AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
74.0K views | +94 today
Follow
 
Scooped by Romain
onto AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Scoop.it!

Un drone pour ramasser les déchets

Un drone pour ramasser les déchets | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
L'entreprise hollandaise Ranmarine a développé un modèle de drone aquatique pouvant, entre autre, récupérer les déchets dans l'eau.

Grâce au WasteShark, les communautés locales peuvent désormais récupérer les déchets contenus dans les cours d'eau, fleuves et rivières. Avec sa forme s'inspirant des plus gros poissons (il est doté d'une très grande fente à l'avant) le drone peut récupérer jusqu'à 350 kg de déchet. Il se déplace de façon autonome sur l'eau, sans émission de carbone, et ramène ensuite les déchets afin qu'ils soient traités.

A côté du WasteShark, il existe également le SurveyShark, capable de récolter des images afin d'analyser l'environnement dans lequel il évolue. Il peut mener des missions de bathymétrie, permettant d'étudier les fonds marins. Enfin, le DataShark effectue quant à lui des relevés permettant d'analyser la qualité de l'eau et d'identifier les bactéries qui pourraient s'y trouver.

Les trois drones partent du même modèle : une sorte de boîte disponible en deux tailles. Lorsque le client a défini la mission qui sera menée par le drone, Ranmarine intègre les capteurs nécessaires afin d'en faire un Waste, Survey ou Data Shark.
more...
No comment yet.
AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Une sélection d'articles sur le monde aéronautique, la vie des compagnies aériennes, les industriels aéronautiques, les grands contrats, les salons internationaux et les grands enjeux du secteur.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un marché de 2.650 avions-cargos sur 20 ans

Compte tenu de la croissance attendue de 4,2% par an du trafic cargo sur les 20 ans à venir, Boeing estime le besoin en avions-cargos à 2.650 unités dont 980 moyens et gros porteurs, et 1.670 reconversions.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La face cachée de la Lune et la Terre dans l’oeil de Longjiang 2

La face cachée de la Lune et la Terre dans l’oeil de Longjiang 2 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
haque fin de semaine, une photo qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Le 10 octobre, un microsatellite radiamateur chinois a saisi le couple Terre-Lune depuis l’orbite lunaire, côté face cachée.

Le 20 mai dernier, à l’occasion de l’envoi du satellite-relais Queqiao (qui servira à relayer les signaux de la future sonde lunaire Chang’e 4, dont le lancement est attendu en décembre prochain), la Chine avait déployé autour de la Lune deux microsatellites de radioastronomie, Longjiang 1 et 2 (47 kg chacun), développés par des étudiants l’Université de technologie de Harbin (nord-est de la Chine), et équipés d’une petite caméra.

Le 10 octobre, des radioamateurs de divers continents ont réussi à demander à Longjiang 2 (rivière du dragon) de réaliser cette image de Lune et de la Terre, puis à la télécharger en captant les signaux VHF/UHF de la sonde, sur des longueurs d’onde de 1 à 30 m. La commande a été générée par un radioamateur chinois et transmise au satellite par un radioamateur allemand, et les signaux ont été récupérés par des amateurs en Allemagne, en Amérique du Nord, en Lettonie et aux Pays-Bas.

Depuis son orbite lunaire (357 x 13 704 km) Longjiang 2 prend régulièrement des images de la Lune, de la Terre, de Mars, du Soleil et d’autres objets.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Pourquoi l'immobilisme européen menace Ariane 6

Pourquoi l'immobilisme européen menace Ariane 6 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Ariane Group est dans les temps pour le premier vol du futur lanceur européen en juillet 2020. Mais une épée de Damoclès demeure : les indispensables commandes institutionnelles européennes tardent à se concrétiser.

C’est un hall gigantesque au beau milieu du site d’Ariane Group aux Mureaux (Yvelines). Dans cette immense cathédrale de verre et d’acier de 22.000 m2, Ariane Group assemblera dans quelques mois les premiers exemplaires de l’étage principal d’Ariane 6, le nouveau lanceur européen. Cet étage "cryotechnique" de 30 mètres de haut sera un véritable monstre : il intégrera les deux énormes réservoirs (hydrogène et oxygène), qui alimenteront le surpuissant moteur Vulcain 2.1 et ses 135 tonnes de poussée. A plein régime, l’usine assemblera 12 étages de ce type par an. Assemblés à l’horizontale, et non plus à la verticale comme ceux d’Ariane 5, ils seront ensuite envoyés à Kourou pour y être assemblés avec les autres éléments d’Ariane 6. Le tout à un coût inférieur de 40 à 50% à celui de l’Ariane 5 actuelle, condition essentielle pour résister à la lame de fond SpaceX.

A une quarantaine de kilomètres à l’ouest, l’usine de Vernon est aussi fin prête pour Ariane 6. Les opérateurs s’affairent déjà sur un moteur Vulcain 2.1, accroché à un bras automatisé. "Il développe une puissance de 2.900 mégawatts, soit plus que la centrale électrique que vous voyez le long de l’autoroute de Normandie", souligne Philippe Girard, responsable du pôle d’excellence propulsion liquide d’Ariane Group. Dans un autre bâtiment, des techniciens peaufinent le nouveau moteur Vinci, qui équipera l’étage supérieur d’Ariane 6. Les tests de qualification viennent de se terminer. "Nous sommes dans les temps pour effectuer le premier vol en juillet 2020, comme prévu, assure Alain Charmeau, PDG d’Ariane Group. Il reste encore 21 mois et beaucoup de travail, mais quand je vois ce qu’on a fait en 36 mois, je suis très confiant."
"Europe à deux vitesses"

Le problème, c’est que le politique peine à suivre le rythme industriel. Pour conforter l’équation économique d’Ariane 6, les Etats membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) avaient accepté en décembre 2014 de garantir un certain nombre de lancements institutionnels (militaire, exploration spatiale, météo, sciences…) à leur futur lanceur. En échange, les industriels s’engageaient à réduire drastiquement le coût de l’accès à l’espace pour l’Europe : Ariane 6 doit être 40 à 50% moins chère que l’Ariane 5 actuelle. Ce matelas de commandes publiques garanties est un grand classique du secteur spatial mondial : selon Ariane Group, les lancements institutionnels représentent
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Air France parvient à un accord avec la majorité de ses syndicats

Air France parvient à un accord avec la majorité de ses syndicats | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Il n'aura fallu qu'un mois à Ben Smith pour s'entendre avec les syndicats. Du moins presque tous. La direction d'Air France a annoncé le 19 octobre qu'un accord salarial avait été conclu avec plusieurs organisations syndicales du personnel, qui représentent 76,4% des votes exprimés aux dernières élections. L'accord peut donc être mis en oeuvre.

