Web 2.0 et société
14.3K views | +1 today
Follow
Web 2.0 et société
La société en mouvement « 2.0 » : quels enjeux, quelles opportunités, quel avenir ?
Curated by BeerBergman
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Quels impôts pour l'argent gagné sur Airbnb, Blablacar et les autres plateformes de l’économie collaborative ?

Quels impôts pour l'argent gagné sur Airbnb, Blablacar et les autres plateformes de l’économie collaborative ? | Web 2.0 et société | Scoop.it
ÉCONOMIE - Le rapport Terrasse fait 19 propositions pour "prendre le tournant de l’économie numérique" et la soumettre à l’impôt.
BeerBergman's insight:
Le rapport Terrasse sur l'économie de partage
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Avec Waze Rider, Google va-t-il concurrencer Blablacar?

Avec Waze Rider, Google va-t-il concurrencer Blablacar? | Web 2.0 et société | Scoop.it
Le service de trafic et de navigation communautaire vient de lancer une application de covoiturage.
BeerBergman's insight:

Affaire à suivre...

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

CREDOC: La Société collaborative, mythe et réalité

BeerBergman's insight:

Pour vos archives... une étude sur l'économie collaborative du CREDOC

more...
D.C.A.DIE's curator insight, October 1, 2015 3:48 AM

date de cette publication : décembre 2014

Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

L'économie collaborative n'est-elle plus qu'un concept marketing ?

L'économie collaborative n'est-elle plus qu'un concept marketing ? | Web 2.0 et société | Scoop.it
L économie collaborative est-elle un nouveau concept marketing ? Toute nouvelle application qui utilise un tant soit peu les réseaux sociaux, les partages numériques se targue de faire de l'économi...
BeerBergman's insight:

Bien que je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce qui se dit dans l'article, voilà une contribution au débat sur l'économie collaborative.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

The Sharing Economy Is About Desperation

The Sharing Economy Is About Desperation | Web 2.0 et société | Scoop.it
We don't give rides to strangers because we like them. We just need the money.
BeerBergman's insight:

Well, stories about te down-sides of the sharing economy stars are popping up everywhere these days. And they leave us with important questions, intriguing problems to solve. The latest in a row is this story, about the - supposed - reasons why people rent out their houses and cars: it is because of desperation.

***

The title is certainly catching, and I think the Kevin Roose is partially right, like so many of the commentators on the sharing economy. Personally, I have never used Uber (I do not ride taxis very often), but I am an AirBnB hoster and traveller (I am a hoster anyway, a multi-canal tourist provider, in official terms, AirBnB is part of my strategy).
For having met quite a bit AirBnB hosters and travelers, I do not agree fully with Kevin Roose: people rent out their properties for money sure, since if not, they would be active couchsurfers, wouldn't they? But there is more to the story than money alone. I do rent my property to be able to maintain it, in the first place. Immediately after that comes the human factor: I couldn't imagine La Grosse Talle (www.lagrossetalle.com) without receiving people, the place is about receiving and encountering people. The first reason and the second thrive for priority in my objectives, I couldn't honestly tell you which one is the more important. They change quite frequently (depending on the needs). 

***

For the labor part of it, I do get the strong feeling Kevin Roose implies that the economy is putting people down *because* of the sharing economy platforms. Even if he doesn't say it with so many words, the comments on Twitter have readily taken over the negative implications you can filter out of the article. 

Now, AirBnB and Ubers' rewarding policies are not exactly the same (3% vs 20%) and the same counts for the market they operate in. So the answer to that question is a bit more complex than suggested in the article. 

***

Turning the reasoning upside down, you could also state the opposite: since the economy is so bad, fortunately we have new platforms on which people can develop new qualities, activities and gather (partial) incomes. They will help designing real and sustainable new economic models.

***

Excerpt. "Jason Tanz attributes the success of these start-ups to the invention of a "set of digi­tal tools that enable and encourage us to trust our fellow human beings," such as bidirectional rating systems,background checks, frictionless payment systems, and platforms that encourage buyers and sellers to get to know each other face-to-face before doing business.

