AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
65.2K views | +31 today
Follow
AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Une sélection d'articles sur le monde aéronautique, la vie des compagnies aériennes, les industriels aéronautiques, les grands contrats, les salons internationaux et les grands enjeux du secteur.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : plus de 61 Md$ de contrats aujourd'hui

Farnborough 2018 : plus de 61 Md$ de contrats aujourd'hui | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it



En ce deuxième jour du salon aéronautique de Farnborough, c'est Boeing qui vire en tête avec un total de 26,5 Md$ engrangés, suivi par Airbus (19,9 Md$) et Embraer (15 Md$).

Pour cette deuxième journée du Farnborough Airshow 2018, le constructeur américain Boeing a donc engrangé un total de 26,5 Md$.

Le loueur ALC (Air Lease Corporation) a rendu public une commande de 78 avions, comprenant 75 Boeing 737 MAX 8 et trois Boeing 787-9 pour un montant total de 9,6 Md$. Les trois 787-9 et les 20 premiers Boeing 737 MAX 8 sont des commandes fermes. Les 55 suivants sont encore des options mais devraient rapidement confirmés.

Le loueur Aviation Capital Group (ACG) a annoncé une commande de 20 Boeing 73 MAX 8, pour un montant total de 2,3 Md$.

Volga-Dnepr Group et CargoLogicHolding ont signé une lettre d'intention pour la commande de 29 Boeing 777 Cargo, pour un montant évalué à 9,8 Md$, et a confirmé une commande de 5 Boeing 747-8 Cargo, pour un montant de 2 Md$.

Enfin, la compagnie indienne Vistara a placé une commande pour six Boeing 787-9 Dreamliners en commande ferme, avec des options pour quatre autres appareils. Le montant de l'accord est évalué à 2,8 Md$.

Son grand rival européen, Airbus, marque un peu le pas, avec tout de même un total de 19,9 Md$ de contrats engrangés.

Un client non identifié a signé un protocole d'accord pour 75 A320neo, pour un montant de 8,2 Md$ et 25 A321neo, pour un montant de 3,2 Md$.

Un groupe d'investisseurs mené par David Neeleman (fondateur de JetBlue, actionnaire de TAP Portugal et actionnaire majoritaire de Azul au Brésil) a signé une lettre d'intention pour un total de 60 A220-300, pour un montant de 5,5 Md$, en vue de la création d'une compagnie aux Etats-Unis, baptisée Moxy, qui devrait recevoir les premiers exemplaires à partir de 2021.

La filiale low cost du groupe IAG, LEVEL, a annoncé une commande pour 2 A330-200 supplémentaires pour un montant de 0,5 Md$.

Un autre client, dont le nom n'a pas été révélé, a placé une commande pour 8 A350-900, pour un montant de 2,5 Md$.

Par ailleurs, la compagnie chinoise Peach Aviation, va être le premier opérateur asiatique de l'A321neoLR, suite à l'annonce de la conversion d'une commande existante de 2 A320neo.

Le constructeur brésilien Embraer a de son côté annoncé un total de 15 Md$ pour près de 300 appareils, avec des lettres d'intention pour la compagnie brésilienne low cost Azul (21 E195-E2), l'américain Republic Airways Holdings (100 E175, avec des options pour 100 E175 supplémentaires), la koweitienne Wataniya Airways (10 E195-E2, plus 10 options).

Par ailleurs, Helvetic Airways a commandé 12 E190-E2 (avec 12 options). La compagnie Mauritania Airlines a aussi passé commande de 2 E175, tandis que le loueur Nordic Aviation Capital a commandé 3 E190. Un client inconnu a par ailleurs passé une commande ferme pour 3 E195-E2 et deux options.

more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Air France-KLM prêt à casser sa tirelire pour attirer un nouveau patron

Air France-KLM prêt à casser sa tirelire pour attirer un nouveau patron | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
A la recherche d'un profil international pour remplacer Jean-Marc Janaillac à la tête d'Air France-KLM, le groupe est prêt à relever le niveau de rémunération de la fonction, largement inférieur à celui des concurrents. Les patrons de IAG ou de Lufthansa gagnent aujourd'hui quatre fois plus que celui d'Air France-KLM.

On n'attire pas les mouches avec du vinaigre. Le conseil d'administration d'Air France-KLM en a bien conscience, et sait que la faible rémunération de la fonction du PDG d'Air France-KLM par rapport à d'autres groupes de taille similaire constitue un obstacle au recrutement d'un nouveau patron pour remplacer Jean-Marc Janaillac, démissionnaire le 15 mai après son référendum perdu sur la question salariale.
Les patrons de IAG et de Lufthansa gagnent 4 fois plus

Jean-Marc Janaillac, tout comme son prédécesseur, Alexandre de Juniac, percevait une rémunération fixe de 600 000 euros par an avec la possibilité de doubler ce montant avec une partie variable selon l'atteinte des objectifs fixés par le conseil d'administration, quand les PDG de IAG ou Lufthansa gagnent quatre fois plus. Willie Walsh, le directeur général d'IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling, Level) a par exemple gagné 4 millions de livres en 2017 (il avait même gagné 8,8 millions en 2015, avec tous les bonus). Casten Spohr, le président du directoire du groupe Lufthansa a gagné 4 millions d'euros.

Selon des sources internes au groupe, le conseil est donc prêt à relever ce plafond pour attirer un boss étranger. "A partir du moment où l'on dit que nous cherchons un profil international, c'est que l'on est prêt à payer le prix nécessaire pour y parvenir et à aller au-delà de la rémunération fixée jusque-là", explique l'une d'elles.
Le fruit de l'histoire mouvementée du groupe

La rémunération du Pdg d'Air France-KLM s'explique par l'histoire mouvementée de la gouvernance du groupe. Elle remonte en effet à 2008, quand le PDG de l'époque, Jean-Cyril Spinetta, a décidé de prendre du recul à partir de 2009 en lâchant les fonctions exécutives du groupe et d'Air France à Pierre-Henri Gourgeon pour ne conserver que la fonction de président du conseil d'administration d'Air France-KLM et d'Air France. Sa rémunération avait été réduite à 200.000 euros. En revenant aux manettes du groupe en octobre 2011 comme PDG d'Air France-KLM seulement, Jean-Cyril Spinetta n'a pas souhaité bouger sa rémunération (il percevait par ailleurs sa retraite qui prenait en compte entre 35 et 40% de la moyenne des trois dernières rémunérations). Dans le même temps, Alexandre de Juniac était nommé PDG d'Air France et percevait 600.000 euros brut. En remplaçant Jean-Cyril Spinetta à la tête d'Air France-KLM en juillet 2013, Alexandre de Juniac a décidé de conserver sa rémunération malgré sa prise de galon. Il se voyait mal être augmenté, disait-il, alors qu'il demandait des efforts aux salariés dans le cadre du plan Transform. C'est aujourd'hui cette décision qui pénalise le recrutement d'Air France-KLM. Cette rémunération ne peut convenir qu'à une personne faisant un "jump" en venant d'une entreprise beaucoup plus petite, comme c'était le cas avec Jean-Marc Janaillac (Transdev) en 2016.
Revendications salariales des syndicats d'Air France

Pour autant, s'il est normal que le PDG d'Air France-KLM soit payé au prix du marché, ce "saut de rémunération" pour la fonction va intervenir dans le contexte particulier de la demande de hausse salariale d'une grande partie des syndicats d'Air France, pour laquelle ils ont déjà fait plus de 15 jours de grève depuis février. Si ce conflit a déjà coûté près de 400 millions à Air France, il n'est pas pour autant résolu. La présidente par intérim, Anne-Marie Couderc, n'a pas le mandat pour négocier avec l'intersyndicale. Les syndicats devront donc attendre la mise en place d'une nouvelle gouvernance pour transmettre leur revendication.
Un PDG ou un président du conseil d'administration?

