Web 2.0 et société
14.4K views | +0 today
Follow
Web 2.0 et société
La société en mouvement « 2.0 » : quels enjeux, quelles opportunités, quel avenir ?
Curated by BeerBergman
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by BeerBergman from Etourisme
Scoop.it!

E-tourisme : les 8 missions d'un office de tourisme

E-tourisme : les 8 missions d'un office de tourisme | Web 2.0 et société | Scoop.it
Quelles sont les missions d'un office de tourisme ? A partir du parcours client dans le tourisme, voici les 8 missions d'un office de tourisme pour intervenir …

Via sbouachari
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

'Airbnb: kosmopolitische middenklasse geniet, plattelander mokt'

'Airbnb: kosmopolitische middenklasse geniet, plattelander mokt' | Web 2.0 et société | Scoop.it
Is de populariteit van airbnb symbool voor de delende economie van de 21ste eeuw? 'Airbnb brengt meer welvaart, maar niet noodzakelijk grotere ...
BeerBergman's insight:

Airbnb doet van zich  spreken... Meindert Fennema's artikel plaatst de "stedelijke, kosmopolitisch ingestelde en hedonistische middenklasse die profiteert en geniet" tegenover "de proletarische achterhoede, de plattelander en de angstige nationalist" die "verongelijkt (is) en mokt". Ik zou het zo niet willen stellen, maar het is een visie. 

***

"Deelnemers aan airbnb lijken op elkaar. Zij zijn vaak jong en afkomstig uit de middenklasse; hun wens om geld te verdienen is groter dan hun gevoel van privacy; zij reizen vaak en graag; zij wonen in een grote stad en willen graag vakantie houden in een grote stad in een ander land."

***

"De delende economie is gecommercialiseerd; dat is een belangrijk verschil met vroeger. De delende economie is geïnternationaliseerd; ook dat is een groot verschil met vroeger. De delende economie is omvangrijker geworden en zal heel snel groeien. Dat is misschien wel het belangrijkste verschil met vroeger. Ook Marktplaats.nl heeft ons leven al enorm veranderd en de digitalisering van ons sociale leven staat nog in de kinderschoenen. Vakantie brengt sommige mensen bij elkaar en verandert zo de wereld."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Hôtel du Nord - coopérative d'habitants

Hôtel du Nord - coopérative d'habitants | Web 2.0 et société | Scoop.it
Hôtel du nord est une coopérative d'habitants qui propose des séjours en chambre d'hôte et des balades dans la région de Marseille.
BeerBergman's insight:

Une "coopérative hospitalière", pour ainsi dire, cette coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence semble une alternative intéressante au niveau local pour les grandes plateformes de commercialisation des chambres d'hôtes et d'activités de découverte. 

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Fairbooking, élan collaboratif ou idéologie totalitaire ? | La Tribu(ne) Ohayon

Fairbooking, élan collaboratif ou idéologie totalitaire ? | La Tribu(ne) Ohayon | Web 2.0 et société | Scoop.it
Fairbooking, élan collaboratif ou idéologie progressivement totalitaire ? par Rémi Ohayon, auteur d'« Addiction, le hold-up des intermédiaires en ligne »
BeerBergman's insight:

Il me semble qu'on voit les mêmes logiques - inévitables ? - avec des initiatives semblables sur le fond (prise en main d'une économie par les prestataires et individuels) : airbnb, greeters, wimdu, ... Créées à la marge d'une industrie, d'une économie, toute initiative est vouée à se professionnaliser et du coup, à bouger vers le centre - ce qui créé de l'espace pour de nouvelles initiatives à la périphérie. On l'a vu avec les chambres d'hôtes (autrefois une tendance comme aujourd'hui airbnb : le contact avec l'hôte dans sa maison et son univers) qui aujourd'hui sont devenues des prestations hôtelières. D'ailleurs, les petits hôtels et les pensions de famille à la base... étaient souvent le fruit des initiatives de femmes d'artisans dans de petites villes : l'accueil chez l'hôte dans sa maison et son univers... Comme quoi.

***

Revenant sur l'idéologie prépondérante : ce qui est dit par rapport à Fairbooking est en train de se passer avec Uber et Airbnb : des logiques économique prennent le dessus et changent le ton, même si c'est peu audible dans un premier temps. A la base, on "vit" l'idéologie du début, mais pour combien de temps encore ? N'est-ce pas une évolution inévitable, celle-ci aussi ?

