Web Immo 2.0
560 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Agences immobilières : pourquoi votre présence web est-elle aujourd’hui incontournable

Agences immobilières : pourquoi votre présence web est-elle aujourd’hui incontournable | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Le web évolue en permanence et est un vivier qui regorge de vidéos, de photos, de contenu interactif... Ces évolutions technologiques sont de véritables tendances de fond pour ce qui est de la conception de sites web immobilier.
Internet change, la manière de l’utiliser aussi !

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com) from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Le salon des nouvelles technologies pour l'immobilier au Palais Brongniart !

Le salon des nouvelles technologies pour l'immobilier au Palais Brongniart ! | Web Immo 2.0 | Scoop.it

La première édition du salon Rent, Real Estate & New Technologies, se déroulera au Palais Brongniart, à Paris, les 5 et 6 novembre prochains. Destiné à tous les professionnels de l’immobilier, ce salon sera pour eux l’occasion de créer un échange avec les acteurs des nouvelles technologies. A deux mois de l’évènement, Hervé Parent, l’un des organisateurs, nous présente les temps forts de cette manifestation.

 

Comment se présente cette première édition du salon Rent ?

La première édition de Rent se présente très bien. Un lancement est toujours une aventure, mais nous sommes très confiants car des partenaires médias, des intervenants de haut niveau et tous les exposants potentiels nous ont fait confiance et ont répondu présents dès le départ. Nous pensons que le salon Rent est un évènement pertinent, dont la profession immobilière avait besoin. Aujourd’hui, à deux mois de l’évènement, les deux tiers de nos stands sont réservés. Soixante-dix exposants et plus de mille visiteurs sont attendus.

 

Quelle sera la typologie des exposants présents sur le salon ?

Plusieurs thématiques se dégagent clairement : un pôle sera consacré aux systèmes d’informations et aux logiciels ; un autre sera dédié à l’image et regroupera toutes les technologies liées à la visite virtuelle, la 3D, la photo spécialisée, la réalité augmentée, les plans ; et enfin, une partie sera centrée sur la thématique des services d’aide à la commercialisation ou à la diffusion des biens, à la communication sur Internet, sans oublier les services marketing innovants et sophistiqués. La manifestation aura une approche internationale avec la présence de trois stands pays représentés par le Canada, la Belgique et la Suisse. Toutes les interventions seront également traduites en anglais.

 

Quels seront les temps forts de la manifestation ?

Tout d’abord, la conférence inaugurale sur le webmarketing pour l’immobilier qui sera animée par Jimmy Mackin, le meilleur spécialiste américain sur le sujet. L’autre évènement très important sera le dating entre les business angels et les start-up. Cette rencontre permettra de découvrir de nouvelles innovations qui ne sont pas encore sur le marché. Enfin, un espace sera spécialement aménagé pour y accueillir les démonstrations des solutions proposées par les exposants. L’objectif du salon est de multiplier les occasions de rencontres, mais aussi d’affaires, à la fois sur les stands, lors des démonstrations, des conférences, des cocktails ou encore dans les espaces lounge mis à disposition.

 

Que réservent les conférences et keynotes de cette première édition ?

Douze conférences et keynotes sont au programme pour répondre à deux thématiques principales : la première, généraliste, abordera les problématiques liées au marketing de l’immobilier, les réseaux sociaux ou encore le marketing comportemental ; l’autre thématique sera, quant à elle, plus axée métier, et traitera de sujets pratiques, tels que l’agence immobilière de demain, le pilotage de l’agence immobilière, l’impact d’Internet sur l’immobilier d’entreprises ou la commercialisation des logements neufs à l’heure du tout virtuel.

more...
Pôle-immo's curator insight, September 27, 2013 7:30 AM

www.annuaire-immobilier.pole-immo.com: Annuaire exclusivement réservé aux professionnels de l'immobilier, agences immobilières, mandataires, réseaux ainsi que les métiers et services connexes au secteur de l'immobilier ...

Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Nouveau mode de collaboration grâce aux réseaux sociaux : le cas Bouygues Télécom

Nouveau mode de collaboration grâce aux réseaux sociaux : le cas Bouygues Télécom | Web Immo 2.0 | Scoop.it

 

 Dans un monde qui va de plus en plus vite, les nouvelles technologies apportent des réponses à deux leviers essentiels d’efficacité organisationnelle : la gestion d’un volume exponentiel d’informations et de connaissances, et la nécessaire structuration du temps de travail du collaborateur. C’est ce que nous explique François Delatouche, Directeur de l’Environnement de Travail chez Bouygues Télécom

 

 

 

L’une des évolutions technologiques marquantes de notre entreprise a été le développement de réseaux sociaux, que nous utilisons quotidiennement dans notre travail. Ils offrent l’opportunité de gains substantiels en matière d’organisation – réunion en un même lieu, accessible depuis partout, de l’ensemble des documents et échanges attachés à un projet donné, et réduction du nombre et du volume des mails.

 

Chez Bouygues Telecom, tout collaborateur est ainsi en position de créer ses propres communautés. Aujourd’hui, nous disposons de réseaux sociaux dédiés à des événements, des départements de l’entreprise, des projets, des centres d’intérêts partagés, etc. Je suis moi-même abonné à une douzaine de réseaux sociaux. L’adhésion à une communauté permet de recevoir la lettre quotidienne d’activité qui lui est attachée, de suivre son fil de discussion, d’accéder à l’ensemble de ses documents, à son blog, à son planning, aux conversations sur son mur… comme pour tout réseau social privé ! L’administrateur de la communauté est responsable de la gestion des abonnements des adhérents ainsi que de l’ouverture de leurs droits (lecture seule, lecture-écriture, etc.). A l’issue du projet, le réseau social est fermé et on archive les documents et les activités que l’on souhaite conserver.

 

Par ailleurs, face à l’accélération du rythme de travail, et à la structuration de plus en plus difficile du temps de travail, nous voyons dans les messageries instantanées de véritables atouts : à travers leur gestion de la disponibilité, elles permettent à leurs utilisateurs de signaler leur ouverture aux sollicitations (statut « disponible »), ou au contraire leur besoin de rester concentré (statut « occupé »). Elles permettent également d’interrompre de la façon la plus discrète et concise possible l’activité d’un collaborateur, sans nécessiter la rédaction plus formelle d’un email.

De la même façon, les outils de téléprésence, lorsqu’ils sont de qualité, permettent de transmettre avec justesse les émotions ou réactions d’un collègue, et de tisser du lien à distance, par le biais de réunions presque aussi qualitatives que du face-à- face.

 

Bien utilisés, les nouveaux outils technologiques révèlent donc un puissant potentiel. Mais « un escalier se balaie par le haut » : c’est du management, et même de la Direction générale, que doit venir la dynamique de changement. L’exemplarité des managers est essentielle.

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Web Immobilier : la location saisonnière 2.0 connaît un succès

Web Immobilier : la location saisonnière 2.0 connaît un succès | Web Immo 2.0 | Scoop.it
Airbnb, Abritel, Homelidays, SeLoger Vacances, Novasol... les sites spécialisés dans la location saisonnière se multiplient. Quelque 300 000 des 500 000 locations de vacances réalisées en France en 2011 ont été effectuées par l'intermédiaire d'Internet, selon l'agence de développement touristique Atout France.

 

 

 

Le rôle de ces sites : mettre en relation des propriétaires avec des touristes qui cherchent à louer une chambre ou un appartement. Pour les particuliers, c'est un bon moyen d'amortir le coût de leur logement. "Les locataires peuvent aussi se lancer, mais ils doivent obtenir l'autorisation écrite de leur bailleur", précise Cyrille Coiffet, président de l'Union nationale pour la promotion et le développement de la location de vacances, qui regroupe une dizaine de sites.

