whynotblogue
Follow
748 views | +0 today
 
Scooped by whynot
onto whynotblogue
Scoop.it!

Les échanges non marchands feront l'objet d'une mission

Les échanges non marchands feront l'objet d'une mission | whynotblogue | Scoop.it
Le ministère de la culture compte lancer une mission juridique sur les échanges non marchands. Il n'est pas encore question d'une dépénalisation ou d'une
more...
No comment yet.

From around the web

whynotblogue
News, tools, roots & trends curated for whynotaskaudrey... Les actus, outils, histoires & tendances, la veille pour qui vous savez
Curated by whynot
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by whynot
Scoop.it!

This is the Back Garden of Whynotblogue

This is the Back Garden of Whynotblogue | whynotblogue | Scoop.it

...monitoring a few (sometimes intertwined) questions in marketing, production, energy, ecology, distribution, health, economics, strategy, educational context... 

Occasionally, this may serve as an archive for media documents rich in information about some industry sectors I am involved in through my translation Clients. 

 

There are, to date, four other topics I "curate" using Scoop.it! beside this whynotblogue collection :

 

- Pick-up (started as a collection of kids' games, became a safe and diverse place for shared interaction, where it's all right to bring up a bit of the 'current news' in education etc.) 

 

- English/French (so that market researchers remember to miss their perfectly up-to-date translator and feel really nervous about presenting in English without my support)

 

- More Americans Than You Care To Know (finding out more about (everyone's) complex view of America... )

 

- Arobase (digital/online publishing issues — maybe shaping my next business strategy?)

whynot's insight:

updated February 6, 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Les régions ont investi 33 millions € pour le livre et la lecture, en 2013

Les régions ont investi 33 millions € pour le livre et la lecture, en 2013 | whynotblogue | Scoop.it
L'Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) a récemment publié un rapport d'activité 2014 pour rendre compte des politiques culturelles menées en région.
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Traduction gratuite avec Babelcube pour "rendre les livres mondiaux"

Traduction gratuite avec Babelcube pour "rendre les livres mondiaux" | whynotblogue | Scoop.it
Pour assurer la commercialisation de son ouvrage sur plusieurs territoires, la traduction est le passage obligatoire.
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, décembre 2014)

Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert (Le Monde diplomatique, décembre 2014) | whynotblogue | Scoop.it
Alors que la presse française titube, l'exigence s'affirme d'un modèle radicalement différent. Quel serait son cahier des charges ? Surprise, les outils nécessaires à la mise en place d'un tel système sont sous nos yeux.
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Communautés et auto-immunité, le cas du Liban | Elias Jabre (Mediapart)

Si l’ennemi n’était pas une communauté rivale avec des sujets bien identifiés, mais plutôt un processus de durcissement qui prend possession de tous les protagonistes, les entraînant mécaniquement à réagir dans la violence ? Pourrions-nous faire la distinction entre l’acte de se défendre et celui d’attaquer, par exemple, pour y voir plus clair ? On répondrait bien sûr que c’est une simplification, et pour se défendre, on doit souvent prendre l’initiative d’attaquer. 

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

RAPPEL: Les Parisiens votent le budget participatif jusqu'au 1er octobre

RAPPEL: Les Parisiens votent le budget participatif jusqu'au 1er octobre | whynotblogue | Scoop.it
Le dossier http://www.anne-hidalgo.net/sites/default/files/documents/dossier_de_presse_-_budget_participatif.pdf
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Pendaison, pesticides, armes... Le suicide, un fléau mondial

Pendaison, pesticides, armes... Le suicide, un fléau mondial | whynotblogue | Scoop.it
Chaque année, au moins 800 000 personnes se suicident. Qui, où, comment, pourquoi? L'OMS publie pour la première fois une vaste étude sur le sujet.
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Émile, Émile... bronze au concours Lépine

Émile, Émile... bronze au concours Lépine | whynotblogue | Scoop.it

Ce qui a séduit le jury d’experts? Un dispositif qui permet d’arrêter la fusion du cœur d’un réacteur, en cas d’accident nucléaire, et de récupérer le combustible. «J’avais déjà songé à ce système au moment de Tchernobyl. Mais avec Fukushima au Japon, je m’y suis remis, plus déterminé encore. » (...)

