Web 2.0 et société
Follow
Find
12.8K views | +1 today
Web 2.0 et société
La société en mouvement « 2.0 » : quels enjeux, quelles opportunités, quel avenir ?
Curated by BeerBergman
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

L'Open Data fait son chemin à Nantes Métropole

L'Open Data fait son chemin à Nantes Métropole | Web 2.0 et société | Scoop.it

Explication claire sur ce que les Open Data peuvent faire pour la vie au quotidien

***

Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/H7BVqDVl . - Mise à disposition gratuite par Nantes Métropole des données informatiques de l'agglomération - Plus sur http://wizdeo.com/s ...

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

REGARDS SUR LE NUMERIQUE: Blog - Bernard Stiegler : l'open data est « un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet » RSLNmag est édité par Microsoft et se consacre à l’anal...

REGARDS SUR LE NUMERIQUE: Blog  -  Bernard Stiegler : l'open data est  « un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet » RSLNmag est édité par Microsoft et se consacre à l’anal... | Web 2.0 et société | Scoop.it
15/3/2011 Blog Rslnmag Bernard Stiegler : l'open data est « un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet » par Pierre Bro dans Société .

 

***

Extrait de l'interview, que je vous conseille de lire dans sont intégralité !

***

RSLN : Comment ce désordre peut-il devenir vertueux ?

Bernard Stiegler : Le dessin de la société de demain dépendra de la prise conscience de l’importance de ce phénomène. Si elle est insuffisante, nous nous exposons à une véritable robotisation de la société, dont seuls quelques-uns auront la maitrise. Il faut donc absolument en délibérer de façon publique et raisonnée.

C’est dans le contexte de cette nouvelle possibilité démocratique que l’open data vient s’inscrire. Quantité de pouvoirs détiennent des données qu’ils ne veulent pas abandonner parce que leur pouvoir même repose sur cette rétention de l’information. En même temps, nous savons que le secret peut être nécessaire – qu’il s’agisse de celui qui protège la vie privée, ou de celui qui permet d’éviter la guerre, et qui inscrit dans le temps réel de al décision un temps différé qui est aussi celui de la réflexion.

Reste que la démocratie est toujours liée à un processus de publication – c’est à dire de rendu public – qui rend possible un espace public : alphabet, imprimerie, audiovisuel, numérique. La critique avancée par Platon de l’usage de l’écriture par les Sophistes nous montre que cela comporte aussi bien des dangers.

C’est à une refondation totale de la chose publique qu’il va falloir procéder – et ici, il ne faut pas laisser ce devenir se produire à la seule initiative du monde économique, c’est à dire des seuls intérêts privés, dont la crise économique nous montre qu’ils ne coïncident jamais avec le bien public.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Augmented Learning [Design for People] 4/4 - on Dailymotion

Interesting initiative : Présentation du living lab Augmented Learning | Design for People, par Sébastien Brunet, responsable du living lab. Cned Direction de l'Innovation, à Poitiers.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Qu’est ce que le Quantified Self ?

Qu’est ce que le Quantified Self ? | Web 2.0 et société | Scoop.it

Le QuantifiedSelf, traduit littéralement par Quantification de soi, consiste en la capture, l’analyse et le partage de données personnelles.


Avec la collecte d’informations physiologiques, cette technique pourrait être utilisée dans le domaine médical ? Par exemple, envoyer les informations de santé à son médecin ou à un spécialiste ?
Dans le cadre de nombreuses pathologies, votre médecin, spécialiste ou généraliste, vous donne des consignes qui relèvent de l’hygiène de vie : bouger plus, manger mieux, dormir plus régulièrement, limiter les excitants, perdre du poids, arrêter de fumer, limiter vos consommations d’alcool, etc. Quoi de mieux que d’utiliser des applications de QuantifiedSelf pour mettre en oeuvre ses nouvelles résolutions et se motiver au long cours. Enregistrez vos efforts, analysez les, puis partagez vos premiers progrès avec vos médecins. Votre médecin sera sans doute intéressé par les chiffres que vous pourrez lui donner. Ajustez avec lui la fréquence des mesures.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Abri | Scriptopolis

Abri | Scriptopolis | Web 2.0 et société | Scoop.it

Petite paranthèse sur mon scoop.it : je poste ce lien car je trouve l'approche de la réflexion sur les espaces et leurs signaux graphiques intéressante. Et pour rester dans l'actualité de cette rentrée, de toutes les rentrées, ...

