Metaglossia: The ...
Follow
Find
170.5K views | +109 today
Scooped by Charles Tiayon
onto Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

El error de traducción que casi desata la tercera Guerra Mundial

El error de traducción que casi desata la tercera Guerra Mundial | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Durante los años de la Guerra Fría, desde el final de la II Guerra Mundial hasta la caída del Muro de Berlín, cualquier hecho puntual era susceptible de malinterpretarse y generar un nuevo conflicto bélico a nivel mundial. Uno de esos hechos fue un error de traducción de las palabras del dirigente soviético Nikita Khrushchev.

En junio de 1956, y tras un golpe de estado, Nasser era elegido presidente de Egipto. Sus primeras medidas cambiaban el rumbo de Egipto: reemplazó las políticas pro-occidentales de la monarquía por una nueva política panarabista cercana al socialismo y nacionalizó el Canal de Suez. Las consecuencias fueron inmediatas… la Guerra del Sinaí que implicó militarmente a Reino Unido, Francia e Israel contra Egipto....

more...
No comment yet.
Metaglossia: The Translation World
News about translation, interpreting, intercultural communication, terminology and lexicography - as it happens
Curated by Charles Tiayon
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

UN Careers - jobs in this network (Translators, Revisers, Editors, etc.)

UN Careers -  jobs in this network (Translators, Revisers, Editors, etc.) | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Vacancies in this network: Translators, Revisers, Editors, etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Yancuic

Yancuic | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Traducirán 'El Quijote' a hñahñu
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Intérpretes para indígenas, derecho indispensable

Intérpretes para indígenas, derecho indispensable | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Se busca que en los procesos penales se nombre de oficio uno o más intérpretes que deberán traducir fielmente las preguntas y contestaciones.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Google Algorithms Are Not The Same In All Countries

Google Algorithms Are Not The Same In All Countries | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
A Black Hat World forum thread asks if Google's algorithms work the same in all the various countries throughout the world.The quick answer is no, they do not all work the same.Specific examples inclu
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Antología de Poesía Peruana es traducida a hindi y bengalí | Actualidad Tuteve.tv

Antología de Poesía Peruana es traducida a hindi y bengalí | Actualidad Tuteve.tv | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
El embajador de Perú en la India, Javier Paulinich, remarcó que con esto se busca de dar a conocer la literatura peruana al público indio
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Family of deaf couple sues Erlanger over lack of interpreters

Family of deaf couple sues Erlanger over lack of interpreters | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
A Chattanooga family backed by a state disability advocacy group has filed a discrimination lawsuit against Erlanger Health System claiming the hospital did not provide the husband and wife — both deaf — with a medical interpreter during crucial health procedures and for prolonged periods while they were patients at the hospital.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

DELAY ON INTERPRETER VISAS ATTACKED

DELAY ON INTERPRETER VISAS ATTACKED | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Former Liberal Democrat leader Lord Ashdown has accused the Government of
Charles Tiayon's insight:

Former Liberal Democrat leader Lord Ashdown has accused the Government of "shaming the nation" for failing to process visa applications for Afghan interpreters quickly enough.

Up to 600 locally engaged civilians (LECs) in Afghanistan, many of whom worked as interpreters, are eligible to apply for relocation to the UK. So far some 270 have applied to come, but only two visas have been granted.

Speaking in the House of Lords today, Lord Ashdown of Norton-sub-Hamdon said, in view of the figures, he could not but conclude that the scheme was "in its application and its substance mean-spirited and shaming to the nation".

The issue was first raised by Liberal Democrat peer Lord Lee of Trafford who asked: "Isn't our national honour at stake here?...Who is dragging their feet? Is it the Home Office? Is it Ministry of Defence or is it a combination of both?

"Could I ask you...would you bring this shameful situation to the attention of the Prime Minister so he can use his authority to actually get some priority resource put into this situation?

"We have a huge debt of obligation to those who have laid their lives on the line for this country and we have to do something about it before the end of the year."

Defence minister Lord Astor of Hever said he was assured that the Home Office had the necessary resources to carry out the "very important" task or relocating those who had stood "shoulder to shoulder" with British troops.

The Conservative peer, who said he could not accept Lord Ashdown's claim, added: "I have asked my officials as a matter of urgency to work with their colleagues across Government... to ensure momentum is maintained."

He insisted applications were being processed and said he expected a "steady stream". But, he added, it was a very complicated process involving heath and security checks, verifying family members and finding local authorities to take them.



Read more: http://www.dailymail.co.uk/wires/pa/article-2704172/DELAY-ON-INTERPRETER-VISAS-ATTACKED.html#ixzz38Qf8xqb2 
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

APPEL À CONTRIBUTIO Atelier de traduction, numéro 2

Au sein de la traductologie, discipline à part entière et domaine de recherche privilégié, un éventail de sujets et d’approches se déploie, côtoyant une conceptualisation du phénomène multiforme qu’est le traduire.

L’atelier de travail du traducteur se prête à une observation sur l’axe de la synchronie ainsi que sur l’axe de la diachronie, plusieurs aspects étant intéressants à analyser: la dimension culturelle du texte littéraire en traduction et l’image du traducteur en tant qu’ambassadeur culturel, la critique des traductions, le phénomène de la retraduction, l’histoire de la traduction, etc., pour ne mentionner qu’une partie des approches possibles dans le cadre des études traductologiques.

Dans l’esprit d’ouverture induit par la réflexion sur la traduction, dans le numéro 23 de la revue Atelier de traduction nous encourageons une politique d’ouverture, invitant les contributeurs à réfléchir sur tous les aspects, les instances et les rapports qui agencent le vaste et complexe atelier du traducteur, en amont et en aval de la publication d’une traduction.

Nous vous proposons d’intégrer vos réflexions/ analyses dans les rubriques suivantes de notre revue:

→ Articles: section ouverte à toute contribution portant sur la pratico-théorie de la traduction. Tout en privilégiant la traduction littéraire, la rubrique reste ouverte à des analyses concernant la traduction scientifique, la problématique de la terminologie, la question de l’interprétariat ou la traduction audio-visuelle.

→ Portraits de traducteurs/ traductrices qui ont marqué l’histoire de la traduction à travers différents espaces culturels.

