Metaglossia: The Translation World
327.0K views | +20 today
Follow
Metaglossia: The Translation World
News about translation, interpreting, intercultural communication, terminology and lexicography - as it happens
Curated by Charles Tiayon
Your new post is loading...

International Business: Brand acronyms, initials lost in translation | Deseret News

When Utah-based PowerQuest expanded into France, the now-defunct technology company was forced to redo its logo. As product marketer Laura Shafer explained earlier this year at a breakfast meeting for the World Trade Association of Utah, the initials PQ were removed because in France PQ means toilet paper.

Some companies might think brand names made up of initials actually reduce risk of linguistic blunders in another language, but various examples prove this perception is far from true.

PowerQuest is not the only company to encounter intercultural linguistic problems with its acronym or initials. This column previously mentioned the Japanese PPPhone (pronounced “pee pee phone”), which had a perfectly valid meaning behind the two extra letters, but the pronunciation caused some snickers in the United States.

“In 1988, the General Electric Company and Plessey combined to create a new telecommunications giant,” wrote Tex Texin and Jem Shaw on a popular internationalization website. “A brand name was desired that evoked technology and innovation. The winning proposal was GPT for GEC-Plessey Telecommunications, (although it was) not very innovative … not suggestive of technology, and a total disaster for European branding. GPT is pronounced in French as ‘J’ai pété’ or ‘I've farted.’

Scoop.it!
No comment yet.

Entre traduction et adaptation REFLET CULTUREL - Liberté Algérie , Quotidien national d'information

Entre traduction et adaptation
Par : Abdennour Abdesselam
Mon propos traite de la traduction et de l’adaptation seulement dans les domaines de la littérature, du théâtral et de la cinématographie. Les deux procédés relèvent de la création. Adapter est une exécution différente de la traduction en ce sens que l’adaptateur s’inspire de la trame d’une œuvre donnée qu’il ajuste et aménage avec une certaine liberté d’inspiration mais en installant une harmonie entre l’œuvre source et l’œuvre adaptée. L’adaptation peut être réalisée d’un domaine à un autre : du roman vers le cinéma, le théâtre, etc. Adapter c’est, dit-on, réaliser une œuvre à l’état second. Généralement, l’adaptation est soumise à un accord préalable entre l’auteur de l’œuvre source qui a le souci de conserver l’originalité de son message et l’adaptateur. Traduire un texte d’une langue à une autre, c’est censé dire la même chose par transfert de sens d’une pensée à une autre. Une dose d’éloignement dans toute traduction s’impose d’elle-même, car chaque langue est un système à part qui ne reconnaît que le sien. Les langues étant naturellement autonomes les unes des autres, les unes par rapport aux autres. Il n’y a donc pas d’expression à valeur et à correspondance purement exactes dans deux langues. Même les mots à forte similitude n’ont pas d’équivalence ou de signification rigoureuse et précise, ni même une destination littéraire unique. La transposition n’est pas toujours possible et laisse apparaître des interférences. En conséquence de quoi il est presque impossible de réussir fidèlement toute traduction. Il y a toujours une part d’infidélité et d’éloignement par rapport au sens originel. Mammeri disait : "... des vers que j’ai vu remuer des publics berbères jusqu’aux larmes peuvent laisser parfaitement indifférents un public européen auquel on les traduit ; Parallèlement j’ai traduit en berbère des textes classiques de la littérature française qui visiblement ne produisaient sur mon auditoire que des effets très mitigés." Voilà pourquoi dit-on qu’il n’y a pas de traductions parfaites, il y a seulement de bonnes traductions. Inévitablement face aux deux procédés se pose la question déterminante de la fidélité.

Scoop.it!
No comment yet.

A Review of ‘The Liar,’ at the Shakespeare Theater of New Jersey

“The Liar,” now onstage at the Shakespeare Theater of New Jersey in Madison, is an effervescent comedy based on a 1643 play by the French dramatist Pierre Corneille.
Scoop.it!
No comment yet.

Com Ciência - SBPC/Labjor

A revista Com Ciencia e uma publicacao da SPBC/Labjor e divulga reportagens interativas sobre ciencia e tecnologia.
Scoop.it!
No comment yet.

Poetry in motion as South Africans tackle Shakespeare

The opening performance that will kick off the Globe Theatre's pre-Olympic Shakespeare festival on Saturday is taking shape just a stone's throw from South Africa's parliament and President Zuma's Cape Town office.
Scoop.it!
No comment yet.