Des taux anormalement élevés de substances radioactives ont été décelées dans la mer à environ 16 kilomètres de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima.

La compagnie d'électricité de Tokyo Tepco a communiqué cette information mardi après-midi, après avoir collecté des échantillons d'eau de mer lundi, à 14h30, à 330 mètres au sud de l'aire de drainage de la centrale. La concentration d'iode 131 était 126,7 fois plus élevée que le taux autorisé. Celles de césium 134 et de césium 137 étaient respectivement 24,8 fois et 16,5 fois plus importantes.

Un échantillon prélevé au même endroit à 6h30 du matin mardi a révélé un niveau d'iode 29,8 fois supérieur à la normale. Les niveaux de césium 134 et de césium 137 étaient respectivement 2,5 et 1,7 fois supérieurs.

Des échantillons d'eau de mer prélevés à l'embouchure de la rivière Tomioka, à 8 km de la centrale nucléaire, contenaient une quantité d'iode 131 80,3 fois supérieure aux niveaux légaux et une quantité de césium 134 1,3 fois supérieure.

Selon d'autres prélèvements effectués à 23h15 lundi, à 10 kilomètres au sud de la Centrale Fukushima Dai-ichi, le niveau d'iode 131 était 27,1 fois plus important que le standard légal.

Juste avant minuit, lundi, près de la plage d'Iwasawa, à 16 kilomètres au sud de la centrale nucléaire, le taux d'iode 131 contenu dans l'eau était 16,4 fois supérieur à la normale.

La réglementation japonaise a fixé à 1 millisievert par an le taux de radiation auquel l'être humain peut être exposé sans dommage pour sa santé. Cela correspond à la quantité moyenne d'eau du robinet ingérée au Japon dans l'année.