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Generation Y travellers and the future of travel technology

Generation Y travellers and the future of travel technology | Web 2.0 et société | Scoop.it
So what are some of the key trends in the travel industry and where the industry could it be heading next? Generation Y has to be at the centre.
BeerBergman's insight:

Alors, j'ai décidé d'intégrer un peu plus d'articles sur la filière du tourisme. En voici un, une prospective marketing visant les jeunes générations. Extrait.

***

"Perhaps somewhat weirdly, Gen-Ys define luxury as “Instagram-able experiences”, not least that to the efforts of Australia’s Instagram hotel, and Starwood’s decision to include content taken by guests on their own, branded websites. Another trend among millennials is “low touch luxury”, ensuring  minimal touch points with travellers. When this age groups checks in to a hotel, they typically do not want the same luxury (an end to end service) that their parents experience in similar properties, rather they want to remain independent and they will ask for help when needed. The table below lists the classic marketing approach versus that of Generation Y. Here, “Evangelism” is empowering your customer with shareable experiences that they can talk for you."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

B&Bs: Don't let Airbnb eat you for breakfast - Tnooz

B&Bs: Don't let Airbnb eat you for breakfast - Tnooz | Web 2.0 et société | Scoop.it
This is a guest viewpoint from Mary White, CEO of BnBFinder, bed-and-breakfast directory.
BeerBergman's insight:

More airbnb news and resistance... are B&B's suffering from the new business model? One thing is sure, many of them are on airbnb (and I am one of them).
***
But indeed, facing closure of B&B's because new laws, targeting airbnb/housetrip/wimdu models, are instead harming existing businesses, is a very unpleasant consequence of focussing too much on the most clamorous stakeholders (hotels) against the new models while not having enough knowledge of the industry.

***

For a B&B owner, Airbnb can be another channel and it is not a bad one, at least when you feel happy with the same sort of "cosmopolitanism" narrative as couchsurfing does promote. But this is true for many other platforms: there are as many platforms as there are needs.

***
Does it make less people come to the traditional B&B's? Perhaps. But it may also just be a better filter: not everybody feels like staying in every type of hosting facility. Many people will easily change hats in different situations: they will go and stay in a hotel and a B&B on their christmas break holiday, rent an airbnb home for their spring break and go out camping in summertime.

***
The best bet for B&B owners who don't want to advertise on AirBnb would probably be to take a close look into what makes airbnb so different from the traditional channels and platforms and which different trends can be distilled from the houses that are exposed on Airbnb in order to renovate, adjust, or distinguish from the experiences proposed by the "sharing economy" (and yeah, ok, how sharing is it?) players.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

SMC France - Social Media Club France | Blog | Traveler to journalist: how audience participation could become the new travel journalism

SMC France - Social Media Club France | Blog | Traveler to journalist: how audience participation could become the new travel journalism | Web 2.0 et société | Scoop.it
BeerBergman's insight:

Bon, c'est un peu mon sujet, donc il est clair pourquoi je partage les travaux de Bryan Pirolli avec vous ici :

***

"Le rôle que les sites web comme les blogs et TripAdvisor jouent dans le marché du tourisme, un des secteurs économique les plus important au monde est mis en question : peuvent-ils aider ou influencer les touristes à faire leurs achats pendant leurs voyages ? Les destinations peuvent-elles contrôler leurs propres images via des offices de tourisme, ou sont-elles susceptibles d’être définies par le public qui partage des billets de blogs et des commentaires en ligne ?"

***

IL existe sans doute un grande relation avec la question centrale que je me pose, et que j'ai posé aux club marketing du Réseaux national des destinations, en 2013 : "est-ce que l'information existe si elle n'est pas connectée ?" . Voir la présentation ici : http://fr.slideshare.net/BeerBergman/rseaux-sociaux-et-marketing-des-territoires-rencontres-marketing-rn2d

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Les compagnies aériennes et le marketing direct #travelthursday #TT

À l'occasion de ce #TravelThursday, deux campagnes de campagnes aériennes, utilisant les réseaux sociaux pour l'un et les technologies pour l'autre. Deux approches marketing remarquables.

BeerBergman's insight:

Un billet court de ma main cette fois-ci, illustration de deux approches différentes du marketing.

more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from Destination Management Issues
Scoop.it!

Airbnb vs New York City: The Defining Fight of the Sharing Economy

Airbnb vs New York City: The Defining Fight of the Sharing Economy | Web 2.0 et société | Scoop.it

The sharing economy, or as some call it the collaborative consumption economy, is still in its early infancy and companies like Airbnb, Lyft, RelayRides and their peers are the hottest topic in the startup world right now.

