[eng] [edito] La tâche est urgente de restaurer les villes natales et leur environnement pour les sinistrés |The Mainichi Daily News | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

(traduction)

 

Le poète Ryoichi Wago a écrit sur Twitter

« Des radiations tombent sur nous. C’est une nuit silencieuse » sous le titre "Shi-no-Tsubute" ("La Pierre des Poèmes").

« Que représente votre ville natale pour vous ? Ma ville natale est tout pour moi ».

 

Les messages que Wago, un résident de Fukushima, a commencé à poster sur Twitter peu après que le séisme et le tsunami du Grand Est Japonais du 11 Mars ait frappé sa ville natale ont attiré de plus en plus l’attention du public. Il est apparu comme un conteur qui fournit des informations en temps réel sur la catastrophe naturelle et la crise nucléaire (…).

 

Dans ses messages, Wago, qui est aussi un professeur de langue Japonaise à l’école supérieure Hobara – Date, préfecture de Fukushima - a exprimé son angoisse et sa colère contre les fuites radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima, tout en diffusant des informations sur les dommages que la catastrophe a causé à la région de Sanriku et en écrivant à propos de son attachement émotionnel à sa ville natale de Fukushima et à la ville de Minamisoma ( préfecture de Fukushima), où il a commencé à travailler comme professeur.

 

Ce poète contemporain a commencé à être bien connu des japonais et ses œuvres ont été publiées (…) sous forme d’anthologie.

 

« Furusato » ( « Ville natale »), une chanson traditionnelle japonaise est à présent identifiée comme une chanson pour exprimer de la sympathie et pour encourager les habitants des zones touchées par la catastrophe. Le ténor espagnol Placido Domingo, qui est venu au Japon à la suite du 11 Mars, a chanté la chanson en Japonais, impressionnant son auditoire japonais.

 

A la suite de la catastrophe, le mot “furusato” a gagné le cœur de nombreux personnes au Japon. “furusato” ne signifie pas seulement la place où on nait et grandit. Cela signifie aussi l’endroit qui a un environnement naturel, une communauté du quartier et des gens qui nous sont familiers. Tout ceux dont le “furusato” a été dévasté par la catastrophe espère avec angoisse restaurer ces choses importantes qu’ils ont perdu.

 

(…)

 

-----

lien http://bit.ly/nsDaLF pour le « furusato » chanté par Placindo Domingo le 10 Avril ; discours très délicat du ténor en introduction ; à 1’40 pour le chant ; à 4’10 on entend le public qui chante avec ! et 2mn d’applaudissements et  la jeune cantatrice qui chante avec le ténor pleure.

 

Illustration : timbres japonais pour que le message vous arrive :-) !