Enfin, la hausse de la rémunération envisagée pour recruter un "profil international" interpelle également dans la mesure où le modèle de gouvernance n'est pas tranché entre le maintien d'un PDG du groupe ou la séparation des fonctions de président du conseil d'administration de celle de directeur général. Payer très cher quelqu'un qui n'aurait pas les manettes exécutives du groupe peut en en effet faire grincer les dents les salariés. D'autant plus s'il faut également payer très cher un directeur général.

Le groupe entend mettre en place sa nouvelle gouvernance en septembre.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : Boeing estime à 15 billions de dollars le marché des avions et services sur 20 ans

Farnborough 2018 : Boeing estime à 15 billions de dollars le marché des avions et services sur 20 ans | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Après Airbus, c'est au tour de Boeing de se soumettre à l'exercice des prévisions de marché sur vingt ans. L'avionneur américain a publié son CMO (Current market outlook) le 17 juillet, au cours du salon de Farnborough, et fait miroiter des contrats exceptionnels à l'industrie. Il estime en effet de la demande en avions sur vingt ans va dépasser 42 700 appareils, pour une valeur estimée à 6,3 billions de dollars. A cela s'ajoute le marché des services, qui, lui, est valorisé à 8,8 billions de dollars.

Les prévisions de Boeing sont plus optimistes que celles présentées en 2017, avec une hausse de 4,1% du nombre d'appareils qui devraient être commandés. Randy Tinseth, VP marketing commercial de Boeing, souligne que c'est la première fois que l'avionneur prévoit une croissance dans toutes les régions du monde, y compris dans les marchés matures que sont l'Europe et l'Amérique du nord.

La demande sera stimulée par une grande vague de remplacement d'avions : plus de 900 appareils en service ont plus de 25 ans. A partir de 2025, le vieillissement de la flotte va s'emballer car cinq cents appareils atteindront leurs 25 ans chaque année, le double d'aujourd'hui. Ainsi, 44% des commandes qui seront signées seront vouées au remplacement. Malgré tout, la flotte mondiale devrait avoir doublé en 2037, avec 48 540 appareils en service.

Sans surprise, c'est le marché des monocouloirs qui pèse le plus, que ce soit en nombre d'avions - 31 360 - ou en valeur - 3,5 trillions de dollars. Boeing estime également que le marché aura besoin de 8 070 gros-porteurs, d'une valeur de 2,5 trillions de dollars, et 980 cargos gros-porteurs (280 milliards de dollars), ceci sans compter le marché des avions convertis qui est estimé à 1 670 unités. Le plus petit marché en valeur est celui des avions régionaux, qui aura besoin de 2 320 appareils pour 110 milliards de dollars.

Les services en croissance de 4,2% par an

Le doublement à venir de la flotte et le vieillissement de celle d'aujourd'hui va stimuler le marché des services, qu'il s'agisse de maintenance et d'ingénierie, de conversions ou de soutien à la chaîne de fournisseurs et aux opérations aériennes. Ainsi, la valeur des services sur vingt ans est estimée à 8,8 billions de dollars par Boeing, avec une croissance annuelle de 4,2%.

Plus en détail, le plus important marché en valeur sera celui des opérations (sol et cargo), qui représente la moitié du total avec 4,66 billions de dollars. La maintenance génèrera un chiffre d'affaires de 2,36 billions de dollars et le soutien aux opérations 1,115 billion. « Nous voyons un marché dans lequel les compagnies exportent toujours plus, où les données et leur analyse permettent de rendre les appareils et les réseaux plus efficaces et fiables, où les nouvelles technologies permettent de nouveaux services. Toutes ces tendances augmentent la demande pour des solutions intégrées tout au long de la vie opérationnelle de l'avion », indique Randy Tinseth.

En termes de répartition géographique, l'Asie Pacique reste la région la plus demandeuse, en nouveaux appareils (elle représente 40% des livraisons à venir) comme en services (38%). L'Amérique du nord et l'Europe sont les deux autres plus importants marchés.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un mystérieux acheteur commande 100 A320neo et A321neo à Airbus

Un mystérieux acheteur commande 100 A320neo et A321neo à Airbus | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Au salon aéronautique de Farnborough, les commandes s'enchaînent pour les constructeurs européen Airbus et américain Boeing. Dernière en date, une spectaculaire annonce de 25 A321neo et 75 A320neo, représentant un montant de 11,53 milliards de dollars... C’est un accord représentant, en prix catalogue, 11,53 milliards de dollars qui a été annoncé mardi 17 juillet par Airbus au salon aéronautique de Farnborough. L’avionneur européen ne révèle pas le nom du futur acheteur. Mais ce dernier entendrait lui commander 25 A321neo (d’une valeur unitaire de 129,5 millions de dollars) et 75 A320neo (d’une valeur unitaire de 110,6 millions de dollars). La sélection du moteur sera effectuée à une date ultérieure.201 autres commandes reçues lundi

A Farnborough, Airbus fait carton plein pour ce monocouloir remotorisé qu’il vend comme des petits pains. Avec plus de 6 100 commandes passées par une centaine de clients, la famille A320neo s’est appropriée 60% du marché, revendique l’entreprise.

Rien que le lundi 16 juillet, jour d’ouverture du salon, elle a reçu 6 commandes d‘A320neo de la compagnie aérienne d’Oman SalamAir, 20 d’une filiale du groupe Macquarie AirFinance, 20 de l’entreprise asiatique Goshawk Aviation, 25 de la compagnie Kuwait’s Wataniya Airways, mais aussi 50 demandes d'avions de la famille A320neo de l’indienne Vistara, et enfin 80 d’un acheteur inconnu.

Boeing signe un contrat géant avec DHL

Mais Airbus parviendra-t-il à assurer leurs livraisons? L’avionneur européen pourrait livrer en 2018 moins d’A320neo que prévu. Les problèmes techniques rencontrés par les deux motoristes de l’A320neo, Pratt&Whitney, mais aussi par CFM International (société commune entre Safran et General Electric), pourraient en effet obliger Airbus à réduire ses cadences de production.

De son côté, son concurrent américain Boeing enchaîne lui aussi les transactions au salon Farnborough. Il a notamment ouvert le bal le 16 juillet en annonçant une commande de 14 avions cargo 777 de la part du transporteur DHL, d’une valeur de 4,7 milliards de dollars.


ERRATUM - Effectivement ce ne sont pas les soldes chez Airbus: nous n'aurions pas dû laisser passer une grossière erreur d'unité qui est désormais rectifiée: le contrat vaut bien 11,53 milliards de dollars, et le prix de chaque avion dépasse évidemment les 110 millions de dollars. Toutes nos excuses à nos lecteurs et merci à tous ceux qui nous l'ont signalée.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus ouvre un site de production pour le Zephyr

Airbus ouvre un site de production pour le Zephyr | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Airbus a annoncé à l'occasion du salon Farnborough l'ouverture d'un site de production pour le Zephyr.

Lundi 16 juin, Airbus a inauguré la première usine de production pour le Zephyr, située au Royaume-Uni. Cette ligne d'assemblage sera la première dédiée à la production en séries de systèmes HAPS (high altitude pseudo satellite). Le site abritant cette ligne de production permettra également à Airbus de conduire des démonstrations afin de mettre en lumière les capacités de ce « premier drone stratosphérique solaire-électrique au monde », déclare l'industriel.

