Metaglossia: The ...
Follow
Find
170.2K views | +61 today
Scooped by Charles Tiayon
onto Metaglossia: The Translation World
Scoop.it!

Google Traduction permet l'enregistrement de 'phrases-clés'

Google Traduction permet l'enregistrement de 'phrases-clés' | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Google vient d'intégrer une nouvelle fonctionnalité à son outil de traduction : nommée Phrasebook, elle permet de sauvegarder des phrases dans différentes langues pour pouvoir les retrouver facilement, [...]...
more...
No comment yet.
Metaglossia: The Translation World
News about translation, interpreting, intercultural communication, terminology and lexicography - as it happens
Curated by Charles Tiayon
Your new post is loading...
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

UN Careers - jobs in this network (Translators, Revisers, Editors, etc.)

UN Careers -  jobs in this network (Translators, Revisers, Editors, etc.) | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Vacancies in this network: Translators, Revisers, Editors, etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

La traduction de la Bible n’est pas un business rentable

La traduction de la Bible n’est pas un business rentable | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
«Les personnes citant la Bible chrétienne rapportent beaucoup d’argent en termes de licences», affirme un blog consacré à la promotion de solutions libérées de droits de la propriété intellectuelle...
Charles Tiayon's insight:

L’auteur du post se base pour dire cela sur un conflit opposant la Société biblique suédoise aux militants de «Fri Bibel», un projet de nouvelle traduction de la Bible par des personnes prêtes à renoncer à leurs droits. Alors à qui profitent les droits liés aux traductions de la Bible?

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

La traduction amateur de Final Fantasy Type-0 sur PSP/PS Vita interdite par Square Enix - Jeux iPhone, Android, 3DS, PS Vita... Tout le jeu mobile et les consoles portables !

La traduction amateur de Final Fantasy Type-0 sur PSP/PS Vita interdite par Square Enix - Jeux iPhone, Android, 3DS, PS Vita... Tout le jeu mobile et les consoles portables ! | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
jeux iPhone et Android, Nintendo 3DS, PS Vita, tablettes... Tout le jeu mobile et les consoles portables, tests, dossiers, concours, trucs et astuces
Charles Tiayon's insight:

[Pockett.net] - Le mois dernier, nous relations qu'une traduction d'amateurs officieuse en anglais de Final Fantasy Type-0 sur PSP/PS Vita était disponible, Square Enix ne proposant ce jeu sorti en 2011 qu'en japonais. Nous avions signalé le caractère illégal de cette traduction, contrairement à d'autres médias. 



Et, malheureusement comme on pouvait le craindre, Square Enix est intervenue pour la faire interdire, alors qu'on a déjà vu des professionnels du jeu vidéo apprécier au contraire ce genre de démarche et s'en sentir flattés. 

Sur le site qui diffusait le patch, on peut désormais lire à la place un message de Sky Blade Cloud, le responsable du projet d'amateurs : « Vous savez que j'ai l'habitude d'utiliser des billets du blog pour de l'information pertinente seulement, telles que des annonces ou des sorties de projets. Cependant, je suis désolé, cette fois ce sera un peu différent. Malheureusement, je suis obligé d'enlever mes messages et les pages liés au projet de traduction amateur de Final Fantasy Type-0. C'est vrai, certaines sociétés de jeux pensent que les menaces et les fausses accusations sont une façon de traiter leurs plus grands fans. Pour le moment je ne peux pas répondre aux questions liées à ce sujet, mais je vais écrire un message plus complet sur tout cela une fois que j'en aurai la chance. J'espère que vous comprenez, et comme toujours, je vous remercie de votre support (dont je pourrais avoir besoin plus que jamais dans un avenir proche). » 

Rappelons que Final Fantasy Type-0 HD a été annoncé par erreursur PS Vita, le jeu ne devant a priori sortir que sur Xbox One et PlayStation 4 à une date indéterminée. 

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Microsoft Next To Comply With Europe’s Search Privacy Ruling | TechCrunch

Microsoft Next To Comply With Europe’s Search Privacy Ruling | TechCrunch | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Microsoft has followed Google's lead and launched an online webform where European users of its Bing search engine (all few of them) can make a request for..
Charles Tiayon's insight:

Microsoft has followed Google’s lead and launched an online webform where European users of its Bing search engine (all few of them) can make a request for information displayed in search results triggered by a search for their name to be de-indexed — if that information is outdated or irrelevant.

The move follows the so-called ‘right to be forgotten’ ruling back in May by Europe’s top court, the ECJ, which found that search engines are data controllers and therefore should have to comply with existing European data protection legislation.

Google was faster off the mark to respond to the ruling — which was immediately enforceable — launching its rtbf removal form at the end of May. It’s since fielded more than 70,000 requests from private individuals wanting links about them to be de-indexed.

week ago Redmond said it was working on its own implementation to comply with the ruling – and now has a formal process in place.

Microsoft’s webform is a little different to Google’s. For instance, it includes direct questions asking the rtbf requester whether they are a public figure, and also whether they more broadly have a role in the community that involves “leadership, trust or safety” — with given examples of this category including ‘teacher, clergy, community leader, police, doctor’.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Iran Book News Agency (IBNA) - Persian translation of world’s first surrealist novel ended

Iran Book News Agency (IBNA) - Persian translation of world’s first surrealist novel ended | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
IBNA- ‘Nadja’, the most celebrated work by the outstanding French author André Breton and the first surralist novel in the world which has been translated into Persian by Abbas Pejman, will be published.
Charles Tiayon's insight:

Speaking to IBNA correspondent, Pejman pointed out: “When I studied about this book, I found notions which demanded further elaboration. I added 100 pages of explanation to the original text and provided 30 other pages as introduction”
'Nadja' is seen as a semi-autobiographical description of Breton's connection with a mad patient of the French psychologist and philosopher Pierre Janet.
“’Nadja’ will be published by Hermes Publication Institute, moreover, a new version of ‘The Farewell Waltz’ by Milan Kundra which I translated in 1994, is due to be published. In fact, because Kundra edited all French translations of his works a gain and reprinted them, I also decided to translate this novel again into Persian," Pjman said.
As writer, Pejman has also two novels, ‘I and the Blind Owl’ (2012) and ‘Youth’ (2013) in his career.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Found in Translation: New tools and products changing the language-instruction market

Found in Translation: New tools and products changing the language-instruction market | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
To learn a new language travelers often turn to time-tested solutions like Rosetta Stone, Pimsleur or actual classes with native speakers. Yet a number of new, creative and often more affordable tools are aiming to help you rattle off “table for two” and “how much does this cost?” in no time. Will they get you through the most complex grammar? Not necessarily. But beginners are likely to appreciate these fresh approaches — especially if you’ve had difficulty sticking with traditional language-learning programs. At the end of this column, I’ve also included some free tools to supplement your lessons. Chineasy This book by ShaoLan Hsueh, who grew up in Taiwan, the daughter of a calligrapher, aims to help people read Chinese characters by associating them with simple, colorful illustrations.
Charles Tiayon's insight:

To learn a new language travelers often turn to time-tested solutions like Rosetta Stone, Pimsleur or actual classes with native speakers. Yet a number of new, creative and often more affordable tools are aiming to help you rattle off “table for two” and “how much does this cost?” in no time.

Will they get you through the most complex grammar? Not necessarily. But beginners are likely to appreciate these fresh approaches — especially if you’ve had difficulty sticking with traditional language-learning programs. At the end of this column, I’ve also included some free tools to supplement your lessons.

Chineasy

This book by ShaoLan Hsueh, who grew up in Taiwan, the daughter of a calligrapher, aims to help people read Chinese characters by associating them with simple, colorful illustrations. For instance, one meaning of an open square with two little tabs at the bottom is “mouth.” To help you remember that, the book shows the character (a square with tabs) in black with white teeth and a red tongue inside the square, as if a mouth is stretched wide open. You can see how Hsueh’s system works by watching an excellent instructional video under the “films” tab on the Chineasy website. The Chineasy book ($24.99; available online for less) recently arrived in U.S. stores, and a second volume is in the works. You can also learn by visiting the Chineasy Facebook page, which offers daily lessons. Information: chineasy.org.

Duolingo



Read more: http://www.post-gazette.com/life/travel/2014/07/20/Found-in-Translation-New-tools-and-products-changing-the-language-instruction-market/stories/201407200037#ixzz387EChM8H

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Traducciones Políglota S.L.: Overview | LinkedIn

Traducciones Políglota S.L.: Overview | LinkedIn | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Learn about working at Traducciones Políglota S.L.. Join LinkedIn today for free. See who you know at Traducciones Políglota S.L., leverage your professional network, and get hired.
Charles Tiayon's insight:

Traducciones Políglota is an international translation service company with more than 20 years' experience setting the standard in its sector. We translate for more than 600 blue-chip clients, guaranteeing unrivalled quality in record time. We work with over 586 rigorously selected translators, proofreaders and interpreters who specialise in such wide-ranging fields as economics, law, engineering and medicine, all expertly orchestrated by our skilled project managers. Our services match the pace of our clients' business, eliminating language barriers at highly competitive prices. We provide bespoke price quotations and can handle large-scale assignments, including technical and sworn translations along with interpretation services. 

