L'Irlande et la littérature
710 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Sur les traces des géants de la littérature irlandaise

Sur les traces des géants de la littérature irlandaise | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Et un petit dernier pour Dublin et ses auteurs  ! Un article toujours en anglais qui évoque dans un premier temps notre ô combien désormais familier Bloomsday mais qui propose également un tour de la ville avec les autres auteurs qui ont foulé la belle capitale :

 

But while Bloomsday is the city's largest literary celebration, it's hardly the only one. Dublin is a haven for those who want to immerse themselves in writers and words. There are statues and plaques commemorating writers, and pubs and restaurants filled with literary references. Literary-themed walks transport visitors to the worlds of Joyce, Shaw and Wilde. Even the city's newest bridges are named after writers - Joyce, Samuel Beckett and Sean O'Casey.

A life-size stone statue depicts Oscar Wilde lounging in the park at Merrion Square. 

"Walking through this city is like stepping back into a novel," Rohini Srinibasan, a Joycean scholar from Cincinnati, said after a day of sightseeing with her husband. "It's like reading Joyce or Shaw all over again."

Other famous wordsmiths who were born or lived here include George Bernard Shaw, Jonathan Swift, William Butler Yeats, Bram Stoker, Oliver Goldsmith, Oliver St. John Gogarty, Flann O'Brien and Seamus Heaney.

If Dublin seemed indifferent to writers in the past, it has more than made up for it now. Designated a UNESCO city of literature in 2010, Dublin hosts literary festivals year-round."

 

 

(Mais tandis que le Bloomsday est la plus grande célébration littéraire de la ville, ce n'est pas la seule. Dublin est un refuge pour ceux qui veulent s'immerger dans d'auteurs et de mots.  Il y a des statues et des plaques commémorant des auteurs et des pubs et des restaurants remplis de références littéraires. Des promenades littéraires à thème transportent des visiteurs dans les univers de Joyce, Shaw et Wilde. Même les ponts les plus nouveaux de la ville portent le nom d'auteurs - Joyce, Samuel Beckett et Sean O'Casey.
Une statue en pierre grandeur nature dépeint Oscar Wilde fainéantant dans Merrion Square.

"Marcher dans cette ville ressemble à un saut en arrière dans un roman," a dit Rohini Srinibasan, une érudite joycienne de Cincinnati, après un jour de tourisme avec son mari. "IC'est comme relire une nouvelle fois en entier Joyce  ou Shaw."
D'autres manieurs de mots célèbres sont nés ou ont vécu ici incluant George Bernard Shaw, Jonathan Swift, William Butler Yeats, Bram Stoker, Oliver Goldsmith, Oliver St John Gogarty, Flann O'Brien et Seamus Heaney.
Si Dublin a semblé indifférente aux auteurs dans le passé, elle a plus que compensé cela maintenant. Désignée ville de littérature par l'UNESCO en 2010, Dublin accueille des festivals littéraires durant toute l'année.)

Haimulos's insight:

Eh oui, nous sommes début juin, plus que quelques semaines et nous pourrons nous en aller lézarder gaiement sur une plage de sable blanc (ou autre, car après tout, les cours de géographie ne nous ont-ils pas montré l'influence des représentations ?). Un petit aperçu donc pour ceux qui souhaiteraient se diriger plutôt vers le nord, et vers Dublin en particulier. Le Bloomsday commence le 16 juin, donc vous faites votre valise illico presto et en avant pour l'aventure ! (référence à Peter Pan pour les initiés...). Cet article propose une synthèse intéressante de l'influence permanente et omniprésente de la littérature dans la capitale irlandaise qui a accueilli nombre de brillants auteurs, ce que nous rappelle le tourisme à chaque coin de rue. Et pour celles qui voudraient draguer de beaux roux cet été, ne nous lancez pas la pierre, cet article en anglais vous permettra de parfaitement maîtriser la langue de Joyce, Beckett (continuez la liste maintenant que vous êtes des pros), pratique pour un rapprochement furtif autour d'une bonne choppe de Guinness.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Les Dubliners de James Joyce version digitale

Les Dubliners de James Joyce version digitale | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Un groupe d'étudiants en lettres à l'Université de Boston, Massachussetts, a décidé de réécrire à sa manière les Dubliners de James Joyce. En étudiant cet auteur, ils se sont rendus compte qu'il entretenait volontiers un style opaque dans ses écrits. Lui-même les jugeait parfois "still not obscure enough" ("toujours pas assez obscurs"). Alors que la lecture des classiques littéraires tend à décroître de nos jours, ils ont souhaité donner un petit coup de pouce à la postérité de Joyce. Le principe est simple : puisque le contexte littéraire, la psychologie de l'auteur, ou encore l'organisation des lieux décrits ne sont pas tout le temps maîtrisés par les jeunes lecteurs, les étudiants ont rassemblé en une seule et même application toutes les archives, photos, conférences, essais ou enregistrements se rapportant, de près ou de loin, aux Dubliners de Joyce. Pourvu que l'on possède un Ipad, un Iphone, ou un Ipod Touch, il nous est possible de télécharger l'application sur App Store. Les étudiants veulent ainsi promouvoir un nouveau mode de lecture qui permette à toute personne, et principalement à tout jeune, qui utilise l'application de pénétrer plus intimement dans l'état d'esprit de James Joyce et de ses Dubliners.