The legality of these startups has been in the grey from the start, as they push against the incumbent laws and regulations, and New York City, by being a dense urban environment where sharing comes naturally, has become a very high profile platform for some of these fights.


Via Roland Schegg
BeerBergman's insight:

Il y a beaucoup de  choses à dire sur le modèle du AirBnB, et les derniers mots ne sont certainement pas encore écrits sur le sujet. J'ai abordé la problématique dans un article en février 2013 sur mon blog (http://www.beerbergman.com/lang/fr/2013/02/airbnb-et-leconomie-collaborative-une-fausse-bonne-idee/) et un article apparaîtra bientôt dans la revue Espaces (dédiée à la filière touristique). Voici un article avec un certain nombre de liens vers d'autres articles apparus en ligne, pour approfondir vos idées sur le sujet...

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

And Now for a Bit of Good News . . .

And Now for a Bit of Good News . . . | Web 2.0 et société | Scoop.it
From taxi rides to overnight stays, the sharing economy is growing rapidly, and creating a village where your reputation is everything.
BeerBergman's insight:

Meindert Fennema's article in De Volkskrant was a reaction to Friedman's article about Airbnb. You might want to read it, because it is more detailed and contextualised than the excerpts in Fennema's article might suggest :-). 

***

"The short answer is that Airbnb understood that the world was becoming hyperconnected — meaning the technology was there to connect any renter to any tourist or businessperson anywhere on the planet. And if someone created the trust platform to bring them together, huge value could be created for both parties. That was Airbnb’s real innovation — a platform of “trust” — where everyone could not only see everyone else’s identity but also rate them as good, bad or indifferent hosts or guests. This meant everyone using the system would pretty quickly develop a relevant “reputation” visible to everyone else in the system.

***

Take trusted identities and relevant reputations and put them together with the Internet and suddenly you have 120,000 people staying in Brazilians’ homes instead of hotels at the World Cup. "

***

"But what happens to “ownership?”

There used to be a romanticism about ownership, because it meant you were free, you were empowered,” Chesky answered. “I think now, for the younger generation, ownership is viewed as a burden. Young people will only want to own what they want responsibility for."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Les habitants se réapprorient l’outil touristique | Hôtel du Nord

Hôtel du nord est une coopérative d'habitants qui propose des séjours en chambre d'hôte et des balades dans la région de Marseille.
BeerBergman's insight:

Intéressant... 

***

"Alors que le tourisme réduit trop souvent les villes à des “destinations” et l’hospitalité à une “prestation hôtelière“, les sociétaires ont obtenu une victoire légale, assurantielle et fiscale qui leur permet de se réapproprier l’”outil touristique” et de remettre la rencontre, l’échange et l’altérité au cœur de leur offre d’hospitalité. Cette victoire est aussi celle de tous ceux qui ailleurs souhaitent se rapproprier l’économie touristique."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Légiférer, interdire... Booking assigné en justice ! | La Tribu(ne) Ohayon

Légiférer, interdire... Booking assigné en justice ! | La Tribu(ne) Ohayon | Web 2.0 et société | Scoop.it
Booking assigné en justice ! Légiférer, interdire... Est-ce la bonne réponse à apporter ?
BeerBergman's insight:

Et ma réaction à l'article...

***

Montebourg oublie que Gîtes de France pratique les mêmes commissions, alors qu'ils sont subventionnés en plus et opèrent en toute légalité. Jusqu'il y a pas longtemps, il était interdit de publier une annonce sur une autre plateforme que la leur, quand on était en service réservation. J'ai essayé à deux reprises à y rentrer, mais la directrice ne voulait pas de moi, car mes prix étaient trop élevés selon elle.... Juste un petit rappel des faits du genre "l'exception Française".

Je suis aujourd'hui un hébergeur multi-canal : pas de label français car accès à une clientèle qu'ils n'arriveront jamais à atteindre (néerlandaise) par mes propres moyens et gouvernance compliquée à comprendre pour l'étrangère que je suis, airbnb, booking. Le dernier m'apporte du business quand je le souhaite et pas plus, mais c'est d'un grand réconfort, car je n'ai rien d'autre à faire que préparer mes logements, accueillir et établir une facture et la plateforme m'apporte des clients en avant et arrière saison. 
La réalité est hybride, multi-canal et assigner Booking en justice est un acte idéologique à la Française. N'oubliez pas que le paysage touristique français ne consiste pas uniquement d'hôteliers ! Les hôteliers râleront deux fois, maintenant que Booking est partie à l'assaut des gîtes... et qu'ils remplissent bien leurs lits avec la plateforme. Et qu'ils en sont assez contents (selon les premières réactions que j'ai pu obtenir en tant que formateur dans la filière touristique).