Traducciones Políglota es una empresa internacional de servicios de traducción, con más de 20 años de experiencia, punto de referencia en su sector. Traducimos para más de 600 clientes punteros, asegurando un nivel de calidad insuperable en tiempo récord. Trabajamos con más de 586 traductores, revisores e intérpretes rigurosamente seleccionados, especializados en los más diversos ámbitos, que nuestros competentes gestores de proyecto orquestan con maestría. Nuestros servicios se adaptan al ritmo de negocio de nuestros clientes, eliminando las barreras de la lengua a precios muy competitivos. Ofrecemos presupuestos personalizados y podemos asumir grandes volúmenes, tanto en traducciones técnicas y juradas como en servicios de interpretación.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

La Beuquette. Dans la langue

La Beuquette. Dans la langue | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Hier matin, à peine étais-je revenu de la semaine de congés que la Beuquette m’a octroyé à condition que je ne vous laiche mi choir (laisse pas tomber), devant la toute jeune et affriolante boulangerie de mon village, le Denis de la Marie-Laure m’a lancé : « A d’où est-ce que tu z’étas vôye à vacanches ? » Traduction dans la langue du préfet des Ardennes : « Où étais-tu parti en vacances ? ». Ma réponse : « D’j’éta vôye aux Ramonares. » Le Denis, interloqué : « Les Ramonares, d’j’n’ cou nois ! » Traduction dans la langue de notre Dame députée Sœur Bérengère : « Les Ramonares, je ne connais pas ! » Le Serge de la Josette qui, l’air de rien, avait tout entendu, visiblement est aussi perdu que le Denis de la Marie-Laure. Afin de mettre les deux compères sur le droit chemin, je leur dis : « Les îles Ramonares, ça ne vous dit rien ? » Originaire de Monthermé, animateur vénérable et vénéré de « l’Ardenne à Paris », Marcel Dupont (bien que n’étant pas de d’Jogny) aurait pigé d’emblée si par bonheur il avait pu se mêler à la conversation. Il aurait lancé aux deux ignares : « Vo patois, à d’où est-ce qu’il est don vôye ? Vous san des vrais mantches pou n’mi sawoi le de quoi des Ramonares. Da vo villadge coume à Monthermé un ramon, c’est-y pas un balai ? » Traduction dans la langue de Vertluisant, conseiller régional écolo des Ardennes : « Votre patois, où est-il donc parti ? Vous êtes des vrais manches pour ne pas percer le mystère des Ramonares ! Dans votre village, comme à Monthermé, un ramon c’est-y pas un balai ? » Yauque, nem !

Charles Tiayon's insight:

Hier matin, à peine étais-je revenu de la semaine de congés que la Beuquette m’a octroyé à condition que je ne vous laiche mi choir (laisse pas tomber), devant la toute jeune et affriolante boulangerie de mon village, le Denis de la Marie-Laure m’a lancé : « A d’où est-ce que tu z’étas vôye à vacanches ? » Traduction dans la langue du préfet des Ardennes : « Où étais-tu parti en vacances ? ». Ma réponse : « D’j’éta vôye aux Ramonares. » Le Denis, interloqué : « Les Ramonares, d’j’n’ cou nois ! » Traduction dans la langue de notre Dame députée Sœur Bérengère : « Les Ramonares, je ne connais pas ! » Le Serge de la Josette qui, l’air de rien, avait tout entendu, visiblement est aussi perdu que le Denis de la Marie-Laure. Afin de mettre les deux compères sur le droit chemin, je leur dis : « Les îles Ramonares, ça ne vous dit rien ? » Originaire de Monthermé, animateur vénérable et vénéré de « l’Ardenne à Paris », Marcel Dupont (bien que n’étant pas de d’Jogny) aurait pigé d’emblée si par bonheur il avait pu se mêler à la conversation. Il aurait lancé aux deux ignares : « Vo patois, à d’où est-ce qu’il est don vôye ? Vous san des vrais mantches pou n’mi sawoi le de quoi des Ramonares. Da vo villadge coume à Monthermé un ramon, c’est-y pas un balai ? » Traduction dans la langue de Vertluisant, conseiller régional écolo des Ardennes : « Votre patois, où est-il donc parti ? Vous êtes des vrais manches pour ne pas percer le mystère des Ramonares ! Dans votre village, comme à Monthermé, un ramon c’est-y pas un balai ? » Yauque, nem !

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

The lessons gained in translation - FT.com

The lessons gained in translation - FT.com | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
I was at the bourse in Brussels the other day to give a presentation on rhetoric and translation to the UETF, or Université d’été de la traduction financière, a conference for business translators. Here was a formidable breed of professionals, a
Charles Tiayon's insight:

Translation poses some very particular problems for the persuasive speaker or writer. As the 20th-century rhetorical theorist Kenneth Burke put it: “You persuade a man only insofar as you can talk his language by speech, gesture, tonality, order, image, attitude, identifying your ways with his.”

To truncate the quote: you persuade a man only inasmuch as you can talk his language.

There is the problem. So much of ethos – your connection with the audience – depends on common ground: shared idioms, shared references, a taken-for-granted confluence of world views and styles. So if you are a chief executive giving a presentation in a language not your own, or someone working to translate a document into a different language, you are in a tricky situation. Much of the work of persuasion is done in the fine grain of the language.

An English person delivering a speech that has been written in impeccably idiomatic French – when his or her accent and ad-libs make clear their command of the language is at odds with the skill of the translator – will sound grating. The words will not seem to belong to the person speaking them.

We are accustomed to the “when in Rome do as the Romans do” attitude. Some cultures prize modesty, others self-confidence. Some are periphrastic, others direct.

It is vital that you get decorum – the register and tone of a speech – right for the target audience. Jokey when solemn is expected will grate; solemn when jokey is expected will bore. British self-deprecation, according to one translator, travels less well than American-style directness: the signals are harder to read.

And for those in a press conference situation, it is worth being aware of what the local journalists are like. One translator tells me that the French press are not so accepting of the “bump and run” PR practice, where you pretend to answer their question but in fact steer the discussion over to another issue entirely.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Los Encuentros de Escritores y Traductores arrancan hoy en Castrillo

Los Encuentros de Escritores y Traductores arrancan hoy en Castrillo | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Son ya nueve los años que Castrillo de los Polvazares alberga el Encuentro de Escritores y Traductores y con la afluencia veraniega, el trabajo y el debate entablado por algunos de los mayores expertos europeos en traducción —y por autores de gran talla, el año pasado acudieron Manuel Rivas y Antonio Gamoneda—, el pueblo y la Maragatería entera, esa tierra de tantos viajes y trasiegos, han acabado por convertirse en sinónimo de cultura traductora y de punto de encuentro entre diferentes idiomas. Hoy comienza una nueva edición.

Estos encuentros constituyen «un foro en el que escritores, traductores, editores, agentes culturales y representantes de fundaciones se reúnen con el objetivo de ajustar y difundir traducciones de obras literarias escritas en español o en alguna de las lenguas cooficiales de España a los principales idiomas europeos, promocionando así la lectura en general», recordó su creador y director, el profesor de la Universidad de Kiel (Alemania) Javier Gómez-Montero.

Las jornadas contemplan reuniones de trabajo en las que se mantendrán coloquios y debates sobre proyectos de traducción en curso concernientes, este año, a la obra de tres poetas invitados: Andrés Sánchez Robayna, Luis García Montero y Antonio Colinas, «cuya presencia, en diálogo con sus traductores, permitirá abordar aspectos teóricos y prácticos de la traducción literaria y, muy especialmente, los referentes al lenguaje poético», prosiguió García-Montero. Serán también debatidas cuestiones como la función de la poesía lírica en la sociedad actual y sus prácticas de lectura, sin olvidar aspectos referentes a su publicación y a su presencia en el mercado editorial, para lo que el encuentro contará con la presencia del editor Jesús García Sáchez, alma de la conocida Colección Visor de poesía.

Escuela de verano

Además, y siguiendo la estela del año pasado, la II Escuela de Verano de Traducción en Astorga de la Universidad de León se celebrará paralelamente, y en las mismas fechas (del 21 al 25 de julio), al Encuentro de Traductores. Codirigido por Isabel Cantón, Camino Gutiérrez y Javier Gómez-Montero, este curso de verano se celebrará esta vez en el Conservatorio de Música Ángel Barja y será inaugurado hoy a las diez de la mañana por la vicerrectora Victoria Seco.

En esta ocasión, el curso se centrará en la traducción de medios audiovisuales y está abierto no sólo a estudiantes, también a todo aquel que se sienta atraído por el mundo de la traducción. La conferencia inaugural (La traducción audivisual: restricciones y creatividad) será impartida por el catedrático de la Universidad de Salamanca Fernando Toda mientras que la de clausura (Ser traductor y poeta) correrá a cargo del escritor y traductor Antonio Colinas.

Charles Tiayon's insight:

Son ya nueve los años que Castrillo de los Polvazares alberga el Encuentro de Escritores y Traductores y con la afluencia veraniega, el trabajo y el debate entablado por algunos de los mayores expertos europeos en traducción —y por autores de gran talla, el año pasado acudieron Manuel Rivas y Antonio Gamoneda—, el pueblo y la Maragatería entera, esa tierra de tantos viajes y trasiegos, han acabado por convertirse en sinónimo de cultura traductora y de punto de encuentro entre diferentes idiomas. Hoy comienza una nueva edición.

Estos encuentros constituyen «un foro en el que escritores, traductores, editores, agentes culturales y representantes de fundaciones se reúnen con el objetivo de ajustar y difundir traducciones de obras literarias escritas en español o en alguna de las lenguas cooficiales de España a los principales idiomas europeos, promocionando así la lectura en general», recordó su creador y director, el profesor de la Universidad de Kiel (Alemania) Javier Gómez-Montero.

