AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
67.2K views | +20 today
Follow
 
Scooped by Romain
onto AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Scoop.it!

Video - Le futur visage de l'aéroport de Singapour

L'aéroport de Changi à Singapour va bénéficier d'un nouveau plan d'agrandissement dont la pierre angulaire est une bulle d'acier et de verre reliée aux trois terminaux passagers par des couloirs suspendus toujours fait de verre et d'acier. Accueillant un gigantesque jardin tropical avec cascades à profusion, la "bulle" aura plusieurs fonctions : être un lieu de visite touristique et participer à l'amélioration de l'interconnexion des flux de passagers entre les terminaux. La coupole sera le futur "noeud" de communication de la plate-forme.
more...
No comment yet.
AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Une sélection d'articles sur le monde aéronautique, la vie des compagnies aériennes, les industriels aéronautiques, les grands contrats, les salons internationaux et les grands enjeux du secteur.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Rolls-Royce studying maintenance robotics

Rolls-Royce studying maintenance robotics | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
The British engine-maker is exploring ways in which robotics could be used to revolutionise the future of engine maintenance.

Rolls-Royce is exploring ways in which robotics could be used to revolutionise the future of engine maintenance. The company teamed up with academics from the University of Nottingham and Harvard University to discuss and demonstrate a wide range of potential future technologies at the Farnborough Airshow as part of its IntelligentEngine vision — from ‘snake’ robots that work their way through the engine like an endoscope, to miniature, collaborative ‘swarm’ robots that crawl through the insides of an engine.

The IntelligentEngine vision, first introduced by Rolls-Royce at the Singapore Airshow earlier this year, describes a world where product and service have become so closely connected that they are inseparable. This vision drives activity across a range of fields, including robotics, with a particular focus on digital technologies.

The robotic technologies are claimed to represent an opportunity to improve the way engine maintenance is delivered, for example by speeding up inspection processes or by removing the need to take an engine off an aircraft in order to perform maintenance work.

The technologies display at Farnborough included:

• SWARM robots – a set of collaborative, miniature robots, each around 10mm in diameter which would be deposited in the centre of an engine via a ‘snake’ robot and would then perform a visual inspection of hard-to-reach areas by crawling through the engine. These robots would carry small cameras that provide a live video feed back to the operator allowing them to complete a rapid visual inspection of the engine without having to remove it from the aircraft. This project is a partnership between Rolls-Royce, Harvard University and University of Nottingham.

• INSPECT robots – a network of ‘periscopes’ permanently embedded within the engine, enabling it to inspect itself using the periscope cameras to spot and report any maintenance requirements. These pencil-sized robots are thermally protected from the extreme heat generated within an engine and the visual data they create would be used alongside the millions of data points already generated by today’s engines as part of their Engine Health Monitoring systems. This project is a partnership between Rolls-Royce, Oxsensis, BJR Systems, Roke Manor and the University of Nottingham.

• Remote boreblending robots – teams from Rolls-Royce and the University of Nottingham have worked together to develop a robotic boreblending machine that can be remotely controlled by specialist engineers. In practice this means that complicated maintenance tasks, such as repairing damaged compressor blades using lasers to grind parts, could be completed by non-expert ‘local’ teams who would simply install the tool in the engine and then hand control of it over to a dedicated expert back in Rolls-Royce’s Aircraft Availability Centre who would then direct its work remotely. This removes the need for specialist teams to travel to the location of an aircraft needing maintenance, vastly reducing the time required to return it to service.

• FLARE – a pair of ‘snake’ robots which are flexible enough to travel through an engine, like an endoscope, before collaborating to carrying out patch repairs to damaged thermal barrier coatings. This project is a partnership between Rolls-Royce, University of Nottingham and Metallisation.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un enfant survit à un crash en Indonésie

Un enfant survit à un crash en Indonésie | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Un garçon de 12 ans est le seul survivant du crash d’un petit avion samedi en Papouasie, six autres passagers et les deux pilotes trouvant la mort.

Un PAC P-750 XSTOL de la compagnie aérienne charter Dimonin Air avait décollé le 11 aout 2018 dans l’après-midi de Tanah Merah en direction de l’aéroport d’Oksibil dans la région indonésienne de Papouasie, un vol de 45 minutes. Selon la police locale, l’appareil immatriculé PK-HVQ a perdu le contact avec la tour de contrôle peu de temps avant son atterrissage dans la ville proche de la frontière avec la Papouasie-Nouvelle Guinée.

Des villageois ont raconté avoir entendu une explosion. Les premiers sauveteurs ont atteint le lieu de l’accident environ deux heures plus tard, et ont découverts un survivant, un garçon de 12 ans encore conscient. Identifié comme s’appelant Jumaidi, il a été évacué vers l’hôpital, tandis que les corps de huit autres personnes présentes à bord étaient récupérés dans la jungle, dans une zone escarpée.

Les raisons de l’accident restent peu claires, la météo n’étant pas mentionnée dans les rapports initiaux. L’agence Antara News a nommé les deux navigants du vol, le commandant de bord Leslie Sevuve et le copilote Wayan Sugiarta.

Les accidents d’avions ne sont pas rares en Indonésie, archipel de 400 îles où il est souvent le seul moyen de transport. Le dernier notable en Papouasie remonte à 2015, le crash d’un ATR de Trigana Air Service tuant les 54 personnes à bord.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Ce qui gênait l'Etat pour vendre sa participation dans Air France-KLM à AccorHotels

Ce qui gênait l'Etat pour vendre sa participation dans Air France-KLM à AccorHotels | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Outre sa volonté de trouver au préalable un nouveau patron à Air France-KLM, l'Etat était réticent à vendre sa participation dans le cadre d'un accord de gré à gré alors que le cours de Bourse du groupe aérien est au plus bas. D'autant plus que les synergies industrielles avec Accor ne lui apparaissaient pas évidentes pour le groupe aérien. L'immobilisme de l'Etat lié à l'affaire Benalla n'a pas arrangé les choses.

AccorHotels a renoncé fin juillet à son projet de racheter la participation que détient l'État dans Air France-KLM (14,3%) au motif, a-t-on dit à La Tribune dans le camp du groupe hôtelier, que l'État, ne lui avait pas montré, avant la publication de ses résultats semestriels le 26 juillet, sa volonté de réaliser cette opération pour laquelle il avait pourtant manifesté en coulisse son intérêt de principe, dès lors qu'elle s'articulait autour d'un projet industriel.

Toujours dans le camp d'Accor, l'immobilisme de l'État s'expliquait en partie par l'affaire Benalla, mais aussi par la différence de calendrier entre le groupe hôtelier et l'État, puisque ce dernier a toujours indiqué souhaiter qu'Air France-KLM trouve un nouveau patron avant de se pencher sur la cession de sa participation dans le groupe aérien. La nomination d'un nouveau patron pour Air France-KLM pour remplacer Jean-Marc Janaillac, démissionnaire le 15 mai à la suite de son référendum perdu sur la question salariale, n'est pas attendue avant fin août.
Prix trop bas de l'action Air France-KLM

Pour autant, du côté du gouvernement, il y a d'autres raisons. Selon nos informations, le ministère des Finances n'était pas très chaud pour mener une opération de gré à gré avec une capitalisation boursière d'Air France-KLM aussi basse (à peine plus de 3 milliards d'euros en juillet) et craignait de se voir reprocher de brader sa participation dans le capital de l'une des entreprises les plus emblématiques du pays. Avant la légère hausse du cours de l'action d'Air France-KLM enregistrée depuis la publication des résultats semestriels du groupe ce 1er août, l'action se situait autour de 7,30 euros en juillet, valorisant la participation de l'Etat à environ 450 millions d'euros seulement.