→ Comptes rendus critiques d’ouvrages récemment parus, traitant de la traduction (actes des colloques, dictionnaires, ouvrages collectifs, ouvrages d’auteur, etc.).

 

Vous êtes priés d’envoyer vos propositions d’articles jusqu’au plus tard le 31 décembre 2014, pour le numéro 23 de la revue Atelier de traduction.

Vos contributions sont attendues aux adresses suivantes:

Muguraş Constantinescu, mugurasc@gmail.com

Anca-Andreea Chetrariu, chetrariu_anca30@yahoo.com

Pour d’autres informations pratiques, nous vous invitons à consulter le site de la revue: http://www.usv.ro/atelierdetraduction

 

CONSEILS AUX AUTEURS POUR LA PRÉSENTATION DES TEXTES

 

 L’article sera envoyé par courriel dans un fichier Word (.doc) attaché qui  portera le nom de l’auteur.

 L’article aura entre 25 000 et 30 000 signes et sera rédigé en français.

 Le titre sera écrit en lettres majuscules et centré.

 Le prénom et le nom de l’auteur seront alignés à droite. L’affiliation de l’auteur et son adresse électronique seront précisées dans une note de bas de page.

 Le texte de l’article sera accompagné :

o d’un résumé de 500 à 600 signes en anglais ;

o de cinq mots-clés en anglais, séparés par une virgule ;

o d’une présentation de l’activité professionnelle de l’auteur et de ses domaines d’intérêt, rédigée en français, qui aura entre 500 et 600 signes.

 La police sera Garamond 12 pt, sauf pour le résumé, les mots-clés et la bibliographie (11 pt), interligne simple.

 Le format du document sera B5.

 Il n’y aura pas de retrait pour le premier paragraphe des sections.

 Les majuscules seront accentuées.

 Les notes de bas de page sont réservées à des informations complémentaires ; les références bibliographiques seront écrites entre parenthèses dans le texte, selon le modèle : (Meschonnic, 1999 : 25). Les notes seront numérotées à partir de 1 à chaque page.

 Les citations et les exemples dans le texte ne dépasseront pas trois lignes et seront mis entre guillemets à la française (« ... »). Les citations et les exemples qui excèdent trois lignes seront mis en retrait et en caractères de 11 pt, sans guillemets.

 Toutes les citations dans une langue autre que le français seront traduites en notes de bas de page.

 La bibliographie sera placée en fin d’article et sera rédigée selon le modèle suivant :

Delisle, Jean (2003) : La traduction raisonnée : manuel d’initiation à la traduction  professionnelle de l’anglais vers le français. 2e éd. Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa.

 

Pour tout renseignement, écrivez aux personnes de contact :

 Muguraş Constantinescu, mugurasc@gmail.com

 Anca-Andreea Chetrariu, chetrariu_anca30@yahoo.com

RESPONSABLE :
Charles Tiayon's insight:

Au sein de la traductologie, discipline à part entière et domaine de recherche privilégié, un éventail de sujets et d’approches se déploie, côtoyant une conceptualisation du phénomène multiforme qu’est le traduire.

L’atelier de travail du traducteur se prête à une observation sur l’axe de la synchronie ainsi que sur l’axe de la diachronie, plusieurs aspects étant intéressants à analyser: la dimension culturelle du texte littéraire en traduction et l’image du traducteur en tant qu’ambassadeur culturel, la critique des traductions, le phénomène de la retraduction, l’histoire de la traduction, etc., pour ne mentionner qu’une partie des approches possibles dans le cadre des études traductologiques.

Dans l’esprit d’ouverture induit par la réflexion sur la traduction, dans le numéro 23 de la revue Atelier de traduction nous encourageons une politique d’ouverture, invitant les contributeurs à réfléchir sur tous les aspects, les instances et les rapports qui agencent le vaste et complexe atelier du traducteur, en amont et en aval de la publication d’une traduction.

Nous vous proposons d’intégrer vos réflexions/ analyses dans les rubriques suivantes de notre revue:

→ Articles: section ouverte à toute contribution portant sur la pratico-théorie de la traduction. Tout en privilégiant la traduction littéraire, la rubrique reste ouverte à des analyses concernant la traduction scientifique, la problématique de la terminologie, la question de l’interprétariat ou la traduction audio-visuelle.

→ Portraits de traducteurs/ traductrices qui ont marqué l’histoire de la traduction à travers différents espaces culturels.

→ Comptes rendus critiques d’ouvrages récemment parus, traitant de la traduction (actes des colloques, dictionnaires, ouvrages collectifs, ouvrages d’auteur, etc.).

 

Vous êtes priés d’envoyer vos propositions d’articles jusqu’au plus tard le 31 décembre 2014, pour le numéro 23 de la revue Atelier de traduction.

Vos contributions sont attendues aux adresses suivantes:

Muguraş Constantinescu, mugurasc@gmail.com

Anca-Andreea Chetrariu, chetrariu_anca30@yahoo.com

Pour d’autres informations pratiques, nous vous invitons à consulter le site de la revue: http://www.usv.ro/atelierdetraduction

 

CONSEILS AUX AUTEURS POUR LA PRÉSENTATION DES TEXTES

 

 L’article sera envoyé par courriel dans un fichier Word (.doc) attaché qui  portera le nom de l’auteur.

 L’article aura entre 25 000 et 30 000 signes et sera rédigé en français.

 Le titre sera écrit en lettres majuscules et centré.

 Le prénom et le nom de l’auteur seront alignés à droite. L’affiliation de l’auteur et son adresse électronique seront précisées dans une note de bas de page.

 Le texte de l’article sera accompagné :

o d’un résumé de 500 à 600 signes en anglais ;

o de cinq mots-clés en anglais, séparés par une virgule ;

o d’une présentation de l’activité professionnelle de l’auteur et de ses domaines d’intérêt, rédigée en français, qui aura entre 500 et 600 signes.

 La police sera Garamond 12 pt, sauf pour le résumé, les mots-clés et la bibliographie (11 pt), interligne simple.

 Le format du document sera B5.

 Il n’y aura pas de retrait pour le premier paragraphe des sections.

 Les majuscules seront accentuées.

 Les notes de bas de page sont réservées à des informations complémentaires ; les références bibliographiques seront écrites entre parenthèses dans le texte, selon le modèle : (Meschonnic, 1999 : 25). Les notes seront numérotées à partir de 1 à chaque page.

