Veille #msanté
125 views | +0 today
Follow
Veille #msanté
Actualités et veille #msanté
Curated by ACS WebSanté
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by ACS WebSanté from Digital Health
Scoop.it!

Your mobile health apps and wearables are breathing life into digital wellness

Your mobile health apps and wearables are breathing life into digital wellness | Veille #msanté | Scoop.it
“The future and forces of digital health, and the four mobile health app rules developers need for success in it.”
Via Alex Butler
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Le ''Quantified-Self'' rebat les cartes de la santé 2.0 - l'info expoprotection

Le ''Quantified-Self'' rebat les cartes de la santé 2.0 - l'info expoprotection | Veille #msanté | Scoop.it
Le ‘‘Quantified-Self’’, moteur de la santé 2.031-03-2014Compagnons électroniques, bracelets connectés, balances communicantes, fourchettes électroniques... une foule d’appareils se connectent à notre smartphone pour accéder à des applications de santé et de remise en forme. Sans sortir du bois, assureurs et mutuelles de santé regardent de près ces objets connectés dédiés à la santé. Objectif : s'appuyer sur les données recueillies afin d'améliorer la prévention.Coachs électroniques Flex sous forme de bracelet. © FitbitDu poil à gratter ! C’est ce qu’apporte dans le monde la médecine, de la santé et du bien-être le ‘‘QS’’ pour ‘‘Quantified Self’’ - que l’on pourrait traduire par ‘‘Auto-mesure de soi’’ ou ‘‘Santé 2.0’’, voire ‘‘Santé connectée’’. Tout a commencé avec Gary Wolf et Kevin Kelly. En 2007, ces deux journalistes californiens du magazine branché Wired ils initient le mouvement Quantified Self qui regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à chaque personne de mesurer ses données personnelles, de les analyser et de les partager. Côté outils, le QS mise sur des capteurs, des Apps (applications mobiles reliées à Internet par smartphone) ou des services Web. Demeuré assez confidentiel pendant ses premières années au sein d’une communauté de Geeks et d’Early Adopters, le QS prend une envergure internationale en 2011 lors d’une conférence de Gary Wolf et Kevin Kelly à Mountain View (Californie). A partir de là, des ‘‘chapitres’’ nationaux, à savoir des associations nationales, se sont ouverts un peu partout dans le monde. De l’automesure au QS. Bien sûr, la mesure du corps ne date pas d’hier. « Depuis plus d’un siècle, tous les foyers français disposent de balances et de thermomètres », remarque le Dr. Nicolas Postel-Vinay, médecin spécialiste de l’hypertension artérielle qui, en tant que directeur du site médical indépendant Automesure.com ouvert en 1999, a initié le premier mouvement QS dans le médical. « En France, trois millions de personnes hypertendues, par exemple, auto-mesurent leur tension artérielle chez elles. » D’autres capteurs complètent l’offre médicale : les spiromètres (mesure de la respiration), les lecteurs de glycémie (taux de sucre dans le sang), les lecteurs de la coagulation du sang, les oxymètres du pouls (saturation en oxygène de l’hémoglobine artérielle)... L’intérêt de ces instruments d’auto-mesure consiste à multiplier les relevés et donc à fournir un nombre de données bien plus élevé que s’il fallait, pour cela, aller à chaque fois chez son médecin. Jusqu’ici, ces équipements de mesure, pour la plupart, ne communiquaient pas leurs données à un système informatique. C’est sous l’influence du ‘‘fun’’ apporté par le QS sportif que les lignes de front ont bougé. En témoigne l’iBGStar de Sanofi, le premier lecteur de glycémie lancé en 2013 qui se connecte à un iPhone ou un iPod Touch. De quoi archiver, imprimer ou transmettre les mesures par mail à son diabétologue. Santé, sport et bien-être. Reste que, en majorité, les dizaines de millions d’utilisateurs de QS dans le monde quantifient avant tout les efforts qu’ils fournissent pour