 

Haimulos's insight:

Concept intéressant que cette "lecture pour tous". En passant par Internet, les étudiants de Boston espèrent effectivement toucher le plus grand nombre. C'est tout un monde - le monde de Joyce - qui est recréé grâce à la technologie, et cela est tout-à-fait admirable. Les puristes regretteront toutefois que l'imagination du lecteur, pourtant stimulée par les méandres du texte, soit remplacée par des "maps" interactives et descriptives.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Dublin ou la patrie des plus grands écrivains

Dublin ou la patrie des plus grands écrivains | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Certes, cet article a près de 3 ans, mais il a pour mérite de faire un bon bilan de l'omniprésence de la littérature à Dublin. Et puis, il est en français (ne faites pas comme si ça ne vous plaisait pas !). Nous avons déjà évoqué le célèbre Bloomsday de Joyce qui est ici bien développé, mais l'article propose en outre un véritable "grand tour" de la capitale afin de lister et expliquer les différents lieux emblématiques (maisons d'écrivains, pubs, magasins évoqués dans certaines œuvres, statues, promenades pédestres...), tout cela en lien avec les grands auteurs qui y ont poussé leur premier cri.

 

" Le lien très fort qui uni les irlandais et les lettres se perd dans la nuit des temps. C’est à travers les livres et la poésie que les irlandais ont cultivé, préservé et ravivé, au fil des siècles, leur identité et leur imaginaire.Plus que tout autre discipline artistique, la littérature est très féconde sur cette île de l’Ouest européen (étonnant pour un pays de cette taille). Les auteurs irlandais ont su chambouler les traditions, surprendre et révolutionner la littérature. Ils ont aussi exploré de nombreux champs : poésie, romantisme, récits sociaux et engagés, épouvante, comédie, ironie, humour noir, absurde… Dublin garde et entretient de nombreux souvenirs des auteurs qui ont fait la renommée du pays. Ils ont, la plupart du temps rencontré le succès loin de leur terre natale mais sont toujours restés terriblement irlandais. C’est un des paradoxes de Dublin : avoir enfanté autant de génies littéraires qui ont dû immigrer loin d’une société catholique très pudibonde et censeur pour laisser libre court à leur créativité. L’Irlande s’enorgueillit d’avoir pas moins de quatre prix Nobel de littérature : William Butler Yeats, George Bernard Shaw, Samuel Beckett et Seamus Heaney. Mais Dublin ne veille pas que sur son patrimoine. Les auteurs contemporains sont toujours aussi doués et productifs. En plus, la ville, avec ses parcs à l’anglaise, est idéale pour la lecture …" 

 

L'article se subdivise en différentes parties afin de faire un bon compte-rendu de la "littérarité" de Dublin, d'hier et d'aujourd'hui : 

- James Joyce en son royaume

- Des souvenirs litteraires partout en ville

- Des maisons d’écrivain

- Des bibliothèques historiques

- Une ville faite pour la lecture

- Une soirée au théâtre

- Les écrivains d’aujourd’hui

- Informations pratiques

Haimulos's insight:

Un excellent petit article qui nous rappelle que nous sommes à un mois des vacances, fauchés, réduits à passer les vacances dans l'arrière-pays niçois chez tante Claudine ou en plein cœur des Cévennes chez mamie Andrée. Pour les plus littéraires d'entre nous qui auraient le temps et l'argent de prendre l'avion jusqu'à Dublin, pas besoin du guide Michelin ou du guide du Routard, tout est là ! Vous débarquez en plein centre-ville, achetez du haggis à emporter et en avant toute ! Suivrez-vous d'abord le parcours de Léopold Bloom ou allez-vous, tels certains en pleine transe dans la tour de M. de Montaigne, vous ruer dans les maisons qui ont abrité Wilde, Butler Yeats... ? A moins que vous ne préfériez faire le rat de bibliothèque dans les multiples établissements à cet effet ou mieux, parfaire votre bronzage et attirer tous les regards de convoitise des Irlandais (et Irlandaises...) blancs de peau et roux de cheveux sur les vertes pelouses de Saint Stephen’s Green, des statues d'écrivains à proximité, of course !? En prime dans ce petit article qui, une fois lu, fera de vous un candidat sérieux à l'office du tourisme dublinois, mention ès littérature : un reportage audio à ce sujet, instructif et proposant des interviews des locaux, montrant le lien très étroit entre les Irlandais et leurs écrivains. Et comme la littérature s'inscrit dans l'éternel, dans le passé comme dans le futur, une rubrique est consacrée aux écrivains d'aujourd'hui et à leurs festivals. Eh oui, ils ont su se renouveler depuis les Dubliners !

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

La sollicitude d'un directeur de prison envers le sulfureux Oscar Wilde emprisonné

La sollicitude d'un directeur de prison envers le sulfureux Oscar Wilde emprisonné | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Le Los Angeles Times en avait déjà parlé, c'est au tour du Guardian de s'emparer de cette histoire très actuelle sur les revendications des prisonniers : "The prisoner, wrote Wilde – in an echo of today's ban on prisoners being sent books by their families – "is deprived of everything that could soothe, distract, or heal a wounded and shaken mind. Literature was once the first thing of life, the mode by which perfection could be realised, by which, and by which alone, the intellect could feel itself alive"." ("Le prisonnier, écrit Wilde - en écho à l'interdiction actuelle pour les prisonniers de recevoir des livres de la part de leurs familles - est privé de tout ce qui pourrait le divertir et guérir une âme blessée et tourmentée. La littérature fut un temps la première chose de la vie, le moyen par lequel la perfection pouvait être atteinte, grâce à elle, et seulement grâce à elle, l'intellect pouvait se sentir vivant".) 

En plus de la dédicace de The Importance of Being Earnest au directeur, l'année précédente, en 1898, Wilde envoya au Major Nelson un exemplaire de The Ballad of Reading Gaol, un poème écrit durant son exil en France et racontant l'histoire d'un prisonnier condamné à mort. Il lui écrivit : "Major Nelson from the Author. In recognition of many acts of kindness and gentleness. Feb.98".

