Veille Actualité
173 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom: les réseaux, "pépite" de l'activité énergie du groupe

Le futur Alstom est donc en train de se dessiner, avec une activité basée en grande majorité sur les transports. Le groupe restera toutefois présent dans l'énergie via trois co-entreprises avec l'américain, dont l'une porte sur un véritable métier d'avenir: le "grid" ou les réseaux.

 

C'est l'une des pépites que visait General Electric. Ce métier, sur lequel Alstom est un pionnier, renvoie à ce que seront les grands enjeux énergétiques de demain: optimiser la consommation des appareils électriques.

 

Cela passe par le mariage entre les infrastructures d'électricité et les  nouvelles technologies, puisque le principe est d'installer des  compteurs dits "intelligents" dans les bureaux et habitations pour  suivre la consommation des appareils et permettre aux réseaux de  distribution de communiquer entre eux.

 

Bref c'est une véritable "toile" qui est en train de se tisser. Un marché exponentiel sur lequel Alstom possède aujourd'hui une sérieuse expertise. Cette activité représente déjà 20% de son chiffre d'affaire dans l'énergie.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom: comment l'Etat va financer son entrée au capital

Lundi 23 juin, Arnaud Montebourg a rappelé que l'Etat entrera au capital du groupe français via l'APE (Agence des Participations de l'Etat), en assurant que ce rachat d'actions ne coûterait pas un centime au contribuable.  La raison: l'Etat actionnaire dispose en caisse "de 2,7 milliards d'euros". Ces recettes proviennent essentiellement des ventes de diverses participations opérées l'an dernier. En mars 2013, la vente de 3,12% de Safran avait permis de récolter 448 millions d'euros. En avril, deux ventes d'actions EADS ont permis de glaner 1,19 milliard d'euros.  Enfin, en juin 2013, l'Etat a vendu pour 9,5%  du capital d'Aéroports de Paris, pour 738 millions d'euros.

 

Ainsi, l'Agence  des participations de l'Etat (APE) détenait à fin mai pour  88,447 milliards  d'euros d'actions cotées.

 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Le patron de Mitsubishi Heavy Industries dévoile sa vision d’un Alstom partiellement

Le patron de Mitsubishi Heavy Industries dévoile sa vision d’un Alstom partiellement | Veille Actualité | Scoop.it

"Intégrité, long terme et harmonie". C’est par ce résumé de la philosophie affichée dans son entreprise que Shunichi Miyanaga, le patron de Mitsubishi Heavy Industries, a conclu la conférence de presse de ce mardi 17 juin.

Joe Kaeser, Siemens, s’est montré offensif et a insisté sur la "supériorité" de leur offre qui valorise l’énergie d’Alstom de 1,9 milliard d’euros de plus que celle de General Electric et promet 2 000 emplois et apprentis contre 1 000 emplois pour l’américain. Le japonais, de son côté, a mis en avant la manière "à la japonaise, en douceur" avec laquelle MHI entendait procéder avec Alstom.

 

Pour Shunichi Miyanaga, la part de 10% qu’il propose de prendre dans le capital d’Alstom, est une façon "de montrer qu’on est là pour soutenir Alstom sur le long terme". Dans cette optique, le dirigeant estime qu’il serait "très utile" que l’Etat prenne aussi une participation dans Alstom.  "Nous proposons d’être actionnaire minoritaire car nous souhaitons qu’Alstom reste indépendant et français." Et d’insister, à propos d’Alstom et des filiales dans la vapeur, les réseaux et l’hydroélectricité, dont il prendrait des participations minoritaires : "La gouvernance sera le fait d’Alstom."

 

Les turbines à gaz de MHPS remplaceraient celles d’Alstom

Le PDG de MHI a précisé ses plans pour ces activités. "Nous voulons développer des synergies profitables aux deux entreprises", a résumé le dirigeant. Et d’abord pour le cœur d’Alstom, le thermique. C’est la coentreprise MHI-Hitachi, MHPS, opérationnelle depuis février et dont MHI détient 65%, qui prendra 40% des turbines à vapeur d’Alstom.

 

Pour les turbines à vapeur de plus forte puissance d’Alstom pour le charbon et le nucléaire, comme pour les équipements du français dans l’hydroélectricité et les réseaux, Shunichi Miyanaga a exprimé son souhait de les introduire au Japon et plus généralement en Asie, notamment à travers les projets financés par des fonds japonais à l’export.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom : Mitsubishi et Siemens présentent leur offre lundi

Alstom : Mitsubishi et Siemens présentent leur offre lundi | Veille Actualité | Scoop.it
biscontiv's insight:
L'« Airbus franco-allemand de l'énergie », promis en début d'année par François Hollande, semble bien loin.