Tanz's thesis isn't wrong — these innovations have certainly made a difference. But it leaves out an important part of the story. Namely, the sharing economy has succeeded in large part because the real economy has been struggling."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Uber Boss Says Surging Prices Rescue People From the Snow | Business | WIRED

Uber Boss Says Surging Prices Rescue People From the Snow | Business | WIRED | Web 2.0 et société | Scoop.it
To hear Uber CEO Travis Kalanick tell it, the algorithms that set minimum ride fares in the triple digits aren't designed to gouge. They're the best way for Uber to grow.
BeerBergman's insight:

Uber and their price strategy... To be continued.

***

"

Kalanick describes the goal of Uber as relentless reliability: to manage the marketplace math so that supply and demand match as perfectly as possible in the face of ever-shifting, highly unpredictable circumstances. And if that means charging $175 for an SUV ride in the snow — seven times the normal market rate — that’s not greed. He says that’s just Uber working like it’s supposed to.

***

“We are not setting the price. The market is setting the price,” he says. “We have algorithms to determine what that market is.”"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Uber's Algorithmic Monopoly: “We are not setting the price. The market is setting the price. We have algorithms to determine what that market is.”

Uber's Algorithmic Monopoly: “We are not setting the price. The market is setting the price. We have algorithms to determine what that market is.” | Web 2.0 et société | Scoop.it
That’s a remarkable quote from the CEO of Uber.
Uber of course is a cab service that lets you order a cab from your smartphone via an App. It’s really neat, you get to watch the cab approach on a map,...
BeerBergman's insight:

Interesting article about the downsides of the sharing economy... well, it looks like real "sharing" is a far away goal :-(. Read the article. Excerpt.

***

"Right now Uber is wringing a lot of inefficiency out of the taxi industry. But eventually it will have so much power that it will introduce problems of its own."

***

via @whimsley

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Uber car attacked as Paris taxi strike turns violent

Uber car attacked as Paris taxi strike turns violent | Web 2.0 et société | Scoop.it
A major protest organized by French taxi drivers turned violent Monday, as demonstrators attacked Uber cars outside Paris' two main airports. As Le Monde reports, the nationwide demonstrations...
BeerBergman's insight:

Parlant de l'économie collaborative... et les réactions violentes qu'elle suscite régulièrement : une nouvelle étape. 

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

OuiShare - Connecting the Collaborative Economy

A magazine about the sharing economy. We promote an open-source and peer-to-peer based economy which protects the Commons and enhances social good.
BeerBergman's insight:

Plateforme référente pour l'économie collaborative.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

L’économie collaborative à l’ère de la société fluide

L’économie collaborative à l’ère de la société fluide | Web 2.0 et société | Scoop.it
En ce temps de crise globale mais aussi ce moment de remise en question profonde de nos valeurs, des initiatives émergent pour faire face. À cette image, le mouvement de l’économie collaborative se met en place.
BeerBergman's insight:

Allez, un peu de "sharing economy" pour ce lundi matin. Bel article sur les notions de l'économie de partage ou économie collaborative de Célya Gruson-Daniel.

A lire. Extrait.

***

« Désormais une autre approche est nécessaire pour survivre à la complexité du monde moderne, à son accélération, et, plus encore, pour construire ensemble notre avenir. Il nous faut donc promouvoir ce que j’appelle la « société fluide ». Une société qui se base sur des rapports de flux et pas seulement sur des rapports de force. »

Joël de Rosnay

more...
Mavale27's curator insight, January 29, 2014 3:53 AM

add your insight...

Mlik Sahib's curator insight, February 6, 2014 11:55 PM

"...Ces projets sont nombreux et basés sur une notion clef :  le « Peer to Peer » ou pair à pair (P2P) ; c'est à dire l'échange direct entre deux personnes où chacun est à la fois consommateur et producteur. Ces rapports se sont développés au départ dans le domaine de la consommation de façon marchande ou non marchande. À titre d’exemple, on peut citer des plateformes de covoiturage pour la mobilité, Airbnb ou Couchsurfing pour le logement, la Ruche qui dit oui pour l’alimentation. Ce mouvement de « peer to peer » s’ancre de plus en plus dans tous les domaines. Du secteur de l’énergie, avec le développement des « smart-grids » comme le rappelle Joël de Rosnay dans son livre, au champ du financement (kisskissbankbank), de l’éducation (Unishared) et de la production de biens (wikispeed). C’est tous les secteurs de l’économie qui sont impactés. Comme le conclut d'ailleurs Joël de Rosnay : « Le pair à pair va atteindre des secteurs clés de l’économie et préparer le terrain de la société fluide et de son économie adaptée ».

