentrés sur la santé.

Les enjeux de la Silver économie ne sont pas concentrés sur la santé. | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Située dans le Sud-Est parisien, la Silver Valley rassemble les entreprises qui interviennent dans l’économie du vieillissement. Entretien avec Benjamin Zimmer, le directeur de Silver Valley, sur les évolutions à attendre de ce nouvel écosystème. Lire le dossier dans le numéro de L’Agefi Actifs du 25 juillet

Via Nicolas Frot
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from UCL Actus Recherche
Scoop.it!

Le Forum de Midi 5/3/2013-Jusqu'où repousser le départ à la pension?

Le Forum de Midi 5/3/2013-Jusqu'où repousser le départ à la pension? | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

LE FORUM DE MIDI : L'émission du jour est consacrée à l'âge du départ à la retraite à l'heure du vieillissement de la population. Présence sur le plateau de l'émission de Sabine LARUELLE, Ministre des Classes moyennes, des Indépendants et des PME ; Jean HINDRIKS, Professeur d'Economie à l'UCL et membre du bureau Itinera ; Jean-Marc CLOSE, Directeur des études stratégiques aux Mutualités socialistes Solidaris et expert auprès de l'ancien ministre des Pensions Michel Daerden ; Christophe WAMBERSIE, Secrétaire général de l'UCM  - (Van Buggenhout Xavier) 50:11 min


Via UCL
more...
UCL's curator insight, March 6, 2013 4:19 AM

Le professeur Hindriks est membre de l'Institut multidisciplinaire pour la modélisation et l'analyse quantitative (IMMAQ)


http://bit.ly/XpA3tM

Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

La silver économie a son master ! — Silver Economie

La silver économie a son master ! — Silver Economie | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Sciences Po propose un master, en deux ans, en Politiques du vieillissement et Silver économie destiné aux professionnels dès la rentrée de mars 2014.

Via France Silver Eco
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

Legrand partenaire de : Silver Economy Expo, le premier salon de l’économie du vieillissement

Legrand partenaire de : Silver Economy Expo, le premier salon de l’économie du vieillissement | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it
Associé à la « Maison du Futur » depuis trois ans, la société Legrand participera les 5 et 6 décembre 2013 à la Silver Economy Expo à Paris (Porte de Versailles), le premier rendez‐vous qui rassemble tous les acteurs de la Silver Economy.

Via France Silver Eco
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

La ville rose prend soin de ses cheveux blancs

La ville rose prend soin de ses cheveux blancs | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Longtemps monothématique - la lutte contre le cancer -, le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé est désormais chargé de l'animation d'une filière de services aux seniors en Midi-Pyrénées.

 

Face au «papy-boom», Toulouse donne un coup d'accélérateur pour développer la «silver économie». Son pôle de compétitivité anime la filière autour d'un Gérontopôle unique en France. Un futur quartier vitrine de la métropole.

 

Épisode insolite dans le fief d'Airbus. À quelques kilomètres du géant aéronautique, dans la métropole toulousaine, des seniors d'un club troisième âge de Toulouse déambulent dans un appartement futuriste et testent des semelles «intelligentes».

« Elles sont dotées de capteurs qui mesurent les minutes actives à travers les distances parcourues, détaille Éric Campo, chercheur au Laas-CNRS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes) et responsable de la Maison intelligente de Blagnac. Les données récupérées permettent au médecin de retarder l'entrée en dépendance des personnes âgées. C'est de la surveillance comportementale. La semelle est un outil pour guetter les signes précurseurs de dépendance.»

Le nerf de la guerre quand on parle de l'économie des services aux seniors, à l'aube d'une transition démographique dont il faut anticiper les mutations. Selon l'Insee, un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2050...

Ce projet baptisé «Respect» est le fruit d'un consortium composé de deux start-up (Medicapteurs et Intesens), du prestataire de santé La Sadir et de l'université Joseph Fourier, à Grenoble. Plus surprenant, l'équipementier automobile Actia Group - spécialisé dans les systèmes embarqués - a rejoint le consortium en développant une interface utilisateur pour récupérer les données issues de la semelle. Les premières expérimentations ont lieu à la Maison intelligente de Blagnac. Construit en 2010, cet habitat connecté pour le maintien à domicile est un appartement grandeur nature et futuriste.

