Abeilles, intoxications et informations
112.0K views | +19 today
Follow
Abeilles, intoxications et informations
Articles pertinents sur les problématiques des mortalités et disparitions des abeilles
Curated by Bee Api?
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Bee Api? from Mes passions natures
Scoop.it!

Des pesticides dans nos assiettes

Des pesticides dans nos assiettes | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it
Et si la mort mystérieuse des abeilles était un signal d’alarme? Les études se multiplient qui mettent en cause un type d’insecticide, les néonicotinoïdes, fabriqués notamment par la firme suisse Syngenta.Ce sont de puissants neurotoxiques, 5000 à 10000 fois plus nocifs pour les insectes que le DDT. Ils se transmettent dans la chaîne alimentaire, donc dans notre nourriture, sans que l’on connaisse leurs effets à long terme sur la santé humaine. Une chose est sûre: ils n’affectent pas que les abeilles, mais toute la biodiversité. 

Depuis une vingtaine d’années, les d’abeilles meurent à un rythme annuel de 20% à 30%, en Suisse comme ailleurs. Une surmortalité inquiétante, ces insectes jouant un rôle essentiel dans la pollinisation des plantes. Et si cette mort mystérieuse était un signal d’alarme ? Les études se multiplient qui désignent un type d’insecticide, les néonicotinoïdes, comme une cause importante de ce phénomène.

 

5000 à 10000 fois plus nocifs pour les abeilles que le DDT, les néonicotinoïdes sont de puissants neurotoxiques. Ils se transmettent dans la chaîne alimentaire et ils n’affectent pas que les abeilles, mais toute la biodiversité. Ces produits sont fabriqués par les géants de l’agrochimie, comme la firme suisse Syngenta, Bayer ou BASF. Ils représentent le tiers du marché mondial des insecticides, soit des ventes annuelles de l’ordre de cinq milliards de dollars. De gros intérêts sont en jeu.


Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Les compagnies d'assurance refusent d'assurer les cultures d'OGM ...

Les compagnies d'assurance refusent d'assurer les cultures d'OGM ... | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Dans les contrats d'assurances, les cultures transgéniques sont classées dans la même catégorie que le nucléaire, l'amiante ou les nanotechnologies. (...)

 

C’est ce qu’a rappelé la compagnie en avril dernier à Jean Sabench, apiculteur à la retraite dans l’Hérault. Selon lui, "c’est avant tout le risque de contamination que les assurances ne veulent pas couvrir." Le risque reste certes théorique, puisque la culture transgénique reste interdite en France, comme vient de le confirmer le Conseil constitutionnel. Mais imaginons que ses abeilles aillent polliniser du colza génétiquement modifié, il ne pourra plus vendre son miel sous label bio, qui garantit un produit contenant moins de 0,9 % d’OGM.

 

Daniel Evain est agriculteur bio dans l’Essone : "Je cultive du tournesol, une variété très pollinisatrice. S’il y a du tournesol OGM à proximité, il sera inévitablement contaminé. Cela fait partie du processus de sélection, je ne peux pas empêcher le pollen du voisin de venir."

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes ... - La Provence

Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes ... - La Provence | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Moratoire de Bruxelles


Le 29 avril, la commission européenne annonçait un moratoire de 2 ans pour 3 pesticides qui seraient à l'origine de la mortalité des abeilles domestiques : l'imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame et ce, sur 4 cultures : le maïs, le colza, le tournesol et le coton. Une décision qui prendra effet le 1er décembre prochain. Là où le bât blesse, c'est que cette décision est pernicieuse.

 

En effet, les semis de colza par exemple, se font toujours en automne, ils ne seront donc pas concernés par ce moratoire qui prend effet au 1er décembre et les agriculteurs pourront donc récolter en 2014 du colza élevé aux néonicotinoïdes après que les abeilles auront copieusement butiné leurs fleurs.

 

Autre déviance : les céréales d'hiver ne sont pas concernées par ce moratoire. On pourra donc utiliser ces produits, comme avant, sur toutes les variétés de blés et ses dérivés, sur l'orge et l'avoine notamment...

Le gros problème, dénoncé par les apiculteurs, c'est la rémanence du produit dans le sol.

 

En effet, lorsque l'on cultive du blé sur une parcelle, l'année suivante, compte tenu de la rotation des cultures, on fera pousser du colza sur la même terre.

 

Le moratoire de ces produits sur le colza deviendra donc inopérant puisque la rémanence dans le sol du produit atteindra aussi les cultures qui devraient en être protégées...

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Interdire les pesticides pour sauver les abeilles - Radio-Canada

Interdire les pesticides pour sauver les abeilles - Radio-Canada | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Un regroupement d'organismes presse le gouvernement d'agir pour préserver les colonies d'abeilles au Québec. La Coalition réclame l'interdiction de pesticides de type néonicotinoïdes dans les grandes cultures.

 

La Fédération des apiculteurs du Québec, Nature Québec et les Amis de la Terre de Québec soutiennent que l'utilisation très répandue des néonicotinoïdes dans les champs contribue au déclin des abeilles. Mis au point dans les années 1980, ces pesticides sont utilisés comme enrobage des semences de maïs et de soya.