Conformément à ce qui avait été présenté au début du mois, il prévoit une augmentation générale des salaires de 2% avec effet rétroactif au 1er janvier 2018 et une nouvelle hausse générale de 2% au 1er janvier 2019. A la suite des négociations de ces dernières semaines, il comprend également une valeur plancher minimum d'augmentation de 50 euros par mois qui profite aux plus bas salaires - et touche 18 000 personnes. Par ailleurs, la prochaine négociation annuelle obligatoire sera engagée en octobre 2019.

L'accord a été signé par la CFDT, la CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, le SPAF et l'UNSA aérien Air France. Seuls la CGT et le SNPL ne l'ont pas approuvé. Ce dernier attend l'issue des négociations pilotes toujours en cours. Quant à la CGT, elle accuse la direction d'avoir contourné la question du rattrapage des salaires pour la période 2012-2017, celle-là même qui avait occasionné les quinze jours de grève du printemps, le désaveu de Jean-Marc Janaillac et une crise de gouvernance de quatre mois.

Pourtant la proposition n'est pas si éloignée, le précédent président d'Air France ayant proposé en mai dernier une augmentation de 2% à partir d'avril 2018 puis jusqu'à 1,65% chaque année jusqu'en 2021. Sa proposition liait toutefois les mains des syndicats sur une plus longue période.

Fort de ce qui peut être vu comme une marque de confiance, Ben Smith va désormais pouvoir se concentrer sur l'élaboration du plan de relance du groupe.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Vinci bon pour le service

Le Vinci bon pour le service | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le moteur de l’étage supérieur d’Ariane 6, qui doit effectuer son premier vol en juillet 2020, vient d’achever ses essais de qualification.

« J’ai le plaisir de vous annoncer que nous venons de terminer les essais de qualification du moteur Vinci, après 148 tirs statiques, déclarait à la presse Alain Charmeau, le président exécutif d’ArianeGroup, à l’occasion de visites d’usines du groupe organisées le 18 octobre. Le Vinci, c’est LE moteur à ergols liquides innovant d’Ariane 6, qui équipera son étage supérieur et sera ré-allumable, ce qui lui permettra de s’adapter aux différentes demandes des clients, qui sont multiples aujourd’hui, notamment avec les constellations de satellites. Il reste encore quelques procédures administratives avant que la qualification du Vinci soit officiellement validée mais, en termes d’essais au banc, c’est terminé. Et c’est extrêmement rassurant de voir ces essais de développement effectués dans les temps, à peine trois ans après la signature du développement du programme avec l’Agence spatiale européenne. »



Plus de 14 heures de tests.

Le dernier essai du Vinci s’est en effet déroulé vendredi 12 octobre. Mené sur le site d’ArianeGroup implanté à Vernon (Eure), il comprenait deux allumages et a duré 957 secondes.

Cet essai conclut une campagne d’essais démarrée en mai 2016 sur le centre du DLR situé à Lampoldshausen (Allemagne).

Au total, 148 tirs au banc auront été effectués en trente mois, cumulant 52 156 secondes de fonctionnement.

Parmi eux, un essai de 300 secondes a permis une série de vingt allumages successifs, tandis qu’un autre a atteint une durée totale de 1 569 secondes .



Prochaines étapes.

En attendant le vol inaugural d’Ariane 6, le premier moteur Vinci de vol va être assemblé à Vernon au début de l’année 2019, avant d’être intégré à Brême à l’étage supérieur du premier modèle de vol d’Ariane 6.

La production des premières pièces des moteurs Vinci de vol a d’ailleurs déjà démarré. Dans les usines d’ArianeGroup, il s’agit des turbopompes à hydrogène (à Vernon), des chambres de combustion (à Ottobrunn, en Allemagne) et des divergents (au Haillan, près de Bordeaux). Par ailleurs, la turbopompe à oxygène est produite par Avio (Italie), les vannes sont fournies par Safran Aero Boosters (Belgique), et les turbines proviennent de chez GKN Aerospace (Royaume Uni).
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Air Austral ouvre une formation d’Agent d’Escale Commerciale à La Réunion

Air Austral ouvre une formation d’Agent d’Escale Commerciale à La Réunion | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Un an après le lancement de son école destinée à la formation des personnels navigants commerciaux [P.N.C], Air Austral étend son activité de formation et propose désormais des sessions de formations d’Agent d’Escale Commerciale à la Réunion, en partenariat avec Réunion Accueil Formation.

Attachée à la valorisation des compétences locales en faveur de l’économie réunionnaise, Air Austral a cherché à diversifier davantage son activité à La Réunion. Forte de son expérience et profitant d’un agrandissement de la superficie de son centre de formation basé à La Réunion, la compagnie propose à compter d’aujourd’hui une formation diplômante au métier d’agent d’escale. Elle permettra ainsi aux réunionnais d’accéder à la formation aux métiers aéroportuaires directement depuis l’île.

La formation au métier d’agent d’escale sera assurée conjointement par les équipes de Réunion Accueil Formation (RAF) et Air Austral. L’examen sera certifié par Aéroform, organisme basé en région parisienne, spécialiste dans l’aviation et plus précisément dans les formations aux métiers aéroportuaires depuis de nombreuses années.

