Fabrication additive : une révolution industrielle en cours chez SAFRAN | Vous avez dit Innovation ? | Scoop.it

Pièce expérimentale de moteur fabriquée en impression 3D © Snecma / Safran

 

Chez Safran, l’impression 3D est une réalité : des pièces de plusieurs moteurs de Snecma, notamment du Silvercrest qui propulsera le Falcon 5X de Dassault, ou des composants du moteur spatial Vinci ont bénéficié de cette technologie. Le principe : fabriquer une pièce à partir d’un modèle réalisé en 3D grâce à la CAO (conception assistée par ordinateur). Le matériau brut, généralement une poudre métallique, est déposé sur une surface de travail par couches successives de 20 à 100 microns d’épaisseur. A chaque couche, un laser agglomère cette poudre sur des zones précises de la pièce. C’est ainsi que la pièce prend forme. À la différence des méthodes de fabrication classiques (forgeage et usinage), pour lesquelles la pièce finale est obtenue par soustraction de matière, c’est donc en ajoutant de la matière que sont façonnées les pièces en 3D. D’où le nom scientifique de fabrication additive donné à ce procédé. 


Via Usine Numérique, Veille & Brevets