US foreign policy
35 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

Webdoc : La glace et le ciel. L'histoire du changement climatique - Éducation Wild-Touch

Webdoc : La glace et le ciel. L'histoire du changement climatique - Éducation Wild-Touch | US foreign policy | Scoop.it

L’Antarctique a éveillé les fantasmes de plusieurs générations d’explorateurs. Inconnue jusqu’au XIXème siècle, la terra incognita est longtemps restée inexplorée. Depuis les années 1950, les scientifiques progressent sur ce territoire hostile et découvrent petit à petit les secrets qu’il protège. L’Antarctique est un immense continent de glace situé à l’extrémité sud de la Terre. Sa superficie est plus vaste que l’Europe (vingt-cinq fois la France) ou aussi grande que l’Inde et la Chine réunies !
Le socle rocheux est enfoui sous 2000 à 4500 mètres d’épaisseur de glace. Une glace qui n’a jamais disparu depuis que l’Antarctique s’est englacé il y a environ 34 millions d’années. Le climat de l’Antarctique est extrêmement rude, il y fait encore plus froid qu’en Arctique. Le froid est tellement saisissant que l’air en devient extrêmement sec, ce qui conduit à des précipitations très faibles. La température la plus froide enregistrée à la station russe Vostok, pôle de froid du continent, est - 89 degrés. Ce record a récemment été battu dans l’est de l’Antarctique avec un pic de froid enregistré à – 93,2°C. Durant l’été, l’Antarctique se réchauffe peu. Si la glace fond en partie sur les côtes du continent laissant apparaître la roche, elle reste présente à l’intérieur du continent. L’hiver austral est une nuit sidérale interminable.


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, April 22, 2015 4:06 AM

Claude Lorius est le premier scientifique a avoir prouvé l’impact des activités humaines sur le climat en étudiant les glaces de l’Antarctique. Sa vie extraordinaire mêle intimement la science à l’aventure polaire. Wild touch et Luc Jacquet vous invitent à partager cette épopée inédite pour mieux comprendre ces phénomènes gigantesques qui nous concernent tous.

Un Web documentaire remarquable, d'une grande qualité graphique et illustré de nombreuses photographies issues de archives du CNRS. Une découverte pour le plaisir et la curiosité à conseiller à tous les élèves !

Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Why the US has the most pro-Israel foreign policy in the world

Why the US has the most pro-Israel foreign policy in the world | US foreign policy | Scoop.it
Ever wondered why the United States is such a strong supporter of Israel? Here's your answer.
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

40 Maps That Explain The Middle East

40 Maps That Explain The Middle East | US foreign policy | Scoop.it
These maps are crucial for understanding the region's history, its present, and some of the most important stories there today.
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Géographie des conflits
Scoop.it!

Carte : Gaza, l'enclave étranglée (Le Monde)

Carte : Gaza, l'enclave étranglée (Le Monde) | US foreign policy | Scoop.it

Source de la carte : "Gaza, l'enclave étranglée", Le Monde, 26 juillet 2014. Le lien renvoie vers la version interactive de la carte.


Via Géographie de la ville en guerre
more...
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Geography Education
Scoop.it!

40 Maps That Explain The Middle East

40 Maps That Explain The Middle East | US foreign policy | Scoop.it
These maps are crucial for understanding the region's history, its present, and some of the most important stories there today.

Via Seth Dixon
more...
Lora Tortolani's curator insight, March 15, 2015 8:47 PM

It is interesting to see the same trends over and over again.  These maps are a great tool to show the history of the area, as well as the history of religion and political views.  I appreciate the information provided since the Middle East has undergone the most transitions (going all the way back to Mesopotamia) and its history can be confusing. 

