Toulouse networks
39.2K views | +1 today
Follow
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A simple guide to SEO in 2015

A simple guide to SEO in 2015 | Toulouse networks | Scoop.it

A simple SEO guide in 2015 (Infographic)
"Penguin. Panda. Pigeon. Phantom. Navigating the constant pace of Google algorithm updates makes SEO in 2015 a much harder game to play. But companies and individuals who are producing high-quality branded content on a consistent basis are the ones that have the edge in terms of search visibility."
Is SEO really a harder game to play as KunoCreative's Dan Stasiewski put it in this excellent SEO guide infographic? Read more.

How to nurture leads with content curation
Want more leads? You’re not alone. According to IDG Enterprise’s 2015 B2B Content Marketing Spotlight Report, lead generation is the #1 priority for content marketers.
But while everybody says they want more leads, in the very next breathe they’ll add that they want better leads, too. That’s why you’ll see lead nurturing come in as priority #4 on this same graph. Lead nurturing is basically lead generation 2.0. First you get the leads, then you warm them up. Read more.

Don't panic: yes, content shock is here but (lean) content marketing is still your best bet
Christopher Penn made a great analysis by extracting from the Mary Meeker internet report data on time spent with digital media. Let me give you 3 ways for lean marketers to beat content shock with limited resources Read more.

Is content marketing hard? 7 lessons learned +1 (curation)
In this article, Mike Huber rightly says "more is what you need when it comes to content marketing", and then points out in 6. that "your team needs to be all in".  And since "the best time to start a content marketing program is 5 years ago and the second best time is today", you'd better start publishing content regularly now.
Our experience adds one lesson to this post: "curation helps you publish more". And not just more, also better. Read more.

Jacques Le Bris's insight:


Get a demo

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

15 Proven Ways to Get More Traffic to Your Blog

15 Proven Ways to Get More Traffic to Your Blog | Toulouse networks | Scoop.it

Who doesn’t want more website traffic? Like money or good looks, it seems like it’s just not possible to have too much traffic to your blog.

Trouble is, traffic is tricky. You can buy it, sure. But if you don’t convert that traffic into dollars, you’re losing money. And to actually see ROI, you have to not just make back the money you’ve spent on advertising. You’ll also have to cover the overhead for your business and the time you spent managing it all.

If you go the other way and build up free traffic, you’ll have to get enough results to justify your time. Anybody can spend an afternoon building traffic to their blog. But did they get enough traffic from those efforts to justify the time spent and the opportunity lost?

It is, of course, possible to get an ROI on your blog traffic work. I’m about to give you specific ideas for exactly how to do that. But know this: What works for other blogs might not work for yours. If you want to be successful, you need to track results.

How the 80/20 rule applies to building blog traffic

Ever heard of The 80/20 Rule, aka “The Pareto Principle”? It’s the idea that 80% of your results come from 20% of your efforts. The 80/20 Rule has vast applications, but what we’re interested in is the idea that some of the things you do result in big gains, and some other things you do result in almost nothing.

The 80/20 Rule applies directly to building blog traffic because some of what you do is going to blow the doors off. Other things you do will fizzle. The only way to tell the difference between something that rocked and something that fizzled is to track your results and your work.

Track your time and your results

Tracking your work is fairly easy, but it is a habit. Some of us have trouble developing habits. But if you want to know what works or what doesn’t, you need to know how much time it takes you to do it. There’s no need to get crazy with this and track every minute. Think hours, even ten minute increments.

The next piece is tracking the results. In “the biz”, we call this analytics. If you’re using Scoop.it Content Director to manage your blog, you’ll have some good analytics data already within your account. You can also pair that up with Google Analytics. To make Google Analytics do its thing properly, you’ll need to set up some goals. Don’t worry – they take about 5 minutes each to set up. There are resources on how to set up goals here.

Don’t go crazy with setting goals. Track what you need to know to determine ROI. Maybe that’s email sign-ups, downloads of ebooks, demo material or other assets. Maybe it’s orders, or how many people complete a contact form. Just set up your goals FIRST. Remembering to set up tracking after you’ve done a month’s worth of promotion is kinda like closing the barn doors after the horse has run out.

15 ways to get more traffic to your blog

So you’ve got your timer system set up. You’re tracking goals on your blog. Enough with the background work – let’s drive some traffic! These are fifteen time-tested, effective ways to turn a trickle of traffic into a river.

 

1. Optimize your posts for SEO.

Hopefully SEO doesn’t scare you, but if it does, there’s a great free plugin called WordPress SEO by Yoastthat makes optimizing blog posts a snap. The plugin gives you a checklist of suggestions for each post you write. Just keep following the suggestions until the plugin’s color-coded button turns green. Then you’re done.

 

2. Let keyword research shape the topics you write about or share about.

Notice I said “shape”, not “determine”. The days of picking a keyword and then writing a blog post around it are fading, if not already gone. The days of trying to hit a 2% keyword density in your posts are way gone.

However, keywords still matter. Even two minutes spent with a keyword tool (like the Google AdWords Keyword Planner or Ubersuggest) can make a big difference in the success of your post.

 

3. Set up rich snippets.

This is another SEO trick that can give you a significant edge. Some people have seen up to 30% increase in web traffic just by adding rich snippets. So what are they? Rich snippets are basically a way to mark up meta data on your pages so your search engine listings look more interesting, and are thus more likely to be clicked.

The WordPress by Yoast plugin I just mentioned will let you create and edit rich snippets. There’s a good tutorial on how to use it for that here. Or you can get the advanced course by going to Google’s resource area on “Structured Data Markup” which is another term for rich snippets. Use the Structured Data Testing Tool to see how your listings will look.

 

4. Set up Twitter cards and Open Graph tags.

These make your posts look better on social media, thus dramatically increasing their likelihood of getting shared – like by 200%. See Twitter’s online resource (https://dev.twitter.com/cards/overview) to learn about Twitter cards. Once again, the WordPress SEO by Yoast plugin will create Twitter cards for you. Twitter has two other suggestions for plugins and a setup guide here.

Open Graph tags work best on Facebook. Like Twitter cards, they’re a way to dress up your posts so they look better, and thus get shared way more often. Once again, the Yoast plugin can set these up for you. There’s also a new and very promising plugin called “Facebook Open Graph, Google+ and Twitter Card Tags” that can create open graph tags, Twitter cards, rich snippets and Google+ post formatting.

 

5. Add images.

Images break up text, add emotion and engagement, and are way more likely to be shared on social media. Consider having more than one image per post. Some bloggers like to use an image about every 300-400 words, or about every screen length if you’re scrolling.

 

6. Use subtitles, bullet lists.

Want to know the dirty little secret of the blogging world? It’s that people rarely read online. They scan. Resisting this behavior is futile, so it’s best to just format your text so it’s easy to scan. That means using 2-3 subtitles per post. It also means using bullet lists, and bolding important words or terms here and there.

Here’s an easy trick to use more bullet points: Look through your post for commas. Got more than two commas in a sentence? That might be an opportunity for a bullet list.

 

7. Speed up your site.

Website users love fast sites, and Google does too. Use the Google Page Speed Insights Tool to see how you can improve.

 

8. Guest post.

Here’s where that work timer will come in handy. There’s a whole book’s worth of information on how to guest post, but I’ll give you the postage stamp version here.

  • Go find the most widely-read and shared websites in your industry or niche. Really stretch on this. You will probably need to write for a large or very large publication in order to get enough exposure to make quest posting worth your while. Aim for a place with more than 20,000 Twitter followers.
  • See if they take guest posts.
  • Pitch the editor or owner three different terrific ideas for guest posts. Keep your pitch to less than three short paragraphs. Use bullet points.
  • If your pitch is accepted, go write the piece. Make it fabulous. Have one other person read it before you submit it.
  • Add a very short author biography with a tempting call to action at the end of the article.
  • Promote the bejesus out of the piece once it’s published.
  • Thank the editor or site owner.

Guest posting is time-consuming. It can be a little frustrating, too. You make get several rejected pitches. Try at least three guest posts before you give up on it.