 

Les néonicotinoïdes sont parmi les insecticides les plus utilisés à travers le monde. Ils agissent sur le système nerveux central des insectes, allant jusqu'à provoquer la paralysie et leur mort. Les pesticides affaiblissent aussi le système immunitaire des abeilles et réduisent leur capacité à retrouver leur ruche.

 

Selon la coalition, qui demande leur interdiction, la quasi-totalité des semences de maïs vendues au Québec et plus de la moitié des semences de soya seraient enrobées avec ces produits. Or, leur utilisation menace la survie des abeilles à court terme.

 

« Environ 40 % des aliments à haute valeur nutritive contenus dans notre assiette au Québec proviennent du travail des abeilles par la pollinisation des fruits, légumes et autres plantes », rappelle Valérie Fournier, entomologiste à l'Université Laval.

 

Certaines cultures, comme le bleuet et la canneberge, sont particulièrement dépendantes de la pollinisation des abeilles dont les colonies sont en constante diminution ces dernières années.

 

Le regroupement réclame une politique gouvernementale et des mesures concrètes pour s'attaquer au problème.

 

Au Canada, un tiers de la production de nourriture dépend de la pollinisation par les insectes.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

La pression grandit sur les pesticides, impliqués dans des maladies ... - La Parisienne

La pression grandit sur les pesticides, impliqués dans des maladies ... - La Parisienne | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Vendredi, les trois ministres de la Santé, de l'Agriculture et de l'Ecologie ont réagi prudemment en indiquant avoir saisi l'Anses (agence de sécurité sanitaire) pour évaluer "l'impact de ces nouvelles données sur les autorisations nationales existantes".

 

Au niveau européen, ils transmettront "ces nouveaux éléments" en vue de la réévaluation des substances actives autorisées au niveau communautaire".

"Un règlement européen, qui se met actuellement en place, va nous obliger à revoir toutes les molécules, comme par le passé", fait remarquer Jean-Charles Bocquet, le directeur général de l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP, fabricants).

 

"La science évolue" et "il est important de faire évoluer les autorisations lorsque cela est nécessaire", reconnaît le représentant des professionnels pour qui le rapport de l'Inserm ne contient pas "de révélations nouvelles de nature dramatique".

 

"Pas toujours utilisés comme il faut"


"Les molécules les plus souvent citées sont des molécules anciennes, qui ont déjà disparu du marché", avance-t-il, précisant que "sur les 1.000 molécules présentes au début des années 80, il en reste 250".

 

Tout en étant interdites, certaines substances très persistantes comme le DDT ou le chrlordécone, continuent d'être détectées dans la nature.

"Pour les molécules encore sur le marché, les conditions d'emploi ont été réduites, les formulations ont été changées, si bien que les risques annoncés existent mais sont gérés", assure-t-il.

 

L'UIPP reconnaît toutefois que des progrès doivent être faits sur les conditions d'utilisation. "Historiquement des produits apportaient des solutions un peu miraculeuses, on ne les a pas toujours recommandés comme il fallait et les agriculteurs ne les ont pas toujours utilisés comme il faut", selon M. Bocquet.

 

Un rapport parlementaire d'octobre 2012 ("Pesticides: vers le risque zéro") affirmait que les dangers et risques des pesticides pour la santé étaient "sous-évalués" et que les protections n'étaient "pas à la hauteur des dangers".

 

Mais selon Paul François, céréalier dans les Charentes et président de Phyto-victimes, "les recommandations d'utilisation sont inapplicables, sauf à travailler en tenue de cosmonaute, et les fabricants le savent".

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des insecticides sont pointés du doigt

Des insecticides sont pointés du doigt | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

BELOEIL – Depuis quelques années, les apiculteurs de la région de Beloeil, en Montérégie, observent un fort taux de mortalité chez leurs abeilles. Des pesticides qui enrobent les semences de maïs pourraient être responsables de ce fléau.


«Ça fait cinq ans que j’élève des abeilles dans la région et depuis deux ou trois ans, le problème est devenu flagrant, a expliqué Steve Martineau, de la Miellerie du Château de Cyr, de Saint-Marc-sur-Richelieu.

 

Dans les semaines qui suivent l’ensemencement du maïs, il y a plein d’abeilles mortes à proximité des ruches alors qu’en temps normal, on n’en retrouve que quelques-unes.»

 

L’an dernier, 60 % de ses ruches ont été contaminées. Selon lui, les insecticides de type néonicotinoïdes (des dérivés du tabac), qui enrobent la quasi-totalité des semences de maïs, seraient responsables de la situation.

Depuis 2012, il participe à une recherche dans laquelle Olivier Samson-Robert, un chercheur de l’Université Laval, compare la mortalité dans six ruchers de la Montérégie exposés aux néonicotinoïdes et six qui ne le sont pas, en Estrie.

 

«En Montérégie, les taux de mortalité sont trois fois supérieurs, a dit M. Martineau.