Ainsi ces communautés savent surfer sur la vague en sachant s’adapter, contourner, « hacker » les problématiques actuelles ou faire appel à l’intelligence collective pour essayer de les résoudre. Ce réseau maillé s’enrichit de plus en plus élevant aussi le niveau de complexité des échanges et des relations.

 

L’économie collaborative : et demain ?

 

Cela amène à des questionnements théoriques sur le futur de ce mouvement : Comment va s’organiser cette coopération à long terme ? Peut-elle être applicable à très large échelle ? Les sciences de la complexité revendiquées par Edgar Morin apparaissent alors cruciales. Elles sont nécessaires pour pouvoir analyser les paramètres qui fondent ces communautés et proposer des solutions quant à leur gestion d’une échelle encore locale aujourd’hui à une échelle globale."..."

Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Économie collaborative : « La solution n’est pas dans un excès de réglementation »

Économie collaborative : « La solution n’est pas dans un excès de réglementation » | Web 2.0 et société | Scoop.it
Quand le système D à la française se trouve saisi par la technologie et offre des perspectives de croissance et d’accroissement du niveau de vie des citoyens, tout en mutualisant des sources de pollution et en générant de « licornes » à vocation internationale, il est temps que les pouvoirs publics s’inspirent a minima de la devise de Jean Cocteau : « puisque ces mystères me dépassent, feignons d’en être l’organisateur ».
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Rapport de Pascal Terrasse sur le développement de l'économie collaborative

Rapport de Pascal Terrasse sur le développement de l'économie collaborative | Web 2.0 et société | Scoop.it
more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from Le tourisme pour les pros
Scoop.it!

Non, la consommation collaborative n’est pas une menace (et autres idées reçues) | ConsoCollaborative

Non, la consommation collaborative n’est pas une menace (et autres idées reçues) | ConsoCollaborative | Web 2.0 et société | Scoop.it

Via SL, Gengembre Dominique
BeerBergman's insight:

"5,2% de la population tire plus de 50% de son revenu de la consommation collaborative, dont 12% des 25-34 ans. Ces derniers dépensent aussi plus de 50% de leurs dépenses dans la consommation collaborative au travers des repas chez des particuliers ou du covoiturage sur trajet régulier. La consommation collaborative n’est pas seulement un revenu d’appoint pour certains. Elle permet une diversification des activités (rétribution matérielle ou sociale), une montée en compétence (dans les accorderies par exemple) ou l’expérimentation d’une activité avant de se reconvertir (telles les créations sur A Little Market)."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Bienvenue

Bienvenue | Web 2.0 et société | Scoop.it
Tourisme autrement
BeerBergman's insight:

Plateforme belge pour une autre forme de consommation : "

Se loger autrement, se nourir autrement,s'éduquer autrement, se déplacer autrement, consommer autrement,... Oui mais comment autrement?

Et bien c'est la réponse que nous donne un groupe d'étudiants de Lille à travers leur projet nommé "Halts! Terres natives". Des outils pédagogiques visant à changer nos habitudes, sous forme de vidéos et de fiches. Découvrez les ICI !"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

How Airbnb and Lyft Finally Got Americans to Trust Each Other | Business | WIRED

How Airbnb and Lyft Finally Got Americans to Trust Each Other | Business | WIRED | Web 2.0 et société | Scoop.it
From Airbnb to Lyft to Tinder, the sharing economy is rewiring the way we interact with each other.
BeerBergman's insight:

Wired on AirBnB and the sharing economy.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Shared City — Life Learning — Medium

Shared City — Life Learning — Medium | Web 2.0 et société | Scoop.it
Imagine if you could build a city that is shared.