 

9. Comment on other blogs.

This is an excellent way to gain exposure and traffic for a fairly small investment of your time. To write good comments, follow these guidelines:

  • Always write comments that contribute.
  • Always be positive.
  • To get your comment in as soon after the post was published as possible. That way your comment will be up at the top of the comments, and will get far more traffic.
  • Share your personal experience with the topic at hand.

 

10. Politely reach out to influencers.

There’s a whole art and science to wooing influencers and getting them to share your content. It can result in massive spikes of traffic when it works, but it can also alienate people sometimes if it doesn’t work.

First thing to do is to only promote your highest quality content. Then find 3-5 people with larger audiences than yours who have shared similar content. Next, customize your pitches. Finally, never say, “please share this”. Say something in line with “Hi. I’ve noticed you’ve got an interest in topic X. I’ve got a post on my site about it that you might like.” This works especially well if you have quoted the influencer in your post.

The next option for getting influencer attention is roundup posts. These are basically where you ask 7-10 experts their opinion on an issue or their experience with something specific. Then you share their responses in your blog post.

 

11. Be helpful.

There are dozens of Q&A sites with thousands of questions, just waiting to be answered. The content you’ve got on your blog could probably answer at least some of them. So get on Quora, or LinkedIn groups, or forums. Find questions or discussions that are directly related to your blog content. Answer the questions. For about every one out of three questions you answer, mention there’s a post on your site that goes into more detail.

Why only one out of three question? Because if you pitch your site, even lightly, every time you answer a question, you’re over-promoting. People hate that.

 

12. Send email updates.

Every new piece of content on your site deserves at least a mention in your email updates. Of course, if you’re using Content Director, this is already pretty much automated for you.

 

13. Write better headlines.

A bad headline will kill a blog post. Use a headline analyzer like the Emotional Marketing Value Headline Analyzer if you aren’t sure you’ve got a strong headline. Or be like the Upworthy’s writers: Write 20 headlines, then pick the best one.

Whatever you have to do, put some serious thought into your headlines. As David Ogilvy used to say, “On the average, five times as many people read the headline as read the body copy. When you have written your headline, you have spent eighty cents out of your dollar.”

 

14. Use your Google Analytics data to find what kind of content does best.

Give the people what they want. Do a content audit once a year to see which posts have generated the most results for you. Write more posts like those.

 

15. Make sure your site is mobile-friendly.

Some sources, like comScore, report that there is now more traffic from mobile devices than there is from desktops. They’ve been saying that since last year. Unfortunately, many of us are still not “thinking mobile first”, though we should be given the Google update that’s coming on April 21st.

So the next time you’ve got some downtime while you waiting somewhere, use that time wisely. Read your own blog on your mobile phone. Subscribe to your email newsletter. Try to leave a comment.

Do you have any tips to increase traffic to a blog? Come on – tell us. That comment box below is just sitting there, waiting for them.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ces start-up toulousaines qui épatent les Américains

Ces start-up toulousaines qui épatent les Américains | Toulouse networks | Scoop.it
Céline Lazorthes, née à Toulouse./Photo DDM

Toulouse et son agglomération seraient-elles une mine d'or pour les pépites du monde de la tech ? Oui si on en croit la French Touch Conference, qui vient de s'achever à New York.

L'économie digitale n'est pas que parisienne mais se développe aussi en province. Fleur Pellerin secrétaire d'État au commerce extérieur, en est persuadée. Et de citer l'entreprise toulousaine Sigfox qui envisage de se déployer dans la Silicon Valley.

Spécialiste de l'Internet des objets, l'entreprise possède son siège social et ses activités de recherches et développement à Labège. Arrivé du Havre pour son premier emploi il y a 20 ans, Ludovic Le Moan, le PDG, est resté. «À Toulouse, il y a de bonnes écoles et de bons profils», souligne le patron venu défendre la dynamique de la tech française aux États-Unis.

Frédéric Montagnon, Overblog

Une raison partagée par Frédéric Montagnon, le génie toulousain d'Overblog, qui a monté trois start-up dans la capitale de Midi-Pyrénées, avant de s'installer il y a un an à New York pour développer Secret Media, une solution permettant de monétiser le trafic des utilisateurs des logiciels qui bloquent la diffusion de publicités sur un navigateur. «Quand il a fallu choisir l'école pour mes études, je voulais Toulouse pour ma formation. Ensuite, j'ai récupéré beaucoup de Parisiens qui en avaient marre de la capitale.»

Marc Rougier, Scoop It

Pour Marc Rougier, c'est le recrutement qui l'a incité à s'installer dans la ville rose. «J'ai monté Meiosys à Toulouse en 2000, car je n'arrivais pas à embaucher à Paris». Après avoir revendu son affaire à IBM cinq ans plus tard, connu un échec avec Goodjet, il retrouve le succès avec Scoop It, une plateforme de publication sur Internet pour les entreprises. Là encore à Toulouse, même si la partie «business» est basée à San Francisco. «Les États-Unis sont moins conservateurs que la France où il faut un réseau, un pedigree pour parler aux grands donneurs d'ordres. Quand l'offre est innovante : les Américains essaient plus facilement, mais jettent aussi plus facilement».

La TIC Valley vantée à New York

À La French Touch Conference de New York, Marc Rougier est venu aussi parler de la TIC Valley, l'association de 24 entreprises innovantes, installées à Labège. «Il faut favoriser ce type d'environnement favorable à l'économie digitale. La France est en retard : cela ne correspond qu'à 3 % de notre PIB, quand nos pays partenaires sont à 6 %».

Avec un écosystème favorable et des conditions de vie privilégiées, Toulouse attire. Mais certains s'expatrient quand même comme Céline Lazorthes, PDG de Leetchi.com, un service de collecte d'argent élu comme la meilleure start-up en 2013 par Wired Europe. Parmi les intervenants à New York, elle était une des seules femmes. Il y avait aussi Cédric Giorigi, le Toulousain fondateur de Cookening, qui propose des repas chez l'habitant. Et, c'est avec son petit accent du sud-ouest qu'il a vanté les atouts de la French Tech.

Genticel à la rencontre d'investisseurs aux USA

Réussite de la biotech française, L'entreprise de biotechnologie de Labège (Haute-Garonne) a présenté son activité à une cinquantaine d'investisseurs américains à New York. Elle faisait partie d'une délégation de dix-neuf entreprises, emmenées par l'association France Biotech, dans le cadre de la première édition de la French Life Sciences Days. «Je me suis rendu compte que nous avions beaucoup d'entreprises françaises dans la biotechnologie et la medtechnologie qui pouvaient séduire les investisseurs américains. Nous sommes des champions en innovation et en autorisation de mise sur le marché», souligne Pierre-Olivier Goineau, le président.

Cotée à Euronext Paris et Bruxelles depuis le 4 avril dernier, l'entité haute-garonnaise est spécialisée dans le développement d'immunothérapies pour les femmes infectées par le papillomavirus humain qui n'ont pas de lésions. Pour 25 % d'entre elles, le virus a de fortes chances de se développer et, s'il n'est pas soigné à temps, de provoquer un cancer du col de l'utérus. Genticel vient dont de terminer la phase un des essais cliniques de ProCervix, son produit phare. Et les résultats sont de l'aveu du patron labégeois, plutôt bons : trois quarts des femmes éliminent le virus. L'objectif de la société est d'arriver à prouver l'efficacité de ce produit chez l'homme et ensuite de l'octroyer à un partenaire industriel pour la commercialisation. Selon Genticel, le potentiel est estimé à un milliard d'euros de chiffre d'affaires par an. Cette première rencontre avec les fonds d'investissement spécialisés vise à préparer l'avenir du travail du laboratoire haut-garonnais.

En effet, l'entrée en bourse il y a moins de quatre mois a déjà permis une levée de fonds de 34.7 millions d'euros, supérieure aux attentes de la société.

Les Etats-Unis restent dans tous les cas incontournables pour le développement de la société : à terme, si le produit est commercialisé, ils pourraient représenter 45 % du marché mondial. D'autant que les gynécologues du pays, contrairement à l'Europe, recommandent déjà le diagnostic en première détection du HPV lors du frottis annuel. Les essais cliniques de l'autre côté de l'Atlantique devraient commencer dès décembre 2015.

