Japon : séisme, tsunami & conséquences
457.4K views | +155 today
Follow
Japon : séisme, tsunami & conséquences
Publications terminées (sauf commémoration annuelle), mais gardons cette histoire en mémoire ... jusqu'à la prochaine catastrophe ? | @japon_tsunami
Curated by Vie toxique
Your new post is loading...
Suggested by prestant
Scoop.it!

(le retour de Yamashita ) Etude sur la crise de Fukushima : "Les gens souffrent de radiophobie" | SPIEGEL ONLINE

(le retour de Yamashita ) Etude sur la crise de Fukushima : "Les gens souffrent de radiophobie" | SPIEGEL ONLINE | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

Introduction : Nous retrouvons dans les colonnes du SPIEGEL une interview assez inattendue de Mr Shunichi Yamashita qui a des réponses assez inégales . Accrochez vous !

 

- - - - -

 

Le scientifique japonais Yamashita Shunichi est un expert sur les effets des radiations nucléaires. Dans un entretien au SPIEGEL, il parle de son travail dans la communication des dangers potentiels de l'exposition aux résidents vivant à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima. Le professeur affirme que beaucoup souffrent d'anxiété sévères vis à vis des radiations.

 

 

SPIEGEL: Le gouvernement de la préfecture de Fukushima vous a invité à informer les gens dans la région touchée au sujet des risques d'irradiation. Dès le début, vous avez dit: «Les effets des rayonnements ne viennent pas aux gens qui sont heureux et rient, ils viennent de personnes qui sont faibles d'esprit." Qu'entendez-vous par là?

 

Yamashita: C'était le 20 Mars lors de la première réunion. J'ai été vraiment choqué. Les gens étaient tellement graves, personne n'a ri du tout.

 

(NDT:J'imagine la tête du journaliste vue la réponse! )

 

 

SPIEGEL: Les villages et villes d'origine de ces personnes sont contaminés. Personne ne sait au sujet des dangers invisibles. Qu'est-ce que vous espériez ?

 

Yamashita: L'humeur du peuple était vraiment déprimée. De l'expérimentation animale avec des rats nous savons clairement que les animaux qui sont très sensibles au stress seront plus touchés par les radiations. Le stress n'est pas bon du tout pour les gens qui sont soumis à des radiations. Par ailleurs, les états mentaux de stress suppriment également le système immunitaire et par conséquent peuvent favoriser certaines maladies cancéreuses et non cancéreuses. C'est pourquoi j'ai dit aux gens qu'ils ont aussi à se détendre.

 

 

SPIEGEL: Et pour aider à se détendre, vous avez également dit que des doses de 100 millisievert par an seraient bien? C'est normalement la limite pour les travailleurs du nucléaire dans des conditions d'urgence.

 

Yamashita: Je n'ai pas dit que 100 millisievert est bien et qu'il n'y aucune raison de s'inquiéter. J'ai juste dit que sous ce seuil, nous ne pouvons pas prouver un risque accru de cancer. Voilà des preuves issues de recherche à Hiroshima, Nagasaki et Tchernobyl.

 

 

SPIEGEL: Mais vous n'avez pas compris que vos paroles rassurantes rendraient encore plus de gens en colère et apeuré ?

 

Yamashita: Je pense que ce qui a vraiment contribué à la confusion c'est que le gouvernement japonais a décidé d'établir la norme pour la dose maximale annuelle à 20 millisievert. La Commission Internationale de Protection Radiologique suggère une limite entre 20 et 100 millisievert dans une situation d'urgence nucléaire. Le seuil que vous choisissez est une décision politique. Vous devez peser les risques et les avantages, parce que toute évacuation aura aussi des risques. Le gouvernement japonais a choisi l'approche radiologique la plus prudente. Cela a rendu les gens plus confus et incertains.

 

 

SPIEGEL: Vos commentaires ont fait de vous un personnage controversé. Un journaliste japonais veut plaider contre vous. Des activistes anti-nucléaire ...

 

(NDT : on comprend ici que Mr Yamashita coupe la parole)

 

Yamashita: ... ils ne sont pas scientifiques, ils ne sont pas médecins, ils ne sont pas spécialistes des rayonnements. Ils ne connaissent pas les normes internationales, sur lesquelles des chercheurs ont beaucoup travaillé . Ça me rend triste que les gens croient potins, magazines et même Twitter.

 

 

SPIEGEL: Pourquoi les gens feraient confiance à des experts qui leur ont dit pendant des décennies que les centrales nucléaires sont sûres à 100 % ?