« La deuxième étape est prévue au CHU de Toulouse où des personnes âgées en état de fragilité emporteront à leur domicile des semelles intelligentes, ainsi qu'une tablette pour mesurer leur activité physique et favoriser l'auto-coaching, souligne Éric Campo. De leur côté, les médecins disposeront d'un bilan de santé du patient et pourront préconiser en temps réel des recommandations nutritionnelles ou des activités physiques.»

Les semelles orthopédiques devraient être vendues aux alentours de 80 euros, tandis que des mutuelles comme IMA ou AG2R La Mondiale ont déjà manifesté un intérêt sur ce projet piloté par le Gérontopôle de Toulouse.

 

REPOUSSER L'ENTRÉE EN DÉPENDANCE DES ANCIENS

Ce projet illustre l'extension du champ d'action du pôle de compétitivité Cancer-BioSanté à la thématique du vieillissement. Pour l'anecdote, cet élargissement de compétence « a été évoqué dès septembre 2012, dans une voiture, à l'issue d'une visite ministérielle du Gérontopôle par Michèle Delaunay», se souvient le professeur Bruno Vellas, chef du pôle gériatriegérontologie du CHU de Toulouse, une sommité mondiale dans la prévention de la dépendance.

« Les personnes âgées dites fragiles ont longtemps été les grands oubliés de notre système de santé et plus généralement de notre économie. La dépendance lourde et irréversible est souvent la conséquence d'une sédentarité et d'une perte musculaire liée à l'absence de mobilité. Des symptômes que l'on pourrait retarder par l'usage des nouvelles technologies. Car l'enjeu est bel et bien de repousser l'entrée en dépendance tout en remettant ces personnes dans le circuit de la vie sociale, dont la consommation.»

Retarder l'entrée en dépendance, c'est aussi le nouveau défi du pôle de compétitivité CancerBio-Santé, chargé depuis 2014 de l'animation d'une filière «silver économie». Longtemps monothématique, centré sur la lutte contre le cancer, « ce pôle est dès à présent le seul en France qui concerne l'économie du vieillissement, souligne Philippe Prigent, directeur de CancerBio-Santé, dont l'appellation pourrait même être modifiée. Plusieurs projets ont déjà été labellisés dans ce domaine. La plupart des métiers de demain porteront sur le maintien à domicile. Des synergies existantes pourront être développées avec le pôle Aerospace Valley dans les capteurs pour la télésurveillance, avec le pôle Agri Sud-Ouest innovation en matière de nutrition, ou avec le pôle de compétitivité Robotics Place concernant les équipements motorisés dans l'habitat.»

Par ailleurs, une centaine de logements adaptables aux fragilités sont prévus à Blagnac dans le nouveau quartier Andromède en lien avec la Maison intelligente. Plusieurs entreprises se seraient déjà positionnées au sein de ce laboratoire d'innovation ouverte, future vitrine de l'économie des services aux seniors dans la métropole. « Andromède peut faire figure de démonstrateur expérimental, notamment dans la domotique», confirme Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole chargé du numérique.

 

LA START-UP TELEGRAFIK VEILLE SUR LES DOMICILES

« Autour de la "silver économie", cela foisonne ! Reste à trouver le bon modèle économique, nuance Philippe Prigent, directeur du pôle de compétitivité. La sécurité sociale ne pourra plus assumer seule le financement. Qui des familles, des assurances ou des mutuelles pourront prendre en charge le maintien à domicile ? La France doit redéfinir rapidement son modèle si l'on ne veut pas se faire doubler par la concurrence étrangère.»

Fidèle à son rôle d'animateur de la filière, en partenariat avec la Région, le pôle Cancer-Bio-Santé était présent en décembre dernier lors du salon Silver Economy Expo de Paris. Cinq entreprises régionales y étaient représentées, dont Telegrafik. Labellisée par le pôle de compétitivité, en lien avec le Gérontopôle et le Laas-CNRS, cette start-up développe un service de télésurveillance rendant obsolète le traditionnel médaillon de téléassistance que l'on porte sur soi.