Haimulos's insight:

Un article toujours en anglais qui permet de compléter ce que nous avons déjà évoqué dans le précédent. Il propose en outre plusieurs citations de Wilde qui permettent d'éclairer cette belle histoire et l'humanité du Major Nelson, ainsi que des précisions sur certains points avec de bien comprendre à quel point le directeur a enfreint les règles carcérales au nom de valeurs humaines.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Oscar Wilde (ex-)condamné pour homosexualité

Oscar Wilde (ex-)condamné pour homosexualité | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

"Le 25 mai 1895, à la suite d’un long procès très médiatisé, l’écrivain Oscar Wilde est condamné à deux ans de travaux forcés. À une époque où l’homosexualité était un mot imprononçable (The love who dare not speak it’s name) Wilde avait osé s’afficher en public avec ses amants. Il ne se remit jamais complètement de son séjour en prison."

Nous savons tous qui est Oscar Wilde. Ses poèmes, sa verve, son allure, tout cela nous est, pour ainsi dire, familier. Mais nous rappelons-nous jusqu'où est allé son défi des conventions ? Il était homosexuel, et il le revendiquait. De là un premier procès en 1895, intenté au marquis de Queensberry, père de son amant Lord Alfred Douglas. Ce premier aurait fait parvenir sa carte de visite à Wilde, y ayant inscrit : « For Oscar Wilde posing as Somdomite » ("Pour Oscar Wilde, s’affichant comme Somdomite") - remarquons l'orthographe faussée du mot Sodomite.

Dans cet article, l'extrait d'une lettre du poète à son amant témoigne toutefois de la beauté de leur amour.

Haimulos's insight:

Le plus de cet article : quelques citations croustillantes d'Oscar Wilde et une mini-biographie de la BBC. Homosexualité, amours interdites, à vous de vous positionner !

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Hugh Dancy jouera dans le prochain biopic sur Oscar Wilde

Hugh Dancy jouera dans le prochain biopic sur Oscar Wilde | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Mesdames, attention les yeux ! Après George, Brad, Tom, Matt et on en passe des meilleurs, voici l'acteur Hugh Dancy qui fait l'objet de cet article. Nos fidèles vont se demander ce qui se passe. Serait-on tombés dans un scoop-it people recensant les beaux acteurs ténébreux et de langue anglaise ? Que nenni voyons ! Si nous parlons de Hugh Dancy aujourd'hui c'est (of course) parce qu'il incarnera prochainement à l'écran le meilleur ami d'Oscar Wilde dans un biopic intitulé "The Happy Prince" retraçant les derniers jours de ce grand écrivain irlandais dont nous n'avions pas parlé jusqu'alors et qui a connu une fin de vie des plus mouvementées. Le rôle de Wilde sera tenu par Rupert Everett, le réalisateur himself.

(Petite parenthèse fantasme : on aura également le plaisir de retrouver notre Colin Firth préféré. Qui dit qu'il faut souffrir pour se cultiver ?)

Haimulos's insight:

Un article en anglais tout récent sur la distribution de ce film dont nous ignorons encore les informations pratiques mais qui va permettre de mettre l'eau à la bouche aux ménagères regardant tous les weeks ends l'intégrale d'Orgueil et Préjugés ou des amateurs de biopics. Ils auront en effet l'occasion de se focaliser sur une période moins connue de la vie du scandaleux et sulfureux Oscar Wilde. Un article en français est à venir pour compléter les informations sur "The Happy Prince".

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Les festivals littéraires irlandais à venir

Les festivals littéraires irlandais à venir | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Nous voilà partis pour une excursion littéraire en Irlande, à la rencontre des grands écrivains du pays. Cette fois-ci l'on s'arrêtera lors de différentes étapes, bibliothèques comme festivals, pour participer à différentes activités.Nous commencerons par la Linen Hall  library, Belfast, bibliothèque vieille de 225 ans et chérie par le poète Seamus Heaney, où nous assisterons à des performances théâtrales et des lectures notamment.Puis, direction Dublin et sa National library of Ireland pour la (re)découverte de W.B. Yeats et son oeuvre. Après cela - on sort les agendas - rendez-vous de nouveau à Belfast pour le Book Festival, du 9 au 15 juin 2014, où l-on rencontrera poètes, écrivains et journalistes. Sinon, nous nous rendrons au Borris House Festival of Writing and ideas, Co Carlow, du 14 au 15 juin 2014, avant de nous précipiter au Bloomsday de Dublin, le 16 juin, en l'honneur de James Joyce. Le voyage culturel prendra fin en juillet, du 6 au 12, avec le West Cork Literary Festival de Bantry. Ce sera l'occasion d'assister à des cours d'écriture et de pouvoir relater brillamment notre aventure. Mais libre à vous de continuer à explorer l'Irlande le reste de l'année !

Haimulos's insight:

Si vous ne saviez pas quoi faire de votre argent et de votre été, voici la solution : reprenez contact avec votre vieille tante celtico-irlandophile - ce qu'on ne ferait pas pour être hébergé - changez la destination de vos billets de train et partez ! Lâchez vos vieilles considérations sur la littérature irlandaise, il est temps de devenir vous-même un Dubliner...

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Les lettres de Beckett publiées en quatre volumes

Les lettres de Beckett publiées en quatre volumes | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Tout le monde connaît En attendant Godot, Fin de Partie... ces fantastiques œuvres incontournables pour évoquer le théâtre de l'absurde. Toutefois, comme l'a montré notre précédent article, Beckett n'est pas seulement un dramaturge de talent mais aussi un épistolier dynamique et fertile qui écrit notamment à son ami le poète Thomas McGreevy durant la période de 1929 à 1940 qui fait l'objet de ce premier tome. Cette correspondance sera disponible en librairie dans 3 jours (le 20 mai) et le Nouvel Observateur du 15 mai propose 11 extraits exclusifs, de quoi se mettre l'eau à la bouche et avoir un aperçu du contenu de ces lettres.