Correspondance particulière d'Anaïs Digonnet à New York
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Social Media Publishing is dead (as we know it)

Social Media Publishing is dead (as we know it) | Toulouse networks | Scoop.it
 Earlier this month, Facebook dropped a bombshell by not only acknowledging that Facebook pages’ organic reach was declining but also by telling us we shouldn’t expect them to recover. Facebook’s VP of Product for Facebook Ads, Brian Boland, went on to explain that this is the new world we live in now, that the same thing happened with search engines before and that we’d better get used to it. It’s true that many platforms go through a similar cycle: first, they present a great free opportunity, then more and more people grab it - decreasing the return for everyone until finally, the platform focuses on those ready to pay for play. It happened with Google Search; it happened with Apps (yes, Apple doesn’t sell ads but others do - such as coincidentally... Facebook). And now that all social media are publicly-traded company with ambitious revenue targets to reach, it will happen to social media as well.
So what does the decline of organic reach on Facebook and social platforms exactly mean on a practical basis? Continue reading →
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Développé à Toulouse, Scoop.it poursuit son rêve américain

Développé à Toulouse, Scoop.it poursuit son rêve américain | Toulouse networks | Scoop.it

Marc Rougier, président et fondateur de Scoop.it.


Scoop.it, l'outil de curation développé à Toulouse, revendique aujourd'hui un million d'utilisateurs dans le monde et poursuit sa croissance aux États-Unis, qui compte déjà pour le plus gros de ses revenus.

Marc Rougier, le président et fondateur de Scoop.it, a terminé, le 14 mars, son tour de France autour des applications business de la curation avec la satisfaction d’avoir placé cet événement en trending topic sur Twitter. Son entreprise, installée dans la TIC Valley toulousaine et à San Francisco, revendique un million de curateurs et 1200 entreprises utilisent sa version premium. « Notre modèle économique est basé sur le freemium. Nous proposons une partie de nos fonctionnalités gratuitement et certains services sont disponibles uniquement en souscrivant un abonnement », détaille Marc Rougier.

Un trafic divisé à parts égales entre la France et les États-Unis

Parmi ses clients, Scoop.it compte EDF, Orange, La Poste, Renault, AG2R, Generali ou le Cnes, mais aussi des institutionnels et de nombreuses petites entreprises. « Car la solution leur était dédiée au démarrage de Scoop.it », reprend Marc Rougier. « Notre cœur de métier est en effet d’augmenter la visibilité des professionnels en ligne avec une barrière d’efforts et des coûts faibles grâce à notre plateforme de curation. Les grands groupes sont venus à nous au fur et à mesure. Nous leur proposons d’ailleurs une solution sur mesure, tandis que les PME souscrivent bien souvent l’abonnement en ligne. » Aujourd’hui, les PME sont majoritaires en nombre mais en valeur les deux profils de clients se valent.

La France représente 25% des activités de la société, à égalité avec les États-Unis en terme de trafic, et le reste du monde se partage le les 50% restants avec des clients situés principalement au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en Amérique latine et en Inde. Mais les États-Unis, dont le marché est plus mature, comptent pour la majorité des revenus de la société. L’entreprise emploie cinq personnes à San Francisco, et l’équipe de développement, soit quinze personnes, à Toulouse. « Nous sommes encore aujourd’hui dans une logique de croissance puisque nous avons besoin de beaucoup de volume pour exister. Notre grand objectif inspirationnel demeure de devenir aussi gros aux États-Unis qu’en France. »
Agnès Frémiot

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Linked in company pages: the untapped opportunity for SMBs

Several studies have shown that small and mid-size businesses massively use social media as a digital marketing tactic. But at Scoop.it we wanted to take it a step further: howdo small and mid-sized businesses use social media? What are their key opportunities?

Over the past few months, we surveyed more than 3,000 SMBs: some within the Scoop.it user base, some outside of it. We asked questions, collected behavioral data and discovered intriguing findings which we plan to release in several parts – the first of which being in this SlideShare presentation.

The first lesson we learned is that LinkedIn Company Pages seem to be a major opportunity not yet leveraged by many SMBs. Though LinkedIn is THE business social network, SMBs still don’t see their future on LinkedIn and prefer to invest their time and effort in Facebook and Twitter. Interestingly, this is not because they don’t see the value: the large majority (67%) understands that LinkedIn is a great fit for them, but they simply don’t have the time nor the content they need to take advantage of LinkedIn Company Pages as an important marketing opportunity. Additionally, they lack ways to measure the impact their LinkedIn campaigns or content would have on their digital marketing strategies.

So today, we’re happy to announce that we’re introducing a solution to this problem by integrating LinkedIn Company Pages as a sharing option within Scoop.it. That’s right: from now on, if you are the admin of your Company Page on LinkedIn, you can add it as a destination to share your scoops.

How does publishing-by-curation help?

As Scoop.it allows you to discover, curate and share content easily, you will now be able to frequently publish engaging content to your LinkedIn Company Page. If you’re already a Scoop.it user, you know that the platform’s content suggestion engine is a great way to save time sourcing fresh and relevant content. To take it a step further, with our premium plans, you can also measure the impact of curation through Scoop.it analytics or by integrating your Google analytics – covering the other top reasons for SMBs not taking advantage of LinkedIn Company Pages.

Not convinced? Here’s a stat for you: Scoop.it users publish and share 19 posts per month on average. Compare that with an average 97 days since the last update on US SMBs’ LinkedIn Company pages, combine that with the fact people are 50% more likely to purchase from a company they interact with on LinkedIn and you’ll see what we mean by “untapped potential”.

To get started sharing to your LinkedIn Company Pages, simply go to your sharing options, connect your LinkedIn account if you haven’t done so yet and then connect your LinkedIn Company Page under the “Other Social Meda” options:

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Behind the Update: Scoop.it Interest Channels and More Action

Publiée le 2 oct. 2013

Scoop.it, the leading social curation publishing platform for individuals and businesses, released significant updates to their Web application today with new features in line with its vision of organizing the Web. A community-driven initiative, this latest update focuses on creating a stronger dynamic between users and the interest graph with interest channels that highlight the best curated topics, merit-based social voting and improved user experience, all ideas brought to light by the Scoop.it community.




"Our mission is to empower people to capture the benefit of clever publishing," said Marc Rougier, co-founder and president, Scoop.it. "More than 50 million content pieces have been indexed and enriched by our users who are curating the Web's best content on their topics of passion or expertise."

More and more Scoop.it users saw value beyond the platform's publishing tools and requested better discovery mechanisms to build their communities of interests. The new features bring all of these individual curations and users together in more meaningful organization, offering them a better way to be discovered.

"Search is super relevant when you know what to look for. Social networks on the other hand help you discover content you didn't know you wanted but they can be noisy." said Guillaume Decugis, co-founder and CEO, Scoop.it. "By combining big data semantic algorithms with human curation, we've helped our users be discovered by more than 80 million like-minded people so far."

Scoop.it users will have even more opportunities to be discovered through clever publishing through the following key features:

• Interests: Users categorize their curations into interest channels for more impactful content and social discovery.
• Recommendations: A social-voting feature that gives top curators the ability to recommend the best topics. This is a merit-based system that is unlocked when a Scoop.it user demonstrates quality and consistent curation.
• New design: A flat and lighter user interface that highlights content and user profiles to encourage discovery through communities of interest.

About Scoop.it

Through clever publishing, Scoop.it empowers individuals and businesses to shine on the Web by sharing ideas that matter. Combining a big data semantic technology that crawls and qualifies more than 10 million web pages every day with a robust publishing hub, Scoop.it lets users discover, enrich and share relevant content on their topics of expertise. This not only helps them build their online presence through topic pages from which they feed their social networks, but it also makes the Web a smarter, more organized place for everyone.

http://scoop.it

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Scoop.it raises $2.6M to turn anyone into a publisher

Scoop.it raises $2.6M to turn anyone into a publisher | Toulouse networks | Scoop.it

Scoop.it has scooped up $2.6 million to mold vast amounts of Internet content into more manageable form.

