Le patron de Free veut trouver les nouveaux «Steve Jobs» parmi les jeunes défavorisés. Il entend former 1000 développeurs par an, dans son école d’un nouveau genre. Un projet novateur, qui veut casser la reproduction traditionnelle des élites.