Japon : séisme, t...
Follow
Find tag "Shunichi-Yamashita"
364.5K views | +0 today
Publications terminées (sauf commémoration annuelle), mais gardons cette histoire en mémoire ... jusqu'à la prochaine catastrophe ? | @japon_tsunami
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Suggested by prestant
Scoop.it!

[Eng] Adresse publique contre le journal Asahi pour la récente décision de donner le prix Asahi du Cancer à "Mr. 100 mSv".

[Eng] Adresse publique contre le journal Asahi pour la récente décision de donner le prix Asahi du Cancer à "Mr. 100 mSv". | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

(traduction) Nous, membres du Réseau de Fukushima pour préserver les enfants des radiations, ainsi que les personnes qui prennent part à l'action civique pour protéger les enfants à Fukushima des radiations, avons été consterné de lire l'édition du 1er Septembre de l'Asahi Shimbun, et nous ne pouvons pas garder notre colère sous contrôle.

 

Nous ne pouvons simplement pas comprendre pourquoi les actions de M. Shun'ichi Yamashita ont été évalué positivement de cette manière. Comment le comité de sélection de votre entreprise n'a t'il pas pris en compte à quel point ses paroles ont profondément tourmenté des parents à Fukushima qui essaient de protéger leurs enfants des radiations, et combien il va tourmenter les gens à Fukushima en tant que vice-chancelier de l'Université médicale de Fukushima ?

 

M. Yamashita a maintes fois déclaré que " l'exposition aux radiations de 100 mSv par an n'est pas un problème. Il n'ya aucun risque pour les futures mamans ou pour les enfants", (mais) jamais depuis son arrivée à Fukushima à la fin de Mars. Ses déclarations à la fin de Mars ont été en vedette dans les Nouvelles du Conseil municipal de Fukushima (voir pièce jointe) et ont contribué à créer le mythe de la sécurité dans la préfecture de Fukushima.

 

Alors qu'il publie des articles soulignant le risque avec un faible niveau d'irradiation dans les revues médicales, il nie publiquement ce risque de faible niveau d'irradiation à Fukushima.

 

Comme vous devez être bien conscient, le consensus international sur l'effet du faible niveau d'irradiation est représentée par le «modèle linéaire sans seuil », selon lequel le risque des radiations pour la santé  augmente en proportion du niveau d'exposition.

Même la CIPR conservatrice prend ce point de vue.

 

En réalité, le niveau de contamination dans de nombreux endroits de la préfecture de Fukushima dépasse celui des «zones contrôlées» (zones où le grand public n'est pas autorisé à entrer en vertu du droit japonais). Les leçons de l'accident de Tchernobyl indiquent que ce niveau de contamination ne peut pas être dit pour être sûr. Les déclarations de M. Yamashita ont fait que beaucoup de gens hésitent à évacuer des zones contaminées, étant donné que beaucoup de gens le sentiment qu'il est sûr de continuer à vivre à Fukushima, et a même créé des frictions dans les familles. Ils ont également aidé à créer une atmosphère dans laquelle il est difficile pour les citoyens ordinaires d'exprimer leur inquiétude que les niveaux de rayonnement pourraient être dangereux.

 

Y a t-il une unité dans ce monde plus importante que la famille ? Y a t-il un trésor dans ce monde plus précieux que les enfants? Les mots ne peuvent exprimer la souffrance infligée à nous de ne pas être en mesure de protéger notre famille suffisamment en raison de la «mythe de la sécurité" créée par M. Yamashita.

 

Malgré cette situation, ici, à Fukushima nous luttons chaque jour pour rester positif. Reconnaissant le danger grave de M. Yamashita qui sert comme conseiller pour les risques liés aux rayonnements préfecture de Fukushima et comme président du programme pour surveiller et gérer la santé des habitants de la préfecture, nous avons recueilli 6607 signatures sur une pétition appelant à relever M. Yamashita de ses positions . Dans une campagne nationale, nous avons recueilli plus de 40.000 signatures sur une pétition demandant au gouvernement de respecter la limite légale pour l'exposition de rayonnement de 1 mSv par an et de fournir un soutien officiel pour ceux qui souhaitent évacuer, ainsi que pour relever M. Yamashita des postes ci-dessus.

 

Donner le prix Asahi du cancer à une personne comme M. Yamashita, tout en ignorant complètement les mesures prises par les gens ordinaires, remet en question l'honnêteté et la moralité de la société du journal Asahi.