 

La part de marché des agents immobiliers chute, elle, en raison des tarifs élevés, (de 15 % à 20 % du loyer). Même si tout est pris en charge : ils trouvent les locataires, gèrent la caution, remettent les clés et dressent les états des lieux d'entrée et de sortie.

 

Face à eux, les sites de petites annonces facturent de 150 à 200 euros pour la publication d'une offre pendant un an. Abritel, le leader du marché, qui revendique 90 000 annonces, exige, par exemple, 149 euros. Leboncoin.fr demande 75 euros pour six mois de présence et dix photos.

 

 

 

 

ABSENCE DE GARANTIE

 

Même s'il n'existe pas de règle, l'habitude veut que le locataire verse des arrhes correspondant de 15 % à 20 % du coût de la location et qu'il s'acquitte du solde à son arrivée. Mieux vaut ne pas envoyer de mandats cash à l'étranger car, sur des sites générant de tels flux, impossible de contrôler le sérieux de toutes les locations.

 

En effet, l'absence de garantie est le point faible de ces sites. Abritel et Homelidays ont conclu un accord avec Europe Assistance, ce qui leur permet de proposer deux assurances : un remboursement jusqu'à 800 euros en cas d'annonce fictive et une assurance annulation classique.

Mais, si le bien ne correspond pas aux photos, les recours sont limités. Le propriétaire qui loue est mieux protégé. Son assurance-dommages couvre le coût d'éventuelles dégradations et il peut fixer une caution élevée.

 

Le site américain Airbnb, créé en 2008, se veut une réponse à ces problèmes : il publie gratuitement les annonces, mais encaisse les versements et assure le paiement, en échange d'une commission élevée. "Lorsqu'un propriétaire met un bien à louer à 100 euros la nuit, il touche au final 97 euros et le coût pour le locataire se situe entre 106 et 112 euros", précise Olivier Grémillon, directeur d'Airbnb France.

 

 

 

ABATTEMENT DE 71 %

 

Le site s'engage à trouver une solution de remplacement si la location n'est pas à la hauteur du descriptif. Il garantit les lieux contre d'éventuelles dégradations, à hauteur de 700 000 euros. Le français Sejourning s'est récemment lancé sur ce créneau.

 

Côté fiscalité, seule la moitié des loyers doit être déclarée. L'abattement atteint même 71 % pour les biens bénéficiant d'un label officiel (Clévacances, Gîtes de France...).

 

Les revenus locatifs issus d'une location saisonnière sont soumis au régime d'imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou micro-BIC, si les loyers perçus ne dépassent pas 32 600 euros par an. Ils doivent être mentionnés dans la déclaration de revenus et sont taxés selon la tranche marginale d'imposition du contribuable.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

High Tech - Assurance : une application pour déclarer des sinistres sur smartphone

High Tech - Assurance : une application pour déclarer des sinistres sur smartphone | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Voici enfin une application qui devrait faciliter la vie des assurés : la société d'expertise Adenes vient de lancer une  application pour smartphone qui permet de faire constater des dégâts à son assureur en filmant par téléphone un logement sinistré. « Pour les sinistres chiffrés jusqu'à 3 000 euros, c'est idéal », explique Michel Stagnara, président du groupe Adenes, basé à Lyon. L'objectif de l'application est de limiter les délais et coûts de déplacement d'un expert. Elle permet aussi d'éviter « l'incitation à la fraude sur les petits sinistres », indique Michel Stagnara.


En conversation avec un expert, l'assuré filme les dégâts dans son logement et photographie les justificatifs de factures, après avoir téléchargé gratuitement l'application au moment de la prise de rendez-vous. Le système de visioconférence permet de géolocaliser le logement et ainsi vérifier qu'il est bien assuré. Des captures d'écrans servent ensuite à l'expert pour évaluer la surface d'un dommage ou analyser la fiabilité des verrous en cas de cambriolage.

 

700 expertises depuis septembre 2012

L'application, baptisée « Visioxpert », a permis depuis son lancement en septembre de réaliser près de 700 expertises. Cet été, une nouvelle innovation permettra d'associer quatre personnes à la visioconférence : l'assuré, l'expert mais aussi un artisan et son assureur pour faire une expertise contradictoire. « C'est un système complémentaire entre le téléphone et l'expertise traditionnelle », précise Michel Stagnara. Dans un souci d'économie, les compagnies d'assurance font en effet expertiser les petits litiges par téléphone, sans images, mais « les enquêtes de satisfaction sont très mauvaises », assure Michel Stagnara. 


Une appli pour les expertises simples

Adenes réalise actuellement près de 20 % de ses expertises avec la nouvelle application et vise un objectif de 50 %. Mais « l'appli » n'a pas vocation à supprimer le travail des experts sur le terrain car « elle n'est pas faite pour des choses très complexes », indique le président d'Adenes. « Visioxpert » devrait aussi permettre d' « absorber une partie du surplus » en cas de catastrophe naturelle, se félicite Michel Stagnara. Les délais de prise de rendez-vous sont effectivement « diminués par trois » et l'absence de déplacement permet « au même expert de faire plus de prestations », assure Adenes.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Les agences immobilières ne sont pas assez transparentes sur les honoraires et le DPE sur internet

Les agences immobilières ne sont pas assez transparentes sur les honoraires et le DPE sur internet | Web Immo 2.0 | Scoop.it

D'après une enquête de CLCV, la plupart des agences immobilières exposent la performance énergétique des logements en vente et les honoraires des agents comme il se doit. De fortes lacunes subsistent sur Internet.

 

Votre agent immobilier joue-t-il le jeu et surtout, respecte-t-il la loi ? L'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) a dévoilé mardi 14 mai 2013 les résultats de son enquête sur l'affichage des étiquettes de diagnostic de performance énergétique (DPE) ainsi que sur celui des honoraires des agents immobiliers. Depuis le 1er janvier 2011, l'affichage de l'étiquette DPE est légalement obligatoire.

 

 

Plus de trois agences sur quatre respectent la loi

 

Globalement, la situation s'améliore dans les agences immobilières pour CLCV, puisque près de 85% des annonces immobilières (vente et location) présentées en agence respectent l'obligation d'affichage de l'étiquette DPE. En 2011, l'entrée en vigueur de cette obligation légale, moins de la moitié des annonces (43%) était en conformité avec la loi. « Il y a donc eu une réelle amélioration, même si 15 % des annonces sont encore « hors-la-loi » », note CLCV.

De même, concernant les honoraires des agents immobiliers, l'association de consommateurs a constaté que 77% des agences physiques jouaient le jeu de la transparence en les affichant en vitrine. « Les 23% restant n'indiquent aucune information et se contentent généralement de la fameuse mention FAI (frais d'agence inclus) sur les petites annonces », avance CLCV. Si ce résultat peut sembler satisfaisant, CLCV estime que « sur un sujet aussi important que la transparence tarifaire et l'information du public, ils auraient dû être bien meilleurs ».

 

Trop de laxisme sur Internet

 

En revanche, la loi a encore du mal à être intégrée dans les annonces immobilières postées sur Internet. 43% des annonces virtuelles étudiées par CLCV portaient mention de l'étiquette DPE, contre 20,30% en 2011, « un taux absolument insuffisant » pour l'association de consommateurs. Le respect de la loi varie cependant grandement entre les sites considérés reconnaît CLCV. Ces manquements concernent particulièrement les logements mis à la location, plus que ceux disponibles à la vente.

Pour autant, l'association exige l'instauration d'une amende de 38 euros pour ce type de manquement, de façon à ce que les professionnels appliquent la loi, dans les agences mais aussi sur Internet.