La formation théorique comprend 300 heures à La Réunion avec 160 heures de techniques d’accueil et gestion de conflit, 105 heures d’anglais aéronautique avec la préparation et l’examen TOEIC, 140 heures de formation technique réalisées en immersion au sein de l’aéroport Roland Garros et un stage pratique de 200 heures qui se déroulera au sein d’Air Austral et de son partenaire Réunion Air Assistance (RAA). Le coût de la formation pratique et théorique et à partir de 3 960€, hors frais d’examen.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Rolls Royce rêve toujours de navires autonomes avec Intel

Le groupe Rolls Royce s'associe à Intel pour concrétiser sa vision autour de flottes de navires autonomes, du patrouilleur au cargo géant, sillonnant les mers pour différentes missions.

Cela fait plusieurs années que Rolls Royce évoque la possibilité de concevoir bientôt des navires autonomes pouvant être supervisés à distance. Dès 2014, la firme indiquait que les pré-requis technologiques étaient déjà atteints, mais que les contraintes réglementaires du droit maritime devaient encore évoluer.

L'an dernier encore, elle mettait en avant un navire patrouilleur électrique et autonome avec une intelligence à bord plutôt qu'un équipage humain, en soulignant de nouveau que la technologie était prête et ne demandait plus que des efforts de coordination.

Rolls Royce cargo

Cette intelligence pour la supervision, c'est peut-être chez Intel que l'entreprise compte la trouver. Rolls Royce a annoncé un partenariat avec le groupe de Santa Clara pour préparer les systèmes intelligents des futurs navires autonomes.

Cette association visera à ajouter de l'intelligence sur les navires mais aussi les infrastructures portuaires, tout en garantissant la sécurité des opérations et de la navigation des bâtiments autonomes.

Rolls-Royce navire autonome

Cela passera par l'utilisation de plusieurs des technologies proposées par Intel, des FPGA qui se retrouveront au coeur de traitements en edge computing pour de la détection d'obstacle et de la navigation, aux processeurs Intel Xeon pour HPC (High Performance Computing) en passant par les mémoires avancées Intel Optane et leurs composants NAND 3D.

Se passer de l'humain sur les navires aura sans doute aussi des effets sur les tonnages des navires et une partie des métiers de marine risque d'être bousculée par ces évolutions tout en faisant sans doute émerger de nouvelles fonctions, activités et spécialisations.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le projet stupéfiant de la Chine pour éclairer la Terre

Le projet stupéfiant de la Chine pour éclairer la Terre | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La Chine veut lancer dans l'espace d'ici 2020 une "Lune artificielle", qui réfléchirait sur Terre la lumière du soleil durant la nuit et permettrait de réaliser des économies d'éclairage, a annoncé vendredi un média d'Etat.

Ce satellite équipé d'une pellicule réfléchissante serait chargé d'illuminer la grande ville de Chengdu (sud-ouest) et devrait être huit fois plus lumineux que l'astre lunaire, rapporte le journal China Daily. Cette pellicule pourrait être désactivée pour ne pas renvoyer la lumière si besoin. Un éclairage permanent pourrait effectivement poser problème.

Un premier exemplaire devrait d'abord être envoyé dans l'espace, suivi en cas de réussite de trois autres en 2022, a expliqué au quotidien Wu Chunfeng, le chef de la Tian Fu New Area Science Society, l'organisme responsable du projet.

"La première Lune sera principalement expérimentale, mais les trois envoyées en 2022 constitueront le véritable produit fini. Elles auront un grand potentiel en termes de services à la population et d'un point de vue commercial", selon M. Wu.

En renvoyant sur Terre la lumière du soleil, le satellite, qui évoluerait à 500 km d'altitude, est censé pouvoir se substituer partiellement à des lampadaires. Il pourrait ainsi faire économiser environ 1,2 milliard de yuans (150 millions d'euros) d'électricité par an à la ville de Chengdu s'il arrive à illuminer une superficie de 50 km2.

La source de lumière artificielle pourrait également être utilisée après des catastrophes naturelles, en déviant les rayons solaires vers des zones terrestres où l'alimentation électrique a été coupée, a souligné Wu Chunfeng.

L'AFP n'a pas pu contacter directement M. Wu ni son institution.

Pékin mène depuis de nombreuses années un ambitieux programme spatial pour rattraper son retard sur les Etats-Unis et la Russie. Le pays prévoit notamment d'envoyer un petit robot nommé Chang'e-4 sur la face cachée de la Lune d'ici fin 2018.

La Chine n'est pas le premier pays à tenter de réfléchir les rayons du soleil sur la Terre. Dans les années 1990, des scientifiques russes avaient mis au point un projet similaire baptisé Znamya ("Bannière"), arrêté après quelques essais.
AFP
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L’Américain Boeing s’implante à Toulouse, siège de l’avionneur Airbus

L’Américain Boeing s’implante à Toulouse, siège de l’avionneur Airbus | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La transaction est évaluée à 4,25 milliards de dollars. Boeing a récemment fait l’acquisition de KLX Inc., une société américaine spécialisée dans l’industrie aéronautique présente à Senlis (Oise) et à Toulouse. L’intégration définitive au groupe Boeing aura lieu courant 2019.
Dans le fief d’Airbus

KLX Inc est l’un des principaux distributeurs de pièces détachées pour l’aéronautique. Le groupe compte une centaine d’employés en France qui deviendront désormais salariés du groupe Boeing.