 

De plus, dans les champs où s’abreuvent les abeilles, l’eau contenait de 30 à 180 fois la dose létale.»

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Pesticides et abeilles : Encore une conclusion hâtive sur les semences- EurActiv France

Pesticides et abeilles : Encore une conclusion hâtive sur les  semences- EurActiv France | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

BEN VOYONS!!!!

Suite au rapport de l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) publié le 27 mai sur l’impact potentiel du Fipronil sur les abeilles, l’UIPP alerte contre toute conclusion hâtive sur le lien entre pesticides et mortalité des abeilles. Jean-Charles Bocquet, Directeur général de l’UIPP : « ce rapport est le 4 ème de l’EFSA dont l’évaluation des risques liés à la technique de protection de semences est basée sur des critères non publiés et donc non validés, conduisant de fait à des différences de données avec les études réglementaires menées par les industriels.

 

Cette différence crée une confusion scientifique inappropriée sur un sujet aussi crucial ». Dès lors, l’UIPP en appelle à une approche proportionnée concernant les traitements de semences.

 

Elle propose d’une part que la Commission oriente les États membres vers des suivis au champ, organisés à grande échelle, afin de confirmer les résultats déjà obtenus et d’autre part que soient généralisées les mesures de gestion de risques spécifiques à chaque culture.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

[Altermonde-sans-frontières] Comment le gouvernement s’assoit sur le ventre des abeilles

[Altermonde-sans-frontières] Comment le gouvernement s’assoit sur le ventre des abeilles | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Par Fabrice Nicolino

Les abeilles, assurent par la pollinisation le tiers de l’alimentation humaine, mais elles meurent par milliards. L’Europe fait un geste contre les pesticides qui les butent, et Charlie raconte les coulisses.


Résumons, car cette histoire en a bien besoin. La semaine passée, la Commission Européenne a décidé de suspendre pendant deux ans l’usage de trois pesticides, ou plutôt de trois matières actives entrant dans leur composition : l’imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame.


La grande folie, c’est qu’on sait depuis quinze ans que ces charmants personnages butent les abeilles par milliards. Ces abeilles qui garantissent, par la pollinisation, environ un tiers de l’alimentation humaine.

Résumons donc. En 1991, les chimistes du groupe Bayer touchent le gros lot. Leur nouvelle invention pour liquider les insectes dans les champs industriels de tournesol ou de maïs est dite systémique. En appliquant sur la semence le petit nouveau, on « protège » la plantule puis la totalité de la plante, via la sève. Le truc s’appelle imidaclopride et sera commercialisé sous le nom de Gaucho. De 1994 à 1997, les apiculteurs voient crever leurs abeilles par milliards, mais chut. L’hécatombe devient telle qu’en janvier 1999, Jean Glavany, ministre socialo de l’Agriculture, suspend l’utilisation du Gaucho pendant un an, sur le seul tournesol. Mais ce n’est qu’une gentille farce.


En janvier 2002, une main très inspirée, au ministère, donne un coup de tampon sur l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) du Gaucho. Cette dernière est prolongée de dix ans, malgré la mort des abeilles. Alors arrive le petit juge Ripoll, saisi par une plainte d’un syndicat d’apiculteurs. Le voilà qui perquisitionne l’une des citadelles les mieux protégées du ministère de l’Agriculture, la Direction générale de l’alimentation (DGAL). Il tombe sur la directrice, Catherine Geslain-Lanéelle, qui l’envoie chier direct. Elle lui refuse communication des documents ayant permis l’Autorisation de mise sur le marché. Bien qu’ayant frôlé la garde-à-vue, la Catherine tient bon, et le juge repart la queue basse. Ripoll sera muté peu après à Papeete, là où le lagon est si bleu.

LA SUITE SOUS L'IMAGE, DELECTABLE!!!! CLIC!!!

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Identification d'un nouvel insecticide mortel pour les abeilles

Identification d'un nouvel insecticide mortel pour les abeilles | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

BRUXELLES - L'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a rendu lundi un avis défavorable contre le Fipronil, un insecticide fabriqué par le groupe allemand BASF, car son utilisation pour protéger les semences de maïs est cause de mortalité pour les abeilles.

 

La Commission avait demandé cet avis à l'EFSA en août 2012. Il est incomplet, mais il relève «un risque élevé» avéré pour le traitement du maïs.

Cinq pays de l'UE seulement utilisent encore cet insecticide pour le maïs : l'Espagne, la Hongrie, la Bulgarie, la République Tchèque et la Slovaquie. Il est également utilisé en Belgique, en Roumanie et aux Pays-Bas, mais pour d'autres cultures que le maïs.

 

La France a interdit son utilisation en 2005.

Le groupe BASF a désormais trois semaines -jusqu'au 14 juin- pour répondre à cet avis. La Commission européenne soumettra ensuite le cas du Fipronil à un comité d'experts de l'UE pour une décision le 15 ou le 16 juillet, ont indiqué les services du commissaire chargé de la Santé Tonio Borg.