Farnborough a également été l'occasion pour l'industriel de dévoiler le Zephyr S, « premier appareil de série du programme Zephyr, les précédents exemplaires étant des prototypes de développement », rapporte Airbus. Ces annonces ont eu lieu alors que le Zephyr S réalise actuellement son premier vol aux Etats-Unis, qui permettra de valider ses capacités opérationnelles. « La date d'atterrissage sera confirmée dès que les objectifs techniques auront été atteints. Jusqu'ici, le Zephyr a enregistré près de 1 000 heures de vol », précise Airbus.

Conçu pour mener des missions d'observation et pouvant servir de relai de communications, le Zephyr « permettra de révolutionner la gestion des catastrophes et de mieux contrôler la propagation des feux de forets ou les déversements d'hydrocarbures. Il assurera une surveillance constante, suivra l'évolution environnementale de la planète et permettra aux régions du monde les plus isolées de communiquer », a décrit Sophie Thomas, responsable du programme Zephyr. Alimenté grâce à l'énergie solaire, le drone Zephyr est capable de mener des missions de très longue durée. L'aéronef est ainsi d'ores et déjà parvenu à mener une mission de 14 jours.

Le Royaume-Uni est le premier client du pseudo-satellite Zephyr. Après avoir commandé deux exemplaires en février 2016, le ministère de la défense britannique a annoncé une nouvelle commande en août 2016 pour un troisième drone.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : l'Airbus A350 XWB franchit le cap des 900 ventes

Farnborough 2018 : l'Airbus A350 XWB franchit le cap des 900 ventes | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Avec les commandes des compagnies aériennes Sichuan Airlines et de la jeune Starlux, la famille Airbus A350 XWB franchit le cap des 900 ventes fermes. Avec en toile de fond, un marché du long-courrier qui reprend des couleurs.

En ce premier jour du Farnborough Airshow 2018, le carnet de commandes de la famille Airbus A350 XWB vient de franchir le cap symbolique des 900 ventes fermes. Au 30 juin 2018, les long-courriers biréacteurs Airbus avaient accumulé 882 ventes fermes. La décision de la compagnie aérienne chinoise Sichuan Airlines de confirmer dix A350 XWB ainsi que le protocole d'accord du jeune transporteur taiwanais Starlux pour 12 A350-1000 et cinq A350-900 portent le total des ventes à 909 exemplaires. D'autres contrats devraient suivre dans les prochains jours ou d'ici à la fin de cette année. Pour Eric Schulz, directeur commercial d'Airbus Avions commerciaux, ces contrats, ainsi que ceux enregistrés par le concurrent Boeing, sont les prémices d'un redécollage des ventes sur le segment des gros-porteurs. "Nous avons connu une vague massive de commandes, il y a quatre ou cinq ans, et il était normal que le marché fasse une pause. Le redécollage devrait intervenir d'ici les dix-huit prochains mois", a déclaré le directeur commercial d'Airbus Avions commerciaux.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus confirme une commande de 10 A350 pour 2,8 milliards de dollars

Airbus confirme une commande de 10 A350 pour 2,8 milliards de dollars | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Airbus a annoncé lundi à l'ouverture du salon de l'aéronautique de Farnborough la confirmation d'une commande par la compagnie Sichuan Airlines pour 10 long-courriers A350 d'une valeur au prix catalogue de 2,8 milliards de dollars.

Le nouvel arrivant au sein de la compagnie sera déployé sur des liaisons long-courrier directes, comme par exemple entre la ville chinoise de Chengdu et l'Amérique du Nord ou l'Europe, a précisé l'avionneur européen dans un communiqué.

Sichuan Airlines opère la flotte la plus importante d'Airbus en Chine avec plus de 130 appareils.

La compagnie dessert plus de 30 liaisons internationales.
Quatre A350 en leasing

Ella va également exploiter quatre A350 en leasing, le premier de ces appareils doit lui être livré d'ici la fin de l'année, selon Airbus

L'A350 est le dernier né de la gamme des gros porteurs d'Airbus. Il est équipé de moteurs Rolls-Royce. Sa consommation en carburant et ses émissions de CO2 sont inférieures de 25% par rapport aux avions du même type, selon l'avionneur.

A fin juin, Airbus a enregistré un total de 882 commandes fermes pour l'A350 de 46 clients dans le monde.

(avec AFP)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : plus de 61 Md$ pour Airbus/Boeing dès le premier jour

Farnborough 2018 : plus de 61 Md$ pour Airbus/Boeing dès le premier jour | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Une pluie de contrats, nouveaux ou finalisations, a scandé le premier jour du Farnborough Airshow avec un duel de constructeurs qui s'annonce chaud. Airbus a annoncé 31,2 Md$ de contrats, un peu plus que son concurrent Boeing, qui boucle la journée a

L'édition 2018 du Farnborough Airshow, c'est parti et bien parti ! Dès le premier jour du salon, les deux géants mondiaux de la construction d'avion ont annoncé une avalanche de contrats.

A ce petit jeu, c'est Airbus qui vire en tête en cette première journée avec un total de 31,2 milliards de dollars de contrats annoncés.

La compagnie low cost d'Oman, Salam Air, a annonce une commande de 6 A320neo au total, dont cinq via des loueurs dont le nom n'a pas été communiqué. Le montant de la commande est de 663,6 millions de dollars

Le loueur Macquarie AirFinance a placé une commande ferme de 20 A320neo (2,2 milliards de dollars), qui vient compléter son portefeuille de 119 Airbus (110 A320 et neuf A330).

Le loueur Goshawk Aviation, né d'une joint venture entre les sociétés hong-kongaises NWS Holdings Limited et Chow Tai Fook Enterprises Limited, basé à Dublin a pour sa part placé une commande ferme pour 20 A320neo pour un montant de 2,2 milliards de dollars. Le loueur a déjà 120 Airbus dans son portefeuille, sur un total de 220 appareils.

Golden Falcon Aviation, pour le compte la compagnie koweitienne Wataniya Airways, a confirmé une commande qui avait été annoncé initialement au Dubai Airshow, pour 25 Airbus A320neo (2,7 milliards de dollars)

Vistara, compagnie indienne basée à New Delhi a signé pour un total de 50 Airbus A320neo, avec une lettre d'intention pour 21 avions monocouloirs et 37 autres appareils via des loueurs (5,5 milliards de dollars)

Enfin, Airbus a annoncé un protocole d'accord pour 80 A320neo (8,8 milliards de dollars) avec un loueur dont le nom n'a pas été communiqué.

Les long-courriers ne sont pas oubliés avec la compagnie taiwanaise Starlux Airlines qui a signé un protocole d'accord pour 17 A350 XWB (12 A350-1000 et 5 A350-900) pour un total de 6 milliards de dollars.

Sichuan Airlines a finalisé un contrat annoncé préalablement portant sur un total de 10 Airbus A350 (3,2 milliards de dollars)

De son côté, le constructeur américain Boeing boucle la journée avec 30 milliards de dollars de contrats.

La compagnie indienne Jet Airways a ainsi rendu publique une commande pour 75 Boeing 737 MAX 8, pour un montant de 8,8 milliards de dollars.

De son côté, la transporteur low cost brésilien a annoncé la conversion de 30 Boeing 737 MAX 8 en Boeing 737 MAX 10, avec une commande supplémentaire de 15 Boeing 737 MAX 8 (7,4 milliards de dollars).

