[google trad] TOKYO, 16 avr, 2011 (IPS) - Depuis l'horrible séisme et le tsunami du 11 mars qui ont dévasté la ville côtière de Minato, à Ishinomaki ville, Masami , la petite fille d'Endo, trois ans, pleure chaque nuit en s'accrochant à sa maman.

"Ma fille, Sakura, n'a jamais pleuré de peur de l'obscurité jusqu'à ce désastre. Elle est complètement différente, de nature plutôt joyeuse, plus stoïque qu'elle était avant», Endo, une mère célibataire , a déclaré à IPS.

Endo est très inquiète pour son enfant. Les deux ont vu les dégâts du tsunami dans leur ville du premier étage de leur maison, détruisant tout sur son passage. Ishinomaki est située à Miyagi-préfecture, à environ 330 kilomètres au nord de Tokyo.

L'histoire de Sakura n'est qu'un exemple parmi des milliers d'histoires de détresse semblables maintenant racontée par les survivants du séisme et du tsunami qui ont dévasté la côte du nord du Japon .
(...)

Source : Prestant