 

Pour son enquête, CLCV s'est penché sur 937 agences immobilières présentant un total de 35.475 annonces. Pour les annonces sur Internet, l'association s'est concentrée sur quatre sites regroupant 4.262 annonces

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : Internet est devenu incontournable !

Immobilier : Internet est devenu incontournable ! | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Meilleurtaux.com a souhaité montrer, chiffres à l’appui, en s’appuyant sur les « requêtes » Google, c’est-à-dire les mots tapés dans le moteur de recherche, que l’immobilier reste plus que jamais au cœur des préoccupations des Français.


 


Au 1er trimestre 2013, d’après des données Google, les recherches sur internet sur le « crédit immobilier » ont progressé de 22%. Déjà sur l’ensemble de l’année 2012 les requêtes « immobilier » étaient deux fois nombreuses que « Hollande » et quatre fois plus que « Sarkozy »… Il ressort qu’en 2012, l’immobilier préoccupait davantage les Français que la politique... Lorsqu'un internaute recherchait des informations sur Nicolas « Sarkozy », deux personnes se renseignaient sur le « crédit » et près de 4 personnes sur l' « immobilier ».

 


Internet est devenu aujourd’hui incontournable dans la recherche immobilière et peut ainsi révéler de vraies tendances... Par exemple, en observant les requêtes des Parisiens, on constate que « quitter Paris » est en hausse de 16% au 1er trimestre 2013 par rapport au 1er trimestre 2012 et « partir en Belgique » en croissance de 25%.

 


Dans un contexte de taux historiquement bas, on constate également une forte hausse des requêtes « immobilier », « crédit immobilier » et « rachat/renégociation de crédit » sur Google depuis début 2013. Cette tendance est observée aussi chez meilleurtaux.com, « Depuis janvier 2013, nous avons noté une envolée des visites sur le site internet dont le nombre a presque doublé sur un an pour atteindre 1,6 million en janvier, grâce au niveau des taux et à l’afflux de demandes de renégociations », explique Hervé Hatt, président de meilleurtaux.com.

 


Il est également intéressant d’étudier la saisonnalité des requêtes sur les 3 dernières années. On constate ainsi que c’est en moyenne en début d’année et jusqu’à mars, puis à nouveau en mai que les recherches sur l’immobilier sont les plus nombreuses. Après un creux durant l’été, elles reprennent fin août-début septembre, comme on le voit aussi, mais dans une moindre mesure, pour le « crédit immobilier ».

 


L’émergence du « mobile » est considérable dans les requêtes crédit immobilier. D’après les données Google, en seulement un an, la part des requêtes « crédit immobilier » sur tablettes et smartphones a plus que doublé, avec en outre une sur-représentation des items « simulation » et « comparaison ».


« Actuellement, la demande d’instantanéité est croissante. On veut connaitre des informations en temps réel, notamment sur les taux de crédit ou les prix de l’immobilier, d’où le rôle croissant de l’internet mobile dans ce secteur »,analyse Olivier Madelenat, directeur du marché Finance de Google.


« C’est pourquoi chez meilleurtaux.com, nous avons développé une application iPhone permettant de connaitre les taux de sa région en temps réel et que nous engageons à apporter une réponse rapide aux demandes de financement effectuées via notre site internet », complète Hervé Hatt.


Cette analyse confirme si l’on en doutait encore, qu’internet est devenu une étape incontournable dans la recherche de logement, avec une percée importante du mobile, et d’autre part que l'immobilier est plus que jamais au cœur des préoccupations des Français. « La croissance du nombre de requêtes sur Google et des dossiers avec compromis de vente signés déposés sur le site meilleurtaux.com permet de rester optimistes : malgré une conjoncture économique morose, l’intérêt pour l’immobilier est toujours très fort et les particuliers bénéficient aujourd’hui de taux de crédit au plus bas et d’un début de baisse des prix leur permettant concrétiser leur projet dans de très bonnes conditions », conclut Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Crédit immobilier : première préoccupation financière des Français sur Internet

Crédit immobilier : première préoccupation financière des Français sur Internet | Web Immo 2.0 | Scoop.it
INTERNET - C'est ce que révèle l’analyse des requêtes des internautes dévoilée ce vendredi par Google en partenariat avec le courtier Meilleurtaux.com...

 

Obsédés par l’immobilier les Français? Malgré un pouvoir d’achat en berne et des perspectives économiques moroses, leur envie d’acheter en tout cas ne faiblit pas. Partant du postulat que les requêtes des internautes sur les moteurs de recherche étaient un bon révélateur de leurs préoccupations au quotidien, Google et Meilleurtaux.com ont joué au jeu des comparaisons. Résultat: en 2012, quand un Français cherchait des informations sur « Sarkozy » dans le moteur de recherche,  ils étaient deux à s’intéresser au «crédit» et quatre à l’«immobilier».

 

 

Internet, outil de maturation d’un projet immobilier


Plus révélateur encore: dans le vaste univers de la «finance» (assurance, banque, crédit, épargne, etc.), la thématique du crédit représente à elle seule un tiers de l’ensemble des requêtes depuis début 2012.

Dans cet ensemble, celles sur le «crédit immobilier» et le «rachat de crédit» affichaient même des hausses respectives de 22% et de plus de 50% entre le premier trimestre 2012 et le premier trimestre 2013, quand celles pour le «crédit» générique et le «crédit auto» stagnaient. Et dans l’univers de l’assurance en déclin, seule la requête «assurance de prêt» affichait une belle progression.

Regain d’intérêt saisonnier ou signe de frémissement du marché? C’est encore trop tôt pour le dire. Cette curiosité accrue correspond bien en effet à «saisonnalité» des requêtes liées à l’immobilier identifiée par Google: «Sur les trois dernières années, c’est en moyenne en début d’année et jusqu’à mars puis à nouveau en mai que les recherches sont les plus nombreuses. Puis après un creux durant l’été, elles reprennent fin aout début septembre», explique le moteur de recherche.

 

 

Un intérêt qui doit encore se concrétiser


Toutefois, en ce début d’année année 2013, «une prise de conscience nationale sur le niveau vraiment bas des taux et le timing exceptionnel» participe à un «phénomène de falaise en termes de recherches et de visites de notre site» expliquait vendredi Hervé Hatt, le directeur général de Meilleurtaux.com, qui y voit une «rupture avec le début de l’année 2012».

Aidés par l’essor des tablettes et des smartphones, les projets immobiliers se murissent donc plus que jamais en amont sur Internet, de la recherches de logement à celle du financement. Reste à savoir, s’ils se concrétiseront par la suite dans les agences immobilières et bancaires. «Google permet en amont d’accélérer l’accès à la statistique, mais la vraie statistique se produit dans l’économie réelle», rappelait vendredi Olivier Madelenat, directeur commercial du secteur «finance» chez Google France.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L'immobilier : premier segment du marché des annonces sur internet

L'immobilier : premier segment du marché des annonces sur internet | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Désormais, plus question de compter sans les sites d'annonces, au détriment du papier, dans la diffusion d'offres de biens. Même si les experts du cabinet stratégique Xerfi-Precepta prédisent un repli d'environ 5% des recettes d'annonces des sites immobiliers en 2013, dans une étude dévoilée sur la distribution immobilière face à internet

Reste que le poids des recettes d'annonces immobilières en ligne sur le marché total restera supérieur à 31%. Conséquence : l'immobilier va demeurer le premier segment du marché des annonces sur internet.