Bien que symbolique, cette implantation de Boeing dans la Ville rose ne passe pas inaperçue. La capitale européenne de l’aéronautique est d’abord et avant tout le fief d’Airbus.
Des Toulousains travaillent déjà avec Boeing

En réalité, Boeing compte déjà de nombreux partenaires dans la région toulousaine. Parmi les sous-traitants, on peut citer Latécoère, Liebherr Aerospace, Satys et Figeac Aéro…

« Cette acquisition marque une nouvelle étape dans la stratégie de croissance de notre division service », avait indiqué, en mai 2018, Stan Deal, président de la division Boeing Services Globaux. Depuis quelque temps, Airbus et Boeing se livrent une concurrence sans merci pour accroître leur part de marché dans le secteur – lucratif – des services aéronautiques.

Et cette bataille entre les deux géants mondiaux de l’aviation est désormais visible depuis Toulouse…
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Fissure d'un hublot en plein vol: Atterrissage d'urgence d'un avion d'Icelandair au Québec

Fissure d'un hublot en plein vol: Atterrissage d'urgence d'un avion d'Icelandair au Québec | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le vol a été détourné sur Bagotville, « à cause d’un problème technique », a annoncé la compagnie…

Ils l’ont échappé belle ! Un avion de la compagnie aérienne Icelandair a effectué un atterrissage d’urgence vendredi soir sur l’aéroport de Bagotville au Québec, après qu’un hublot du cockpit s’est fissuré en plein vol, selon un passager. Harrison Hove, a précisé sur son compte Twitter que le pilote avait dû poser son avion à Bagotville à cause d’une fissure apparue en plein vol dans une vitre du poste de pilotage de l’appareil.

La compagnie Icelandair a indiqué sur son site que son vol 688 avait dû être détourné sur Bagotville, « à cause d’un problème technique ».
Une fissure d’une vingtaine de centimètres

Harrison Hove ajoute avoir appris auprès d’un employé d’Icelandair que la fissure mesure une vingtaine de centimètres. L’appareil, qui effectuait une liaison entre Orlando, aux Etats-Unis, et l’aéroport de Keflavik en Islande, transportait 155 passagers et sept membres d’équipage, selon le journal local Le Quotidien.

Les passagers ont dû attendre l’arrivée d’un douanier avant de pouvoir quitter l’appareil, car l’aéroport de Bagotville, situé à quelque 200km au nord de Québec, ne reçoit pas normalement de vols internationaux. Icelandair a indiqué qu’un autre appareil viendrait chercher les passagers à Bagotville samedi pour les transporter à Keflavik, d’où ils pourront ensuite rejoindre leurs destinations finales en Europe.

20 Minutes avec AFP
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Pourquoi la planète Mercure intrigue-t-elle encore les chercheurs?

Pourquoi la planète Mercure intrigue-t-elle encore les chercheurs? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La mission Bepi Colombo a décollé de Kourou en Guyane en direction de la planète Mercure. Ce samedi, la fusée Ariane a envoyé deux sondes dans l’espace, résultat d’une coopération entre les agences spatiales européenne (ESA) et japonaise (JAXA). A l’heure où l’on prévoit déjà d’installer des colonies d’êtres humains sur Mars, pourquoi les chercheurs s’intéressent-ils encore aux planètes inhabitables du système solaire ?

À première vue, Mercure n’a rien de très exceptionnel. Une petite taille, égale à celle de la Lune, une surface aride et une atmosphère quasiment inexistante qui la rend étouffante le jour et glaciale la nuit. Pourtant, cette planète présente de nombreuses excentricités. A commencer par sa proximité avec l’astre solaire : la distance qui les sépare oscille entre 46 et 70 millions de kilomètres du Soleil, en fonction de son orbite. C’est la planète la plus proche de l’étoile solaire.
Mieux comprendre la formation des planètes

« Toutes les personnes qui s’intéressent à la formation des planètes aimeraient avoir une bonne vision de celle qui est la plus proche du Soleil », affirme Francis Rocard, astrophysicien et responsable des programmes Système solaire au Centre national d’études spatiales (Cnes). « Notre objectif est de définir un modèle complet de formation des planètes entre Mercure et Pluton. » Un modèle qui comporte encore « de nombreuses zones d’ombre », rappelle l’astrophysicien.

D’autant plus que l’on en sait peu sur Mercure. Depuis la Terre, il est presque impossible de l’observer, du fait de sa proximité avec le Soleil. « Un instrument standard ne peut pas regarder Mercure depuis la Terre », affirme Eric Quemerais, chercheur au CNRS et responsable scientifique de l’un des 11 instruments de la mission européenne au sein du laboratoire LATMOS. La précédente mission européenne date de 1974 avec la mission Mariner 10. Après deux survols, la sonde avait dressé un premier portrait de Mercure, tout en soulevant de nombreuses questions. Un autre survol américain était intervenu bien plus tard avec la sonde Messenger, entre 2011 et 2014, et avait permis d’apporter quelques réponses.
De mystérieuses surfaces réfléchissantes

Mais sur certains points, le mystère demeure. « On a observé des choses nouvelles et étranges, qui nous surprennent encore aujourd’hui », raconte Dominique Delcourt, astrophysicien et directeur de recherche au CNRS. Comme ces « miroirs » qui ont été repérés par les sondes. « A la surface de Mercure, il y a des structures au fond de certains cratères, très réfléchissantes, que l’on appelle « hollows ». On ne sait pas ce que c’est. C’est ce que l’on va découvrir », espère Dominique Delcourt. Les chercheurs pensent à de la glace piégée sur les pôles depuis la formation de l’objet céleste. Une découverte étonnante sur une planète où la température frôle les 427 degrés Celsius le jour et -173 degrés Celsius la nuit.