Concrètement, le géant munichois ne proposerait guère plus que de reprendre les activités turbines à gaz d'Alstom, pour un montant d'environ 4 milliards d'euros.

« Siemens estime qu'il n'est pas opportun, compte tenu de ses propres difficultés et des risques de position dominante, de provoquer un big bang des secteurs de l'énergie et des transports », explique un bon connaisseur du dossier. Les poursuites juridiques engagées aux Etats-Unis contre Alstom, où le français est accusé de corruption, auraient également refroidi les ardeurs des Allemands.

 

Autre nouveauté, Siemens aurait proposé au japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) de participer à son offre. Ce dernier serait notamment prêt à reprendre l'activité de turbines à vapeur d'Alstom, qui comprend les Arabelle utilisées dans les centrales nucléaires françaises en activité et dans les futurs EPR, les réacteurs de troisième génération.

 

Selon différentes sources, MHI devait également proposer d'apporter du numéraire ou des actifs à Alstom pour promouvoir les activités du français dans les réseaux électriques (Grid, « réseau électrique intelligent ») et les turbines hydrauliques. En revanche, l'éolien ne serait pas concerné, le gouvernement français privilégiant une alliance avec le groupe Areva pour cette activité.

En échange de ces différents apports, Mitsubishi Heavy Industries proposerait de prendre une participation de 10 % au capital d'Alstom.

 

De même, l'industriel japonais demanderait à l'Etat français de prendre une participation équivalente à la sienne, afin de désendetter Alstom et, surtout, de permettre à Bouygues, qui détient 29,3 % du capital du français, de trouver une porte de sortie.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

GE sort l'artillerie lourde pour convaincre les Français dans le dossier Alstom

GE sort l'artillerie lourde pour convaincre les Français dans le dossier Alstom | Veille Actualité | Scoop.it

Suspendu à la décision d'Alstom concernant son offre de reprise, l'américain General Electric multiplie les publicités pour gagner les faveurs de l'opinion publique. YouTube, Twitter, les chaînes de télévision, les grands quotidiens nationaux... la campagne de communication massive du conglomérat met avant tout en avant sa réussite industrielle dans l'Hexagone et les emplois qu'il génère.

La réussite du groupe en France, les sites industriels qui tournent à plein régime, les milliers d'emplois créés... Si vous étiez devant le tournoi de Roland-Garros le week-end dernier, vous n'avez pas pu rater la publicité télévisée de General Electric, le groupe américain qui souhaite racheter la branche énergie du français Alstom.

 

En plus de la publicité diffusée sur les grandes chaînes françaises depuis le week-end dernier (TF1, France2, Canal+ aux heures de grande écoute), des vidéos sont régulièrement postées sur le compte YouTube de GE Europe pour promouvoir les activités du groupe et diffuser des témoignages d'employés, notamment français. Dernière en date, cette vidéo postée le 28 mai mettant en avant le site industriel de GE à Belfort, qui raconte : "GE fait partie intégrante du paysage français depuis plus de 100 ans. À Belfort, nos salariés mettent leur talent à l'œuvre pour construire des turbines à gaz de classe mondiale. En France, ils font partie des 10 000 personnes qui viennent chaque jour travailler pour GE".

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

GE Seeking Partners on Alstom Assets to Win Approval

General Electric seeking approval from France’s government for its $17 billion Alstom SA energy bid, is in early-stage talks with nuclear-plant maker Areva SA and other French companies about asset sales or partnerships. GE is exploring concessions, including entering ventures in areas from nuclear power to wind-turbines to rail signaling.

Immelt works to return the company to its industrial roots and de-emphasize financial services.

Areva Deal

State-controlled Areva, the world’s biggest reactor-fuel supplier, may be at the center of any resolution for GE. For Areva, which is merging its unprofitable offshore wind turbine business with Spain’s Gamesa Corp. Tecnologica SA to share costs, buying Alstom’s offshore wind business would eliminate a rival that was selected by Electricite de France SA for a 2 billion-euro ($2.7 billion) contract to supply three wind farms in the country.

Maintenance Worries

Areva would have to decide whether to keep developing Alstom’s 6-megawatt offshore wind turbine, which has no gearbox, in parallel with its own 5-megawatt and 8-megawatt turbines using a gearbox to increase rotation speed and yield. That would also have an impact on plants and supply chains that Areva and Alstom both have pledged to build in France to win offshore wind tenders held by the state.

