[google trad] Un tremblement de terre a secoué la côte sud du Japon lundi, près de Hamaoka, qui a le statut douteux d'hébergement de la plus périlleuse centrale nucléaire de la nation.

Aucun dégât n'a été signalé - l'usine avait été fermée pendant qu'une digue anti-tsunami était construite - mais le Japon n'est pas exempt de soucis nucléaire. A Fukushima , la Tokyo Electric Power Company (TEPCO) a signalé que le rayonnement dépasse 10 sieverts (10 000 millisieverts) par heure a été trouvé au fond d'une cheminée de ventilation permanente entre les deux réacteurs.

L' Agence météorologique japonaise a enregistré un séisme de 6,1 qui a secoué la préfecture de Shizuoka et les régions environnantes. Hamaoka était à 40 kilomètres de l'épicentre du séisme et est considéré comme l'un des plus dangereuse au monde , car elle chevauche deux grandes failles géologiques.

Shingo Tsumura, un ingénieur de Chubu Electric Power Company (CEPC), qui gère Hamaoka, a expliqué au New Scientist qu'il est peu probable que le séisme de magnitude 6,1aurait causé des dommages à la centrale nucléaire, si elle avait été en état de marche.

Selon Tsumura, le sol de la centrale a bougé de seulement 40 à 50 Gal (centimètres par seconde). «C'est très peu», dit-il. «L'usine s'éteint automatiquement à 120 Gal."
(...)