 

La Commission européenne a déjà restreint pendant deux ans, à compter du 1er décembre 2013, l'utilisation de trois néonicotinoides (la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxame) utilisés dans des pesticides fabriqués par les groupes Bayer et Syngenta pour le traitement des semences, l'application au sol (en granulés) et le traitement foliaire des végétaux, y compris les céréales (à l'exception des céréales d'hiver), qui attirent les abeilles.

 

Les trois pesticides ont été définis par l'EFSA comme étant l'un des facteurs pouvant être responsables de la baisse du nombre des abeilles.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

UE - L'AESA et l'industrie : des relations incestueuses renouvelées - Inf'OGM

UE - L'AESA et l'industrie : des relations incestueuses renouvelées - Inf'OGM | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Suite à la démission de Hubert Deluyker de son poste de Directeur de la Stratégie scientifique, l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) a nommé à Juliane Kleiner pour le remplacer. Cette dernière travaille à l’AESA depuis mars 2004.


Mais surtout, elle est connue pour avoir travaillé pendant sept ans à l’International Life Sciences Institute (ILSI), une organisation du lobby de l’agro-industrie. Elle y était responsable de la gestion scientifique et en charge du programme sur la sécurité alimentaire. Quant à M. Deluyker, il devenu le conseiller scientifique du Directeur exécutif.


José Bové, euro-député, avait déjà dénoncé une collusion entre l’AESA et l’ILSI. Inf’OGM écrivait alors : « L’influence de l’ILSI est réelle dans le dossier OGM au sein de l’AESA.


En effet, dans l’avis rendu par ce comité à propos du maïs MON 89034 x 1507 x NK603 (mis au point par Monsanto et DOW Agrosciences), on peut lire que ’’la composition du maïs MON 89034 correspond à la variation naturelle telle que reportée dans la littérature et dans la base de données ILSI CropComposition’’ ». Un autre conflit d’intérêt entre l’AESA et l’ILSI avait été dénoncé par le Corporate Europe Observatory (CEO).

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Les abeilles n'auront pas de répit avant décembre

Les abeilles n'auront pas de répit avant décembre | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

L'interdiction de trois insecticides nocifs pour les abeilles a été repoussée au mois de décembre en Suisse, afin de s'aligner sur les directives de l'Union européenne.

L'interdiction temporaire de trois insecticides mortels pour ces insectes n'interviendra qu'à partir de décembre. La Suisse s'est alignée sur l'Union européenne.

 

Initialement, l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) avait annoncé la suspension de trois insecticides pour le traitement des semences de colza et de maïs pour le courant de l'été. Entre-temps, la date a été reportée au 1er décembre, a indiqué la vice-directrice de l'OFAG Eva Reinhard, lors d'une conférence de presse à Berne.

 

Les paysans pourront donc continuer leurs cultures comme d'habitude cet été. A court terme, le moratoire ne devrait de toute façon pas avoir d'effet sur la production agricole, selon Eva Reinhard.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Rescooped by Bee Api? from Strasbourg Eurométropole Actu
Scoop.it!

Manifestation contre Monsanto, 25 mai au Parlement Européen - Rue89 Strasbourg

Manifestation contre Monsanto, 25 mai au Parlement Européen - Rue89 Strasbourg | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it
Samedi 25 mai, une manifestation contre Monsanto est organisée partout dans le monde. A Strasbourg, le rassemblement aura lieu devant le Parlement Européen de 14h à 18h. La multinationale américaine Monsanto est depuis de nombreuses années accusée de promouvoir des produits nocifs pour la santé et l’écosystème (semences OGM, hormone de croissance bovine, agent orange…) ainsi que de falsifier des résultats d’enquêtes scientifiques.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

GRAIN — Les transgéniques : 20 ans à alimenter ou à leurrer la planète?

GRAIN — Les transgéniques : 20 ans à alimenter ou à leurrer la planète? | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Généreusement entretenus par l’industrie des OGM, les mythes sur les soi-disant bénéfices des cultures transgéniques persistent. On peut résumer à cinq les mensonges que cette industrie répand : que les transgéniques alimentent la planète, qu’ils sont plus productifs, qu’ils permettront d’éliminer l’utilisation des produits agrochimiques, qu’ils coexistent harmonieusement avec les autres cultures et qu’ils sont parfaitement inoffensifs pour l’environnement et la santé.


C’est facile de dévoiler ces mensonges; il suffit de porter un regard calme et objectif sur ce qui se passe vraiment sur le terrain, en se basant sur les données de l’industrie elle-même. La conclusion, après vingt ans de plantations transgéniques commerciales, est claire : aucune des promesses ne s’est réalisée, bien au contraire.


Examinons les cinq points un par un.


- PREMIER MYTHE. Les cultures transgéniques élimineront la faim dans le monde.


- SECOND MYTHE. Les cultures transgéniques produisent plus


- TROISIÈME MYTHE. Les cultures transgéniques élimineront les produits agrochimiques


- QUATRIÈME MYTHE. Le droit de choisir est respecté, car les cultures transgéniques coexistent pacifiquement avec les autres types de cultures.