Le loueur Jackson Square Aviation a annoncé une commande de 30 Boeing 737 MAX pour un montant total de 3,5 milliards de dollars.

Goshawk Aviation a, en plus de la commande d'Airbus A320neo, a placé une commande pour 20 Boeing 737, au prix de 2,3 milliards de dollars.

La compagnie roumaine TAROM a de son côté annoncé une commande pour 5 Boeing 737 MAX 8 pour un montant de 586 millions de dollars.

Du côté des appareils long-courriers, United a rendu public une commande pour quatre Boeing 787-9, qui avait été finalisée cette année mais n'était pas encore identifiée sur le site du constructeur américain. Le montant du contrat est évalué à 1,1 milliard de dollars.

Enfin, Boeing a, en cette première journée fait coup double dans le secteur cargo. DHL a ainsi annoncé a placé une commande pour 14 Boeing 777 Freighter, avec une option pour sept autres appareils. La commande est évaluée à 4,7 milliards de dollars. De son côté, la compagnie Qatar Airways a finalisé une commande pour 5 Boeing 777 Freighter, précédemment annoncée en avril. Elle est évaluée à 1,7 milliards de dollars.

Entre ce duel de titans, Embraer a quant à lui annoncé un contrat avec United Airlines pour une commande ferme de 25 E175, pour un montant de 1,1 milliard de dollars.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Dronamics : un drone cargo made in Bulgaria

Dronamics : un drone cargo made in Bulgaria | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La société Dronamics a mis au point un drone cargo permettant de réaliser des livraisons sur de longues distances.

Alors que les projets de drones de livraisons se multiplient ces derniers mois, la société bulgare Dronamics a décidé d'apporter sa pierre à l'édifice. Elle a ainsi mis au point un drone cargo, le Black Swan, capable d'emporter jusqu'à 350 kilos sur plus de 2 500 kilomètres, grâce à une communication satellitaire. De quoi séduire de nombreux marchés, aujourd'hui obligés d'avoir recours aux avions cargo, aux poids-lourds ou bien de passer par des navires porte-containers. Par rapport aux livraisons aériennes traditionnelles, Dronamics estime que son système permet d'économiser plus de la moitié du prix.

Dronamics se distingue des autres projets de livraison par drones grâce à sa capacité d'emport et à la distance pouvant être parcourue. Aujourd'hui, les drones de livraison réalisent généralement des « last mile deliveries ». Cela signifie que le drone vient compléter un système de livraison terrestre en réalisant la plupart du temps le dernier kilomètre. Ce type de système présente des limites assez évidentes. La première partie de livraison reste soumise aux contraintes de la route et donc aux encombrements souvent rencontrés dans les grandes villes.

Avec le Black Swan, plus besoin de se préoccuper de l'état du trafic. Le drone de Dronamics peut atterrir sur des pistes courtes non pavées, permettant de réaliser des vols à la demande et de relier un point A à un point B, explique l'entreprise basée à Sofia. Il peut donc livrer son colis « même dans les zones reculées, ce qui en temps normal aurait pris des jours », ajoute-t-elle. Par ailleurs, ce système permet d'effectuer une livraison dans la journée et de répondre aux besoins les plus urgents.

Dronamics a débuté sa camapagne d'essais en vol en 2017. A termes, l'entreprise vise le marché de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique Latine. Ces régions disposent de nombreuses pistes inexploitées, qui seront utilisées par les drones pour décoller et atterrir. Dronamics souhaite également « s'associer avec des industries locales afin de pouvoir acheminer des marchandises vers de petites collectivités éloignées, vers des zones montagneuses ou bien même vers des îles, et ce en quelques heures et à un coût souvent inférieur au transport routier », ajoute l'industriel.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

FARNBOROUGH: Mitsubishi readies MRJ90 for demo-flight debut

FARNBOROUGH: Mitsubishi readies MRJ90 for demo-flight debut | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Mitsubishi Aircraft has brought its third MRJ90 test aircraft to the Farnborough air show, where the type is to make its flying display debut on 16 July.

Painted in an All Nippon Airways livery, FTA-3 (JA23MJ) took off from the MRJ flight centre in Moses Lake, in the US state of Washington, at 05:53 local time on 9 July and landed at Farnborough at 19:19 local time the day after, Mitsubishi tells FlightGlobal.

En route from Moses Lake to Farnborough, FTA-3 stopped at Bangor in the US state of Maine and at Keflavík airport, which serves Iceland's capital, Reykjavik.

In June 2017, the MRJ90 made its show debut at Paris, where FTA-3 appeared on static display after flying in from Moses Lake.

Mitsubishi is seeking to bring the MRJ90 into service with launch operator ANA in 2020.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : Boeing vise 2025 pour les successeurs des 737

Farnborough 2018 : Boeing vise 2025 pour les successeurs des 737 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le président de Boeing évoque une entrée en service commercial en 2025 pour les successeurs des 737 avec un lancement en 2019. Des appareils bi-couloirs avec l'économie d'exploitation de mono-couloirs pour répondre aux besoins des compagnies aérienne

Boeing commence à "sortir du bois" à propos de la succession de ses actuels moyen-courriers 737. A la veille du Farnborough Airshow 2018, le président de Boeing, Dennis Mullenburg, dans une interview au Financial Times indique "qu'il anticiperait une décision de lancement l'année prochaine (2019/ndlr) qui serait cohérente avec une entrée en service commercial en 2025". Le président de Boeing n'en dit pas plus mais le profil de cette future famille doit répondre aux besoins des compagnies aériennes qui veulent des avions capables de prendre en compte la hausse continue du trafic passagers sur les 20 prochaines années. Entrant en service commercial en 2025, les successeurs des Boeing 737 voleront en effet encore en 2045 avec un trafic mondial qui croît au rythme de 5 % par an.

Le profil demandé par les compagnies aériennes passe donc logiquement par des avions capables à la fois de faire du Sydney-Melbourne ou du Paris-Marseille ainsi que du Sydney-Singapour et du Marseille-New York tout en ayant un temps de rotation similaire à celui d'un moyen-courrier. Cela passe donc par une famille de bi-couloirs, couvrant une gamme de 200 à 270 passagers, ayant l'économie d'exploitation de mono-couloirs avec une voilure optimisée pour faire du transcontinental (Côte Ouest-Est), du transatlantique et de l'intra-régional asiatique.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

ATR annonce cinq contrats avant le salon de Farnborough

ATR annonce cinq contrats avant le salon de Farnborough | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
ATR n'a pas voulu attendre le rendez-vous de Farnborough pour faire ses premières annonces. L'avionneur franco-italien a annoncé le 13 juillet qu'il avait signé cinq contrats portant sur l'acquisition de neuf de ses biturbopropulseurs.

Le premier consiste en une commande ferme de deux ATR 72-600 et émane d'Air Botswana. Les appareils auront pour mission de lancer la modernisation de la flotte de la compagnie, qui compte actuellement trois ATR 42-500 et un ATR 72-500. Ils seront aménagés en configuration biclasse de 70 places et livrés à partir du quatrième trimestre.

Le deuxième contrat vient d'Air Saint Pierre et consiste en un protocole d'accord qui prévoit l'intégration d'un ATR 42-600. Lui aussi aura une fonction de modernisation puisqu'il remplacera son ATR 42-500 actuel (en service depuis 2009). Choisi notamment pour sa capacité à opérer par fort vent de travers, l'appareil permet de connecter Saint-Pierre et Miquelon au Canada et, de là, de profiter d'une connectivité avec le reste du monde.