Las jornadas contemplan reuniones de trabajo en las que se mantendrán coloquios y debates sobre proyectos de traducción en curso concernientes, este año, a la obra de tres poetas invitados: Andrés Sánchez Robayna, Luis García Montero y Antonio Colinas, «cuya presencia, en diálogo con sus traductores, permitirá abordar aspectos teóricos y prácticos de la traducción literaria y, muy especialmente, los referentes al lenguaje poético», prosiguió García-Montero. Serán también debatidas cuestiones como la función de la poesía lírica en la sociedad actual y sus prácticas de lectura, sin olvidar aspectos referentes a su publicación y a su presencia en el mercado editorial, para lo que el encuentro contará con la presencia del editor Jesús García Sáchez, alma de la conocida Colección Visor de poesía.

Escuela de verano

Además, y siguiendo la estela del año pasado, la II Escuela de Verano de Traducción en Astorga de la Universidad de León se celebrará paralelamente, y en las mismas fechas (del 21 al 25 de julio), al Encuentro de Traductores. Codirigido por Isabel Cantón, Camino Gutiérrez y Javier Gómez-Montero, este curso de verano se celebrará esta vez en el Conservatorio de Música Ángel Barja y será inaugurado hoy a las diez de la mañana por la vicerrectora Victoria Seco.

En esta ocasión, el curso se centrará en la traducción de medios audiovisuales y está abierto no sólo a estudiantes, también a todo aquel que se sienta atraído por el mundo de la traducción. La conferencia inaugural (La traducción audivisual: restricciones y creatividad) será impartida por el catedrático de la Universidad de Salamanca Fernando Toda mientras que la de clausura (Ser traductor y poeta) correrá a cargo del escritor y traductor Antonio Colinas.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Quand même le village québécois cède à l'anglomanie

Quand même le village québécois cède à l'anglomanie | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
FIGAROVOX/CHRONIQUE- Chaque semaine, Mathieu Bock-Côté analyse, pour FigaroVox, l'actualité vue du Québec. Cette semaine il s'inquiète à propos du «franglais» étrange maladie qui touche la langue française des deux cotés de l'Atlantique.
Charles Tiayon's insight:

Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D). Il est chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal ainsi qu'à la radio de Radio-Canada. Il est l'auteur de plusieurs livres, parmi lesquels Exercices politiques (VLB, 2013), Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) et La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire (Boréal, 2007).

Le Québec a longtemps symbolisé le combat pour la langue française. Sa réputation est peut-être aujourd'hui surfaite. L'idéal du Québec français s'est laissé déclasser, depuis quelques années, par celui du Québec bilingue.


L'idéal du Québec français s'est laissé déclasser, depuis quelques années, par celui du Québec bilingue.


On s'en doute, le premier est assimilé à la crispation identitaire, le second à l'ouverture au monde. Il est difficile de ne pas y voir un symptôme parmi d'autres de la crise de l'identité québécoise fragilisée comme jamais par l'épuisement du souverainisme et plus largement, par le discours multiculturaliste à la mode. Et une pathologie profondément logée au cœur de l'histoire québécoise remonte à la surface: la honte de soi, qui en pousse plusieurs à ressentir leur culture comme un fardeau. C'est peut-être le mauvais sort des petites nations: elles se laissent aisément convaincre qu'elles sont de petites tribus porteuses d'une culture désuète qui leur bloque l'accès au monde. Elles sont sensibles au charme des empires, et le Québec est le voisin immédiat des États-Unis.

À Montréal, cette tentation prend depuis quelques années le visage du franglais. Hier moqué, aujourd'hui valorisé, cet étrange dialecte qui gagne du terrain dans la jeunesse mondialisée pousse à parler français et anglais dans la même phrase. Un étrange dialecte en ressort, qui déforme les deux langues pour accoucher d'un triste sabir. Mais étrangement, la capacité de critiquer ce phénomène s'émousse: le système médiatique préfère y voir une forme d'hybridation linguistique conforme à l'appel au métissage lancé par la mondialisation. Ceux qui le reprennent dans la chanson reçoivent des félicitations: ils annonceraient une formidable modernité linguistique. Le choc des langues est dépolitisé, tout comme on refuse, globalement, de penser que les différences culturelles, plutôt que de se féconder toujours, peuvent aussi s'entrechoquer. Ceux qui s'en désolent sont naturellement accusés d'intégrisme linguistique. Naturellement.

La question plus large, c'est celle de l'hégémonie linguistique de l'anglais dans la mondialisation. L'anglais, ou du moins, le globish s'offre aux élites mondialisées comme langage commun. Il s'accompagne d'une culture globale qui aspire la jeunesse et l'invite à se détourner des cultures nationales, comme si chacune devant consentir à sa provincialisation politique et culturelle. De passage dans n'importe quelle grande ville occidentale, c'est la même musique qu'on entend et les mêmes codes culturels qui s'imposent. Le tourisme de masse défile partout comme l'armée d'occupation du capitalisme global et justifie l'adaptation de chaque pays à ses exigences. Critique facile et convenue, certes, mais qui nous ramène à un fait politique: un nouveau peuple mondial prend forme, certain d'être l'avant-garde de l'unification humaine et trouvant dans la figure du citoyen du monde sa justification.



more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Google getting "aggressive" on app indexing

Google getting "aggressive" on app indexing | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Consumers should expect Google to "aggressively" ensure apps are easy to find via the company's search engine, according to Patrick Pichette, Google SVP and CFO.
Charles Tiayon's insight:

Responding to a question during Google’s second quarter results call about when app content will start to appear in core search results, Pichette said people spend a lot of time in apps on smartphones, making it important that “we provide the content that users are looking for”.

The executive said Google will make sure app indexing, in which deep links to apps are included in search results, is “available and easily accessible across devices”. This will mean the company provides the most relevant answers to search queries which “in certain cases happens to be the app”.

In terms of generating revenue through app indexing, Pichette said “it’s not unlike any revenue we create in search”, in that it allows the company to create advertising opportunities where people are searching.

First announced at the Google I/O developer conference in June, the App Indexing API was recently added to Google Play Services, enabling developers to inform Google about deep links in native apps so their details are given as instant search suggestions, giving consumers quick access to the inner content of apps.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Traduire Milan Kundera dans sa langue natale, un épineux problème

Traduire Milan Kundera dans sa langue natale, un épineux problème | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Refus d'être traduit en tchèque ?
Charles Tiayon's insight:

Radio Praha rapporte que les éditions Atlantis, seule maison à disposer des droits de publication des œuvres de Milan Kundera en République tchèque, ont récemment publié le cinquième volume d'essais choisis et traduits en tchèque par l'auteur. Un geste que certains critiques tchèques considèrent avec agacement, rappelant qu'une fois de plus, le dernier roman de l'auteur, La fête de l'insignifiance, n'est lui, même pas traduit dans sa langue natale.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Analyse - Projet Africanews à Brazzaville: Afrique Media du Cameroun hystérique

Analyse - Projet Africanews à Brazzaville: Afrique Media du Cameroun hystérique | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
237online.com, l'ouverture sur le Cameroun présente le Cameroun dans sa diversité et ses richesses culturelles, politique, économique, sociale et historique
Charles Tiayon's insight:

La signature à Brazzaville, par Euronews et TéléCongo, d’un accord de création d’Africanews est très mal vécue par les promoteurs de la chaîne camerounaise Afrique media.

A longueur d’émissions, les journalistes de cette télévision qui se veut panafricaine, versent dans le dénigrement des dirigeants congolais qu’ils traitent de tous les noms.
ans la nuit du 11 au 12 juillet 2014, avec un accent de la langue de Molière très débrouillé et approximatif les journalistes de Afrique media sont pris vertement au président de la République du Congo et à son conseiller en communication. A leurs yeux, toute l’Afrique devait se contenter de ce qu’ils proposent sur Afrique Media, car ils seraient de tous les professionnels exerçant sur le continent, les seuls ayant appris et assimilé le métier de journaliste.

A l’image des révolutionnaires africains de l’autre époque, qui n’avaient de révolutionnaire que le fait de le déclarer et se sont révélés incapables de gérer la Cité dès qu’ils avaient accédé au pouvoir d’Etat, les éléments d’Afrique Media de l’autre nuit faisaient

feu de tout bois. A tour de rôle, à la manière d'une pègre libertaire, ils épinglaient l’ « impérialisme français et américain », déchargeaient sur l’« escroc Steph Smith », partenaire du projet, allant jusqu’à denier aux autorités congolaises leur part d’engagement dans la lutte pour la libération de l’Afrique. Le comble du ridicule, si on veut. S’ils pouvaient relire l’histoire des indépendances africaines, s’ils pouvaient aussi commenter l’existence de deux bourses de valeurs au sein de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale !
Même si l’on pouvait s’étonner de voir que les cinq journalistes, dont quatre hommes et une femme, vus sur le plateau d’Afrique Media ce soir là disaient tous la même chose, que les quelques interventions enregistrées au téléphone répétaient la même parole d’évangile de leur professionnalisme inégalé des frères siamois de la chaîne camerounaise à vocation panafricaine, le message qu’ils passaient semblait tout de même audible : en un mot ils se demandaient tous pourquoi le pactole versé à Africanews ne leur est pas tout bonnement concédé. Comme ils sont les meilleurs, ils feraient une télévision parfaite pour l’Afrique qui bannirait toute contradiction et toute concurrence.
Et quand certains de leurs téléspectateurs leur priaient de ne pas avoir peur car Africanews, à leurs yeux n’a pas d’avenir, ils se pressaient de répondre à l’unisson : « Nous, on n’à pas peur, nous on ne craint rien… ».
more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

In Writing, Nadine Gordimer Explored Why We're All Here

In Writing, Nadine Gordimer Explored Why We're All Here | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
"I am not a political person by nature," Nadine Gordimer once said. "I don't suppose, if I had lived elsewhere, my writing would have
Charles Tiayon's insight:

"I am not a political person by nature," Nadine Gordimer once said. "I don't suppose, if I had lived elsewhere, my writing would have reflected politics."