***

Pourquoi cette inscription sonne-t-elle bizarrement? En partie parce que nous appelons tous cela un abri bus, bien entendu. Mais sans doute aussi parce qu’il est plutôt rare de trouver une telle précision dans l’espace public. Habituellement la catégorie « élèves » est apparaît dans des lieux ou des moments plus spécialisés. Au sein des écoles évidemment, où elle permet de distinguer des personnes, leurs droits et leurs devoirs. On en entend aussi parler en septembre, une semaine ou deux durant lesquelles nous devenons conscients de leur existence, de leurs anxiétés, de leur nombre par classe, ce genre de choses. Mais quand arrive octobre, nous les oublions et ne nous préoccupons, pour certains d’entre nous, que de nos propres enfants.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Buzz en ville : communication numérique et réseaux sociaux à Toulouse | Le blog de communes.com

Buzz en ville : communication numérique et réseaux sociaux à Toulouse | Le blog de communes.com | Web 2.0 et société | Scoop.it
Cet été, Toulouse a battu tout ses précédents records de fréquentation touristique !
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Le manifeste des evidences #cluetrain #manifesto de... 1999 #Marketing20 #societe20

Les 95 thèses du "Cluetrain Manifesto", établi en...  1999 (en français). Pour lire le texte en anglais : http://www.cluetrain.com/

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Coworking : l’innovation et l’esprit d’entreprise développé en communauté

Coworking : l’innovation et l’esprit d’entreprise développé en communauté | Web 2.0 et société | Scoop.it
Dans ce monde qui voit le développement de nouvelles formes de travail, voilà une présentation intéressante sur le modèle du coworking, qui est plus qu'une solution qui convient uniquement aux travailleurs free lance et indépendants.

Présentation sur Slideshare / blog dédié au coworking pour vous faire inspirer. Reste à trouver la bonne formule dans les territoires rurales !
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Avis d’expert : Le guide de la révolution Internet par Stéphane Van Gelder – Tribune e-Business

Avis d’expert : Le guide de la révolution Internet par Stéphane Van Gelder – Tribune e-Business | Web 2.0 et société | Scoop.it
Les sujets traités sur ce scoop.it concernent le web 2.0 / 3.0 en général, mais voici un post qui donne des nouvelles sur l'arborescence même d'Internet, les extensions de noms de domaines. Histoire de fond et de forme, qui touche aux stratégies web des uns et des autres !
=====================
Les nouvelles extensions ont été avalisées par l'ICANN le 20 juin dernier. Un programme susceptible de profondément changer l'Internet tel que nous le connaissons aujourd'hui. Comment ? Pourquoi ? Pour qui ? Suivez le guide !

Après le 20 juin 2011, l'Internet va-t-il changer complètement ? Ce jour là, à Singapour, le régulateur du nommage sur Internet (l'ICANN) a lancé un nouveau programme visant à permettre la création sans limite d'extensions génériques de premier niveau.

Bientôt, à côté des .COM et autres .ORG ou .NET, prendront place des extensions issues de projets communautaires, commerciaux ou d'utilité publique. Si ce programme est un succès, dans quelques années notre façon même d'utiliser l'Internet sera peut-être modifiée.

De quoi s'agit -il ?
L'Internet a été construit sur une double arborescence. Les extensions dites génériques (on parle de "gTLD" pour "generic Top Level Domain") étaient les premières et se veulent représentatives d'un type de contenu (par exemple, l'information pour le .INFO, ou la pornographie pour le .XXX).

Les extensions nationales (ou "ccTLD" pour "country code Top Level Domain") incarnent le territoire virtuel d'un pays et reprennent leurs codes ISO à deux lettres.

Au 1 juin 2011, il y avait 22 gTLDs et plus de 240 ccTLDs. Le programme de l'ICANN va permettre de fortement augmenter le nombre de gTLDs.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

affordance.info: Economie 2.0 de la citation

"A l'heure du web et de la science 2.0, la construction de l'autorité scientifique s'appuie dynamiquement sur ces 2 indicateurs de notoriété et de pérennité. Nombre de revues et d'éditeurs l'ont compris, qui cherchent à documenter précisément lesdits indicateurs mais en imposant une approche quantitative héritée de la bibliométrie (scientometrics), laquelle approche méconnaît encore énormément certains facteurs d'usages liés au web (webometrics), facteurs d'usage pourtant déterminants, notamment dans le humanités numériques.

