Tout le web
247.6K views | +0 today
Follow
Tout le web
Toute l'actualité du web en ce moment
Curated by coup d'oeil
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by coup d'oeil from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Compensation écologique : les réserves d’actifs naturels, un droit de détruire ?

Compensation écologique : les réserves d’actifs naturels, un droit de détruire ? | Tout le web | Scoop.it
Comment compenser la destruction de la nature quand on bétonne et qu’on pollue ? Pour les aménageurs, la loi sur la biodiversité, examinée en seconde lecture ce mardi à l’Assemblée nationale, pose sur la table l’idée de réserve d’actifs naturels. Un concept qui suscite de nombreuses critiques : les uns invoquent un droit de détruire, les autres un frein à la croissance.

Via Christian Allié, Bernadette Cassel
coup d'oeil's insight:
.............."""""""""""""""""""""""""""""""..............
[...]
Un coût élevé pour dissuader Un avis que partage Harold Levrel, économiste écologique au sein du Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired) et co-auteur d’une note sur la compensation écologique publiée en janvier par la Fondation de l’écologie politique. "Le manque d’instruments légaux offrant des protections de long terme sur les sites compensés, l’absence de cadre d’évaluation clair, mais aussi de moyens de contrôle et de sanction, ne permettent pas de penser que les conditions sont réunies aujourd’hui en France pour faire des mesures compensatoires un outil efficace de lutte contre l’érosion de la biodiversité", conclut-il.

Parmi les mesures à prendre, il faut selon lui établir une "frontière de la compensation" et distinguer ce qui peut être compensé de ce qui ne peut pas l’être. Par exemple, les espèces mondialement menacées ne pourraient "en aucun cas" faire l’objet d’une compensation. Autre élément décisif pour que les réserves d’actifs naturels aient un impact positif : le coût de la compensation, qui devra être suffisamment élevé pour être dissuasif. C’est le cas aux États-Unis, l’un des 28 pays au monde à avoir réglementé la compensation écologique. Les banques de compensation y existent depuis les années 80. Le coût de la compensation pour les zones humides se situe entre 100 000 et 300 000 dollars par hectare. "Les demandes d’autorisation de construction n’ont pas augmenté depuis le développement des réserves d’actifs naturels et la perte de zones humides a été fortement réduite (2), explique Harold Levrel dans sa note.

Certains propriétaires renoncent d’ailleurs tout simplement au permis de 'destruction' qui leur a été octroyé, transformant leurs terrains constructibles en... réserves d’actifs naturels". Selon une étude publiée en juin 2015, le secteur de la restauration écologique représente aujourd’hui 126 000 emplois directs aux Etats-Unis, alors que le secteur du charbon ou celui du fer et de l’acier ne représentent respectivement que 80 000 et 91 000 emplois. Un exemple à suivre ?
more...
Christian Allié's curator insight, March 15, 5:39 AM
.............."""""""""""""""""""""""""""""""..............
[...]
Un coût élevé pour dissuader Un avis que partage Harold Levrel, économiste écologique au sein du Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired) et co-auteur d’une note sur la compensation écologique publiée en janvier par la Fondation de l’écologie politique. "Le manque d’instruments légaux offrant des protections de long terme sur les sites compensés, l’absence de cadre d’évaluation clair, mais aussi de moyens de contrôle et de sanction, ne permettent pas de penser que les conditions sont réunies aujourd’hui en France pour faire des mesures compensatoires un outil efficace de lutte contre l’érosion de la biodiversité", conclut-il.

Parmi les mesures à prendre, il faut selon lui établir une "frontière de la compensation" et distinguer ce qui peut être compensé de ce qui ne peut pas l’être. Par exemple, les espèces mondialement menacées ne pourraient "en aucun cas" faire l’objet d’une compensation. Autre élément décisif pour que les réserves d’actifs naturels aient un impact positif : le coût de la compensation, qui devra être suffisamment élevé pour être dissuasif. C’est le cas aux États-Unis, l’un des 28 pays au monde à avoir réglementé la compensation écologique. Les banques de compensation y existent depuis les années 80. Le coût de la compensation pour les zones humides se situe entre 100 000 et 300 000 dollars par hectare. "Les demandes d’autorisation de construction n’ont pas augmenté depuis le développement des réserves d’actifs naturels et la perte de zones humides a été fortement réduite (2), explique Harold Levrel dans sa note.