Gordimer was born in South Africa in the early 1920s, into a society divided and identified by the crime of apartheid. Official racial segregation and suppression was wound into everyday life.

Her mother mostly kept her home from school, so Gordimer began to write for companionship. She published her first short story in The Children's Sunday Express when she was 15 years old, and essentially wrote for a living until her death this week, at the age of 90.

Nadine Gordimer wrote 15 novels, a few of which were banned by the South African government, and when one of her short stories appeared in a British or U.S. magazine that reached South Africa, officials ripped out her pages.

The suppression intended to silence her and millions more only galvanized Nadine Gordimer, who became an anti-apartheid activist in an age when activism didn't just mean liking something on Facebook. She hid wanted anti-apartheid fighters in her home, and helped Nelson Mandela with the famous speech he gave from the defendant's dock in 1964, about the ideals for which he was prepared to die.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Frompo Search Engine to Offer Clean, Fast and Relevant Search Results

Frompo Search Engine to Offer Clean, Fast and Relevant Search Results | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Frompo is also known as the Green Search Engine because it redirects its profits to help protect the environment.
Aarhus, Denmark -- (SBWIRE) -- 07/18/2014 -- Online source has turned into an essential part of lifestyle within the 21st-century. Online shopping, interpersonal life along with other activities are quickly overtaking real life. People who shop online first make inquiries on the internet via tablet PCs or smartphones. To help make the job easier, many qualified web search engines came up. Still, the real issue is to access the particular content that a user is searching for.


Frompo stands apart from the rest of leading internet search engines by providing exactly what the remaining search-engines didn't supply i.e. specifications. Frompo is aimed at assisting the browser to gain access to the sought for information in less time usually taken. The community of online usersareallowed to curate the results of search engine to enhance the browsing experience for every online user. This method allows the internet search engine to personally modify search results based on the specifications of the user. Frompo’s search engine results are organized, clean and specific based on the needs of the user. Spam or Junk contents or something unimportant or harmful is instantly eradicated. The eradication is performed by permitting total control to customers within the internet search engine. This enables the user to customize the search engine results based on individual requirements.


Today, the issue is that customers end up receiving only traffic indices which leads to inappropriatecontent. Frompo swirls clear from this traffic score that additional resources resort to and works just specific queries according to the needs.


About Frompo

Frompo is among the leading internet search engines which help online users to get relevant content or searches they are looking for by supplying curated search engine results. The main motive of Frompo is to select and sort the correct search results whenever a specific topic is searched within the Frompo search engine


Contact Information:

For more information and other media related enquiries, please contact:

Contact Name: Martin Nodskov

Contact Phone: 2320 6052

Contact Email: martin@frompo.com

Complete Address: Skanderborgvej 1 - 1 tv

Website: http://www.frompo.com
For more information on this press release visit: http://www.sbwire.com/press-releases/frompo-search-engine-to-offer-clean-fast-and-relevant-search-results-530906.htmMedia Relations ContactSteve Kaplan
Email: Click to Email Steve Kaplan
Web: http://frompo.com
Charles Tiayon's insight:

Aarhus, Denmark — (SBWIRE) — 07/18/2014 — Online source has turned into an essential part of lifestyle within the 21st-century. Online shopping, interpersonal life along with other activities are quickly overtaking real life. People who shop online first make inquiries on the internet via tablet PCs or smartphones. To help make the job easier, many qualified web search engines came up. Still, the real issue is to access the particular content that a user is searching for.

Frompo stands apart from the rest of leading internet search engines by providing exactly what the remaining search-engines didn't supply i.e. specifications. Frompo is aimed at assisting the browser to gain access to the sought for information in less time usually taken. The community of online usersareallowed to curate the results of search engine to enhance the browsing experience for every online user. This method allows the internet search engine to personally modify search results based on the specifications of the user. Frompo’s search engine results are organized, clean and specific based on the needs of the user. Spam or Junk contents or something unimportant or harmful is instantly eradicated. The eradication is performed by permitting total control to customers within the internet search engine. This enables the user to customize the search engine results based on individual requirements.

Today, the issue is that customers end up receiving only traffic indices which leads to inappropriatecontent. Frompo swirls clear from this traffic score that additional resources resort to and works just specific queries according to the needs.

About Frompo 
Frompo is among the leading internet search engines which help online users to get relevant content or searches they are looking for by supplying curated search engine results. The main motive of Frompo is to select and sort the correct search results whenever a specific topic is searched within the Frompo search engine

Contact Information:

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

New Tech Threatening to Replace English-speaking Teachers in Korea - Be Korea-savvy

New Tech Threatening to Replace English-speaking Teachers in Korea - Be Korea-savvy | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
GenieTutor,Electronics and Telecommunications Research Institute,ETRI
Charles Tiayon's insight:

SEOUL, July 21 (Korea Bizwire) – South Korea is famous its obsession with English education. So passionate about improving English skills that there is a rising number of ‘English-only villages’ across the nation, including the Paju English Camp in Gyeonggi Province.

The volume of the nation’s private English education market is estimated at roughly 6 trillion won (US$ 6 billion) according to a local report, which is a huge opportunity for those from English-speaking countries.

Indeed, landing on an English teaching job as a “native speaker” is regarded as one of the best jobs in the country if you want to experience some teaching careers and enjoy traveling at the same time in this nation well known for the Korean Wave.

However, Korea is at the same time a country where technological advancements are announced every day. So expect bad news for those who aspire to teach English in South Korean schools or cram schools: ‘Human-like’ interactive English learning software — although in a development phase — has emerged threatening to replace the enviable job in the country’s educational market.

The Electronics and Telecommunications Research Institute (ETRI), one of South Korea’s science and technology research centers, has announced on July 17 that it successfully developed artificial intelligence-based interactive educational software which is dedicated to English learners.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

A Novel That Represents 'A Complete Generation of Libyan Writers and Intellectuals'

A Novel That Represents 'A Complete Generation of Libyan Writers and Intellectuals' | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Libyan poet, translator, and short-story writer Ghazi Gheblawi has been enthusiastically tweeting about Mansour Bushnaf's "Chewing Gum," now out in English translation, by Mona Zaki, from Darf Publ...
Charles Tiayon's insight:

Libyan poet, translator, and short-story writer Ghazi Gheblawi has been enthusiastically tweeting about Mansour Bushnaf’s Chewing Gum, now out in English translation, by Mona Zaki, from Darf Publishers. So, what’s the big deal about Chewing Gum?

Gheblawi initially wrote on his blog, Imtidad:

This is a book that I first read in Arabic, when it was published by a small independent publisher in Cairo in 2007, the novel which wasn’t allowed to be distributed by Libyan authorities inside the country, was handed over from one reader to another and became famous for its satirical criticism of the Qaddafi regime.

Now in its new resurrected form in English, “Chewing Gum” has proven to be one of the best novels in modern times to describe in a satirical, cynical style the Libyan society under tyranny. The novel’s absurd approach to many aspects of a society striving to live against political and social challenges, introduces us to the reality of despotism.

Reading “Chewing Gum” for the second time in this excellent English translation, and especially after three years of Qaddafi’s demise, I felt that this novel will continue to be a must read to understand an obscure country and an isolated society that are still in the process of forging a nation that was fragmented under decades of colonialism, war, and dictatorship.

Not having seen the short (125-page) novel, I asked Gheblawi, over email, what was so special about it.

ArabLit: What makes this book so special? Vs. other Libyan novels and short stories written in the same era?

Ghazi Gheblawi: This is a novel that was written by a prolific essayist and playwright, which gave it a unique style among other works of Libyan novels.

I can also claim that it is a novel that represents a complete generation of Libyan writers and intellectuals, that were the first modernists in Libyan literature in 1970s and were unfortunate to face directly the brutality of the Libyan regime in its early years, which took more than a decade of their lives in imprisonment.

The novelist was the first to approach the subject of imprisonment in a work of literature and got it published, though not successfully distributed, under the Qaddafi regime.

AL: What are its brothers and sisters, parents and grandparents? To what literary tradition(s) does Chewing Gum belong? Libyan, Arabic, other?

GG: Chewing Gum has many characters that belong to absurdism and absurdist literature, and that’s not strange given that Mansour Bushanf has written many plays that belong to that school of literature, it is belongs more to European rather than Arabic or Libyan literatures, it can belong to a literature that was written in Eastern Europe under Communism, the likes of Bertolt Brecht, Milan Kundera, and others.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Los cimientos del sello Tajamar: memoria, traducciones y narrativa

Los cimientos del sello Tajamar: memoria, traducciones y narrativa | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Nacida hace 12 años, la editorial ha publicado cerca de 140 títulos.
Charles Tiayon's insight:

Un mapa de escritores que une generaciones y se mueve en el tiempo. Así se dibuja el diverso catálogo de la editorial chilena Tajamar, nacida hace 12 años. Su mentor es el periodista Alejandro Kandora.