Une autre des particularités de Mercure se cache sous sa surface. Le noyau de cette petite planète est disproportionné : il représente 60 % de son volume, là où le noyau des autres planètes rocheuses du système solaire ne représente que 30 % de leur masse. « Mercure présente un noyau hypertrophié. Ça, ce n’est pas encore compris. Mercure s’est-elle formée directement avec ce noyau ? A-t-elle été décalottée de sa croûte et du manteau par un impact ? Ce qui aurait entraîné la perte d’une grosse partie de sa masse », avance Francis Rocard.
Un champ magnétique et un cœur liquide

Autre découverte surprenante sous la surface de cette planète censée être « morte » : « Mariner a aussi mesuré la présence d’un champ magnétique qu’on ne retrouve que sur Mercure, la Terre et certaines lunes. Cela signifie qu’un cœur liquide tourne et fait un effet dynamo », explique Eric Quemerais. L’étude de l’interaction de ce champ magnétique avec les puissants vents solaires tout proches est l’un des objectifs de Bepi Colombo. Une étude qui pourrait être utile sur Terre, où les tempêtes solaires peuvent avoir des conséquences importantes, comme des ruptures de télécommunications ou des coupures d’électricité.

Si les deux sondes, en orbite autour de la planète pendant au moins un an, devraient répondre à un certain nombre de ces questions, Mercure va tout de même conserver ses secrets pendant encore quelques années. Les deux sondes de la mission Bepi Colombo vont mettre sept ans pour atteindre la planète la plus secrète du système solaire. Il va donc falloir s’armer de patience, les premiers résultats étant attendus… en 2026.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Le 1er Boeing 787-9 Air Tahiti Nui se pose à Tahiti

VIDEO - Le 1er Boeing 787-9 Air Tahiti Nui se pose à Tahiti | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le premier Dreamliner B787-9 Air Tahiti Nui est arrivé dimanche 14 octobre 2018 en Polynésie Française pour prendre son service dans les prochains jours et ouvrir une nouvelle page de l’histoire de la compagnie aérienne et du Fenua.

Première étape de la transformation d’Air Tahiti Nui, qui doit devenir une compagnie 100% Boeing d’ici 4 ans, l’appareil F-OMUA « Fakarava » à posée ses roues sur le tarmac de la piste 04 à l’aéroport international de Faa’a après avoir effectué un passage en basse altitude pour saluer l’assemblé. L’avion débutera son service commercial le 7 novembre prochain sur la ligne Los Angeles – Tahiti – Auckland.

/// Découvrez l’arrivée du F-OMUA à Faa’a en vidéo

/// Une cabine revisitée et toujours aux couleurs de la Polynésie

Air Tahiti Nui, qui exploite actuellement une flotte de 5 appareils Airbus A340-300, a commandé 4 exemplaires de Boeing 787-9. A la réception du second appareil, l’avion sera déployé sur la ligne entre Papeete et Tokyo Narita dès le 4 février 2019 mais il faudra attendre la fin mars 2019 pour voir arriver Air Tahiti Nui à Paris CDG en 787. Ces appareils neufs de dernière génération, sont synonymes pour les passagers d’un confort amélioré et devraient permettre à Air Tahiti Nui de continuer de figurer parmi les plus hauts standards de la région pacifique.

Les 787 Air Tahiti Nui seront configurés en tri-classe avec 294 sièges à bord : 30 Business (en 2-2-2 ), 32 Premium Eco (en 2-3-2) et 232 Eco. C’est parti pour la visite.

Enfin, la classe Poerava Business pourra accueillir 30 passagers confortablement installés dans des sièges Parallel Diamond de chez Rockwell Collins, qui seront disposés sur 5 rangées en 2-2-2 et convertibles en lit horizontal.

/// Calendrier de lancement des Boeing 787-9 Air Tahiti Nui

7 novembre 2018 : Papeete – Auckland, 3 vols semaine
7 novembre 2018 : Papeete – Los Angeles, 3 vols par semaine
4 février 2019 : Papeete – Tokyo Narita, 2 vols par semaine
23 mars 2019 : Papeete – Los Angeles – Paris CDG et sur tous les vols en remplacement des A340-300 à partir du 29 mars 2019
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Dassault va augmenter sa production d'avions, dit son PDG

Dassault Aviation va accroître légèrement la production de certains de ses modèles d'avions, notamment les Falcoln 8x et 2000, en raison d'une forte demande, a déclaré lundi son PDG, Eric Trappier.

"Nous sommes en train d'augmenter un peu notre taux de production", a-t-il dit sans plus de précisions à la presse, en amont du salon aéronautique d'Orlando.

Dassault produit 50 avions d'affaires et compte accroître sa production en 2020.

(Allison Lampert Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Les coulisses de la conception de BepiColombo avant son lancement vers Mercure

VIDEO - Les coulisses de la conception de BepiColombo avant son lancement vers Mercure | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
BepiColombo sera lancé dans le ciel ce samedi 20 octobre. Le satellite en mission vers Mercure prendra son envol au petit matin, heure française, et rejoindra la planète la plus proche du soleil dans sept ans. BepiColombo sera lancé par Ariane 5 samedi 20 octobre 2018 à 03h45, heure de Paris, depuis le Centre spatial guyanais à Kourou. L'objectif du satellite est d’analyser les propriétés de Mercure, la planète tellurique la plus petite et la moins explorée du système solaire, selon Arianespace. Il s'agit d'une mission conjointe entre l'Europe et le Japon.

Beaucoup d’acteurs sont intervenus pour la conception, la construction et le lancement du satellite. Airbus Defence and Space, depuis son usine de Friedrichshafen (Allemagne), en est le maître d’œuvre industriel. Quelques 83 entreprises issues de 16 pays différents ont travaillé en consortium avec le groupe aéronautique. Le Cnes assurait la maîtrise d’ouvrage des entreprises françaises : huit laboratoires français ont construit six des seize instruments installés à bord de BepiColombo.

Une mission euro-japonaise

BepiColombo est composé de trois modules dont les détails sont bien visibles dans la vidéo ci-dessous. Le Mercury Transfer Module (MTM) est situé à la base : il est responsable de l’acheminement des deux modules dans la région de Mercure. Le Mercury Planetary Orbiter (MPO), le module européen, est en charge d’"effectuer une cartographie globale et des études portant sur la forme, la structure interne, la géologie, la composition et les cratères" de Mercure, indique Thales Alenia Space, qui participe à la réalisation des satellites.

