Metaglossia: The ...
Follow
Find tag "moliere"
244.2K views | +59 today
Metaglossia: The Translation World
News about translation, interpreting, intercultural communication, terminology and lexicography - as it happens
Curated by Charles Tiayon
Your new post is loading...

Les sept solitudes africaines de Molière

Les sept solitudes africaines de Molière
Je suivais ce 03 octobre 2012, sur la Radio France internationale, une interview de l’écrivain et homme politique congolais, ambassadeur du Congo en France, Henri Lopes, se prononçant sur l’Organisation internationale de la Francophonie, et la décision du président gabonais Ali Bongo de faire enseigner l’anglais dès le cours primaire au Gabon, un moyen de vulgariser cette langue étrangère dans son pays, à l’instar du Rwanda de Paul Kagamé qui a réussi à faire de l’anglais la langue étrangère la plus parlée dans son pays, et bientôt le Burundi. Selon le diplomate et écrivain congolais, on remarque un certain laxisme de la francophonie à défendre le français, l’organisation ayant de plus en plus tendance à devenir politique.
Belle analyse, dans la mesure où il faut vraiment remarquer que l’Organisation internationale de la Francophonie ne joue pas pleinement le plus grand rôle qui est le sien, la défense et la vulgarisation de la langue française. En Afrique, l’un des plus grands bastions de la langue française aujourd’hui, le français souffre de ce que l’on peut appeler un vice, un vice qui s’accentue de plus en plus avec la prise de conscience d’une certaine élite africaine déterminée à éradiquer le fléau de la françafrique, et qui soutient que la langue française, qu’elle voit avant tout comme une langue coloniale, est la première et la plus grande arme de cette maffia à travers laquelle la France continue de ruiner ses anciennes colonies après les indépendances de ces dernières.
Le désintérêt grandissant des peuples africains envers le français et qui les pousse de plus en plus vers l’anglais n’est pas seulement dû à la sphère plus élargie de l’anglais, mais aussi à une comparaison entre les anciennes colonies anglaises et françaises du continent. Le contraste saute aux yeux, les anciennes colonies anglaises sont économiquement, politiquement et socialement plus à l’aise que les françaises qui sont presque toutes des dictatures écartelées entre des guerres civiles et confits politiques dans la plupart des cas allumés depuis la France. Et la francophonie rappelle plus aux Africains cette France qui cherche par tous les moyens à les maintenir dans un état de colonisés et les piller à loisir, qu’une organisation dans laquelle doivent se fondre tous les peuples parlant la langue française, surtout qu’on remarque que la plupart de ses acteurs sont des alliés plus ou moins directs des dictatures qui détruisent les pays francophones africains. Plus la France pourrit sa politique vis-à-vis de l’Afrique, moins sa langue intéresse les Africains.
Les peuples africains ne veulent pas de cette francophonie politisée qui s’illustre aujourd’hui comme une ramification de cette grande secte qu’on appelle par convention la communauté internationale, constituée en grande partie d’anciennes puissances colonisatrices, qui perpétuent, par des moyens directs ou indirects, les affres de l’impérialisme sur le continent noir, imposant et maintenant au pouvoir des régimes détestés par les peuples, cette francophonie qui n’est qu’un bras long de la France sur ses anciennes colonies. On ne peut pas comprendre que dans des pays francophones africains, des collèges, lycées et universités n’aient pas accès à des livres, même les plus importants pour l’apprentissage de la langue française, que des élèves et étudiants francophones parmi lesquels se trouvent de futurs orfèvres de la langue française, puissent passer tout leur cursus sans avoir assisté à une vraie rencontre ou festival littéraire, que de jeunes créateurs manquent de structures pour faire découvrir leurs créations… on ne peut pas comprendre qu’il n’y ait, dans nos pays, aucune activité qui donne envie d’apprendre et aimer le français, alors que la francophonie, à chaque crise politique, sociale ou militaire, bondit pour sanctionner ces pays.

Scoop.it!
No comment yet.