Alex Vielman's curator insight, November 23, 2015 3:17 PM

Maps like the ones posted in this article, really helps people to understand and break down deeply of understanding the entire region as a whole. Visualization is very important in geography when trying to understand the region people are talking about. this region as goes down to the Mesopotamia Era. It is important to know, how the culture was in this area to how it differentiated during the Ottoman Empire. During the first couple of maps, we can begin to see the division of the entire region. As you go on, we begin to notice the divisions between people, religion, language between states and in-states. There is so much information to know about the Middle East region and it may be even harder to understand due to the tons of changes and separations, but it is important to understand these divisions like the Sunni's and the Shi'ites in order to fully explain the development and the current situations that are occurring in this region as we speak. 

Matt Ramsdell's curator insight, December 7, 2015 5:18 PM

These 40 maps are a very interesting way of showing how people have traveled around and moved about the Earth from the time of the fertile crescent era to the people of today. It shows us the paths that people have taken to move to a new location. How they used the Meditteranean Sea to move from one side to the other. It also shows how the Tigris and Euphrates came together to form a smaller area of the Persian gulf. This led to smalled economic growth because now there is less land for imports and exports.

Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Iraq and Syria: the situation in six maps

Iraq and Syria: the situation in six maps | US foreign policy | Scoop.it
What are the forces at work in Iraq and Syria that have brought us to the current conflict?
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Histoire, Géopolitique, Economie
Scoop.it!

French Tech, la « start-up connection » made in France

French Tech, la « start-up connection » made in France | US foreign policy | Scoop.it
Une quinzaine de métropoles ont déposé leur dossier de candidature à la labellisation « French Tech », valorisant un écosystème de start-up dynamique et de taille critique. Une poignée de projets très aboutis seront retenus à la rentrée. L'objectif du gouvernement est d'impulser un grand mouvement de mobilisation collective, donner de la visibilité à l'international aux creusets régionaux et placer la France sur la carte mondiale des grandes nations numériques.

Via Jonas Meyer
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Peace--Even If It Kills Us: The Obama Doctrine (AEG #124)

How Barack Obama's "Peace at all costs" approach to the War on Islam has released Terrorists back into play, why it should be prosecuted as treasonous behavi...
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Children at the Border

Children at the Border | US foreign policy | Scoop.it
The number of children crossing the U.S. border alone has doubled since last year. Answers to key questions on the crisis. (RT @nytimes: Answers to questions about the crisis of children crossing the U.S.
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Geopolitics, Security and Political Risk
Scoop.it!

US strikes $11bn arms deal with Qatar

US strikes $11bn arms deal with Qatar | US foreign policy | Scoop.it
Agreement to provide Apache attack helicopters and air-defence systems thought to be biggest US arms deal this year.

Via Middle East Prospects Forum
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Les territoires de l'innovation
Scoop.it!

Obama Orders 9,800 Troops to Remain in Afghanistan, With All Out by 2016

Obama Orders 9,800 Troops to Remain in Afghanistan, With All Out by 2016 | US foreign policy | Scoop.it
President Obama announced that he will keep 9,800 American troops in Afghanistan after 2014 for
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Maps: Crisis in Iraq

Maps: Crisis in Iraq | US foreign policy | Scoop.it
Militants from a group called the Islamic State in Iraq and Syria, or ISIS, are waging an offensive that have seen vast swaths of northern Iraq fall out of government hands.
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

L’impossible consensus sur le rôle international des Etats-Unis : la fin du siècle américain ?

L’impossible consensus sur le rôle international des Etats-Unis : la fin du siècle américain ? | US foreign policy | Scoop.it
J’ai participé le 23 mai au Congrès annuel des Américanistes (AFEA, Association française d’Etudes Américaines), dont le thème était cette année « Etats-Unis : modèle, contre-modèles… fin des modèl...
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

This is an astonishingly good Iran deal

The more you look at the terms of the nuclear framework agreement, the more favorable they look for the United States. That's surprising.
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Lancement réussi pour la fusée japonaise H-2A

Lancement réussi pour la fusée japonaise H-2A | US foreign policy | Scoop.it
Mission réussie pour le lanceur japonais H-2A qui a décollé mardi (voir le twitt photo ci-dessous) du sud de l’archipel pour placer dans...
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Géographie des conflits
Scoop.it!