D'ailleurs, je me déplace souvent pour mon autre travail, et les propos des hôteliers sont assez positifs au final, à ma grande surprise. 
Je pense donc qu'une vraie étude scientifique s'impose (qualitatif et quantitatif), pour en savoir un peu plus. Juste pour dire que Montebourg aurait mieux fait de financer une telle étude avant de prendre position et de pointer du doigt "ces plateformes étrangères" encore une fois. Dans la situation actuelle, c'est la dernière chose dont nous avons besoin...

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Does the Expedia billboard effect still exist for hotels? - Tnooz

Does the Expedia billboard effect still exist for hotels? - Tnooz | Web 2.0 et société | Scoop.it
The billboard effect is the term for how a hotel being listed on an OTA can push up bookings on the hotel’s own website by up to 25%. Is it still true?
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Bringing travel planning back to the destination

Bringing travel planning back to the destination | Web 2.0 et société | Scoop.it
Verified review summaries are key to getting travel planning and booking back on DMO and hotel sites.
BeerBergman's insight:

Meta data et avis clients... l'auteur plaide pour que les sites d'hôtels, DMO et OTA les intègrent, mais dénudés des extrêmes et rendus plus rapidement lisibles par le public. Extrait.

***

"The next wave in reviews is high-level review summaries that are verified, saving travelers time reading reviews and removing doubts about the truthfulness of the authors. Verified review summaries use meta-data to sort reviews across all the review sites that offer verified reviews, remove the extremes, and hone in on the true highs and lows of a property or destination. They can be presented in different ways—as ratings, as word clouds, or as a series of bullets points. The benefits to posting verified review summaries on DMO and hotel websites are greater than simply becoming more visible online. "

more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from E-tourisme et Visibilité 2.0
Scoop.it!

La France : 1ère destination touristique, pourtant si loin des touristes…

La France : 1ère destination touristique, pourtant si loin des touristes… | Web 2.0 et société | Scoop.it
Par Nicolas colin





Quand un touriste vient en France, la valeur est captée partout, sauf en France (ou presque).


Si un touriste étranger vient passer quelques jours en France, occupe une chambre d’hôtel réservée via Booking, se déplace dans Paris en Uber, visite le château de Versailles, achète des vêtements chez H&M le dimanche (merci Laurent Fabius) et consomme des cafés chez Starbucks, quelle valeur a été créée sur le territoire français ?


Réponse : pas grand chose – tout juste de quoi payer quelques salaires au SMIC totalement exonérés de charges sociales (merci Manuel Valls), générer un bénéfice dérisoire (donc quasiment pas de recettes fiscales directes), rapporter un peu de TVA mais à taux réduit (merci Nicolas Sarkozy) et générer encore plus de dépenses publiques (car il faut entretenir le château de Versailles, dont l’activité est massivement subventionnée, et compenser les exonérations de cotisations par des prélèvements sur le budget de l’Etat ou des déremboursements de médicaments).


La France, première destination touristique, pourtant si loin des touristes…


Aujourd’hui être une destination touristique privilégiée ne crée plus de valeur localement. Il ne peut suffire, pour la France, de se reposer sur son patrimoine et de devenir un pays musée. La menace n’est pas la diminution du nombre de touristes mais l’appropriation par d’autres de la valeur produite par le patrimoine touristique de notre pays.  Le risque est que le patrimoine français devienne de la simple matière première pour des startups de la Silicon Valley. En développant un lien privilégié avec l’utilisateur, les entreprises de l’économie numérique captent de la valeur qu’elles redirigent vers leur pays d’origine (ou vers les paradis fiscaux) et créent ainsi un manque à gagner pour les opérateurs locaux.


Pas de statu quo possible avec les Barbares.


Comme ailleurs dans l’économie, il n’y a pas de cohabitation possible entre les entreprises en place et les Barbares. Les géants du tourisme de demain seront des software companies, ce qui ne laisse aux entreprises en place pas d’autre choix que d’innover pour espérer faire partie de cette cour des grands. L’hégémonie numérique dans la filière du tourisme n’est pas jouée : la disruption numérique ne fait que commencer et toutes les cartes n’ont pas encore été redistribuées. Le tourisme est même la filière rêvée pour créer un géant du numérique qui grandira à l’échelle globale depuis le territoire français.
L’innovation ne se décrète pas et la contre-offensive n’est pas une stratégie.