 Les citations et les exemples dans le texte ne dépasseront pas trois lignes et seront mis entre guillemets à la française (« ... »). Les citations et les exemples qui excèdent trois lignes seront mis en retrait et en caractères de 11 pt, sans guillemets.

 Toutes les citations dans une langue autre que le français seront traduites en notes de bas de page.

 La bibliographie sera placée en fin d’article et sera rédigée selon le modèle suivant :

Delisle, Jean (2003) : La traduction raisonnée : manuel d’initiation à la traduction  professionnelle de l’anglais vers le français. 2e éd. Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa.

 

Pour tout renseignement, écrivez aux personnes de contact :

 Muguraş Constantinescu, mugurasc@gmail.com

 Anca-Andreea Chetrariu, chetrariu_anca30@yahoo.com

RESPONSABLE :
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Senior Bilingual Writer/Proofreader/Editor job, Cape Town, Woodstock

Senior Bilingual Writer/Proofreader/Editor job, Cape Town, Woodstock | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Our client is a fast-paced, eccentric, advertising agency.
Charles Tiayon's insight:

Our client is a fast-paced, eccentric, advertising agency. It has an ethos of creating, building, developing and thinking out ‘great things’. 

Do you love writing? Do you read broadly and understand target markets? Are you a meticulous editor, great at linguistics (spelling, grammar, language structures)?

This position takes on the responsibility of copywriter within the creative group and sees the individual tasked with all forms and functions of writing, editing, and proof reading.

Job categories:

The largest portion of the employee’s work will be conducted across the following job categories:

Writing:
- Descriptive writing
- Expository writing
- Journals and letter writing
- Narrative writing
- Persuasive writing
- Formal commerce writing
- Poetry writing
- Creative writing

Editing:

Quality copy control and quality enhancement of copy across the following areas:

- Graphic design
- Conceptualisation and Idea Generation
- Creative presentation, brainstorming and referencing
- Electronic design
- Electronic creative (TV, radio, etc.)
- Digital creative (Web, digital, social media, etc.)
- Written creative (Scripts, Text, PR, etc.)
- Presentation
- Pitches
- Re-production
 -Finished art
- Actual campaign element production execution within mediums and channels
- General commerce

Proof reading:

Charged with the responsibility of proofing all copy materials for the group, its clients and their brands in the areas of:

- Corporate
- Brand
- Marketing
- Advertising and communication (ABL, THRL, BTL)
- Digital
- CSI
- PR
- Television
- Event and live media

Description of works:

- Strategic copy
- Research copy
- Brand surveys
- Brand analysis
- Brand dissection, summaries, overviews and in-depth brand bibles
- Project reports and post mortems
- Pitch scripts
- Call centre
- Voice recording scripts
- Voice on hold scripts
- Legal and campaign disclaimers
- Brand and campaign caller scripts
- Other call centre information
- Editorial
- Magazine articles
- Reviews
- Newsletter articles
- Monthly brand and company newsletters
- Internal company marketing and branding materials
- Internal communication materials
- Advertorials
- Press placements
- Other editorial texts
- Television and broadcast
- Show log lines
- Show titles
- General sub-titles
- Translations
- Credits
- Story pitches
- Programme concepts
- TV Programme Scripts
- TV Programme episodes
- Overdubs
- Script revisions and edits and re-writes
- Tele-prompter text
- General writing
- Poems
- Essays
- Persuasive letters
- Letters to the editor
- Reviews for all industries
- Stories
- Journals
- E-mail messages
- Commerce writing
- Reports
- Summaries
- Legal documents
- Letters of complaint
- Letters of insistence
- Letters of demand
- Annual supplier letters
- Letters of good service
- Letters of reference
- General introductions to legal notices
- Corporate presentations
- Corporate tenders
- Annual reports
- Board reports
- Other corporate writing
- PR
- Editorial notices
- Press releases
- Media invitations
- Press Packs
- Media electronic mailers
- Media contact mails
- Advertising
- Television scripts (specific to brand, audience, medium)
- Radio scripts (specific to brand, audience, medium)
- Print ad copy
- Corporate ID slogans
- Strap lines
- Billboard headers and catch phrases
- ROP Press Copy incl. disclaimers and terms and conditions
- POS copy
- Graphic Material copy (brochures, leaflets, posters, K&D, invites, newsletters, recipe books, catalogues, etc.)
- Any and other related ABL, THL, BTL copy
- Digital
- SMS advertisements, notifications, disclaimers
- Tweets
- Facebook Posts
- LinkedIn profiles, updates, additions
- General social media copy
- Necessary social media responses for other apps (Instagram, Pinterest, YouTube, etc.)
- Company and brand blogs
- Client and group website copy, updates, additions, notes, expansions, reviews, responses
- Social media crises management, monitoring, response, damage control, reputation management, brand protection
- Online presence management through effective copy and response
- Content for all forms of digital advertising – banners, click through, pop-ups, etc.

Administrative:

- Implementing departmental copy procedures and processes as decreed by the company
- Developing and improving efficient and productive copy workflow systems
- Implementing regular and improved copy communication systems
- Ensuring that the department adhere to systems, and work rules
- Ensuring that all work is produced in accordance with the correct modes of file handling including naming, saving, backups and archiving, as well as modes for receiving, producing and delivering design projects, either in an individual capacity or as part of a creative team

Manage and understand the agency’s key critical systems such as:

- Chase
- Media Tracker
- ADSend
- And new systems as and when required
- Meeting with CS, creative team regarding briefs and project information
- To regularly get feedback on the clients receptivity to our copy approaches, presentations and works
- To ensure that all copy work time spent is recorded according the areas of work performed
- Accurate, up to date and correctly identified time-keeping, tracking and recording of jobs and job functions on Chase timesheet daily

Requirements

- Experience conceptualising and developing ideas
- To be disciplined
- Committed and very hard working
- Order and production oriented
- Leadership
- Productive and deadline oriented worker
- Positive attitude


To be considered for this role please send the following to talyn@recruitdigital.co.za:

• Cv/LinkedIn profile
• Portfolio displaying a large portion of the above
• Notice period and current CTC (please note salary budget
Posted on 17 Jul 15:08

Contact details
Talyn Perdikis
Recruit Digital
talyn@recruitdigital.co.za

Or Apply with your Biz CV
- Create your CV once, and thereafter you can apply to this ad and future job ads easily.