“Somos independientes, con un perfil de rigurosidad en la construcción de catálogo y en el trabajo de edición de cada libro”, dice Kandora sentado en su oficina de paredes colmadas de ejemplares que sobresalen por sus tamaños, colores y antigüedad.

No le gusta dar entrevistas. “Los protagonistas son los autores y sus libros”, señala el editor que partió publicando una rareza: Memorias de un perro escritas por su propia pata, novela picaresca del escritor chileno Juan Rafael Allende, de 1893.

En más de una década, Tajamar ha editado cerca de 140títulos. Catálogo formado por ejemplares infantiles, educativos, ensayos, poesía, narrativa nacional y extranjera. Su autor más reconocido: el brasileño maestro de la novela policial,Rubem Fonseca.

“Los tajamares del Mapocho son reflejo de ese espíritu del ‘hombre moderno’”, dice Kandora sobre la elección del nombre de la editorial. Y agrega que la famosa construcción capitalina se hizo “en una época de grandes obras públicas y modernizaciones”.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Most impressive film promotions in 2014 - The Times of India

Most impressive film promotions in 2014 - The Times of India | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
There was a time when a star’s job was 100% complete after completing the shoot and dubbing for a film
Charles Tiayon's insight:

Product: The film itself, its story, cast, director and quality of storytelling and production
Price: The ticket price
Place: Distribution of the film that defines how many people the film is city-wise available to
Promotion: How well you promote your film and inform your audiences
Positioning: Which in some ways is the toughest and this is where you let your audiences know how you want to position your film in their minds. Just like in any other product category, an effective combination of all the above leads to a film achieving its defined objective, which could be either box office success, critical appreciation, high return on investment or a combination of any of these. Talking about film promotions in particular that have today become an integral part of most mid to big budget films and many a times even small films, we looked at film promotions so far in 2014 that impressed us.

ALSO READ: Shah Rukh Khan's 'Happy New Year' poster out

Happy New Year 
One of the most innovative promotional ideas was for the film Happy New Year where the five lead actors — Shah Rukh Khan, Abhishek Bachchan, Sonu Sood, Boman Irani and Vivaan Shah along with Deepika Padukone sent personalised signed posters to their fans on the New Year. It created buzz and interaction with the film and established the title of Happy New Year on the New Year.

ALSO READ: 'Holiday' not a typical Akshay Kumar film: Akshay

Holiday
Akshay Kumar visited Army camps in Jodhpur and Amritsar to promote his film Holiday, in which he was playing an army officer himself. It helped position the film that went on to get both critical as well as box office success, being the top grosser of 2014 so far.

Jai Ho
Keeping in line with the film's idea of every person giving to three people in their lives, Salman proved that he is a good human being not just in the film, but also in real life. He visited places where he would just give. So, for instance in one place, he would organise 100 open heart surgeries, in another distribute water to a water deprived village. Salman chose to forego his chartered plane so that the money could be used for charity instead. The film certainly further enhanced Salman's position as the most human star.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Agence de Presse Sénégalaise

Agence de Presse Sénégalaise | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Dakar, 21 juil (APS) - Djibril Hamet Ly, premier président des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM), de 1983 à 1986, souhaite que le livre de Lilian Thuram, "Mes étoiles noires. De Lucy à Barack Obama", soit traduit en arabe, afin qu’il soit disponible en Mauritanie, un pays dont les populations noires ont été soumises à l’esclavage jusqu’en 1981, date de son abolition officielle.

L’international français Lilian Thuram, natif de la Guadeloupe, un territoire des Antilles français situé dans les Caraïbes, était venu ce week-end à Dakar présenter son ouvrage récemment réédité dans le cadre d’un partenariat liant 11 maisons d’édition africaines, dont les Papyrus, de Seydou Nourou Ndiaye. Cette coédition vise à mettre ce livre à la disposition du grand public à un prix accessible. 

Dans cet ouvrage, l’ancien international français de football dresse le portrait de femmes et d’hommes, des références noires, qui ont contribué à l’histoire universelle.

"De Lucy à Barack Obama, en passant par Esope, Dona Béatrice, Pouchkine, Anne Zingha, Aimé Césaire, Martin Luther King et bien d’autres encore, ces étoiles m’ont permis d’éviter la victimisation, d’être capable de croire en l’homme, et surtout d’avoir confiance en moi", écrit l’auteur.

"Ce n’est pas gratuit, ce n’est pas fortuit ce que je dis", a expliqué Djibril Hamet Ly, en parlant de la proposition qu'il a faite concernant ce livre. 

Il rappelle qu’en dépit de l’abolition officielle de l’esclavage en Mauritanie, l’apport de la population noire à l’histoire est "totalement ignorée" dans ce pays.

Il a laissé entendre que le livre de Thuram peut apporter des réponses aux interrogations de la nouvelle génération, qui cherche, selon lui, à faire bouger les choses en essayant de comprendre la place de la communauté noire dans ce pays. "Vous serez le bienvenu en Mauritanie", a lancé M. Ly au footballeur devenu essayiste.

Intervenant lors d’une cérémonie de présentation et de dédicace de ce livre, samedi à Dakar, en présence de nombreux universitaires et intellectuels, Djibril Hamet Ly a souhaité voir ce livre traduit en arabe pour la Mauritanie.

En dépit des actions visant à effacer toute trace des Noirs dans l’histoire Mauritanienne, a-t-il fait valoir, de nombreux symboles mauritaniens sont le fait des Négro-africains, y compris des érudits célébrés pour leur science jusque dans de nombreux pays arabes.

Il a cité l'exemple de Chinguetti, une ville du centre-ouest de la Mauritanie, devenue la septième ville sainte de l’islam. Sous le nom de "ville des bibliothèques", Chinguetti tient son appellation de la langue soninké, l'une des composantes de la communauté noire. Cela rend compte, a relevé M. Sy, de l’influence des populations noires sur l’histoire et le rayonnement intellectuel de la Mauritanie.

Charles Tiayon's insight:

Dakar, 21 juil (APS) - Djibril Hamet Ly, premier président des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM), de 1983 à 1986, souhaite que le livre de Lilian Thuram, "Mes étoiles noires. De Lucy à Barack Obama", soit traduit en arabe, afin qu’il soit disponible en Mauritanie, un pays dont les populations noires ont été soumises à l’esclavage jusqu’en 1981, date de son abolition officielle.

L’international français Lilian Thuram, natif de la Guadeloupe, un territoire des Antilles français situé dans les Caraïbes, était venu ce week-end à Dakar présenter son ouvrage récemment réédité dans le cadre d’un partenariat liant 11 maisons d’édition africaines, dont les Papyrus, de Seydou Nourou Ndiaye. Cette coédition vise à mettre ce livre à la disposition du grand public à un prix accessible. 

Dans cet ouvrage, l’ancien international français de football dresse le portrait de femmes et d’hommes, des références noires, qui ont contribué à l’histoire universelle.

"De Lucy à Barack Obama, en passant par Esope, Dona Béatrice, Pouchkine, Anne Zingha, Aimé Césaire, Martin Luther King et bien d’autres encore, ces étoiles m’ont permis d’éviter la victimisation, d’être capable de croire en l’homme, et surtout d’avoir confiance en moi", écrit l’auteur.

"Ce n’est pas gratuit, ce n’est pas fortuit ce que je dis", a expliqué Djibril Hamet Ly, en parlant de la proposition qu'il a faite concernant ce livre. 

Il rappelle qu’en dépit de l’abolition officielle de l’esclavage en Mauritanie, l’apport de la population noire à l’histoire est "totalement ignorée" dans ce pays.

Il a laissé entendre que le livre de Thuram peut apporter des réponses aux interrogations de la nouvelle génération, qui cherche, selon lui, à faire bouger les choses en essayant de comprendre la place de la communauté noire dans ce pays. "Vous serez le bienvenu en Mauritanie", a lancé M. Ly au footballeur devenu essayiste.

Intervenant lors d’une cérémonie de présentation et de dédicace de ce livre, samedi à Dakar, en présence de nombreux universitaires et intellectuels, Djibril Hamet Ly a souhaité voir ce livre traduit en arabe pour la Mauritanie.

En dépit des actions visant à effacer toute trace des Noirs dans l’histoire Mauritanienne, a-t-il fait valoir, de nombreux symboles mauritaniens sont le fait des Négro-africains, y compris des érudits célébrés pour leur science jusque dans de nombreux pays arabes.

Il a cité l'exemple de Chinguetti, une ville du centre-ouest de la Mauritanie, devenue la septième ville sainte de l’islam. Sous le nom de "ville des bibliothèques", Chinguetti tient son appellation de la langue soninké, l'une des composantes de la communauté noire. Cela rend compte, a relevé M. Sy, de l’influence des populations noires sur l’histoire et le rayonnement intellectuel de la Mauritanie.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

La empresa española SeproTec se sitúa entre las 40 mejores del mundo en el sector de la traducción - EcoDiario.es

La empresa española SeproTec se sitúa entre las 40 mejores del mundo en el sector de la traducción - EcoDiario.es | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
La empresa española de traducción SeproTec Multilingual Solutions ha consolidado su posición como la empresa número uno en España y la trigésimo sexta del mundo en el ranking de las compañías más importantes del mundo del sector de la traducción y la interpretación, elaborado anualmente por la consultora internacional Common Sense Advisory.
Charles Tiayon's insight:

La empresa española de traducción SeproTec Multilingual Solutions ha consolidado su posición como la empresa número uno en España y la trigésimo sexta del mundo en el ranking de las compañías más importantes del mundo del sector de la traducción y la interpretación, elaborado anualmente por la consultora internacional Common Sense Advisory.