 

The company combines semantic analysis with human curation to help brands publish relevant content. Its technology crawls 10 million pages across the Web, analyzes it, and makes personalized content suggestions for users based on their areas of interest. Users pick and choose the items they find interesting or relevant and publish them to their personal or organizational site.

“A growing number of people, professionals, businesses and brands have to publish online to develop their visibility, reputation, and brand,” said founder Guillaume Decugis in an interview with VentureBeat. “This is time-consuming, and it is hard to produce relevant quality content to rise above the noise. We help them find content that relates to their areas of expertise so they can feed their sites, social media channels, search engines, and newsletters.”

Decugis offered the example of an architect who uses Scoop.it to find and post content that relates to her specific area of expertise — sustainable architecture. She uses the engine to publish a daily update of current technologies, case studies, events, projects, and design strategies, such as a green rooftop on an art museum in Seoul or an initiative to promote solar homes in the desert. Organizations like the University of California, San Francisco are also using Scoop.it to curate content generated by or about their faculty, students, and community.

Scoop.it’s combination of aggregation, analytics, and curation is what Decugis said distinguishes it from the many competitors, including Snip.it, Rebelmouse, Paper.li and even Flipboard. He said brands are in control of what gets published using Scoop.it and the publishing process is integrated into their workflow. The platform includes features for social sharing and analytics so every “scoop” is measured.

“We became obsessed with how to discover content,” Decugis said. “Information overload is a problem and we have a big vision to organize the web, starting with helping people to publish better, more meaningfully, and in a more rewarding way.”

More than 75 million people have visited Scoop.it since it launched in 2011, pivoting from a mobile content-discovery product called Goojet. Scoop.it now sells premium plans that include extra features for lead generation, customization, and analytics. Partech International (which is an investor in VentureBeat) , Elaia Partners, IXO Private Equity, and Orkos Capital contributed to this round. Goojet and Scoop.it have cumulatively raised $13.6 million. The company also announced that it has hired Andrew Federici as vice president of monetization. Federici previously worked at Hightail/YouSendIt.

Scoop.it has headquarters in San Francisco with an office in Toulouse, France. It has 16 employees.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La curation avec Scoop.it

Un tutoriel rapide pour comprendre et utiliser Scoop.it pour faire de la curation.

 

1. LA CURATION AVEC SCOOP.IT

Tutoriel

2. PRÉSENTATON DE L’OUTIL SCOOP.IT

Scoop.it est un outil de curation (agrégateurs de contenus) qui va vouspermettre de diffuser le contenu de vos sources d’informations sur lesdifférents médias sociaux paramétrés par la plate-forme.Ainsi, vous aurez à votre disposition un outil central pour recueillir vosdifférentes alertes et les diffuser sur les médias sociaux de votre choix.Nous allons parcourir ensemble l’outil pour comprendre sonfonctionnement2@ClementIsa

3. 1ÈRE ÉTAPE : CRÉATION DU COMPTE

Avant tout, il vous faut créer votre compte sur Scoop.it.Plusieurs moyens de vous connecter, dans notre cas, nous allons créerun compte sans passer par les réseaux sociaux3@ClementIsa

4. 2ÈME ÉTAPE : CRÉATION D’UN TOPIC

Je vous conseille de le personnaliser au maximum. Une fois votre profil créé et confirmé par mail, vous allez pouvoir créer votre premier « Topic » (c’est-à-direle premier sujet que vous traiterez dans votre curation).

J’attire votre attention sur le fait que le titre de votre topic constituera au final uneurl unique. Donc pensez à l’optimiser afin d’être bien référencé et qu’elle soitclaire et lisible lorsque vous la transmettrez.

Prenez un soin tout particulier également à indiquer des mots clés pertinents carce sont eux qui vous remonteront les résultats de contenus pour votre curationet permettront à des followers de vous suivre.4@ClementIsa

5. 3ÈME ÉTAPE : PARAMETRAGE DU COMPTE (1/2)

Avant d’aller plus loin, nous allons paramétrer votre compte, en allant dans lesréglages (settings) : 4 onglets y sont présentés :

-Edit Profile : qui contient votre « bio » ;

- Plan : pour choisir votre formule (gratuite ou payante);

- Sharing Options : soit la connexion à vos médias sociaux disponibles surScoop.it à paramétrer pour pouvoir ensuite diffuser votre curation.

-E-mail notifications : qui vous permettra de régler vos alertes mails.5@ClementIsa

6. 3ÈME ÉTAPE : PARAMETRAGE DU COMPTE (2/2)

Vous pouvez également « customiser » vos topics en vous rendant dans larubrique « customization ».Je vous invite à regarder les autres options disponibles pour un paramétrageoptimal. Vous pouvez, par exemple, créer une newsletter (1 par mois) à partir devos derniers articles.Pour la petite astuce, je vous conseille d’installer le « booklmarket » dans labarre d’outils de votre navigateur (http://www.scoop.it/bookmarkletInfo) : il suffitde glisser/déposer le bouton à l’emplacement souhaité.6@ClementIsa

7. 4ÈME ÉTAPE : LES SOURCES DE CONTENU (1/2)

Maintenant que vous avez créé un ou plusieurs topics (pour créer un nouveautopic, il vous suffit de cliquer sur « Topics » puis sur « Create a Topic ». Attentioncar vous êtes limité dans la version gratuite à 5 topics), nous allons voircomment les alimenter en contenu.Pour cela, rendez-vous sur l’un de vos topics. Cliquez sur le bouton «Suggestedcontent » . Il vous ouvrira votre panneau de curation, et vous trouverez unbouton « Manage sources ».7@ClementIsa

8. 4ÈME ÉTAPE : LES SOURCES DE CONTENU (2/2)

Vous arrivez ainsi dans le panneau de configuration avec à gauche leparamétrage et à droite les sources affichées :Comme vous le voyez sur la saisie écran, vous pouvez simplement mettre desmots clés mais aller un peu plus loin en cliquant sur « Advanced Options ».Comme vous pourrez le voir alors, vous pourrez ajouter vos flux RSS, comptesTwitter à suivre, etc. N’hésitez pas à vous en servir, plus vous aurez de sourcesau départ et plus vous aurez de chance d’obtenir les infos que vous cherchez.Au fur et à mesure, vous pourrez revenir sur ces paramètres pour les affiner. 8@ClementIsa

9. 5ÈME ÉTAPE : LA CURATION (1/2)

Maintenant que nous avons fait tous nos réglages, nous allons voir comment fairenotre curation. Positionnez-vous sur l’un de vos topics et cliquez sur le bouton«Suggested content » comme vu précédemment. S’affiche alors le nombre d’articlesque vous avez récupéré grâce à vos mots clés/alertes. Si vous trouvez le contenupertinent, vous allez pouvoir le diffuser sur vos médias sociaux.Pour cela, plusieurs possibilités :- Utiliser le bouton Scoop.it qui reprendra le « scoop » tel qu’il est ;- Aller à l’origine du fichier en cliquant sur le titre puis en le partageant à l’aide duBooklmarket que vous avez précédemment installé.Si vous ne souhaitez pas« scooper » l’article, il voussuffit de cliquer sur lapoubelle en haut de l’article.Astuce : pour aller plus vite,faites défiler tous vos articles.Si aucun ne vous paraîtpertinent vous pouvezdirectement supprimer lapage avec « clear page »9@ClementIsa

10. 5ÈME ÉTAPE : LA CURATION (2/2)

Vous avez trouvé un article que vous souhaitez partager, comment procéder ?Cliquez sur « Scoop.it » (le bouton ou le booklmarket selon), vous arriverez surl’écran suivant :Vous pourrez :- Choisir le topic dans lequel votrearticle apparaîtra ;- Renommer le titre de l’article ;- Modifier l’image ou la supprimer (petitstylo en haut de l’image ;- Modifier le texte de l’article ;- Ajouter un commentaire (add youinsight)- Sélectionner le(s) média(s) social(aux)où vous souhaitez partager votre article- L’onglet « Advanced Options » vouspermet de mettre des mots clés sur vosarticles pour pouvoir en faire unesélection au besoin ( je vous invitefortement à le faire).Il ne vous reste plus qu’à publier.10@ClementIsa