The government, EDF and Areva want to ensure that GE will continue to provide adequate maintenance services for Alstom’s steam turbines used in the non-nuclear part of France’s 58 reactors. The three parties also want to be sure that GE won’t block export of the turbines when French nuclear companies team up to bid for tenders abroad.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Décret Alstom : Bruxelles met en garde contre la tentation protectionniste

Manuel Valls a signé mercredi un décret qui permet à l’Etat de bloquer le rachat d’entreprises françaises par des investisseurs étrangers dans les secteurs du transport et de l’énergie. Le dispositif existe déjà en Allemagne ou aux Etats-Unis, fait valoir Matignon, tandis que Bruxelles adresse une mise en garde au gouvernement.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom : GE discute avec des investisseurs français sur l’éolien et l’hydroélectricité

GE est en discussion avec des investisseurs français pour leur céder une participation dans les activités éoliennes et hydroélectricité d’Alstom, au cas où il parviendrait à acquérir la  branche énergie de l’industriel français.

 

Vendredi dernier, une source gouvernementale indiquait aux « Echos » que le gouvernement français souhaiterait que les activités d’éoliennes en mer soient récupérées par Areva en cas de succès de l’offre de GE.

 

Jeff Immelt, s’était dit prêt à « accueillir des investisseurs français » au capital de son activité hydroélectrique, et à « étudier toute proposition d’acquisition de la part d’investisseurs français pour les activités éolien onshore et offshore d’Alstom ».

 

Concernant Alstom Transport, l’activité sur laquelle l’industriel français entend se concentrer, GE avait dit avoir « décidé d’étudier avec Alstom la possibilité de créer une joint-venture avec l’activité mondiale de signalisation de GE ».

 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Rappel 2012: Alstom remporte un contrat de 240 millions d’euros en Suède pour une liaison haute tension à courant continu (HVDC)

29/01/2012

 

Alstom Grid a signé un contrat d’environ 240M€ avec la compagnie d’électricité suédoise Svenska Kraftnät, dans le cadre d’un projet de réseau d’une capacité de 1 400 MW couvrant le sud-ouest du pays (South-West Link). Cette liaison permettra de relier Barkeryd, au centre de la Suède, à Hurva dans le sud, en faisant appel à la technologie haute tension à courant continu (HVDC).

 

Pour ce projet de transport d’électricité, Alstom Grid fournira sa technologie HVDC MaxSine™ basée sur des convertisseurs de source de tension . Aux termes du contrat, Alstom livrera des postes de conversion HVDC aux deux extrémités de la ligne, des systèmes de contrôle et de protection, des transformateurs convertisseurs, des équipements de poste électrique, et mènera les travaux de génie civil et la gestion de projet. Cette liaison sud-ouest devrait être achevée fin 2014.

 

Les principales entités d’Alstom concernées par ce projet seront le centre d’excellence HVDC de Stafford (ex site Areva T&D)  en Grande-Bretagne, Västerås, en Suède pour les activités sur site, et Paris pour la gestion globale du projet et l’ingénierie.

 

"Ce contrat renforce notre position comme acteur de premier plan sur le marché des réseaux HVDC. Il souligne notre volonté de fournir à nos clients des solutions clés en main offrant les technologies les plus avancées », déclare Grégoire Poux-Guillaume, président d’Alstom Grid.

 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom Acquisition Will Strenghten GE's Power Business But Roadblocks Exist In Deal Completion

Alstom Acquisition Will Strenghten GE's Power Business But Roadblocks Exist In Deal Completion | Veille Actualité | Scoop.it

Alstom acquisition will significantly enhance GE’s power business both technologically and geographically, especially in Europe. In addition, it would also advance the ongoing shift in GE’s portfolio towards its industrial segments.

Currently, GE generates about 55% of its earnings from the industrial businesses with the remaining coming from its financial businesses. The company seeks to raise this share of industrial businesses to 70% in its earnings-mix by 2015 end. We figure acquisition of Alstom’s power and grid businesses will bolster GE’s power business as the global demand for power generation is rising, especially from the emerging countries. GE and Alstom through their turbines, which harness energy sources such as coal, gas and wind for power, are seeking to capture as large a share as possible of this growing global power generation capacity.

 

GE and Alstom’s power businesses are highly complementary. While GE is a leader in gas turbines, Alstom has a strong portfolio of coal-based turbines. Separately, Alstom’s extensive presence in the European market will significantly expand the geographical spread in GE’s power business. In addition, as coal-fired power plants are more popular in the fast growing emerging markets, GE through Alstom’s coal-fueled turbines will benefit from this rapid growth.