Proust inégal 

(été 1929)
« J'ai lu le premier volume de "Du côté de chez Swann", et je le trouve étrangement inégal. Il y a des choses incomparables - Bloch, Françoise, Tante Léonie, Legrandin, et puis des passages qui sont d'une méticulosité pénible, artificiels et presque malhonnêtes. Il est difficile de savoir quoi en penser. Il maîtrise si absolument sa forme qu'il en devient le plus souvent l'esclave. Certaines de ses métaphores illuminent une page entière comme une brillante explosion, et d'autres semblent obtenues laborieusement dans le plus terne désespoir. Il possède l'équilibre le plus subtil, un équilibre tremblant et charmant, puis soudain il y a une stase, les balanciers bloqués sur une ligne parfaitement horizontale, plus lourdement symétriques que Macaulay dans ses pires moments, avec des primo & des secundo se faisant écho complaisamment de façon répétée. Sa loquacité est certainement plus intéressante et habile que celle de Moore, mais pas moins débordante, le vomissement larmoyant de tout ce qui a été ingurgité par des fausses dents et un ventre affligé de colique. Je pense qu'il buvait trop de tilleul. Et quand je pense qu'il faut que je le contemple sur son siège de cabinet pendant 16 volumes !»

Haimulos's insight:

Un autre article, cet fois du Nouvel Observateur sur cette parution imminente des œuvres de l'ami Samuel. D'autres extraits que celui traitant sur Proust et publié ci-dessus sont disponibles dans l'article et proposent des enjeux et réflexions littéraires intéressants. Attention, ce n'est pas parce que Beckett critique ce cher Marcel qu'il faut boycotter Du côté de chez Swann ! Globalement, un événement majeur pour les aficionados de lettres et en particulier de théâtre qui ne peuvent faire l'économie de découvrir cette nouvelle facette d'un des plus grands génies du XXème siècle.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Le Bloomsday de James Joyce

Le Bloomsday de James Joyce | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Un petit dernier pour la route ! Un article en français qui résume le Bloomsday, inspiré d'un personnage de James Joyce et qui est devenu un phénomène qui dépasse la seule ville de Dublin.

 

" Baptisée en l'honneur de Leopold Bloom, le personnage principal du chef-d'œuvre littéraire Ulysse la journée du 16 juin commémore l'œuvre de James Joyce, lauréat dublinois du prix Nobel.

Même si la journée magique se déroulait à Dublin dans le livre, les fans de l'œuvre de Joyce ne limitent pas leur enthousiasme à la ville et à sa banlieue. Aux quatre coins de l'île, vous verrez des femmes vêtues de longues jupes et de chapeaux de l'époque, tandis que les hommes se parent de canotiers et de blazers rayés pour assister à des reconstitutions, lectures, représentations théâtrales et concerts."

Haimulos's insight:

Un article fort intéressant sur le Bloomsday afin de compléter ce qui a été précédemment évoqué sur cet événement incontournable en Irlande. En prime, une petite vidéo afin de faciliter une autre approche du célèbre 16 juin. Dans un mois donc, de quoi donner des idées pour nos prochaines vacances ?

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Rendez-vous pour le Bloomsday de 2014 !

Rendez-vous pour le Bloomsday de 2014 ! | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Pourquoi donc parle-t-on de James Joyce depuis maintenant une semaine ? Eh bien parce qu'en juin, on fêtera le centenaire des fameux "Dubliners"mais aussi parce qu'en juin aussi (ils sont fous ces Irlandais !) on assistera à l'annuel Bloomsday à Dublin, un festival autour de la littérature qui propose des visites guidées de la ville sur les traces de cette grande figure artistique locale ainsi que des représentations de diverses œuvres théâtrales. Et bien évidemment, cette année notre cher James sera honoré par des balades sur les traces du héros de son célèbre roman, "Ulysses", et des mises en scènes de certaines nouvelles. Le programme (en anglais) est en ligne sur ce site très bien fait d'ailleurs et consacré à James Joyce.

Haimulos's insight:

Un programme alléchant pour découvrir sur plusieurs jours THE grande figure littéraire de Dublin et tout connaître de la vie de James Joyce. Le festival mêle les arts, expositions, représentations et permet une approche dynamique et intéressante des lettres.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Irish authors step out of James Joyce’s shadow to take on Dubliners

Irish authors step out of James Joyce’s shadow to take on Dubliners | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

James Joyce, on connaît.

Dublin, on situe.

Mais sait-on ce qu'il est advenu de ses Dubliners ?...

Recueil de 15 nouvelles sur autant de personnages frustrés, blessés par la société dublinoise du XXè siècle débutant, l'oeuvre jouit d'une postérité classique : on la relit, l'adapte, et surtout, on la réécrit. C'est donc de réécriture qu'il s'agit dans notre article, puisqu'il nous dévoile la trouvaille de l'éditeur Thomas Morris : demander à 15 écrivains prometteurs irlandais de retravailler chacune des nouvelles des Dubliners. Le but est à la fois d'expérimenter leurs qualités littéraires et de donner leur interprétation de la nouvelle qu'ils choisissent.

Le propre d'un chef-d'œuvre, quel qu'il soit, c'est d'être intemporel...

 

Haimulos's insight:

Certes, il faut encore être habitué à la "langue de Joyce", mais cet article vaut le détour. Toute une variété d'auteurs irlandais présentés, ce qui ne nous laisse plus aucune excuse pour ne pas goûter à autre chose. Avis aux ogres littéraires !