11. AUTRES SOURCES D’INFORMATION

Vous savez maintenant comment faire de la curation via Scoop.it. Sachez quevous pouvez également suivre d’autre « scoopers ». Pour cela, il vous suffit dechercher dans le moteur de Scoop.it (Search interests), vous pourrez ainsisuivre d’autres personnes dont les articles s’afficheront à votre connexion.Pour retrouver l’un ou l’autre de vos articles, vous avez la possibilité de leretrouver grâce à vos mots clés (tags). Passez par le bouton « Filter » et vousaurez la liste complète. A vous de choisir celui que vous souhaitez.La petite enveloppe tout en haut de l’outil vous indique si vous avez desnotifications ou non.11@ClementIsa

 

12. CONCLUSION

Comme vous avez pu le constater (je l’espère), Scoop.it est un outil assez intuitifqui a pour avantage d’être esthétique.J’apprécie beaucoup son aspect Newsletter qui le distingue d’autres outils decuration .Un petit plus pour finir, vous pouvez accéder aux statistiques de votre topic envous rendant dans le menu Analytics.Si vous souhaitez en savoir plus, contactez-moi ! 12@ClementIsa

more...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

The end of fame (as we know it)

My talk at TechWeek L.A. 11/15/12 - Why do we remember famous people in history? How? How about today's celebrities? And how are the Internet and the Social Web changing that now?

A look at the fame creation process tells us it is indissociable from the media creation process, which has been deeply impacted by new information technology. The Andy Warhol prediction is probably no longer valid and we need to rethink fame in the context of a distributed Internet network which more and more becomes topic-centric and no longer people-centric.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Survival of the Savviest: Content Curation & Professional Development

How do you develop and display your talent efficiently and with impact? Curate content on Scoop.it and shine on LinkedIn.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Scoop those slides!

Curate SlideShare Content with Scoop.it! Presentations work great for Curators but Curators are also great for Presentations.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Votre curation de contenu avec Scoop.it et Google+

Votre curation de contenu avec Scoop.it et Google+ | Toulouse networks | Scoop.it

Chez Ecritoriales.com, en 2014, nous avons revu toute notre stratégie Content Marketing ! Et c'est avec Scoop.it et Google+ que nous la construirons !

 

Structurez votre curation de contenu avec Scoop.it et Google+!

La curation de contenu (mon dieu ! Que cette expression affreuse fait penser aux pires épisodes de la série « Urgences ») est un concept pourtant essentiel à intégrer à partir du moment où vous avez décidé de faire évoluer votre stratégie web marketing traditionnelle vers une stratégie Content Marketing.

Car, notamment si vous manquez de temps pour pouvoir produire avec régularité un contenu de qualité, la curation de contenu vous permettra (mais sans remplacer la production de contenu sur votre blog !), de continuer à démontrer votre expertise en relayant des contenus « utiles » pour votre communauté.

Personnellement, j’ai un outil chouchou pour effectuer ma curation de contenu : c’est Scoop.it ! En encore plus depuis qu’il prend en charge Google+, et par conséquent son fameux Authorship !

Scoop.it en deux mots (Bon, peut-être un peu plus…)

Avec Scoop.it, que ce soit dans sa version gratuite, pro, ou encore business, vous aurez la possibilité de créer une ou plusieurs thématiques sur lesquelles effectuer votre curation.

Un conseil qui relève du bon sens : choisissez des thématiques qui font sens par rapport aux activités de votre entreprise ! Par exemple, pour Ecritoriales.com, j’ai choisi 4 thématiques qui sont :

Je gère ensuite mes sujets un peu comme une sorte de magazine en ligne, en ajoutant, non seulement les propres contenus, mais aussi les contenus des sites ou blogs que je suis dans ces domaines, ou ceux qui me sont suggérés par Scoop.it.

Par ailleurs, il est possible avec Scoop.it, et notamment pour des sites que vous suivez avec assiduité (et donc les vôtres), d’intégrer les flux RSS de ces sites afin d’avoir un contenu qui se met à jour sans que vous ayez à intervenir… Magique, non !

De plus, vous avez aussi la possibilité d’installer sur votre navigateur un bookmarklet, qui vous permettra, même lors de vos séances de navigation les plus procrastinantes, de joindre l’utile à l’agréable en scoopitant (mon petit néologisme à moi…) d’un seul clic.

 D’ailleurs, les fonctionnalités géniales de Scoop.it ne s’arrêtent pas là !

  • –          Ajout possible de ses propres commentaires même sur un contenu qui n’est pas le vôtre
  • –          Partage sur vos médias sociaux préférés
  • –          Possibilité de connecter un blog Tumblr
  • –          Possibilité de connecter un blog WordPress (Je tombe en pamoison…)
  • –          Dimension sociale qui vous permettra de suivre d’autres utilisateurs
  • –          Recommandation de contenus (dont les vôtres, bien entendu ! je vous laisse juste concevoir le potentiel de viralité d’une telle stratégie !)

Bref, et je le dis tout net, Scoop.it est en train de devenir (avec Pinterest pour des raisons que je vous expliquerai dans un prochain post), mon outil social n°1, bien avant Twitter, Facebook, et Google+ !

 

La prise en compte de l’authorship Google par Scoop.it ! (Yeah !!!…)

Un peu de définition pour commencer… C’est quoi l’authorship Google ?

C’est la manière qu’a Google d’identifier la paternité d’un contenu sur le web et de pouvoir :

  • –          D’une part l’indiquer aux internautes
  • –          D’autre part de faire un lien vers son profil Google+ s’il en a un (sinon, à vous les joies de l’anonymat et des blogs qui n’intéressent personne)

Tout ça dans les si prisés résultats de recherche de Google. Cerise sur le gâteau, vous verrez votre jolie bouille apparaitre à côté du dit résultat de recherche : Google sait faire ce qu’il faut pour flatter les egos des internautes…

 

Revenons à Scoop.it.

Lorsque vous créez votre compte scoop.it, vous êtes invité à vous connecter à vos médias sociaux, dont Facebook, Twitter, et depuis peu Google+ afin d’y partager vos contenus de curation !

D’ailleurs, si vous avez déjà un compte Scoop.it, il n’est pas trop tard pour remédier à la situation !

Rendez-vous dans vos paramètres, dans vos options de partage, connectez votre page Google+ et ENJOY ! Bienvenue dans un Scoop.it aux possibilités décuplées que vous ne pourrez plus jamais quitter.

Désormais, à chaque fois que vous déciderez de scoopiter un contenu, quel qu’en soit son auteur, Scoop.it vous offrira la possibilité de partager votre contenu sur Google+ tout en étant identifié comme auteur de votre curation : je vous laisse imaginer tout ce que vous allez pouvoir faire avec ça, vous qui avez opté pour une stratégie Content Marketing en 2014 !

Sans compter la possibilité inestimable de programmer vos messages avec un abonnement business, de connecter également votre compte buffer et toute votre vie de Content Marketeur en sera à jamais bouleversée…

Scoop.it est devenu en très peu de temps l’outil incontournable de toute ma stratégie web marketing, ainsi qu’un outil que je gère avec beaucoup de succès pour les clients de Ecritoriales.com. Et décuplé par la puissance des pages Google+, je ne peux vous dire qu’une chose : vous ne pourrez bientôt, comme moi, plus jamais vous en passer !

Et vous, connaissez-vous Scoop.it ? Quelles sont vos impressions sur cette plateforme de curation et de partage de contenu ?

Jacques Le Bris's insight:


Ce billet a été édité le 3 mai 2014, une éternité sur Internet...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

À Toulouse, l'entrepreneur Cédric Giorgi porte les couleurs de la French Tech

À Toulouse, l'entrepreneur Cédric Giorgi porte les couleurs de la French Tech | Toulouse networks | Scoop.it


Cédric Giorgi, PDG de Cookening


 

L'entrepreneur toulousain de 31 ans s'octroie une pause dans le développement de sa start-up Cookening pour participer activement à la mise en lumière des initiatives de la French Tech à l'international.