Enfin, le Mercury Magnetosphere Orbiter (MMO) est le satellite japonais. Il se concentrera sur l’environnement de Mercure : "l’examen des vestiges d’atmosphère (exosphère) et de son enveloppe magnétique (magnetosphère)". Bepi Colombo atteindra Mercure dans sept ans.

Dans la première vidéo, nous pouvons voir le satellite européen MPO en phase de test. Dans la configuration d'envoi, il est placé en dessous du module japonais, avec ses couvertures d'isolation.
Dans la seconde vidéo, nous pouvons bien voir les couvertures d'isolation du MPO, au dessus duquel se trouve le module japonais MMO.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Safran Helicopter Engines : nouveau portail services digitaux pour clients

Safran Helicopter Engines : nouveau portail services digitaux pour clients | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Safran Helicopter Engines a profité du dernier salon Helitech à Amsterdam pour dévoiler son nouveau portail en ligne à destination de ses clients. Une porte d'entrée unique vers tous les services digitaux du motoriste.

"EngineLife Customer Portal", c'est le petit nom que Safran Helicopter Engines a donné à son nouveau portail en ligne à destination de ses clients. Disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sur smarphones, tablettes et ordinateurs; cette porte d'entrée unique vers tous les services digitaux de Safran Helicopter Engines se destine à tous les métiers et tous les usages. Un mécanicien peut s'y connecter pour consulter en ligne une documentation technique, un responsable achat peut suivre sa commande de pièces détachées et un directeur y trouvera un récapitulatif complet de ses activités avec Safran Helicopter Engines.

D'un seul clic, il est donc possible d'accéder au suivi d'un moteur en MRO (MRO Process Tracking), à la commande de pièces détachées en ligne (e-Spares), à la documentation technique (Web-IETP), au suivi des paramètres de santé des moteurs (Health Monitoring) et à l'assistance vidéo à distance (Expert Link). Ce portail fait partie de la gamme de services EngineLife et revendique plus de 400 000 connections par an de la part de plus de 2800 opérateurs.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le groupe français Satys (Ex-Finaero) acquiert Air Livery

Satys renforce sa présence en Grande-Bretagne en acquérant auprès du groupe Indien Air Works la société Air Livery, spécialisée dans la peinture, la maintenance et la réparation d’avions commerciaux, privés et militaires au Royaume-Uni.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - VA245 : le satellite BepiColombo en route vers Mercure

VIDEO - VA245 : le satellite BepiColombo en route vers Mercure | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le lanceur lourd européen a placé avec succès le satellite BepiColombo sur la route de Mercure dans le cadre de la mission scientifique interdisciplinaire menée conjointement par l’Agence spatiale européenne et l’Agence japonaise d’exploration spatiale. Le VA245 était le septième lancement de l’année pour Arianespace et le cinquième réalisé avec une Ariane 5.

Le voyage de BepiColombo vers la planète la plus petite et la moins explorée du système solaire va durer 7 ans.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Comment l'Onera, fleuron de l'aérospatial, a été redressé

Comment l'Onera, fleuron de l'aérospatial, a été redressé | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Bruno Sainjon, PDG de l’Onera, a redressé ce fleuron de la recherche aérospatiale française. A sa façon : directe et sans langue de bois.En entrant dans le bureau lumineux de Bruno Sainjon, au siège de l'Onera à Palaiseau (Essonne), difficile de manquer la collection de maquettes du taulier. Une impressionnante escadrille de Rafale, A 400M, Ariane 5 et missiles balistiques M51, que le patron couve d'un regard énamouré. Et pour cause :
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - The LONGEST FLIGHT in the World in Premium ECONOMY with Singapore Airlines

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Disparition du vol MH370. Les enquêteurs français pointent des incohérences et un passager « curieux »

Disparition du vol MH370. Les enquêteurs français pointent des incohérences et un passager « curieux » | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Les enquêteurs français continuent leurs investigations sur la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Ils ont notamment découvert des « incohérences » dans le rapport officiel de l’enquête malaisienne et la présence de passagers « curieux », sur lesquels « il fallait continuer d’enquêter ». Ils veulent donc se rendre aux États-Unis, un déplacement jugé « crucial ».

Les enquêteurs français ne désarment pas. En charge du dossier de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines, ils espèrent se rendre prochainement aux États-Unis où des investigations cruciales vont être réalisées. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi 18 octobre Ghyslain Wattrelos, qui a perdu quatre proches dans la catastrophe.

Le 8 mars 2014, 239 personnes ont disparu après avoir décollé de Kuala Lumpur à bord d’un Boeing 777 en direction de Pékin. Si certains débris semblant lui appartenir ont été récupérés dans l’océan Indien, aucune trace des 239 passagers n’a jamais été retrouvée. Ghyslain Wattrelos a notamment perdu son épouse et deux de ses enfants dans la disparition de l’avion.
« Clauses de confidentialité » et « secret industriel »

Jeudi, il a été reçu avec son avocate Marie Dosé par la juge d’instruction en charge de l’information judiciaire ouverte en France, pour faire le point sur les investigations et les pistes à explorer par les enquêteurs.

Parmi les priorités qui mobilisent les enquêteurs, un déplacement aux États-Uniens est « de nouveau à l’ordre du jour », après un voyage avorté en septembre pourtant prévu dans le cadre d’une commission rogatoire internationale lancée en octobre 2017.

Selon Me Dosé, ce déplacement avait dû être annulé, les autorités américaines ayant opposé des « clauses de confidentialité » puis le « secret industriel » du constructeur Boeing.

« On est un peu en colère et maintenant on a envie de dire stop, il serait temps que les États-Uniens coopèrent vraiment sur ce dossier », a réagi Ghyslain Wattrelos.