Carte : Le choc des civilisations selon Samuel Huntington (Questions internationales)

Carte : Le choc des civilisations selon Samuel Huntington (Questions internationales) | US foreign policy | Scoop.it

Source : "L'Occident en débat", Questions internationales, n°41, janvier/février 2010.


Via Géographie de la ville en guerre
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Géopolitique & Cartographie
Scoop.it!

Elargissements de l'OTAN et l'UE: quelles relations ? Carte (...) - Institutions

Elargissements de l'OTAN et l'UE: quelles relations ? Carte (...) - Institutions | US foreign policy | Scoop.it

 

L’étude des élargissements de l’OTAN et de l’Union européenne fait apparaître un rythme quasi constant depuis la fin de la Guerre froide  : les pays deviennent d’abord membres de l’OTAN, et adhèrent ensuite à l’UE. Comme en témoigne ces cartes.

 


Via Vincent Lieser
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Geopolitics, Security and Political Risk
Scoop.it!

Obama on the World with Tom Friedman

President Barack Obama talks with the Op-Ed columnist Thomas L. Friedman about a wide range of issues at home and abroad. Produced by: Leslye Davis, A.J. Cha...

Via Middle East Prospects Forum
more...
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Water supply key to outcome of conflicts in Iraq and Syria, experts warn

Water supply key to outcome of conflicts in Iraq and Syria, experts warn | US foreign policy | Scoop.it
Security analysts in London and Baghdad say control of rivers and dams has become a major tactical weapon for ISIS.
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

What Is the Dahiya Doctrine? - The Real News Network

What Is the Dahiya Doctrine? - The Real News Network | US foreign policy | Scoop.it
What Is the Dahiya Doctrine?
The Real News Network
RATNER: You know, this week, of course, I think a lot of us are concerned by many issues, from the Middle East to Ferguson. And I've been focusing mostly on Gaza and the Israeli assault.
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Digital-News on Scoop.it today
Scoop.it!

Why the US needs a cyber doctrine - USA TODAY

Why the US needs a cyber doctrine - USA TODAY | US foreign policy | Scoop.it
Why the US needs a cyber doctrine
USA TODAY
Without such a doctrine we cannot lead.

Via Thomas Faltin
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

The doomsday doctrine: How George W. Bush sent the world down the path of ... - Salon

The doomsday doctrine: How George W. Bush sent the world down the path of ... - Salon | US foreign policy | Scoop.it
Salon
The doomsday doctrine: How George W. Bush sent the world down the path of ...
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Rethinking China's Monroe Doctrine – Analysis - Eurasia Review

Rethinking China's Monroe Doctrine – Analysis - Eurasia Review | US foreign policy | Scoop.it
Rethinking China's Monroe Doctrine – Analysis
Eurasia Review
It is too early to worry about China's Monroe Doctrine. Asian countries need to think about how to deal with its new Nixon Doctrine in the near future.
more...
No comment yet.
Rescooped by ROUAM SIM Francoise from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

USA - Nouvelle récession

USA - Nouvelle récession | US foreign policy | Scoop.it

Source image : mondialisation.ca

 

Une nouvelle récession et un Nouveau Monde débarrassé de l’arrogance américaine ?

 

Le chiffre définitif de la croissance réelle du PIB des États-Unis pour le premier trimestre 2014 est tombé le 25 juin : pas de progression de 2,6 %, comme l’avaient prédit en janvier les économistes qui ne savent rien, mais une baisse du PIB de 2,9 %.

