Web 2.0 et société
14.6K views | +0 today
Follow
Web 2.0 et société
La société en mouvement « 2.0 » : quels enjeux, quelles opportunités, quel avenir ?
Curated by BeerBergman
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Quels impôts pour l'argent gagné sur Airbnb, Blablacar et les autres plateformes de l’économie collaborative ?

Quels impôts pour l'argent gagné sur Airbnb, Blablacar et les autres plateformes de l’économie collaborative ? | Web 2.0 et société | Scoop.it
ÉCONOMIE - Le rapport Terrasse fait 19 propositions pour "prendre le tournant de l’économie numérique" et la soumettre à l’impôt.
BeerBergman's insight:
Le rapport Terrasse sur l'économie de partage
more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from Le tourisme pour les pros
Scoop.it!

Non, la consommation collaborative n’est pas une menace (et autres idées reçues) | ConsoCollaborative

Non, la consommation collaborative n’est pas une menace (et autres idées reçues) | ConsoCollaborative | Web 2.0 et société | Scoop.it

Via Sébastien Lion , Gengembre Dominique
BeerBergman's insight:

"5,2% de la population tire plus de 50% de son revenu de la consommation collaborative, dont 12% des 25-34 ans. Ces derniers dépensent aussi plus de 50% de leurs dépenses dans la consommation collaborative au travers des repas chez des particuliers ou du covoiturage sur trajet régulier. La consommation collaborative n’est pas seulement un revenu d’appoint pour certains. Elle permet une diversification des activités (rétribution matérielle ou sociale), une montée en compétence (dans les accorderies par exemple) ou l’expérimentation d’une activité avant de se reconvertir (telles les créations sur A Little Market)."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Airbnb and Uber’s sharing economy is one route to dotcommunism

Airbnb and Uber’s sharing economy is one route to dotcommunism | Web 2.0 et société | Scoop.it
Peer-to-peer platforms have changed the game. Make them cheap or free, and it would be way of reinventing the economy to deliver participation and choice alongside social justice
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Comment les Français s'imaginent-ils travailler dans 20 ans?

4) Nous ne serons pas remplacés par des robots
78% des Français pensent qu’ils ne seront probablement ou certainement pas remplacés par des robots dans leur métier.
Ce qu’en dit l’expert: Le cabinet de conseil Roland Berger: «Entre 1980 et 2012, l’automatisation a détruit 1,4 millions d’emplois. Jusqu’ici, les métiers industriels et peu qualifiés étaient les plus concernés. Si cette tendance se poursuit, une nouvelle vague d’automatisation touche désormais les emplois qualifiés. Avec le big data, la digitalisation et les machines apprenantes, les activités de service et intellectuelles ne sont plus épargnées. Nous estimons que du fait de la numérisation de l’économie, 42% des métiers sont potentiellement automatisables d’ici à 2035 et nous pensons qu’à l’horizon de 2025, cette transformation digitale pourrait détruire 3 millions d’emplois».
BeerBergman's insight:

Quels impacts des technologies annoncés sur l'emploi? Une belle confrontation entre ce que pensent les personnes interrogées et des avis experts.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Co-voiturage : pourquoi l’État tient tant à savoir qui vous faites voyager et à quel prix | Contrepoints

Co-voiturage : pourquoi l’État tient tant à savoir qui vous faites voyager et à quel prix | Contrepoints | Web 2.0 et société | Scoop.it
Le fond de l’affaire, pour le dire de manière abrupte, c’est la volonté de l’État de taxer. S’il souhaite réguler, c’est pour mieux prélever. Or, chacun comprend qu’il est difficile de fiscaliser une transaction entre deux particuliers, pour des montants limités. Le plus simple pour la puissance publique est donc d’interdire cette activité et de créer ainsi un statut légal spécifique dont les bénéficiaires sont connus de l’administration. La protection des consommateurs n’est pas vraiment en cause : il serait possible d’imaginer qu’elle soit garantie sans interdiction générale et absolue.