Il appartient aux acteurs de la recherche (enseignants-chercheurs, ingénieurs, documentalistes, bibliothécaires) de militer activement pour une banalisation accrue des indicateurs de notoriété et de pérennité, comme il appartient au politique et aux décideurs universitaires de se battre pour garder la main sur les mesures d'usages sans accepter de confier leur entière sous-traitance aux éditeurs gate-keepers traditionnels."
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Conférence Digital+Humanities — Curiouser

Conférence Digital+Humanities — Curiouser | Web 2.0 et société | Scoop.it
Montrer l’apport des sciences humaines et sociales dans la compréhension des problématiques digitales fréquemment rencontrées par les personnels, tel était le but de la conférence “Digital+Humanities” que nous organisions le 4 juillet à La Cantine, en partenariat avec le SMC France, Silicon Maniacs et Knowtex.
Pour ceux qui n’ont pu assister à l’événement ou qui souhaiteraient en avoir une relecture synthétique, nous restituons ici les principaux concepts développés par les 5 intervenants chercheurs, ainsi que leurs possibles articulations, quand cela s’y prête, avec le monde de la communication et du marketing digital.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Vers le Formateur 2.0 | mediateurnumerique

Vers le Formateur 2.0 | mediateurnumerique | Web 2.0 et société | Scoop.it
L’UMP et le PS viennent de publier leur proposition de projet numérique en vue des élections présidentielles de 2012. L’un et l’autre font une part belle au développement d’une culture numérique au près de tous les Français. Ainsi l’UMP : »
« L’Internet fait intégralement partie de notre société. Il faut apprendre à chacun des Français à utiliser « l’outil », à en comprendre les nouveaux usages et leurs conséquences: il faut former, éduquer, informer toujours plus,.. »

Le C2i2e/formateur

Avec plus de 4000 lieux sur tout le territoire, les Espaces Publics Numériques sont les lieux d’éducation aux usages du numérique pour tous. L’animateur multimédia a pour mission d’apprendre à utiliser l’outil et de faire comprendre les usages. Cependant les jeunes générations sont elles formées et éduquées à l’outil et à ces usages au sein des établissements scolaires.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Master e-tourisme : à la découverte du web 2.0 | Actu Etourisme | Scoop.it

Master e-tourisme : à la découverte du web 2.0 | Actu Etourisme | Scoop.it | Web 2.0 et société | Scoop.it
Réservations d’hôtels, achats de billets d’avion, planification d’excursion : le tourisme commence maintenant sur le net. Un nouvel outil, pour de nouveaux usages, qu’ont bien compris les professionnels du secteur.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Réalité augmentée : les reliques de la mort

Réalité augmentée : les reliques de la mort | Web 2.0 et société | Scoop.it

Souvenez-vous : il y a quelques mois, je proposais sur ce blog le concept de thanatopraxie urbaine :

Il s’agirait donc d’imaginer des objets ou des services urbains permettant de mettre en scène, dans l’espace public de la cité, la mémoire de ces morts

***

Plus précisément,

il s’agira de mettre les morts ‘à disposition’ des vivants. Pour cela, il convient de rendre les avatars des morts ‘présentables’ ; pas pour leur bon plaisir, mais afin de les rendre utiles aux utilisateurs qui souhaiteraient entrer en interaction avec leurs ‘mémoires’. Autrement dit, il s’agira de les rendre opérants et ‘interactivationnables’.

L’application moscovite Death Revealer en est (à ma connaissance) l’une des premières applications concrètes. Imaginée par l’agence Leo Burnett Russie pour le magazine The Village, l’application mêle habilement la réalité augmentée exploitée à des fins artistico-militantes (comme ici), avec les concepts du Crash-vertising, dont le cynisme n’a d’égal que l’intelligence comique.

***

(Ah, tiens : Guy Birembaum en a parlé il y a deux mois. Je suis vraiment trop old, comme garçon !) - http://guybirenbaum.blogitexpress.com/91092.html

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Anab Jain "Learning to play with Tomorrow" (Lift09 EN) - on Dailymotion

Anab Jain, who is an independent designer and film maker from India, talks about "design futurescaping", which is using design methods like storytelling, experience prototyping, making scenarios tangible, and talking to people on a daily basis, to inspire and influence prototypes for the near future. Distributed by Tubemogul.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

21st Century Teaching and Learning: The Flipped Classroom: an Infographic

The "flipped classroom" inverts traditional teaching methods, delivering instruction online outside the class and moving "homework" into the classroom.