 

 

LE POIDS DES ANNONCES IMMOBILIÈRES EN LIGNE

 

Il existe entre 100 et 200 sites d'annonces immobilières. Quelques portails sont de véritables références dans la distribution immobilière et drainent un nombre conséquent d'annonces. Si certaines de ces plateformes au fort pouvoir de marché sont plutôt des partenaires des agences traditionnelles, qui y publient leurs annonces, internet a permis l'émergence de sites spécialisés dans les transactions entre particuliers.

 

Selon Xerfi-Precepta, la bataille des annonces immobilières se joue désormais en ligne. La preuve : "les principaux acteurs de ce marché ont eux aussi développé leur portail, pour accroître leur trafic et développer leur notoriété."

 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

BRUXELLE : dénoncez les logements vides de votre quartier sur internet !

BRUXELLE :  dénoncez les logements vides de votre quartier sur internet ! | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Les équipes populaires lancent logementsvides.be, un site pour dénoncer les logements vides sur les 19 communes bruxelloises. Objectif : inciter les autorités communales et régionales à contraindre les propriétaires à réaffecter leurs biens dans une ville où 40.000 personnes attendent un logement social.

 

Les vitres sont opaques à force d’être sales. Les pissenlits se faufilent entre les pavés du trottoir. Les balcons rouillent et la peinture s’écaille. Pas de nom sur la sonnette. Nous ne sommes pas sur le seuil d’un relais de chasse au fond des Ardennes, mais dans la Rue du Broeck, à Anderlecht, à deux pas de la jolie Place de la Vaillance, sonnée par le premier soleil du printemps.

 

La maison est vide. Comme 15.000 à 30.000 logements à Bruxelles. Cet abandon écœure les Équipes Populaires bruxelloises. Aussi celles-ci ouvrent-elles un site permettant de recenser tous les logements vides de la Région, où 40.000 personnes sont inscrites sur les listes d’attente du logement social. A l’heure du lancement, le site compte déjà 250 références, dont 120 rien qu’à Anderlecht. Mais le terrain de jeu est immense et le gibier abondant.

 

«Le site est ouvert à tous. Associations, comités de quartier, particuliers… Tout le monde peut se connecter et s’impliquer en nous signalant un logement vide», explique Sami Allaghi, des Équipes Populaires bruxelloises. «Un contact s’établit alors par e-mail et, si nous ne connaissons pas l’adresse de l’informateur, nous vérifions sur le terrain pour éviter les erreurs».

 

 

Certains proprios camouflent leurs logements vides


Pour ces militants, débusquer le logement vide s’apparente au travail de détective privé. «A Bruxelles, la vacance immobilière n’est pas un stock mais bien un flux qui change continuellement. Il faut donc être attentif pour rester à jour. On se promène dans le quartier, on mène notre petite enquête lors de marches exploratoires», détaille Sami Allaghi. «On questionne les voisins, le facteur. Parce que certains propriétaires camouflent la vacance pour échapper aux amendes». Généralement, les riverains sont prompts à collaborer tant les maisons vides font parfois péricliter leur rue.

 

Derrière cette publicité, l’ambition est évidemment d’alerter les pouvoirs publics. Un appareil répressif est en effet en place à Bruxelles, allant de l’amende communale au droit de gestion publique pour 9 à 12 ans, arme idéale contre les spéculateurs immobiliers qui préfèrent parfois payer l’amende plutôt que d’entreprendre des travaux ou d’ouvrir à la location. Mais le manque de moyens des administrations mène à l’impunité. «Dans l’attente que nous soyons nous-mêmes agréés, c’est par l’intermédiaire du RBDH (Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat) que les Équipes Populaires portent plainte».

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Nouveau site d'annonces immobilières plus "sélect" ...

Nouveau site d'annonces immobilières plus "sélect" ... | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Nouvel acteur sur le marché des sites de petites annonces immobilières en ligne, transactions-privées.com mise sur plus de confiance entre acheteur et vendeur en "évaluant" les intentions des acheteurs. S'il faut payer pour diffuser ses biens à vendre, il faudra montrer "patte blanche" pour pouvoir acheter !

 

  Il y a pléthore de sites de petites annonces sur internet. Pourtant Stéphane Conte, concepteur du site transactions-privées.com compte bien jouer la différence avec un concept qui fait bien entendu converger l'offre et la demande, mais le site va privilégier la qualité à la quantité. Transactions-privées mise sur le caractère "privé" du site. En effet, l'acheteur devra prouver ses bonnes intentions et qu'il a les moyens d'acheter (en fournissant des éléments). Dès le début les visuels sont floutés, si on veut en voir plus sur un bien,  il faut montrer patte blanche. Les acheteurs seront "évalués" (avec un système d'étoiles) ainsi les vendeurs (pros ou particuliers) pourront sélectionner leurs prospects.  

 

A quel prix ? La mise en ligne des annonces est payante. Pour les pros, un abonnement annuel de 799 euros plus 29 euros par annonce. Pour les particuliers : 99 euros pour un mois une annonce.

 

En ligne depuis le 15 avril 2013, au jour de son lancement , le site comptait 3 annonces, mais en nette progression les jours suivant. "Nous espérons atteindre rapidement 1 000 annonces et afficher 100 000 annonces d'ici 3 ans", argumente Stéphane Conte.  Outre les annonces l'internaute trouvera des infos sur des crédits (Stéphane Conte étant à la tête d'une société de courtage en crédits).

 

Le site lancé avec l'appui de 350 000 euros et un partenaire bancaire,  espère bien se faire une place sur la toile... à moins de se prendre les pieds dedans ! 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

La part de marché des mandataires s'accroît grâce à internet

La part de marché des mandataires s'accroît grâce à internet | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Les mandataires immobiliers voient leurs parts de marchés progresser, profitant notamment du rôle croissant d'internet dans les transactions, et constituent une nouvelle concurrence pour les agences traditionnelles, selon une étude du cabinet Xerfi publiée mercredi.

 

En 2012, ces commerciaux indépendants ont réalisé environ 6% des transactions dans l'ancien et leur part de marché pourrait avoisiner entre 9% et 12% à l'horizon 2015, pronostiquent les experts de Xerfi.

 

Travaillant depuis leur domicile, ces agents remplissent les mêmes missions que les négociateurs en agence. Mais libérés des charges liées à une enseigne physique, ils proposent un taux de commission inférieur à celui des agences traditionnelles et se rémunèrent sur la seule commission, dont ils récupèrent entre 70% et 98%, contre environ 35% en agence traditionnelle.

 

"Cette profession, relativement nouvelle, est en phase d'expansion grâce notamment à un développement sous forme de réseaux, qui permet aux mandataires d'avoir accès à des formations, des bases de données et des logiciels, moyennant une redevance annuelle", précise Vincent Desruelles, auteur de l'étude.

 

Selon lui, le rôle croissant d'internet dans les transactions immobilières a été l'un des principaux moteurs de l'essor des réseaux mandataires qui sont aujourd'hui une quarantaine en France.

 

La profession, apparue au début des années 2000, a également tiré parti de l'essor de l'autoentreprenariat et de la relative facilité de devenir agent mandataire.

 

Problème, cette percée s'est accompagnée "de procès en manque de professionnalisme" de la part des acteurs traditionnels de l'immobilier, souligne l'étude.

D'où la création en 2012 d'un syndicat professionnel (Syremi) en vue de généraliser les bonnes pratiques et de mettre en place une formation initiale et continue obligatoire.

 

D'après l'étude Xerfi, le paysage des réseaux mandataires se caractérise par la domination de 3 à 4 groupements, dont CapiFrance, I@D et Optimhome. Viennent ensuite leurs principaux concurrents: Propriétés-privées.com, La Fourmi Immo, À La Lucarne de l'Immobilier, Safti, Idimmo, Maxihome, 3G Immo Consultant ou Proxica qui comptent plusieurs centaines de commerciaux.