MADRID, 21 (EUROPA PRESS)

En este ranking participan 1.000 compañías a nivel mundial y, SeproTec, en esta edición, ha escalado trece posiciones respecto al año anterior, situándose entre las cuarenta primeras.

La consultora ha valorado de SeproTec "su fuerte crecimiento internacional con presencia en 13 países y una plantilla que supera los 300 empleados", según informa la empresa española en un comunicado, en el que destaca su "apuesta por la innovación", que en 2013 ha supuesto una inversión del cinco por ciento de su facturación.

Para el director ejecutivo de la compañía, Julián León, "es un orgullo" que SeproTec esté por sexto año consecutivo presente en el ranking mundial "más importante del sector". Esta empresa española, con más de 900 clientes, tradujo más de 100 millones de palabras en 2013 y gestionó 126.000 interpretaciones.

León ha subrayado que 2013 ha sido un año "cargado de retos", con la apertura de oficinas en tres países, generado un "nuevo negocio" en el mercado internacional que supera los 25 millones de dólares en el último año.



Leer más:  La empresa española SeproTec se sitúa entre las 40 mejores del mundo en el sector de la traducción - EcoDiario.es  http://ecodiario.eleconomista.es/cine/noticias/5955753/07/14/La-empresa-espanola-SeproTec-se-situa-entre-las-40-mejores-del-mundo-en-el-sector-de-la-traduccion.html#Kku80W2EYZf8GIP5

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

"Comme" et "comment" en langue corse

"Comme" et "comment" en langue corse | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Nous avons évoqué dans notre dernière chronique l'intérêt que représenterait un "observatoire de la langue corse". Dans cette perspective nous avons annoncé une "fiche linguistique" que nous proposons ici. Depuis 50 ans au moins les écrivains corses sont intrigués par la variation...
Charles Tiayon's insight:

Depuis 50 ans au moins les écrivains corses sont intrigués par la variation CUMU/CUME/CUM'E. Dans les années 1970 on voit apparaitre la nouvelle forme composée (type CUM'È) avec un accent qui "renforce" la consonne suivante (belli cum'è fiori) alors que type CUME (COMU, CUMU) provoque une lénition (dans cume femu? le F est sonorisé). Cependant les hésitations demeurent: dans quels contextes doit-on employer respectivement la forme simple (ex. cume) et la forme composée (cum'è)? 

Dans Le corse sans peine (Marchetti, 0906) on indique que "cumu (comment) est à distinguer de cum'è (comme)", ce qui ne correspond pas complètement à la réalité: "Cumu ... currisponde GUASI esattamente a u francese "comment" (Filippini; 0601). 

En effet parfois cumu (cume) correspond non pas à "comment" mais à "comme": 

1. U rimitu s’avvicinò CUMU per parlalli à l’orechja (Zerbi, 0878) 

2. Mi fighjò CUME per dimmi: Chì ci hè ? (Giacomoni, 1050) 

Ce qui a été nommé "a recula di u paternostru" ("sicut ET nos demittimus") a acquis comme une valeur "sacrée" et abouti à la généralisation irréfléchie de la "particule" È (CUM'È), y compris dans certains monosyllabes (avec la même fluctuation: chè/ch'è etc.). Anton Francescu Filippini, qui a évoqué le paternostru dans la revue "U Muntese" (1961), a donné ailleurs une explication plus précise: 

3. "cume deriva, non menu che u so' equivalente tuscanu come, da u latinu QUOMODO ET... "(Filippini, 0032) 

Rappelons que la même évolution vaut pour le français "comme". 

L'affirmation brutale (et erronée) selon laquelle la conjonction CUME "n'existe pas en corse"(MarchettiGeronimi, 5001) a eu comme conséquence une tendance plus ou moins cohérente à la généralisation dans tous les contextes des graphies en deux mots. En effet le type CUME tend à disparaitre dans des contextes où il est pleinement justifié par la réalisation orale qui devrait pourtant être déterminante. Le résultat est une variation graphique incohérente, parfois chez le même auteur: 

4. imbuffa a guancia à latu mancinu CUME par dì: "umbah"(Franchi, 0521) 

5. pianu pianu, CUM'È par ùn fà si sente (Franchi, 0083) 

On a le même type d'hésitation dans des locutions (dites comparatives hypothétiques) du type, "comme si". Dans le même contexte on observe une fluctuation de la graphie: en un seul mot (CUME et variantes) ou en deux (CUM'È et variantes), ce qui implique une réalisation différente de la consonne ([s]/[z]) qui suit la conjonction. 

6. l’oralità ci hè sempre, CUME sè u scopu era di « faire parler l’écriture» (Gherardi, 1035) 

7. mi s'hè sparita a risa, CUM'È s'ella ùn ci fussi mai stata in bocca meia (Ottavi, 0346) 

Nous ne commenterons pas ici la multiplication d'autres variations (syntaxiques: s'ellu FUSSI/s'ellu ERA) dans les phrases hypothétiques corses. Bien que toutes les grammaires persistent à condamner l'emploi de l'indicatif, ce dernier est tout à fait régulier comme le montrent l'usage et l'analyse linguistique. 

Mais comment expliquer l'alternance entre forme simple (type CUME) et forme composée (type CUM'È) dans des contextes rigouteusement identiques? Une telle variation est de nature à remettre en cause le principe fondateur de la "prédétermination consonantique" (cunsunatura capunanzu). En effet il est peu vraisemblable que les deux graphies en question soient justifiées par deux réalisations orales différentes de la consonne suivante (mais on sait qu'une graphie incontrôlée peut altérer en retour la prononciation...). 

Si le contexte donné (devant "si", devant "pour") génère en corse un "renforcement phonosyntaxique" le type CUM'È s'impose. 

Si le contexte donné génère la lénition (affaiblissement, sonorisation...) de la consonne suivante, la graphie du type "cum'è" doit être exclue dans ce contexte. 

Ce n'est pas la première fois que nous revenons sur ce sujet (voir par exemple: http://isula.forumactif.com/t192-ind-e-inde-inde ). Les conjonctions ou les adverbes font partie des "mots-outils", peu nombreux (environ 200 dans les diverses langues) mais très fréquents. La moitié des mots de n'importe quel texte (oral ou écrit) sont des mots-outils: il est donc important d'éviter les incohérences dans ce domaine. 

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

T'as aucun droit, puisque t'es mort

T'as aucun droit, puisque t'es mort | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it

Peut-on appeler morte une langue que 280 000 locuteurs (sur 4,3 millions d'habitants de 5 départments de la Bretagne historique, chiffres de l'INSEE(2)), déclarent parler ? Peut-on appeler morte un langue qui dispose de deux radios associatives émettant uniquement en breton, deux autres radio associatives émettant pour moitié en breton, une radio publique émettant quotidiennement deux heures en breton, et trois autres radios associatives et une radio publique qui programment une à plusieurs émission hebomadaires en breton ? Une langue dans laquelle sont publiées un hebdomadaire d'information générale, un mensuel d'information générales, un mensuel de débats politiques et philosophiques, deux revues littéraires bimensuelles, une revue linguistique, une revue d'heroic fantasy, une revue de poésie expérimentale... pour ne citer que les principaux périodiques ? Une langue dans laquelle une centaine de nouveaux livres sont publiés chaque année par une vingtaine d'éditeurs ? Une langue dans laquelle sont scolarisé, en immersion (Diwan) ou en bilingue paritaire (Divyezh et Dihun), plus de 15 000 élèves,  de la maternelle à la terminale, encadrés par 1 200 enseignants,  agents de service, animateurs et pions ? Une langue dont 5 à 6 000 adultes font l'apprentissage en cours du soir ? Une langue que 167 communes (sur 1 200) et 13 intercommunalités, mais aussi 716 structures privées (entreprises, clubs sportifs et associations) se sont engagées à développer en ratifiant l'accord "Ya d'ar Brezhoneg" ? La morte bouge encore sacrément !

Ce que je viens de mentionner concernant la langue bretonne, aisément vérifiable à travers par exemple les données fournies par l'Office public de la langue bretonne, vaut aussi, avec les nuances propres à chaque communauté linguistique, pour les autres langues régionales metropolitaines (occitan, catalan, basque, corse, arpitan aliasfranco-provençal, alsacien, platt lorain alias francique, flamand ; avec des niveaux de vitalité variables pour les langues d'oil — gallo alias britto-angevin, normand, picard, beauceron, morvandiau, poitevin et saintongeais — ; au contraire avec un ancrage populaire nettement plus fort s'agissant des langues d'outre-mer, créoles antillais, guyannais et réunionais, langue amazoniennes, calédoniennes, tahitienne...