En protégeant certains modes d’exercice (sommairement : les taxis) et en interdisant d’autres (le co-voiturage rémunéré), le régulateur entretient des rentes. Il garantit à certains ce qu’il refuse à d’autres : le droit de travailler. Ce faisant, il limite la concurrence et assure à un groupe des revenus qui devraient être distribués entre des acteurs plus nombreux.
BeerBergman's insight:

Il est clair que la relation au travail a subi de grandes métamorphoses et que les excès libertaires devraient mener à des réflexions sérieuses. Mais on peut penser également que l'excès étatiste ne peut que générer des excès libertaires. (Qu'est-ce que l'excès, d'ailleurs ?)

Mais à l'heure actuelle on soupçonne un état qui ne reconnaît pas les vraies raisons des changements et évolutions et qui n'agît que sur la forme. Au risque de favoriser les lobbies et de générer encore plus d'incompréhension de la part des citoyens, en leur refusant une autonomie qui semble de plus en plus nécessaire à la survie. Ca me rappelle le titre du livre de Pierre Clastres "La société contre l'état" - on y est déjà ?

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Vers la fin du salariat traditionnel ?

Vers la fin du salariat traditionnel ? | Web 2.0 et société | Scoop.it
Il se passe un truc intéressant autour de moi : de plus en plus de mes connaissances quittent un emploi plutôt tranquille pour se lancer en indépendants. On ne ...
BeerBergman's insight:

Peut-être un peu dans la marge de mon sujet, mais en même temps, il s'agit d'une tendance hautement influencée par les technologies. Et puis, hautement tendance dans ce monde, avec d'un côté les indépendants qui arrivent à en vivre, et de l'autre côté le "précariat", pour citer le livre de Guy Standing. Extrait.

***

"Cette tendance est fascinante, parce qu’elle montre les premières brèches dans un modèle monolithique hérité de la seconde révolution industrielle. Elle est d’autant plus fascinante qu’elle vient d’une génération que l’on voit plus proche du modèle de ses parents que de la flexibilité : emploi à vie, idéal de la fonction publique, et nostalgie du plein emploi.

Elle montre également, et c’est peut-être le plus fascinant, une acceptation du changement par les entreprises traditionnelles, comme une manière de s’adapter à la crise économique dans laquelle nous sommes depuis 6 ans. Avec en ligne de mire la fin du salariat traditionnel ?"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Ne prenons pas (tous) les scouts numériques de l’économie collaborative pour de naïfs altruistes

Ne prenons pas (tous) les scouts numériques de l’économie collaborative pour de naïfs altruistes | Web 2.0 et société | Scoop.it
L’économie collaborative ou sharing economy bouleverse les modes de production et de consommation. Mais ses évangélistes ne peuvent masquer la contradiction fondamentale de ce mouvement: il sera soit le dépassement du capitalisme, soit exactement l’inverse. Internautes de tous pays, au boulot.
BeerBergman's insight:

Article intéressant, tentant d'esquisser les points de vue différents sur les principes de l'économie de partage.

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

L’entreprise à l’épreuve de l’économie collaborative | Le Cercle Les Echos

L’entreprise à l’épreuve de l’économie collaborative | Le Cercle Les Echos | Web 2.0 et société | Scoop.it
BeerBergman's insight:

Contribution à la collection sur l'économie participative sur ce scoop.it, avec une analyse intéressante. A lire. Extrait.

***

"L'économie du partage est aussi porteuse d'un message plus général pour les entreprises. Comme l’a décrit Joseph Schumpeter, l’innovation est un mouvement de destruction créatrice. L’économie collaborative n’échappe pas à la règle : elle offre une formidable source d’opportunités pour reconfigurer les relations entre les membres d’un écosystème, construire de nouvelles solutions et entrer dans de nouveaux marchés avec peu d’investissement. Mais ces solutions sont aussi porteuses de destruction pour les organisations qui se sont construites sur des modèles moins ouverts."

***

via @Catherine Pascal

more...
Marc Simon's curator insight, March 6, 2014 3:57 AM

Merci Beer pour cet article!

Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin

La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin | Web 2.0 et société | Scoop.it
La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin - L'économiste et essayiste américain Jeremy Rifkin publie la Troisième révolution industrielle.
BeerBergman's insight:

Un petit retour sur "la troisième révolution industrielle" de Jeremy Rifkin, analyse d'une société en mutation. A lire. Extrait.