"Aujourd'hui, on peut dire qu'il s'agit d'une vraie concurrence pour les agences traditionnelles", ajoute M. Desruelles.

 

Pour faire face, celles-ci explorent de nouvelles pistes, telles que le renforcement de l'encadrement de la profession, une amélioration de leur image, de leur qualité de service, ou encore la diversification de leurs sources de revenus.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Envie d’une glace parfum Facebook ?

Envie d’une glace parfum Facebook ? | Web Immo 2.0 | Scoop.it

A force de voir sa fille de 15 ans constamment vérifier Facebook à longueur de journée, Admir Adil a eu l’idée de proposer une glace saveur Facebook.


Mélange de sirop bleu et de glace à la vanille, la glace a un gout sucré de chewing-gum. C’est en Croatie qu’on peut trouver cette glace parfum 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

SEO Local : le carrousel d'images de Google raflerait plus du tiers des clics

SEO Local : le carrousel d'images de Google raflerait plus du tiers des clics | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Deux petites études tendent à montrer que la carte remontée sur des requêtes locales devrait continuer d'attirer les clics. Les images mises en avant dans le carrousel pourraient aussi être décisives.

 

Il y a quelques jours, Google annonçait de grands changementssur les résultats qui s'afficheront pour des requêtes locales (comme "Bar Paris" ou "Hôtel Lyon"). Ces dernières vont faire remonter au plus haut dans les résultats un imposant ruban, appelé carrousel, d'images et d'informations sur les lieux. Google l'a déjà déployé aux Etats-Unis, et il devrait arriver bientôt de ce côté-ci de l'Atlantique.

 

Quelques petites études ont permis de réaliser des "heatmaps", c'est-à-dire des cartes des endroits les plus cliqués sur les pages de résultats affichant ce carrousel. La première étude a été effectuée auprès de 83 personnes pour une seule requête ("Chicago restaurant"). Résultat : le carrousel a capté 48% des clics, et la carte 14.5%. La deuxième étude, portant sur plus de 100 internautes, concernait une requête similaire ("pizza  Denver"), et révèle des résultats un peu différents, avec une carte et un carrousel attirant chacun près du tiers des clics.

 

Evidemment, le périmètre des études n'est pas assez vaste pour que ces résultats aient une valeur scientifique, mais au-delà des CTR, les deux études montrent surtout que la carte semble encore attirer les clics. L'une des études souligne aussi que le score Zagat, qui s'affiche dans le carrousel, semble mal compris par les internautes, qui se fieraient plus aux images des lieux. Pour rappel, ces dernières sont choisies par Google et non par le responsable du lieu... Les deux études révèlent aussi de profondes différences de CTR au sein du carrousel (la 5e image pouvant avoir un meilleur taux que la 2e), sans doute, là aussi, à cause des images mises en avant...

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L'immobilier sur les réseaux sociaux

L'immobilier sur les réseaux sociaux | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Que ce soit Facebook, Twitter, Pinterest ou encore Google +, votre agence immobilière a tout intérêt à être présent sur ces différentes plateformes. Tout d’abord, parce qu’une présence régulière dans les réseaux sociaux améliore le référencement naturel de votre site web. De plus, les réseaux sociaux permettent de créer une relation de confiance avec vos clients, prospects ou encore vos partenaires. L’objectif est de publier du contenu de qualité, lié à votre agence immobilière.

 

Facebook et l’immobilier

Facebook est aujourd’hui le réseau social le plus utilisé sur le web. Un utilisateur passe plus de 7 heures en moyenne tous les mois sur Facebook. Les entreprises doivent créer une page fan sur Facebook et non une page « profil ». En effet, le profil est réservé aux personnes physiques. Sur votre site internet, il est pertinent de rajouter les boutons « J’aime », afin de développer le nombre de fans de votre page Facebook. Vous pouvez également organiser des jeux concours directement sur Facebook, afin d’interagir avec votre communauté. 

 

Twitter et l’immobilier

Twitter permet de partager des messages de 140 caractères maximum. Vous pourrez ainsi communiquer sur l’actualité de votre agence immobilière. Plus vous avez de personnes qui suivent votre compte Twitter, plus votre compte devient influent. Comme pour Facebook, vous pouvez rajouter un bouton « Suivez-nous » sur votre site internet et sur vos différents supports de communication.

 

Pinterest et l’immobilier

Le réseau social Pinterest n’est pas encore aussi connu de ses grands frères. C’est un réseau social qui permet de partager des photographies. Vous pourrez ainsi publier des photos de vos différents biens. L’idée est de partager des images susceptibles de faire rêver vos futurs clients.

 

 

Google + et l’immobilier

Le réseau social de Google, qui se nomme Google +, a été crée pour concurrencer Facebook. Si vous êtes sensibilisés au référencement naturel, vous avez tout intérêt à avoir une page Google +. En effet, l’algorithme du référencement de Google prend en compte la présence d’un site dans Google +, ce qui joue positivement dans votre référencement naturel.

 

La création de site immobilier

Si vous cherchez à créer un nouveau site web pour votre agence immobilière, ou si vous souhaitez une simple refonte graphique, contacter-nous pour découvrir notre service de création de site web. Nos créations sont à la fois ergonomiques et optimisés pour le référencement naturel. Imminence développe également des sites web compatible à la navigation sur mobile.

 

 

Le référencement de site immobilier

Le référencement permet d’améliorer la visibilité de votre agence, à travers Google et les autres moteurs de recherche. Les agences immobilières qui se créent en 2013, investissent de plus en plus le web, c’est le cas notamment des mandataires immobiliers. Contactez-nous si vous souhaitez plus d’éléments sur nos différentes offres de référencement internet.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Google Glass : gadget ou véritable outil révolutionnaire pour l'immobilier ?

Google Glass : gadget ou véritable outil révolutionnaire pour l'immobilier ? | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Comme vous en avez sans doute entendu parler l’an dernier, le géant américain Google a lancé son projet de lunettes « Google Glass ».

 

 


Mais savez-vous vraiment ce que ces lunettes pourraient vous apporter au quotidien ?

Après cet article, vous serez en mesure de juger si, dès lors qu’elles seront commercialisées, elles vous seront indispensables ou si elles ne représenteront qu’un gadget de plus…


Qu’est-ce que les Google Glass ?

Elles sont le fruit d’un projet mené par la firme américaine Google. A première vue, elles ressemblent à une simple paire de lunettes, mais en vérité elles sont équipées d’un capteur photo/vidéo, d’un écran transparent, d’un micro, d’une zone tactile sur une des branches, d’un gyroscope, et d’une puce sans fil pour se connecter en Wi-Fi ou Bluetooth.
Elles proposent 16 Go de mémoire flash, un affichage HD et une autonomie d’une journée.

 

 

Que puis-je faire avec les Google Glass ?

La première utilité de ce bijou consistera à filmer en « caméra embarquée », sur le même modèle que le fameux film « le Projet Blairwitch », que tout le monde connaît. Elles ne sont pas sans rappeler la fameuse Go Pro, l’indispensable des amoureux des sports extrêmes, notamment. Tout est donc filmé (ou immortalisé) depuis votre point de vue. Génial, non ?

Plus concrètement, voici un exemple de film que vous pourrez réaliser si vous êtes équipé des Google Glass : http://www.youtube.com/watch?v=AV2p_xC9MXM&feature=player_embedded
-> Cela va sans dire, vos visites immobilières se démarqueront ainsi largement de celles de vos concurrents qui se contenteront d’un film ‘normal’ ou le cas échéant, d’un simple diaporama de photos.