***

Great infographic of an "enthusiastic supporter and practitioner of the "Flipped Classroom." I see it as a very tangible reality for improving the learning outcomes of college students, the mainstream understands how and why it works. This infographic, which I picked up via David Wicks' blog, visually communicates several of the key concepts of the Flipped Classroom.

Please take a look and be sure to share with your own networks!"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Seth's Blog: Back to (the wrong) school

Since I am studying informal learning and digital media as part of the "teaching 2.0" approach, I thought this article could be of interest for this scoop, even when it doesn't speak about web 2.0 directly. If you want to read more about this subject, you might also want to read "Linchpin", in which he writes about this subjet (and +).

***

Large-scale education was never about teaching kids or creating scholars. It was invented to churn out adults who worked well within the system.

Of course, it worked. Several generations of productive, fully employed workers followed. But now?

 

Nobel-prize winning economist Michael Spence makes this really clear: there are tradable jobs (making things that could be made somewhere else, like building cars, designing chairs and answering the phone) and non-tradable jobs (like mowing the lawn or cooking burgers). Is there any question that the first kind of job is worth keeping in our economy?

 

Alas, Spence reports that from 1990 to 2008, the US economy added only 600,000 tradable jobs.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser - LeMonde.fr

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser - LeMonde.fr | Web 2.0 et société | Scoop.it

Article intéressant sur Le Monde.fr - Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe. Extrait.

 

***

Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société.

A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. En pratique, les choses sont devenues bien plus compliquées.

Aujourd'hui, la famille tend à se défausser sur l'école, censée à la fois éduquer et instruire. Jadis pilier de la collectivité, la famille s'est privatisée, elle repose désormais sur le rapport personnel et affectif entre des êtres à leur bénéfice intime exclusif. La tâche éducative est difficile à intégrer à ce cadre visant à l'épanouissement affectif des personnes.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

De 2007 à 2012, quels axes de campagne ? | Netpolitique

De 2007 à 2012, quels axes de campagne ? | Netpolitique | Web 2.0 et société | Scoop.it

2012 sera une grande année électorale ; de nombreux observateurs affutent déjà leur plume pour vous livrer leurs prédictions quant aux résultats qui sortiront des urnes. N’étant au demeurant qu’un bien mauvais devin, je préfère partager en toute modestie les quelques analyses et réflexions – complétées par deux entretiens de qualité avec Benoît Thieulin et Arnaud Dassier – qui m’ont conduit à identifier deux nouveaux axes autour desquels les campagnes de 2012 gagneront à se déployer. J’espère que vous profiterez de la nouvelle robe de Netpolitique pour me faire part de vos analyses et réflexions en la matière.

 

***

(...) Désintermédiation. Participation. Mobilisation. Voilà donc le triptyque que 2007 et 2008 nous ont laissé en héritage. S’il est à ne pas douter que celui-ci figurera en bonne place sur la partition de 2012, deux nouvelles notes, faisant écho à la notion de transparence, ne vont pas manquer de se faire entendre en raison de la place qu’elles occupent déjà au sein du corps social.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Analyse des réseaux sociaux et marketing politique

Quelles stratégies pour les responsables politiques sur les réseaux sociaux ? Analyse des réseaux sociaux et marketing politique
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Google : vers une version professionnelle de Google+

Google : vers une version professionnelle de Google+ | Web 2.0 et société | Scoop.it
Google : vers une version professionnelle de Google+
Après la version grand public lancée il y a quelques semaines, Google va ajouter des fonctionnalités pour un usage professionnel, plus tard dans l'année, constituant une menace possible pour Facebook mais surtout des réseaux spécialisés comme LinkedIn.

Google+ est la nouvelle arme de Google dans le domaine des réseaux sociaux, secteur dans lequel il a déjà tenté de percer, sans grand succès, la concurrence ayant su faire des propositions attractives.

Face au succès des réseaux Facebook et Twitter, Google tente de se positionner en multipliant les possibilités d'interactions par le partage simplifié de contenus et la communication, en liaison avec ses autres services.

