[Eng] {point de vue} Construire une "démocratie lente" basée sur la transparence et le dialogue  par Genichiro Takahashi | asahii | Japon : séisme, tsunami & conséquences | Scoop.it

(traduction)

 

(...) Le numéro d’août de Voice a réalisé une traduction en japonais d’une contribution de Jacques Attali, un économiste français. Comme le Japon, la France promeut l’électronucléaire comme une question de politique nationale

.

Déclarant que le gouvernement français doit être « 100% transparent » et doit « fournir toutes les informations », Attali a noté « que nul pays qui ne serait démocratique ne devrait utiliser l’énergie nucléaire. A mon avis, être une démocratie est une condition absolue pour n’importe quel pays pour utiliser l’énergie nucléaire et la transparence est indispensable pour utiliser l’énergie nucléaire. Un pays qui n’a pas de transparence n’est pas une démocratie ».

 

Si l’argument d’Attali est valide, il s’en suit alors que le Japon n’est pas une démocratie, ce qui par voie de conséquence signifie que le Japon ne peut pas et ne devrait pas utiliser l’énergie nucléaire. (Il y a aussi l’argument que puisque un accident peut placer une centrale nucléaire hors de contrôle, aucune démocratie peut gérer la production d’énergie d’origine nucléaire) .

 

Egalement dans l’édition d’Août de Voice, Kimindo Kusaka, un critique, a proposé l’établissement d’une gestion municipale des centrales nucléaires. Est-ce juste une imagination en panne ? Je ne le crois pas. La proposition de Kusaka peut être comprise comme une manifestation de sa colère contre le pouvoir central et les compagnies d’énergie, en lesquels il n’est plus possible d’avoir confiance pour gérer l’énergie nucléaire suite à leur refus obstiné d’être transparent et de publier les informations.

 

Le désastre tremblement de terre-tsunami-&-désastre-nucléaire du 11 Mars a révélé des défauts majeurs dans la démocratie japonaise. Que faisons nous à présent ?

 

(...)

 

* * *

Genichiro Takahashi, noveliste et professeur à la Meiji "Gakuin University", est né en 1951.

 

-------

 

Remarque : l'article est présenté formellement comme un point de vue. Etant donné qu'il relie la France et le Japon dans une réflexion d'actualité, il m'a paru intéressant de vous le signaler.

 

Le titre est développé dans la suite de l'article ; il reprend à son compte le principe que le temps du cycle des élections est incompatible avec certains aspects fondamentaux de notre société qui demandent une réfléxion et des dialogues apaisés entre toutes les parties prenantes. 

 

Je vous laisse le soin de lire jusqu'à la conclusion assurément anticonformiste mais à y bien réfléchir pas sans une part de vérité ?