Aurigny a signé une lettre d'intention pour trois ATR 72-600. Si la transaction est approuvée par les Etats de Guernesey, les appareils remplaceront les actuels ATR 72-500. Aurigny est particulièrement intéressée par l'option ClearVision. Ses ATR seront en effet équipés du système de vision améliorée (EVS) qui permet au pilote de profiter d'une vue augmentée de l'extérieur sur la visière tête haute qu'il porte, grâce aux données recueillies par une caméra externe. Un système particulièrement important dans les îles anglo-normandes, sujettes au brouillard. ATR estime qu'avec ce système, 50% des atterrissages non-autorisés en un an à Guernesey auraient pu être réalisés.

Drukair a de son côté signé une commande pour un ATR 42-600, qui devrait lui être livré en juillet 2019. La compagnie du Bhoutan sera la première au monde à bénéficier du système de vision combinée de ClearVision, qui intègre le système de vision améliorée (EVS) et celui de vision synthétique (SVS) qui génère des images du terrain et des obstacles à partir d'une base de données.

Enfin la compagnie mahoraise EWA Air a opté pour deux ATR 72-600 pour remplacer ces deux ATR 72-500 actuellement en location. Il ne s'agit pour l'instant que d'un protocole d'accord, mais il devrait rapidement se transformer en commande ferme, leur livraison devant débuter à la fin de cette année. Les deux appareils seront configurés avec une cabine de 64 sièges.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'Ukraine s'offre 55 hélicoptères d'Airbus Helicopters

L'Ukraine s'offre 55 hélicoptères d'Airbus Helicopters | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le ministère de l'Intérieur ukrainien a acheté 55 hélicoptères civils au constructeur de Marignane. Le contrat est estimé à 558,3 millions d'euros.

Nouveau succès à l'est pour Airbus Helicopters. Après la vente de 20 hélicoptères militaires H145 à la Hongrie fin juin, le constructeur de Marignane a signé samedi un contrat avec le ministère de l'Intérieur ukrainien pour la vente de 55 hélicoptères civils. Le contrat est estimé à 558,3 millions d'euros. Ce qui pourra consoler légèrement des déconvenues du groupe en Pologne et en Roumanie.

Ces appareils seront destinés à la recherche et au sauvetage (SAR), des services de missions publiques et des services médicaux d'urgence (EMS). Dans le détail, l'Ukraine achète 21 H225 d'occasion des hélicoptères neufs : 10 H145 (11 millions d'euros par appareil) et 24 H125 (près de 5 millions par appareil). Le contrat prévoit également la mise en place d'une formation locale et un centre de maintenance (soit 160 millions environ sur le montant total).
Des prêts français

Le ministre de l'Intérieur ukrainien, Arsen Avakov avait précisé fin mai sur Twitter que "l'utilisation des quatre premiers hélicoptères modernes Super Puma commencera dès cette année", certainement à la fin de l'année. Le projet, présenté comme le contrat le plus important de l'histoire entre les deux pays, prévoit la "création d'un centre de maintenance et de formation en Ukraine".

L'Ukraine financera cet achat par des prêts français : 45 millions d'euros sous forme de prêt de trésorerie de l'Etat direct pour une période de six ans et 430 millions d'euros sous forme d'un prêt et pendant six ans par un consortium de français banques sous les garanties du Trésor français. Le ministère de l'Intérieur ukrainien paiera les 83,3 millions d'euros restants (soit 15% du coût total).
Des appareils détenus par des banques françaises

Une partie des machines fournies au titre de cet accord sont des H225 civils d'occasion (plus de 15 millions d'euros par machine) détenus par des banques françaises suite au défaut de l'opérateur CHC sur un financement garanti par l'Etat. L'Etat a en effet garanti, via Bpifrance Assurance Export, le financement de l'acquisition d'un ensemble d'hélicoptères Airbus par un loueur américano-canadien, CHC Helicopters, qui les plaçait auprès d'opérateurs pétroliers.

A la suite du crash d'un H225 en mer du Nord le 29 avril 2016 en Norvège (tous les H225 ont été cloués au sol par les autorités de sécurité aérienne), cet opérateur a fait l'objet d'un redressement judiciaire aux Etats-Unis (Chapitre 11) en mai 2016 et a fait défaut sur le financement garanti par l'Etat. La procédure de redressement de CHC s'est soldée par la rétrocession, imposée par le juge américain, des appareils aux banques garanties, représentées par Parilease. De ce fait, un parc de 21 hélicoptères H225 était détenu économiquement par l'Etat via les banques bénéficiaires de la garantie publique. Ces appareils ont très peu volé et certains sont pratiquement neufs.

"Une partie des appareils était jusqu'alors détenue par l'État et l'autre partie concerne des appareils neufs", pouvait-on lire dans le communiqué du 29 mai du ministère de l'Economie.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Safran permet une analyse des données de vol de toute la flotte ANA grâce au système Cassiopée, connecté au cloud

Safran permet une analyse des données de vol de toute la flotte ANA grâce au système Cassiopée, connecté au cloud | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Grâce au système Cassiopée AGS (Analysis Ground Station), All Nippon Airways est la première compagnie aérienne au monde à avoir connecté ses systèmes de gestion des données de vol Safran à un cloud, plutôt que sur des serveurs, au travers de la solution développée par SITA. ANA dispose ainsi du meilleur niveau de gestion de la sécurité des vols de sa flotte de 258 avions grâce à un partage en temps réel de l'information, avec un accès simultané au logiciel depuis les différentes bases de données d'ANA réparties sur le territoire japonais.

Cassiopée AGS alimente également de manière automatique les systèmes de visualisation en 3D des vols dont All Nippon Airways s'est doté, permettant de ce fait une relecture des vols par les équipages dès l'atterrissage. L'ensemble des pilotes est fortement impliqué dans cette démarche.

Florence Minisclou, Directrice commerciale de la Division Avionique de Safran Electronics & Defense a déclaré : « Nous sommes fiers d'équiper notre client All Nippon Airways du système Cassiopée AGS. Leur recherche constante d'amélioration de la sécurité nous pousse à développer des outils toujours plus performants pour contribuer à leur excellence opérationnelle.»

« Notre choix s'est porté sur le système Cassiopée AGS de Safran Electronics & Defense car nous voulions le meilleur outil de traitement des données de vol. Nous saluons les équipes de Safran pour leur accompagnement dans la mise en place de Cassiopée AGS au sein de notre flotte », a souligné Hideo Morioka, Directeur de la promotion de la sécurité et de l'analyse de données de vol chez All Nippon Airways.

Cassiopée AGS est un des outils de l'offre de gestion des données de vol Cassiopée de Safran. Près d'un tiers de la flotte mondiale est ainsi suivie par les outils Safran, soit plus de 21 millions d'heures de données analysées chaque année.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Singapore, l’EASA et Airbus planchent sur la réglementation des drones en ville

Singapore, l’EASA et Airbus planchent sur la réglementation des drones en ville | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
L’Autorité de l’Aviation Civile de Singapour (CAAS), l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (EASA) et l’avionneur européen viennent de signer un accord de collaboration pour définir un cadre règlementaire dans lequel doit pouvoir entrer les drones civils dans un environnement urbain.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018 : deuxième client américain pour l'Airbus A220

Farnborough 2018 : deuxième client américain pour l'Airbus A220 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Après la commande de JetBlue pour 60 Airbus A220 fermes, une autre compagnie aérienne américaine s'est engagée pour 60 exemplaires. Il s'agit de la petite dernière créée par David Neeleman, le fondateur de JetBlue.