RECRUIT DIGITAL

Recruit Digital; leading recruitment agency for the Digital, Media, IT & Advertising sectors in South Africa.

Covering both Cape Town and JHB roles, Recruit Digital provides staff for Media firms, Digital Agencies, Corporates, Startups, E-commerce retailers, and all other Internet related businesses.

Recruit Digital fills vacancies within Client Services, Creative & Design, Development & Technology, Sales, Copy-writing, Social Media, SEO, Planning & Strategy, Marketing, Senior Management & Executive positions.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

The Connection Between Human Translation and Computerized Translation Programs

The Connection Between Human Translation and Computerized Translation Programs | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
A new study that was conducted by the Department of Computer Science at the University of Haifa suggests a number of new discoveries relating to the unique linguistic features of text that has been translated by a person that can significantly improve the capabilities of computerized translation programs
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

FOSS to save endangered languages around the world | Opensource.com

FOSS to save endangered languages around the world | Opensource.com | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
The Language Atlas of UNESCO shows that 197 Indian languages are endangered. I believe if the FOSS community works together, we can save them.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Novelist Bae Su-ah's work to be published in English

Novelist Bae Su-ah's work to be published in English | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
An English translation of popular South Korean novelist Bae Su-ah's 1998 book "Chul-soo" will be published in the United States next year, a government agency said Wednesday.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Language and Basic Rights in India: Beyond English

Language and Basic Rights in India: Beyond English | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Why India cannot become truly integrated or democratic until it uses its native languages more.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Improving language skills, the Cambridge way

Improving language skills, the Cambridge way | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
CHENNAI: The first batch of 100 teachers, who underwent Cambridge English Language assessment programme, was awarded certificates at a function on Tuesday by Ma...
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Stanford scientists identify body language tied to creativity, learning

Stanford scientists identify body language tied to creativity, learning | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Your body language can hint at your emotional state. Scientists in the Communication Department now find that observing subtle changes in your torso and head movements can predict creative output or learning ability.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

POUR APPROFONDIR - Traduire l’invisible et l’indicible ? — Eglises d'Asie

POUR APPROFONDIR - Traduire l’invisible et l’indicible ? — Eglises d'Asie | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

L’adage est bien connu : Traduttore, traditore. Traduire, c’est trahir. Pour certaines langues qui ont des affinités entre elles, la traduction reste un exercice toujours difficile et délicat. Que dire alors pour des langues qui semblent s’ignorer complètement tant leurs syntaxes respectives diffèrent ? Pierre Leyris, traducteur d’Herman Melville, avait la modestie de dire que « traduire, ...

... c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive ». On ne dit jamais exactement la même chose dans l’une et l’autre langue. C’est bien la difficulté que rencontrent les missionnaires chrétiens en terre chinoise, eux qui doivent sans cesse non seulement faire passer dans la langue chinoise le message évangélique mais comprendre au plus près ce que sous-entendent et laissent à voir les idéogrammes chinois.

Le P. Pierre Jeanne, membre de la Société des Missions Etrangères de Paris, est prêtre à Hongkong. Fort d’une longue expérience pastorale et d’enseignant, il esquisse dans le texte ci-dessous certaines des difficultés et des joies qu’éprouve le traducteur du message chrétien en langue chinoise. Pierre Jeanne a publié en 2011 Mieux traduire (汉法翻译指南), aux éditions You Feng, à Paris.

 


Les caractères chinois agissent pour l’œil comme de la publicité clandestine. Celle-ci consiste à placer les objets à commercialiser, dans le décor général ou dans les mains de personnages principaux, pendant un feuilleton ou un film. Les spectateurs, inconsciemment, enregistrent l’usage de ces objets et désirent acheter ce qu’on leur a présenté à leur insu. Dans un texte chinois, les caractères sont des représentations matérielles des mots. Il y a donc un tas d’informations, dans chacun d’entre eux, qui n’ont rien à voir avec le sens du texte mais qui sont là quand même. Lors de la lecture, l’œil les remarque, consciemment ou pas. Le caractère « famille » est formé d’autres caractères, notamment de celui du cochon. Dans celui qui signifie « passerelle », il y a du bois. Dans l’idéogramme « orgueil » figure un cheval. Tout cela existe bel et bien dans le texte chinois mais ne peut pas apparaître dans une traduction française car les lettres de l’alphabet, prises séparément, n’ont pas de sens (1). Du coup, elle semble fade et appauvrissante pour un œil chinois. Pékin prétend que c’est pour cela que la Chine ne gagne pas plus souvent le prix Nobel de Littérature (2). A l’opposé, le philosophe allemand Leibniz (1646-1716) pensait que la langue chinoise pourrait devenir un langage universel, car c’était, d’après lui, « l’algèbre de la pensée humaine ».

Les factures des traducteurs

Les commandes de traductions, chez les professionnels, peuvent être réparties en trois catégories selon leur difficulté :
- des textes faciles parlant de la vie courante, des lettres administratives qui ne présentent aucun caractère personnel, des propos de gens ordinaires ;
- des récits, des correspondances personnelles, les sous-titres de film, des témoignages ;
- la traduction spécialisée : poésie, littérature, texte dépendant lourdement de la culture source, traités scientifiques ou techniques, découvertes archéologiques, etc.

Le prix payé varie selon la difficulté de l’écrit que l’on fait traduire. Quand il s’agit des textes très délicats à comprendre, de vocabulaire rare ou compliqué et raffiné, le prix peut facilement être multiplié par dix ou vingt car le traducteur doit entreprendre des recherches pour réussir à restituer le sens exact du texte d’origine, dans la langue d’arrivée.

Différents degrés de difficulté pour la traduction religieuse

A quel niveau se situe la traduction religieuse, par oral ou par écrit, que produit le missionnaire quand il exerce son ministère parmi les Chinois ? « Et, tout d’abord, Dieu est-il indicible ? Mais non, il ne faut pas hésiter à trouver des qualificatifs pour parler de lui. Même s’ils ne disent pas tout ! » On peut sentir, dans ce raisonnement rapide, combien certaines traductions approximatives peuvent être contestables aux yeux de lecteurs très exigeants.