L’autre ‘plus’ que proposent ces lunettes, c’est ce que l’on appelle « la réalité augmentée ». Vous pouvez donc afficher des informations sur l’environnement qui vous entoure : par exemple, en mode GPS, une flèche vous indiquera votre chemin ; en mode géolocalisation, les lieux susceptibles de vous intéresser s’afficheront, etc.
-> En tant qu’agent immobilier, on peut imaginer que dans votre périmètre de prospection, les prix des biens immobiliers s’affichent pour chaque bien, voire même la liste des acquéreurs potentiels ! Et pourquoi pas aussi les surfaces des pièces d’un bien lorsqu’on les survole du regard…


Bien entendu, les Google Glass sont dotées des fonctionnalités les plus basiques telles que fournir l’heure, permettre la lecture de vos SMS/mails, téléphoner, consulter la météo…
Elles supportent également la lecture d’applications. Pour l’heure, encore peu d’applications ont été développées (à ce jour on sait que Gmail et le NewYorkTimes sont opérationnelles.)


 
Quand les Google Glass seront-elles disponibles à la vente ?

Initialement prévue pour 2013, la sortie de ce concentré de technologie a été reportée à 2014. Il faudra donc encore patienter avant de pouvoir vous offrir ce concentré de technologie.



Mais justement, combien coûteront-elles ?

Selon le site http://lunettesgoogle.fr/, la version grand public coûterait à peu près 800$ (soit environ 600€), contrairement à celle destinée aux développeurs dont le prix s’élèverait aux alentours des 1500$ (1130€).



Ce qu’on en pense :

Le + : Plus légères et plus pratiques qu’un smartphone, les Google Glass sont bien parties pour devenir un objet indispensable à bon nombre d’entre nous…
Le + immobilier : vos visites immobilières seront sensas’ et toutes les informations de vos biens seront visibles instantanément !

Le – : Bien que discrètes, il va falloir s’habituer au look des lunettes du futur avec ce petit ‘boîtier’ légèrement disgracieux de prime abord.
Le – immobilier : les lunettes seules ne pourront pas remplacer un véritable outil de prospection terrain ou vous assister pour effectuer vos ventes. Il vous faudra ainsi donc combiner vos lunettes à une application iPad telle qu’Elephantbird Transaction par exemple ;)

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : A quoi rêvent les Parisiens?

Immobilier : A quoi rêvent les Parisiens? | Web Immo 2.0 | Scoop.it
Le moteur de recherche Google et le courtier Meilleurtaux.com ont décrypté les requêtes des internautes parisiens en matière d'immobilier...

 

 

 

«Vie à Paris»: voilà un mot-clé qui n’est pas l’apanage des internautes parisiens sur Google. Selon les statistiques dévoilées vendredi par le moteur de recherche, les habitants des Pays de la Loire ou du Sud-Est de la France ne sont pas indifférents aux charmes de la vie parisienne. Mais quand il s’agit de projet immobilier, à l’exception de quelques Lyonnais, Niçois ou Marseillais, les habitants de la capitale sont bien les seuls à faire la requête «acheter sur Paris».

 

 

L’immobilier parisien aux parisiens


«La mobilité entrante sur le marché immobilier à Paris est très limitée notamment en raison des prix», confirmait vendredi Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com, rappelant que 78% des acheteurs à Paris sont déjà parisiens.

Autre «parisianisme» avéré: quand il s’agit de s’évader seuls, les parisiens recherchent sur Google une «maison à la campagne». A l’inverse, la requête «résidence secondaire» est elle plus démocratisée sur l’ensemble du territoire, «sauf dans la Creuse, où ça ne semble pas une préoccupation!», notait vendredi Olivier Madelenat, directeur commercial du secteur finance chez Google France.

 

 

La résidence principale avant tout


Au final, sur les centaines de milliers de dossiers de demande de financement reçus depuis 2012 par Meilleurtaux.com, seuls 8% des Parisiens cherchent à acheter une résidence secondaire. Dans leur très grande majorité, c’est leur résidence principale qu’ils veulent acquérir (70%) mais ils sont aussi proportionnellement plus nombreux qu’ailleurs à vouloir investir dans du locatif pour accéder à la propriété (21%).

Enfin, vivre à Paris n’est pas la panacée, même pour les Parisiens: entre le premier trimestre 2012 et le premier trimestre 2013, le nombre de requêtes «quitter Paris» a augmenté de 16%, selon Google.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

INTERNET : les Français préfèrent l'immobilier à la politique

INTERNET : les Français préfèrent l'immobilier à la politique | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Sur Google, les requêtes "immobilier" étaient, en 2012, deux fois plus nombreuses que "Hollande" et quatre fois plus que "Sarkozy", selon une étude du courtier meilleurtaux.com.  

Les Français seraient-ils plus friands d’immobilier que de politique ? Sur internet, il semble en tout cas l’être. Selon une étude du courtier immobilier meilleurtaux.com, qui s’appuie sur des données de Google, les requêtes "immobilier" y étaient, en 2012, deux fois plus nombreuses que les requêtes "Hollande", et quatre fois plus que celles concernant directement l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy.

 

 

L'intérêt pour l'immobilier reste fort

 

Cette tendance s’est confirmée lors du premier trimestre 2013 puisque les recherches sur internet sur le "crédit immobilier" y ont progressé de 22 % par rapport au même trimestre de l’année précédente, d'après Google. "L’intérêt pour l’immobilier est toujours très fort et les particuliers bénéficient aujourd’hui de taux de crédit au plus bas et d’un début de baisse des prix", analyse de son côté Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com. 

 

 

Les ménages souhaitent quitter Paris ...

 

La requête "quitter Paris" est pour sa part en hausse de 16%. Ce qui est peu étonnant au regard du niveau du prix des logements dans la capitale qui contraint les ménages à se poser des questions sur leur avenir francilien. Le prix moyen du mètre carré s’élevait en effet à 8.270 euros à la fin 2012 et à 5.510 euros sur toute l’Ile-de-France, selon les Notaires de France. Un gouffre sépare ainsi Paris de la deuxième grande ville la plus chère de l’Hexagone, Nice, dont le prix moyen au mètre carré s’élevait à 3.710 euros en fin d’année dernière.

 

 

...pour la Belgique? 

 

Reste que les recherches Google qui ont le plus crû lors du premier trimestre 2013 concernent les départs chez le voisin belge. La requête "partir en Belgique" a ainsi bondi de 25% au premier trimestre 2013, selon Google. Difficile d'y voir une réelle envie de changer d’air des ménages français due à des habitations trop coûteuses en France. Cet état de fait est plutôt la conséquence des interrogations entourant la nouvelle politique fiscale du gouvernement et de la succession de griefs provenant de personnages médiatiques.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Comment Google AdWords va doper vos ventes

Comment Google AdWords va doper vos ventes | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Pour commencer, qu’est-ce que le programme AdWords ?

C’est la solution de publicité en ligne de Google, un véritable outil marketing à ne pas négliger si vous souhaitez développer votre activité en ligne. La solution AdWords se base sur les recherches des internautes dans la barre de recherche Google, afin d’attirer ces derniers sur votre site Internet, et, par conséquent, d’en faire des clients potentiels.
Ce qu’il faut retenir : AdWords permet à votre site d’être affiché en première page de Google même s’il n’apparaît pas parmi les premiers résultats ‘naturels’, moyennant un budget maximum que vous définirez.

 

 


Comment ça fonctionne ?

Sommairement : via un compte AdWords que vous vous créez à l’aide d’identifiants, vous élaborez ce que l’on appelle une annonce, qui apparaîtra en haut ou à la droite des résultats de recherche de l’internaute qui aura fait une recherche dans Google.