Et pour aller plus loin dans cette direction, Google devrait proposer plus tard dans l'année des fonctionnalités permettant de faire de Google+ un outil de communication pour les entreprises, selon Christian Oestlien, responsable produit chez Google, via une vidéo Youtube.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Death To The QR Code

Death To The QR Code | Web 2.0 et société | Scoop.it
Over the past few years, "QR codes" -- those square, mobile barcodes -- have started to show up in some U.S. advertising.
Enough already.
While QR codes are cute and novel, and may be big in Japan, they're not the future of advertising here. So it's time to drop them. Even Google is.

Read more: http://www.businessinsider.com/death-to-the-qr-code-2011-7?utm_source=feedburner#ixzz1RkDpZfJS
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Calenda - Tourisme et communautés : confrontations d'expériences sur les types de liens

Malgré la clôture de l'inscription de cet appel à contribution, je pense que les informations pourraient intéresser ceux qui travaillent dans le domaine du tourisme :

Tourisme et communautés : confrontations d'expérience sur les types de liens

Depuis le milieu des années quatre-vingt dix, la relation entre le tourisme et les communautés - locales ou ethniques, selon les latitudes et les cultures – s’est installée au centre des préoccupations (Girard & Schéou, 2010). Les injonctions de développement durable et la remise en cause des standards du tourisme de masse donnent du crédit à une mise en valeur des singularités susceptibles de mettre en scène « l’authenticité » des sociétés qui composent la planète. À côté de l’écotourisme, le tourisme communautaire est à la mode. S’il part du principe, selon les instances internationales du tourisme, de la participation des communautés concernées, sa mise en place reste très hétérogène, à cause d’une part, de la simplification extrême des deux concepts auxquels il est associé – communauté et participation - et d’autre part du contexte spécifique de chaque pays concerné. Ajoutons à cela l’extrême diversité des approches scientifiques en fonction des spécificités culturelles que véhiculent les chercheurs mais aussi des objectifs qu’ils se fixent (recherche fondamentale et recherche appliquée).

Le schéma idéal suppose l’existence, à l’échelle locale, d’une communauté organisée, décidée à « s’exposer », à montrer ses pratiques du quotidien et formée pour cela. Un premier questionnement concerne la définition même du terme de communauté : de quoi parle-t-on ? Fait-on référence à une minorité ethnique, facilement identifiable par la langue, les vêtements, le type d’habitat, les modes de vie, les traditions et les activités sur un territoire bien défini ? Ou bien, s’agit-il des habitants d’un village en milieu rural, s’adonnant par exemple à la pêche ou à la riziculture, sans que rien toutefois ne puisse les différencier des autres villages de l’ensemble de la région ?

Le deuxième questionnement concerne la participation : cette dernière doit en principe permettre d’éviter que les projets touristiques résultent d’accords entre investisseurs étrangers et gouvernements nationaux, sans que les populations soient consultées ou participent à leur élaboration (Girard & Schéou, 2010). Elle doit encourager les bénéficiaires attendus à se prendre en main en mobilisant leurs propres ressources. Mais la participation est différente d’un exemple à l’autre, selon les ressources humaines de la communauté locale et le mode national de gouvernance. La communauté est-elle associée aux décisions prises concernant le choix des activités touristiques proposées ? Sa participation se limite-t-elle aux seules études préalables, destinées essentiellement à collecter des données ? S’étend-elle jusqu’à la mise en œuvre et la gestion des activités touristiques ? Concerne-t-elle la conception et la gestion opérationnelle de l’ensemble du projet ? De même, dans quelle mesure la communauté bénéficie-t-elle des effets induits de l’activité touristique (emplois, approvisionnement alimentaire, artisanat, etc.) et comment s’effectue la redistribution des bénéfices ? Pour aller plus loin, quelles qu’en soient les modalités, la mise en tourisme des communautés participe-t-elle de leur pérennité ?

Au final, tourisme communautaire, ethnique, équitable, etc., derrière ces expressions se cachent nombres de réalités très différentes selon les contextes. De la même façon, entre une survivance de traditions en voies de disparition et l’invention de traditions pour une mise en folklore, entre la prise en main de l’économie touristique par la communauté elle-même et l’organisation publique ou privée d’une mise en scène de ces communautés, les « réalités » sont multiples et les conséquences pour les communautés très diverses.