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Game of Thrones : Les scénaristes se sont rencontrés en faisant des études de littérature à Dublin

Game of Thrones : Les scénaristes se sont rencontrés en faisant des études de littérature à Dublin | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Qui dit que littérature ne rime pas avec héroic fantasy ? Certainement pas nous qui avons déjà montré la primauté de J.R.R Tolkien, qui plus est inspiré par l'Irlande ! Dans cet article, vous découvrirez que les scénaristes de la célèbre série Game of Thrones (GoT pour les intimes)  se sont rencontrés... au Trinity College de Dublin où l'un faisait une thèse sur Beckett et l'autre sur Joyce ! Comme quoi tous les chemins mènent à Dublin et à l'Irlande en général. Deux Américains passionnés de littérature irlandaise et qui quinze ans plus tard vont signer un succès planétaire. Avis aux âmes en quête d'une orientation professionnelle !

Haimulos's insight:

Un article très intéressant sur les prémices d'un événement planétaire et que nous connaissons tous, à moins de vivre dans une grotte au fin fond du Burren ! Incroyable coïncidence que ces deux Américains qui se rencontrent de l'autre côté de l'Atlantique et qui conserveront leur amitié jusqu'à créer ce fantastique projet de roman de fantasy adapté à l'écran. Qui plus est, de fins littéraires ayant suivi de brillantes études et passionnés comme tant d'autres par cette terre de légende.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Comment le Burren du comté de Clare a inspiré Le Seigneur des Anneaux

Comment le Burren du comté de Clare a inspiré Le Seigneur des Anneaux | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

L'Irlande est le pays de la création de la Fantasy : entre Narnia, Le Trône de fer et Le Seigneur des Anneaux, la liste est conséquente.

L'origine de cette promenade est dûe à Peter Curtin, propriétaire d'un pub dans le comté Clare. En organisant, tous les 9 mai, le Burren Society Tolkien Symposium, il invite tout féru de la quête de l'Anneau à s'imerger dans ce qui, transformé par la plume enchantante de l'auteur, s'est changé en terre de désolation : le Mordor.

Pour cela, tout fan de Tolkien est convié à vivre une semaine épique, jonglant entre ateliers d'écriture et visite du Pol na Gollum, l'antre du tristement célèbre Gollum.

Que les initiés se laissent séduire, "la beauté du Burren est sans égale" (Tolkien, via Peter Curtin).

Haimulos's insight:

Il est amusant de découvrir la relation que Tolkien entretenait avec ce lieu. Que les pigeons bisets du Pol na Gollum inspirent la voix crachante du hobbit déchu n'est pas le genre de beauté que l'on pouvait s'attendre à trouver dans le Burren... 

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

John Banville, lauréat du Prix Princes des Asturies 2014 pour la Littérature

John Banville, lauréat du Prix Princes des Asturies 2014 pour la Littérature | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Qui dit que la littérature irlandaise ce sont des auteurs morts et enterrés depuis au moins un siècle ? Que nenni, chers amis, tout récemment, John Banville a été élu lauréat par la fondation espagnole Prince des Asturies (l'ami Felipe pour ceux qui suivent avec assiduité les cours en hypokhâgne sur la monarchie espagnole). Le nom comme ça ne vous dit rien ? Ce n'est pas forcément étonnant, mais vous avez certainement entendu parler de Benjamin Black, c'est son pseudonyme pour écrire des sagas policières. Quelques extraits de l'article (où Joyce et ses comparses sont une nouvelle fois évoqués !) que nous vous laissons le soin de découvrir intégralement. Remarquez qu'il a certes 4 jours, mais nous avons préféré vous en trouver un en français, ce qui est plus ardu que dans la langue de Shakespeare... et de Banville !

 

" La Fondation Prince des Asturies a choisi le romancier irlandais John Banville comme lauréat de son prix 2014 de Littérature.

 

“La prose de John Banville”, explique le président du jury, “s’ouvre vers d‘éblouissants espaces lyriques au travers de références culturelles où les mythes classiques sont révigorés, et l’ironie se mêle à la beauté”.

 

Né à Dublin en Irlande, Jong Banville a débuté sa carrière d‘écrivain dans les années 70 avec la publication d’un recueil de nouvelles (Long Lankin), puis d’un roman (Nightspawn). 

Pour beaucoup, John Banville s’inscrit dans la grande lignée des auteurs irlandais de Jonathan Swift à Samuel Beckett en passant par Oscar Wilde et James Joyce. 

 

Romancier, mais également journaliste, John Banville a reçu de nombreuses récompenses, dont le prestigieux pris Booker en 2005 pour sa nouvelle The Sea, qui devrait être prochainement adapté à l‘écran. "

 

 

Haimulos's insight:

Un petit article assez complet pour ceux qui s'intéressent à la littérature anglo-saxonne et qui désespèrent que les auteurs irlandais soient cantonnées aux brillants XIXème et XXème siècle. A titre personnel (et collectif, nous sommes trois, bonjour le paradoxe syntaxique !), nous ne connaissions que Benjamin Black comme auteur d’œuvres policières même si le nom de John Banville faisait vaguement écho à notre inconscient. C'est donc avec plaisir que nous avons découvert et vous faisons découvrir cet homme à l'oeuvre littéraire fertile et qui plus est, qui ne se cantonne pas au monde des lettres, étant également journaliste. C'est aussi une façon de mettre en avant les différents prix littéraires, autres que notre bon vieux Goncourt.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