Mais il faut combattre avec les bonnes armes. Les Barbares ne peuvent pas être freinés par une énième bataille juridique ou réglementaire qui viserait à préserver les acteurs traditionnels d’une disruption inévitable.  Il faudra même peu de temps aux startups pour réussir à s’appuyer sur le capital touristique français et renouveler l’expérience touristique dont le monopole échappe en ce moment aux acteurs traditionnels. C’est à eux de relever un défi industriel inédit : s’engager eux-mêmes dans la disruption plutôt que de se réfugier derrière les pouvoirs publics.  Le lobbying et les communiqués de presse ne suffisent plus face à une multitude de plus en plus consciente : quand surmonteront-ils enfin leur incapacité grandissante à protéger leurs marges ? Ne voient-ils pas qu’elles se déplacent vers des startups qui intègrent les individus à leur chaîne de valeur ? Avec ou sans les entreprises en place, l’innovation s’imposera dans le tourisme – et la valeur s’échappera là où se trouvent les sièges des nouveaux entrants. Autant essayer d’innover. À l’attaque !

Via E-tourisme
BeerBergman's insight:

La défiance fait sans doute partie de l'exception culturelle française... VOilà un article sur le tourisme et mon commentaire en-dessous, que je vous donne ici:

***

Mmmm... je suis dubitative. Prestataire touristique dans un territoire pas vraiment touristique (Deux-Sèvres), formateur aux acteurs touristiques et DMO (et ailleurs), je n'adhère pas tout à fait à votre analyse. Si Airbnb prend 3% de commission, il reste toujours 97% pour le prestataire. Si Booking prend 15%, il reste toujours 85% pour le prestataire. C'est sans compter sur une plus grande visibilité et augmentation du CA globale des établissements concernés. (Juste entre parenthèses : j'emploi une stratégie multicanal : airbnb, booking, etc.). Si Disneyland fait 7% des recettes et que beaucoup de gens dorment sur le site, il doit y en avoir d'autres qui préfèrent dormir ailleurs - le pay-off doit sans doute être important (existe-t-il des chiffres d'ailleurs ?).


Pour la partie internationale du tourisme : pour l'instant, je ne vois pas trop comment un OT, géré par la politique locale (voire départementale/régionale pour les ADT/CRT) et donc avec des visions plus locales/régionales et des compétence en accord avec cette vision, pourrait nous apporter des publics étrangers, comme airbnb et booking peuvent faire. 


Quand j'ai conçu un site web tri-lingue (en France) pour promouvoir mon territoire d'adoption (néerlandaise d'origine) afin d'attirer des publics néerlandophones et anglophones, les politiques de la région "were not amused at all". Pourtant, une initiative locale, internationale, avec un résultat plus que probant... et rien que des freins sur le territoire. De là (1997-2000), nous avons parcouru un chemin important, mais la culture française, si belle et assumée, est sans doute à l'origine des réactions hostiles vis-à-vis des acteurs internationaux, sans prendre en compte les retombées locales. 


Je veux bien entendre que créer les mêmes plateformes (ou d'autres, plus en avance ?) en France serait la recette pour faire monter les revenus du tourisme sur le territoire, mais quid de l'Europe (Booking!), ou alors de la réciprocité ? 

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

140117 otpm vd_s_conference_tourisme20_bb

L'état des lieux et les tendances dans le secteur du tourisme : réseaux sociaux, technologies, modèles économiques, habitudes et comportements des voyageurs
BeerBergman's insight:

La présentation de la conférence que j'ai animé à Villiers-en-Bois, dans "mon" pays Mellois, sur "l'état des lieux et tendances touristiques connectés"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Publication dans la revue Espaces sur l’économie de partage, les plateformes de location et l’innovation | beerbergman.com

BeerBergman's insight:

Publication d'un article de Beer Bergman dans la revue Espaces : mes dernières réflexions autour des causes et effets de l'économie de partage dans le cadre des métiers du tourisme... à acheter :-)

more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from Observatoire Elections | politique 2.0
Scoop.it!

De l’humain qui pilote le numérique à l’humain qui est numérique

De l’humain qui pilote le numérique à l’humain qui est numérique | Web 2.0 et société | Scoop.it
Retour sur les Rencontres numériques du etourisme institutionnel à Pau #ET9 : analyse de trois styles différents : du rassemblement via l’autonomie autoproclamée à la provocation, en réponse aux défis de la société numérique.
more...
BeerBergman's curator insight, October 11, 2013 5:46 PM

Deuxième et dernier article sur #ET9, la neuvième édition des Rencontres nationales du etourisme institutionnel.