L’équipe de chercheurs de l’Unité Xénobiotiques de l’Inra Toulouse, dirigée par Daniel Zalko a démontré, en collaboration avec les Laboratoires Pierre Fabre, que le Bisphénol A (BPA), perturbateur endocrinien présent dans certains emballages alimentaires, pénètre l’organisme humain par la peau

 

Sous forme libre, le BPA est notamment utilisé comme révélateur de coloration de certains tickets de caisse et autre tickets de cartes bancaires. On le retrouve aussi dans certains biberons en plastique.

Ces travaux ont ouvert de nouvelles perspectives dans l’évaluation du risque d’exposition au Bisphenol. Les dernières études, annoncées ce mardi 27 septembre par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, confirment ainsi sa dangerosité.

(...)