violence scolaire
8 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by azertyuiop from Education et TICE
Scoop.it!

Que faire contre la violence scolaire ?

Que faire contre la violence scolaire ? | violence scolaire | Scoop.it

Les derniers chiffres indiquent une hausse des cas de violence à l'école. Le gouvernement a pour l'instant répondu par des postes et une délégation ministérielle.


Via Laurent Blanquer
more...
No comment yet.
Scooped by azertyuiop
Scoop.it!

Les réseaux sociaux favorisent la violence à l'école, selon un élu

Les réseaux sociaux favorisent la violence à l'école, selon un élu | violence scolaire | Scoop.it

Un député de la majorité présidentielle s'inquiète des effets des sites communautaires sur les violences scolaires. Il souhaite savoir si le ministère de l'éducation nationale prévoit des mesures pour résorber ce phénomène, en particulier celui du cyber-harcèlement. Il évoque notamment la fermeture des comptes des internautes coupables d'abus...

more...
No comment yet.
Scooped by azertyuiop
Scoop.it!

Violences à l’école. Avec internet, le harcèlement continue à la maison ...!!!

Violences à l’école. Avec internet, le harcèlement continue à la maison ...!!! | violence scolaire | Scoop.it

Éric Debarbieux, délégué ministériel à la prévention et à la lutte contre les violences en milieu scolaire, évoque les violences à l’école et, plus particulièrement, le harcèlement entre élèves.

 

ENTRETIEN

Comment peut-on lutter contre la violence scolaire ?

En France, on a longtemps voulu voir la violence à l’école comme un problème d’intrusion extérieure. On plaçait des caméras et des policiers à la porte. Or on sait que le problème est à l’intérieur de l’établissement.

Ce qui a avancé, et c’est très important, c’est qu’il ne faut uniquement s’y attaquer par l’aspect sécuritaire. Cet aspect est très important. Il faut travailler avec les policiers et les gendarmes.

Mais on sait que 98 % des violences verbales contre les personnels et contre les élèves se passent dans l’établissement avec des gens qui se connaissent. On ne pourra pas traiter ces questions sans réfléchir sur ce qu’est le climat scolaire, sans former les personnels.

La violence à l’école, on ne peut pas la traiter en prenant une décision et puis elle s’arrête. C’est quelque chose sur laquelle il ne faut jamais lâcher.

 

Comment lutter plus spécifiquement contre le harcèlement ? Et, en particulier, son développement sur les réseaux sociaux ?

 

La délinquance se concentre sur 5 à 10 % des établissements scolaires. Mais le harcèlement touche 10 % des élèves : environ 12 % dans les établissements dits sensibles ; 8 % dans les autres.

Il y a eu une prise de conscience que cela existe. Agir contre le harcèlement, c’est un message positif.

 

Internet : c’est une dimension supplémentaire. Les jeunes, qui sont harcelés par Internet, le sont à l’école. Mais là où ça change tout, c’est que le harcèlement à l’école s’arrêtait quand on rentrait chez soi. A 6 h le soir, on avait la paix. Là, non. A 10 h, à 2 h du matin, dans leur chambre, les jeunes reçoivent des messages parfois très durs.

Cela change tout car il y a la répétitivité. Là, ni l’école ni les familles ne peuvent traiter cela seuls. Il faut que tous les adultes agissent.

Internet donne un sentiment d’impunité au harceleur, un sentiment de toute puissance. Internet complète son arsenal.

C’est récent. Avant l’explosion de la téléphonie portable, cela n’existait pas.

C’est le revers de la médaille d’Internet, qui est un outil formidable. Il faut en avertir les enfants.

Le site de la campagne « Agir contre le harcèlement » a reçu des dizaines de millions de connexions de jeunes. On peut toujours se connecter.

On essaie de former les enseignants en expliquant ce qu’est la cyber violence ; le sexisme… Comment en parler aux enfants ? On travaille avec des associations, avec des pédopsychiatres, avec des spécialistes…

 

On a pris conscience que cela existe. Maintenant, il faut qu’on progresse sur la prise en charge les victimes. Et une prise en charge sur le long terme.