 

Separately, apart from strengthening GE’s power business, this acquisition will likely also help GE save on taxes.

However, significant roadblocks to this deal exist. French Economy Minister Arnaud Montebourg on May 6, in a letter to GE CEO, Jeff Immelt, said that the government of France will not support the deal in its present form as the acquisition will leave Alstom diminished. After selling its power and grid businesses, Alstom will be left with its train business which constitutes only about 30% of its overall revenue. The French minister has instead proposed that GE could in return of Alstom’s power and grid businesses sell its own locomotive and rail signalling businesses to Alstom, which makes France’s iconic bullet trains, the TGVs. As Alstom is also a key component supplier to France’s nuclear industry, the French government could invoke its laws that prevent sale of strategic assets to foreign companies. 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom : le gouvernement réfléchit à confier l'éolien en mer à Areva

Alstom : le gouvernement réfléchit à confier l'éolien en mer à Areva | Veille Actualité | Scoop.it

Selon nos informations, le gouvernement souhaiterait, dans le cas d'un succès de l'offre de GE sur Alstom, que l'activité d'éoliennes en mer de ce dernier soit récupérée par Areva. « Il y a un intérêt à avoir un seul acteur français sur ce secteur », justifie une source gouvernementale. Le groupe nucléaire public s'est, lui aussi, développé dans les turbines offshore et bataille contre Alstom dans les appels d'offres français - c'est d'ailleurs lui qui vient de remporter la fourniture des turbines pour les deux champs du dernier appel d'offres.

La négociation avec GE serait facilitée par le peu d'entrain du conglomérat américain sur l'activité de l'éolien en mer.

Areva vient de constituer une coentreprise avec l'espagnol Gamesa pour partager les coûts de développement de ses éoliennes et dont il fait une priorité. Les deux acteurs français restent petits derrière Siemens. L'an dernier, le géant allemand s'est adjugé selon Reuters environ 60 % du marché européen des éoliennes offshore l'an dernier. De son côté, Alstom n'a encore installé aucune éolienne en mer, tandis qu'Areva espère en avoir implanté 120 d'ici à la fin de l'année, au large des côtes allemandes.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

P.Kron revient sur l'entrée de l'Etat au capital

biscontiv's insight:

Selon Patrick Kron, "il y aura demain plus de centres de décisions en France qu’il n’y en avait hier, car le centre de décision des turbines à vapeur sera basé à Belfort".

 

Sur la partie transport, Patrick Kron a estimé que son entreprise n’était pas fragilisée par la nouvelle alliance franco-américaine. Et a détaillé la façon dont sera réinjecté le cash compris dans l’échange: "une partie du cash va être réinvesti dans les coentreprises, une partie remboursera de la dette, une autre sera injectée dans Alstom Transport, une quatrième sera reversée aux actionnaires", a-t-il déclaré.

 

"Je n’étais pas demandeur de l’entrée de l’Etat au capital", a concédé P.Kron. "L’Etat l’a souhaité, c’est sa décision. Celle-ci est intelligente, car Alstom a un potentiel de valorisation important".

Cette entrée au capital peut-elle favoriser Alstom , notamment dans le transport ? "Il y a certains acheteurs publics dans le domaine du transport, ça peut aider en effet", a admis le dirigeant dans un sourire. 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

GE / Alstom: les détails de l'accord

GE Alstom: les détails de l'accord

biscontiv's insight:

Cette alliance va renforcer la présence de la France dans le secteur de l'énergie, tout en consolidant l’activité transport d’Alstom. Elle créera des emplois, permettra la mise en place de centres de décision mondiaux en France et fera perdurer le nom d’Alstom.

« Le montant de l’offre correspondant à cette alliance reste inchangé» a ajouté Jeff Immelt. “ L’opération a un effet relutif immédiat pour nos bénéfices, accélère la transition de notre portefeuille vers des entreprises industrielles, et contribue à l'élargissement de l'éventail de produits et de services que nous proposons à notre clientèle.”