 

Nous invitons la société du journal Asahi a révoquer le prix Asahi accordé à M. Yamashita et à faire des excuses officielles dans les colonnes du Shimbun Asashi.

 

Nous vous demandons également de bien rendre compte du fait que nous avons critiqué votre décision de donner à M. Yamashita le Prix du cancer Asahi.

 

more...
Ralala's comment, September 9, 2011 7:18 PM
Bonjour,

@Elisabeth Paul-takeuchi : IMPORTANT NOTICE FOR YOU @ THE END OF THIS TEXT !

Quelques données intéressantes sur ce qui se produit encore aujourd'hui en Ukraine et en Biélorussie.

Europe-Ecologie Les Verts ont fait une assemblée plénière concernant le nucléaire, avant les élections de Mai 2012.
La vidéo est lisible ici : http://www.dailymotion.com/video/xkmg77_pleniere-nucleaire-onarrete-quand_news

Ils ont invité un panel de personnalités anti-nucléaires, dont le docteur en médecine Yuri Bandajevski (à 4 minutes 40").

Les résultats de ces études sont sans appel : en Biélorussie et en Ukraine, l'espérance de vie est en chute libre, la mortalité infantile gagne, les cas de cancers explosent.

On apprend que la Biélorussie a été contaminée DEPUIS LES ANNÉES 60. (05':30")

On apprend qu'à partir de 12 Bq/kg de poids corporel, les enfants ont des modifications de l'électroencéphalogramme. (11':02")

A partir de 70 Bq/kg de contamination, il y a 100% de chances de maladies cardio-vasculaires. (11':39")

Cancer de la thyroïde : progression effrayante des nombres de cas, à partir de 1986 : le pic commence à s'installer 4 ans après l'explosion de Tchernobyl, en 1990, pour ensuite augmenter sans cesse la prévalence.

Les monstruosités : visibles à 14 minutes 52"; Beaucoup, beaucoup de cas de fentes palatines, en plus des becs-de-lièvre.
Plus cas d'anencéphalie, tumeurs de l'encéphales, spina bifida...

A 14'57" : il a aussi nourri des femelles de Hamster de Syrie gestantes, avec des aliments contaminés au césium-137; jusqu'à atteindre le niveau de 231 Bq/kg de poids corporel chez la femelle.

Sur une portée de 12 embryons, âgés de 15 jours, tous ont des malformations : fentes labio-palatines, encéphalocèle (c'est à dire la hernie du cerveau en dehors du crâne).

@ Elisabeth Paul-Takeuchi.
IMPORTANT NOTICE !

A famous professor of Medecine, Mr Yuri Bandazhevski, came in France few weeks ago for a meeting held by French Green Party, to talk about the evil nuclear industry.

He has been in jail several years by the authorities of Bielorussia, because is work was & is against the inaction of this dictatorial state, regarding the nuclear catastrophe of Tchernobyl & ancient contamination of Bielorussia during the years 1960s, which were kept secret.

You will find a looooong video, in French, here : http://www.dailymotion.com/video/xkmg77_pleniere-nucleaire-onarrete-quand_news

Please, watch it, I have made a translation for you :

At 11 minutes :
The results of his work demonstrate that if a child is having more of 12 becquerels per kilogram of body weight, then we can measure a modification of electrocardiogram signal (ECG).

LOTS (PLENTY !) of child from those areas suffers from serious cardiac and cardio-related diseases, with very relevant youth morbidity.

Ceasium ALSO fix in thyroid glands, not only radioactive iodine !

He adds : Having more of Cs-137 70 Bq/kg of body weigth exposes the children to have in 100% percent of cases such kinds of cardiac disabilities.

At 14 minutes & 57 seconds : very important phenomenon occurs !

He has made experiment onto Hamsters gravid females (Mesocricetus auratus), which were feed with tainted straw containing Cs-137, to achieve the contamination level of 231 Bq/kg of body weight for the female body;

In these case, ALL the embryos were showing evidence of severe birth defects (Anencephalia, spina bifida, stomoschisis...).

So, you have to detect in all the food & water used for daily life that they are FREE of radioactive cesium, strontium, iodine, etc, etc...).
The objective is to reach less than 2 Bq/kg of such food, including water.

So, ALL childrens (up to 25 years old & pregnant mothers) shall leave all the contaminated area, & need to check their own food & tap water !