Et de deux en moins de deux semaines. L'Airbus A220-300, autrefois Bombardier C Series CS300, vient d'enregistrer sa deuxième commande depuis la décision de JetBlue d'en prendre 60 exemplaires fermes auxquels s'ajoutent 60 options. Annoncé au Farnborough Airshow, il ne s'agit pas encore d'un contrat ferme mais d'un protocole d'entente qui porte également sur 60 Airbus A220-300 destinés à la nouvelle compagnie aérienne que s'apprête à créer David Neeleman aux Etats-Unis. David Neeleman a également fondé JetBlue. Il a une participation dans le capital de TAP Portugal et détient le contrôle du transporteur brésilien Azul. La nouvelle compagnie aérienne américaine réceptionnera ses Airbus A220-300, propulsés par des Pratt & Whitney PW1500G, à partir de 2021.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le télescope spatial de la Nasa bientôt à court de carburant

Le télescope spatial de la Nasa bientôt à court de carburant | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
e télescope spatial de la Nasa, Kepler, s'approche de ses dernières missions car il n'a bientôt plus de carburant en stock. Il a été mis en veille le temps de l'envoi de ses données à la Terre.

Après neuf ans de bons et loyaux services, le télescope de la Nasa, Kepler, va bientôt terminer ses missions à cause du manque de carburant présent dans l’appareil. "La Nasa a placé le vaisseau spatial dans un état d'hibernation pour télécharger les données scientifiques recueillies lors de sa dernière campagne d'observation. Une fois les données récupérées, l’objectif est de commencer les observations pour la prochaine campagne avec le carburant restant", indique l’organisme spatial américain dans un communiqué. Si la mission de retransmission des données est réussie, le télescope débutera sa 19ème mission le 6 août.

Etudier notre région de la Voie Lactée

La mission actuelle du télescope spatial porte sur une parcelle d’étoiles autour de la constellation du Cancer, précise la Nasa. Son rôle est de découvrir de nouvelles exoplanètes. Le télescope est "spécialement conçu pour étudier notre région de la Voie Lactée afin de découvrir des centaines de planètes terrestres ou de taille plus petite dans la zone habitable", ajoute la Nasa. Grâce à toutes ses missions, 2 650 nouvelles planètes ont déjà été identifiées et confirmées selon la Nasa.

Pour les repérer, Kepler utilise la méthode dite de transit. Celle-ci consiste à mesurer les variations de lumière émises lorsqu’une exoplanète passe devant une étoile. "Kepler trouve des planètes en cherchant de minuscules variations dans la luminosité d'une étoile quand une planète passe devant elle - nous disons que la planète transite l'étoile", explique la Nasa. Le temps du passage ainsi que la variation de lumière permettent de calculer les masses des planètes, leur taille, et même la température.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Et si les Etats-Unis ne pouvaient plus envoyer d'astronautes vers l'ISS en 2020 ?

Et si les Etats-Unis ne pouvaient plus envoyer d'astronautes vers l'ISS en 2020 ? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La Nasa est confrontée aux retards de Boeing et SpaceX sur le développement des nouvelles capsules de transport et à la fin de son contrat avec les Russes pour l'utilisation des
Soyouz.

La Nasa se prépare à une belle gifle. Selon un rapport d'audit gouvernemental, l'agence spatiale américaine ne pourra pas compter sur la ponctualité de ses partenaires privés pour transporter ses astronautes vers la Station spatiale internationale.

D'après le rapport, Boeing et SpaceX, qui devaient être en mesure d'assurer un premier voyage l'an prochain, ne respecteront pas leur calendrier. Problème, le contrat de la Nasa avec sa concurrente russe Roscosmos s'achève en novembre 2019.
« Aucun plan de secours »

Depuis le retrait des navettes spatiales en 2011, l'agence américaine n'a d'autre choix que d'acheter des places au sein des capsules Soyouz pour l'envoi de ses astronautes en orbite. Pour remédier à cette situation de dépendance vis-à-vis de son adversaire historique dans la course à l'espace, elle avait confié à Boeing et SpaceX, en 2014, la charge de concevoir des solutions alternatives dans un délai de cinq ans.

Confiante dans la capacité de ses nouveaux partenaires à tenir les délais, la Nasa n'a pas jugé bon de prolonger le contrat avec Roscosmos au-delà des trois vols prévus l'an prochain et se retrouve désormais sans solution alternative. « La Nasa explore diverses options potentielles, mais elle n'a pas de plan de secours pour éviter une interruption », épingle le Government Accountability Office (GAO), qui a rédigé le rapport.
Jusqu'à huit mois de retard

L'avionneur américain développe sa capsule Starlight, un engin de dix tonnes capable d'emporter un équipage de sept astronautes. De son côté, la firme du fantasque Elon Musk travaille sur la version habitée de sa capsule Dragon, déjà utilisée pour ravitailler l'ISS en vivres et matériel.
Les premiers vols à vide étaient initialement prévus en janvier et février 2019, avant un vol habité et une certification opérationnelle fin 2019 pour Boeing et début 2020 pour SpaceX. Or, de l'aveu même de la Nasa, ce même planning pourrait s'étendre jusqu'à l'automne 2020. De quoi paralyser le programme spatial habité des Etats-Unis sur l'année entière.

« Si la Nasa ne trouve pas d'alternative en cas de nouveaux retards, elle ne pourra pas remplir les objectifs de la politique spatiale américaine (qui prévoit un accès continu à l'ISS, ndlr) », écrit le GAO.

Les solutions envisagées sont incertaines. Un nouveau contrat avec les Russes pour acheter des places supplémentaires à bord des Soyouz est rendu improbable par les délais de fabrication et de commande - environ trois ans. Retarder les missions déjà programmées est une autre option, mais c'est à Roscosmos d'en décider.
Une gestion des risques mise en doute

La solution de dernier recours serait de faire voyager les astronautes lors des tests habités des capsules Starlight et Dragon, avec des risques accrus en matière de sécurité. Le GAO a d'ailleurs pointé du doigt les méthodes de la Nasa pour mesurer le risque de perte d'équipage et a recommandé une évaluation indépendante de la sécurité des astronautes

Pour l'agence américaine, ce rapport tombe au moment où les Etats-Unis révisent à la hausse leurs ambitions spatiales. Depuis son entrée en fonction, Donald Trump a fait de l'espace un argument pour justifier son slogan de campagne - « Rendre sa grandeur à l'Amérique ». Outre l'annonce de la création d'une force armée consacrée au spatial, le président a remis sur les rails le programme lunaire civil - qui avait été interrompu par Barack Obama - avec notamment la construction d'une station orbitale autour de notre satellite.

Si les retards de Boeing et Space X n'auront a priori aucun effet opérationnel sur ces projets, dont la concrétisation prendra encore plusieurs années, le message envoyé par l'absence des Américains en orbite en 2020 n'en est pas moins désastreux pour l'image de la Nasa.
Florian Maussion
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Incident de dépressurisation à bord d'un Boeing 737 de Ryanair

Incident de dépressurisation à bord d'un Boeing 737 de Ryanair | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
On est passé à un cheveu d’une catastrophe aérienne majeure ce vendredi 13 juillet 2018. Un avion de ligne Boeing 737-800 appartenant à la compagnie irlandaise Ryanair et reliant Dublin à la ville croate de Zadar a été dérouté après une dépressurisation à haute altitude. Le biréacteur s’est posé en urgence sur l’aéroport de Francfort. Une trentaine de passagers et de membres d’équipage a été prise en charge par les services de secours allemands. La majorité a ensuite été hospitalisée.