Certains propriétaires renoncent d’ailleurs tout simplement au permis de 'destruction' qui leur a été octroyé, transformant leurs terrains constructibles en... réserves d’actifs naturels". Selon une étude publiée en juin 2015, le secteur de la restauration écologique représente aujourd’hui 126 000 emplois directs aux Etats-Unis, alors que le secteur du charbon ou celui du fer et de l’acier ne représentent respectivement que 80 000 et 91 000 emplois. Un exemple à suivre ?
Bernadette Cassel's curator insight, March 15, 6:42 AM
.............."""""""""""""""""""""""""""""""..............
[...]
Un coût élevé pour dissuader Un avis que partage Harold Levrel, économiste écologique au sein du Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired) et co-auteur d’une note sur la compensation écologique publiée en janvier par la Fondation de l’écologie politique. "Le manque d’instruments légaux offrant des protections de long terme sur les sites compensés, l’absence de cadre d’évaluation clair, mais aussi de moyens de contrôle et de sanction, ne permettent pas de penser que les conditions sont réunies aujourd’hui en France pour faire des mesures compensatoires un outil efficace de lutte contre l’érosion de la biodiversité", conclut-il.

Parmi les mesures à prendre, il faut selon lui établir une "frontière de la compensation" et distinguer ce qui peut être compensé de ce qui ne peut pas l’être. Par exemple, les espèces mondialement menacées ne pourraient "en aucun cas" faire l’objet d’une compensation. Autre élément décisif pour que les réserves d’actifs naturels aient un impact positif : le coût de la compensation, qui devra être suffisamment élevé pour être dissuasif. C’est le cas aux États-Unis, l’un des 28 pays au monde à avoir réglementé la compensation écologique. Les banques de compensation y existent depuis les années 80. Le coût de la compensation pour les zones humides se situe entre 100 000 et 300 000 dollars par hectare. "Les demandes d’autorisation de construction n’ont pas augmenté depuis le développement des réserves d’actifs naturels et la perte de zones humides a été fortement réduite (2), explique Harold Levrel dans sa note.

Certains propriétaires renoncent d’ailleurs tout simplement au permis de 'destruction' qui leur a été octroyé, transformant leurs terrains constructibles en... réserves d’actifs naturels". Selon une étude publiée en juin 2015, le secteur de la restauration écologique représente aujourd’hui 126 000 emplois directs aux Etats-Unis, alors que le secteur du charbon ou celui du fer et de l’acier ne représentent respectivement que 80 000 et 91 000 emplois. Un exemple à suivre ?
Rescooped by coup d'oeil from Planete DDurable
Scoop.it!

À Berlin, 2 000 mètres carrés pour nous apprendre à manger mieux

À Berlin, 2 000 mètres carrés pour nous apprendre à manger mieux | Tout le web | Scoop.it
Si l’on divisait la surface mondiale des terres cultivables par le nombre de personnes vivant sur la planète, chacun d’entre nous disposerait de 2 000 m2 pour se nourrir. À Berlin, une association a décidé de monter le laboratoire de l'agriculture de demain sur cette surface.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
Alain Wagener's curator insight, March 13, 2015 5:21 PM

Expérimental et éclairant que cette expérience agricole à la périphérie de Berlin.

Rescooped by coup d'oeil from Planete DDurable
Scoop.it!

