[Eng] Les résidents frustrés par la désignation des "hot spots" | The Daily Yomiuri | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

Yasushi Totoki et Shinji Hijikata / Yomiuri Shimbun

 

(traduction) Un nombre croissant de résidents ont exprimé leur mécontentement sur les différentes normes appliquées par le gouvernement pour désigner des sites avec des taux de radioactivité jugés élevés comme zones recommandées pour l'évacuation à l'occasion de la crise nucléaire en cours.

 

En plus de la zone des 30 km fixée par le gouvernement central pour l'évacuation après le déclenchement de la crise, le gouvernement en Juin a décidé de désigner des points chauds et recommande l'évacuation aux personnes vivant à proximité.

 

Un total de 245 foyers dans Minami-Soma, Date et Kawauchimura -toutes ces villes dans la préfecture de Fukushima -, ont été désignés comme de tels endroits.

 

Lors d'une réunion tenue au début du mois par la municipalité de Minami-Soma pour expliquer la désignation des points chauds pour les résidents, Atsushi Tanno, 68 ans, un agriculteur, a exprimé son mécontentement quant à la politique mise en Ĺ“uvre par les gouvernements, le central et le municipal.

 

«C'est étrange que seules les maisons vides laissées sans surveillance ont été désignés comme tels endroits", a-t-il dit.

 

Tanno est à la tête d'un district montagneux comprenant 50 foyers. Les résidents des deux foyers désignés ont volontairement évacué leur maison immédiatement après le déclenchement de la crise nucléaire.

 

Les résidents restés dans le quartier ont été occupés à nettoyer, arroser, désherber et laver les entrées dans un effort pour diminuer la quantité des rayonnements.

 

La décision de désigner une maison comme un hot spot est basée sur les niveaux de rayonnement mesuré à l'entrée et au milieu du jardin. Cela signifie que les résidents qui s’attaquent le plus ardemment à la décontamination ont le plus de chances que leurs maisons ne soient pas désignés comme des lieux d'évacuation, et rendant ceux qui souhaitent évacuer inéligibles à l'aide financière. Une telle ironie n'a fait qu'ajouter au mécontentement de la région.

 

Le rayonnement mesuré à un mètre au-dessus du sol totalisant 20 milli-sieverts par an est la norme que le gouvernement s'est fixée pour désigner les endroits précis recommandés pour l'évacuation.

 

Mais les zones soumises à l'évacuation recommandée varient selon le moment où les mesures ont été prises. Le seuil de recommandation a été de 3,2 µSv / h  en Juin et 3,1 µSv / h  en Juillet (NDLR officiellement à la centrale Fukushima les capteurs aux abords enregistrent tous moins de 2 µSv / h). Toutefois, certaines zones ont été désignées comme étant soumises à l'évacuation recommandé, même si elles ont enregistré un rayonnement inférieur aux niveaux réglementaires.

 

Une maison dans Ryozenmachi, ville de Date, par exemple, a enregistré 1,5 µSv / h, soit moins de la moitié de la limite réglementaire, mais a été enregistrée comme un endroit recommandé pour l'évacuation.

 

Pendant ce temps, une maison dans le même district qui a enregistré 2,6 µSv / h à la fin de Juillet n'a pas été désignée comme un lieu d'évacuation recommandé.

 

Ces jugements contradictoires sont dus au fait que les gouvernements
municipaux de Date et Minami-Soma ont adopté des règles différentes pour désigner les points chauds en phase avec les directives du gouvernement central disant que les décisions des gouvernements locaux peuvent être respectées.

 

 

Dans le cas du gouvernement municipal de Date, si une maison a enregistré un rayonnement au-delà de la valeur standard, il ajoute les autres foyers de la même communauté avec une femme enceinte et des enfants âgés de 12 ans ou moins dans une liste des points recommandés pour l'évacuation.

 

(...)

 

- - - - -

 

Un grand merci à RK pour l'article fort intéressant et sa traduction que j'ai ajustée à la marge. Un exemple à suivre car ce site pourra continuer à vivre si chacun y met du sien.

 

J'ai choisi la carte de l'article pour donner un aperçu topologique mais je vous invite à regarder la photo dans l'article original : Monsieur Morio Onami habite à moins de deux mètres de la maison de son fils qui a été invité à quitter et lui pas !