Tout et n'importe quoi
5 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Mikaël Monjour
Scoop.it!

home

home | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
Mikael Monjour Téléphone : 06 71 12 01 68 Email : mikael.monjour@gmail.com
Mikaël Monjour's insight:

Je viens de lancer mon site web, vous pouvez y retrouver mes expériences et mon projet professionnel.

more...
No comment yet.
Rescooped by Mikaël Monjour from Infos en français
Scoop.it!

Entretien avec les auteurs du livre « Lobbying. Les coulisses de l’influence en démocratie »

Entretien avec les auteurs du livre « Lobbying. Les coulisses de l’influence en démocratie » | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
Marie-Laure Daridan et Aristide Luneau : “Le lobbyiste doit être convaincant plutôt que connivent”   Votre livre est intéressant à plus d’un titre.

Via Juan Carlos Hernandez
more...
Juan Carlos Hernandez's curator insight, June 18, 2013 4:11 AM

Votre livre est intéressant à plus d’un titre. On peut le lire très rapidement malgré ses 200 pages et en particulier parce qu’en tant que lobbyistes de métier, vous présentez les atouts du lobbying dans le débat politique mais également ses travers dans l’influence dans la décision politique. Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre et pourquoi maintenant ?

Marie-Laure Daridan et Aristide Luneau. Nous avons voulu faire passer trois messages en écrivant ce livre. Le premier est que la réalité du lobbying est loin de la caricature que l’on en fait. Le lobbying est un métier à part entière, passionnant qui se professionnalise et se généralise. Le second est que beaucoup d’acteurs socio-économiques font du lobbying, pas seulement les entreprises mais aussi les syndicats, les ONG, les églises, les établissements publics… Tout le monde fait du lobbying avec les mêmes outils, les mêmes méthodes et ceux qui n’en font pas devraient en faire. Le troisième message c’est que plus il y a de lobbying, mieux c’est pour la démocratie. Le lobbying permet de mettre les points de vue, les arguments des différents intérêts représentés en concurrence, et donc d’éclairer les politiques en les confrontant à la réalité du terrain pour, in fine, établir de meilleures normes, mieux acceptées de tous.

Par ailleurs, nous disposons tous deux de nombreuses années d’expérience en tant que conseils d’entreprises, d’associations et d’organismes publics ou parapublics. Au cours de ces années, nous avons été confrontés à beaucoup de questions, d’interrogations sur notre métier, voire de défiance. Il nous semblait important de répondre à toutes ces questions et de livrer notre vision du lobbying tel que nous le pratiquons au quotidien. Enfin, avec d’autres collègues, nous sommes engagés depuis longtemps dans un mouvement de reconnaissance du lobbying et de réflexion sur la déontologie de notre métier.

 

Vous disiez “tout le monde a intérêt à faire du lobbying, et tout le monde en fait”, mais est-ce que les différents intérêts sont sur un même pied d’égalité, avec les mêmes moyens ?

L’accès aux décideurs publics n’est pas limité. Chaque citoyen peut contacter son représentant au parlement et faire part de son point de vue, a fortiori grâce au nouvel environnement numérique (par mail par exemple). . Après, il y a les lobbyistes professionnels, ceux dont le lobbying est le métier à titre principal, qui ont développé une expertise du processus de décision et une méthodologie pour exprimer son point de vue dans le débat public. Il faut bien sûr veiller à ce que tous les intérêts en présence, économiques, sociaux, environnementaux ou culturels, puissent bénéficier d’un accès équitable aux décideurs, de façon à assurer l’ouverture du processus décisionnel à la société civile toute entière. Des lobbies se mobilisent d’ailleurs pour veiller à l’équité du débat public et c’est sans doute la meilleure des garanties. Mais la question fondamentale n’est pas celle de l’accès « physique » aux décideurs, mais plutôt : quelle est la capacité de chacun à être légitime et à présenter des arguments acceptables par tous.

 

Dans l’idée de démontrer que tout le monde fait du lobbying, vous dressez une liste très complète d’acteurs qui font du lobbying, les syndicats, les ONG, les associations de consommateurs, vous citez même le cas de l’une d’elles qui revendique le fait qu’une loi sur la consommation ait été rédigée dans ses propres bureaux. Pourquoi est-ce qu’une église, un syndicat n’accepte pas l’étiquette de lobbyiste que l’on va lui mettre sur le dos ? Qu’est-ce qui explique cette appréhension sur un terme qui revêt en France un caractère presque diabolique ?