Les détails de l'alliance, sont les suivants :

1- Créer une Alliance pour la transition énergétique

Afin de renforcer la présence de la France et d’Alstom dans le secteur de l’énergie et d’appuyer la transition énergétique du pays, GE et Alstom vont créer deux co-entreprises. Ces co-entreprises développeront et proposeront une technologie et des services de pointe aux clients, partout dans le monde, sous les marques GE et Alstom :

Réseaux : GE et Alstom créeront une entreprise mondiale d’activités de réseaux basée en France, en rapprochant leurs actifs de réseaux, chacune des deux sociétés prenant une participation de 50 % dans la nouvelle entreprise.Énergies renouvelables : GE et Alstom créeront une co-entreprise dans le domaine des énergies renouvelables, basée en France. Cette co-entreprise sera constituée des activités Hydro-électrique et Eolien en mer d'Alstom, avec une participation de 50 % pour chacune des deux sociétés.2- Créer une Alliance mondiale dans le nucléaire et pour les turbines à vapeur en France

GE et Alstom vont créer une alliance mondiale dans le nucléaire et française pour les turbines à vapeur en France afin de garantir que la technologie des turbines à vapeur pour centrales nucléaires reste française. Cette alliance inclut :

La production et la maintenance de la ligne des équipements pour centrales nucléaires et la vente de nouveaux équipements pour le nucléaire à travers le monde.La ligne de produits de turbines à vapeur d’Alstom et leur maintenance sur le marché français.

Cette alliance sera à parité égale entre GE et Alstom (50/50) incluant des actions préférentielles accordant à l’Etat français un droit de veto ainsi que des droits de gouvernance spécifiques dans le domaine de la sécurité et des technologies pour centrales nucléaires en France.

En complément, la propriété intellectuelle de la technologie des turbines à vapeur Arabelle d’Alstom sera logée dans une structure ad hoc, détenue à 100% par l’Etat français. Le gouvernement pourra ainsi accorder des licences à des tiers dans l’hypothèse où GE ne serait pas en mesure de fournir les turbines à vapeur Arabelle destinées à un projet nucléaire d’EDF/Areva. GE s’est également engagé à poursuivre sur le long terme le développement de la technologie Arabelle et la maintenance des installations nucléaires d’EDF.

3- Renforcer Alstom Transport

Pour renforcer davantage la filière Transport d'Alstom, GE et Alstom ont signé un protocole d'accord en vue de créer une alliance mondiale dans le Transport. Cette alliance prévoit :

La vente de l'activité de signalisation de GE à Alstom. Cette activité de signalisation de GE est un fournisseur majeur de systèmes de signalisation de bord et sur les voies, ainsi que de solutions de communication pour l'industrie ferroviaire mondiale.Un ensemble d'accords de coopération portant sur les services, la technologie, la chaîne logistique, la fabrication, et l’assistance commerciale aux Etats-Unis.

Cette alliance renforcera Alstom grâce à la puissance de GE dans l’activité fret, et en Amérique du Nord en complément de la position mondiale d’Alstom dans le transport de voyageurs.

4- Créer des emplois hautement qualifiés

GE s'est engagé à créer 1000 nouveaux emplois en France, principalement dans des domaines à forte valeur ajoutée tels que la fabrication et l'ingénierie. Cet engagement sera suivi par un auditeur indépendant, et fera l’objet de pénalités financières si l'objectif n'est pas atteint. Ces emplois viendront s'ajouter aux salariés d’Alstom dans le secteur de l’énergie et aux engagements pris en France concernant l’Eolien en mer.

5- La France disposera désormais de champions dans l’Energie et le Transport

GE-Alstom localisera en France pour ses activités énergie quatre centres de décisions mondiaux et leurs directions: réseaux (y compris pour les activités de réseaux actuelles de GE), Eolien en mer, Hydroélectrique et turbines à vapeur. Ces nouveaux centres de décision viendront en complément du siège européen des activités européennes Energie de GE basé à Belfort depuis 1999. Par ailleurs, les activités Transport d’Alstom seront renforcées grâce à l’apport de l’activité Signalisation de GE. Le nom d’Alstom perdurera au travers de son activité transport et dans le secteur de l’énergie.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom-GE: "Un projet trois fois gagnant", se félicite Patrick Kron

"C'est un projet trois fois gagnant", lance Patrick Kron, patron d'Alstom.  Pour les activités énergie de son entreprise, "il devrait renforcer les  positions et les emplois", pour celle de GE, "l'alliance s'inscrirait  parfaitement dans sa logique industrielle, enfin pour l'Etat, le projet répond  "aux préoccupations du gouvernement".

"Nos entreprises sont complémentaires", renchérit dans le JDD  Jeffrey Immelt, patron de GE. "Nous sommes en mesure d'accélérer la croissance  d'Alstom [dont] nous connaissons [les] équipes depuis longtemps", avance-t-il,  avant de souligner que "cet accord est aussi bon pour la France".