 

Faut-il que ces questions soient au programme des futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation ?

Il est certain que la sensibilisation au harcèlement et la gestion du conflit sont des points essentiels de la formation initiale et continue. Cela a été rappelé par Vincent Peillon, ministre de l’Education.

Mais il faut également former les formateurs. On n’y pense pas toujours mais c’est important. On est en train de créer une équipe de plusieurs dizaines de personnes, des professeurs de maths, de lettres, des conseillers principaux d’éducation (CPE), par forcément des psychologues, partout en France. Ils iront ensuite à la rencontre de leurs collègues professeurs.

more...
No comment yet.
Rescooped by azertyuiop from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

Violence à l'école : 10 % des collégiens souffriraient de harcèlement

Violence à l'école : 10 % des collégiens souffriraient de harcèlement | violence scolaire | Scoop.it
D'après une enquête sur le climat scolaire, entre un tiers et la moitié des élèves sont victimes de "violence verbale" et de "petits vols".

 

Les collégiens dans leur grande majorité "se sentent bien" dans leur établissement, mais ce n'est pas le cas pour 10 % qui disent souffrir de harcèlement et cumulent les brimades : mis à l'écart, frappés, rackettés, ou obligés de jouer à des jeux dangereux. Plus de neuf collégiens sur dix (93 %) "se sentent bien" dans leur établissement, selon la première grande enquête nationale dite de "victimation", menée auprès de 18 000 élèves de 300 collèges français....


Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.
Rescooped by azertyuiop from L'enseignement dans tous ses états.
Scoop.it!

Violences scolaires: une rentrée chahutée

Violences scolaires: une rentrée chahutée | violence scolaire | Scoop.it
INFOGRAPHIE - Alors que la liste des agressions de professeurs s'allonge, il est urgent de faire le point sur les causes réelles de ces incidents...

 

Un adolescent est jugé lundi devant le tribunal pour enfants de Toulouse pour avoir poignardé sa professeur de mathématiques en mai 2009. Celle-ci l'avait puni la veille pour un devoir non fait. Âgé de 13 ans à l'époque, il est poursuivi pour «tentative d'homicide».

Un jugement qui ne devrait pas passer inaperçu alors que depuis la rentrée scolaire, pas moins de dix agressions physiques de personnels de l'éducation nationale ont été rapportées par les médias. Deux professeurs giflés pour le seul collège Jules-Verne, près de Poitiers, une proviseur adjointe victime d'une tentative d'étranglement à Paris, une enseignante frappée à la mâchoire par une collégienne dans le Var… Dans la plupart des cas, les élèves ont refusé de se plier aux injonctions. Remontrances, demande du carnet de correspondance et renvoi du cours ont été à l'origine de ces agressions.

Le 13 septembre, le ministre de l'Éducation, Vincent Peillon, dénonçait des agressions «inacceptables», n'hésitant pas à parler de «dégénérescence des mœurs». Peut-on parler aujourd'hui de flambée de violence à l'école?...


Via Vincent DUBOIS
more...
No comment yet.
Scooped by azertyuiop
Scoop.it!

Harcèlement : 320.000 collégiens en seraient victimes

Harcèlement : 320.000 collégiens en seraient victimes | violence scolaire | Scoop.it
Une étude du ministère de l'Education révèle que 10% des collégiens se plaignent de harcèlement.

Plus de neuf collégiens sur dix "se sentent bien" dans leur établissement. Mais, en négatif, 10% se disent victimes de harcèlement, selon la première grande étude du ministère de l’Education nationale sur la sécurité révélée mardi.

Cette enquête, qui doit désormais être menée tous les deux ans, avait été décidée lors des États généraux de la sécurité à l'école en 2010. Les élèves de collèges ont donc répondu à une cinquantaine de questions, en dehors de la présence de leur professeur, sur leur ressenti de la violence à l’école...

more...
No comment yet.