En outre, l'Agence des Participations de l'Etat (APE) avait du mal à évaluer les synergies industrielles entre Air France-KLM et Accor. Les premières conclusions rejoignaient celles de la direction d'Air France et d'un grand nombre d'observateurs affirmant que les avantages étaient plus évidents pour Accor que pour Air France-KLM.
L'Etat veut céder sa participation

L'échec d'un accord avec le groupe hôtelier français n'enlève rien au fait que l'État veuille vendre sa participation. C'est pour cela qu'il a engagé une banque-conseil (Nomura) et un cabinet d'avocats d'affaire (BDGS).

Mais, en l'absence de mesures structurelles pour améliorer la compétitivité du groupe, le cours de l'action ne risque pas de s'améliorer de manière significative de sitôt. Or, si une meilleure compétitivité d'Air France-KLM passe principalement par des mesures internes au groupe en général et à Air France en particulier, l'État a les moyens d'apporter sa pierre dans ce domaine en abaissant les charges qui pèsent sur le transport aérien français.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Elon Musk parviendra-t-il à lancer plus de 4000 satellites d’ici 2024 ?

Elon Musk parviendra-t-il à lancer plus de 4000 satellites d’ici 2024 ? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Les petits satellites de communication apparaissent comme une solution de connectivité complémentaire à la fibre et à la 4G. Mais les projets de constellation, dont celui -énorme- du patron de Space X, pourraient se montrer trop ambitieux.

Moins chers à fabriquer et plus performants, les satellites inférieurs à 500 kilos sont l’objet de toutes les convoitises. Le marché devrait être multiplié par six au cours de la prochaine décade, selon un rapport de la société d’analyse et de conseils Euroconsult. Mais ce qui frappe dans le phénomène, c’est la domination nouvelle des « comsats », les satellites dédiés aux télécommunications. Sur les 7000 petits satellites qui seront lancés dans les dix ans qui viennent, 3500 seront en effet consacrés aux communications haut débit, ce qui représente donc 50 % du total. L’observation de la Terre et la collecte d’informations ne disparaissent pas pour autant avec respectivement 1400 et 850 lancements.
Deux constellations concentrent 92% des comsats

Ce boom est dû notamment à deux projets de constellation gigantesque en orbite basse : celui de OneWeb et celui de Starlink. Ils représentent à eux seuls 92% des comsats. OneWeb est mené par Greg Wyler avec l’aide d’Airbus et prévoit de fonctionner avec environ 2000 satellites. Derrière Starlink, on trouve Space X et Elon Musk avec en ligne de mire près de 12 000 satellites dont 4425 prévus d’ici 2024. En ne retenant « que » 3500 satellites au total, Euroconsult fait donc preuve d’une grande prudence, voire se montre dubitatif sur les capacités de Space X à tenir une telle cadence. Le problème, c’est que la FCC, le gendarme des télécoms américain, attend que le service soit opérationnel dans les neuf ans après avoir accordé la licence. Le risque plane donc sur ce colossal montage.

Par ailleurs, la sur-représentation de OneWeb et Starlink masque la montée en puissance de deux autres acteurs sur ce créneau : le canadien Telesat LEO et l’américain LeoSat. Tout simplement parce que leurs appareils pèsent plus de 500 kg et n'ont donc pas été pris en compte par Euroconsult. Leosat poursuit, lui aussi, un projet de constellation d’une centaine de satellites en orbite basse aux côtés du japonais SKY Perfect JSAT et de l’Espagnol Hispasat. C'est pour ces mêmes raisons de gabarit que le satellite opéré par Eutelsat pour Orange, dans le but de compléter la couverture numérique du territoire français, n'apparaît pas non plus dans le rapport. Le service est toujours attendu pour 2021.
Amélie Charnay
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Crash d’un Ju-52 de la compagnie suisse Ju-Air

Crash d’un Ju-52 de la compagnie suisse Ju-Air | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le trimoteur de collection immatriculé HB-HOT s'est écrasé au Piz Segnas dans les Grisons (Alpes Suisses), samedi 4 août 2018. La police suisse fait état de 20 morts.
5.08.2018
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle

Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Un mécanicien "suicidaire" de 29 ans a volé un bimoteur vide vendredi soir à l'aéroport de Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis, et effectué quelques figures acrobatiques sous l'oeil vigilant de deux F-15 militaires avant de s'écraser dans la baie de Seattle.

La police locale a rapidement écarté tout caractère "terroriste" de l'incident et assuré que ce mécanicien de la compagnie Alaska Airlines avait des tendances suicidaires et avait agi seul.

Les circonstances dans lesquelles le jeune homme a réussi à faire décoller l'appareil - un bimoteur à hélices Bombardier Q400 d'une capacité de 90 places maximum - n'ont pas été détaillées par les autorités de l'aéroport de Seattle-Tacoma, situé à quelques kilomètres au sud de la grande métropole de l'Etat de Washington.

Une vidéo amateur circulant sur les réseaux sociaux montre l'appareil effectuer un lent tonneau sur lui-même, puis un looping qui s'achève au ras de l'eau avant de se redresser. Le tout sous la surveillance étroite de deux F-15 militaires.

La vidéo ne montre pas en revanche le crash de l'avion dans un bois de l'île de Ketron, dans la baie de Seattle, qui, selon les autorités, n'a pas fait de victime.

A l'aéroport de Seattle-Tacoma, les autorités avaient dans un premier temps signalé qu'un employé d'une compagnie aérienne avait procédé à un "décollage non autorisé" à bord d'un avion vide avant de s'écraser en quittant l'aéroport.

La direction de Sea-Tac Airport avait alors souligné que les opérations avaient aussitôt repris normalement à l'aéroport. L'avion appartenait à la compagnie Horizon Air, filiale d'Alaska Airline, avait précisé Sea-Tac Airport.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Lancement réussi pour la sonde Parker de la Nasa, en route vers le soleil

VIDEO - Lancement réussi pour la sonde Parker de la Nasa, en route vers le soleil | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le 12 août 2018, la Nasa a lancé vers le soleil la sonde Parker Solar Probe. La mission a pour but l’investigation du climat de notre astre, plus en particulier sa couronne solaire.

Aboutissement de 60 ans de recherche, nommée d'après le physicien Eugene Parker qui le premier proposa l’existence du vent solaire, la sonde Parker Solar Probe (PSP) de la Nasa a décollé vers le soleil dimanche 12 août, de Cape Canaveral en Floride. L'engin, de la taille d’une voiture, naviguera dans la couronne du Soleil, une partie de son atmosphère qui s’étend sur plusieurs millions de kilomètres dans l’espace alentour. A un peu plus de 6 millions de kilomètres de la surface, PSP sera l'objet s'étant le plus approché de la fournaise. Son voyage se prolongera sur 7 ans et se terminera par une immolation fatale.

La vidéo du lancement

Des questions vieilles comme le monde

La sonde est équipée d’instruments capables d’échantillonner les particules et les champs magnétiques dans son sillage. Les données rassemblées seront alors envoyées sur Terre. En analysant ces résultats, les astronomes espèrent pouvoir répondre à des questions fondamentales. Par exemple, comment se fait-il que la couronne solaire ait une température de 3 millions de degrés, alors que la surface du soleil est à 6000 degrés ? La couronne se réchauffant au contact de la cette dernière, une telle observation est en théorie impossible.
PSP est en elle-même une avancée technologique. Pour braver les orbites planétaires qui la séparent de sa destination finale, elle sera propulsée par l’une des fusées les plus puissantes au monde : la Delta IV Heavy. Et sa résistance aux chaleurs infernales sera assurée par un bouclier thermique. Il est composé d’un “composite de carbone en sandwich autour d’une mousse de carbone de 11,5 centimètres d’épaisseur, constituée à 97% d’air”, des matériaux ultralégers. S’exprimant dans le communiqué, Thomas Zurbuchen, administrateur associé de la direction des missions scientifiques de la Nasa, affirme que la mission apportera aussi des information sur “d’autres étoiles dans la galaxie, l’univers et même sur l’origine de la vie”.