Comment en être réduit, pour s'opposer à un droit qui devrait être élémentaire (le droit d'utiliser sa langue dans la vie publique, ou pour être plus exact, une de ses langues, la quasi-totalité des locuteurs des langues régionales ou minoritaires étant bilingues, voire trilingues), à nier l'existence du sujet de ce droit ? Certes, les opposants à la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires héritent d'une longue tradition de racisme linguistique, dont un des plus illustres repésentants n'est autre que Victor Hugo(3). Dans Quatre-Vingt treize, Totor écrit à propos du paysan breton qu'il campe "...parlant une langue morte, ce qui est faire habiter une tombe à sa pensée...". On reste sidéré par l'énormité du propos. Par définition, une langue qu'on parle est vivante, puisqu'elle véhicule les pensées, rélexions, émotions et autres propos du groupe humain qui la pratique. La langue comme fait anthropologique est si intimement liée à la pensée vivante qu'on a du mal à l'en dissocier. Certes, dans sa dimension de "mise en forme du monde", aucune langue ne procède de la même façon qu'une autre, et de là on peut comprendre l'attachement de beaucoup à leur langue maternelle, qu'on a tendance à considérer comme bien supérieure à celle du voisin dans sa capacité à traduire fidèlement les plis de sa propre pensée. Mais ce jugement, à la base du racisme liguistique que j'évoquais plus haut, est biaisé. La pensée se met en forme par le truchement d'une langue, et du coup chaque pensée est comme formatée conformément aux canons de la langue dans laquelle elle s'exprime. En tentant de l'exprimer dans une autre langue, on se heurte à la difficulté de trouver une équivalence exacte, compte tenu des systèmes de signes différents et arbitraires, qu'il est impossible de réduire à une bijection, entre chaque langue. Traduttore, traditore.

Pour autant, si la tradition du racisme linguistique est longue et comporte d'illustres repésentants (La Fontaine, Mirabeau, Barrère, l'abbé Grégoire, Talleyrand, Prosper Mérimée, Michelet, Emile Zola, Emile Combes, Edouard Daladier, Jean Dutourd, Bertrand Poirot-Delpech, Claude Allègre... font aux aussi partie du club), elle appartient aux traditions qui méritent d'être soumises au droit d'inventaire, et de n'être pas transmises aux générations futures. Après tout, dans la tradition, on lapidait les femmes adultère, on brûlait les sorcières, on pendait les sodomites, et ces traditions se sont interrompues, qui songerait à s'en plaindre ? Tout comme son frère le racisme biologique, le racisme linguistique est détestable et incompatible avec la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, dont j'espère que personne ici ne songe à la remettre en cause. Il faut postuler l'égale dignité de chaque langue, tout comme on admet l'égale dignité de chaque être humain, ça ne peut même pas se discuter. Entendons-nous bien, ça ne veut pas dire que chaque langue bénéficie automatiquement du même niveau de diffusion, de normalisation, d'institutions qui l'enseignent, la diffusent... Chaque langue a vécu sa propre histoire, et peu d'entre elles sont dans la situation de souveraineté incontestée des langues impériales (parmi lesquelles l'anglais, le chinois mandarin, l'hindi, l'espagnol mais aussi le français). Raison de plus pour faire bénéficier les "petites" langues, les langues moins répandues pour parler politiquement correct, d'une égale dignité en droit, qui puisse légitimer des mesures concrètes et pratiques pour aménager l'espace public d'une façon un peu moins défavorable à ces langues et à leurs locuteurs. Pour prendre un exemple terre-à-terre, la jurisprudence des tribunaux administratifs estime qu'il n'y a pas rupture dans la continuité du service public lorsqu'un instituteur bilingue, temporairement absent pour cause de maladie, est remplacé par un instituteur monolingue, incapable pourtant de poursuivre l'enseignement breton-français pour lequel le titulaire avait été nommé. C'est à ce type d'insécurité des acquis patiemment obtenus que les promoteurs de la Charte se proposent de remédier.

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires n'est que cela, un catalogue de bonne pratiques pour mieux organiser la coexistence pacifique entre langues dominantes (les langues officielles) et langues dominées (les autres). On peut la comparer à la laïcité, qui vise quant à elle à organiser la coexistence pacifique des croyances (et des non croyances) religieuses, souvent dans une contexte où (au départ au moins) une religion dominante avait du mal à laisser de la place à des religions minoritaires ainsi qu'à l'athéisme. Si les langues minoritaires ne sont pas des croyances, elle présentent comme les religions ce caractère facultatif et cette pratique sociale, qui ne permet pas de les réduire à la sphère privée. Qui de nos jours, parmi les démocrates, proposerait sérieusement de revenir sur la laïcité ? Le pluralisme linguistique raisonné, que la Charte se propose d'organiser, devrait susciter la même adhésion unanime des gens épris de progrès. Et que l'on prohibe à jamais les affirmations blessante, les incantations mortifères, les déclarations infériorisantes des grands envers les petits, du centre envers la périphérie... Tout ce qui, de près ou de loin, prolonge une soert d'ordre colonial.

Jañ-Mai Drapier
Parent d'élèves Diwan
Contributeur Wikipedia
Traducteur bénévole de logiciels
Conseiller scientifique de l'Office public de la langue bretonne 

Charles Tiayon's insight:

Peut-on appeler morte une langue que 280 000 locuteurs (sur 4,3 millions d'habitants de 5 départments de la Bretagne historique, chiffres de l'INSEE(2)), déclarent parler ? Peut-on appeler morte un langue qui dispose de deux radios associatives émettant uniquement en breton, deux autres radio associatives émettant pour moitié en breton, une radio publique émettant quotidiennement deux heures en breton, et trois autres radios associatives et une radio publique qui programment une à plusieurs émission hebomadaires en breton ? Une langue dans laquelle sont publiées un hebdomadaire d'information générale, un mensuel d'information générales, un mensuel de débats politiques et philosophiques, deux revues littéraires bimensuelles, une revue linguistique, une revue d'heroic fantasy, une revue de poésie expérimentale... pour ne citer que les principaux périodiques ? Une langue dans laquelle une centaine de nouveaux livres sont publiés chaque année par une vingtaine d'éditeurs ? Une langue dans laquelle sont scolarisé, en immersion (Diwan) ou en bilingue paritaire (Divyezh et Dihun), plus de 15 000 élèves,  de la maternelle à la terminale, encadrés par 1 200 enseignants,  agents de service, animateurs et pions ? Une langue dont 5 à 6 000 adultes font l'apprentissage en cours du soir ? Une langue que 167 communes (sur 1 200) et 13 intercommunalités, mais aussi 716 structures privées (entreprises, clubs sportifs et associations) se sont engagées à développer en ratifiant l'accord "Ya d'ar Brezhoneg" ? La morte bouge encore sacrément !

Ce que je viens de mentionner concernant la langue bretonne, aisément vérifiable à travers par exemple les données fournies par l'Office public de la langue bretonne, vaut aussi, avec les nuances propres à chaque communauté linguistique, pour les autres langues régionales metropolitaines (occitan, catalan, basque, corse, arpitan aliasfranco-provençal, alsacien, platt lorain alias francique, flamand ; avec des niveaux de vitalité variables pour les langues d'oil — gallo alias britto-angevin, normand, picard, beauceron, morvandiau, poitevin et saintongeais — ; au contraire avec un ancrage populaire nettement plus fort s'agissant des langues d'outre-mer, créoles antillais, guyannais et réunionais, langue amazoniennes, calédoniennes, tahitienne...

Comment en être réduit, pour s'opposer à un droit qui devrait être élémentaire (le droit d'utiliser sa langue dans la vie publique, ou pour être plus exact, une de ses langues, la quasi-totalité des locuteurs des langues régionales ou minoritaires étant bilingues, voire trilingues), à nier l'existence du sujet de ce droit ? Certes, les opposants à la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires héritent d'une longue tradition de racisme linguistique, dont un des plus illustres repésentants n'est autre que Victor Hugo(3). Dans Quatre-Vingt treize, Totor écrit à propos du paysan breton qu'il campe "...parlant une langue morte, ce qui est faire habiter une tombe à sa pensée...". On reste sidéré par l'énormité du propos. Par définition, une langue qu'on parle est vivante, puisqu'elle véhicule les pensées, rélexions, émotions et autres propos du groupe humain qui la pratique. La langue comme fait anthropologique est si intimement liée à la pensée vivante qu'on a du mal à l'en dissocier. Certes, dans sa dimension de "mise en forme du monde", aucune langue ne procède de la même façon qu'une autre, et de là on peut comprendre l'attachement de beaucoup à leur langue maternelle, qu'on a tendance à considérer comme bien supérieure à celle du voisin dans sa capacité à traduire fidèlement les plis de sa propre pensée. Mais ce jugement, à la base du racisme liguistique que j'évoquais plus haut, est biaisé. La pensée se met en forme par le truchement d'une langue, et du coup chaque pensée est comme formatée conformément aux canons de la langue dans laquelle elle s'exprime. En tentant de l'exprimer dans une autre langue, on se heurte à la difficulté de trouver une équivalence exacte, compte tenu des systèmes de signes différents et arbitraires, qu'il est impossible de réduire à une bijection, entre chaque langue. Traduttore, traditore.