Pour créer votre annonce, vous choisissez donc titre, corps d’annonce et adressse URL vers laquelle vous souhaitez rediriger l’internaute qui cliquera sur votre annonce. Vous entrez également toute une liste de termes (mots-clefs) relatifs à ce que vous souhaitez promouvoir via votre annonce AdWords.
TIP : Pour élaborer votre liste, mettez-vous à la place de vos clients et choisissez des termes qu’ils seraient susceptibles d’utiliser pour décrire vos produits.

Votre site n’étant évidemment pas le seul à proposer ce genre de biens/services aux internautes, votre annonce est donc ‘mise en concurrence’avec les annonces de vos concurrents (sites, web, blogs…) lorsque l’internaute fait sa recherche. Google se base principalement sur les mots-clefs que vous avez listés et les mots-clefs que l’internaute a lui-même tapés. D’autres critères entrent en compte, tels que le nombre de clics enregistrés sur les annonces (qui attestent de leur succès), la ‘qualité’ de la page de destination vers laquelle vous renvoyez l’internaute, le budget que vous avez attribué à chaque mot-clef, etc…
Si votre annonce est finalement jugée pertinente par Google, celle-ci est donc diffusée dans les résultats de recherche de l’internaute et en fait donc un nouveau client potentiel.

 



Combien ça coûte ?

Dans un premier temps, il vous est conseillé de définir vos objectifs. Que recherchez-vous ? Plus de ventes ? Si oui, demandez-vous quelle valeur vous attribuez à chaque nouvelle vente.
Puis, définissez ensuite votre bidget mensuel AdWords. Le CPC (coût par clic) permet de vous facturer au nombre de clics effectués sur votre annonce et non au nombre d’impressions (nombre de fois que votre annonce s’affiche dans les résultats des internautes).

Sélectionnez ainsi la somme maximale que vous êtes prêt à dépenser pour ce type de publicité. Chaque clic sur votre annonce sera ensuite décompté de votre budget, parfois jusqu’à épuisement de celui-ci. N’ayez crainte, une fois le budget épuisé, le système se bloque et votre annonce ne s’affiche plus.

Vous pouvez répartir votre budget de façon inégale sur chacun de vos mots-clefs. Pour prendre un cas concret (en l’occurrence le cas d’ ELEPHANTBIRD), nous considérons que « logiciel immobilier en ligne » sera plus recherché que « logiciel pour agents immobiliers », c’est pour cela que nous avons entré une enchère (un prix) plus élevée pour ce mot-clef.

 

 


Les plus :

Vous pouvez géolocaliser votre cible, c’est-à-dire faire en sorte que votre annonce ne s’affiche qu’à vos clients potentiels, autrement dit les habitants de votre département/région. En effet, il serait inutile que votre annonce s’affiche dans la recherche Google d’un internaute habitant à l’autre bout de la France.
Vous pouvez également choisir la plage horaire sur laquelle diffuser votre annonce. Ce paramètre a moins d’intérêt pour une agence immobilière mais sachez que c’est possible.
Les annonces peuvent aussi être diffusées au format mobile. En effet, chaque jour, des millions d’internautes recherchent des produits ou services depuis leur smartphone. L’annonce au format mobile facilite l’accès à l’information aux internautes, où qu’ils soient.

 


Cas pratique :

Vous êtes une agence immobilière spécialisée dans l’ancien, en Seine-et-Marne.
Vous pourrez cibler les internautes habitant en Seine-et-Marne, et plus globalement en région parisienne.
Pour éviter des mots-clefs trop génériques attirant des internautes qui ne seraient pas dans votre cœur de cible, les mots-clefs que vous choisirez seront basés sur les types de biens que vous aurez dans votre portefeuille. Par exemple : « appartement 3 pièces Bussy-Saint-Georges », ou encore « maison 5 pièces jardin Ferrières-en-Brie ».
Il existe un deuxième moyen pour éviter que les internautes non-ciblés cliquent sur votre annonce : vous pouvez établir une liste de mots clefs négatifs (ou ‘à exclure’) afin que la diffusion de votre annonce ne se déclenche pas lorsque les internautes taperont ces termes dans la barre de recherche Google. Par exemple : « maison neuve », « appartement neuf », « location saisonnière », etc…

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Internet et immobilier : vers un changement structurel ?

Internet et immobilier : vers un changement structurel ? | Web Immo 2.0 | Scoop.it
Ces dernières années, le marché de l’immobilier sur Internet s’est considérablement développé, entraînant une mutation et une transformation des pratiques du secteur. Si l’outil Internet prend de plus en plus de place dans le secteur, c’est qu’il comporte de nombreux avantages :

- Simplicité et visibilité : il est facile de publier une annonce en ligne, avec l’assurance d’une visibilité bien plus grande qu’en affichant une simple annonce papier dans sa vitrine.

- Maîtrise des coûts : le prix de la publication d’une annonce sur un site spécialisé est moins élevé que dans la presse papier avec de meilleurs résultats puisque la part d'internet sur le marché de l’immobilier représente désormais 51%.

 

 

Les outils à disposition des professionnels

Diffusion de ses annonces en ligne


Pour cela, le premier outil des professionnels, totalement gratuit et géré de manière indépendante, est leur propre site Internet. Il permet d’obtenir plus de visibilité pour leurs annonces sans engranger de coût supplémentaire. Mais les acteurs majeurs du marché de l’immobilier en ligne sont ceux qui proposent de publier ses annonces sur une plateforme centralisant toutes les offres du secteur.

 

 

L’émergence d'un marché Low Cost


De nouveaux acteurs profitent de la dématérialisation et de la réduction des coûts qu’elle entraîne pour proposer les mêmes services que les agences physiques avec des taux de commission moindres. Bien qu’encore minoritaires, ces nouveaux acteurs pourraient modifier en profondeur le marché de l’immobilier.

 

 

De nouveaux services


En se développant sur Internet, le marché de l’immobilier a développé une dimension communautaire auparavant inexistante. La mise en relation entre ceux qui recherchent un bien et ceux qui en proposent est immédiate et bilatérale, les services proposés se multiplient : comparateurd’annonces, diffusion d’annonces de recherche de biens et plus seulement d’acquéreurs, négociateurs en ligne, etc.

 

Vers une mutualisation des savoir-faire

Internet est donc aujourd’hui un incontournable pour le secteur de l’immobilier. Les mutations que ce nouveau modèle entraînent obligent les professionnels à modifier en profondeur leur façon d’exercer leur métier. La mutualisation de leur réseau via la collaboration inter-agences est une solution à développer pour apporter un service efficace à leurs clients.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Immobilier : nouveaux outils d'évaluation et de maîtrise des charges de copropriété

Immobilier : nouveaux outils d'évaluation et de maîtrise des charges de copropriété | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Le groupe PAP (De Particulier à Particulier) et l'ARC (Association des responsables de copropriétés) s'associent pour proposer aux particuliers des outils d'évaluation et de maîtrise des charges de copropriété. 

 

C'est l'un des tous premiers sujets de récrimination du copropriétaire d'un logement : le montant jugé excessif de ses charges. Ainsi, parmi les propriétaires interrogés par PAP, site Internet d'annonces immobilières entre particuliers, plus de 9 sur 10 (93 %) estiment que le niveau actuel des charges de copropriété dans leur logement est trop élevé. Pour autant, ils ne baissent pas les bras, puisqu'ils considèrent pour 73 % d'entre eux que le poids excessif des différentes dépenses qu'ils supportent, en contrepartie de l'usage de leur logement, peut être réduit par des actions à court terme. Las, ils ne savent pas comment évaluer précisément le niveau de ces charges et donc leur pertinence, même si 67,5 % d'entre eux n'hésitent pas à comparer leurs charges à celles d'autres immeubles, et 74 % de l'échantillon interrogé par PAP (1.865 visiteurs du site entre pap.fr, du 1er mars au 9 avril 2013) réclament des outils pour le faire.