L'Europe y va aussi

Comme le rapporte The Guardian, l'Agence Spatiale Européenne (ASE) prépare la mission Solar Orbiter, en construction chez Airbus, à Stevenage (Royaume-Uni). La sonde sera lancée en 2020, d'après le site de l'ASE, et sera opérationnelle pendant 3 ans. En plus des détecteurs de particules, elle sera munie de télescopes pour observer le soleil. Néanmoins, elle restera plus éloignée que PSP, tout en étant exposée à une chaleur de 600°C. Solar Orbiter sera à l'abri des rayons incandescents derrière un "parasol high-tech", précise le quotidien anglais.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

ATR passe entre les gouttes de l'embargo iranien

ATR passe entre les gouttes de l'embargo iranien | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La livraison de cinq avions à hélices intervient à la veille de la mise en oeuvre des sanctions américaines dans la République Islamique. ATR n'aura toutefois livré que treize avions sur une commande de vingt.

Ils sont arrivés. Après avoir annoncé samedi qu'elle s'apprêtait à recevoir cinq avions ATR, la compagnie aérienne Iran Air a publié ce dimanche matin des photos des appareils sur le tarmac de l'aéroport Mehrabad de Téhéran, et de la cérémonie d'accueil des cinq avions à hélice ATR72.

The newest members of the #IranAir family are home now, at #Mehrabad Airport in #Tehran: EP-ITI, EP-ITJ, EP-ITK, EP-ITL and EP-ITM. Five brand-new #ATR72 aircraft. #Homa pic.twitter.com/8Ui4jGPm73
— Iran Air (@IranAir_IRI) 5 août 2018



Welcome ceremony for the latest batch of #ATR72 aircraft delivered to #IranAir, with the presence of the airline's CEO, Farzaneh Sharafbafi. #Mehrabad #Tehran #Homa pic.twitter.com/vi5arrGpME
— Iran Air (@IranAir_IRI) 5 août 2018



Selon l'agence officielle de presse iranienne IRNA, le directeur général d'Iran Air, Farzaneh Sharafbafi, avait même fait le déplacement pour assister à leur décollage du sol français, samedi soir.
Sanctions américaines

Pour l'avionneur basé à Toulouse, détenu à parité par Airbus et l'italien Leonardo, c'est une - relativement - bonne nouvelle. Car cette livraison intervient in extremis, à la veille de la mise en oeuvre des premières sanctions américaines en Iran : les entreprises de plusieurs secteurs, dont l'aéronautique, doivent cesser toute activité avec la république islamique à compter du lundi 6 août.

Or la livraison de ces appareils, inclus dans une commande ancienne , était suspendue à une autorisation de l'administration américaine, qui doit approuver l'exportation des avions contenant plus de 10% de composants fabriqués aux Etats-Unis. Finalisée début 2017, cette commande portait sur vingt appareils, mais ATR n'en avait livré que huit lorsque l'accord sur le nucléaire iranien a été dénoncé par Donald Trump, début mai.
Commandes record

Mi-juillet, le président exécutif d'ATR, Christian Scherer, déclarait être optimiste sur la livraison des derniers appareils. «Sinon, nous sommes confiants sur les possibilités de les replacer ailleurs », avait-il indiqué. Le 31 juillet, ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire avait lui aussi indiqué avoir «bon espoir » de voir le dossier se débloquer avant le 6 août, évoquant toutefois la livraison de huit avions - et non pas cinq. Un peu plus tôt dans le mois, il avait été question de « six à huit » avions susceptibles d'être prêts d'ici à l'échéance. Personne n'était disponible dimanche chez ATR pour commenter l'information du jour.
À lire aussi

ATR espère une ouverture du marché chinois en 2019

Le constructeur d'avion à hélices, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars en 2017 (1,6 milliard d'euros), avait alerté début juillet sur le «grave préjudice » que les sanctions risquaient de lui faire subir. Au prix catalogue, la commande de 20 appareils représentait 1,1 milliard de dollars.

L'avionneur avait engrangé l'an dernier un record de commandes, ayant signé globalement pour la vente de 113 de ses avions à 70 sièges (ATR72) ou à 50 sièges (ATR42). Il mise cette année sur 80 nouvelles commandes, et fonde de grands espoirs sur l'ouverture du marché chinois à compter de 2019. Il devra en tout cas, pour l'heure, faire une croix sur l'option signée par Iran Air début 2017, qui portait sur 20 ATR72 supplémentaires.
Anne Feitz
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La vertigineuse accélération des jets d’affaires

La vertigineuse accélération des jets d’affaires | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Plus vite, plus loin, plus cher: chaque patron veut son joujou volant, dont certains frôlent les 70 millions de dollars. Et bientôt, la révolution supersonique.Toujours plus grands, toujours plus chers. Dans le petit monde de l'aviation d'affaires, la guerre de l'ultra-haut de gamme fait rage. Bombardier a dévoilé le 28 mai au Salon EBACE de Genève deux nouveaux appareils, les Global 5500 et 6500, des avions à 46 et 56 millions de dollars pièce. Tout en haut du spectre, les prix
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Paris-Orly : l’extension du Hall 1 au terminal Ouest ouverte

Paris-Orly : l’extension du Hall 1 au terminal Ouest ouverte | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le Groupe ADP a inauguré mercredi dans le Hall 1 de l’aéroport Orly-Ouest un nouveau bâtiment de 6000 m². Cette extension, équipée de 4 nouveaux postes avions moyens porteurs, permet d’accueillir plus d’appareils au contact du terminal.

Rendue nécessaire par le développement régulier du nombre de passagers de Paris-Orly, cette nouvelle infrastructure inaugurée le 1er aout 2018 améliore la qualité de l’accueil en augmentant les surfaces pour l’embarquement et le débarquement, mais également la capacité du Hall 1 qui passe de 4,8 à 5,5 millions de passagers par an.

L’aménagement de la salle d’embarquement permet une meilleure lisibilité des fonctions dans ce hall qui accueille les passagers pour les destinations Schengen des compagnies aériennes HOP!, Air France, Air Malta, Alitalia, Iberia, TAP Air Portugal et la low cost Vueling : un sol en marbre dans les zones de circulation, de la moquette autours des sièges et des services, une allée principale de circulation suffisamment large (6 mètres) pour permettre aux passagers de se déplacer aisément d’un bout à l’autre. Le Groupe ADP a utilisé, pour l’ambiance et le design du lieu, des matériaux naturels tels que le bois pour habiller les murs et a largement ouvert le bâtiment sur la lumière naturelle et les avions.

Pour répondre aux besoins et attentes des passagers, trois nouveaux commerces ont été ouverts : une boutique Relay, une zone duty-free Alcool-Tabac-Parfum-Art de vivre et un espace de restauration Paul. En complément, une offre de services est disponible en salle d’embarquement : des espaces enfants, de jeux Playstation, de recharge pour les téléphones et smartphones, un piano en libre-service, une terrasse fumeurs en extérieur.

En matière environnementale, l’ensemble du bâtiment est équipé de luminaires de type LED – pour le hall, l’éclairage des aires avions, le balisage et l’éclairage routier ; les éclairages intérieurs sont associés à des systèmes de gestion intelligente avec détecteur de présence et de luminosité, horloges etc. ; les moteurs des centrales de traitement d’air disposent de vitesses variables et d’un système de préservation de l’énergie. Au niveau de l’engagement sociétal, les principaux marchés de travaux du projet ont intégré une clause d’insertion sociale prescrivant la réalisation de 10.000 heures de travail par des personnes défavorisées (demandeurs d’emploi longue durée, allocataires du RSA, etc.). Ce quota d’heures a été entièrement réalisé, souligne le Groupe ADP

« Cette nouvelle salle d’embarquement s’intègre dans un vaste plan de transformation de l’aéroport Paris-Orly. D’ici à 2020, l’aéroport aura totalement changé de physionomie, la qualité de l’accueil et des installations se sera améliorée, les accès et déplacements des passagers auront été fluidifiés », souligne dans un communiqué Régis Lacote, directeur de l’aéroport Paris-Orly.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Hommage d’Air France à Joël Robuchon

Hommage d’Air France à Joël Robuchon | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La compagnie aérienne Air France a rendu hommage au Chef Joël Robuchon, qui était encore à la direction des cuisines des cabines La Première entre janvier et mars de cette année.