 

Cette croissance négative de -2,9 % est en elle-même un euphémisme, car, si l’on obtient ce chiffre en déduisant l’inflation du PIB nominal, la mesure de l’inflation est minimisée. Durant les années Clinton, la Commission Boskin a truqué la mesure de l’inflation afin de tromper les bénéficiaires de l’aide sociale sur les ajustements indiciels. Quiconque achète des aliments, du carburant ou autre chose sait que l’inflation est beaucoup plus élevée que le chiffre officiel, et il se peut que la chute du PIB au premier trimestre soit trois fois supérieure au chiffre officiel. Néanmoins, la différence entre la prévision de janvier (+2,6 %) et la récession à fin mars (-2,9 %) est déjà importante.

 

Tout véritable économiste (c’est-à-dire qui n’est pas rémunéré par Wall Street, le gouvernement fédéral ou l’Establishment) savait que cette prévision de +2,6 % était du pipeau. Les revenus des Américains n’ont pas augmenté, à l’exception de ceux des plus riches (le fameux 1 % de la population), et l’unique croissance du crédit concerne les prêts aux étudiants, alors que tous ceux qui ne peuvent trouver un emploi se tournent à tort vers « l’éducation est la solution ».

 

Dans une économie basée sur la consommation, l’absence de croissance des revenus et du crédit signifie aucune croissance économique. L’économie des États-Unis ne peut pas croître parce que les grandes entreprises, poussées par Wall Street, ont délocalisé l’économie. Les produits manufacturés américains sont fabriqués à l’étranger.

 

Regardez les étiquettes sur vos vêtements, vos chaussures, votre vaisselle et vos casseroles, vos ordinateurs, etc. ! Les emplois américains qualifiés, comme dans l’ingénierie informatique, ont été déplacés à l’étranger. Une économie délocalisée n’est pas une économie. Tout cela s’est déroulé à la vue de tous, tandis que les comparses grassement payés du libéralisme déclaraient que les Américains étaient bénéficiaires de ce système qui donnait les emplois de la classe moyenne aux Chinois ou aux Indiens.

 

Cela fait près de 20 ans que j’expose ces mensonges, raison pour laquelle je ne suis plus invité à m’exprimer dans les universités américaines ou devant les associations économiques américaines. Les économistes adorent l’argent qu’ils reçoivent pour mentir. Ils ne veulent surtout pas parmi eux d’une personne qui dit la vérité.

 

Une baisse officielle de 2,9 % au premier trimestre implique une baisse du PIB pour le deuxième trimestre. Deux baisses consécutives sont la définition d’une récession.

 

Imaginez les conséquences d’une récession. Cela signifie que les années d’assouplissement quantitatif sans précédent n’ont pas réussi à ranimer l’économie. Cela veut dire que les années de déficits budgétaires keynésiens n’ont pas réussi à ranimer l’économie. Ni la politique budgétaire ni la politique monétaire n’ont marché.

 

Alors, qu’est-ce qui pourrait ranimer l’économie ? Rien, à part le retour forcé de l’économie que les grandes entreprises antiaméricaines ont déménagée à l’étranger. Mais pour se faire, il faudrait un gouvernement crédible. Malheureusement, le gouvernement américain a perdu toute crédibilité. Depuis le deuxième mandat du régime de Clinton [1996], il n’en a plus.

 

Aujourd’hui, personne dans le monde ne croit plus le gouvernement américain, à l’exception des Américains eux-mêmes, qui lisent et écoutent les « médias du courant dominants » et qui sont en état de mort cérébrale. La propagande de Washington règne sur les esprits des Américains, mais ne produit que railleries et mépris partout ailleurs. Puisse la récession aux États-Unis nous débarrasser de l’arrogance de Washington ! Les mauvaises perspectives économiques ont conduit les deux plus grands lobbies d’entreprises des États-Unis – la Chambre de commerce des États-Unis et la National Association of Manufacturers (ou ce qu’il en reste) à entrer en conflit avec la menace du régime d’Obama de nouvelles sanctions contre la Russie.