ET LE CINQUIÈME MYTHE. Les transgéniques sont sans danger pour la santé et l’environnement.

CLIC L'IMAGE POUR TOUT SAVOIR POIN PAR POINT!

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

OGM et Europe : Monsanto & Co ont réussi leur coup !

OGM et Europe : Monsanto & Co ont réussi leur coup ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Grâce à la loi sur la liberté de l’information du Royaume-Uni, le groupe GeneWatch s’est procuré des documents qui dévoilent combien EuropaBio, le groupe de pression de l’industrie des biotechnologies à Bruxelles, a plaidé pendant deux ans en faveur précisément de cette approche. Un document de trois pages, intitulé « Une nouvelle stratégie pour le dossier des OGM » date de 2012. Ce document conclut qu’une nouvelle approche est nécessaire pour rompre avec l’immobilisme européen concernant les plantes GM. Il inclut une « proposition amendée de nationalisation », posant comme condition que les Etats-membres ne puissent mettre en place une interdiction nationale que s’ils ont préalablement demandé à la compagnie de s’abstenir de commercialiser l’OGM dans leur pays et que si la compagnie a refusé.

 

Une autre condition posée par EuropaBio est qu’un seuil de contamination soit convenu par les états membres, afin d’autoriser des OGM non autorisés dans les semences (c’est déjà le cas pour la nourriture animale, mais pas encore pour l’alimentation humaine ni les semences). Dernier point mais non des moindres, EuropaBio demande que les Etats-membres ne votent plus au niveau européen contre une demande d’autorisation d’OGM, s’ils peuvent utiliser pour l’interdiction nationale une de ces deux options. Suit une liste détaillée des éléments nécessaires pour obtenir le soutien des gouvernements allemand, français et du Royaume-Uni ainsi que de la Commission européenne. Il est noté dans ce document que « Ces changements paraissent acceptables pour de nombreux pays européens. Même si certains pays s’y opposent, en gagnant les votes du Royaume-Uni et de l’Allemagne, on compense toute perte de votes »

more...
No comment yet.
Rescooped by Bee Api? from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Manipulations génétiques : Monsanto n’est pas le seul !

Manipulations génétiques : Monsanto n’est pas le seul ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

La liste des plantes transgéniques pour lesquelles la firme Bayer CropScience détient un brevet est fort longue. Bayer s’est même assuré un brevet pour des arbres manipulés génétiquement : peupliers, pins, eucalyptus entre autres.

 

C’est ce qu’a révélé une étude effectuée à l’Office européen des brevets (OEB) à Munichpar l’ONG « Coordination contre les méfaits de Bayer ». L’association s’est penchée sur les demandes d’agrément déposées par Bayer au cours des 20 dernières années.

 

Il en ressort que l’entreprise détient 206 des 2000 brevets accordés en Europe à des plantes transgéniques, ce qui confère à Bayer la première place, devant Dupont, Basf, Syngenta et Monsanto.

 

Le premier fournisseur mondial de semences transgéniques est de loin la firme Monsanto. L’entreprise a racheté des dizaines de petits producteurs et sélectionneurs de semences, ce qui lui a permis de s’attribuer 27% du marché des semences.

Pour les herbicides aussi la firme US est en tête : 95% du soja génétiquement modifié et 75% de l’ensemble des plantes transgéniques (coton, maïs) sont résistantes au glyphosate (commercialisé sous le nom de Roundup), le pesticide-phare de Monsanto.

 

Des études indiquent que ce produit peut être tératogène et cancérigène. Le nombre d’agriculteurs et travailleurs agricoles intoxiqués croît sans cesse, surtout en Amérique latine. Et à l’inverse de ce que promettait l’industrie agro-alimentaire, l’introduction de plantes transgéniques, loin de réduire l’usage des pesticides, l’a constamment accru. Il est donc tout à fait justifié de concentrer les critiques sur Monsanto.


Via Build Green
Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles ?

A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles ? | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Comme souvent, une seule photo peut être plus parlante que de longs rapports. Dans une communication efficace, la chaîne de supermarchés américaine Whole Foods, spécialisée dans le bio et l’équitable, a imaginé à quoi ressembleraient nos étals si les abeilles venaient à s’éteindre. L'un de ses magasins, situé à Providence (Rhode Island), a temporairement enlevé tous les produits venant de plantes pollinisées par des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Résultat : 237 des 453 produits proposés à l'accoutumée, soit 52 % des récoltes, ont disparu. Parmi eux : les pommes, oignons, carottes, citrons, brocolis, avocats ou encore concombres.

 

En réalité, un tiers de notre nourriture dépend des abeilles, rappelle l'enseigne de distribution. "Les pollinisateurs naturels sont un maillon essentiel de notre chaîne alimentaire. Plus de 85 % des espèces végétales de la terre, dont beaucoup composent les aliments les plus nutritionnels de notre alimentation, exigent des pollinisateurs pour exister. Pourtant, nous continuons à assister à un déclin alarmant de ces populations, regrette Eric Mader, directeur adjoint de la Xerces Society, une ONG qui protège les abeilles. Notre organisation travaille avec des agriculteurs pour les aider à recréer un habitat sauvage et adopter des pratiques moins intensives en pesticides. Ces stratégies simples peuvent faire pencher la balance en faveur de retour des abeilles."