« Nous saluons la mémoire de Joël Robuchon, chef visionnaire et virtuose, visage de la gastronomie française dans le monde, avec qui nous avons eu l’immense honneur de collaborer pendant de nombreuses années », écrivait hier la compagnie nationale française après le décès du chef multi-étoilé le 6 aout 2018. Elle rappelle qu’au nombre et au rythme des saisons, quatre chefs, tous étoilés au guide Michelin, se succèdent cette année à la direction des cuisines des cabines La Première, pour offrir le meilleur de la gastronomie française :

– Joël Robuchon, chef le plus étoilé au monde, de janvier à mars 2018 ;
– Anne-Sophie Pic, chef trois étoiles, d’avril à juin 2018 ;
– Régis Marcon, chef trois étoiles, de juillet à septembre 2018 ;
– Guy Martin, chef étoilé, d’octobre à décembre 2018.

Le mois dernier à Londres, Air France avait été couronnée par Skytrax à trois reprises pour les services La Première, classée troisième meilleure au monde :

– Meilleure restauration à bord en première classe,
– Meilleure restauration en salon en première classe,
– Meilleurs accessoires de confort en première classe.

Depuis la base de la compagnie SkyTeam à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, les cabines La Première s’envolent vers Abidjan (Côte d’Ivoire), Beyrouth (Liban), Dubaï (Emirats Arabes Unis), Hong Kong (Chine), Houston (Etats-Unis), Johannesburg (Afrique du Sud), Libreville (Gabon), Los Angeles (Etats-Unis), Luanda (Angola), Mexico City (Mexique), New York (Etats-Unis), Pékin (Chine), San Francisco (Etats-Unis), Sao Paulo (Brésil), Shanghai (Chine), Singapour (République de Singapour), Tokyo (Japon), Washington (Etats-Unis), Yaoundé (Cameroun).
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Les pilotes vent debout contre Ben Smith candidat au siège de patron d'Air France-KLM

Les pilotes vent debout contre Ben Smith candidat au siège de patron d'Air France-KLM | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Benjamin Smith, le numéro deux d'Air Canada, aurait été retenu par le comité des nominations du groupe aérien pour le poste de directeur général. Le syndicat majoritaire des pilotes d'Air France dénonce une « tambouille » et appelle à un traitement impartial des candidatures.

Benjamin Smith, le numéro deux d'Air Canada, subira-t-il le même sort que Philippe Capron ? Le directeur financier de Veolia, pressenti pour devenir patron du groupe Air France-KLM, avait dû renoncer face à un tir de barrages , notamment du côté des pilotes d'Air France.

Cette fois, le patron opérationnel de la compagnie canadienne, dont le nom a été révélé ce mercredi par « Le Monde », citant plusieurs sources, est un professionnel de l'aérien. Le profil exigé dans le cadre de la future gouvernance du groupe aérien, qui prévoit de dissocier le poste de PDG qu'occupait jusqu'à sa démission Jean-Marc Janaillac, avec un président non-exécutif et un directeur général, qui n'occuperait plus par ailleurs le fauteuil de président d'Air France.
Aucune décision prise

Dans ce schéma, Benjamin Smith deviendrait donc le directeur général d'Air France-KLM, et Anne-Marie Couderc, actuelle présidente non exécutive, pourrait être reconduite. Le groupe n'a pas confirmé l'information, se contentant d'un commentaire laconique : « le processus de nomination de la nouvelle gouvernance d'Air France-KLM est en cours et se poursuit. Aucune décision n'est prise ».

Le Syndicat national des pilotes de ligne d'Air France (SNPL AF) s'avère beaucoup plus disert. Son président, Philippe Evain, contacté par « Les Echos » dans la matinée, promettait la publication d'un communiqué dans la journée. C'est chose faite. Et, comme le laissaient supposer es premiers commentaires du syndicaliste, « ce n'est pas le bon candidat, c'est celui de ceux qui veulent conserver leur place. Or on a besoin de sang neuf », le SNPL AF ne souhaite pas la bienvenue à Ben Smith.
Travail impartial

« L'hypothèse d'un patron nord-américain commence à prendre corps... en corollaire, son accession à la tête de l'entreprise serait facilitée par la promesse du maintien en place de la « vieille garde française » », réagit le syndicat de pilotes, ajoutant dans son communiqué qu' « Air France mérite mieux que cette tambouille mijotée par un comité de nomination dont l'unique objectif est de se préserver. »

Le SNPL AF appelle le Président de la République, Emmanuel Macron, à « sommer le conseil d'administration de faire un travail impartial, de reconsidérer l'ensemble des candidatures à la vue des éléments nouveaux, comme par exemple l'augmentation du niveau de rémunération du futur dirigeant ». Selon le syndicat, « il y a parmi ces candidats des profils qui correspondent aux besoins vitaux de l'entreprise. »

Air France-KLM, qui a publié ce mercredi un trafic en hausse de 1,7% en juillet, a estimé le coût des grèves des pilotes au printemps à 335 millions d'euros. Ce qui ne l'a pas empêché d'annoncer des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, avec un chiffre stable et un résultat d'exploitation redevenu bénéficiaire.
Antoine Boudet
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La Nasa présente les astronautes qui testeront les premières capsules spatiales privées

La Nasa présente les astronautes qui testeront les premières capsules spatiales privées | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Ces vols auront lieu en 2019 et permettront aux Etats-Unis de reprendre l'envoi de personnes dans l'espace avec des moyens américains.

La Nasa a dévoilé vendredi 3 août le nom des neuf astronautes qui se rendront dans l'espace en 2019 dans des capsules spatiales de Boeing et SpaceX: un mélange d'astronautes chevronnés et de jeunes loups de l'espace. Ces vols pionniers permettront aux Etats-Unis de reprendre l'envoi de personnes dans l'espace avec des moyens américains, la Nasa ayant arrêté ses navettes spatiales en 2011 et se reposant depuis sur les fusées russes pour emmener ses astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS), déboursant 80 millions de dollars pour un simple siège.

C'est également la première fois que des entreprises privées américaines se chargeront de cet acheminement, puisque la Nasa a demandé en 2014 à Boeing et SpaceX de développer de nouveaux systèmes de lancement pour prendre le relais en 2019.

"Ceci est important pour notre pays, nous voulons que l'Amérique sache que nous sommes de retour, que nous faisons voler des astronautes américains dans des capsules américaines depuis le sol américain", a déclaré Jim Bridenstine, l'administrateur de l'agence spatiale américaine, lors d'une cérémonie pour présenter les neuf astronautes (sept hommes et deux femmes) depuis Houston, au Texas.

SpaceX a prévu un vol de démonstration sans passagers en novembre 2018, tandis que les premiers astronautes, parmi lesquels Robert Behnken et Douglas Hurley, devraient quitter la Terre en avril 2019. Pour Boeing, qui développe la capsule Starliner, deux pilotes chevronnés participeront aux vols d'essai: Eric Boe, 53 ans, Christopher Ferguson, 56 ans.