La traduction religieuse se situe aux trois niveaux cités plus haut, à la fois. Car il y a des degrés de difficulté très différents dans la Bible, chez les Pères de l’Eglise, dans les homélies et dans la conversation courante.

Certaines paraboles des évangiles sont toutes simples. Elles ne sont pas précisément situées dans le temps ou dans l’espace, et leur enseignement est facilement accessible : bâtir sur le roc (Mt 7,24-27). Les chrétiens qui ne travaillent pas dans le bâtiment comprennent eux aussi l’importance des fondations d’une maison.

« Quand vous parlez, dites ‘Oui ’ ou ‘Non’ ; tout le reste vient du Malin ! » (Mt 5,37). Notons que cette phrase toute simple de Jésus pose des problèmes car, dans la culture chinoise, on considère volontiers qu’il est habile de rester dans l’ambiguïté et de ne pas choisir pour garder sa liberté jusqu’au dernier moment. L’Evangile bouleverse certaines habitudes et façons de penser et débusque les tromperies du Malin, où qu’elles soient.

Les Actes des apôtres se situent plutôt dans la seconde catégorie de la traduction : le contexte social où les cultures des Juifs et des Grecs s’entremêlent, les voyages de Paul à pied ou en bateau, ses échecs et ses réussites…Tout cela demande une bonne connaissance de la géographie et de la culture ambiante de chaque pays. De même pour les récits de vie de saints !

Dans la troisième catégorie se placent sans conteste les épitres de Saint Paul : sa théologie est si originale et en même temps relativement complexe que même l’apôtre Pierre reconnaît ne pas bien la comprendre (2 P 3,15-16) alors qu’il connaît l’auteur et qu’il a reçu un enseignement incomparable, celui de Jésus lui-même. Traduire ou commenter en chinois les écrits de Paul est très délicat et complexe. De même pour de nombreux ouvrages de théologie : leurs raisonnements sont difficiles à suivre et à transposer en chinois.

Sommet de la difficulté ?

Ne faudrait-il pas, maintenant, ajouter une quatrième catégorie aux trois précédentes pour la vie spirituelle ? La foi touche à la dimension la plus intime de la personne. Elle ouvre l’esprit humain sur des aspects inconnus de l’existence. Elle s’incarne dans des personnalités différentes, à des époques différentes, dans des cultures et des lieux différents. Ce que les mystiques chrétiens ont transmis de leur expérience est difficile d’accès ; ce qu’ils expriment est invisible et souvent proche de l’indicible ! Mais, en même temps, c’est une même nature humaine qui se livre, celle que ces personnes ont en commun avec le missionnaire ; c’est elle qui parle. Il n’est pas totalement un étranger sur ce terrain ! Jusqu’où peut aller la communication dans la direction spirituelle entre personnes de cultures différentes ? La communion et le partage dans les communautés internationales ont-ils des limites imposées par le langage traduit ? Les personnes concernées répondent souvent que la communication ne se limite pas à la parole. Il y a mille façons de faire passer un message (par un sourire, un geste, un cadeau, etc.).

Au cours d’un concert de musique sacrée, de jazz, dans une église à Hongkong, l’artiste français annonce une « improvisation » ; ce qui est habituel dans ce genre musical. La traductrice chinoise avant de l’annoncer à l’assistance, fait répéter plusieurs fois le mot « improvisation » puis déclare éberluée : « Je ne peux pas traduire cela ! En chinois ‘improvisation’ est synonyme de fumisterie, d’amateurisme négligé ! » Mais l’artiste, qui ne connaît pas le chinois, insiste. Finalement « improvisation » est traduit par : « arrangement musical personnel ». A la fin du morceau, l’assistance applaudit longuement. Une réelle communication a quand même eu lieu entre l’artiste et son auditoire alors que les mots ont manqué.

Traduire de l’abstrait

Dans la traduction, le choix de la langue d’arrivée n’est pas neutre. Certaines langues semblent s’ignorer complètement tant leur syntaxe est différente, d’autres ont des affinités entre elles. En ce qui concerne le français et le chinois, c’est le grand écart. On ne dit jamais exactement la même chose dans l’une et l’autre langue. Par exemple, portons notre attention sur le fait que le français comporte beaucoup de mots qui expriment des concepts abstraits : la liberté, le bien, le mal, la cohérence, les droits d’auteur, etc. Alors que le chinois est beaucoup plus proche des réalités terrestres ou du langage poétique qui suggère autant qu’il ne dit (3).

Chaque caractère a un sens concret mais très ouvert : 車 (Chē) signifie véhicule. On précise son idée en ajoutant devant un autre caractère. Avec le feu, c’est une locomotive, avec la vapeur c’est une voiture, avec un câble, c’est un téléphérique. Les caractères qui ont un sens abstraits existent mais ils sont formés de deux éléments bien concrets. La direction de l’Est s’écrit ainsi 東 (Dōng) : le soleil 日 (Rì) derrière un arbre 木 (Mù). Car quand le soleil se lève à l’Est, il apparaît derrière les arbres. La paix 安(Ān) est une femme 女(Nǚ) sous un toit 宀 (Mián) car quand la mère est à la maison et en prend soin, toute la famille est en paix. La faim 餓 (È), c’est le caractère moi 我 (Wǒ) derrière le verbe manger 食(Shí).

Charles Tiayon's insight:

L’adage est bien connu : Traduttore, traditore. Traduire, c’est trahir. Pour certaines langues qui ont des affinités entre elles, la traduction reste un exercice toujours difficile et délicat. Que dire alors pour des langues qui semblent s’ignorer complètement tant leurs syntaxes respectives diffèrent ? Pierre Leyris, traducteur d’Herman Melville, avait la modestie de dire que « traduire, ...

... c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive ». On ne dit jamais exactement la même chose dans l’une et l’autre langue. C’est bien la difficulté que rencontrent les missionnaires chrétiens en terre chinoise, eux qui doivent sans cesse non seulement faire passer dans la langue chinoise le message évangélique mais comprendre au plus près ce que sous-entendent et laissent à voir les idéogrammes chinois.

Le P. Pierre Jeanne, membre de la Société des Missions Etrangères de Paris, est prêtre à Hongkong. Fort d’une longue expérience pastorale et d’enseignant, il esquisse dans le texte ci-dessous certaines des difficultés et des joies qu’éprouve le traducteur du message chrétien en langue chinoise. Pierre Jeanne a publié en 2011 Mieux traduire (汉法翻译指南), aux éditions You Feng, à Paris.