***

"Cette troisième révolution constitue la dernière phase de la saga industrielle et la première étape de l’ère collaborative. C'est un interrègne entre deux périodes de l'histoire économique. Comme l'ère industrielle a mis fin au servage, l'ère coopérative mettra probablement fin au salariat de masse. La mis en place des cinq piliers  -conversion des bâtiments en mini-centrales électriques, création d'un réseau Internet de l'énergie...- créera des millions d'emplois et d'entreprises. Mais une fois installées, ces nouvelles infrastructures ne nécessiteront, pour fonctionner, que quelques petites équipes ultra-spécialisées chargées de programmer et surveiller des systèmes technologiques intelligents. La technologie remplacera les travailleurs. Ce mouvement est déjà en marche. On produit aujourd'hui aux Etats-Unis plus de biens et de services qu'avant la récession de 2008 avec 5 millions de travailleurs en moins. Il faudra alors repenser le travail. La société civile deviendra la principale source d'emploi, le capital social remplacera le capital financier."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Veille info tourisme - Economie régénérative : quand le tourisme sert à amorcer la pompe de l'industrie

Veille info tourisme - Economie régénérative : quand le tourisme sert à amorcer la pompe de l'industrie | Web 2.0 et société | Scoop.it
BeerBergman's insight:

Economie régénrative, ou comment re-utiliser les ressources disponibles sur un territoire. Cela me semble tellement logique, mais bon, ce ne l'est apparemment pas. D'où ce colloque et les textes, que vous pouvez demander gratuitement.

***

"Jusqu'ici, on partait du principe que l'emploi fixe la population, alors qu'on se rend compte aujourd'hui que les mouvements de population ont fixé l'emploi, nous avons notamment pu l'observer dans la façade Sud-Ouest", 

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Un syndicat de VTC Uber créé à Paris - Business - Numerama

Un syndicat de VTC Uber créé à Paris - Business - Numerama | Web 2.0 et société | Scoop.it
Inquiets par leur dépendance à la plateforme américaine et par les réductions tarifaires qui leur sont imposées, des chauffeurs de VTC à Paris ont décidé de créer le Syndicat des exploitants de transport des personnes et VTC.
BeerBergman's insight:

Quand un marché arrive à maturité, ou au moins évolue du startup à une industrie plus mature...

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Se prêter des livres entre particuliers, une fraude pour l'industrie du livre

Se prêter des livres entre particuliers, une fraude pour l'industrie du livre | Web 2.0 et société | Scoop.it
Les fondateurs de Booxup, application de partage de livres papier, ne s'attendaient certainement...
BeerBergman's insight:

Que dire... La transition digital va être rude !

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Avec Waze, Google teste le covoiturage

Avec Waze, Google teste le covoiturage | Web 2.0 et société | Scoop.it
Toujours est-il que Google expérimente un outil alors même qu'Uber et son service UberPool se sont déjà lancés sur le même terrain. En France, les deux outils verront des concurrents tels que BlaBlaCar ou IDVroom leur barrer la route.
more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Google : de mauvaises raisons pour un bon procès

Google : de mauvaises raisons pour un bon procès | Web 2.0 et société | Scoop.it
C’est la seule question importante en l’espèce à tirer au clair : est-ce que les Gafam favorisent ou inhibent l’innovation des secteurs auxquels ils participent ? Certes, il ne faudrait pas que notre époque reste comme celle de la confiscation de la valeur économique et des pouvoirs politiques au seul profit d’acteurs hégémoniques. Mais il ne faudrait pas non plus qu’elle devienne à l’avenir le symbole d’une alliance des conservatismes et des rentes menée avec le masque de l’intérêt général.
BeerBergman's insight:

C'est un peu comme la lutte entre l'église et l'état : qui sera le plus fort. C'est donc une mauvaise lutte, comme le souligne l'article.

A lire, Extrait.