Please, make the transcription in Japanese & transfer to all parents.
Some people in Japan are killing children KNOWINGLY.
Marie Normandie's comment, September 9, 2011 7:51 PM
@ralala
"il y a 100% de chances de maladies cardio-vasculaires. (11':39")"

excusez-moi ,mais pour ce genr'e de descriptif, il est admis qu'au terme "chance" soit substitué celui de "risque"....
Suggested by prestant
Scoop.it!

(le retour de Yamashita ) Etude sur la crise de Fukushima : "Les gens souffrent de radiophobie" | SPIEGEL ONLINE

(le retour de Yamashita ) Etude sur la crise de Fukushima : "Les gens souffrent de radiophobie" | SPIEGEL ONLINE | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

Introduction : Nous retrouvons dans les colonnes du SPIEGEL une interview assez inattendue de Mr Shunichi Yamashita qui a des réponses assez inégales . Accrochez vous !

 

- - - - -

 

Le scientifique japonais Yamashita Shunichi est un expert sur les effets des radiations nucléaires. Dans un entretien au SPIEGEL, il parle de son travail dans la communication des dangers potentiels de l'exposition aux résidents vivant à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima. Le professeur affirme que beaucoup souffrent d'anxiété sévères vis à vis des radiations.

 

 

SPIEGEL: Le gouvernement de la préfecture de Fukushima vous a invité à informer les gens dans la région touchée au sujet des risques d'irradiation. Dès le début, vous avez dit: «Les effets des rayonnements ne viennent pas aux gens qui sont heureux et rient, ils viennent de personnes qui sont faibles d'esprit." Qu'entendez-vous par là?

 

Yamashita: C'était le 20 Mars lors de la première réunion. J'ai été vraiment choqué. Les gens étaient tellement graves, personne n'a ri du tout.

 

(NDT:J'imagine la tête du journaliste vue la réponse! )

 

 

SPIEGEL: Les villages et villes d'origine de ces personnes sont contaminés. Personne ne sait au sujet des dangers invisibles. Qu'est-ce que vous espériez ?

 

Yamashita: L'humeur du peuple était vraiment déprimée. De l'expérimentation animale avec des rats nous savons clairement que les animaux qui sont très sensibles au stress seront plus touchés par les radiations. Le stress n'est pas bon du tout pour les gens qui sont soumis à des radiations. Par ailleurs, les états mentaux de stress suppriment également le système immunitaire et par conséquent peuvent favoriser certaines maladies cancéreuses et non cancéreuses. C'est pourquoi j'ai dit aux gens qu'ils ont aussi à se détendre.

 

 

SPIEGEL: Et pour aider à se détendre, vous avez également dit que des doses de 100 millisievert par an seraient bien? C'est normalement la limite pour les travailleurs du nucléaire dans des conditions d'urgence.

 

Yamashita: Je n'ai pas dit que 100 millisievert est bien et qu'il n'y aucune raison de s'inquiéter. J'ai juste dit que sous ce seuil, nous ne pouvons pas prouver un risque accru de cancer. Voilà des preuves issues de recherche à Hiroshima, Nagasaki et Tchernobyl.

 

 

SPIEGEL: Mais vous n'avez pas compris que vos paroles rassurantes rendraient encore plus de gens en colère et apeuré ?

 

Yamashita: Je pense que ce qui a vraiment contribué à la confusion c'est que le gouvernement japonais a décidé d'établir la norme pour la dose maximale annuelle à 20 millisievert. La Commission Internationale de Protection Radiologique suggère une limite entre 20 et 100 millisievert dans une situation d'urgence nucléaire. Le seuil que vous choisissez est une décision politique. Vous devez peser les risques et les avantages, parce que toute évacuation aura aussi des risques. Le gouvernement japonais a choisi l'approche radiologique la plus prudente. Cela a rendu les gens plus confus et incertains.

 

 

SPIEGEL: Vos commentaires ont fait de vous un personnage controversé. Un journaliste japonais veut plaider contre vous. Des activistes anti-nucléaire ...

 

(NDT : on comprend ici que Mr Yamashita coupe la parole)

 

Yamashita: ... ils ne sont pas scientifiques, ils ne sont pas médecins, ils ne sont pas spécialistes des rayonnements. Ils ne connaissent pas les normes internationales, sur lesquelles des chercheurs ont beaucoup travaillé . Ça me rend triste que les gens croient potins, magazines et même Twitter.

 

 

SPIEGEL: Pourquoi les gens feraient confiance à des experts qui leur ont dit pendant des décennies que les centrales nucléaires sont sûres à 100 % ?