Épinglé sur la poche au niveau de son cœur, un coq rouge semble prêt à pousser un retentissant "Cocorico !". Cédric Giorgi n'est pas peu fier de ce badge aux allures d'origami. "C'est le symbole de la French Tech. Seuls quelques exemplaires ont été distribués. J'y tiens beaucoup", sourit l'entrepreneur de 31 ans, devenu depuis quelques mois un héraut de la marque française du numérique.
Tout a commencé à Austin, au Texas. Venu pour promouvoir son entreprise Cookening lors de l'édition 2013 du festival South by South West (SXSW), le nouveau rendez-vous incontournable des amateurs de technologie dans la musique, le cinéma et les start-up, il a constaté que les entrepreneurs français manquaient de visibilité sur place : "Nous étions quelques-uns à avoir fait le déplacement et à avoir noué des contacts au gré des rencontres. Mais aux yeux de l'ensemble des 2000 visiteurs de l'événement, la présence française passait inaperçue, car nous n'avions pas de délégation nationale, contrairement aux Allemands par exemple."

Quelques mois plus tard, apprenant que le gouvernement lançait un label pour renforcer la notoriété des start-up françaises à l'international, Cédric Giorgi rencontre David Monteau, le directeur de la Mission French Tech, et son adjointe Clara Delétraz, pour monter ensemble une opération pilote : fédérer les entrepreneurs français sous une même bannière lors de l'édition 2014 du festival SXSW. Ainsi, en mars dernier, un "French Tech Club" a été mis en place et animé par Cédric Giorgi et deux autres entrepreneurs - Louis Montagne de AF83 et Anthony Gongora de Souderbox aux côtés d'un pavillon français soutenu par Ubifrance, la région Île-de-France, l'Inpi et Invest in France. "Le réseau French Tech a besoin d'animateurs, et Cédric Giorgi est de ceux qui nous prêtent main-forte", salue David Monteau.

Le startupper originaire de Toulouse ne ménage pas ses efforts pour redorer le blason tricolore à l'étranger. "Quand on parle de la France aux États-Unis, c'est pour railler notre protectionnisme en citant l'affaire Dailymotion, ou pour nous demander s'il est bien vrai qu'aucun Français ne répond plus à ses mails professionnels passé 18 heures. Pour combattre les préjugés, il faut montrer nos savoir-faire, et améliorer notre communication en se groupant en meute", professe sans ambages ce rassembleur qui ignore la langue de bois. Sitôt dit, sitôt fait. En juin, il coorganisait la première French Tech Conference impulsée par Gaël Duval, le fondateur de Jechange. fr.
"Nous avons réuni 80 intervenants comme Jean-David Chamboredon, le fondateur du fonds Isai, Marie Ekeland, de France Digitale, et nos fleurons de l'innovation comme Withings, Medtech, Exoplus, Sigfox, Lengow... Sans oublier une douzaine de start-up prometteuses comme 1001 Menus et Jellynote. Et nous avons eu l'honneur de la présence de la ministre Fleur Pellerin et de la secrétaire d'État Axelle Lemaire", énumère Cédric Giorgi, tout sourire.

"Cédric a une très bonne connaissance de l'écosystème français du Web. Elle sera complète quand il aura renforcé ses liens avec les intrapreneurs et les acteurs de l'innovation dans les grands groupes, que nous inviterons pour la deuxième édition", souligne Gaël Duval.
Après avoir attiré 350 visiteurs en deux jours, l'événement sera reconduit en juin 2015.

"J'ai toujours aimé rassembler"
Ce carnet d'adresses fourni, Cédric Giorgi l'a acquis un gré de ses expériences dans le numérique. Un secteur que cet ingénieur télécom diplômé de l'INSA Toulouse a découvert par hasard, en 2005, alors qu'il était stagiaire chez Airbus à Munich, chargé d'explorer comment construire "un intranet différent". Se prenant au jeu du Web, il lance un blog dans la foulée et pendant cinq ans, il y présente ses visions du marketing. Pour affiner ses analyses, il complète sa formation avec un master en marketing et communication à Sup de Co Toulouse. En marge des cours, avec ses amis Maxime Garrigues et Benoît Ramus, il lance en 2007 l'initiative BlogSurGaronne, pour permettre aux blogueurs de la Ville Rose d'échanger et de se rencontrer.
"Je crois que j'ai toujours aimé rassembler les gens et faire vivre les communautés. Adolescent déjà, j'étais animateur dans des colonies de vacances", sourit ce fils de travailleurs sociaux.

L'effervescence de Cédric Giorgi est rapidement remarquée.
"Un jour d'avril 2007, un certain Marc Rougier m'a proposé de rejoindre les premiers salariés de sa société Goojet. C'est ainsi que je suis devenu le responsable marketing d'un portail Web et mobile synchronisé, qui allait croître jusqu'à 20 salariés et pivoter en 2010 pour devenir la plate-forme de partage de veille Scoop It." Depuis, les deux entrepreneurs sont restés amis. "Cédric avait 23 ans, et déjà une grande aisance à communiquer et beaucoup de conviction dans ses idées. D'ailleurs, il pouvait se montrer boudeur quand je ne tranchais pas dans son sens", confie Marc Rougier. Cédric est un homme de confiance, qui aime se rendre utile, et il s'engage beaucoup pour l'écosystème. "Mais quand on est entrepreneur, il faut parfois se montrer radical, jusqu'au-boutiste et penser d'abord à soi", souligne Marc Rougier.
L'intéressé en a conscience. Attaché à son rôle de père d'une petite fille de 1 an, il sait que le temps manque pour mener de front l'organisation d'événements pour la French Tech et le développement de Cookening. Il a donc choisi de "laisser grandir tout seul" le service d'échanges culturels autour d'une invitation à dîner chez l'habitant, commercialisé depuis mai 2013. "Des repas ont été organisés chaque semaine dans 30 pays, avec 300 hôtes et 10.000 inscrits qui sont enchantés de l'expérience. Mais notre business model inspiré d'Airbnb est nouveau, et on ne peut pas évangéliser un marché avec 300.000 euros de financement. Surtout quand notre concurrent principal, l'israélien Eatwith, démarrait en levant 1 million de dollars, puis 10 millions. Mes deux associés et moi avons donc renoncé à notre projet de lever des fonds, et décidé de faire autre chose pour le moment", expose-t-il en toute simplicité.

C'est avec la même humilité qu'il a témoigné lors de la dernière édition parisienne de Failcon, la conférence sur l'échec entrepreneurial. "Cédric a été très direct et d'une transparence rare, sur un sujet qui n'est pas simple : il a expliqué comment il s'était senti perdu dans le dédale des différents types d'investisseurs et de seuils d'investissement, et les erreurs qu'il a pu commettre. Il sait se remettre en question", explique Roxane Varza, organisatrice de Failcon en France. Tous deux se connaissent bien, ayant rédigé ensemble le blog TechCrunch France sur les start-up, jusqu'à sa fermeture en 2011. Quand cette page s'est tournée, Cédric Giorgi est alors contacté par Loïc Le Meur, qui le propulse business développeur de sa société Seesmic. "Nous avons ouvert un bureau européen, et transformé Seesmic, qui était un réseau social pour les marques, en partenaire de Salesforce", se souvient Cédric Giorgi. Après la vente de Seesmic en 2012, il poursuit sa collaboration avec Loïc Le Meur sur leur autre cheval de bataille : LeWeb. L'événement parisien, qui attire des visiteurs de 50 pays et les ténors des sociétés phares du numérique mondial, est désormais dupliqué à Londres. L'international, Cédric Giorgi y a pris goût.

Perrine Créquy, LaTribune.fr

Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus :
Où le rencontrer ?

Lors d'un événement dédié au numérique : "Je participe à l'organisation de Start-up Assembly et LeWeb, à Paris. Mais vous pouvez aussi me contacter par mail ou via Twitter."