Les Européens seraient plus respectueux de l'environnement en vacances que dans leur quotidien - notre-planete.info

Les Européens seraient plus respectueux de l'environnement en vacances que dans leur quotidien - notre-planete.info | Tout le web | Scoop.it
Les Européens, écolos ? Oui, mais plutôt en vacances ! C'est ce que révèle un sondage[1] : alors que près de 9 Européens sur 10 se disent attentifs à l'impact écologique de leurs voyages, ils ne sont pourtant que 40% à faire le tri

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by coup d'oeil
Scoop.it!

NetPublic » Le repair café, lieu de partage de savoir-faire pour réparer au lieu de jeter

NetPublic » Le repair café, lieu de partage de savoir-faire pour réparer au lieu de jeter | Tout le web | Scoop.it

Le repair café ? Est-ce un nouveau type de lieu partagé ? Sans aucun doute. Concept lancé aux Pays-Bas en 2009 par Marie Postma, le repair café est un lieu où des bénévoles réparent du matériel apporté par des citoyens...

more...
coup d'oeil's comment, November 7, 2012 2:07 AM
Merci pour le partage.
Scooped by coup d'oeil
Scoop.it!

Bilan carbone : le mien, et peut-être le vôtre ? - Terra eco

Bilan carbone : le mien, et peut-être le vôtre ? - Terra eco | Tout le web | Scoop.it

ans tout projet, il faut des indicateurs. Le mien étant de prendre le virage de la transition écologique, je me suis penchée ce soir sur deux indicateurs : l'empreinte écologique et le bilan carbone. Voici les résultats...rendez-vous dans 6 mois pour juger des mes progrès !

more...
No comment yet.
Rescooped by coup d'oeil from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Les interactions plante/microorganismes telluriques au service d'une ingénierie écologique des sols

Les interactions plante/microorganismes telluriques au service d'une ingénierie écologique des sols | Tout le web | Scoop.it
Les sols renferment à eux seuls 25% de la biodiversité des espèces terrestres. S’y trouvent notamment les principaux groupes de microorganismes : bactéries, champignons, algues… dont la biomasse totale peut atteindre 5 tonnes par hectare. Ces microorganismes tiennent une place centrale dans le bon fonctionnement des sols et, dans un contexte d’agroécologie, deviennent des acteurs sur lesquels s’appuyer. On parle d’ingénierie écologique des sols. Toutefois, cela s’avère très complexe car les microorganismes sont multiples et leurs interactions avec les plantes encore peu expliquées. Un colloque a eu lieu récemment à l’Académie Française d’Agriculture pour présenter et discuter des avancées sur les connaissances des interactions entre plantes et microorganismes telluriques. L’objectif visé de ces recherches : arriver à orienter ces interactions afin de promouvoir les effets bénéfiques de ces interactions pour des systèmes de cultures plus économes en intrants de synthèse et plus durables. Quelques résultats sont présentés dans ce dossier.

 

Agro Perspectives - Agronomie - Diffusion des techniques innovantes en agriculture


Via plantsci-UT3, Christophe Jacquet, Bernadette Cassel
more...
No comment yet.
Rescooped by coup d'oeil from Planete DDurable
Scoop.it!

La vie sans pétrole, c’est possible !

La vie sans pétrole, c’est possible ! | Tout le web | Scoop.it

ENTRETIEN | Jardins partagés, énergies propres… la révolution verte est en marche. Des initiatives surtout citoyennes. Pour Alain Grandjean, économiste, l'or noir se fait rare, pas les idées.


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by coup d'oeil
Scoop.it!

Un agriculteur anglais s’est construit une « maison verte » pour 180 euros (Rectifié) | Les moutons enragés

Un agriculteur anglais s’est construit une « maison verte » pour 180 euros (Rectifié) | Les moutons enragés | Tout le web | Scoop.it
59 Lire la suite...
more...
No comment yet.
Scooped by coup d'oeil
Scoop.it!

Concilier gaz de schiste et écologie

Concilier gaz de schiste et écologie | Tout le web | Scoop.it
Les problèmes posés par l’exploitation du gaz de schiste en France ne semblent pas insurmontables. La vraie question concerne la politique énergétique.
more...
No comment yet.