Pour l’instant l’avion est toujours sous scellés sur la plateforme aéroportuaire allemande. Il doit être inspecté par des enquêteurs de la compagnie mais également du constructeur et de l’aviation civile irlandaise auprès de qui l’avion est immatriculé.

C’est peu après avoir atteint les limites de la Manche que la situation s’est dégradée à bord de l’avion. Immédiatement le contrôle aérien a décidé de dérouter l’avion tandis qu’à bord les masques à oxygène avaient déjà été enfilé par les passagers et membres d’équipages. Il a d’abord été envisagé un déroutement vers un aéroport français mais finalement c’est l’Allemagne et Francfort qui ont été choisi. Le tarmac a été dégagé et le Boeing 737-800 a pu se poser en urgence.
À peine l’avion de ligne était-il sur le sol allemand que les pompiers et secouristes investissaient sa cabine. Les passagers étaient trop faibles pour pouvoir évacuer via les toboggans d’urgence.

Au total ce sont trente-trois passagers et membres d’équipage qui ont été hospitalisés pour des troubles respiratoires plus ou moins aigus. Cependant leur pronostic vital n’a jamais été engagé.
Les experts de l’aviation civile allemande ont insisté sur le fait qu’une telle dépressurisation aurait pu causer l’écrasement de l’avion et donc un bilan humain bien plus lourd. Les passagers étaient majoritairement des citoyens irlandais et britanniques se rendant en Croatie, sur la côte Adriatique, pour les vacances d’été.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough Airshow : Embraer dévoile ses prévisions pour le marché des avions régionaux

Farnborough Airshow : Embraer dévoile ses prévisions pour le marché des avions régionaux | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
L’avionneur brésilien a profité de l’ouverture du salon de Farnborough pour dévoiler sa vision du marché des avions de moins de 150 passagers pour les vingt prochaines années.

Au cours des vingt prochaines années, Embraer estime qu’il faudra livrer 10 550 avions de moins de 150 passagers. Avec une flotte mondiale actuelle s’élevant à 9 000 appareils pour ce type d’avions, le nombre total d’avions régionaux devrait ainsi dépasser les 16 000 unités en 2038. La croissance du marché devrait conduire 65% de la demande, tandis que le remplacement des appareils en service représenterait la part restante.

Dans son étude de tendances, Embraer insiste sur le fait que les prévisions de croissance varient beaucoup d’une région à l’autre. Ainsi, le marché asiatique est pressenti comme le futur marché de tête, censé capter 28% des livraisons d’avions régionaux d’ici 2038. En seconde position, arrive le marché nord-américain avec 27% des livraisons, juste devant l’Europe, qui pourrait générer 21% des livraisons.

Toutefois, l’avionneur averti sur les évolutions potentielles de ces prévisions : le résultat finale sera largement influencé par les variations du prix du pétrole et donc du ticket d’avion. Si les dix dernières années ont été marquées par une croissance remarquable des livraisons d’avions – tous fabricants confondus -, rien ne garantit qu’il en sera de même pour les prochaines années.

Embraer est présent au salon de Farnborough et expose son Embraer E2, version améliorée de son modèle phare E190. L’avion est entré en service chez la compagnie de lancement Widerøe en mai dernier et a fait l’objet de 228 commandes.



Loïck LAROCHE-JOUBERT, à Farnborough pour AeroMorning
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Aston Martin dévoile son taxi volant

Aston Martin dévoile son taxi volant | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La marque présente sa Volante Vision Concept, un véhicule hybride et autonome destiné au ciel urbain et interurbain.

Aston Martin part à la conquête du ciel. Le constructeur automobile britannique a en effet présenté, ce lundi, sa Volante Vision Concept. Un taxi volant qui lui permet de faire désormais partie des pionniers du « futur du transport » aérien.

Doté d'un système de décollage et d'atterrissage verticaux (VTOL), l'engin est équipé d'un moteur hybride et autonome. L'habitacle volant peut accueillir jusqu'à trois adultes. Le véhicule n'est pour l'heure qu'un prototype mais donne déjà les grandes lignes d'un appareil qui permettrait de voler en ville et entre celles-ci.
Être présent dans le ciel de demain, est un véritable enjeu pour Aston Martin. « Avec la croissance continue de la population dans les zones urbaines, la congestion dans les villes deviendra de plus en plus contraignante », a déclaré son PDG et CEO Andy Palmer dans un communiqué. L'annonce de ce taxi volant fait suite à celle du premier sous-marin du constructeur britannique, en mai dernier.
Une concurrence féroce

Une course aux véhicules volants déjà bien entamée par les entreprises du secteur. Plusieurs voitures aériennes ont déjà été révélées au grand public comme la Vahana d'Airbus, la Ehang 184 du chinois Ehang ou encore la Volo-Hub de Volocopter. Une concurrence féroce se prépare alors que les obstacles techniques et sécuritaires sont encore nombreux avant de pouvoir envisager une mise en service de ces bolides aériens.
Pour Marek Reichman, vice-président exécutif d'Aston Martin, « la mobilité verticale n'est plus un fantasme ». Une technologie innovante encore à ses balbutiements alors que les investisseurs semblent pourtant prêts à embarquer à bord de ces nouveaux engins. Volocopter a ainsi levé 25 millions d'euros, en août 2017. Le constructeur allemand Daimler y a même contribué. Une autre start-up allemande, Lilium, a levé 90 millions de dollars en septembre pour son taxi volant électrique. Tandis que la société américaine, Joby Aviation, a récolté pour sa part pas moins de 100 millions de dollars, début février, pour développer son prototype baptisé « Rachel ».
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Farnborough 2018: ATR to highlight latest innovations

Farnborough 2018: ATR to highlight latest innovations | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Alongside a new ATR 42-600, the Franco-Italian turboprop builder will display Neo Classic and Neo Prestige passenger seats, Cabinstream multimedia system and ClearVision system to improve pilots' situational awareness.

ATR will display an ATR 42-600 in the colours of Silver Airways, leased from Nordic Aviation Capital, at the Farnborough International Airshow 2018. Later this year, Silver Airways will become the first ATR -600 series operator in the U.S. The aircraft will be on show in teh static area (OE33).

ATR will be highlighting some of its recent innovations. Close to the ATR 42-600 aircraft on display, visitors will have the chance to experience, in a dedicated exhibition area, the new Neo Classic and Neo Prestige passenger seats, as well as the Cabinstream system that allows passengers to stream multimedia content.

The company will also be demonstrating its ClearVision solution, an option on ATR's latest, Standard 3 avionics suite, developed in partnership with Elbit and certified last year.

This Combined Vision System improves a pilot’s situational awareness with optimised Head-Up capabilities which can also be coupled with an Enhanced Vision System (EVS) and Synthetic Vision System (SVS).

The first company to select ClearVision with EVS and CVS is Bhutan's Drukair, which has ordered an ATR 42-600 equipped with the system for delivery in July 2019.

Meanwhile, Guernsey-based Aurigny has signed a Letter of Intent for the purchase of three ATR 72-600s equipped with the ClearVision EVS system for operations over the fog-prone English Channel.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Et si les premiers vols réguliers pour l'espace avaient lieu en 2019?