 

Selon Bloomberg News, à partir du 26 juin, ces groupements d’entreprises publieront des publicités dans le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post s’opposant à de nouvelles sanctions contre la Russie. Les associations d’entreprises américaines disent que ces sanctions nuiront à leurs profits et entraîneront de nouveaux licenciements.

 

Donc, les deux plus grandes associations d’entreprises des États-Unis, sources importantes de financement pour les campagnes électorales, ont finalement ajouté leurs voix à celles des entreprises allemandes, françaises et italiennes.

 

Tout le monde, à part le peuple américain dont le cerveau a été lavé, sait que cette « crise en Ukraine » est entièrement l’œuvre de Washington. Les entreprises américaines et européennes demandent : « Pourquoi nos profits et nos employés devraient-ils encaisser les coups au nom de la propagande de Washington contre la Russie ? »

 

Obama n’a aucune réponse. Peut-être ses raclures néoconservatrices de Victoria Nuland, Samantha Powers et Susan Rice peuvent-elles trouver une réponse ? Obama peut se tourner vers le New York Times, le Washington Post, le Wall Street Journal et le Weekly Standard pour expliquer pourquoi des millions d’Américains et d’Européens devraient souffrir afin que le vol de l’Ukraine par Washington ne soit pas compromis.

 

Les mensonges de Washington rattrapent Obama. Angela Merkel, la Chancelière allemande, a beau être la prostituée absolue de Washington, l’industrie allemande dit à la prostituée de Washington que leurs affaires avec la Russie leur importent plus que de souffrir pour le compte de l’empire washingtonien. Les chefs d’entreprises français demandent à François Hollande ce qu’il propose de faire de leurs employés au chômage s’il suit Washington. Les entreprises italiennes rappellent à leur gouvernement, dans la mesure où l’Italie en a encore un, que ces rustres d’Américains n’ont aucun goût et que les sanctions contre la Russie signifient un coup dur porté au secteur économique le plus reconnu d’Italie – ses produits de grand luxe.

 

Le désaccord avec Washington et les deux grands dirigeants fantoches de l’Europe se creuse.

 

Le dernier sondage en Allemagne révèle que les trois quarts de la population allemande rejettent les bases permanentes de l’OTAN en Pologne et dans les États baltes. L’ancienne Tchécoslovaquie, la Slovaquie et la République Tchèque, bien qu’États membres de l’OTAN, ont rejeté l’installation de troupes et de bases américaines et de l’OTAN sur leurs territoires. Dernièrement, un ministre polonais a déclaré que pour plaire à Washington, il fallait lui faire une pipe à l’œil et ne rien attendre en retour.

 

Les pressions qu’exercent les crétins de Washington sur l’OTAN pourraient faire voler l’organisation en éclats. Prions pour que cela se produise ! L’excuse de l’OTAN pour justifier son existence a disparu avec l’effondrement de l’Union soviétique, il y a 23 ans. Pourtant, Washington a accru la présence de l’OTAN bien au-delà des frontières de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord. À présent, l’OTAN s’étend de la Baltique à l’Asie Centrale.

 

Afin de justifier la poursuite des opérations coûteuses de l’OTAN, Washington a dû se fabriquer un ennemi avec la Russie.

La Russie n’a aucune intention d’être l’ennemie de Washington ou de l’OTAN et l’a bien fait savoir. Mais le complexe militaro-sécuritaire de Washington, qui absorbe environ 1.000 milliards de dollars par an de l’argent des contribuables en difficulté, a besoin d’une justification pour maintenir le flux de ses profits.

 

Malheureusement, les imbéciles à Washington ont choisi un ennemi dangereux. La Russie est une puissance nucléaire, un pays aux vastes dimensions et qui dispose d’une alliance stratégique avec la Chine.

Seul un gouvernement submergé d’arrogance et d’hubris, dirigé par des psychopathes et des sociopathes, choisirait un tel ennemi.