 


Les caractères chinois agissent pour l’œil comme de la publicité clandestine. Celle-ci consiste à placer les objets à commercialiser, dans le décor général ou dans les mains de personnages principaux, pendant un feuilleton ou un film. Les spectateurs, inconsciemment, enregistrent l’usage de ces objets et désirent acheter ce qu’on leur a présenté à leur insu. Dans un texte chinois, les caractères sont des représentations matérielles des mots. Il y a donc un tas d’informations, dans chacun d’entre eux, qui n’ont rien à voir avec le sens du texte mais qui sont là quand même. Lors de la lecture, l’œil les remarque, consciemment ou pas. Le caractère « famille » est formé d’autres caractères, notamment de celui du cochon. Dans celui qui signifie « passerelle », il y a du bois. Dans l’idéogramme « orgueil » figure un cheval. Tout cela existe bel et bien dans le texte chinois mais ne peut pas apparaître dans une traduction française car les lettres de l’alphabet, prises séparément, n’ont pas de sens (1). Du coup, elle semble fade et appauvrissante pour un œil chinois. Pékin prétend que c’est pour cela que la Chine ne gagne pas plus souvent le prix Nobel de Littérature (2). A l’opposé, le philosophe allemand Leibniz (1646-1716) pensait que la langue chinoise pourrait devenir un langage universel, car c’était, d’après lui, « l’algèbre de la pensée humaine ».

Les factures des traducteurs

Les commandes de traductions, chez les professionnels, peuvent être réparties en trois catégories selon leur difficulté :
- des textes faciles parlant de la vie courante, des lettres administratives qui ne présentent aucun caractère personnel, des propos de gens ordinaires ;
- des récits, des correspondances personnelles, les sous-titres de film, des témoignages ;
- la traduction spécialisée : poésie, littérature, texte dépendant lourdement de la culture source, traités scientifiques ou techniques, découvertes archéologiques, etc.

Le prix payé varie selon la difficulté de l’écrit que l’on fait traduire. Quand il s’agit des textes très délicats à comprendre, de vocabulaire rare ou compliqué et raffiné, le prix peut facilement être multiplié par dix ou vingt car le traducteur doit entreprendre des recherches pour réussir à restituer le sens exact du texte d’origine, dans la langue d’arrivée.

Différents degrés de difficulté pour la traduction religieuse

A quel niveau se situe la traduction religieuse, par oral ou par écrit, que produit le missionnaire quand il exerce son ministère parmi les Chinois ? « Et, tout d’abord, Dieu est-il indicible ? Mais non, il ne faut pas hésiter à trouver des qualificatifs pour parler de lui. Même s’ils ne disent pas tout ! » On peut sentir, dans ce raisonnement rapide, combien certaines traductions approximatives peuvent être contestables aux yeux de lecteurs très exigeants.

La traduction religieuse se situe aux trois niveaux cités plus haut, à la fois. Car il y a des degrés de difficulté très différents dans la Bible, chez les Pères de l’Eglise, dans les homélies et dans la conversation courante.

Certaines paraboles des évangiles sont toutes simples. Elles ne sont pas précisément situées dans le temps ou dans l’espace, et leur enseignement est facilement accessible : bâtir sur le roc (Mt 7,24-27). Les chrétiens qui ne travaillent pas dans le bâtiment comprennent eux aussi l’importance des fondations d’une maison.

« Quand vous parlez, dites ‘Oui ’ ou ‘Non’ ; tout le reste vient du Malin ! » (Mt 5,37). Notons que cette phrase toute simple de Jésus pose des problèmes car, dans la culture chinoise, on considère volontiers qu’il est habile de rester dans l’ambiguïté et de ne pas choisir pour garder sa liberté jusqu’au dernier moment. L’Evangile bouleverse certaines habitudes et façons de penser et débusque les tromperies du Malin, où qu’elles soient.

Les Actes des apôtres se situent plutôt dans la seconde catégorie de la traduction : le contexte social où les cultures des Juifs et des Grecs s’entremêlent, les voyages de Paul à pied ou en bateau, ses échecs et ses réussites…Tout cela demande une bonne connaissance de la géographie et de la culture ambiante de chaque pays. De même pour les récits de vie de saints !

Dans la troisième catégorie se placent sans conteste les épitres de Saint Paul : sa théologie est si originale et en même temps relativement complexe que même l’apôtre Pierre reconnaît ne pas bien la comprendre (2 P 3,15-16) alors qu’il connaît l’auteur et qu’il a reçu un enseignement incomparable, celui de Jésus lui-même. Traduire ou commenter en chinois les écrits de Paul est très délicat et complexe. De même pour de nombreux ouvrages de théologie : leurs raisonnements sont difficiles à suivre et à transposer en chinois.

Sommet de la difficulté ?

Ne faudrait-il pas, maintenant, ajouter une quatrième catégorie aux trois précédentes pour la vie spirituelle ? La foi touche à la dimension la plus intime de la personne. Elle ouvre l’esprit humain sur des aspects inconnus de l’existence. Elle s’incarne dans des personnalités différentes, à des époques différentes, dans des cultures et des lieux différents. Ce que les mystiques chrétiens ont transmis de leur expérience est difficile d’accès ; ce qu’ils expriment est invisible et souvent proche de l’indicible ! Mais, en même temps, c’est une même nature humaine qui se livre, celle que ces personnes ont en commun avec le missionnaire ; c’est elle qui parle. Il n’est pas totalement un étranger sur ce terrain ! Jusqu’où peut aller la communication dans la direction spirituelle entre personnes de cultures différentes ? La communion et le partage dans les communautés internationales ont-ils des limites imposées par le langage traduit ? Les personnes concernées répondent souvent que la communication ne se limite pas à la parole. Il y a mille façons de faire passer un message (par un sourire, un geste, un cadeau, etc.).