 

Yamashita: J'ai été surpris quand je suis arrivé à Fukushima que personne ne soit préparé à un tel désastre. J'ai déjà eu à conseiller la Chine et les Etats de l'ex-Union soviétique en matière de radioprotection. Maintenant nous avons un accident énorme dans mon propre pays et nous ne sont pas préparés. Les gens à Fukushima ne savaient même pas qu'il ya onze réacteurs dans leur région. La faculté de médecine de l'Université de Fukushima n'a pas eu un seul spécialiste en médecine de radioprotection.

 

 

SPIEGEL: Vous adresseriez vous aux personnes touchées par l'accident d'une manière différente aujourd'hui?

 

Yamashita: Dans une situation où les gens n'avaient aucune compréhension de la radioactivité du tout, je voulais être très clair. J'ai changé mon approche de communication du noir et blanc à l'échelle de gris.

 

 

SPIEGEL: Les gens veulent des réponses claires. Où est ce sûr? Et ne l'est-ce pas?

 

Yamashita: Nous n'avons pas ces réponses. Quand les gens me demandent: "Les doses inférieures à 100 mSv sont t elles 100% sûres?", je réponds en tant que scientifique : «je ne sais pas."

 

 

SPIEGEL: De précédentes études nous avons appris que si 100 personnes sont exposées à des niveaux de 100 millisievert, statistiquement parlant, une personne aura le cancer en raison de la radiation. Est-il possible de projeter le niveau de danger sur des faibles doses?

 

Yamashita: Cela se pourrait. (... non traduit ...)

 

 

SPIEGEL: Et que faut faire avec ce genre d'information?

 

Yamashita: Avec des faibles doses de rayonnement les gens ont à décider pour eux-mêmes de rester ou de partir. Personne ne peut prendre cette décision pour eux. Ils doivent peser les risques et les avantages: Le déménagement peut signifier une perte d'emplois et d'avoir à changer d'école pour les enfants. Ce sont des  facteurs de stress. D'autre part, cette famille pourrait être en mesure d'éviter le risque de cancer, même si il n'est que minime.

 

 

SPIEGEL: Que des familles touchées par l'accident nucléaire soient forcées de prendre une telle décision est un terrible fardeau.

 

Yamashita: Oui. Par conséquent Tepco et le gouvernement japonais doivent soutenir les gens dans leurs décisions. Ils devraient soutenir ceux qui veulent rester, ainsi que ceux qui pensent même plus d'un millisievert est trop élevé.

 

 

SPIEGEL: A quel genre de risque pour la santé lié au rayonnement , les personnes autour de l'usine de Fukushima sont-elles exposées ?

 

Yamashita: Je ne pense pas qu'il y aura un effet direct du rayonnement sur la population. Les doses sont trop petites.

 

 

SPIEGEL: Donc vous ne pensez pas qu'il y aura de cas de cancer ou de décès par cancer?

 

Yamashita: Basé sur les données, nous avons à supposer cela. Bien sûr, la situation est différente pour les travailleurs de l'usine.

 

(....)

 

- - - --

 

PS : Dans la suite de l'entretien , le journaliste aborde le projet d'étude épidémiolique à vaste échelle. Mr Yamashita a prévu de battre un record du monde en étudiant toute la population de la préfecture de Fukushima - 2 millions de personnes - sur 30 ans. Il distingue "trois groupes : Les travailleurs, les enfants et la population en général. Les travailleurs sont exposés à de fortes doses de rayonnement. Nous avons sûrement besoin de les surveiller pour suivre les effets concernant le cancer et autres maladies. La population générale serait divisée en deux groupes: un qui a été exposé à un rayonnement relativement faible et l'autre qui a été exposé à des radiations relativement élevées. "

 

 

- - --

 

NB : Désolé une manipulation technique hasardeuse a entrainée la fusion de la première parution; après rétablissement du refroidissement de mes neurones, je republie. Les premiers commentaires ont fait pschitt avec :-(

 

 

Je vous remercie de poster des critiques constructives en réaction à cet article.

more...
Marie Normandie's comment, August 21, 2011 3:36 PM
Refroidissement des neurones par projection d'eau salée à partir d'hlélicoptère ?ou le circuit secondaire de secours a-t-il pu se mettre automatiquement en route ?
prestant's comment, August 21, 2011 3:51 PM
@marie : une trépanation de l'enceinte de confinement primaire et "15" points de suture ont suffi. Ca va mieux.