Ils seront accompagnés de Nicole Aunapu Mann qui effectuera là son premier voyage dans l'espace, et de l'expérimentée Sunita Williams, ancienne pilote de l'US Navy (52 ans). Au total, la Nasa a expliqué "avoir signé un contrat pour six missions, avec un maximum de quatre astronautes par mission, pour chaque compagnie".
(Avec AFP)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Spire confie à Arianespace le lancement de ses microsatellites

Spire confie à Arianespace le lancement de ses microsatellites | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le fournisseur de données météorologiques, maritimes et aéronautiques américain vient d’annoncer que plusieurs de ses CubeSats seront lancés en 2019 à l’occasion du vol de démonstration du Service de lancement de petits satellites (SSMS) de Vega. Le contrat signé avec Arianespace prévoit aussi plusieurs options pour des lancements sur des vols Vega ultérieurement.

Avec plus de 80 satellites placés en orbite au cours des quatre dernières années, Spire est vite devenu un acteur majeur de la nouvelle communauté spatiale. Construits par Spire à partir de sa plate-forme CubeSat LEMUR2, les nanosatellites pèseront environ 5 kg au lancement et sont conçus pour une durée de vie nominale de 2 à 3 ans, une fois placés sur une orbite héliosynchrone à 500 km d’altitude. Chaque satellite transporte plusieurs capteurs lui permettant de recueillir les données nécessaires à Spire pour tous ses produits.

Le vol de démonstration du concept de Vega sera la première mission du service SSMS, programme lancé par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) en 2016 auquel contribue également la Commission européenne. Pour tous les partenaires européens participant à ce projet, celui-ci a pour but de répondre aux besoins institutionnels et commerciaux du marché prometteur des microsatellites en proposant un nouveau concept de lancement partagé à bord du lanceur léger Vega.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Les usines Airbus à Toulouse, les plus grandes de France

Les usines Airbus à Toulouse, les plus grandes de France | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Tout l’été, L’Usine Nouvelle propose de vous emmener dans les usines les plus extraordinaires... de France. La plus animale, celle qui sent bon, celle située en haute altitude... C’est bien de la plus grande dont il est sujet aujourd’hui. Des chaines de production sur des milliers de mètres carrés, des appareils dans des hangars immenses. Découvrez les sites d'Airbus à Toulouse.

26 000 employés, 700 hectares, six sites, le complexe Airbus à Toulouse est particulièrement impressionnant. Les usines du constructeur s’y sont installées en décembre 1970, sur une zone déjà destinée à l’aéronautique depuis la Première guerre mondiale. Dans les annales du début d’Airbus, le "saut majeur" du site a eu lieu en 1972, lors du premier vol de l’A300 sur le site.

En plus du siège central, des services généraux, du pôle RH et communication, sont rassemblés sur ce terrain les plus gros succès d’Airbus. A320 et A350 XWB sur le site de Saint-Martin-du-Touch où ont lieu aussi des recherches de conception et des tests d’intégration. A côté, l’usine Clément Ader s’occupe des long-courriers A330 et de la peinture de l’A350 XWB. Ce site s’occupe aussi des opérations de chargement du Beluga, l’avion-cargo créé par Airbus pour acheminer les équipements entre ses différents centres européens. Les fameux A380 sont assemblés au centre Jean-Luc Lagardère.

La ville industrie Airbus

Ecole, salle de sport... c’est une véritable ville-industrie. Le site regroupe aussi le Lycée Airbus, lycée professionnel d’entreprise, qui forme près de 300 jeunes par ans aux métiers du secteur et un centre de formation pour les collaborateurs avec plusieurs simulateurs de vol. Depuis 2015, le constructeur a développé un accélérateur de start-up appelé Airbus Bizlab, mêlé aux entrepreneurs d’Airbus. Quelques 1000 start-up ont déjà suivi un programme d’accélération.

Le spatial a aussi sa place dans la ville rose. L’activité satellite y est gérée : Airbus développe, assemble, intègre et teste des systèmes satellitaires pour l'observation de la Terre, la météorologie, la science et les télécommunications, notamment. En 2017, le groupe y a inauguré un espace de 4 600 m2 pour la production en série des satellites OneWeb, un projet de constellation aux 900 satellites pour développer le réseau internet.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Air France : dernier appel avant le crash

Air France : dernier appel avant le crash | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Des rumeurs annoncent l'arrivée à la tête d'Air France du numéro deux d'Air Canada, Benjamin Smith pour remplacer Jean-Marc Janaillac démissionnaire début mai. Les syndicats s'offusquent déjà de sa future rémunération et menace la compagnie d'une nouvelle grève. Pourtant Air France doit d’urgence se trouver un plan de vol.

Une nouvelle grève pour Air France ? Philippe Evain, président du SNPL, premier syndicat de pilotes de la compagnie brandit la menace si le nouveau président pressenti Benjamin Smith, le numéro deux d'Air Canada ne relance pas les négociations avortées sur les salaires. Jean-Marc Janaillac avait démissionné fin mai laissant, de fait, la question en suspens.

Cette agitation démontre que diriger notre compagnie nationale ne sera pas une partie de plaisir pour le futur dirigeant. Voilà des mois qu’elle est secouée par de puissantes turbulences, au point qu’un crash – sur le modèle de la Sabena ou de la moribonde Alitalia – n’est plus à exclure. La culture de la grève de ses salariés lui a coûté 840 millions d’euros entre 2014 et 2018, selon des confidences internes, soit une fois et demie le résultat d’exploitation record enregistré l’an passé. Les investisseurs ne lui font plus confiance : à seulement 3 milliards d’euros, sa capitalisation actuelle est sept fois inférieure à celle de Ryanair.

>> A lire aussi - Air France : voici les (énormes) salaires des pilotes

Pire, sa stratégie paraît floue, alors que la concurrence n’a jamais été aussi féroce : sur les courtes et moyennes distances, le TGV et les low-cost règnent en maîtres, tandis que, sur le long-courrier, les flottes du Golfe et d’Asie, plus haut de gamme et moins chères, lui taillent des croupières. Enfin, elle est moins compétitive que ses grandes rivales européennes, comme Lufthansa. Son dernier P-DG de plein droit, Jean-Marc Janaillac, a démissionné avec fracas début mai, à la suite d’une votation interne qu’il avait provoquée et qui s’est retournée contre lui.

Benjamin Smith, s'il est confirmé à la tête de la compagnie parviendra-t-il à la redresser ? Le temps presse : "Anne-Marie Couderc, qui assure l’intérim, n’a aucun pouvoir, à part celui de remplir les photocopieuses. Les syndicats lui parlent à peine", s’inquiète un administrateur. Et sa succession tourne au vaudeville : un premier candidat, l’actuel directeur financier de Veolia, Philippe Capron, s’est vu publiquement recalé quelques heures seulement après que sa nomination avait été donnée pour acquise.

Blessé, cet inspecteur des Finances bon teint s’est fendu dans la foulée d’une lettre de règlement de comptes. Ambiance. "Le comité de nomination a cru pouvoir agir comme au bon vieux temps où l’avenir de l’entreprise se décidait entre énarques. Mais KLM et les actionnaires étrangers étaient contre", analyse Yan Derocles, analyste du transport aérien chez Oddo Securities. Aux dernières nouvelles, il était question de remettre entièrement à plat la gouvernance, selon le souhait des minoritaires Delta Air Lines et China Eastern, et même, murmure-t-on, de l’Etat français, qui détient un peu plus de 14% des actions du groupe et 23% des droits de vote. De quoi reporter la nomination de quelques bonnes semaines encore.