Au cours d’un concert de musique sacrée, de jazz, dans une église à Hongkong, l’artiste français annonce une « improvisation » ; ce qui est habituel dans ce genre musical. La traductrice chinoise avant de l’annoncer à l’assistance, fait répéter plusieurs fois le mot « improvisation » puis déclare éberluée : « Je ne peux pas traduire cela ! En chinois ‘improvisation’ est synonyme de fumisterie, d’amateurisme négligé ! » Mais l’artiste, qui ne connaît pas le chinois, insiste. Finalement « improvisation » est traduit par : « arrangement musical personnel ». A la fin du morceau, l’assistance applaudit longuement. Une réelle communication a quand même eu lieu entre l’artiste et son auditoire alors que les mots ont manqué.

Traduire de l’abstrait

Dans la traduction, le choix de la langue d’arrivée n’est pas neutre. Certaines langues semblent s’ignorer complètement tant leur syntaxe est différente, d’autres ont des affinités entre elles. En ce qui concerne le français et le chinois, c’est le grand écart. On ne dit jamais exactement la même chose dans l’une et l’autre langue. Par exemple, portons notre attention sur le fait que le français comporte beaucoup de mots qui expriment des concepts abstraits : la liberté, le bien, le mal, la cohérence, les droits d’auteur, etc. Alors que le chinois est beaucoup plus proche des réalités terrestres ou du langage poétique qui suggère autant qu’il ne dit (3).

Chaque caractère a un sens concret mais très ouvert : 車 (Chē) signifie véhicule. On précise son idée en ajoutant devant un autre caractère. Avec le feu, c’est une locomotive, avec la vapeur c’est une voiture, avec un câble, c’est un téléphérique. Les caractères qui ont un sens abstraits existent mais ils sont formés de deux éléments bien concrets. La direction de l’Est s’écrit ainsi 東 (Dōng) : le soleil 日 (Rì) derrière un arbre 木 (Mù). Car quand le soleil se lève à l’Est, il apparaît derrière les arbres. La paix 安(Ān) est une femme 女(Nǚ) sous un toit 宀 (Mián) car quand la mère est à la maison et en prend soin, toute la famille est en paix. La faim 餓 (È), c’est le caractère moi 我 (Wǒ) derrière le verbe manger 食(Shí).

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Return on translation - a partnership equation

Return on translation - a partnership equation | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
On entering new markets, the decision whether to translate your product interface (software, Web or hardware) or literature into new languages essentially comes down to the issue of return on investment (ROI).
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

La obra referente de la anatomía ya está en euskera. Deia. Noticias de Bizkaia..

La obra referente de la anatomía ya está en euskera. Deia. Noticias de Bizkaia.. | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

BILBAO - La UPV/EHU avanza en el campo de la normalización lingüística con la edición y publicación del libro Giza Anatomiako Atlasacon el respaldo del Gobierno vasco. Este trabajo presentado ayer es la traducción del libro Máster Atlas de Anatomía de la editorial Marbán, una obra de referencia en su ámbito. El atlas recoge toda la terminología en euskera sobre anatomía humana en un total de 725 páginas divididas en catorce capítulos, acompañada de detalladas ilustraciones.

La presentación de esta publicación, realizada en el Paraninfo de la Universidad del País Vasco en Abandoibarra, contó con la participación del vicerrector de Euskera de la UPV/EHU, Xabier Etxaniz, acompañado por la viceconsejera de Universidades e Investigación del Gobierno vasco, Itziar Alkorta; el director del Servicio de Euskera de la UPV/EHU, Jesús Mari Makazaga, y el profesor de la universidad y supervisor técnico de la obra, Ángel Bidaurrazaga.

Etxaniz resaltó la función que ejerce la universidad vasca a la hora de “potenciar, crear y divulgar” la ciencia en euskera. Así mismo, el vicerrector matizó que dentro de la normalización lingüística la traducción de manuales esenciales para la enseñanza es una cuestión clave, añadiendo que este proyecto ha sido posible gracias al Gobierno vasco. “Si este libro se hubiese creado de manera privada, costaría más de 300 euros”, añadió el vicerrector, alegando que al realizarse este trabajo a través de entes públicos es más accesible para la ciudadanía interesada en la materia.

Por su parte, el director del Servicio de Euskera, recordó que la UPV/EHU lleva doce años traduciendo obras, hasta alcanzar las cien publicaciones. “Son libros de referencia internacional”, matizó Makazaga, explicando que la metodología que se lleva a cabo en estos proyectos se basa en la acción de tres agentes: las personas que se encargan de la traducción, los supervisores técnicos, que en este caso pertenecen al departamento de Neurociencias de la propia universidad, y por último, una persona al servicio del euskera que se ocupa del aspecto lingüístico y gramatical.

Charles Tiayon's insight:

BILBAO - La UPV/EHU avanza en el campo de la normalización lingüística con la edición y publicación del libro Giza Anatomiako Atlasacon el respaldo del Gobierno vasco. Este trabajo presentado ayer es la traducción del libro Máster Atlas de Anatomía de la editorial Marbán, una obra de referencia en su ámbito. El atlas recoge toda la terminología en euskera sobre anatomía humana en un total de 725 páginas divididas en catorce capítulos, acompañada de detalladas ilustraciones.

La presentación de esta publicación, realizada en el Paraninfo de la Universidad del País Vasco en Abandoibarra, contó con la participación del vicerrector de Euskera de la UPV/EHU, Xabier Etxaniz, acompañado por la viceconsejera de Universidades e Investigación del Gobierno vasco, Itziar Alkorta; el director del Servicio de Euskera de la UPV/EHU, Jesús Mari Makazaga, y el profesor de la universidad y supervisor técnico de la obra, Ángel Bidaurrazaga.

Etxaniz resaltó la función que ejerce la universidad vasca a la hora de “potenciar, crear y divulgar” la ciencia en euskera. Así mismo, el vicerrector matizó que dentro de la normalización lingüística la traducción de manuales esenciales para la enseñanza es una cuestión clave, añadiendo que este proyecto ha sido posible gracias al Gobierno vasco. “Si este libro se hubiese creado de manera privada, costaría más de 300 euros”, añadió el vicerrector, alegando que al realizarse este trabajo a través de entes públicos es más accesible para la ciudadanía interesada en la materia.