Comment l'aborder ?

Montrez ce qui vous intéresse "Posez-moi une question sur un thème précis. C'est plus sympathique que de me demander directement de donner tel ou tel contact."

À éviter !

En vouloir trop, trop vite. "Comprenez que, non, je ne peux pas spammer mon carnet d'adresses pour faire la pub de votre boîte. J'adore connecter les gens, mais avec de la courtoisie."

Timeline :
Décembre 1983 Naissance à Toulouse.
Juin 2005 Découvre le numérique à Munich
Mars 2010 Rejoint TechCrunchFrance.
Juin 2011 Coorganise l'événement LeWeb.
Juillet 2012 Fonde Cookening.
Mars 2014 Installe un pavillon French Tech lors du festival SXSW à Austin.
Juin 2014 Coorganise la première French Touch Conference à New York.
2016 Fonde une nouvelle start-up.

more...
AUDIT & REDAC'WEB's curator insight, September 11, 2014 1:16 PM

Un super entrepreneur "toulousain" pour un super projet !

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ludovic Le Moan : « Les patrons doivent avoir un rôle social vis-à-vis des start-up »

Ludovic Le Moan : « Les patrons doivent avoir un rôle social vis-à-vis des start-up » | Toulouse networks | Scoop.it
Ludovic Le Moan poursuit le développement de la société Sigfox. Celle-ci a levé quelque 25 millions d'euros en moins de deux ans et s'apprête à déployer sa technologie dans la baie de San Francisco. Le serial entrepreneur toulousain nous livre sa définition de l'entrepreneuriat.


Ludovic Le Moan, vous avez créé des boîtes, fermé d’autres. L’échec fait partie de la vie de l’entreprise ?
Dans la vie, rien n’est jamais acquis… je me souviens de Nomatica*, qui avait été portée aux nues comme la success story du moment, et qui avait eu les faveurs de la presse. Et puis la boîte a planté. Mais pour moi, ces gens ont eu le mérite de monter leur société et d’être les pionniers du e-commerce français. Sigfox peut très bien connaître le même chemin. Tu fais tout pour imaginer toutes les menaces possibles et avancer. Si tu ne le fais pas, tu restes sur place et ce n’est jamais bon. Mais je n’ai pas de boule de cristal et puis l’entrepreneuriat doit rester une aventure. Après, le succès est en filigrane, mais ce n’est pas pour ça que tu te lèves le matin…

Pourtant, le patron reste l’icône vivante de l’entreprise…

Je pense qu’il faut démystifier le rôle du patron, et éviter les grands poncifs du style « patrons voyous », même si cela existe hélas, ou encore « patrons contre salariés ». Quand tu es chef d’entreprise, tu n’es pas non plus seul maître à bord. Les choses ne sont jamais aussi simples. Très souvent, il y a un actionnariat qui a ses objectifs et sa propre vision de la société. Et c’est là qu’il faut, le plus souvent, trouver des terrains d’entente.

A contrario, l’individualisme du patron a longtemps été érigé en modèle…
Il faudrait que les grands patrons prennent conscience qu’en local, il existe un tissu d’entreprises qu’ils pourraient aider. Ce genre de synergie pourrait accompagner notre industrie. Ça peut être, par exemple, en augmentant les volumes de production pour faire baisser les coûts et ainsi, accroître le business. Il y a eu à une époque le pacte PME, mais ça s’est un peu endormi.

Est-ce qu’il existe assez d’aides pour les entreprises ?
Il y a des outils d’aide à l’entreprise qui sont assez positifs, comme le CIR** ou encore les aides de Bpifrance, la banque publique d’investissement. Mais ce qu’il faudrait en premier lieu, c’est changer les mentalités de façon collective. Il faut que les patrons aient un rôle social vis-à-vis des start-up ; et de l’autre côté, je pense que nos start-up doivent avoir plus d’ambitions. Pourquoi devons-nous limiter le business à une ville ou une région quand, aux États Unis, les créateurs raisonnent international dès le lancement de leur projet ?

On a longtemps rêvé de créer un Google à la française. Pourquoi c’est si difficile ?
(Rires) Google ne mettra jamais 1 milliard d’euros dans une société française. Il faudrait d’abord qu’elle soit américaine. En France, tu as du mal à lever 1 million d’euros, quand aux États-Unis, le ticket est supérieur à 10 millions ! L’idéal, ce serait d’avoir le curseur au milieu : 5 millions d’euros, pour lancer une boîte innovante en France, ce serait déjà pas si mal.

Mais pourquoi autant d’argent ?
Il existe un seuil psychologique pour amorcer la pompe et créer une sorte de bulle où ceux qui réussissent réinvestissent dans de nouveaux projets. Dans les faits, les chefs d’entreprise qui ont bien vendu leur société réinvestissent plus de 50% de ce qu’ils ont gagné. L’intérêt de ces business angels, c’est qu’ensuite, ils se relancent dans un projet avec un réseau et de l’expérience. Navré de revenir dessus, mais c’est comme ça que ça marche aux États-Unis.
Aujourd’hui, certes, l’excitation est là, mais il faut juste ne pas rater la transformation : quand on injecte 300.000 euros dans une start-up, elle doit être capable de générer entre 1 et 2 millions d’euros de plus-value. Et quand on met 10 millions d’euros, il doit y avoir le même phénomène vertueux. C’est le facteur 5.

Vous avez lancé Goojet. Pourquoi ça n’a pas marché ?
Typiquement sur Goojet, on a eu l’idée de faire ce qu’Apple a fait beaucoup mieux que nous, dix-huit mois après. Nous avons été obligé de réorienter les énergies sur la société Scoop it***. Rétrospectivement, je dirais que si cela n’a pas marché pour nous, c’est parce que nous avions vu trop petit. Si on a l’ambition d’être le leader mondial, il faut s’en donner les moyens. Et c’est exactement ce que fait Google aujourd’hui.
Propos recueillis par M.V.

Jacques Le Bris's insight:

* Nomatica : start-up toulousaine qui de 1999 à 2004 a régné
sur la vente d’appareils photo sur Internet, avant de péricliter
brutalement.
** CIR : Crédit Impôt Recherche
*** Scoop-it : site web qui permet de faire de la curation sur
Internet.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le match Viadeo contre Linkedin

Le match Viadeo contre Linkedin | Toulouse networks | Scoop.it

Dans le paysage des médias sociaux, Viadeo et Linkedin appartiennent aux groupes des Réseaux sociaux professionnels ; en clair, des plateformes sociales qui favorisent la mise en relation entre consultants, entreprises ou salariés. Ces réseaux sont  principalement animées à parti des contacts et du carnet d’adresses de chacun.

Mais pour les indépendants, difficile d’être présent partout. La question se pose de savoir sur quel réseau passer du temps et comment  y prospecter.

Voici la comparaison entre ses deux réseaux si différents et pourtant de plus en plus proches…

Linkedin ou Viadeo ?

Quelle est la différence entre les 2 réseaux ?

Linkedin, c’est:

  • 35% de profils basés à Paris et plutôt des cadres ; il s’agit aussi de « grands comptes », de décideurs ; c’est donc un réseau très utile voire indispensable en BtB* au niveau national (*Business to Business).
  • Un réseau plus tourné vers la mise en relation professionnelle, l’économie, la valorisation de l’entreprise.
  • Le groupe Linkedin possède plusieurs réseaux et outils complémentaires sur internet (comme par exemple slideshare qui héberge des documents et présentations en format pdf ou ppt) ; il réalise au total 1,52 milliard de dollars (2013), +50% vs 2012, avec près de 250 millions d’inscrits. A l’origine américain, marqué par la culture anglo-saxonne, il est fortement présent en bourse.

Viadeo se distingue sous différents aspects :

  • est plus régional et plus français dans son « ADN ». On y trouve plus de PME, des indépendants.
  • C’est aussi un réseau tourné vers le recrutement et la formation (le « sourcing » de compétences pour les DRH) , plus au niveau local, utile pour mettre en avant des compétences.
  • C’est un réseau plus « latin », présent au niveau mondial dans les économies émergentes et notamment en Chine (où Linkedin est parfois bloqué par les autorités).
  • Le groupe réalise environ 65 millions d’euros, avec 55 millions d’inscrits.