Son idée: une longue brique réfractaire de section hexagonale dans laquelle on a moulé en creux une barre de combustible et composée d’alvéoles. Ces briques, maçonnées verticalement, forment un réceptacle. «Le principe est simple: le cœur reste en fusion parce que la masse est importante. En la réfractionnant, la réaction s’arrête d’elle-même et la masse se refroidit doucement, ce qui évite de devoir, comme à Fukushima, refroidir le réacteur avec de l’eau, qui est chargée de radioactivité.»


more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

L'économie du cinéma français entrave la diversité de la création

L'économie du cinéma français entrave la diversité de la création | whynotblogue | Scoop.it

Autant tout copier avant que ça ne disparaisse aux abonnés absents - L'économie du cinéma français est aujourd'hui traversée par un paradoxe. Conçue pour défendre l'exception culturelle, donc la diversité de la création, en sortant notamment l'industrie du cinéma des logiques classiques du marché, elle entrave pourtant l'émergence de formes innovantes de création cinématographique. Dogmes et effets pervers sont à l'origine de cette uniformisation du cinéma français : de très nombreux réalisateurs indépendants ressentent au quotidien, comme nous, les multiples freins qui s'opposent à leur créativité.
En France, les acteurs de l'audiovisuel sont obligés d'investir, sous forme de préachat, un pourcentage de leur chiffre d'affaires dans la production de films. Comme le cinéma français ne fait pas de bonnes audiences à la télévision, les chaînes limitent leurs pertes en s'engageant sur le moins de films possible.

En général, sur de grosses productions, moins risquées. Cette très forte concentration du financement des chaînes de télévision sur quelques productions peut désormais mettre en danger non plus seulement les films indépendants sous-financés, mais aussi ce que Pascale Ferran a appelé les « films du milieu », au budget intermédiaire, comme ceux de Kechiche, Audiard ou Desplechin.

Annulation spectacle. Quotidom, l'assistance multi-services
Annulation spectacle. Quotidom, l'assistance multi-services
Impossible d'assister à votre spectacle ? Aucun moyen d'annuler votre billet ? Europ Assistance vous le rembourse.
Une refonte du système passe par une remise en cause de la chronologie des médias, règle qui stipule qu'un film sorti en salle doit attendre quatre mois après avoir disparu des grands écrans pour être disponible en VOD et en DVD, et douze mois pour être diffusé sur une chaîne de télévision payante. Les médias et les festivals ne s'intéressent aux films que lors de leur sortie en salle, où ceux-ci ne restent parfois que quelques semaines, avant de disparaître des radars et des mémoires jusqu'à leur réapparition en vidéo.

MAINMISE DE LA DISTRIBUTION SUR LA PRODUCTION

Pour dénoncer l'étroitesse des fenêtres de diffusion du cinéma en France, Vincent Maraval, le patron de Wild Bunch, a récemment attiré l'attention sur le fait que lui-même et ses confrères étaient contraints de dépenser beaucoup d'argent pour faire venir des spectateurs dans les salles, alors même que la VOD est, pour certains films, un mode de diffusion plus adapté. C'est le cas de Welcome to New-York d'Abel Ferrara, diffusé par Wild Bunch uniquement en VOD.

A ce constat s'ajoute celui de la mainmise de la distribution sur la production.

Un phénomène qui n'est pas propre au cinéma – les agriculteurs s'en plaignent aussi – mais qui n'a un tel impact dans aucun autre secteur. Sur les près de 300 films produits en moyenne chaque année en France, aucun n'a pu se monter sans avoir été préacheté par un distributeur et/ou une chaîne de télévision.

Si l'on compare ce dispositif à un autre marché, comme par exemple celui de la grande distribution, l'aberration de cette prise en otage se fait criante : une marque d'électroménager, par exemple, ne pourrait pas lancer sa fabrication sans le préachat de ses produits par des grandes surfaces… Rien dans les textes n'interdit de faire projeter un film dans une ou plusieurs salles sans passer par un distributeur, mais dans les faits, cela n'arrive presque jamais, car les écrans sont remplis par les films des distributeurs – sans compter que la grande majorité des salles appartiennent aux principaux distributeurs : UGC, Gaumont-Pathé et MK2 ! Les producteurs de films n'ont en réalité pas accès au marché.

Ils produisent, captifs, non pour le public, mais pour leurs clients : les diffuseurs. En outre, dans un contexte d'inflation du nombre de productions, une grande part des films qui parviennent à être produits et diffusés restent invisibles. Au-delà des barrières à la production, le système de chronologie des médias échoue donc aussi à donner aux films les plus confidentiels une réelle exposition : certains films d'une immense qualité ne sont diffusés que sur dix ou quinze copies !