L’ambition du colloque consiste à comprendre l’intérêt et l’efficacité, pour les communautés bénéficiant d’une mise en valeur touristique, des différentes formes que peuvent revêtir ces types de tourismes.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Les geeks, sont-ils anti-intellectuels ?

OWNI.fr : News, Augmented : Société, pouvoirs et cultures numériques...
-------------------------
Les Geeks, sont-ils anti-intellectuels ? C’est la question posée par Larry Sanger [en] (via Pablo).

Le constat de Sanger est le suivant :

La planète geek/Internet promeut l’intelligence collective, plus ou moins implicitement au détriment de l’expertise. Sanger cite notamment l’exemple de Wikipedia qui prévoyait à son origine un processus de revue par les experts, qui a vite disparu [en, pdf] sous l’impulsion notamment de Jimmy Wales.
On est passé insidieusement d’une critique du livre comme “contenant” peu moderne (i.e. en papier, etc.) à une critique du livre comme contenu. Sanger cite notamment des commentaires de geeks affirmant que personne ne lit plus les classiques comme Guerre et Paix [en], considérés comme trop longs et pas intéressants (bref pas assez “modernes”). En parallèle émerge l’idée qu’Internet modifie nos capacités cognitives (tendances à zapper d’un contenu à l’autre sans se focaliser – Is Google making us stupid ? [en]). Le point central derrière cette idée étant que, désormais, toute connaissance est relativement accessible sur le web et donc qu’il est inutile de s’encombrer le cerveau avec des connaissances “inutiles” qui prennent un temps infini à consolider.
Autre point moins entendu peut-être : l’idée que les méthodes éducatives en général, et les études universitaires en particulier, sont dépassées et doivent être remplacées par des cours éveillant et cultivant la créativité. Un bon exemple est cette vidéo de Ken Robinson, spécialiste de l’éducation, que je découvre (et que Sanger critique, [en])

Aux États-Unis, cela se traduit aussi par des idées comme quoi l’éducation supérieure serait une “bulle” [en], au sens d’être un produit sur-valorisé par rapport à sa valeur réelle. Et certains geeks d’affirmer que les études sont, au fond, inutiles [en].

Sanger s’inquiète que cet état d’esprit gagne en importance et s’étende à toute la société, filant tout droit à l’idiocracy.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Retour sur le lancement du Social Media Club Marseille : la 5ième fracture numérique #smcMars - Life on Mars

Retour sur le lancement du Social Media Club Marseille : la 5ième fracture numérique #smcMars - Life on Mars | Web 2.0 et société | Scoop.it
Nous organisions le 27 juin dernier une soirée de lancement du Social Media Club Marseille à la Bo[a]te avec comme sujet : "Twitter, le prochain Pulitzer ?"@NZidane, @Andre_fournon, @philippepujol, @pboucaud et @Rubin ont expliqués les enjeux et le quotidien de journalistes "face" à Twitter.
Intéressant, et tout à fait édifiant sur bien des points, et je n'en retiendrais ici qu'une sélection partielle (partiale ?) :

1.) - Certains attendent qu'Internet soit vraiment là, et que les annonceurs s'y investissent.

2.) - Internet, et le web en particulier, est toujours considéré comme un média sur lequel on diffuse l'information i.e. un support

C'est pour moi l'illustration flagrante de ce que j'appellerais la 5ième fracture numérique. Il ne s'agit pas d'une fracture générationnelle, de catégories sociales, d'accès aux réseaux (au haut débit) ou de taux d'équipement, ou encore d'un problème cognitif de traitement des informations mais bien d'une fracture paradigmatique.

@rubin a raison d'insister sur la portée symbolique de la décision du CSA d'interdire l'utilisation des termes Twitter et Facebook à la télévision, c'est même tout à fait symptomatique non pas d'un refus d'acceuillir un nouveau monde qui advient, mais bien de refuser le monde tel qu'il est déjà. Cela me ramène 15 ans en arrière quand Internet emergeait véritablement... mais là nous n'en sommes plus dans cette phase du tout.

Internet n'est plus seulement un support : c'est un lieu. Un vrai lieu. Pas un lieu physique, certes, mais un lieu réel où ils se passent des choses. Penser le contraire revient chaque fois à être bloqué sur une matrice intellectuelle qui oppose le réel au virtuel, alors que le réel s'oppose au fictif.
more...
No comment yet.