En attendant l'arrivée du nouveau commandant de bord, tentons d’établir sa feuille de route. La priorité sera, de l’avis général, d’en finir avec la "gréviculture" maison. Facile à dire. Ces derniers mois, les syndicats de pilotes ont prouvé, s’il le fallait encore, qu’ils maîtrisent à la perfection l’art du blocage. "Un commandant de bord gréviste n’a pas hésité à faire sortir tous les passagers d’un Paris-Atlanta", s’énerve un salarié. Encore plus fort, nos as du débrayage ont réussi à clouer au sol un Boeing 787 flambant neuf pendant tout le mois de mai sur le tarmac de Roissy. Il a fallu négocier en urgence un accord avec les instructeurs pour qu’il puisse décoller. Coût de la plaisanterie : 2,4 millions d’euros. Le dialogue social est pourtant loin d’être inexistant chez Air France.

>> A lire aussi - Grèves à Air France (et autres) : cette décision de justice qui va vous aider à vous faire indemniser

Pas moins de 44 accords salariaux ont été signés ces deux dernières années. "Le problème, c’est que les pilotes, déjà payés 20 à 30% plus cher qu’ailleurs (dans la mesure où ils font moins d’heures de vol, NDLR), en veulent toujours plus", s’agace notre administrateur. Ils ont, reconnaissons-le, un sacré pouvoir de nuisance. Surtout depuis que, par un arrêt du 12 octobre dernier, la Cour de cassation a interdit à la direction de remplacer les grévistes par des non-grévistes, comme elle le faisait parfois afin de limiter la casse. Alors, que faire ? "Le futur P-DG pourrait s’inspirer de la méthode du concurrent britannico-espagnol International Airlines Group (IAG), qui a signé de bons accords de croissance avec les pilotes d’Iberia et d’Aer Lingus", estime un spécialiste du transport aérien.

>> A lire aussi - Hop!, Boost, Joon, La Navette, Transavia… qui fait quoi chez Air France-KLM en fait ?

Deuxième grand chantier : rationaliser le portefeuille de marques. Air France, Hop !, Transavia, Joon… La compagnie nationale a, ces dernières années, multiplié les filiales pour contourner les dures règles qui la plombent. La dernière-née, Joon, était censée permettre à la compagnie bleu, blanc, rouge de se développer sur le long-courrier tout en faisant des économies sur le dos des personnels navigants. Mais son concept, à base de jus de baobab à la carte et de stewards en baskets au service, n’est guère lisible, et elle n’a pas encore trouvé son public.

De l’avis général, Air France pourrait s’en passer. Mais l’urgence, ce serait surtout de déboulonner l’accord qui entrave l’essor de Transavia, la petite low-cost du groupe. A la suite d’un mouvement social de trois semaines, en 2014, la direction avait accepté de signer un accord avec les syndicats bridant sa flotte à seulement 40 aéronefs. Un peu comme si le top management de PSA avait accepté que l’on plafonne la production de ses 3008 pour ne pas faire d’ombre aux vieux modèles. "Une aberration, s’alarme Yan Derocles. D’autant que Transavia est encore très loin de ses concurrents comme Ryanair. Attention au décrochage !" Autre dossier urgent : le low-cost long-courrier. De fait, pas moins de cinq compagnies (Norwegian, Level, etc.) se sont déjà positionnées sur ce créneau au départ de Paris, tandis qu’Air France reste les bras croisés.

Tous ces défis ne pourront être relevés que si l’Etat se décide enfin à laisser Air France tranquille. Cela tombe bien, depuis quelques semaines, Bercy n’exclut plus de céder sa participation afin de se concentrer sur sa mission de régulateur. La perspective avait fait saliver, un temps, Sébastien Bazin, le P-DG d’Accor-Hotels avant qu'il ne renonce à ce projet. Manifestement, la fin des turbulences n’est pas pour tout de suite.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

SpaceX lance un atelier confidentiel sur la colonisation martienne

SpaceX lance un atelier confidentiel sur la colonisation martienne | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
SpaceX organise un atelier confidentiel avec plusieurs dizaines de spécialistes de la planète Mars. Objectif : parler de la colonisation de la planète rouge.

Aller sur Mars, c’est bien. Survivre et savoir quoi faire sur place, c’est mieux. SpaceX s’est de toute évidence rendu compte que sa réflexion ne doit pas se limiter à la question du transport. Il lui faut aussi penser à l’établissement d’une base sûre et à la façon de la faire correctement tourner, en profitant si possible de l’environnement immédiat, en plus des ravitaillements qu’il faudra faire régulièrement.

Signe de cette prise de conscience, Ars Technica a eu vent d’un atelier confidentiel sur ce sujet. Organisé cette semaine par SpaceX, l’évènement rassemble selon nos confrères une soixantaine de scientifiques et d’ingénieurs venant de différents horizons : de l’industrie, du monde universitaire et du gouvernement, dont, bien sûr, des cadres de la NASA s’occupant des programmes martiens.

L’atelier, qui dure deux jours à l’université du Colorado à Boulder, doit être l’occasion de se pencher sur la façon d’établir et de maintenir une activité humaine sur Mars, avec un degré suffisant de sécurité pour les personnes s’y trouvant. Il doit aussi permettre à SpaceX de tenir son auditoire au courant de ses avancées, avec le Big Falcon Rocket, le moteur-fusée Raptor, le réservoir ou encore la navette de transport.

C’est en 2016 que SpaceX a commencé à communiquer avec insistance sur son objectif martien. En février de cette année, Elon Musk a dit qu’il comptait envoyer une première mission humaine sur la planète rouge avant 2025 (malgré le risque élevé de mortalité pour les premiers aventuriers), avant de préciser sa vision lors d’une conférence sur le voyage vers Mars organisée au mois de septembre.

En 2017 toutefois, le groupe a dû revoir son calendrier et ses prétentions, à la fois pour des raisons d’organisation et de priorisation des programmes mais aussi face à certaines difficultés techniques. Cela ne l’a toutefois pas empêché de parler des sites potentiels pour atterrir (l’un d’eux pourrait accueillir la colonie « Mars Base Alpha ») et de participer à une autre conférence sur Mars.

À en croire des témoignages recueillis par Ars Technica, l’atelier de SpaceX a suscité un certain enthousiasme chez les participants parce que la société fait preuve d’un fort allant (ce printemps, l’entreprise spécialisée dans les activités aérospatiales réaffirmait son attention d’atteindre Mars d’ici dix ans), là où la NASA, qui cherche aussi à rallier la planète rouge, a parfois mis ce projet entre parenthèses.

« SpaceX espère s’engager plus profondément avec la NASA et la communauté scientifique », écrivent ainsi nos confrères, en particulier auprès des scientifiques « qui étudient ces questions en profondeur depuis des décennies, mais qui sont régulièrement frustrés par l’absence de progrès de l’agence spatiale concernant le transport de gens sur Mars ».
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Boeing attend des retards de livraison du 737 jusqu'à fin 2018

Boeing attend des retards de livraison du 737 jusqu'à fin 2018 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Boeing a dit le 9 août s'attendre à ce que les retards de livraison de ses 737 se prolongent jusqu'à la fin de l'année en raison de délais dans les livraisons de fuselages et de moteurs par ses fournisseurs. Boeing n'en a pas totalement fini avec les retards de livraison du 737, dus selon lui à des difficultés d'approvisionnement en fuselages et moteurs. "Cela s'est un peu ressenti dans les livraisons du T2 et ce sera encore plus le cas au T3 où nous pensons que le rythme de nos livraisons sera inférieur à celui de notre production", a déclaré le directeur financier de l'avionneur américain, Greg Smith, lors d'une conférence d'analystes. "Et donc ce sera encore plus sensible au T4", a-t-il ajouté.

CFM et Spirit en cause

Le 737, l'avion le plus vendu de Boeing, est équipé de moteurs de CFM International, coentreprise du français Safran et de l'américain General Electric. CFM a rencontré des problèmes industriels avec la production de son nouveau moteur LEAP destiné au 737 Max et à certains avions d'Airbus.