Where people become micro-entrepreneurs,

and local mom and pops flourish once again.
BeerBergman's insight:

Your input on Airbnb's "shared city" initiative: spin, authenticity or a real proposition?

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif - Without Model

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif - Without Model | Web 2.0 et société | Scoop.it
Bernard Stiegler est philosophe, théoricien de l’évolution des systèmes techniques. Il a découvert les modèles du libre de façon presque accidentelle, en tant que Directeur de l’INA. Initiateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé …
BeerBergman's insight:

Etonnante mélange dystopique et utopique en fait, ce qui peut être du à l'effet "interview". Quand il dit "Sur un autre plan, les designers ont un rôle majeur à jouer. Ils sont appelés à devenir les concepteurs et les accompagnateurs de ces systèmes contributifs. Un fablab ne fonctionne pas seulement grâce à un lieu et des machines, il fonctionne parce qu’il y a une architecture sociale de contribution, c’est un travail de designer.", il semble rester dans une opposition (le mot est peut-être trop fort) entre le matériel et ce que fait l'homme (l'action), mais presque sans intégrer l'homme lui-même (dénudé de ses fonctions) dans ce processus. On a un lieu et un designer, et oh oui ! il y a une architecture sociale

***

Mais avec une belle définition : recapacitation - "L’économie contributive est fondée sur la recapacitation : elle augmente la capacité des gens plutôt qu’elle ne la diminue. Ce terme de recapacitation s’inspire de l’approche par les capabilités d’Amartya Sen (une capabilité est un savoir – une savoir vivre, un savoir faire ou un savoir formel – partagé avec d’autres et qui constitue une communauté de savoir, Sen ayant montré que le consumérisme diminue la capabilités)."

***

Enfin, je ne suis pas philosophe, et je me rends compte à quel point il est difficile de mettre des mots sur ce type d'idées abstraites .

***

via @Stéphane Vial

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin

La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin | Web 2.0 et société | Scoop.it
La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin - L'économiste et essayiste américain Jeremy Rifkin publie la Troisième révolution industrielle.
BeerBergman's insight:

Un petit retour sur "la troisième révolution industrielle" de Jeremy Rifkin, analyse d'une société en mutation. A lire. Extrait.

***

"Cette troisième révolution constitue la dernière phase de la saga industrielle et la première étape de l’ère collaborative. C'est un interrègne entre deux périodes de l'histoire économique. Comme l'ère industrielle a mis fin au servage, l'ère coopérative mettra probablement fin au salariat de masse. La mis en place des cinq piliers  -conversion des bâtiments en mini-centrales électriques, création d'un réseau Internet de l'énergie...- créera des millions d'emplois et d'entreprises. Mais une fois installées, ces nouvelles infrastructures ne nécessiteront, pour fonctionner, que quelques petites équipes ultra-spécialisées chargées de programmer et surveiller des systèmes technologiques intelligents. La technologie remplacera les travailleurs. Ce mouvement est déjà en marche. On produit aujourd'hui aux Etats-Unis plus de biens et de services qu'avant la récession de 2008 avec 5 millions de travailleurs en moins. Il faudra alors repenser le travail. La société civile deviendra la principale source d'emploi, le capital social remplacera le capital financier."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Transferts de pouvoirs

Transferts de pouvoirs | Web 2.0 et société | Scoop.it
Comme l’imprimerie, Internet est une technologie subversive. Les Mayas avaient donc raison ! 2012 marque la fin d’un cycle et la disparition progressive d’un monde. Car « le basculement de pouvoirs...
BeerBergman's insight:

Résumé des changements en cours. Article et commentaires intéressants. Avec un point qui m'est cher : le code, le nouveau latin. A lire. Extrait.

***

"Le code, c’est le nouveau latin ! Ceux qui le maîtrisent -- programmeurs et développeurs -- forment la nouvelle élite des « sachants » d’aujourd’hui. Certains y voient même une forme de poésie (rapprocher des éléments a priori non reliés), voire d’une nouvelle esthétique si cette action est réalisée à plusieurs["

more...
No comment yet.