 

Le président russe, Vladimir Poutine, a fait remarquer à l’Europe que la politique de Washington au Proche-Orient et en Libye est non seulement un échec complet, mais qu’elle a également des retombées dévastatrices pour l’Europe et la Russie. Les fous à Washington ont renversé les gouvernements qui réprimaient les djihadistes. À présent, les djihadistes violents sont lâchés. Au Proche-Orient, ils sont à l’œuvre pour redessiner les frontières artificielles établies par les Anglais et les Français dans le sillage de la Première Guerre mondiale.

 

L’Europe, la Russie et la Chine ont des populations musulmanes et ont des raisons de s’inquiéter, maintenant que la violence libérée par Washington pourrait apporter la déstabilisation de régions entières d’Europe, de Russie et de Chine.

 

Personne, nulle part dans le monde, n’a de raison d’aimer Washington. Personne ! Et encore moins les Américains qui sont saignés à blanc afin que Washington puisse faire étalage de sa force militaire sur toute la planète. La cote de popularité d’Obama est à un lamentable 41 % et personne ne veut qu’Obama reste à son poste une fois son second mandat terminé. En contraste, les deux tiers de la population russe veulent que Poutine reste président après 2018.

 

En mars, l’agence de sondages Public Opinion Research Center a publié un rapport montrant que la cote de popularité de Poutine se maintenait à 76 % malgré l’agitation fomentée contre lui par les ONG russes financées par les États-Unis – des centaines d’institutions de la cinquième colonne que Washington a établies durant les deux dernières décennies.

 

En plus des problèmes politiques des États-Unis, le dollar américain a du souci à se faire. Le dollar est maintenu à flot par des marchés financiers manipulés et la pression que Washington exerce sur ses vassaux. Ils doivent faire tourner leurs propres planches à billets afin de soutenir la valeur de la devise américaine en achetant des dollars. Pour maintenir le dollar à flot, une grande partie du monde connaîtra l’inflation monétaire. Lorsque les gens finiront par piger et se rueront sur l’or, ils s’apercevront que les Chinois ont tout pris.

 

Sergueï Glazyev, un conseiller de Poutine, a dit au président russe que seule une alliance contre le dollar pour qu’il s’effondre pourrait arrêter l’agression de Washington. C’est mon opinion depuis longtemps. Il ne peut y avoir de paix tant que Washington peut créer à volonté de la monnaie pour financer plus de guerres.

 

Ainsi que le gouvernement chinois l’a déclaré, il est temps de « désaméricaniser le monde ». Le pouvoir à Washington a totalement déçu, ne produisant rien d’autre que des mensonges, de la violence, de la mort et la promesse de plus de violence. Les États-Unis d’Amérique n’ont d’exceptionnel que le fait que Washington a, sans aucun remords, détruit en tout ou partie sept pays depuis le début du 21e siècle. À moins que le pouvoir à Washington ne soit remplacé par des dirigeants plus humains, la vie sur terre n’a aucun avenir.

 

 

Par Paul Craig Roberts, économiste et journaliste paléoconservateur américain a été sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan (1981-1982), et est un des pères fondateurs des Reaganomics. Il a également été rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal. Billet du 26 juin 2014.

 

Traduction : [JFG pour QuestionsCritiques] – Les-Crises.fr – le 1er juillet 2014

 


Via Koter Info
more...
No comment yet.
Scooped by ROUAM SIM Francoise
Scoop.it!

Edward L. Morse | The Shale Revolution Is Here to Stay | Foreign Affairs

Edward L. Morse | The Shale Revolution Is Here to Stay | Foreign Affairs | US foreign policy | Scoop.it
Despite its doubters and haters, the shale revolution in oil and gas production is here to stay. In the second half of this decade, moreover, it is likely to spread globally more quickly than most think. And all of that is, on balance, a good thing for the world.
more...
No comment yet.