RENTABILITÉ ESTIMÉE À 219%

Entraver l'émergence de prototypes et d'expérimentations filmiques pour réduire le risque financier ou pour obéir à des conceptions esthétiques ineptes, n'est pas toujours un bon calcul économique. Car, comme l'année dernière avec les films de Guillaume Gallienne ou Albert Dupontel, ce sont souvent les propositions originales qui attirent le public. La Vie d'Adèle de Kechiche n'a coûté que 4 millions d'euros, mais a attiré près d'un million de spectateurs, soit une rentabilité estimée à 219% !

Le cinéma n'est certainement pas un secteur de libre concurrence, la production est extrêmement encadrée, largement soutenue d'un côté, et très contrainte de l'autre. Des taxes sont prélevées sur toutes les entrées (y compris des films étrangers) pour aider au financement des films français. Les chaînes de télévision sont obligées (Canal + au premier chef) de préacheter un grand nombre de films français. En apparence, ces dispositions visent à ne pas livrer la production cinématographique nationale aux lois du marché.

Et pourtant, ses acteurs économiques principaux, producteurs et diffuseurs, se comportent comme si la rentabilité était leur seul objectif. Mais alors, pourquoi continuer à protéger ce secteur ? Cet encadrement de la production, cette soustraction volontaire aux lois communes de l'économie marchande que l'on appelle exception culturelle, ne peuvent être justifiés que par la poursuite d'objectifs non marchands. Il faut que le cinéma français se considère comme un art, un lieu de création, d'innovation, de recherche, où s'exprime des singularités, des tempéraments, des visions. Est-ce le cas aujourd'hui ? Nous ne le pensons pas. Nous voyons des films semblables sortir des mêmes tuyaux par les mêmes fenêtres.

Nous aimerions que l'originalité ne soit plus un gros mot, mais la moindre des ambitions. Elle existe chez les auteurs, chez les cinéastes. Elle est refusée par le système de production, qui est en réalité un système de diffusion. Pour sortir de cette étroitesse de vue, internet offre la possibilité pour les films d'accéder au monde entier, à toute heure du jour et de la nuit. Et si le financement participatif (crowdfunding), en plein essor dans la production cinématographique en France, ouvrait une nouvelle voie dans ce sens ?

Et si la VOD et le DVD n'étaient plus le parent pauvre de l'obsolète chronologie des médias, et devenaient le mode de diffusion privilégié d'un cinéma de création, de liberté et d'indépendance ? Qu'on le veuille ou non, c'est en train d'arriver.

Quentin Jagorel
Paul Grunelius
Gilles Verdiani
Les auteurs
Quentin Jagorel, HEC & Sciences Po, est réalisateur, cofondateur de Profondeur de champs.
Paul Grunelius, Sciences Po, est cofondateur de Profondeur de champs.
Gilles Verdiani, scénariste, réalisateur, écrivain, est l'auteur de Moratoire sur le champs/contrechamps (Sanzo Kuhnam, 2006).

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Que penser dans la rumeur ?

Que penser dans la rumeur ? | whynotblogue | Scoop.it

Le sociologue Gérald Bronner confirme cette incontrôlable énergie cinétique de la rumeur :

"Internet a conduit à une massification de l’information : nous sommes noyés devant tant de signaux. Nous avons donc tendance à utiliser internet comme un biais de confirmation. Il est toujours possible de trouver une source qui confortera nos préjugés [...] Les 'croyants', c’est-à-dire ceux qui cherchent à faire passer un message, n’ont pas forcément raison mais ils sont plus motivés, plus actifs et peuvent développer jusqu’à des centaines d’arguments pour infirmer une théorie".

 
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Jetez votre box, connectez-vous à l'internet associatif !

Jetez votre box, connectez-vous à l'internet associatif ! | whynotblogue | Scoop.it
Alors que les attaques contre la neutralité du net se font de plus en plus pressantes, que les révélations sur la surveillance du réseau se (...)
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

NO-MORE-WAR-DAY SPEcial - WAVES & MUSIC

As Queen Elizabeth II becomes the oldest reigning monarch in British history, we take a look at some of her most significant waving moments.
whynot's insight:

http://www.youtube.com/watch?v=Vbg7YoXiKn0

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Aesthetics of Dispersed Attention: Interview with German Media Theorist Petra Löffler

Aesthetics of Dispersed Attention: Interview with German Media Theorist Petra Löffler | whynotblogue | Scoop.it

