L'activité a du mal à reprendre dans les régions sinistrées. Du coup, les entrepreneurs locaux en appellent à la solidarité nationale. Illustration avec un brasseur de saké qui a perdu son magasin et une bonne partie de ses clients lors du tsunami.