« L’hiver est tout proche et il s’agira d’une saison rude. Il est donc essentiel que le nouveau gouvernement gère les aides et l’accueil des évacués plus rapidement et plus efficacement ». C’est en ces termes, confiés à l’Agence Fides, que le Père Daisuke Narui, Directeur exécutif de la Caritas Japon présente au nouveau gouvernement du Premier Ministre Yoshihiko Noda les attentes et les espoirs relatifs à la difficile phase de reprise qui concerne plus de 100.000 évacués à six mois du séisme et du tsunami qui ont bouleversé le Japon le 11 mars dernier.


Selon les chiffres de la police japonaise, le séisme a fait 15.774 victimes outre les 4.227 personnes qui sont encore portées disparues. Le nombre des sans-abri a dépassé les 410.000 évacués des zones touchées par le séisme et par le tsunami alors que 84.000 autres ont dû quitter leurs habitations parce qu’elles se trouvaient dans la zone de la centrale nucléaire de Fukushima, endommagée par le désastre. Six mois après le séisme, environ 90.000 personnes se trouvent encore sous des tentes ou dans des logements temporaires et 10.000 campent dans des écoles ou dans des édifices publics. Plus de 15.000 personnes ne peuvent revenir chez elles parce que leur domicile se trouve dans un rayon de 20 Km de la centrale nucléaire déclaré « zone radioactive ».