améliorer leur santé, leurs performances sportives ou leur bien-être : les distances parcourues en courant, les 5 000 à 10 000 pas effectués chaque jour, les marches d’escalier montées à pieds, les cigarettes non fumées, les hamburgers bien gras qu’ils refusent héroïquement de dévorer ! Toutes ces micro-mesures de soi correspondent à autant de micro-décisions - ou de micro-lâchetés – de la vie quotidienne. Une fois captées, puis transmises à l’application mobile via le smartphone et archivées dans le Cloud, les données des capteurs - ou celles que l’utilisateur saisit directement sur son smartphone - sont interprétées par l’application Cloud à l’aide d’algorithmes plus ou moins puissants. Objectif : afficher les résultats immédiatement de façon simple et ludique sur l’écran du smartphone. Voire prodiguer des conseils. Smart Body Analyser, un pèse-personne connecté et tout-en-un. © WithingsDes capteurs pour toutes les situations. De fait, le passage de l’automesure médicale au QS s’est véritablement accéléré grâce au développement du smartphone et aux capteurs capables de se connecter à Internet via Bluetooth ou Wifi. A commencer par la balance communicante. « Il faut dire que la surveillance du poids est l’une des priorités majeures de l’automesure », rappelle Nicolas Postel-Vinay. Citons les balances connectées du pionnier français Withings, lancées en 2009 suivi, sur ce créneau, des américains Fitbit et iHealth. Lesquels viennent d’être imités par Terraillon qui lance simultanément une offre de pèse-personne, de tensiomètre et de podomètre connectés. En fait, les fabricants ont inondé le marché d’un tas de petits objets électroniques portatifs (Wearables) qui ont fortement segmenté l’offre : podomètres pour compter les pas effectués dans la journée, accéléromètres pour quantifier l’intensité de l’effort (qui fait perdre du poids), électrocardiogrammes, coachs électroniques portables (‘‘compagnons électroniques’’), détecteurs des phases du sommeil... Il existe même une fourchette électronique, la Hapifork du français Hapilabs qui, en vibrant lorsque les bouchées sont trop rapprochées contribue à lutter contre le surpoids. Autre exemple : Beddit veut améliorer notre sommeil en plaçant une bande de capteurs très fine sous le drap de notre lit pour enregistrer les rythme cardiaque et respiratoire, les ronflements, les mouvements ainsi que les bruits et la température ambiante dans la chambre... Withings lui emboîte le pas avec son nouveau système d'assistance au sommeil, baptisé Aura. « Ce produit, qui arrivera sur le marché au printemps, n'a pas d'équivalent sur le marché à l'heure actuelle, se félicite Cédric Hutchings, directeur général de Withings.Il se compose d'un capteur très fin à glisser sous le matelas et d'une lampe design qui analyse les données recueillies et adapte en conséquence les programmes lumineux et audio. » Benoît Raimbault, directeur marketing Europe de FitBit. © FitbitLe business de la donnée.Non contents de segmenter produits et applications, les fabricants multiplient les déclinaisons de produits au sein d’une même niche. Ainsi FitBit a-t-il trois coach électroniques allant de 60 à 100 euros. « Le premier se porte au poignet et les deux autres, qui se clippent, se connectent automatiquement en tâche de fond au smartphone de sorte que l’information soit continuellement mise à jour, explique Benoît Raimbault, directeur marketing Europe de FitBit, une start-up de 150 salariés, basée à San Francisco (Californie). De cette manière, l’utilisateur peut recevoir des notifications concernant l’évolution de ses résultats.Voire des félicitations... » Une chose est sûre : les compagnons électroniques restituent à la demande les données captées sous formes de tableaux de bord synthétiques et de graphiques actualisés... Car les données sont l’or noir du ‘‘Quantified-Self’’. A cet égard, les grandes manœuvre ont