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Retrait des pesticides néonicotinoïdes : une mesure urgente ! - Basta !

Retrait des pesticides néonicotinoïdes : une mesure urgente ! - Basta ! | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Le retrait du marché des insecticides « néonicotinoïdes », qui contribuent à la surmortalité des abeilles, risquent de prendre du temps. En attendant, les plantes mutées, contenant un pesticide, gagnent du terrain, et les mesures mises en place par le ministère de l’Agriculture pour soutenir la filière apicole semblent bien maigres.

 

Des membres de la Confédération paysanne critiquent « des pouvoirs plus soucieux des intérêts privés des multinationales de l’agrochimie et des semences que de l’intérêt général ».

 

La proposition de suspension de 3 insecticides néonicotinoïdes présentée par la Commission Européenne arrive dans un contexte de crise importante pour la profession apicole et pour les consommateurs.

 

Elle concerne une interdiction temporaire (sauf céréales d’hiver et betteraves) jusqu’en septembre 2015.

 

Leur retrait du marché apparaît très tardif.

 

(...)

L’expérimentation grandeur nature en Italie de la suppression des traitements de semences avec des insecticides systémiques (néonicotinoïdes et fipronil) et les résultats obtenus (baisse de la mortalité des ruches de 37,5% à 15%, maintien des rendements de production de maïs, diminution importante des chrysomèles) nous rappelle que des alternatives existent.

 

L’intérêt des industriels de la chimie et des tenants de l’agriculture toxique prime sur la santé des personnes exposées. Le développement technologique dont l’enrobage des semences (traitement permanent) correspond à la période de déclin des abeilles au milieu des années 1990.

LISEZ L'ENSEMBLE DE L'ARTICLE EN CLIQUANT L'IMAGE!

 

- La France, championne d’Europe des pesticides

 

- Des alternatives existent

- Le plan de défense de l’apiculture : une illusion ?

- Les plantes-pesticides gagnent du terrain

« Paysans, apiculteurs, consommateurs, nous sommes tous pris en étau par des pouvoirs plus soucieux des intérêts privés des multinationales de l’agrochimie et des semences que de l’intérêt général. » C’est le message issu de l’Appel de Poitiers pour sauver la biodiversité (juin 2012) des États généraux « Abeilles, semences et biodiversité ». Poursuivre notre engagement en demandant l’interdiction de tous les insecticides néonicotinoïdes, c’est vital !

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Quand Londres défend à tort des produits tueurs d'abeilles

Quand Londres défend à tort des produits tueurs d'abeilles | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Tenter de démontrer que les insecticides n'ont pas d'effets sur les insectes peut conduire à d'inattendus tête-à-queue. L'agence de sécurité sanitaire et environnementale britannique, la Food and Environment Research Agency (FERA), vient de l'apprendre à ses dépens : elle a reçu un cuisant camouflet de la part de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a publié, le 5 juin, une sévère critique de l'une de ses études.

A l'été 2012, la FERA avait mené une expérience en plein champ sur plusieurs colonies de bourdons, certaines placées à proximité d'un champ de colza non traité, d'autres mises devant un champ traité au clothianidine (Poncho), d'autres encore devant un champ traité à l'imidaclopride (Gaucho). Elle avait conclu qu'il n'existait aucune différence significative entre les trois groupes de bourdons. Des résultats rendus publics en mars, mais jamais publiés dans une revue scientifique.

 

Le gouvernement britannique les a pourtant mis en avant avec force, pour contester la récente proposition de la Commission européenne d'interdire, pour deux ans et pour certains usages, ces insecticides, dits "néonicotinoïdes", mis en cause dans le déclin des abeilles. Bruxelles a donc saisi l'EFSA pour avis.

 

Celui-ci est tombé comme un couperet. L'agence européenne liste vingt pages de griefs : manque de détails sur les niveaux d'exposition, lacunes méthodologiques graves, "incohérences" et "affirmations contradictoires sur les objectifs de l'étude", etc.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Pourquoi je ne signerai pas la pétition Pollinis | LES RUCHERS DE L'AN 01

Pourquoi je ne signerai pas la pétition Pollinis | LES RUCHERS DE L'AN 01 | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Pollinis : bon sens ou arnaque? Quelques éléments de réponses

Depuis quelques temps, je reçois environ une fois par semaine via des amis plus ou moins proches, une invitation à signer une gentille pétition qui va, c’est certain, sauver les abeilles et du même coup rétablir la biodiversité, et s’il y a vraiment beaucoup de signatures, ressusciter votre petit chat écrasé par la voiture du voisin, ce con qui se balade en 4×4.

 

Mais malgré toutes ces bonnes intentions de Pollinis, je ne signerais pas leur paperasse.