Et si les premiers vols réguliers pour l'espace avaient lieu en 2019? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Les deux entreprises privées les plus avancées sur le marché du tourisme spatial disent n'être qu'à quelques mois de leurs premiers vols dans l'espace avec des clients à bord, bien que chacune reste prudente et se garde d'avancer une date précise.

Virgin Galactic, fondée par le milliardaire britannique Richard Branson, et Blue Origin, par le milliardaire plus discret Jeff Bezos, patron d'Amazon, font la course pour être les premières à finir les tests. Les deux sociétés disposent de technologies radicalement différentes. Pour les deux, les passagers n'iront pas en orbite autour de la Terre: leur expérience en apesanteur ne durera que quelques minutes, contrairement aux quelques touristes spatiaux qui ont payé des dizaines de millions de dollars pour voyager à bord d'un Soyouz et de la Station spatiale internationale (ISS) dans les années 2000.

Moyennant un billet bien moins cher (250.000 dollars chez Virgin, d'un montant inconnu chez Blue Origin), ces nouveaux touristes seront propulsés à plusieurs dizaines de kilomètres d'altitude, avant de retomber sur Terre. Par comparaison, l'ISS est en orbite à 400 km. L'objectif est de s'approcher ou de dépasser la ligne imaginaire marquant le début de l'espace, la ligne de Karman, à 100 km, ou bien la ligne préférée par l'armée américaine, soit 50 miles (80 km). A cette altitude, le ciel devient plus noir, et la courbure de la Terre apparaît clairement.
Le VSS Unity de Virgin Galactic

Chez Virgin Galactic, six passagers et deux pilotes s'installeront à bord du SpaceShipTwo VSS Unity, qui ressemble à un jet privé. Le VSS Unity sera attaché sous un avion porteur, baptisé WhiteKnightTwo. Une fois largué à une altitude de 15.000 mètres, le vaisseau allumera sa fusée, direction le ciel. Là, les passagers flotteront en apesanteur plusieurs minutes.

La descente sera ralentie par un système d'"empennage": les ailettes de la queue du vaisseau pivoteront et le vaisseau se cambrera avant de revenir à la normale. Puis l'appareil se posera sur une piste d'atterrissage du "spatioport" de Virgin dans le désert du Nouveau-Mexique.

Lors d'un test le 29 mai dans le désert californien du Mojave, le vaisseau a atteint une altitude de 35 km. En octobre 2014, le vaisseau de Virgin s'était brisé en vol à cause d'une erreur de pilotage, tuant l'un des deux pilotes. Les tests ont repris avec un nouvel appareil.

Virgin a conclu un accord pour ouvrir un second spatioport en Italie, sur l'aéroport de Tarente-Grottaglie. Richard Branson a dit en mai, sur BBC Radio 4, qu'il espérait être lui-même l'un des premiers passagers dans les 12 prochains mois. Environ 650 clients sont sur la liste d'attente, dit Virgin à l'AFP.
Le New Shepard de Blue Origin

Blue Origin a développé un système qui ressemble aux fusées traditionnelles: le New Shepard. Six passagers prendront place dans les sièges d'une "capsule", une cabine fixée au sommet d'une fusée verticale de 18 mètres de hauteur. Après le lancement, qui propulsera la capsule à près de Mach 3, celle-ci se détachera et continuera sa trajectoire quelques kilomètres vers le ciel. Lors d'un test le 29 avril, la capsule a atteint 107 km. Pendant ce temps, la fusée redescendra... et se posera, doucement, à la verticale. Après plusieurs minutes d'apesanteur, pendant lesquelles les passagers pourront se lever et regarder à l'extérieur par de grands hublots, la capsule retombera vers la Terre, ralentie par trois grands parachutes et des rétrofusées.

Du décollage à l'atterrissage, le vol du dernier test a duré 10 minutes. Jusqu'à présent, seuls des tests avec des mannequins ont été réalisés, sur le site de Blue Origin au Texas. Mais un dirigeant, Rob Meyerson, a déclaré en juin que les premiers tests habités auraient lieu "bientôt". Un autre responsable, Yu Matsutomi, a dit mercredi lors d'une conférence qu'ils auraient lieu "à la fin de cette année", selon Space News.
Et après?

SpaceX et Boeing développent de leur côté des capsules pour transporter les astronautes de la Nasa, probablement à partir de 2020 à la suite de retards. Des investissements considérables que ces entreprises chercheront sans doute à amortir en proposant des voyages à des particuliers. "Si vous voulez aller dans l'espace, vous aurez bientôt quatre fois plus d'options qu'il n'y en a jamais eu", dit à l'AFP Phil Larson, doyen adjoint de l'école d'ingénierie de l'Université du Colorado à Boulder.

A plus long terme, la société russe qui construit les Soyouz étudie la possibilité d'emmener de nouveau des touristes sur l'ISS. Et une start-up américaine, Orion Span, a annoncé cette année vouloir placer une station spatiale en orbite dans quelques années, mais ce projet est encore très loin de voir le jour.

(avec AFP)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le premier H160 de pré-série a reçu sa poutre de queue

Le premier H160 de pré-série a reçu sa poutre de queue | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le premier H160 de pré-série a reçu sa poutre de queue, laquelle est le premier grand ensemble à avoir été assemblé à Albacete en Espagne, selon la stratégie de spécialisation de site implémentée par Airbus Helicopters.

Le fuselage du premier appareil de pré-série est arrivé de son côté en provenance du site de Donauwörth, en Allemagne, précédemment cette année. Un total de dix machines de pré-série sont prévues et seront progressivement assemblées, ce qui permettra ainsi à Airbus Helicopters de peaufiner son processus industriel.

Tandis que ce dernier gagne en maturité, les durées d'assemblage vont décroitre pour atteindre le temps prévu, soit quarante jours à capacité de production nominale.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Afrique : l’ENAC s’implante en Côte d’Ivoire

Afrique : l’ENAC s’implante en Côte d’Ivoire | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
L’ENAC poursuit son développement international en Afrique avec la création du pôle aéronautique d’excellence de l’Institut National Polytechnique-Houphouët Boigny (INP-HB) ainsi qu’une école de formation au pilotage à Yamoussoukro.
Création d’un pôle aéronautique d’excellence

Dans le cadre du second Contrat de Désendettement et de Développement de l’Agence Française de Développement, l’ENAC, le Ministère de l’Enseignement Supérieur ivoirien et l’INP-HB viennent de signer une convention de partenariat dont l’objectif est la création d’un pôle aéronautique d’excellence en Côte d’Ivoire.

Cette convention de 28 mois permettra la mise en place d’un Mastère Spécialisé en « Transport Aérien », qui permettra aux diplômés de l’INP-HB et de la région d’embrasser une carrière aéronautique de haut niveau.
Création d’une école de formation de pilote de ligne

Toujours dans le cadre de cette convention, l’ENAC développera, pour les besoins de l’INP-HB et de son partenaire Air Côte d’Ivoire, une étude de faisabilité pour la création d’une école de formation de pilote de ligne. Cette formation d’excellence, au standard EASA (European Aviation Safety Agency), basée à Yamoussoukro, aura pour ambition de répondre aux besoins croissants de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale dans le domaine.

Après la mise en place en début d’année du partenariat avec le Centre des Métiers de l’Aviation (CMA) à Abidjan, pour la formation continue des opérateurs aéroportuaires et de sureté, ce nouveau projet porté par l’ENAC s’inscrit dans la volonté de l’école de s’implanter durablement en Afrique, et particulièrement en Côte d’Ivoire, afin d’y développer une véritable plateforme régionale de formation aéronautique.
more...
No comment yet.