démarré comme l’illustre Orange qui prévoit d’ouvrir en 2015 une plate-forme Cloud pour permettre à chacun d’agréger ses données QS et choisir comment elles pourraient être analysées. L’enjeu est double : aider citoyens et salariés à mieux se connaître en vue d’améliorer leur condition physique grâce à la corrélation des données, au Big Data et à des puissants modèles mathématiques d’analyse. Et fournir de précieux jeux de données à la communauté académique et aux industriels. « Nous fournissons déjà des données agrégées – anonymisées – aux chercheurs de certaines universités américaines, comme Stanford et Cornell », précise Cédric Hutchings. De leur côté, les groupes pharmaceutiques cherchent ainsi à améliorer le traitement de certaines pathologies, en collaboration avec les patients. Avec son application pour smartphone Diabeo, Sanofi permet ainsi aux diabétiques d'adapter les doses d'insuline en fonction des données collectées par l'intermédiaire de ses lecteurs mobiles de glycémie BGStar et iBGStar. Cédric Hutchings, directeur général et cofondateur de Withings. © WithingsVers le Corporate Wellness.Pour les professionnels de santé, et notamment pour ceux de la santé au travail, le QS représente l’opportunité d’améliorer la santé au travail afin d’instaurer, de façon plus ludique, des programmes de prévention. Entre autres exemples, le groupe américain Aetna permet ainsi à ses assurés de regrouper dans une même application mobile des données issues de leur dossier médical personnel et d'autres provenant des solutions de QS, dont celles de Withings ou de Jawbone. Dans l'Hexagone, « de grands assureurs mutualistes mènent actuellement des expériences avec les objets connectés de Withings », confie Cédric Hutchings. On n’en saura pas plus. En revanche, à l’instar des entreprises américaines, les entreprises françaises s’intéressent de plus en plus à des programmes de remise en forme pour leurs salariés. On parle alors de ‘‘Corporate Wellness’’. En France, le groupe pharmaceutique Novartis serait l'un des premiers à avoir franchi le pas. © Erick Haehnsen La Smart Watch signe la reprise en main du QS par les ténors A moins de grossir très vite, les Pure Players du Quantified Self ont du mouron à se faire. En effet, après avoir laissé les start-up ouvrir le marché, les mastodontes reviennent en force. L’heure n’est pas encore à la concentration mais les grandes marques veulent revenir sur le devant de la scène.« Désormais, elles lorgnent le marché de la santé connectée et du Wearable », reconnaît Patrice Slupowski, directeur de l’innovation numérique d’Orange qui a lancé l’an dernier Body Guru, une application mobile expérimentale de santé connectée. De son côté, Apple jette un pavé dans la mare du QS avec son dernier né, l’iPhone 5s, qui embarque un accéléromètre, un gyroscope et un compas. Autrement dit, un podomètre. Un terrain sur lequel Samsung a échoué avec son Galaxy S4. En effet, l’enjeu est peut-être ailleurs : « D’ici trois ans, les podomètres devraient être intégrés aux montres connectées », prédit Emmanuel Gadenne, fondateur du collectif Quantified Self Paris. « La Smart Watch (montre connectée) et la Smart Glass (lunettes connectées) vont devenir le deuxième écran de la mobilité, analyse Patrice Slupowski. Le smartphone va revenir dans la poche pour n’être plus qu’un relais de communication vers Internet. » Une chose est sûre : chacun fourbit ses armes. L’enjeu vise à séduire le marché des mutuelles de santé. A l’instar des opérateurs télécoms avec les smartphones, celles-ci pourraient sponsoriser les équipements de QS afin de réaliser des économies grâce à la prévention. En savoir plus sur http://m.expoprotection.com/site/FR/L_actu_des_risques_professionnels_naturels__industriels/Zoom_article,I1571,Zoom-a3bd5360c01d1f6aeb0f6d876d63eaa3.htm#6b58AEZxJD0H1gl4.99
Via dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