L'Irlande du Nord, lieu de tournage de Game of Thrones

L'Irlande du Nord, lieu de tournage de Game of Thrones | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Vous l'aurez compris, chers amis, ce scoop it est dédié à l'Irlande et à la littérature. Alors pourquoi diantre nous mettons-nous à parler de la série Game of Thrones, superproduction de HBO ? Eh bien, vous direz qu'après tout, à l'origine, Game of Thrones, c'est une saga de fantasy, donc de la littérature. Petits futés, va ! Oui, Game of Thrones, c'est bien une saga de dark fantasy par G.R.R. Martin qui a fait un tel carton qu'elle a été adaptée à l'écran. Toutefois, même si des spécialistes chevronnés se penchent de plus en plus sur les parallèles entre Westeros et l'Irlande, le romancier n'a jamais confirmé qu'il s'est inspiré de ces verts territoires pour écrire son oeuvre magistrale. Les réalisateurs si ! Aussi ont-ils planté leurs tentes - atmosphère médiévale quand tu nous tiens ! - en différents lieux d'Irlande du Nord afin de tourner la série la plus piratée au monde. Comme quoi les paysages que nous affectionnons tant apparaissent comme une évidence pour représenter les grandioses territoires dans lesquels évoluent Robb Stark, Daenerys Targaryen et autres charmantes créatures. Bien évidemment, l'office de tourisme s'est emparé de cet événement qu'est le tournage afin d'attirer à lui tous les fans hystériques de pouvoir fouler les mêmes cailloux que le beau Jon Snow, tout de fourrures vêtu...

Haimulos's insight:

Ce site, nous l'avons déjà dit est admirablement bien fait. Cette rubrique sur GoT est une vraie merveille d'images à couper le souffle, de détails et de spoils (attention aux pauvres âmes qui viennent juste de finir la saison 1). Vous découvrirez, nous l'espérons, l'Irlande sous un autre jour, certes moins littéraire mais non moins intéressant. Pas de Samuel Beckett ni de James Joyce, mais il faut savoir varier les plaisirs et montrer à quel point l'Irlande, de façon générale, est une remarquable source d'inspiration, que ce soit pour les écrivains ou les réalisateurs de séries à succès (d'autant plus quand l'oeuvre source est une saga romanesque).

more...
François Arnal's comment, June 17, 2014 3:51 AM
Daenerys Targaryen ne se balade pas trop en Irlande Essos est plus méridional !-)
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Echo's Bones : l'histoire oubliée de Samuel Beckett enfin publiée

Echo's Bones : l'histoire oubliée de Samuel Beckett enfin publiée | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Vous connaissez certainement Ovide et ses Métamorphoses, et plus particulièrement l'histoire de Narcisse et Echo. Pour ceux dont la mémoire aussi fait le pont, voici un petit rappel - utile à la compréhension de cet article : Narcisse est le fils de la nymphe Liriope ; Narcisse est beau, Narcisse le sait. Il repousse prétendantes comme prétendants - eh oui ! Il refuse donc les avances de la nymphe Echo. Echo se plaint à Némésis, déesse de la justice. Némésis le punit... Le voici donc un jour qui s'abreuve à une fontaine. Naturellement, son reflet luit à la surface de l'eau. Moins naturellement, il en tombe amoureux. Très amoureux. La fin de l'histoire est très simple : Narcisse comme Echo, dont l'amour ne peut être comblé, dépérissent. Le jeune homme devient fleurs blanches et la jeune nymphe échos et pierres.

Le lien avec cet article ? En 1933, Samuel Beckett envoie le manuscrit d'un recueil de nouvelles à l'éditeur Charles Prentice. Il le nomme Draff. L'éditeur lui demande alors de lui joindre une "histoire en vrac", qui rende le livre plus vendeur. Beckett compose ainsi Echo's Bones (Les Os d'Echo), mélange de culture celte et antique. Dommage pour lui, l'histoire ne plaît pas à Prentice, qui la juge "cauchemardesque". Beckett ne tentera pas plus de publication, persuadé de devoir baisser les bras. Il faut dire qu'il y a mis "all [he] knew and plenty that [he] was better still aware of" ("tout ce [qu'il savait] et dont [il était] encore au courant").

Haimulos's insight:

On vous laisse deviner la langue de cet article, vous commencez à avoir l'habitude. Très instructif dans les premières lignes, surtout au sujet de la détermination de Beckett quant à la publication de ses romans. On y apprend donc le titre de quelques œuvres connues, et les modalités de leur publication ; Beckett croyait en son travail.

De quoi arrêter d'étiqueter cet auteur au rayon "partisans de l'absurdité de la vie"...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Un exemplaire d'une oeuvre d'Oscar Wilde spécialement dédicacée vendu aux enchères en juin

Un exemplaire d'une oeuvre d'Oscar Wilde spécialement dédicacée vendu aux enchères en juin | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Vous l'avez compris, notre brave Oscar n'a pas eu deux années roses en prison. Se faire emprisonner pour un grand écrivain avec pour motif l'homosexualité n'est pas forcément très légitime, même si l'époque et la société puritaine l'expliquent. Mais imaginez en plus être en grippe par le directeur de la prison ! Le brillant auteur du Portrait de Dorian Gray n'était pas apprécié par ce dernier qui lui interdisait papier, livres, plume... bref, tout ce dont a besoin un écrivain pour passer le temps dans une sordide prison anglaise. Il dira de cet homme qu'il avait : "the soul of a rat" ("l'âme d'un rat"). Aucune métaphore ne serait plus explicite. Toutefois, par chance pour lui, le directeur a changé et le remplaçant s'est montré particulièrement aimable avec le romancier en lui fournissant de quoi écrire et également de quoi lire. Pour le remercier, Wilde a donc dédicacé après sa libération sa comédie, The Importance of Being Earnest, publiée dans une édition spéciale, à cet homme qui lui avait témoigné de la considération quand il en avait eu besoin : "To Major Nelson : from the author. A trivial recognition of a great and noble kindness. Feb, 99". Si cette belle histoire nous intéresse aujourd'hui, c'est parce que une de ces œuvres dédicacées nous est parvenue, c'était le numéro 13 d'une série de 100 impressions, et sera donc vendue le 18 juin à Londres aux enchères, aux alentours de 100.000$ selon les pronostics. Curieux parallèle avec l'actualité : la vente coïncide avec des mesures restrictives prises par le gouvernement britannique pour limiter la venue d'objets extérieurs pour les prisonniers anglais, en particulier les livres. Une pétition circule en leur faveur.

