Le tremblement de terre au Japon cause un passage couteux aux énergies fossiles | NewYorkTimes | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

(traduction) Yokosuka, Japon

 

La centrale électrique au fuel âgée de plus de cinquante ans avait été inactive pendant plus d'un an quand, un jour après l'accident nucléaire de Mars, les ordres sont venus du siège de Tokyo Electric Power pour les allumer.

 

"Ils m'ont demandé depuis combien de temps cela prendrait", a déclaré Masatake Koseki, à la tête de l'usine de Yokosuka, qui est à 40 miles au sud de Tokyo et dirigée par Tokyo Electric. "Les installations sont anciennes, donc je leur ai dit six mois. Mais ils ont dit, 'Non, vous devez les préparer d'ici l'été pour se préparer à une pénurie d'énergie. "

 

Maintenant, au pic de l'été, les deux turbines au fioul et les deux turbines à gaz de Yokosuka produisent un total de 900 000 kilowatts d'électricité - et une abondance de fumées.

 

Les générateurs aident à remplacer les 400 millions de kilowatt-heures de production quotidienne d'électricité perdus cet été en raison de la fermeture des 54 sauf 15 (NB à présent 16) réacteurs nucléaires dans le sillage de la catastrophe de Fukushima Daiichi. Partout dans le pays, des dizaines d'autres centrales à combustibles fossiles ont été mis en marche, et le Japon importe des milliards de dollars de gaz liquéfié naturel, du charbon et du pétrole pour les maintenir en fonctionnement.

 

(...)