«En matière de santé, les objets connectés permettent de faire mieux et moins cher» - Se coacher - 20minutes.fr

«En matière de santé, les objets connectés permettent de faire mieux et moins cher» - Se coacher - 20minutes.fr | Veille #msanté | Scoop.it
“ EDITO – Emmanuel Gadenne est l’auteur du «Guide pratique du Quantified Self», et expert en usages du numérique chez Sopra Consulting. Régulièrement sur 20Minutes.fr, il apporte un éclairage sur un sujet de son choix. Cette semaine, son billet s’intéresse aux coachs sportifs. Que pensent-ils des objets connectés qu’on appelle aussi coachs électroniques? On connaît Withings pour ses balances connectées, son capteur d’activité, ses tensiomètres connectés, son babyphone, son capteur de sommeil… Mais concrètement, comment ces objets connectés peuvent nous aider à prendre soin de notre santé ? Pour répondre à cette question, j’ai interviewé Alexis Normand qui est en charge du développement santé pour la start-up française. Comment les objets connectés Withings permettent concrètement d’améliorer la santé et le bien-être de leurs utilisateurs ? En utilisant les Smartphones ou tablettes comme passerelles de transmission, les objets connectés permettent de construire sans effort un historique d’auto-mesures, facilement accessible sur son tableau de bord personnel. Cette mesure simplifiée, sous forme de graphiques enrichis, est la condition d’une prise de conscience de son état de santé. Elle incite les utilisateurs à modifier leur comportement dans la durée. C’est ainsi qu’ils peuvent progresser, en gérant mieux leur poids, en surveillant leur tension, en étant plus actif. Le fonctionnement du Smart-Body Analyzer l’illustre: sans demander plus d’effort qu’une pesée normale, cette balance connectée reconnaît instantanément la personne qui se pèse parmi toutes les personnes du foyer, enregistre son poids, calcule son indice de masse corporelle (IMC), mesure sa masse grasse et son rythme cardiaque. Ces mesures sont envoyées par bluetooth ou wifi sur son compte Withings sécurisé et l’utilisateur peut ainsi suivre son évolution dans le temps. Cette simplicité de la mesure est la condition d’un suivi durable. 90% des utilisateurs Withings continuent d’utiliser leur balance après un an. Quelles études viennent valider les résultats que vous mettez en avant ? Les objets connectés permettent à chacun de stocker son historique de données pour avoir une vue complète de l’évolution de sa santé. Ainsi, les objets Withings sont générateurs de preuve pour l’individu, comme au niveau collectif. Sur de larges cohortes anonymes, il est possible de mesurer une corrélation entre le fait de se mesurer souvent et le fait de progresser. Par exemple, les personnes en surpoids qui se pèsent tous les jours perdent deux fois plus de poids sur un an que celle qui se pèsent une fois par semaine. Des études scientifiques de premier plan montrent que les personnes qui se suivent avec un podomètre, par exemple le Withings Pulse, notre tracker d’activité, font en moyenne 2000 pas de plus par jour, et que cela réduit leur tension artérielle. Enfin, les objets connectés Withings sont utilisés dans le cadre d’études cliniques de premiers plans, notamment par le CHU de Toulouse pour le suivi de patients diabètiques de types 2, Stanford ou encore Cornell, pour des études sur la nutrition ou les maladies du coeurs. C’est le cas de la balance connectée ou du tensiomètre connecté, qui est un dispostif médical certifié en Europe et aux Etats-Unis. Comment les autorités de santé se positionnent-elles par rapport à l’hébergement des données de santé de vos utilisateurs, dans les différents pays où vos produits sont commercialisés ? Les données mesurées par les objets connectés Withings sont des données personnelles, strictement confidentielles. Elles sont protégées par des cadres réglementaires stricts, en Europe et aux États-Unis, qui interdisent de partager les données nominatives sans le consentement explicite des utilisateurs. En France, nous avons la chance d’avoir un cadre particulièrement protecteur avec la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978 qui institue la CNIL. Elle sanctionne lourdement tout partage illicite de données, ce qui est passible d’amende et d’emprisonnement. Withings a mis en place des process de qualité qui interdisent toute intrusion pour garantir la sécurité à ses utilisateurs. Et les pharmaciens, les médecins, les infirmières à domicile? De nombreux professionnels de santé vivent les objets connectés comme une révolution. Tout d’abord, les objets connectés pour la santé permettent aux patients de devenir acteurs de leur santé: les patients sont mieux informés et suivent mieux leurs traitement. Nos objets permettent aussi une plus grande personnalisation de la médecine. Si on prend l’exemple du tensiomètre connecté, il permet de suivre de manière continue dans le temps l’évolution de sa tension, et donc de tester l’efficacité de tel ou tel traitement entre deux visites médicales. Cela peut être un atout considérable pour le médecin ou le pharmacien. >>> Découvrez notre dossier complet sur la santé connectée De plus, la démocratisation des objets connectés réduit drastiquement le coût d’un suivi à distance des maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque, hypertension…) car chaque patient peut utiliser simplement ces technologies avec son Smartphone, et envoyer les données à son médecin. Ces objets facilitent aussi la connaissance de ce qui se passe à la sortie de l’hôpital, par exemple pour la chirurgie de l’obésité, les interventions sur le cœur ou même les prothèses de hanche. Cette connaissance facilite la rééducation et permet d’intervenir à temps pour éviter les ré-hospitalisation. Ceci profite au patient et permet de diminuer les dépenses de santé. Doit-on anticiper une évolution des recommandations des intervenants de santé, des prescriptions médecins, des remboursements de la sécurité sociale ? Le contexte actuel de l’Assurance Maladie oblige les intervenant de santé à se positionner en faveur de l’innovation technologique. D’un côté, le vieillissement démographique entraîne une augmentation des maladies chroniques, une augmentation des besoins et une forte hausse des dépenses de santé. De l’autre, il faut maîtriser les dépenses et lutter contre la désertification médicale. Les objets connectés offrent un moyen de sortir par le haut de ce dilemme, en permettant de faire mieux et moins cher, d’abord en créant de véritables réflexes de prévention chez les personnes saines ou à risques, ensuite en permettant de mieux suivre les malades à distance. Avant le remboursement des objets connectés, nous verrons la mise en place d’incitations fiscales à promouvoir les technologies de prévention, par exemple dans les entreprises ou chez les assureurs. L’investissement dans la prévention aujourd’hui est une source d’économie à plus court terme qu’on ne l’imagine. >>> Retrouvez les autres éditos d’Emmanuel Gadenne, ou nos articles sur les trackers les plus en vogue.”
Via Celine Sportisse, Paris Healthcare Week, Emmanuelle Darsonval, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from eSanté - Objets Connectés - Quantified Self
Scoop.it!