***

"C’est la seule question importante en l’espèce à tirer au clair : est-ce que les Gafam favorisent ou inhibent l’innovation des secteurs auxquels ils participent ? Certes, il ne faudrait pas que notre époque reste comme celle de la confiscation de la valeur économique et des pouvoirs politiques au seul profit d’acteurs hégémoniques. Mais il ne faudrait pas non plus qu’elle devienne à l’avenir le symbole d’une alliance des conservatismes et des rentes menée avec le masque de l’intérêt général."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Jean GADREY » Blog Archive » Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa

Jean GADREY » Blog Archive » Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa | Web 2.0 et société | Scoop.it
Ce système hypothétique d’abondance planétaire à coût très faible repose sur une hypothèse centrale sans laquelle il ne tient pas debout : les énergies (renouvelables) vont « devenir pratiquement gratuites » à terme. Aucun autre « spécialiste » que Rifkin ne dit cela dans le monde ! Tous disent que l’énergie restera chère, renouvelable ou pas, parce que certes le soleil et le vent sont gratuits, mais les panneaux photovoltaïques, les éoliennes, les réseaux électriques intelligents et toutes les autres techniques, exigent des matériaux, des métaux et des terres rares qui sont et seront chers, et même de plus en plus. Cela ruine le modèle techno-économique « hors-sol » de Rifkin, aussi bien pour cette nouvelle production 3D que pour sa vision de robots prenant la place de l’essentiel du travail humain.
BeerBergman's insight:

Tout le monde ne croit pas en Jeremy Rifkin - j'ai de grands doutes également. Mais voilà un professeur en économie qui parle. A lire. Extrait.

***

"Quand Télérama et d’autres mettent en avant ce qu’il y a de plus sympa chez Rifkin, le rôle des « communs », le dépassement de la propriété, le partage, l’économie collaborative, pourquoi ne creusent-ils pas le modèle techno-économique ahurissant qui chez lui conditionne tout cela ? N’y a-t-il pas d’autres voies, celles d’une société post-croissance non moins solidaire, non moins axée sur les biens communs à préserver, qui émerge dans le « million de révolutions tranquilles » de Bénédicte Manier, dans les « villages Alternatiba » et ailleurs, sans délire high tech et productiviste ?

***

Je termine par une remarque d’économiste banalement matérialiste et stupidement attaché aux faits : la part de la consommation de biens susceptibles d’être fabriqués avec des imprimantes 3D « à une échéance prévisible » (une notion refusée par les futurologues, qui voient bien au-delà du raisonnablement prévisible, ce qui leur permet de prendre beaucoup de libertés avec les contingences matérielles…) représente à mon sens, en étant très « optimiste », moins de 10 % de la « consommation effective » des Français aujourd’hui. Cette dernière est composée à plus de 70 % de services et à environ 10 % de biens agricoles et alimentaires, autant de productions qui échappent pour l’essentiel à la logique de l’impression 3D. Je fonde cette estimation sur le tableau détaillé de la structure de la consommation effective des ménages selon l’Insee."

more...
No comment yet.
Rescooped by BeerBergman from Territoires Digitaux
Scoop.it!

Les territoires numériques de la France de demain

Les territoires numériques de la France de demain | Web 2.0 et société | Scoop.it
Les nouvelles technologies sont devenues un outil incontournable de la vie en société. Pourtant, les individus et les territoires ne sont pas égaux face au numérique. Des inégalités persistent dans l’accès aux équipements et aux réseaux de télécommunications. De manière plus inquiétante, c’est dans la capacité des individus à utiliser les outils multimédias que les inégalités se creusent. Elles risquent d’aggraver les inégalités sociales et culturelles présentes dans notre société.


Via : LEBRETON Claudy, Stratégie.Gouv, 09/2013, 177 pages


Via Aradel
BeerBergman's insight:

Un beau programme, établi l'année dernière. On suivra avec attention la suite :-). Extrait.

***

"Cependant, jusqu’à présent, les questions d’infrastructures ont trop largement monopolisé les débats politiques et les investissements. Dans le champ des services et des usages numériques, de nombreuses expérimentations ont été conduites, mais trop souvent de manière isolée.

Les pistes de réflexion et d’action proposées dans ce rapport convergent vers la nécessité de s’approprier les nouvelles technologies dans la proximité, sur la base des territoires vécus. La culture numérique – collaboration, ouverture, mutualisation, reconnaissance de l’initiative individuelle, etc. – doit être mise au service du développement territorial. La création de biens communs qui en résultera (logiciels, services, connaissance, données) offrira l’assurance de mécanismes de solidarité durables, tant au niveau local que global.