Boeing est aussi confronté à des retards de livraison de fuselages de son fournisseur américain Spirit AeroSystems, basé dans le Texas. Spirit, qui fabrique 70% de la structure du 737, a connu des perturbations dans sa propre chaîne d'approvisionnement en raison de la forte demande qui met la pression sur ses sous-traitants mais il a promis un retour à la normale en milieu d'année.

Boeing vise une cadence de production de 57 appareils par mois pour le 737, son monocouloir vedette, à partir de 2019. Greg Smith a par ailleurs confirmé que le constructeur passait "beaucoup de temps" à consulter les compagnies aériennes sur un possible avion de milieu de marché, conçu pour transporter entre 220 et 270 passagers sur de longues distances.

Avec Reuters (Eric M. Johnson à Seattle,
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le conflit entre Royal Air Maroc et ses pilotes s’enlise

Le conflit entre Royal Air Maroc et ses pilotes s’enlise | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Plus de 200 vols auraient été annulés depuis le début du conflit entre la compagnie aérienne Royal Air Maroc et ses pilotes, cers derniers niant toujours le fait d’être en grève. Aucune reprise des négociations n’est en vue.

Huit vols annulés hier entre les aéroports de Casablanca, Paris-CDG et Orly, Lyon et Madrid, deux autres ce lundi 13 aout 2018 (AT760/AT761 vers et depuis Orly) : depuis le début du conflit mi-juillet, plus de 200 annulations de vols (plus de 170 selon RAMassistance) ont affectés les passagers de la compagnie nationale marocaine. Royal Air Maroc demande à ses clients de vérifier que leurs coordonnées « sont bien actualisées au niveau de https://bit.ly/2M9qIHA pour être informés en temps réel de tout éventuel changement concernant votre vol ». Des mesures commerciales telles que le report sans frais de la réservation ou le remboursement du billet restent en place.

Depuis le début aout, il n’y a plus aucune négociation entre la RAM et L’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL), cette dernière démentant toute organisation d’une grève à propos de ses revendications salariales. « La RAM nous demande d’échelonner les revalorisations, même pour les nouveaux pilotes. C’est-à-dire que les pilotes qui vont intégrer la compagnie dans six ans vont voir leur revalorisation salariale échelonnée sur les cinq ans qui suivent. Cela peut créer une inégalité en termes de salaire. C’est le petit point qui bloque les négociations », déplorait un pilote dans Telquel. L’AMPL affirmait pourtant la semaine dernière que la question des salaires n’est « pas la priorité des pilotes en ce moment », même si la grille « n’a pas évolué depuis 14 ans » : les pilotes demandent « que la compagnie réduise leurs heures de vol (…) et accorde quatre jours off successifs par mois », soutient un membre du syndicat.

Pour l’APML, les annulations de vols résultent d’une mauvaise préparation du planning estival. Elle pointe du doigt les communiqués de la RAM qui avaient débuté le mois dernier après la publication dans l’Economiste d’une lettre du PDG Abdelhamid Addou, qui dénonçait « l’absence de volonté d’aboutir à un compromis » et une « surenchère des revendications ». « Ce refus dogmatique d’un engagement vers une pérennisation des relations sociales, révèle l’intention de se maintenir dans une position belliqueuse jugée confortable, mais au demeurant court-termiste et inutile, dès lors qu’il n’y aura plus rien à défendre après la destruction », écrivait le dirigeant, alors que la RAM a « mobilisé des moyens, dont nous ne disposons pas aujourd’hui, pour pouvoir répondre aux attentes des pilotes de ligne. Nous avons entrepris la mise en place de process pour améliorer le quotidien. Nous avons initié l’acquisition de systèmes d’information avant-gardistes pour améliorer les conditions de travail et nous avons encore une fois buté sur l’absence d’accompagnement ».
Les pilotes de Royal Air Maroc avait commencé à parler salaires en février, quand la compagnie évoquait sa stratégie de doubler la flotte d’ici 2020 et avait donné un accord de principe sur une revalorisation. Une première journée de grève avait alors été organisée, mais plus aucune depuis, assure l’AMPL qui avait mis sur la table quatre sujets de revendication : une revalorisation des salaires de 15.000 dirhams sur une période cinq ans, le refus d’une paix sociale de 7 ans demandée par la compagnie, 4 jours de repos mensuels consécutifs, et un traitement égal pour les pilotes de RAM Express. Mais aussi la réouverture d’une école de formation des pilotes, un traitement des pilotes étrangers engagés en CDD plus comparable à celui des Marocains (qui sont moins bien payés) – et le sujet des 48 heures off chaque semaine, que les pilotes appliqueraient à la lettre selon le syndicat, d’où l’apparence de grève…
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un japonais investit dans les avions à louer d'Avolon

Un japonais investit dans les avions à louer d'Avolon | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le groupe de services financiers Orix a acquis auprès du chinois HNA 30 % de l'entreprise de leasing, numéro trois mondial.

Le japonais Orix monte à bord du loueur d'avions Avolon, numéro trois mondial du secteur. Le groupe de services financiers va prendre une participation de 30 % dans l'entreprise détenue par Bohai Capital Holding, elle-même contrôlée par le chinois HNA. Le montant de la transaction s'élève à 2,2 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros).

Déjà présent dans le leasing (ainsi que l'assurance-vie ou l'immobilier), Orix s'achète ainsi une place sur le podium des loueurs d'avions de taille mondiale, alors que sa filiale Orix Aviation Systems n'occupe aujourd'hui qu'une modeste douzième place.
« Asset light »

Le marché de la location d'avions s'est fortement développé ces dix dernières années, notamment en raison de la crise financière de 2008 qui a poussé les compagnies aériennes à louer leurs appareils plutôt qu'à les acheter. Une politique d'« asset light » désormais si courante que les loueurs représentent quelque 40 % de la flotte mondiale.

Avec 562 appareils en location, Avolon se place encore loin du leader mondial du secteur, l'américain GECAS, filiale de General Electric, qui compte environ 2.000 appareils, et d'AerCap (plus d'un millier). Il y a tout juste un an, l'émirat de Dubaï a de son côté fait l'acquisition d' AWAS, cinquième acteur du secteur , notamment pour compléter (avec la compagnie Emirates) sa palette d'activités dans le secteur aéronautique. Un japonais, SMBC Aviation, se hisse à la quatrième place mondiale.
Rassurer les agences de notation

Avec cette cession de 30 % de son capital, Avolon rassure de son côté les agences de notation financières. Celles-ci s'inquiétaient que l'entreprise de services aéronautiques serve à renflouer HNA (dont le co-président Wang Jian est décédé accidentellement en France début juillet), un conglomérat dont la boulimie d'acquisitions a dégradé la situation financière.

« L'investissement d'Orix va considérablement améliorer la confiance des investisseurs dans la situation financière d'Avolon et ses futures capacités de financement [...], atténuant ainsi les inquiétudes nées de l'endettement élevé de HNA Group », a commenté auprès de Reuters Corrine Png, fondatrice et directrice générale de la firme de recherche Crucial Perspective spécialisée dans les transports en Asie.
Véronique Le Billon
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L’ENAC élève les drones en volière

L’ENAC élève les drones en volière | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Depuis le printemps dernier, l’Ecole nationale d’aviation civile dispose du plus grand centre d’expérimentation dédié aux drones civils de France, et l’un des plus grands d’Europe.
6.08.2018 par Aerobuzz
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Zephyr, le drone-satellite d’Airbus, bat son propre record du vol le plus long jamais réalisé

Zephyr, le drone-satellite d’Airbus, bat son propre record du vol le plus long jamais réalisé | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le drone satellite solaire d’Airbus Defence and Space, Zephyr S a battu son propre record du vol le plus long en restant dans les airs près de 26 jours, a annoncé le constructeur mercredi 8 août. L’appareil a décollé le 11 juillet depuis l’Etat d’Arizona aux Etats-Unis.