Objets connectés : le casse-tête du made in France

Objets connectés : le casse-tête du made in France | Veille #msanté | Scoop.it
“ Fabriquer des objets connectés en France n’est pas si simple. En cause, le manque de réactivité et de compétitivité. Des industriels appellent à une concertation entre les acteurs de toute la chaîne de valeur sous l’égide de l’État.”
Via Jérôme Iglesias
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Buzz e-sante
Scoop.it!

Infographic: The Rise of Clinical Mobility in Healthcare

Infographic: The Rise of Clinical Mobility in Healthcare | Veille #msanté | Scoop.it
“ Infographic examines how clinical mobility solutions — critical to clinical workflows — are making data more readily available, improving workflow, etc.”
Via Richard Meyer, Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Santé, eSanté, mSanté, santé numérique, Quantified Self et télémédecine... Toute l'actualité sur la santé de demain (en français)
Scoop.it!

Les Google Glass utilisées à l'hôpital pour accéder aux données patients

Les Google Glass utilisées à l'hôpital pour accéder aux données patients | Veille #msanté | Scoop.it
“ Un hôpital de Boston a équipé les médecins de son service des urgences de Google Glass. Via un QR code, ils peuvent accéder aux données médicales des patients hospitalisés.”
Via Henri Lefèvre, Celine Sportisse
more...
Xavier Mouly's curator insight, March 20, 2014 5:43 PM

Les usages professionnels des Google Glass sont décidément innombrables... !!

Rescooped by ACS WebSanté from Digitized Health
Scoop.it!

Who put the 'm' in mHealth? - mHealthNews (blog)

Who put the 'm' in mHealth? - mHealthNews (blog) | Veille #msanté | Scoop.it
“ Who put the 'm' in mHealth? mHealthNews (blog) mHealth is currently a topic of much discussion. But nobody really knows what it is, and nobody has defined what it is – everybody's interpretation is different.”
Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Digitized Health
Scoop.it!