Cette utilisation péjorative du terme renvoie à une vision qui est profondément ancrée dans la tradition politique française. Pour des raisons historiques et culturelles liées à la définition de l’intérêt général, la France a une longue tradition de défiance à l’égard de la représentation des intérêts particuliers et donc du lobbying. Certains acteurs font du lobbying sans avoir recours au terme. Beaucoup de gens font du lobbying sans le savoir, comme Monsieur Jourdain. Et d’autres font du lobbying sans le dire, comme Tartuffe. Mais les choses évoluent et le terme est de plus en plus accepté. Au final, dès que l’on s’exprime dans le cadre d’une décision publique, on fait du lobbying.

Est-ce que l’on accuse pas aussi facilement de lobbyiste, celui qui ne pense pas comme nous ? En qualifiant de lobbyiste son adversaire, est-ce que ce n’est pas un moyen stratégique de faire du lobbying par l’utilisation du terme ?

C’est le cas extrême, mais cela arrive oui. On dira qu’une entreprise fait du lobbying, mais pas une association de patients. Alors qu’elle en fera de la même façon, avec les mêmes outils, mais avec une vision différente. Il y a une certaine hypocrisie lorsqu’il est question de lobbying. Mais les choses changent. Et les politiques eux même ont de plus en plus recours au terme dans son acception positive, pour désigner l’expression légitime des intérêts particuliers dans le processus démocratique. Dans l’introduction de son récent rapport, le député Christophe Sirugue dit ainsi que “le lobbying fait désormais partie du paysage institutionnel français” et souligne que les lobbies sont des acteurs nécessaires dans l’élaboration de la loi.

Les politiques le diraient aussi facilement au vingt heures de TF1 ou lors d’une réunion avec leurs électeurs que dans des rapports ou livres plus confidentiels ?

Nous ne pouvons pas préjuger de ce que répondraient des politiques. Mais si ces propos ont été écrits dans un rapport parlementaire, on peut penser qu’ils seraient également tenus ailleurs.

 

Une des raisons de la montée en puissance de l’étude du lobbying, c’est l’inflation législative, de plus en plus de lois, de plus en plus de normes, c’est l’effet quantitatif, et puis une société plus complexe, donc des débats qui suivent cette complexité, cela pour l’effet qualitatif. Est-ce que le corollaire de cette technicité accrue est le développement du lobbying ? Est-ce que vous avez des exemples précis qui témoignent de l’intérêt des lobbies dans l’écriture de la loi pour éclaire la décision publique ?

C’est quasiment le cas de toutes les lois aujourd’hui. Et c’est ce que nous faisons tous les jours. Un exemple très actuel, c’est celui de la création d’un fichier positif sur les questions du surendettement. Benoît Hamon a repris cette idée, qui devrait être adoptée dans la loi « consommation ». Le débat porte notamment sur l’identifiant dans ce fichier. C’est une question très technique. Tout le monde s’écharpe sur cette question de l’identifiant. Pour certains, cet identifiant est une manière d’enterrer ou de retarder la création de ce fichier. Pour d’autres, c’est une façon de le sécuriser. Les différents acteurs, banques comme associations de consommateurs n’ont pas toutes le même point de vue et font des propositions différentes. Tout le monde a un avis sur ces points très techniques, et essaie de pousser à coup d’analyses, d’argumentations la valeur de tel ou tel type de solutions techniques.

 

Sur beaucoup de points, vous n’hésitez pas à rentrer dedans, même si vous utilisez souvent le conditionnel, contre ceux qui dépassent la ligne, pour passer du côté obscur de la corruption. Et puis sur la question du pantouflage, du réseautage, on vous sent moins vindicatif que contre la corruption. Pour vous est-ce que le pantouflage est une chose normale dans une société démocratique moderne ? Comment vous jugez ces passages du public ou vers le privé ? Vous dites qu’un être humain n’est pas une page vierge, elle a une vie avant et après sa fonction publique ou privée ?

Est-ce que la loi sur le pantouflage est pertinente à l’heure de ces trajectoires professionnelles multiples ?