 

 

Phase de test à Paris, Nantes et Montpellier

 

Fort de ce constat, PAP, en partenariat avec l' ARC (Association des responsable de copropriétés), a décidé de lancer deux outils d'évaluation et de maîtrise des charges de copropriétés. Le premier logiciel, baptisé Oscar, déjà développé par l'ARC pour ses adhérents et qui regroupe à ce jour des données sur 1.200 copropriétés en France, est dédié à l'évaluation des charges proprement dite. Il sera proposé, à partir de la semaine prochaine et jusqu'à fin 2013, en phase de test dans trois villes : Paris, Nantes et Montpellier. Les particuliers y résidant pourront accéder gratuitement à l'outil en ligne mis à disposition par l'ARC. Celui-ci permet la comparaison du niveau de charge par poste de charges et par configuration de la copropriété, via l'analyse des annexes comptables (au préalable scannées puis transmises au site par le copropriétaire) qui seront saisies et vérifiées par l'ARC. Les résultats de cette analyse se présenteront sous la forme d'une « étiquette charges », sur le modèle de l'étiquette énergétique, correspondant à un barème allant de A à G (A étant la meilleure note et G la plus basse). Dans le moteur de l'outil figurent des données rangées selon plusieurs critères et appartenant à un panel de copropriétés avec la même configuration collective et situées dans la même région. La généralisation d'Oscar à l'échelle du territoire est prévue pour début 2014.

 

 

Le second outil, mis en ligne vers la mi-2014, a pour objectif de mettre en place une « étiquette gestion patrimoniale », permettant de déterminer si la copropriété est bien entretenue d'un point de vue patrimonial. Par exemple, souligne PAP, « comment savoir si le gros entretien -réfection des façades, toiture, ascenseur...-fait l'objet d'une planification et surtout si les prévisions sont réellement adaptées aux besoins ? ». L'étiquette gestion patrimoniale reposera ainsi sur échelle d'une vingtaine de critères qui notera chaque copropriété en fonction de la présence de mesures et de dispositions (comptant chacune pour 1 point) telles que  :

-la réalisation d'un audit énergétique

-la mise en place d'un fonds travaux

-le déploiement d'un plan d'amélioration de la performance énergétique

-le plan pluri-annuel de travaux.

 

Une fois le diagnostic établi, si le propriétaire juge sa copropriété mal notée au regard de ce qui se passe dans une copropriété comparable, « il peut aborder la question en assemblée générale des copropriétaires, conseille Jean-Michel Guérin, directeur général de PAP De Particulier à Particulier, ou également s'adresser au service juridique de PAP ».

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L'essor de l'immobilier sur internet ...

L'essor de l'immobilier sur internet ... | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Malgré la conjoncture économique instable ne favorisant pas l’investissement immobilier, de plus en plus d’acteurs investissent sur Internet. Quelles sont les raisons et les effets de cette tendance ?

 

 

Le rapport prix/prospects


Le premier est un point purement business. Le coût d’un prospect sur Internet est presque 10 fois moins cher que le coût d’un prospect acquis par du boîtage ou de la presse papier. Toutefois, la communication terrain reste indispensable. C’est simplement la répartition des budgets qui changent. On le voit en France et dans les autres pays du monde ; la tendance n’est pas près de s’arrêter.

 

 

La baisse des commissions


On voit, et c’est ce que demande le client, de plus en plus d’acteurs qui baissent leurs commissions. Leur stratégie est d’aller sur Internet plus fort, quelque fois en abandonnant complètement leur pied de porte pour réduire les coûts et préserver leurs marges. Des exemples comme Efficity, Unemaisonbleue ou Stonebox montrent bien cela. Mais, ce n’est pas le seul phénomène.

 

 

Les nouveaux entrants dans l’immobilier


En effet, l’extension de la carte d’agent immobilier à tout le territoire a permis l’extension des réseaux de mandataires. Les mandataires sont des agents immobiliers seuls rattachés à une marque. Ils n’ont pas de pied de porte, donc pas d’agence dans la rue. Il est pourtant indispensable pour eux d’avoir une vitrine : Internet devient la seule et unique solution. On risque ainsi de voir fleurir de nombreux sites de mandataires dans les années à venir.

 

 

Les acteurs historiques


Les agences immobilières ne peuvent pas rester immobiles face à tous ces nouveaux entrants (ou reconversion de certains) ; elles doivent agir. On voit quelques réseaux réagir avec des stratégies Internet solides.

 

 

Et puis surtout les particuliers


Bon, là, ca fait plusieurs années. Le premier réflexe pour beaucoup d’entre nous est d’aller chercher un maximum d’informations sur Internet ou sur smartphone avant de prendre une décision d’achat. Même si le bouche à oreille reste très puissant, beaucoup ont déjà acquis le réflexe pour les restaurants, les films ou même les places de théâtre. Alors, pour une décision plus importante, ce n’est pas seulement une dizaine de minutes que les particuliers accordent à de la recherche d’informations.

 

Maintenant que la demande (celle du particulier) est là, l’offre ne continue de s’agrandir. Et c’est plus d’une initiative par semaine que je vois sur l’internet immobilier en France, que ce soit de la part de start-up, de grands groupes ou d’agences…

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Après l’immobilier entre particuliers, la location d’espaces de stockage entre particuliers

Après l’immobilier entre particuliers, la location d’espaces de stockage entre particuliers | Web Immo 2.0 | Scoop.it

Vous connaissez l’immobilier entre particuliers mais connaissez-vous la location d’espaces de stockage entre particuliers Fondée en 2012 par Adam Levy-Zauberman et Mickaël Nadjar, Costockage est la première plateforme française en ligne de location de stockage
Après l’immobilier entre particuliers, la location d’espaces de stockage entre particuliers.

 

« Aider les gens à trouver facilement le lieu idéal pour stocker leurs biens, proche de chez eux ».Tel est, selon Mickaël Nadjar, l’objectif de Costockage. Fondée en 2012 par Adam Levy-Zauberman et Mickaël Nadjar, cette jeune start-up est la première plateforme en ligne de location de stockage en France. Le costockage étant déjà bien développé outre-Manche.

 

Costockage.fr, qui est pour le moment en version test, se donne pour mission de mettre en relation, via internet, des particuliers qui cherchent un espace de stockage à louer pas trop cher près de chez eux (chambre, cave, cabane de jardin, box de parking…), et des propriétaires qui en ont un à partager.

 

 

Principe du stockage collaboratif

 

Le principe du stockage collaboratif via Costockage.fr est le suivant : les loueurs diffusent leur annonce sur le site. Même s’ils fixent eux-mêmes leur prix de location, Costockage collabore cependant avec eux pour établir un prix optimal en fonction des caractéristiques du bien et de sa localisation. En moyenne, les prix sont entre 30 et 50 % moins chers que les espaces de stockage traditionnels.

 

Adam Levy-Zauberman explique qu’« afin de préserver la confidentialité, les informations personnelles de chacun ne sont pas divulguées tant que la réservation n’est pas confirmée. Les coordonnées bancaires du locataire sont vérifiées et protégées et une assurance est comprise dans les frais ». L’entreprise prélevant entre 15 et 20 % de commission sur les transactions réalisées.

 

La jeune start-up compte aujourd’hui plus de 800 mètres carrés prêts à être listés, principalement à Paris, en banlieue parisienne et à Lyon.

more...
No comment yet.