 

La validité de l'offre, validée samedi par le Conseil d'administration  d'Alstom, reste toutefois suspendue aux négociations entre l'Etat et Bouygues.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

L'offre de Siemens et Mitsubishi sur Alstom en cinq points clés

L'offre de Siemens et Mitsubishi sur Alstom en cinq points clés | Veille Actualité | Scoop.it

L'offre germano-nipponne sur Alstom, dévoilée lundi 16 juin, est avant tout une proposition d'alliances multiples avec Mitsubishi Heavy Industries. Siemens ne s'octroierait au passage que les turbines à gaz du français.

 

1. MHI entre au capital d'Alstom en rachetant une partie des parts de Bouygues.

Le japonais prévoit d'abord de "devenir un actionnaire de référence engagé sur le long terme en proposant de reprendre jusqu'à 10% de participation à Bouygues". Une participation similaire de l'Etat a été évoquée par ailleurs. L'ensemble représenterait environ les deux tiers des 29,6% de Bouygues, soit un montant d'environ 1,5 milliard d'euros.

 

2. MHI prend des participations minoritaires dans la vapeur, l'hydroélecricité et les réseaux

MHI apporte une vraie alternative à l'offre de rachat de General Electric en proposant une stratégie d'alliance industrielle à Alstom. Le japonais propose de créer trois coentreprises avec Alstom en rachetant 40% de l'activité turbines à vapeur du français (celles pour le nucléaire inclus), 20% de ses actifs dans les réseaux électriques et 20% de l'activité hydroélectricité d'Alstom. Le tout pour 3,1 milliards d'euros.

MHI propose dans ce cadre de conclure plusieurs accords de coopération avec Alstom dans la R&D, la mutualisation des achats, le partage des meilleurs pratiques dans la production, les contrats clés en mains, les services et la commercialisation des produits d'Alstom et de la nouvelle coentreprise MHI-Hitachi dans les centrales thermiques, MHPS.

 

3. Siemens se borne à racheter l'activité turbines à gaz d'Alstom

Bien loin de ses prétentions initiales et comme cela se dessinait depuis la semaine dernière, Siemens n'est qu'un acteur minoritaire de l'offre rivale de celle de General Electric. L'allemand se borne à proposer de racheter "100% de l'activité d'Alstom dans les turbines à gaz, en incluant les contrats de service afférents, pour un montant en numéraire de 3,9 milliards d'euros".

 

Il n' est plus question aujourd'hui d'un apport de l'activité Signalisation de siemens, sinon à travers une déclaration d'intention : "Siemens entend faire toute diligence pour étudier, de bonne foi, les solutions qui permettraient de créer un solide champion européen de dimension mondiale".

 

5. Les garanties sur l'emploi et les centres de décision s'alignent sur celles de GE

La question des centres de décision se borne à celui de l'activité gaz rachetée par Siemens. Réponse : "Siemens prévoit d’implanter en France son siège européen pour les activités de service conjointes liées aux turbines à gaz." Cette proposition paraît très limitée, mais logique dans la mesure où l'essentiel de la fabrication des turbines à gaz d'Alstom est en Suisse (où est localisé le siège de cette activité) et en Allemagne.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Reprise de la branche énergie d'Alstom : le coup de théâtre

Le président de la République, François Hollande, a réuni jeudi 12 juin, aux aurores, les principaux acteurs qui suivent ce dossier autour de lui dont le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg et le Directeur de l’Agence des participations de l’Etat David Azema.

 

Siemens, qui jusqu'à présent avançait seul, s'apprête désormais à faire une offre conjointe avec le japonais Mitsubishi. Mitsubishi reprendrait à Alstom les activités turbines à vapeur utilisées dans les centrales nucléaires françaises, ainsi que les activités transmission électrique et l’éolien.

Siemens rachèterait pour sa part les turbines à gaz d'Alstom et lui cèderait parallèlement ses activités transports.

 

Cette proposition reste à confirmer, et l'on entends par ailleurs dire que l'acquisition de la branche Energie, valorisée à 7Mds€ par SIEMENS, sera faite également avec le japonais Hitachi (qui s'est déjà dit intéressé par la partie grid).

 

Certains analystes y voient le démantèlement pur et simple d’Alstom.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom : pourquoi Siemens hésite

Alstom : pourquoi Siemens hésite | Veille Actualité | Scoop.it
Siemens « a écrit ce matin à Alstom pour leur demander des précisions, approfondir la connaissance de l'entreprise (...), dans le but évidemment de développer, certainement, une proposition », a révélé, mardi après-midi, A. Montebourg.Selon nos informations, Siemens chercherait à mieux cerner les risques financiers liés à un rachat de la division énergie d'Alstom. Le groupe allemand demanderait notamment davantage d'informations sur les litiges en cours aux Etats-Unis, au Brésil ou au Royaume-Uni, ainsi que sur les éventuelles réclamations portant sur les équipements vendus par le français.