Haimulos's insight:

Un article en anglais absolument poignant. Une histoire méconnue. Tout le monde sait les problèmes rencontrés par Wilde à cause de son homosexualité. Mais qui savait qu'en prison, un directeur a agi par humanité en lui donnant l'accès à de quoi tenir ? Dans le contexte actuel, les débats sur l'homosexualité et les restrictions visant les prisons, c'est une belle leçon de vie qui date du XIXè siècle. Malgré la dureté de sa peine, malgré ce qu'on lui reprochait, Wilde a trouvé du soutien auprès d'un homme qui ne l'a pas jugé, mais qui l'a reconnu en tant qu'être humain et traité comme tel. C'est l'histoire de la grande  reconnaissance d'un homme envers un autre homme. C'est la question même de la prison qui est ici e, jeu et du traitement des détenus. Comment leur ôter le peu de loisir qu'ils ont grâce à la littérature, sous prétexte de faire des économies et de renforcer la sécurité ? Le débat est ouvert et le sera encore plus avec la vente aux enchères dans un peu plus de 15 jours.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Hugh Dancy dans un biopic sur Oscar Wilde, le retour !

Hugh Dancy dans un biopic sur Oscar Wilde, le retour ! | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Chose promise, chose due ! Un petit article en français pour résumer les grandes lignes de ce film à venir :

 

" Hugh Dancy vient de rejoindre Colin Firth, Emily Watson et Tom Wilkinson dans The Happy Prince, un biopic sur Oscar Wilde de et avec Rupert Everett.

 

Le scénario, également écrit par Everett, se concentre sur les derniers jours de l'écrivain. Précédemment célèbre, reconnu pour son talent et considéré comme un génie, il traverse à ce moment-là une crise alors que ses proches tentent de le contrôler et qu'il voit sa liberté lui échapper.

Ce premier film de Rupert Everett sera co-produit par Colin Firth et Ged Doherty.

 

On a notamment pu voir Hugh Dancy en 2002 dans La Chute du Faucon noir de Ridley Scott et il apparait actuellement aux côtés de Mads Mikkelsen dans la série Hannibal. "

Haimulos's insight:

Un petit concentré intéressant et sur le sujet du film et sur la carrière de Hugh Dancy que nous lui souhaitons, en tout bien tout honneur, très prometteuse.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

L'hôtel Lutetia : quand l'Irlande vient loger en France

L'hôtel Lutetia : quand l'Irlande vient loger en France | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

L'Hôtel Lutetia est connu pour avoir logé des officiers nazis stationnées à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale. A la libération par les Alliés, il a été utilisé comme un lieu de rencontre pour les familles et amis qui ont été séparés pendant la guerre .
Faisant partie intégrante de l'histoire de France , l'hôtel peut également se flatter d'avoir été une deuxième maison pour les artistes de tous bords depuis plus de 100 ans. Il a ainsi compté parmi ses hôtes les écrivains James Joyce et samuel Beckett.

En vue d'une rénovation, l'hôtel a choisi de mettre aux enchères la majorité de son mobilier : " Tout le monde veut emporter un petit souvenir de l'hôtel , " dit le priseur Pierre-Guilhem Metayer . " C'est une façon de posséder un petit morceau de l'histoire de la Rive Gauche , vraiment un petit morceau d'histoire."

Haimulos's insight:

Un article qui sort un peu du lot, pour rappeler que la France était aussi une destination prisée des auteurs Irlandais. L'hôtel Lutetia peut être fier : qui sait si l'une de ses suites n'a pas inspiré à Beckett ou Joyce une géniale idée d'écriture ?...

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

"En attendant Godot" interprété en yiddish

"En attendant Godot" interprété en yiddish | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Décidément, notre dramaturge irlandais préféré est partout en ce moment ! En effet, à l'occasion de la troisième édition du festival Happy Days, organisé à Enniskillen en Irlande du Nord en l'honneur de Samuel Beckett,  sa plus célèbre pièce, En attendant Godot, sera jouée pour la première fois en yiddish. Vous connaissez déjà certainement tous l'histoire : celle de Vladimir et Estragon qui se retrouvent sur un espace aride, uniquement peuplé d'un arbre en pleine décrépitude et qui parlent pour passer le temps, en attendant leur rendez-vous commun, Godot, qui par ailleurs ne viendra jamais. Drame existentiel du théâtre de l'absurde. Parler pour réaffirmer son existence mais également combler le vide de cette même existence vouée à l'inutilité du fait de sa fin inévitable, la mort : « Un jour, ça ne vous suffit pas, un jour pareil aux autres il est devenu muet, un jour je suis devenu aveugle, un jour nous deviendrons, un jour nous sommes nés, un jour nous mourrons, le même jour, le même instant, ça ne vous suffit pas ? Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un instant, puis c’est la nuit à nouveau »

L'adaptation théâtrale est dirigée par Moshe Yassur (dont on trouvera une interview sur le site) et la traduction est de Shane Baker, jouant également le rôle de Vladimir.

Une des interprétations de cette pièce énigmatique, pas même éclaircie par Beckett, en fait un écho à l'Holocauste, d'autant plus que certains ont vu dans le nom "Godot" un changement d'appellation pour désigner "God" (Dieu). Aussi, l'interprétation en yiddish offre-t-elle une perspective intéressante et apparaît assez optimiste (mais on ne va tout de même pas tout vous raconter ici !).