Pour autant, si la tradition du racisme linguistique est longue et comporte d'illustres repésentants (La Fontaine, Mirabeau, Barrère, l'abbé Grégoire, Talleyrand, Prosper Mérimée, Michelet, Emile Zola, Emile Combes, Edouard Daladier, Jean Dutourd, Bertrand Poirot-Delpech, Claude Allègre... font aux aussi partie du club), elle appartient aux traditions qui méritent d'être soumises au droit d'inventaire, et de n'être pas transmises aux générations futures. Après tout, dans la tradition, on lapidait les femmes adultère, on brûlait les sorcières, on pendait les sodomites, et ces traditions se sont interrompues, qui songerait à s'en plaindre ? Tout comme son frère le racisme biologique, le racisme linguistique est détestable et incompatible avec la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, dont j'espère que personne ici ne songe à la remettre en cause. Il faut postuler l'égale dignité de chaque langue, tout comme on admet l'égale dignité de chaque être humain, ça ne peut même pas se discuter. Entendons-nous bien, ça ne veut pas dire que chaque langue bénéficie automatiquement du même niveau de diffusion, de normalisation, d'institutions qui l'enseignent, la diffusent... Chaque langue a vécu sa propre histoire, et peu d'entre elles sont dans la situation de souveraineté incontestée des langues impériales (parmi lesquelles l'anglais, le chinois mandarin, l'hindi, l'espagnol mais aussi le français). Raison de plus pour faire bénéficier les "petites" langues, les langues moins répandues pour parler politiquement correct, d'une égale dignité en droit, qui puisse légitimer des mesures concrètes et pratiques pour aménager l'espace public d'une façon un peu moins défavorable à ces langues et à leurs locuteurs. Pour prendre un exemple terre-à-terre, la jurisprudence des tribunaux administratifs estime qu'il n'y a pas rupture dans la continuité du service public lorsqu'un instituteur bilingue, temporairement absent pour cause de maladie, est remplacé par un instituteur monolingue, incapable pourtant de poursuivre l'enseignement breton-français pour lequel le titulaire avait été nommé. C'est à ce type d'insécurité des acquis patiemment obtenus que les promoteurs de la Charte se proposent de remédier.

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires n'est que cela, un catalogue de bonne pratiques pour mieux organiser la coexistence pacifique entre langues dominantes (les langues officielles) et langues dominées (les autres). On peut la comparer à la laïcité, qui vise quant à elle à organiser la coexistence pacifique des croyances (et des non croyances) religieuses, souvent dans une contexte où (au départ au moins) une religion dominante avait du mal à laisser de la place à des religions minoritaires ainsi qu'à l'athéisme. Si les langues minoritaires ne sont pas des croyances, elle présentent comme les religions ce caractère facultatif et cette pratique sociale, qui ne permet pas de les réduire à la sphère privée. Qui de nos jours, parmi les démocrates, proposerait sérieusement de revenir sur la laïcité ? Le pluralisme linguistique raisonné, que la Charte se propose d'organiser, devrait susciter la même adhésion unanime des gens épris de progrès. Et que l'on prohibe à jamais les affirmations blessante, les incantations mortifères, les déclarations infériorisantes des grands envers les petits, du centre envers la périphérie... Tout ce qui, de près ou de loin, prolonge une soert d'ordre colonial.

Jañ-Mai Drapier
Parent d'élèves Diwan
Contributeur Wikipedia
Traducteur bénévole de logiciels
Conseiller scientifique de l'Office public de la langue bretonne 

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Barbara traverse l'Atlantique pour l'occitan

Barbara traverse l'Atlantique pour l'occitan | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
Barbara Vance enseigne le français à l'Université d'Indiana aux États-Unis. Dans le cadre de ses recherches, elle s'intéresse à l'ancien occitan. Elle a donc passé trois jours à Castres dans l'espoir d'en apprendre plus sur la langue d'Oc. La ...
Charles Tiayon's insight:

Barbara Vance enseigne le français à l'Université d'Indiana aux États-Unis. Dans le cadre de ses recherches, elle s'intéresse à l'ancien occitan. Elle a donc passé trois jours à Castres dans l'espoir d'en apprendre plus sur la langue d'Oc.

La langue d'Oc serait uniquement parlée dans le sud de la France ? Préjugé ! Preuve en est avec Barbara Vance, professeure à l'université d'Indiana aux Etats-Unis qui se consacre à l'étude de l'occitan ancien. Dans le cadre de ses recherches, l'Américaine vient de passer trois jours à Castres. Au programme, recherches de documents anciens à la bibliothèque municipale de Castres puis aux archives départementales d'Albi et enfin rendez-vous avec l'association archéologique de Lavaur. Trois lieux différents où Barbara espère y trouver des trésors de l'époque médiévale : «Je m'intéresse à tous les documents légaux ou autres, dans lesquels il est possible de trouver des formules occitanes anciennes. Qui sont susceptibles d'être réutilisées dans le français actuel» indique-t-elle.

Cet intérêt pour la langue d'Oc date des années 80, lorsque Barbara était étudiante. Elle explique : «J'ai d'abord assisté à un cours d'occitan aux États-Unis. Très vite, je me suis intéressée à cette langue mais surtout à son influence sur la langue française. Par la suite, je suis venue à Cannes en tant qu'assistante d'anglais et j'ai pu prendre des cours d'occitan dans une université de Nice.» Depuis, chaque trois ans, elle fait découvrir à ses élèves les langues régionales françaises : «Mes étudiants sont très intéressés par ces langues régionales françaises. D'ailleurs, un de mes élèves a publié trois articles au sujet de la syntaxe de l'occitan ancien en Amérique» note Barbara.

Mais pourquoi avoir choisi la ville de Castres afin de réaliser ses recherches ? En réalité, l'enseignante a rencontré le Castrais Bernard Vernières, professeur d'occitan et membre de l'institut des études occitanes lors du congrès annuel de l'association internationale d'études occitanes. Ce congrès a été organisé cette année en Catalogne, proche du Val d'Aran où la langue officielle est l'occitan. La rencontre a permis de regrouper toutes les personnes s'intéressant à la langue occitane. C'est avec surprise que Bernard Vernière souligne : «Il y avait même des Japonais ! Toutes les communications se sont faites en occitan».

Pour toutes les personnes qui en doutaient, l'occitan est une langue bel et bien vivante qui continue à passionner tant les Français que les personnes du monde entier.

Castres perpétue la culture occitane

L'Ostal d'Azails située au 6 rue du consulat accueille le cercle castrais de l'Institut des études occitanes. Vitrine de l'identité occitane locale, cet institut propose de nombreuses activités tout le long de l'année. Des cours d'occitan y sont dispensés chaque mardi, mercredi et vendredi suivant différents niveaux ainsi que des ateliers de conversation autour de thèmes variés. Bernard Vernières, secrétaire de l'association note : «L'institut est très actif dans la ville. Par exemple, samedi a eu lieu notre festival annuel de cornemuse». Pour cette occasion, un défilé de groueps traditionnels a par exemple eu lieu dans les rues de Castres le matin et un bal occitan a eu lieu le soir au sein de la salle Gérard-Philippe (voir nos précédentes éditions). Lieu d'échanges et de rencontres, l'Ostal d'Azails est un repère pour tous ceux qui souhaitent conserver leur identité culturelle en entretenant la langue occitane.

more...
No comment yet.
Scooped by Charles Tiayon
Scoop.it!

Désignons un Mauricien à la tête de la francophonie

Désignons un Mauricien à la tête de la francophonie | Metaglossia: The Translation World | Scoop.it
C’est dans cet esprit que nous apportons aujourd’hui notre soutien à la République de Maurice et à Jean-Claude de l’Estrac, son candidat.
Charles Tiayon's insight:
Venant d’horizons divers, nous sommes profondément attachés aux langues et cultures du monde, dont la langue française et les cultures qui lui sont associées. Cet attachement nous amène, aujourd’hui, à nous engager pour l’avenir de la francophonie. « Ma patrie, c’est la langue dans laquelle j’écris », disait le pamphlétaire royaliste Antoine de Rivarol (1753-1801).

Ecrivains, artistes ou penseurs, nous exprimons ici notre volonté de voir la francophonie défendre toujours davantage les valeurs humanistes de la diversité culturelle, de la libre création, de l’échange entre les individus et, à travers eux, entre les cultures.

Nous sommes convaincus que la francophonie, pour être exemplaire vis-à-vis des nations et des peuples qui luttent pour préserver le droit à la diversité culturelle et linguistique et au respect des identités, doit rompre le cercle de la realpolitik et des rapports de force, qu’ils viennent du Nord comme du Sud.

UNE ÎLE MODERNE

 

Nous ne sommes pas des donneurs de leçons. Nous avons, en revanche, la conviction que c’est à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) que se joue, pour une bonne part, le combat pour le respect de la pluralité des cultures. Cette lutte est au cœur de notre engagement, au cœur de cette « francosphère », espace rêvé d’échanges linguistiques et culturels respectueux de l’histoire et de l’exceptionnelle richesse créatrice du genre humain.

C’est avec cette idée que nous faisons aujourd’hui confiance à la candidature de l’île Maurice pour conduire le futur de l’OIF. En moins d’un demi-siècle, cette île-carrefour a donné naissance à un laboratoire à la fois du vivre-ensemble de multiples groupes sociaux et de préservation de la diversité culturelle dans le cadre d’un Etat démocratique, respectueux des droits de l’homme et des croyances de chacun. C’est le pays qui fait cependant de l’idéal interculturel une quête constante.

Moderne parce que plurielle, l’île Maurice, par sa fidélité au français et sa pratique de l’anglais et des langues asiatiques, bâtit un pont entre l’Afrique, l’Europe, l’Indeet la Chine. Elle apporte au XXIe siècle l’image d’une francophonie originale et décomplexée, résolument ouverte et heureuse d’exister, dépouillée des pesanteurs coloniales.

Nous croyons donc que cette candidature mauricienne, incarnée par une personnalité aux multiples talents, exprime la synthèse positive du monde en mouvement. Elle est la promesse d’un projet mobilisateur pour les femmes et les hommes de nos pays qui attendent beaucoup d’une mondialisation respectueuse de ce qu’ils sont.

more...
No comment yet.