Por su parte, el director del Servicio de Euskera, recordó que la UPV/EHU lleva doce años traduciendo obras, hasta alcanzar las cien publicaciones. “Son libros de referencia internacional”, matizó Makazaga, explicando que la metodología que se lleva a cabo en estos proyectos se basa en la acción de tres agentes: las personas que se encargan de la traducción, los supervisores técnicos, que en este caso pertenecen al departamento de Neurociencias de la propia universidad, y por último, una persona al servicio del euskera que se ocupa del aspecto lingüístico y gramatical.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Antonio Colinas causura la segunda escuela de traducción de Astorga - ileon.com

La conferencia 'Ser traductor y poeta' pone punto y final a una semana de actividades que han congregado en torno a medio centenar de participantes.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Bible Societies: new translations in 18 languages produced in 2013 :: Inspire Magazine

Bible Societies: new translations in 18 languages produced in 2013 :: Inspire Magazine | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
New Bible translations in 18 languages spoken by 15 million people were published by Bible Societies and their partners in 2013 ...
Charles Tiayon's insight:

New Bible translations in 18 languages spoken by 15 million people were published by Bible Societies and their partners in 2013. This is one of the highlights of the United Bible Societies’ Global Scripture Access Report, which has just been released.

The report, produced annually, keeps track of Bible Society translation projects and the rapidly increasing availability of Scriptures through the United Bible Societies’ Digital Bible Library ® – one of the world’s largest collections of digitised Scriptures with over 600 languages spoken by over 4 billion people.

Last year’s launches – most of them full Bibles – included 10 first-time translations, giving more than 4 million people the potential to access Scripture (or more Scripture) in their heart language for the first time. Seven of the first-time translations were full Bibles. Eight languages received new or updated translations to help modern-day speakers connect with God’s Word more easily.

Some 511 languages now have a full Bible. Nearly 1,300 languages have the New Testament and over 800 have some portion of Scripture. More than 4,000 languages still have no Scripture at all.

United Bible Societies prioritises the translation of the full Bible and has provided around three-quarters of the world’s Bibles. Last year it initiated the ‘100 Bibles in 1000 days’ campaign to see 100 translations completed by the end of 2015. Significant progress has been made with more than half completing the translation stage, with 15 already published and 43 in printing or pre-production. The 100 languages are spoken by 500 million people.

“It is so encouraging to see the great strides being made in translating Scripture into more languages and in making it increasingly accessible.” notes Alexander Schweitzer, Head of United Bible Societies Global Bible Translation.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

How Do I Know What Interpreting Agency to Work For?

How Do I Know What Interpreting Agency to Work For? | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
From the very start of our careers, interpreters should aware that these agencies are unethical, and that it is our professional responsibility to ensure access for the deaf is provided....
Charles Tiayon's insight:

Last year, audiences watched in disbelief as the South African sign language interpreter for Nelson Mandela's memorial service earned the nickname "the fake interpreter." Insulted, but not entirely surprised, the global deaf community used this public example to bring attention to an unfortunately common problem. The agencies which provide interpreters, even for large televised events, aren't always looking out for the best interest of the communities they serve.

When interpreting agencies assign unqualified interpreters to jobs, they are denying equal access-- it happens at hospitals, police stations, and court rooms alike. From the very start of our careers, interpreters should aware that these agencies are unethical, and that it is our professional responsibility to ensure access for the deaf is provided.

Novice interpreters graduate from their Interpreter Training Program (ITP) eager to begin serving the deaf community. For many, this means moving to a large metropolitan area, a place where they may not be familiar with the community, the neighborhoods, or the job opportunities available. When I first moved to New York City, I just wanted to get right to work!

I have learned that professional responsibility starts right here, at this juncture. If you recently relocated or graduated from an ITP program, there are ways to ensure you are working for a reputable agency that cares about the quality of the interpreters that they provide to the deaf community.  

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Why I'm Sponsoring Schwa Fire - Kevin Hendzel

Why I'm Sponsoring Schwa Fire - Kevin Hendzel | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Why I’m Sponsoring Schwa Fire
Charles Tiayon's insight:

Much of what’s written online about language today under the guise of journalism is driven by harried editors assigning stories on language to journalists and freelance writers based on stubborn, intractable and misinformed preconceptions about how language actually works. Common among them:

  • There exist “correct” and “incorrect” forms of language use, with “correct” defined by the rules of grammatical usage for the formal register learned at whatever arbitrary dates the peever happened to be in school, which are then expected not only to stay immutable and permanent for all time, but to be enforced with a militant rigor; 
  • Failure to comply with these “rules” is interpreted as a shocking lack of education and cultural sophistication, with a similar down-the-nose dismissal of unfamiliar or culturally suspect dialects, neologisms, creative speech and all the remaining registers of human language;
  • All foreign languages have “untranslatable” words, from which readers are subtly encouraged to come to often uncharitable conclusions about the nature of the underlying peoples and cultures, even though such stories invariably list perfectly clear and lucid English translations right next to the purportedly “untranslatable” words;
  • Translation and interpreting are trivial exercises performed by clever multilingual parrots who came to their skills solely through effortless passive osmosis resulting from geographical accidents of birth;
  • Software will soon replace writers, translators, journalists and others with “soft” language skills because language is easy and automation is already being deployed to write stories today.
Misconceptions drive choices
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Review: Dui Jarrod’s Compelling 'Lesson Before Love' Contests Conventional Cinematic Representations of Blacks

Review: Dui Jarrod’s Compelling 'Lesson Before Love' Contests Conventional Cinematic Representations of Blacks | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
The real lesson to be found in the film is how to make a film that adheres to your own philosophical, dramatic and cinematic standards without compromising your standards to clichés, stereotypes and facile “feel good” moral homilies for the all mighty dollar.
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Masculine-Feminine Difference: How We Talk

Masculine-Feminine Difference: How We Talk | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
The area of "how we talk" poses the "double bind" trap for women. If women speak "Fran", they may be seen as lacking confidence, being unassertive, and not being "leadership material." (Or she may not be heard ...
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Zeller: Afghan translator saved my life

Zeller: Afghan translator saved my life | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
I never thought my Afghan translator would save my life by killing two Taliban fighters who were about to kill me. Janis did just that. I'm here today because he had my back in a way I only thought an American soldier would.



On April 28, 2008, I found...
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Study links poor early language skills to later behavior and attention problems

Study links poor early language skills to later behavior and attention problems | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
A new Indiana University study has tracked the links between early language skills and subsequent behavior problems in young children. Poor language skills, the study suggests, limit the ability to control one's behavior, which in turn can lead to behavior problems such as ADHD and other disorders of ...
more...
No comment yet.