 

Yamashita: J'ai été surpris quand je suis arrivé à Fukushima que personne ne soit préparé à un tel désastre. J'ai déjà eu à conseiller la Chine et les Etats de l'ex-Union soviétique en matière de radioprotection. Maintenant nous avons un accident énorme dans mon propre pays et nous ne sont pas préparés. Les gens à Fukushima ne savaient même pas qu'il ya onze réacteurs dans leur région. La faculté de médecine de l'Université de Fukushima n'a pas eu un seul spécialiste en médecine de radioprotection.

 

 

SPIEGEL: Vous adresseriez vous aux personnes touchées par l'accident d'une manière différente aujourd'hui?

 

Yamashita: Dans une situation où les gens n'avaient aucune compréhension de la radioactivité du tout, je voulais être très clair. J'ai changé mon approche de communication du noir et blanc à l'échelle de gris.

 

 

SPIEGEL: Les gens veulent des réponses claires. Où est ce sûr? Et ne l'est-ce pas?

 

Yamashita: Nous n'avons pas ces réponses. Quand les gens me demandent: "Les doses inférieures à 100 mSv sont t elles 100% sûres?", je réponds en tant que scientifique : «je ne sais pas."

 

 

SPIEGEL: De précédentes études nous avons appris que si 100 personnes sont exposées à des niveaux de 100 millisievert, statistiquement parlant, une personne aura le cancer en raison de la radiation. Est-il possible de projeter le niveau de danger sur des faibles doses?

 

Yamashita: Cela se pourrait. (... non traduit ...)

 

 

SPIEGEL: Et que faut faire avec ce genre d'information?

 

Yamashita: Avec des faibles doses de rayonnement les gens ont à décider pour eux-mêmes de rester ou de partir. Personne ne peut prendre cette décision pour eux. Ils doivent peser les risques et les avantages: Le déménagement peut signifier une perte d'emplois et d'avoir à changer d'école pour les enfants. Ce sont des  facteurs de stress. D'autre part, cette famille pourrait être en mesure d'éviter le risque de cancer, même si il n'est que minime.

 

 

SPIEGEL: Que des familles touchées par l'accident nucléaire soient forcées de prendre une telle décision est un terrible fardeau.

 

Yamashita: Oui. Par conséquent Tepco et le gouvernement japonais doivent soutenir les gens dans leurs décisions. Ils devraient soutenir ceux qui veulent rester, ainsi que ceux qui pensent même plus d'un millisievert est trop élevé.

 

 

SPIEGEL: A quel genre de risque pour la santé lié au rayonnement , les personnes autour de l'usine de Fukushima sont-elles exposées ?

 

Yamashita: Je ne pense pas qu'il y aura un effet direct du rayonnement sur la population. Les doses sont trop petites.

 

 

SPIEGEL: Donc vous ne pensez pas qu'il y aura de cas de cancer ou de décès par cancer?

 

Yamashita: Basé sur les données, nous avons à supposer cela. Bien sûr, la situation est différente pour les travailleurs de l'usine.

 

(....)

 

- - - --

 

PS : Dans la suite de l'entretien , le journaliste aborde le projet d'étude épidémiolique à vaste échelle. Mr Yamashita a prévu de battre un record du monde en étudiant toute la population de la préfecture de Fukushima - 2 millions de personnes - sur 30 ans. Il distingue "trois groupes : Les travailleurs, les enfants et la population en général. Les travailleurs sont exposés à de fortes doses de rayonnement. Nous avons sûrement besoin de les surveiller pour suivre les effets concernant le cancer et autres maladies. La population générale serait divisée en deux groupes: un qui a été exposé à un rayonnement relativement faible et l'autre qui a été exposé à des radiations relativement élevées. "

 

 

- - --

 

NB : Désolé une manipulation technique hasardeuse a entrainée la fusion de la première parution; après rétablissement du refroidissement de mes neurones, je republie. Les premiers commentaires ont fait pschitt avec :-(

 

 

Je vous remercie de poster des critiques constructives en réaction à cet article.

more...
Marie Normandie's comment, August 21, 2011 3:36 PM
Refroidissement des neurones par projection d'eau salée à partir d'hlélicoptère ?ou le circuit secondaire de secours a-t-il pu se mettre automatiquement en route ?
prestant's comment, August 21, 2011 3:51 PM
@marie : une trépanation de l'enceinte de confinement primaire et "15" points de suture ont suffi. Ca va mieux.
Scooped by Vie toxique
Scoop.it!

[Photos] On se débrouille comme on peut à Kesennuma ! | SPIEGEL ONLINE

[Photos] On se débrouille comme on peut à Kesennuma ! | SPIEGEL ONLINE | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it
Série de photos à voir ici : http://bit.ly/fmyZQX
more...
prestant's comment, August 27, 2011 6:43 AM
Article daté du 23 Avril.
Photo dont je me rappelle bien.