Techniques such as a quickly scan and scroll through a text (‘Querlesen’) had become widespread, and newspaper layouts support this kind of reading. The actual hype of a deep-attention-reading is, seen from a media-archaeological perspective, not simply nostalgic. It forgets its ‘dark side’ as it was seen in the civil cultures of the 18th and 19th century, when especially bored middle-class women were accused of being addicted reading novels and were condemned because of escaping in exciting dream worlds. Deep concentration was then regarded as dangerous, because it leads to absentmindedness and even mental confusion making individuals unusable especially for a capitalist economy. Civil cultures have an interest to control their populations, their bodies and desires, for the sake of normalization. In this perspective, a ‘too much’, of what quality ever that can destabilize the public order has to be refused.


more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Projeter « Fantômas », et risquer 3 ans de prison

Projeter « Fantômas », et risquer 3 ans de prison | whynotblogue | Scoop.it

 

Le droit moral est une particularité de la protection intellectuelle française : « L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre », précise la loi. Ce droit est inaliénable, et permet de s'opposer indéfiniment à toute exploitation d'une œuvre (...)

 

« Le droit moral est toujours attribué aux ayants droit, qui peuvent être très nuisibles par rapport à la création quand on sait que cette dernière se fonde sur la recréation. Que ce processus puisse être bloqué est très grave », souligne Alexis Kauffmann. « Il faudrait une extinction des droits moraux en même temps que les droits patrimoniaux, pour que cela soit vraiment clair, y compris au niveau européen. »

 

En effet, le droit moral est perpétuellement attaché au créateur et à ses descendants. Autrement dit, si l'on avait gardé la trace des descendants de Molière, ces derniers pourraient s'opposer à des représentations, sous prétexte qu'une pièce ne respecterait pas le nom ou la qualité d'une œuvre du dramaturge.

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Francis Hallé : Les arbres ne sont pas intelligents, et alors ? Ils communiquent.

Francis Hallé : Les arbres ne sont pas intelligents, et alors ? Ils communiquent. | whynotblogue | Scoop.it

L'animal est mobile, la plante pas, et c'est un sacré changement de paradigme : les végétaux ont dû développer une astuce largement supérieure à la nôtre. Ils sont devenus des virtuoses de la biochimie. Pour communiquer. Pour se défendre. Prenons le haricot : quand il est attaqué par des pucerons, il émet des molécules volatiles destinées à un autre être vivant, un prédateur de pucerons. Voilà un insecticide parfait ! Pour se protéger des gazelles, un acacia, lui, change la composition chimique de ses feuilles en quelques secondes et les rend incroyablement astringentes. Plus fort encore, il émet des molécules d'éthylène pour prévenir ses voisins des attaques de gazelles. Enfin, des chercheurs de l'Institut national de recherche d'Amazonie (INPA) viennent de montrer que les molécules volatiles, émises par les arbres tropicaux, servent en fait de germes pour la condensation de la vapeur d'eau sous forme de gouttes de pluie. Autrement dit, les arbres sont capables de déclencher une pluie au-dessus d'eux parce qu'ils en ont besoin !

more...
whynot's comment, December 20, 2014 9:20 AM
http://youtu.be/7XbG9W9Anu4
Marc Williams DEBONO (Plasticities Sciences Arts)'s curator insight, January 27, 4:51 PM

Image: from the Trunk of rainbow eucalyptus/ the Hana-highway

Scooped by whynot
Scoop.it!

Désajointement - la haine | Atopies, Frédéric Neyrat

Désajointement - la haine | Atopies, Frédéric Neyrat | whynotblogue | Scoop.it

Je dirai donc qu’Eros ne vise pas tant l’unité que la nouveauté qui enveloppe, non pas une unité mais un agencement, ce qui est tout autre chose. Et la haine a pour objet ce qui prévient son inertie, qu’elle vise. C’est en ce sens que la haine a horreur des chemins qui ne mènent nulle part, des nomades qui ont su apprendre à voyager sur place (Deleuze et Guattari), des errants, des sans-terre, des exilés, de tout Exode. Bref de l’existence. La haine est haine de l’existence – qui est le contraire exact de l’indemne. Car l’ek-sistence est le changement au commencement, la brisure de symétrie qui nous place originairement dehors, au monde, là où la haine voudrait que rien ne sorte, qu’il n’y ait toujours eu que du dedans, et encore un dedans qui ne (se) serait jamais su comme tel…