« Notre solution est non intrusive, souligne Carole Zisa-Garat, diplômée de l'École des mines de Paris. Cinq capteurs sont installés dans le domicile de la personne. Dès qu'une anomalie est détectée, une alerte est automatiquement envoyée par SMS aux proches ou vers un plateau d'assistance.»

La jeune femme garde en mémoire les 15.000 décès lors de la canicule de 2003.

« Tout le monde est concerné par le maintien à domicile. Notre projet "Otonome" de télésurveillance peut aussi s'installer ponctuellement, par exemple après une hospitalisation ou en cas de handicap.»

Au total, Midi-Pyrénées revendique 20 laboratoires et 200 entreprises impliquées dans l'économie des services aux seniors, à l'image de Topcher, avec son fauteuil électrique capable d'emprunter un escalier, ou de Smart Risks, qui détecte la perte d'autonomie en analysant les compteurs d'eau et d'énergie pour collecter des données de consommation.

Retenue par le gouvernement en 2014 parmi les cinq territoires pilotes de la «silver économie», la Région a voté un plan 2014-2016 de 15 millions d'euros pour accompagner et financer la filière. Dans la foulée, un appel à projets Silvereco 2015 a été lancé avec une limite de dépôt des candidatures au 25 février prochain. Il y a fort à parier que des projets tels que «Respect» (semelles intelligentes) ou «Otono-me» (télésurveillance) se retrouvent dans les dossiers de candidature.

Pourquoi pas lauréats ?


Via Jacques Le Bris
more...
No comment yet.
Rescooped by Sylvie Canard from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

Mieux vieillir et mieux accompagner au cœur des Salons Santé Autonomie 2015

Mieux vieillir et mieux accompagner au cœur des Salons Santé Autonomie 2015 | CIRCULAR CONSUMPTION | Scoop.it

Aujourd'hui en France, on dénombre environ 1,4 millions de personnes âgées. D'ici 2060, elles atteindront le nombre de 5 millions.
On considère également qu'aujourd'hui une personne sur cinq à l'âge de 85 ans est en perte d'autonomie.
Par ailleurs, les récents sondages montrent que le maintien à domicile est largement plébiscité pour la perte d'autonomie.

Car les besoins ne sont plus les mêmes, le secteur médico-social se retrouve alors face à un enjeu pressant de réorganisation de son offre de soins et de son service d'accompagnement à la perte d'autonomie.
Silver économie, gérontechnologies... Face au vieillissement de la population, les métiers du grand âge connaissent un fort développement. La filière doit ainsi s'organiser pour parer à la problématique de recrutement que ce phénomène implique.
Pour cela, elle doit entamer un processus de décloisonnement du fonctionnement de ses structures, en créant des passerelles entre les différents acteurs, afin d'engager une coopération plus efficace et plus accrue.


Via France Silver Eco
more...
France Silver Eco's curator insight, April 30, 2015 6:15 AM

Avec l'essor des nouvelles technologies, mais aussi faute d'établissements suffisants, les structures d'accueil de personnes en perte d'autonomie ou dépendantes sont contraintes d'évoluer pour s'adapter à leurs différents publics. Handicap, vieillesse, Alzheimer...

L'accroissement des personnes en perte d'autonomie oblige ces établissements à repenser leur organisation en incluant dans leurs services des unités de soins spécialisées. Aussi, de nouveaux modèles de structures émergent, en Europe et en France, intégrant les technologies dernier cri, afin d'améliorer l'accompagnement quotidien des personnes âgées ou en situation de handicap et de soulager le travail des soignants.

Rescooped by Sylvie Canard from Enseignement Supérieur et Recherche en France
Scoop.it!

La Silver Valley s'implante à Ivry-sur-Seine

Devenir un véritable pôle d'innovation dédié à l'économie du vieillissement à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) : tel est l'objectif de la Silver Valley, qui mise sur la croissance démographique des seniors ainsi que sur les collaborations entre établissements d'enseignement supérieur et entreprises pour installer cette nouvelle filière. (...) - EducPros, par Cécile Peltier, 2.10.2013

 

 


Via Collectif PAPERA
more...
No comment yet.