A découvrir à partir du 31 juillet.

 

Haimulos's insight:

Un article très enrichissant dans la mesure où il raconte la genèse de cette pièce que l'on croit tous connaître pour l'avoir lue à un moment ou un autre de notre cursus scolaire avec la Cantatrice chauve d'Ioneso comme références cultes du théâtre de l'absurde. Toutefois, l'interprétation véritable (Et y en a-t-il vraiment une ?) nous échappe encore et témoigne du caractère mouvant du théâtre qui ne se fixe jamais. La représentation est souvent ancrée dans un contexte actuel et dépend des choix de mise en scène faits en fonction de la sensibilité des uns et des autres. Quel autre genre que le théâtre peut proposer une pluralité de représentations et de façons d'aborder un même texte-source ? L'attente est par exemple vécue ici de façon optimiste.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Beckett et sa correspondance épistolaire

Beckett et sa correspondance épistolaire | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Cette fois-ci, nous changeons de personnage mais pas de lieu. Voici un article sur Samuel Beckett qui  introduit les circonstances de l'écriture de ses lettres. Considérées comme des œuvres à part entière, on y apprend qu'elles ont joué un rôle important dans sa carrière.

"A la quantité s'allie la qualité des lettres – leur intensité, leur profondeur, mais aussi leur saveur parfois formidablement triviale – pour effectivement instituer Beckett épistolier exceptionnel."

C'est l'occasion pour nous de découvrir l'auteur d'une manière autre qu'à travers ses pièces de théâtre. La longue partie biographique de cet article comporte ainsi  quelques-unes de ses citations, révélatrices de son état d'esprit.

 

Haimulos's insight:

Pour peaufiner ses connaissances biographiques sur Beckett, nous recommandons tout particulièrement cet article. Nous y trouvons une chronologie des périodes de l'écrivain, qui nous permettent de mieux nous familiariser avec son oeuvre.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

Le Bloomsday de James Joyce, un événement annuel incontournable à Dublin

Le Bloomsday de James Joyce, un événement annuel incontournable à Dublin | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

(Un petit supplément sur le Bloomsday précédemment évoqué)


"Le Bloomsday est une commémoration qui se passe, chaque année, le 16 Juin à Dublin et qui célèbre la vie de ce fameux écrivain. Un événement incontournable pour les grands lecteurs et les voyageurs qui souhaitent en apprendre plus sur la littérature irlandaise ! Durant toute la journée, des textes et des poèmes de Joyce sont lus, voire mis en scène et des Pub Crawls (tous les pubs célèbrent un événements et beaucoup de personnes s’y rejoignent en même temps) sont organisés ainsi que d’autres événements. Une grande partie de la célébration se passe au James Joyce Centre, un musée dédié à l’auteur et à son très beau travail."

Haimulos's insight:

En français cette fois, parce que sinon, certains vont se sentir discriminés ! Voici donc un article sympathique sur le Bloomsday dont vous pouvez trouver au-dessus une petite définition, une biographie de l'auteur et des anecdotes sympathiques dans l'article ainsi que quelques photos de l'événement. 

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

A reimagining of James Joyce's Dubliners

A reimagining of James Joyce's Dubliners | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

Toujours sur ce cher James Joyce et sa postérité, un article pour les bilingues - il le faut bien - qui veulent plus d'informations sur la réécriture des Dubliners. Intéressant pour ceux qui souhaitent aussi revoir les bases de sa bibliographie. En prime... une vidéo de son passage à Paris en 1920 !

 

Haimulos's insight:

A coupler avec l'article précédent, pour ne pas perdre une miette de ce qu'il advient de l’œuvre de James Joyce, à Dublin bien évidemment.

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

'Game of Thrones' writers met as students in Trinity College (Dublin)

'Game of Thrones' writers met as students in Trinity College (Dublin) | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

The two men behind the Emmy award-winning series Game of Thrones met while studying the works of Joyce and Beckett in Dublin in 1995.

Haimulos's insight:

Pour les Anglicistes : le même article concernant les scénaristes de GoT mais en anglais cette fois, histoire de travailler la langue de Sha... de Beckett et Joyce, pardon !

more...
No comment yet.
Scooped by Haimulos
Scoop.it!

‘Lord of the Rings’ inspired by the Burren, County Clare's, rugged landscape

‘Lord of the Rings’ inspired by the Burren, County Clare's, rugged landscape | L'Irlande et la littérature | Scoop.it

'I was the housekeeper for Dr Martyn, who lived at Gregan's Castle, in Ballyvaughan. Did you know that the imagery and imagination for the book 'The Lord of the Rings' came from the Burren ?'

Pour les Anglicistes : un article pour approfondir ce que nous avons précédemment évoqué sur l'inspiration du célèbre "Seigneur des Anneaux" de Tolkien, qui viendrait de la région du Burren, en Irlande. Peter Curtin a ainsi par hasard eu l'occasion de discuter avec une ancienne employée de maison chez un ami de Tolkien, le Dr Martyn. Elle raconte donc que c'est durant un séjour chez cet ami, dans le Burren, que l'auteur est tombé amoureux du lieu qui l'a inspiré pour la création de son œuvre. Et ce contrairement aux théories selon lesquelles il aurait tiré le paysage de la Terre du Milieu de la région de Birmingham ou du Yorkshire. De quoi alimenter une nouvelle fois le débat tout en profitant des magnifiques paysages irlandais.

Haimulos's insight:

Un article relativement intéressant - et dans la langue de Tolkien ! - qui éclaire sous un nouvel angle un auteur très célèbre. Les fans de fantasy auront à revoir tous les secrets qu'ils croyaient avoir percés...

more...
No comment yet.