« Il est nécessaire d’aller là-bas, car il y a trois entités qui détiennent des informations importantes pour savoir ce qu’il s’est passé sur ce vol », a-t-il poursuivi. À commencer par Boeing et le FBI, même si les enquêteurs semblent avoir obtenu des assurances de l’agence de renseignement qu’ils pourraient être reçus, selon lui.
Les données Inmarsat piratées ?

Mais l’attention est également désormais ciblée sur une troisième entité, une société mise au jour par les enquêteurs. L’enjeu, selon Ghyslain Wattrelos, est de savoir si elle commercialise un logiciel capable de reprogrammer voire de pirater le Satcom, cette antenne qui communique au satellite Inmarsat le signal de l’avion.

« La piste essentielle ce sont les données Inmarsat. Soit elles sont fausses, soit elles ont été piratées », estime-t-il. Or ces données satellitaires sont essentielles pour mieux comprendre la trajectoire de l’avion.

La remise en juillet du rapport de l’enquête malaisienne avait douché les espoirs de Ghyslain Wattrelos, mais depuis les enquêteurs français ont laissé entrevoir de nouvelles hypothèses à explorer.

Les enquêteurs ont notamment découvert des « incohérences » dans le rapport officiel de l’enquête malaisienne et la présence de passagers « curieux », sur lesquels « il fallait continuer d’enquêter ». Parmi, eux figure un voyageur malaisien au profil troublant : il se trouvait être assis sous le boîtier Satcom et s’avère être un expert en aéronautique, selon M. Wattrelos et son avocate.

« Pour aller plus loin, les enquêteurs ont besoin de la coopération des États-Uniens, de l’Angleterre - pour le satellite Inmarsat - et après, ils auront besoin de retourner en Malaisie », a poursuivi Ghyslain Wattrelos.

Dans les investigations qui restent à mener, « il faudra ouvrir les bonnes portes et fermer les autres », a ajouté Me Dosé, assurant que « les magistrats n’ont pas envie de se tenir aux obstacles qui se présenteront devant eux »
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Une jeune fille décède lors d'un vol long-courrier Paris-Pékin

Une jeune fille décède lors d'un vol long-courrier Paris-Pékin | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Une collégienne est décédée à bord d’un vol long courrier le 16 octobre dernier. Cette nouvelle tragique pose question : comment les équipage sont-ils formés aux soins médicaux ?

Elle avait 14 ans. Dans la nuit du 15 au 16 octobre, une collégienne originaire de Rennes a trouvé la mort dans un vol Paris-Pékin. Elle avait embarqué avec sa classe dans le cadre d’un voyage scolaire. Victime d’un malaise, elle n’a pu être réanimée ni par le personnel navigant, ni par un médecin généraliste, présent à bord. A leur arrivée en Chine, les élèves ont été pris en charge par l’ambassade de France. Ils sont actuellement accompagnés par un psychologue. Une cellule d'écoute a été mise en place au sein du collège Saint-Gabriel, près de Rennes. Ce sombre épisode pose évidemment question : comment sont formés les hôtesses et stewards à bord ? Y a-t-il toujours un médecin dans l'avion ?
Un personnel formé aux premiers soins

Pour être certifié PNC (personnel navigant commercial), il faut impérativement passer le brevet de secourisme. Chez Air France par exemple, comme indique Vincent Feuillie, médecin-conseil de la compagnie, les hôtesses et stewards "ont une formation annuelle, et les contrôles sont réguliers. Ils savent entre autres faire des massages cardiaques ou utiliser un défibrillateur". Même son de cloche chez Hop : "Leur niveau est supérieur à celui d’une personne lambda formée aux premiers secours : ils sont entraînés à gérer les symptômes d’urgence médicale", indique la communication.

Il est par ailleurs important de noter que sur la plupart des vols, on trouve des médicaments et des équipements d’urgence. Deux types de packs médicaux existent : la trousse de secours et la trousse médicale d’urgence (TMU). Chez Air France, "il y a une trousse de secours pour 150 passagers et une TMU si l’on est à plus d’une heure de l’aéroport de destination", note le Dr Feuillie.

La première contient des traitements et du matériel en accès libre : il n’y a pas besoin d’une autorisation médicale pour l'utiliser. Pour se servir de la seconde, il est nécessaire qu’un médecin soit présent, ou qu’une autorisation soit donnée par un service médical au sol. En France, c’est le SAMU de Paris qui assure une régulation médicale. Dans cette trousse, on trouve, entre autres, "du matériel de diagnostic, des tensiomètres électriques, des glucomètres et des saturomètres", explique le Dr Feuillie. Dans des cas extrêmes, comme lors d’un AVC, un déroutement est possible.

Par ailleurs, Air France suit pour sa part certaines règles de l’administration fédérale de l’aviation (FAA). "Par exemple, avoir un défibrillateur à bord est obligatoire aux Etats-Unis, et nous avons choisi de suivre cette obligation, qui n’est toujours pas en vigueur en Europe. Il y en a sur les vols court, moyen et long-courrier" note Vincent Feullie.
Un médecin présent sur 80% des vols long-courriers

Néanmoins, "l’environnement dans les avions commerciaux n’est pas propice à la prestation de soins médicaux de qualité, notamment en cas d’urgence médicale", estime l’Association médicale mondiale (AMM). Le manque de matériel, le stress de l’instant ou le fait d’être confiné, entre autres, compliquent grandement la tâche du personnel. D’après le Dr Feuillie cependant, un médecin est présent sur "à peu près 80% des vols long-courrier". L’AMM précise toutefois que "même le professionnel de santé le plus expérimenté qui soit se trouvera probablement en difficulté dans un environnement" de stress tel que l’avion.

Les compagnies signalent environ un incident médical pour 20.000 passagers, un décès sur 5.000.000 et un déroutement médical sur 20.000 vols. Cela paraît peu, mais fait tout de même plusieurs centaines d’incidents liés à la santé chaque jour. L’Académie de médecine estimait, dans un rapport publié en 2010, que bon nombre d’entre eux pourraient être évités si les voyageurs étaient correctement informés au préalable, grâce notamment à un "guide du voyageur", ou par l’intermédiaire de leur médecin traitant.