 

Chacun a le droit d’avoir plusieurs vies, plusieurs métiers. C’est propre à notre temps plus qu’il y a quarante ou cinquante ans. Un distinguo doit se faire entre les politiques et les administratifs. Des règles existent déjà pour les fonctionnaires notamment. Un dirigeant qui passerait de l’administration du Trésor à une grande banque doit passer devant la commission de déontologie, qui contrôle ces activités.

Pour les élus, c’est plus compliqué. Le statut de l’élu n’existe pas en France, et cette question dépasse largement le champ du lobbying. La commission Sauvet avait défini le conflit d’intérêts comme devant également se comprendre dans le temps, c’est-à-dire qu’il est nécessaire d’analyser les conflits qui peuvent exister d’une fonction précédente à une fonction suivante.

Mais plus largement, votre question concerne la valeur du carnet d’adresse. Le réseau peut permettre de recevoir ou de transmettre de l’information plus facilement, mais jamais d’obtenir des décisions politiques favorables. Il y a beaucoup de fantasmes autour de cette idée de réseau et notre expérience est que l’enjeu pour le lobbyiste est d’être convaincant plutôt que connivent. C’est peut-être la raison laquelle vous avez perçu une différence dans la façon dont nous abordions le sujet dans le livre.

 

Justement, le fantasme entoure le monde du lobbying. Un certain nombre de documentaires ont été diffusés ces derniers mois sur des chaînes de télévision. Je pense notamment à Brussel Business, sur Arte, des films sortent de temps à autre, comme Thank you for smoking, tiré d’un roman d’un écrivain américain, Christopher Buckley. Comment vivez-vous la perception que les autres ont de ce travail ?

Aristide Luneau. C’est la lecture du livre de Buckley qui m’a donné envie d’en savoir plus sur le monde du lobbying. Le film, bien que très différent du film, est très amusant,, mais met en scène des pratiques douteuses de lobbyistes. La réalité de notre métier est largement différente. C’est ce que nous avons voulu rétablir dans notre ouvrage. En tant que lobbyistes, nous cherchons à convaincre, à argumenter, à apporter un certain nombre d’éléments et d’informations factuelles aux décideurs publics. Nous ne nous retrouvons jamais ni dans la corruption, ni dans la manipulation, ni dans la désinformation ou l’utilisation de moyens dévoyés.

Marie-Laure Daridan. Quand on regarde par exemple la soirée sur le lobbying sur Arte, on est un peu frustrés car ce qui est montré renvoie à une image négative qui ne correspond pas à la réalité de notre travail au quotidien et dans laquelle nous ne nous reconnaissons aucunement.

 

Votre livre c’est aussi une réponse à cette frustration ?

Oui, en quelque sorte.

A quand un débat national, large, médiatisé sur les pratiques du lobbying. Aujourd’hui, le lobbying existe, il est difficile d’imaginer un monde où il n’existe pas. Comment faire pour que les citoyens puissent en débattre sereinement, en essayant de construire les bonnes pratiques du lobbying de demain ?

Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés. C’est un sujet important pour nous et une question que tous les lobbyistes se posent. Il y a des avancées, il y a des émissions pédagogiques, des rapports qui sont publiés et qui permettent de contribuer à ce débat. Il reste encore beaucoup de travail. La vision de la population change aussi vis-à-vis du lobbying. Via Internet, beaucoup de citoyens deviennent eux-mêmes lobbyistes. On l’a vu sur beaucoup de textes législatifs, Hadopi notamment. Des collectifs citoyens se sont formés, et ont revendiqué des actions de lobbying.

 

Parlons d’Europe maintenant. Dans votre livre vous dénoncez l’illusion européenne en démontrant que, contrairement à ce qui est souvent dit dans l’hexagone, les lois européennes ne représentent pas l’essentiel. Vous indiquez que certains secteurs comme l’agriculture sont très concernés par ce qui se décide à Bruxelles mais que dans d’autres, la défense, la diplomatie, l’influence des décisions européennes est plus limitée. Vous dites que 10 à 20% de nos lois seraient impactées par les décisions européennes. Est-ce que cela ne témoigne pas de l’existence d’une chimère qui voudrait que tout soit décidé à Bruxelles ?