QR codes on patient room doors integrates Google Glass into hospital care

“ Over the past few months, Beth Israel Deaconess has been the pilot site for a new approach to clinical information technology, wearable computing.”
Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from WEARABLES - INSIDABLES - IOT - CONNECTED DEVICES - QUANTIFIEDSELF
Scoop.it!

The Monitored Man

The Monitored Man | Veille #msanté | Scoop.it
“After six months of heavy use of activity-monitoring gadgets — sometimes wearing four at a time — the author reports back.”
Via COUCH Medcomms, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Santé, eSanté, mSanté, santé numérique, Quantified Self et télémédecine... Toute l'actualité sur la santé de demain (en français)
Scoop.it!

À quoi ressemblera l'homme connecté de 2014

À quoi ressemblera l'homme connecté de 2014 | Veille #msanté | Scoop.it
“ PROSPECTIVE - Serions-nous à l'aube d'une nouvelle ère technologique? 7 ans après la présentation de l'iPhone et l'avènement des smartphones, beaucoup y croient.”
Via Celine Sportisse
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Le marché français des objets connectés évalué à 240 millions d’Euros en 2014

Le marché français des objets connectés évalué à 240 millions d’Euros en 2014 | Veille #msanté | Scoop.it
Le marché des objets connectés pour la santé et la maison représentait 150 millions d’Euros en France en 2013 soit 1% des dépenses High Tech selon l’institut d’étude Xerfi. Le marché porté par les acteurs Français comme Parrot, Netatmo ou Withings devrait s’élever à 240 millions d’Euros en 2014, 355 Millions d’Euros en 2015 et 500 millions d’Euros en 2016 soit une croissance de 50% par an. En 2016, Xerfi estime que le marché des objets connectés représentera 3% des dépenses high-Tech des français. Les montres connectées et les solution domotiques liées aux box des fournisseurs d’accès devraient dominer le marché, même si Xerfi anticipe dans les prochaines années une tendance à la baisse des prix, récurrente sur les marchés high tech. Le succès de l’Internet des objets qui induit une économie «servicielle» au-delà des objets dépendra en grande partie de la capacité des acteurs du segment à innover en matière de partenariats. En savoir plus sur http://www.viuz.com/2014/03/04/le-marche-francais-des-objets-connectes-evalue-a-240-millions-deuros-en-2014/#hM2yW3lDTAKWavWS.99
Via Amandine Barrau, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Healthcare, Social Media, Digital Health & Innovations
Scoop.it!

Top Ways Doctors Can Use Their Smartphone

Top Ways Doctors Can Use Their Smartphone | Veille #msanté | Scoop.it
“These days, it's rare to find someone who doesn't own a smartphone. With their portability, quick Internet access and ever-increasing technical capabilities”
Via Parag Vora
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Nike ne concevra plus d'objets connectés et met fin au Fuelband