Zephyr S, le drone-satellite solaire d’Airbus Defence and Space a battu le record du vol le plus long jamais réalisé. Le groupe a annoncé, mercredi 8 août, que l’appareil a réalisé un “atterrissage réussi” après un peu moins de 26 jours de vol (25 jours 23 heures et 57 minutes précisément).

L’appareil qui a réalisé la performance est le premier issu du site de production qu’Airbus a inauguré à Farnborough (Royaume-Uni), lundi 16 juillet. Ce vol record est aussi son vol inaugural . Il avait décollé le 11 juillet de l’Etat d’Arizona aux Etats-Unis. Le précédent record, de 14 jours de vol, était déjà détenu par un Zephyr d’essais
“Ce vol inaugural réussi représente une étape décisive pour le programme Zephyr, ajoutant à cette occasion un nouveau record de vol stratosphérique qui nous l’espérons sera très bientôt homologué. Nous allons dans les prochains jours analyser tous les résultats et les données techniques afin d’entamer la préparation de nos prochains vols, notamment durant la seconde moitié de cette année à partir de notre nouveau site d’essais sur le site de Wyndham en Australie de l’Ouest”, a déclaré, dans un communiqué, Jana Rosenmann, directrice de la division drones d’Airbus.

Le Zephyr est un pseudolite - contraction du terme pseudo-satellite - à haute altitude, ou HAPS (High Altitude Pseudo-Satellite) en anglais. Il est alimenté exclusivement par l’énergie solaire via des panneaux qui recouvrent l’intégralité de la surface de 25 mètres d’envergure. Ses batteries stockent la puissance des rayons captés la journée pour continuer d’alimenter le drone la nuit.

Conçu pour voler à une altitude de 70 000 pieds (21 kilomètres) il est “le premier appareil sans équipage de ce type a voler dans la stratosphère”, précise le site internet d’Airbus Defence and Space.

Selon le constructeur il offre l’endurance d’un satellite et la flexibilité d’un drone. L’aéronef a été développé pour assurer des missions de surveillance, de renseignement et de connexion voix et données pour des usages tant commerciaux que militaires.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Transavia la compagnie low-cost qui se démarque

Transavia la compagnie low-cost qui se démarque | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Apparue il y a un peu plus de dix ans dans le transport aérien low-cost, Transavia, compagnie aérienne franco-hollandaise en très forte croissance totalise à ce jour 119 lignes aériennes au départ de la France, (Orly, Nantes et Lyon), des Pays-Bas (Amsterdam, Rotterdam, Eindhoven et Groningen) à destination de l’Europe et du bassin méditerranéen. Elle est devenue en très peu de temps la première compagnie low-cost au départ d’Orly et également numéro 1 au départ de Nantes vers l’international.

En 2017 Transavia est classée « meilleure compagnie low-cost européenne » par Flight Report pour son confort et la qualité de son offre et de son service à bord dont elle se fait une priorité́.



La compagnie mise pour cela sur l’attractivité de ses tarifs et se démarque par l’attention au passager, la relation de proximité avec les personnels navigants, le choix d’hôtesses et stewarts de grande qualité professionnelle afin d’offrir aux voyageurs une expérience de vol agréable.

Une compagnie aérienne qui innove dans les services

Pour se démarquer, Transavia innove dans les services qu’elle apporte aux clients en développant de nombreux partenariats avec des start-ups pour dynamiser et diversifier son offre – c’est notamment le cas de son association avec TravelCar, offre qui permet de rentabiliser son stationnement de parking en mettant en location sa voiture pendant son voyage. La compagnie low-cost joue aussi la transparence sur son site web, qui, en plus d’être facile d’utilisation, ne présente aucun frais « caché ».



Transavia table aussi sur le digital à interface vocal, avec Google Home pour déterminer quel va être le parcours client au lieu de réserver via le site, et un prototype d’appareil de ce type existe déjà pour Transavia Hollande.



Pour la partie opérationnelle et concernant le domaine environnemental, Transavia travaille avec la startup Safetyline pour optimiser la trajectoire de l’avion en montée pour économiser du carburant et diminuer son empreinte carbonne.



nicolas-heninNicolas Hénin, récemment nommé Directeur Général Adjoint Commercial & Marketing chez Transavia France souligne : «La croissance est due à une demande très dynamique sur l’Europe et sur le segment low-cost. Nous avons aussi une performance économique très bonne sur l’ensemble des Transavia en Hollande et en France, ce qui nous permet d’envisager aussi une croissance sur 2018-2019. Ce qui nous différencie c’est que notre positionnement est qualitatif, notre appartenance au groupe Air France KLM nous oblige à un niveau de qualité, en terme d’expérience client mais aussi en termes d’innovations même si on est low cost et on s’inspire des meilleurs. »

Après une très bonne année 2017 placée sous le signe de la croissance, et rythmée par de nombreuses ouvertures de lignes depuis Orly vers le Maghreb et le Moyen-Orient et l’acquisition de 4 Boeing 737-800 équipés de moteurs Safran, 2018 s’annonce sous les meilleures auspices pour Transavia France qui prévoit une croissance de 20% et une augmentation de son offre de 17% à Orly, 50% à Nantes et 25% à Lyon. Nadia Didelot pour AeroMorning
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus livre l’A350 Panda à Sichuan Airlines

Airbus livre l’A350 Panda à Sichuan Airlines | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Sichuan Airlines a reçu hier mercredi 8 août son premier exemplaire d’A350-900 à Toulouse, France. L’appareil à la livrée spéciale Panda [MSN 60] était initialement destiné à la compagnie Sri Lankan Airlines et sera loué par la compagnie chinoise auprès d’Aercap. Le transporteur devient la quatrième compagnie aérienne chinoise à exploiter l’A350 après Air China, Cathay Pacific et China Eastern Airlines.

Propulsé par deux moteurs Rolls-Royce Trent XWB, l’A350-900 Sichuan Airlines est configuré en deux classes pour accueillir jusqu’à 331 passagers : 28 Business et 303 Economie. Il sera dans un premier temps déployé sur des routes domestiques avant de partir à la conquête de l’international. Basée à Chengdu, Sichuan Airlines a commandé 10 A350 et doit recevoir 2 autres A350-900 [MSN52, MSN55] dans les prochaines semaines qui devraient lui permettre de développer de nouvelles liaisons transpacifiques vers l’Amérique du Nord. La compagnie exploite la plus grande flotte Airbus en Chine et opère environ 30 routes internationales au départ de Chengdu, dont Vancouver, Moscou, Sidney ou Dubaï.

La bénédiction du 8 août 2018

En chine le 8 août est un jour porte bonheur. Le chiffre 8 est un bon présage et une bénédiction pour la prospérité des entreprises. Cette livraison d’A350 n’a ainsi pas échappée à la tradition populaire et au moment de quitter Toulouse, l’équipage de l’A350 « Panda » Sichuan Airlines a demandé un pushback a 18h18 et un décollage à 18h58…pour cumuler les doubles 8. L’avion « Panda » a donc débuté sa carrière sous les meilleurs hospices et la bonne fortune du chiffre 8, qui se prononce « ba » et que tout le monde s’arrache en Chine.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Beluga, le Super Transporter d'Airbus

Beluga, le Super Transporter d'Airbus | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
"Super Transporter" est le nom officiel du Beluga, le successeur du Super Guppy. Le nom "Beluga" s'est imposé naturellement tant la ressemblance avec la sympathique baleine blanche est évidente. A partir de 2019, le Beluga XL entera en service. Les années du Beluga seront alors comptées. Mais d'ici leur retrait définitif du service, les cinq A300-600ST ont encore de belles heures de vol devant eux. Ils restent un élément essentiel de la montée en cadence de la production d'Airbus. Le photographe Daniel Faget a extrait de ses archives une sélection de photos en hommage au Beluga d'Airbus.
9.08.2018
more...
No comment yet.