Il existe une méconnaissance des systèmes décisionnels, et de l’interaction des rouages entre le niveau national et le niveau européen. La perception du rôle de l’Europe est alors différente de la réalité. La décision est de moi

- See more at: http://www.lobbycratie.fr/2013/06/17/entretien-avec-les-auteurs-du-livre-lobbying-les-coulisses-de-linfluence-en-democratie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Lobbycratie+%28Lobbycratie%29#sthash.JsEbUwS4.dpuf

Kamb-Si-Yiangda's curator insight, June 18, 2013 5:45 AM
Entretien avec les auteurs du livre « Lobbying. Les coulisses de l’influence en démocratie »
Rescooped by Mikaël Monjour from SEO Tips, Advice, Help
Scoop.it!

Are You Safe Online? [Infographic]

Are You Safe Online? [Infographic] | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
As more people engage in various online activities, threats become more prevalent and sophisticated. The basic threat protection we were used to may not be enough to protect us when these new generation risks reach us.

Via Bonnie Burns
more...
Usuario en Prácticas's curator insight, July 29, 2013 4:32 AM

Primer elemento de seguridad

Nirmalya Ghosh's comment, July 31, 2013 5:16 AM
Nice work..we have to think twice before doing important transaction over internet.
Te L - Us Business Solutions's comment, July 31, 2013 9:11 PM
That is what I say Nirmalya. Everyone doesn't play nice on the internet. Which makes it hard for people who are serious about their craft and servicing their clients.
Scooped by Mikaël Monjour
Scoop.it!

La librairie libre

La librairie libre | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
Ce blog souhaite créer une banque du livre, c'est à dire regrouper le maximum de bouquins à partager ou à échanger.
more...
No comment yet.
Rescooped by Mikaël Monjour from Infos en français
Scoop.it!

#France : Menaces, lobbying, chantages : la guerre secrète de l'eau

#France : Menaces, lobbying, chantages : la guerre secrète de l'eau | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
Régie municipale ou gestion privée : les prix de l'eau varient du simple au double selon les départements. Enquête sur les enjeux d'une bataille où tous les coups sont permis.

Via Juan Carlos Hernandez
more...
Juan Carlos Hernandez's curator insight, August 4, 2013 6:26 AM
#France : Menaces, lobbying, chantages : la guerre secrète de l'eauRégie municipale ou gestion privée : les prix de l'eau varient du simple au double selon les départements. Enquête sur les enjeux d'une bataille où tous les coups sont permis.
Rescooped by Mikaël Monjour from It's Your Business
Scoop.it!

How affiliate marketing can accelerate sales for small businesses

How affiliate marketing can accelerate sales for small businesses | Tout et n'importe quoi | Scoop.it
So long as you are armed with the right information about how to best manage a programme, the fact is that affiliate marketing is a high performing and measureable way of driving sales that sustainably grow your business.

Via The Fish Firm
more...
William Newman's curator insight, August 1, 2013 7:51 AM

Many affiliate programs offer on boarding strategies to full partnerships between advertisers and publishers. You need to know the business model of each program and how it compliments your operating model.

Rakesh Raghuvanshi's comment, August 2, 2013 4:00 AM
"the power of One " when all affiliate partners +publisher partners come together to drive each other and grow the ecosystem brands and the Affiliates get to speak as ONE and cross promotions and visibility increases and there is synergy in brand speak building credibility and expanding reach . But the big challenge is to manage such a large numbers of affiliates and Publishers ..and to address that is single platform which gives the brand owners the same Tools and the Rules for the brands to manage paid , earned and owned content to drive , search , local , mobile audience through contextual content and increasing the relationships life-cycle
Rakesh Raghuvanshi's curator insight, August 2, 2013 4:00 AM

"the power of One " when all affiliate partners +publisher partners come together to drive each other and grow the ecosystem brands and the Affiliates get to speak as ONE and cross promotions and visibility increases and there is synergy in brand speak building credibility  and expanding reach . But the big challenge is to manage such a large numbers of affiliates and Publishers ..and to address that is single platform which  gives the brand owners  the same Tools and the Rules for the brands to manage paid , earned and owned content to drive , search , local , mobile  audience through contextual content and increasing the relationships lifecycle