Nike ne concevra plus d'objets connectés et met fin au Fuelband | Veille #msanté | Scoop.it
“ Nike annonce qu’il réoriente sa stratégie vis à vis du quantified self et qu’il n’entend plus à l’avenir commercialiser des accessoires par lui même. C’est la fin du bracelet Fuelband SE. A la surprise générale, Nike a annoncé avoir l’intention de licencier son équipe chargée de la conception d’objets connectés pour le sport, dont le Fuelband SE et d’autres accessoires de Quantified Self. En réalité, Nike ne désertera pas complètement le secteur mais entend se focaliser sur les logiciels plutôt que sur le matériel. Tous les employés chargés de la conception produit et de la fabrication du Fuelband seront donc licenciés. Quant à la prochaine version du bracelet connecté pourtant très populaire pour le sport connecté, elle sera tout simplement mise au placard… définitivement. A quoi faut-il s’attendre ? L’équipementier sportif Nike a confirmé les informations du magazine américain CNET qui annonçait que Nike se retirait du marché des capteurs d’activité et stopperait rapidement la fabrication de son bracelet connecté baptisé FuelBand. En fait, Nike compte tout simplement abandonner toute activité de fabrication de matériel et d’objets connectés pour se concentrer sur le développement de logiciels dédiés au Quantified Self et aux sports. Sans le formuler aussi clairement, Nike compte ainsi intégrer ses logiciels dans les accessoires stars du marchés comme les montres connectées de Samsung ou la future iWatch d’Apple plutôt que d’être perçu comme un concurrent par ces mastodontes de l’électronique grand-public. Un signe de l’arrivée de l’iWatch ? On peut le penser puisque Tim Cook, CEO d’Apple est aussi membre du conseil d’administration de Nike depuis 2005. Ce dernier aurait pu influencer la stratégie de Nike vers une logique de partenariats avec les fabricants plutôt que de leur faire une concurrence sur un terrain que l’équipementier maitrise mal. Les effectifs de la division FuelBand chez Nike vont ainsi diminuer significativement même si le FuelBand SE continuera d’être supporté. Nike a maintenu la sortie de 2 nouveaux coloris et de quelques améliorations du logiciel Nike+ FuelBand. Les raisons de l’échec de Nike : Des sources proches de Nike ont expliqué au magazine américain Re/Code que ces décisions avaient fait l’objet de discussions depuis plusieurs mois au sein de l’entreprise. Le géant Nike ne savait plus vraiment quoi faire de cette activité qui lui coûte cher et dont les produits sont compliqués à fabriquer tandis qu’ils ne dégagent pas de marges significatives. Nike a aussi échoué à constituer une équipe pointue, spécialisée dans le retraitement des données récoltées par ses bracelets connectés et capable de lancer une application mobile pour Android. Bref, c’est une fin de parcours anticipée pour le Fuelband SE, que nous avions testé pour vous récemment, et qui n’a plus guère d’espoir de connaitre un remplaçant. source : recode.net ”
Via Cluster #IoT - CITC, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Websalute, e-santé, e-health, #hcsmeuit
Scoop.it!

Infographie : l'#application mobile au coeur de la #msanté

Infographie : l'#application mobile au coeur de la #msanté | Veille #msanté | Scoop.it

Via Agathe Quignot, Giovanna Marsico
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Santé, eSanté, mSanté, santé numérique, Quantified Self et télémédecine... Toute l'actualité sur la santé de demain (en français)
Scoop.it!

Financer la santé à l'heure des objets connectés et du big data (with images, tweets) #iot #quantifiedself #hcsmeufr

“ Conférence Renaissance Numérique, co-organisée avec Orange Healthcare”
Via Lionel Reichardt / le Pharmageek, Rémy TESTON, Celine Sportisse
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from "Autonomisation du patient en France : littératie en santé, ETP, patients experts et e-patients | e-santé | TIC & hôpital numérique | Santé publique | Droits des patients | Prof. de santé & médias sociaux" by VAB Traductions
Scoop.it!

dmdPost - Médecins et apps de santé : jusqu'où et pourquoi adhèrent-ils ?

dmdPost - Médecins et apps de santé : jusqu'où et pourquoi adhèrent-ils ? | Veille #msanté | Scoop.it
“ Mais que font les professionnels de santé des applis à leur disposition pour accompagner leur pratique ? Les utilisent-ils seulement ? Où vont-ils les...”
Via VAB Traductions
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Healthbook : plus de détails sur l'application santé d'iOS 8