On se souvient qu'au début des années 2000, Alstom avait dû payer 4 milliards d'euros d'indemnités à plusieurs de ses clients pour cause de turbines défectueuses.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Les éoliennes d’Alstom chez Areva ? Pas si simple !

Les deux appels d’offres français dans l’éolien offshore ont réparti les champs mis en jeu de manière équitable entre les deux turbiniers : 3 pour Areva, 3 pour Alstom. La pertinence d’avoir deux champions pour ce marché encore nouveau a été souvent discutée. L’absorption de l’éolien d’Alstom par Areva ferait émerger un seul turbinier tricolore, avec un carnet de commandes bien garni dans l’offshore. Mais, cela supposerait pour Areva de revoir de fond en comble sa stratégie.

 

En finir avec la stratégie de pure player de l’offshore

Première question : pourquoi Areva s’intéresserait-il à l’éolien terrestre ? Car Alstom vend, pour le moment, uniquement des turbines terrestres (il a remporté un appel d'offres pour l'éolien offshore mais n'a pas encore reçu de commande ferme). Areva a toujours revendiqué son positionnement exclusif sur l’offshore, dont les grands et complexes projets sont plus proches de la culture de l’entreprise.

 

Sauf que les difficultés d’Areva dans l’éolien viennent essentiellement d’un trou d’air dans les grands contrats offshore. Le marché plus régulier de l’éolien terrestre pourrait lisser l’activité du groupe. "Il ne faut pas oublier que l’offshore ne représente que 2% de la capacité éolienne installée. C’est un marché de niche. Le grand marché, c’est le terrestre, et Alstom pourrait être l’opportunité pour Areva d’y entrer", souligne un expert du secteur.

 

Areva a annoncé en ce début d’année être entré en négociations exclusives avec l’espagnol Gamesa pour former une coentreprise 50-50 dans l’éolien en mer. L’acquisition de l’éolien d’Alstom rendrait sans doute caduque ce projet d’alliance, sans pour autant retrouver les mêmes synergies.

 

Remettre en question les plans industriels français ?

Les appels d’offres français ont mis en avant le développement d’une véritable filière tricolore et des emplois associés. Areva comme Alstom ont des projets ambitieux d’implantations industrielles dans le Grand Ouest. Environ 100 millions d’euros devaient être investis par Alstom dans quatre usines : deux usines à Cherbourg (Manche) pour la construction des mâts et la fabrication par le danois LM Wind Power, des pales. Deux usines à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour l’assemblage des nacelles et la fabrication, par General Electric Power Conversion, des génératrices.

De son côté, Areva doit construire deux usines au Havre (Seine-Maritime) pour la fabrication des pales et l’assemblage des nacelles. ABB pour la génératrice, le finlandais Moventas pour la boîte de vitesse et le japonais NTN-SNR pour les roulements sont censés s’installer à ses côtés.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

GE ne cédera pas l’activité Grid d’Alstom à Toshiba

GE ne cédera pas l’activité Grid d’Alstom à Toshiba | Veille Actualité | Scoop.it

Le quotidien Nikkei indiquait jeudi que le conglomérat japonais envisageait de reprendre l’activité Grid du groupe français en cas de succès de l’offre de General Electric. GE affirme n’avoir aucune intention de céder cette division.

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Comme Toshiba, Hitachi intéressé par une partie des activités grid si GE remportait le deal

General Electric (GE) - Hitachi (HIT) CEO Nakanishi says the company would be open to exploring potential deals that may spill out of GE's proposed takeover of Alstom’s (ALO FP) energy assets. However, GE says it is not in discussions with Hitachi, adding that if its offer to Alstom is approved, it does not intend to sell the grid business. (WSJ)

 

source:http://www.proactiveinvestors.co.uk/columns/ransquawk/16175/us-equities-opening-headlines-including-us-equity-futures-trade-higher-ahead-of-the-open-on-wall-street--16175.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

rappel 2013: Alstom décroche un contrat de 1 milliard d’euros pour raccorder des éoliennes offshore au réseau allemand

rappel 2013: Alstom décroche un contrat de 1 milliard d’euros pour raccorder des éoliennes offshore au réseau allemand | Veille Actualité | Scoop.it

Le françaisAlstom a été choisi par l’opérateur de réseau haute-tension allemand Tennet Gmbh pour raccorder le futur champ éolien de Dolwin3, en mer du Nord, au réseau terrestre. Alstom rejoint ABB et Siemens qui avaient raflé les sept premiers projets de raccordement au réseau terrestre des lointaines fermes éoliennes offshore de la mer du Nord. Le huitième est pour Alstom (capacité prévue de 900 mégawatt).