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Marie Vaton

Marie Vaton | whynotblogue | Scoop.it

France - enfance - femmes - image - harcèlements - transversales ; Marie Vaton (Journaliste) sur Le Nouvel Observateur

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Roberto Saviano : "L'argent de la drogue sauve les banques et corromp nos démocraties"

Interview de Robert Saviano, auteur du Best-Seller "Gomorra", à l'occasion de la sortie de son 2e livre "Zéro zéro zéro" sur le trafic de la cocaïne. « L’ensemble du narcotrafic représente la première industrie au monde, devant celle du pétrole – nous explique Robert Saviano. Le marché de la cocaïne n’a jamais connu de crise depuis la Seconde Guerre mondiale. C’est un bien qui ne subit pas de cycle, il se porte bien même quand l’économie va mal ». Dans le livre, Saviano avance que l’argent du trafic de la drogue envahit le monde entier. « 97 % de l’argent de la drogue – explique l’écrivain durant l’interview – est recyclé par les banques américaines et européennes. L’économie du narcotrafic soutient l’économie légitime ». Il reprend les propos d’Antonio Maria Costa, ex-directeur de l'Office de l'ONU contre la drogue et le crime organisé, qui déclarait en 2009 que « les milliards d'euros du narcotrafic avaient sauvé les banques européennes. » Et de conclure par un surprenant Made in Italy qui a la côte dans le monde entier : « les mafias italiennes sont faites de règles, et leur know-how est exporté chez les grands cartels mexicains et russes ». Plus d'infos sur www.ilFattoQuotidiano.fr
more...
No comment yet.
Rescooped by whynot from Entrepreneurship, Innovation
Scoop.it!

Can women fix capitalism? | McKinsey & Company

Can women fix capitalism? | McKinsey & Company | whynotblogue | Scoop.it
Gender equality at the top of business has stalled, and trust in business is alarmingly low. Putting more women in charge could well be the key to a better future for business and society alike. A McKinsey Quarterly article.

Via Marylene Delbourg-Delphis
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Un ver plat « immortel » ouvre une voie inédite contre des bactéries comme l’agent de la tuberculose et le staphylocoque doré

Un ver plat « immortel » ouvre une voie inédite contre des bactéries comme l’agent de la tuberculose et le staphylocoque doré | whynotblogue | Scoop.it

Laboratoire Evolution et Diversite Biologique - En 1814, JG Dalyell a découvert qu’un planaire coupé en 279 fragments se régénère, en 15 jours, pour donner 279 vers.

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

Une maison passive, pas chère et recyclable, construite en quatre jours : ça vous intéresse ?

Une maison passive, pas chère et recyclable, construite en quatre jours : ça vous intéresse ? | whynotblogue | Scoop.it
La Pop-Up House, créée par le cabinet de designers et d’architectes marseillais Multipod Studio. Le prototype de cette habitation préfabriquée a été construit avec succès et attend sa commercialisation.On attend les industriels capables d'accompagner ce projet enthousiasmant. 
more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

IS emerges from radical Islamic jurisprudence - Al-Monitor: the Pulse of the Middle East

IS emerges from radical Islamic jurisprudence - Al-Monitor: the Pulse of the Middle East | whynotblogue | Scoop.it
The Islamic State and other radical groups found their religious underpinnings in the heart of Islamic teachings.
whynot's insight:

À lire absolument : les écrits de  Sheikh Taqi ibn Taymiyyah (1263-1328) http://www.ibntaymiyyah.com

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

What to do about the water?

What to do about the water? | whynotblogue | Scoop.it


(...) water is “the big elephant in the room” for tech companies, which can typically use hundreds of thousands of gallons of water a day. “We’ve been focusing on power consumption and energy efficiency and that’s excellent,” he said in 2009. “I think the next thing we need to turn our attention to is what do we do about the looming water crisis?”

 

(...) The $550bn global water market – which covers everything from water treatment plants to pipelines – is expanding at about 3.5 per cent a year, he adds. But it is growing much faster in some industries: as high as 14 per cent a year for the oil and gas sector and 7 per cent for the food and beverages industry.

 

more...
No comment yet.
Scooped by whynot
Scoop.it!

▶ De la destruction créatrice à la destruction destructrice - Bernard Stiegler - X SHS - YouTube

X-SHS a accueilli le jeudi 27 juin 2013 à 18h30 à la salle de classe de l'AX, Bernard Stiegler, philosophe, président de l'association Ars Industrialis, dire...
more...
No comment yet.