Healthbook : plus de détails sur l'application santé d'iOS 8 | Veille #msanté | Scoop.it
omme on peut l’imaginer, Apple travaille dur au développement d’iOS 8, qui devrait faire son apparition en même temps que la prochaine génération d’iPhone (ou pas). Cela laisse donc un peu de temps pour que se propagent les rumeurs les plus folles, et parmi celles-ci on compte la présence d’une toute nouvelle application, Healthbook. Cette app (qui pourrait ne pas être disponible avec iOS 8, mais plus tard) a pour mission de centraliser toutes les données santé de l’utilisateur. Dans une interface à la Passbook (l’app que personne n’a jamais utilisé ou presque), Healthbook devrait se montrer capable d’enregistrer et d’analyser l’activité physique, les habitudes de sommeil ou encore les variations de poids – mieux encore, elle serait capable de retracer la pression sanguine et le taux de glucose. Si l’iPhone pourra de lui-même livrer certaines des informations (le co-processeur M7 sait calculer le nombre de pas, par exemple), il en va tout autrement d’autres données, en particulier tout ce qui a trait au sang. Il est toujours possible que l’application laissera l’utilisateur rentrer ces infos à la main, mais de nombreux bruits de couloir ont laissé penser que l’iWatch serait capable de tels prodiges… même si d’un point de vue strictement technique, cela paraît assez improbable. Apple peut aussi assurer la compatibilité d’Healthbook avec des périphériques tiers, qu’il s’agisse de terminaux de calcul de taux de glucose ou de bracelets santé. À noter que les captures écran sont des mockup.
Via dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Buzz e-sante
Scoop.it!

Big data puts the doctor in your pocket

Big data puts the doctor in your pocket | Veille #msanté | Scoop.it
We are moving from a world where we treat illnesses to one where we predict and prevent them, advised by mobile doctors in our pockets. This new era of medicine is being driven by an explosion in health-related data from a growing range of public and private sources, analysed by increasingly powerful number-crunching computers. And now that sequencing human genomes is getting faster and cheaper, the days of truly personalised healthcare are drawing closer.
Via Alex Butler, Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from M-HEALTH By PHARMAGEEK
Scoop.it!

La m-health rendrait-elle plus effective la prise en charge des maladies chroniques ? | L'Atelier: Disruptive innovation

La m-health rendrait-elle plus effective la prise en charge des maladies chroniques ? | L'Atelier: Disruptive innovation | Veille #msanté | Scoop.it
“Alors que le financement du système de santé pose sans cesse problème, les applications de bien-être pourraient faire évoluer son modèle et faire progresser les pratiques”
Via Géraldine GOULINET FITE, Marie Françoise de Roulhac, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from WEARABLES - INSIDABLES - IOT - CONNECTED DEVICES - QUANTIFIEDSELF
Scoop.it!

Le tensiomètre iHealth BP5 utilisé par l APHP #hcsmeufr

Le tensiomètre iHealth BP5 utilisé par l APHP #hcsmeufr | Veille #msanté | Scoop.it
“Présentation du nouveau matériel de gériatrie à l'AP-HP Charles Foix d'Ivry sur Seine.”
Via Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Le numérique au service de la santé à domicile et de l’autonomie
Scoop.it!

Objets connectés : de nouveaux enjeux

Objets connectés : de nouveaux enjeux | Veille #msanté | Scoop.it
“Récemment, j'assistais au Web in Provence, un événement web, situé dans le Sud de la France, comme son nom le laisse à entendre. Pour cette première édition de networking-apéro, rassemblant to”
Via France Silver Eco
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Digitized Health
Scoop.it!

Santé mobile, innovation digitale pour les patients : QR sur les boites de médicaments.

Santé mobile, innovation digitale pour les patients : QR sur les boites de médicaments. | Veille #msanté | Scoop.it
“ Sanofi est la 1ère entreprise de l’industrie pharmaceutique en France, avec 49 sites et 28 000 collaborateurs”
Via Emmanuel Capitaine
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from e-santé
Scoop.it!

Archos se lance dans la santé connectée

Archos se lance dans la santé connectée | Veille #msanté | Scoop.it
“ La société française spécialisée dans le mobile Archos se positionne sur le marché du Quantified self avec le lancement de plusieurs objets connectés. Découverte. Très présente sur le marché du mob...”
Via www.pharminfo.fr
more...
No comment yet.
Rescooped by ACS WebSanté from Santé, eSanté, mSanté, santé numérique, Quantified Self et télémédecine... Toute l'actualité sur la santé de demain (en français)
Scoop.it!

MeetUp #QuantifiedSelf Santé et données personnelles

MeetUp #QuantifiedSelf Santé et données personnelles | Veille #msanté | Scoop.it

Via Antoine POIGNANT, MD, Celine Sportisse
more...
No comment yet.