 

Comme pour les sept premiers projets, l’éloignement des éoliennes par rapport aux côtes (plus de 80 km pour Dolwin3) impose de recourir à la technologie de courant continu à haute tension (HVDC). L’usage du traditionnel courant alternatif (AC) est en effet exclu pour des liaisons sous-marines  (ou souterraines) de plus de 50 à 70 kilomètres en raison de pertes rédhibitoires. Le schéma du raccordement - que mettra en place Alstom - consiste à connecter toutes les éoliennes en courant alternatif jusqu’à une plate-forme offshore. Celle-ci assurera la conversion en courant continu à haute tension (+/- 320 000 Volts). Un câble spécifique, fourni par le câblier Prysmian pour environ 350 millions d’euros supplémentaires, acheminera les 900 MW d’électricité jusqu’à terre, où une seconde station convertira le courant continu en courant alternatif pour l’injecter sur le réseau.

 

Version compacte de la technologie à thyristors

Plus précisément, c’est la dernière génération de la technologie HVDC qui est utilisée pour ces liaisons offshore. A base d’électronique de puissance, cette technologie dite VSC, pour Voltage Source Converter, est la version avancée et surtout compacte de la technologie traditionnelle à thyristors (interrupteurs électroniques semi-conducteurs), qui nécessite des filtres couvrant des superficies équivalentes à plusieurs terrains de football. La compacité du VSC est toute relative : les plates-formes pèsent tout de même quelque 20 000 tonnes. Surtout, c’est une technologie récente et complexe que seuls ABB, Siemens et Alstom maîtrisent. Tennet a dû l’étrenner en milieu marin pour satisfaire aux impératifs allemands de développement de l’éolien offshore. Pour l’instant, aucune installation n’est encore passée à l’exploitation commerciale. Sept projets aussi gros et innovants, c’était un peu trop, même pour des géants comme ABB et Siemens. Les deux électrotechniciens ont multiplié les retards et voient leurs marges fondre au fur et à mesure de la réévaluation à la hausse des coûts. L’an dernier, Siemens a provisionné une charge de 278 millions d’euros pour couvrir ces dépassements.

 

Mise en service prévue pour l’automne 2017. Du côté des prix, le projet, câble inclus, atteint presque 1,4 milliard d’euros alors que les autres projets n’ont pas dépassé le milliard.

 

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Siemens pourrait envisager de céder son pôle signalisation ferroviaire à Alstom

L'allemand Siemens est prêt à améliorer sa proposition pour acquérir le pôle énergie d'Alstom en cédant son activité de signalisation ferroviaire à Alstom Transport, a indiqué le journal Les Echos au cours du week-end.  

more...
No comment yet.
Scooped by biscontiv
Scoop.it!

Alstom : le japonais Toshiba se joint à la liste des prétendants

Alstom : le japonais Toshiba se joint à la liste des prétendants | Veille Actualité | Scoop.it
Le conglomérat industriel japonais Toshiba va faire une offre à General Electric (GE) pour reprendre une partie de la branche énergie du groupe français Alstom au cas où le géant américain parviendrait à l'acquérir, affirme le quotidien japonais Nikkei, jeudi 8 mai.

Le groupe nippon semble considérer que la priorité de GE n'est pas la partie distribution d'Alstom et que si Toshiba la prenait à sa charge, la somme à débourser pour GE en serait allégée d'autant.

Toshiba, qui a déjà une activité énergie très conséquente, avec des équipements pour centrales et autres appareils, a déjà acquis il y a quelque temps, pour 2,3 milliards de dollars (1,7 milliard d'euros), la société suisse Landis+Gyr, spécialiste des « compteurs électriques intelligents », équipements essentiels pour les réseaux électriques de nouvelle génération. S'il complétait par l'activité distribution d'Alstom (transformateurs, systèmes de gestion...), il deviendrait puissant dans ce domaine à l'échelle mondiale.

TOSHIBA POURRAIT TRIPLER SON CHIFFRE D'AFFAIRES

La distribution d'électricité représente un marché colossal, d'autant que les réseaux installés sont en voie d'évolution vers ce que l'on nomme généralement les « smart grids », des infrastructures qui couplent la gestion informatique à la distribution électrique stricto sensu.

 

more...
No comment yet.