L'Académie proposait également qu’un "correspondant médical de bord" soit formé parmi le personnel de cabine. Il serait le correspondant des médecins et services d’urgences au sol. Enfin, les académiciens s’étonnaient du fait qu’aucun emplacement ne soit prévu dans les avions pour prendre en charge correctement d’éventuels malades techniquement et dans le respect de la confidentialité.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

DJI demande le retrait de la vidéo de collision avec un Phantom 2

DJI demande le retrait de la vidéo de collision avec un Phantom 2 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Une vidéo publiée par l’université de Dayton aux Etats-Unis a fait le tour du monde. Elle montre un Phantom 2 de DJI qui entre en collision avec une aile d’avion. C’est à lire et à visionner ici sur Helicomicro. Le constructeur DJI n’est évidemment pas très heureux de la publicité faite par cette

vidéo. Par la voix de Brendan Schulman, le vice président des affaires légales, DJI demande le retrait de cette vidéo.
Les arguments avancés ?

La vitesse simulée n’est pas celle à laquelle l’avion est supposé voler, les conditions de simulation ne sont pas celles prises en compte par la FAA, et les conditions du test ne sont pas celles d’une étude scientifique rigoureuse en l’absence de protocole publié. Hormis le point concernant la FAA, ce sont des critiques que j’avais aussi émises fin septembre à la publication de la news. Je partage donc le point de vue de DJI. Mais plutôt que de retirer la vidéo, il serait plus pertiner d’imposer à l’université de Dayton de publier les conditions exactes de la simulation, et de clarifier la question de la vitesse simulée…
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Singapore Airlines A380 First Class Suite London to Singapore (PHENOMENAL!)

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Pour ses 60 ans, la Nasa sort une montre en édition limitée

Pour ses 60 ans, la Nasa sort une montre en édition limitée | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La Nasa a soixante ans cette année et sort une édition spéciale de montres pour l'occasion, conçue par la marque Anicorn. Le modèle rend hommage au père de l'astronomie : Johannes Kepler.

Quoi de mieux qu’une montre pour fêter l’anniversaire de l’entreprise la plus à même de mesurer l’espace-temps ? La NASA s’efforce de comprendre l’univers depuis désormais 60 ans. Cette année d'anniversaire est marquée par la vente, en édition limitée, de soixante montres Nasa. Le fabricant américain Anicorn a réalisé l’objet et le vendra sur son site alors que les aiguilles sonneront midi. Il sera 18h en France.

Le cadran, réalisé en céramique, reprend le design de la montre K452 de la marque. Cette montre était déjà une mise à l’honneur de la découverte de la Nasa, le 23 juillet 2015, de Kepler-452b, une exo-planète dont les caractéristiques sont proches de celles de la Terre. Les courtoisies ne s’arrêtent pas là : le nom de l’exo-planète est lui-même un hommage au scientifique du XVIIe siècle Johannes Kepler. Il fut à l’initiative de trois lois d’astronomie sur le mouvement des planètes.
Le cadran automatique est constitué de trois couches : le disque interne représente les secondes, le médian les minutes et l'externe les heures. "Un point de référence est gravé du haut du cadran vers le centre de la montre afin que vous puissiez lire l'heure perpendiculairement", indique le site d’Anicorn. La série limitée a repris les couleurs de la Nasa avec un cadran sur fond bleu. Le bracelet en toile blanche porte le logo rouge de l’agence américaine. La montre sera vendue 650$ (564 euros).
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus choisit la solution Lookout pour sécuriser ses terminaux mobiles iOS/Android

Lookout, une entreprise spécialisée dans la cybersécurité à destination des flottes mobiles, a été choisie par Airbus. Le géant de l’aéronautique a décidé d’implémenter une solution du type Mobile Threat Defense (MTD). L’objectif sera de faciliter l’adoption des nouveaux usages mobiles par l’ensemble des salariés de façon sécurisée.

La solution LOOKOUT FOR WORK de Lookout vient s’ajouter à un dispositif visant à renforcer la sécurité et se prémunir de toutes menaces sophistiquées ciblant en particulier les terminaux mobiles des collaborateurs d’Airbus.

En déployant Lookout sur tous ses terminaux, Airbus fournit à ses utilisateurs la garantie de pouvoir bénéficier d’un terminal sécurisé pour leurs usages professionnels comme personnels (BYOD) avec un outil de contre mesure puissant, portant ainsi le niveau de sécurité de tous ses Assets au même niveau.

L’objectif d’Airbus avec Lookout est de répondre plus facilement aux contraintes réglementaires auxquelles le groupe doit faire face sur les marchés locaux et internationaux.

L’avionneur s’assure ainsi d’une véritable cohérence dans l’exécution de son programme ‘End to End’ associé à sa transformation digitale.

« Nous sommes fiers de mettre notre expertise en cybersécurité mobile à la disposition d’Airbus. Ce choix de la part d’un grand groupe international démontre la robustesse, la simplicité d’utilisation et la puissance de notre solution de protection des mobiles. Être partie prenante dans la transformation digitale engagée par Airbus nous confirme que nos solutions et notre vision répondent aux attentes des entreprises », déclare Gert-Jan Schenk, SVP International de Lookout.

« Il était impératif pour nous de construire une solution mobile sécurisée avec des experts dans les environnements iOS/ Android proposant l’une des offres la mieux adaptée à notre contexte et notre écosystème. La prolifération exponentielle des attaques sur mobiles et leur complexité croissante nécessite la mise en œuvre de réponses proportionnées aux éventuelles menaces rencontrées, c’est pourquoi nous avons décidé de nous appuyer sur les services de Lookout » affirme Stéphane Lenco, CISO d’Airbus.
more...
No comment yet.