Une ruche neuve : 225€. Vous en trouverez pour une centaine d’euros TTC chez Route d’Or, en bois français et non traité.

 

Un essaim d’abeille noire : 155€. Vous verrez plus bas qu’en fait il s’agit d’un paquet d’abeille et non d’un essaim, puisque la reine est payante en plus. Si vous voulez un paquet d’abeilles noires, je vous en trouve de la locale à moins de 75€.

 

Une reine noire en ponte sélectionnée marquée : 30€.

Les meilleurs éleveurs de France sont tous en dessous de ce prix, 23€ généralement, pouvant passer sous les 17€ en commandant un certain nombre de reines fécondées.

 

Un nourrissement de démarrage : 55€. Pour le coup cela fait du 11€ le kilo de miel, ce sont les prix du commerce, mais on imagine que le miel ne leur coûte pas ce prix, puisque les colonies en activité produisent du miel… Un prix de gros autour des 5 à 6€ le kilo paraîtrait plus honnête.

 

Trois analyses par an : 75€. Trois analyses par an? Pour quoi faire? Faire marcher le commerce d’un copain qui a un laboratoire?

 

Cela nous met la ruche parrainée à 540€. Comme ça commence à faire très cher, vous pouvez parrainer des demi ruches, des quarts de ruches…etc…



Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Abeilles empoisonnées: les apiculteurs se mobilisent | Charles Côté | Pollution

Abeilles empoisonnées: les apiculteurs se mobilisent | Charles Côté | Pollution | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Les apiculteurs du Québec demandent le bannissement des néonicotinoïdes, une classe de pesticides nuisibles aux abeilles. Ils ont adopté une résolution en ce sens la semaine dernière.

La Fédération des apiculteurs a adressé cette demande à l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), l'organisme fédéral de surveillance des pesticides.

«L'utilisation actuelle des néonicotinoïdes en grandes cultures est nocive pour les pollinisateurs, crée des problèmes environnementaux dont l'importance outrepasse largement les éventuels bénéfices», affirme la fédération dans sa résolution.

«Nous avons écrit à l'ARLA et nous serons en contact avec nos collègues de l'Ontario à ce sujet», a affirmé Jean-Pierre Chapleau, porte-parole de la Fédération des apiculteurs du Québec.
(...)

5000 ruches décimées

L'an dernier, en Ontario, 5000 ruches ont été décimées au printemps et des analyses ont permis de constater que les abeilles étaient contaminées aux néonicotinoïdes. Le phénomène ne semble pas s'être reproduit cette année.

Cependant, les apiculteurs craignent aussi une toxicité chronique de ces produits, au-delà de la période des semis. Ils contestent aussi l'efficacité des substances à augmenter les rendements des cultures.

 

Les «néonics» ne sont qu'une des nombreuses menaces qui pèsent sur les abeilles, dont dépend plus du tiers de la production alimentaire mondiale.

 

De son côté, l'industrie agrochimique nie la nocivité de ses produits pour les abeilles, mais travaille en même temps à des solutions pour diminuer la production de poussière au moment des semis.

 

Les principaux fabricants de néoniconinoïdes sont Syngenta et Bayer.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Des OGM autorisés dans les produits «bio»

Des OGM autorisés dans les produits «bio» | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Un label “bio” européen qui autorise les pesticides.

Les produits biologiques vendus en Europe pourront dorénavant contenir des résidus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, conformément à un nouveau règlement européen qui est entré en vigueur ce 1 janvier 2009.

 

Adopté en juin 2007 par les ministres européens de l’Agriculture, ce nouveau texte législatif autorise la présence « fortuite ou techniquement inévitable »d’OGM à hauteur de 0,9% dans les produits « bio ». Au-delà de ce seuil, ces aliments devront être étiquetés comme contenant des OGM. En deçà, aucune indication au consommateur n’est prévue.

 

Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement belge, Benoît Lutgen, rappelle sur RTLinfo que ce nouveau règlement sur l’étiquetage des produits bio est en totale contradiction avec les objectifs de développement d’une « agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité ». Et pour cause !

Le règlement [2]. L’augmentation des cas de contaminations OGM est même extrêmement préoccupante. Dès 2002 les Verts alertaient déjà sur la contamination lente et irréversible du territoire français par les produits transgéniques (OGM : La contamination s’étend, 9 août 2002).

 

Mais détecter la présence de gènes manipulés coûte cher et seules quelques grosses associations, comme Greenpeace et Genewatch le font, partiellement, et uniquement à partir des accidents de contamination identifiés.

 

Ce nouveau règlement européen rappelle ainsi à ceux qui en doutaient qu’on ne parle plus aujourd’hui « de risque de contamination par les OGM », la contamination par dissémination de produits transgéniques dans l’environnement est maintenant plus qu’avérée, elle est convenue : elle est en train de se produire.

 

Il est impossible d’organiser la coexistence entre variétés transgéniques et conventionnelles : la pollution génétique est scientifiquement inévitable.