- See more at: http://www.strategie.gouv.fr/publications/territoires-numeriques-de-france-de-demain#sthash.hiKTGM6p.dpuf"

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

The Case Against Sharing

The Case Against Sharing | Web 2.0 et société | Scoop.it
On access, scarcity, and trust
BeerBergman's insight:

L'histoire de l'économie de partage se dessine lentement, mais sûrement. Je suis toujours hôte et voyageur AirBnB (et j'écris en résidant dans un gîte loué via cette plateforme), mais les plateformes de partage posent de réelles questions sur la protection, le salariat et l'entrepreneuriat. A lire. "What is sharing anyway?" ("Qu'est-ce que le partage ?")

***

"But our society is not returning to a past utopia of collective social confidence and equality because this utopia never existed. The sharing economy doesn’t build trust — it trades on cultural homogeneity and established social networks both online and in real life. Where it builds new connections, it often replicates old patterns of privileged access for some, and denial for others.

***

The sharing economy has painfully noble goals. But a society and an economics that truly values civic engagement, the commons, and trust between people is one that invests in the protection of those people so they can really prosper, even when something goes wrong."

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

« La fin de la vie privée est un mythe »

« La fin de la vie privée est un mythe » | Web 2.0 et société | Scoop.it
Le sociologue Antonio A. Casilli dénonce dans une interview au Monde le discours et les nouvelles normes véhiculés par Facebook.
BeerBergman's insight:

C'est toujours une vision dystopique des entreprises qui gagnent d' l'argent avec les données personnelles, mais que se passerait-il si on y incluait les entrepreneurs et chercheurs et formateurs qui vivent également de l'essor de ces données finalement ? Est-ce que les données ne sont pas la matière première d'une activité économique grandissante ?

***

Même si je me questionne sur le parti pris d'Antonio Casilli par rapport à la vie privée, je suis d'accord que cela révèle un modèle anglo-saxon et que les changements nous affectent à plusieurs niveaux. Article à lire. Extrait.

***

'Le rejet de l'hypothèse de la fin de la vie privée ne veut pas dire que rien n'a changé depuis l'essor du Web social. Nous assistons à la reformulation et à l'élargissement de la vision idéalisée, anglo-saxonne de la vie privée, héritée du XIXe siècle. Il fallait protéger un noyau de données sensibles du risque d'une pénétration depuis l'extérieur.

***

Dans un contexte de connectivité généralisée, la vie privée cesse d'être un droit individuel et devient une négociation collective. Il s'agit de définir à qui on peut dévoiler quoi, et de définir son rapport aux autres sur le Net, autant qu'aux entreprises comme Facebook et aux Etats. Cette « négociation » se renouvelle dans un cadre de complexité sociale et technologique croissante. "

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Publication dans la revue Espaces sur l’économie de partage, les plateformes de location et l’innovation | beerbergman.com

BeerBergman's insight:

Publication d'un article de Beer Bergman dans la revue Espaces : mes dernières réflexions autour des causes et effets de l'économie de partage dans le cadre des métiers du tourisme... à acheter :-)

more...
No comment yet.
Scooped by BeerBergman
Scoop.it!

Economie de partage, économie de crowdsourcing, économie nouvelle ?

Economie de partage, économie de crowdsourcing, économie nouvelle ? | Web 2.0 et société | Scoop.it
L'importance du social, de l'humain et de la générosité dans les nouvelles interactions pilotées par les technologies : deux exemples dans ce billet du vendredi matin. Un qui inspire, et l'autre qui me fâche.
BeerBergman's insight:
Un billet sur un phénomène qui me plaît : l’importance du social, de l’humain et de la générosité dans les nouvelles interactions pilotées par les technologies.  Dans mon billet un sujet pour vous inspirer ce vendredi matin, et un autre pour partager ma colère avec vous. On commence par l’inspiration, car vous en aurez besoin pour donner forme à votre colère (enfin, je l'espère :-)!
more...
No comment yet.