 

Ce nouveau règlement étend donc aux produits « bio » les dispositions européennes déjà en vigueur depuis 2004 pour l’ensemble des aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

 

Vu qu’il est prévisible qu’à terme tous les produits de l’agriculture et donc tous nos aliments seront contaminés par les organismes transgéniques, les décideurs politiques viennent donc d’autoriser la présence d’OGM, en deçà d’un certain seuil (0,9%) dans les éléments étiquetés « biologiques ».

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Accord de libre-échange Etats-Unis/Europe : Le risque d’ouvrir la boite de Pandore sous prétexte de croissance | Confédération Paysanne

Accord de libre-échange Etats-Unis/Europe : Le risque d’ouvrir la boite de Pandore sous prétexte de croissance | Confédération Paysanne | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Le Parlement européen a donné mandat, hier, à la Commission européenne pour négocier les accords de libre-échange Union Européenne/Etats-Unis. Au même moment, la Confédération paysanne, auditionnée par le groupe de travail inter-Commission de l'Assemblée nationale exprimait de fortes craintes quant aux conséquences de ce futur accord.

La pression des multinationales américaines derrière ce « partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement » n'est plus à démontrer.

 

Si l'on y ajoute l'épouvantail de la récession qui a déjà touché la France et menace toute l'Europe, le mandat donné aux Commissaires européens est donc de s'incliner devant les patrons des grandes firmes qui n'attendent qu'une brèche pour exporter leur malbouffe.

TOUT L'ARTICLE SOUS L'IMAGE, CLIC!

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Inf'OGM - ETATS-UNIS – La littérature scientifique sous l’influence de l’industrie des OGM

Inf'OGM - ETATS-UNIS – La littérature scientifique sous l’influence de l’industrie des OGM | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Septembre 2012, Gilles-Eric Séralini et son équipe publient dans le journal Food and Chemical Toxicology (FCT) une étude de deux ans qui met en doute l’innocuité sanitaire du maïs NK603 et de l’herbicide associé, le Roundup.


Cette étude a engendré une tempête internationale et une campagne de dénigrement avait été orchestrée par le Science Media Center [1] afin que le journal se rétracte. Parmi les scientifiques les plus virulents dans cette campagne, nombreux avaient des liens très étroits avec l’industrie des OGM. 


Finalement, le journal Food and Chemical Toxicology a maintenu la publication.


Mais, quelques mois après, au début de l’année 2013, le Comité de rédaction de ce journal a intégré un nouvel « éditeur associé pour les biotechnologies », un certain Richard E. Goodman. Il s’agit d’un nouveau poste, au sein de la revue, qui semble avoir été créé spécialement pour Goodman.


Or ce professeur à l’Université du Nebraska en charge des recherches sur les allergies alimentaires a travaillé pour l’entreprise Monsanto entre 1997 et 2004. Il a publié en 2004 une étude (Goodman and Leach, 2004) qui affirmait que les OGM ne provoquaient aucun problème d’allergie.


Et dans un autre article publié en 2011, Goodman s’est positionner en faveur d’un allègement des « exigences » officielles en matière d’évaluation allergologique.


Par ailleurs, Goodman a travaillé de façon continue avec l’organisation de lobby de l’agro-alimentaire, l’International Life Science Institute (ILSI) dont un certain nombre de membres siègent au sein de l’Agence européenne de sécurité alimentaire (AESA).


L’ILSI développe et réussit à introduire dans les législations des méthodes d’évaluation extrêmement favorables à l’industrie.

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
SVT-Suger's curator insight, March 24, 2014 7:52 AM

L’article a été écrit en mai 2013, par Christophe Noisette, le rédacteur en chef et webmaster de l'association info OGM. Sa mission est de donner des informations critiques indépendantes et public sur les OGM et la biotechnologie et depuis 2013 sur les semences. Christophe Noisette a pour but de démontrer la corruption de la littérature scientifique par les industriels OGM, en utilisant des faits et des arguments rationnels. Il avance ainsi que la revue "Food and Chemical Toxicology" (qui a publié l'article de Séralini) a engagé Richard E. Goodman au début de l'année 2013, et quelques mois après l'article était retiré. Or, on apprend que Goodman a travaillé chez Monsanto (une puissante industrie des OGM). Monsanto aurait donc un contrôle sur les articles de la revue FCT et pourrait choisir son intérêt plutôt que la vérité des articles. [Laury & Sonya]

Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Bridget Kyoto : OG-Haine

Où l'on apprend que les faucheurs volontaires ne sont pas vraiment contre les OGM, en fait, mais plutôt contre les petits enfants handicapés vietnamiens. r

Bee Api?'s insight:

add your insight...

more...
No comment yet.
Scooped by Bee Api?
Scoop.it!

Pétition pour un moratoire OGM

Pétition pour un moratoire OGM | Abeilles, intoxications et informations | Scoop.it

Pétition adressée au premier ministre et aux ministres des affaires sociales et de la santé ; de l’écologie, du développement durable et de l’énergie ; de l’enseignement supérieur et de la recherche ; de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt ; de l’économie sociale et solidaire et de la consommation.

more...
No comment yet.