Qui possède le plus d’inscrits en France ?
Engagés depuis 3 ans dans une course aux inscrits et d’après les annonces de ces deux groupes, nous aurions un léger avantage en volume pour Viadeo :

  • Linkedin : 7 mios de membres début 2014,
  • Viadeo : 8 mios de membres.

Lequel est le plus cher et est-ce utile de s’abonner ?

Linkedin propose un abonnement plus cher, mais offre plus de possibilités « en gratuit ».

  • Linkedin : 22,13 EUR à 59,99 EUR/mois TVA incluse (avec facturation annuelle)  selon le niveau de prestation demandée (3 niveaux possibles). Sur Linkedin, 15% des membre sont abonnés et cela correspond à 20% du chiffre d’affaires du réseau.
  • Viadeo : 4,95 EUR à 8,95EUR/mois TVA incluse, selon la durée de l’abonnement (un seul niveau de prestation).

Sachez surtout que les deux réseaux proposent des fonctionnalités gratuites pour mettre en place votre profil.

L’abonnement est un investissement non négligeable qui doit se justifier. Il est utile par exemple pour savoir qui a visité son profil et augmenter la possibilité de mise en relation directe. Avec l’abonnement, Linkedin propose plus de fonctionnalités de démarchage directe (email).

Il est conseillé sur Viadeo de prendre un abonnement pour 3 mois minimum, afin de booster ses contacts.
Sur Linkedin, il existe un peu plus de fonctionnalités gratuites mais l’abonnement est ensuite beaucoup plus cher… Il faut donc en avoir un usage intensif pour le justifier.

Dans les contacts, faut il chercher le volume ?
Du volume  pour obtenir une audience et de la qualité dans les contacts pour espérer des retours.

  • Généralement, sur Linkedin, il est recommandé de se limiter à 500 contacts (d’ailleurs, c’est la limite du compteur officiel qui s’affiche sur votre profil : « +500″).
  • Sur Viadeo, la limite subjective est fixée autour de 700 contacts. Au delà, vous pouvez donner une image de chasseur de contacts…

Quels objectifs et quels  résultats attendre ? 

Sur les deux réseaux, il faut « investir » du temps pour assurer sa visibilité. Disons 30 mn minimum par semaine pour rechercher des articles à partager, animer votre profil, interagir avec vos contacts .

Avec 20 « posts » *  par mois, 60% de votre audience vous voit. (*un post = publier un commentaire, un article).

  • Sur Linkedin, vous pouvez construire des stratégies de diffusion de vos contenus plus élaborées : valoriser vos catalogues et documents promotionnels en format pdf (adobe)ou ppt (powerpoint) via la plateforme slideshare ; vous connecter à Scoop it afin de faire de la curation de contenu, en un seul clic.
  • Sur Viadeo, vous pouvez simplement – comme sur Linkedin- partager des articles vu dans la presse en ligne.

Dans les deux cas, vous devez  construire une stratégie :

  • Vous êtes un indépendant ? Dans ce cas utilisez les mots clés de votre métier pour vous caractériser (notamment dans votre fonction), car les moteurs de recherche de ces 2 plateformes se fondent dessus.
  • Vous êtes une entreprise ? La priorité est d’homogénéiser les profils des collaborateurs (photos, postes) pour offrir une image plus cohérente.

Vous avez  fait un choix entre Linkedin et Viadeo ?




Si ce n’est pas encore le cas, voici un « truc » pour les départager : prenez la liste des 10 contacts les plus importants pour vous (clients, prescripteurs…) et vérifiez sur quel réseau ils se trouvent.

Vous n’avez plus qu’à les rejoindre !

Jacques Le Bris's insight:

Vous l'avez compris si vous êtes un "Scoopiteer", vous n'avez plus le choix... c'est Linkedin qui vous permet de ne pas perdre de temps pour diffuser vos informations.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Marketing et partage de contenu, la plateforme toulousaine Scoop.it lance la semaine de la curation

Marketing et partage de contenu, la plateforme toulousaine Scoop.it lance la semaine de la curation | Toulouse networks | Scoop.it


Marc Rougier, président et fondateur de Scoop.it


Créée en 2011 à Labège, la start-up Scoop.it organise à partir de demain, mardi 11 mars, la semaine de la curation. Elle se terminera vendredi dans les locaux de la TIC Valley de Toulouse. La curation consiste à sélectionner, éditer et partager des informations sur internet. "C’est une stratégie de contenu qui permet à une société de fabriquer sa réputation sur le web", résume Marc Rougier, président et fondateur de Scoop.it. Interview.

Que représente la curation pour une entreprise ?
La curation est le fait de publier des contenus de façon régulière sur internet. Il peut s’agir de textes, de photographies, de vidéos, etc. Scoop.it est une plateforme de publication sur internet, qui aide les entreprises à publier ces contenus. Les sociétés renseignent d’abord leur spécialité, leur secteur, elles entrent sur notre site des mots clés. Puis nous les aidons à trouver du contenu sérieux à publier sur les médias sociaux, c’est-à-dire un blog, Facebook ou un compte Twitter. C’est une stratégie de contenu, qui permet à une entreprise d’être connue sur le web et de fabriquer sa réputation. À force de publier du contenu, elle est reconnue comme point de référence sur son sujet.

Ce sont surtout les PME qui ont besoin de cet acte de publication. Ce n’est pas le cas de toutes les entreprises. Par exemple, celles qui n’ont aucun business sur le web, comme le boulanger d’un village, n’ont pas besoin d’être curatrices. Les marques hyper connues non plus.

Cette façon de communiquer est-elle aujourd’hui nécessaire ?
Oui. La façon de communiquer a beaucoup changé ces cinq ou six dernières années, depuis la mutation que le web social, aussi appelé web 2.0, a imposé. Avant, la communication était unidirectionnelle, il n’y avait pas de canal de retour. C’était de la simple publicité. Les gens voyaient mais ne répondaient pas. Aujourd’hui, il y a un canal de retour. Tout le monde peut donner son opinion, on est dans une logique de discussion. Pour démontrer sa réputation, il ne suffit plus de le décréter et d’acheter un spot. Les marques doivent désormais converser avec leur audience. Elles ne doivent pas seulement parler de leurs produits, mais aussi de leur environnement, des tendances de leur secteur, de leurs valeurs ou encore de l’innovation.

Toutes les entreprises se sont-elles adaptées à ce changement de communication ?
Pas mal d’entreprises ne l’ont pas encore intégré. Certaines pensent être déjà sur le web, mais en réalité, elles ne se sont pas adaptées à sa mutation. D’autres ont tout simplement peur de la mutation, ce qui est humain. Elles ne savent pas comment s’y prendre, elles ont peur d’être débordées. Elles pensent que cette façon de communiquer prend beaucoup de temps et coûte une fortune. Or, la curation ne représente que 30 minutes de travail par jour, pour des millions de vues sur internet. Les retombées sont immédiates. En ce qui concerne le coût, les services de Scoop.it s’élèvent à 60 € par mois au minimum. Ils peuvent aller jusqu’à 10.000 € par mois pour les grands groupes, qui demandent des services illimités. Nous avons 1.500 entreprises clientes, des petites mais aussi des grosses comme La Poste, Orange, EDF ou AG2R.

Vous êtes basés à Labège et vous avez un bureau à San Francisco. La curation est-elle plus utilisée par les entreprises aux États-Unis ?

Les sociétés américaines ont davantage compris l’intérêt de cette stratégie de contenu que les entreprises françaises, et elles l’ont développée depuis environ trois ans. De plus, elles sont habituées à payer pour la communication, à acheter des services. Ce n’est pas que la France est en retard techniquement, c’est plutôt la maturité des entreprises qui est moins développée dans ce domaine. On remarque une certaine timidité dans la démarche business des sociétés françaises.

La semaine de la curation débute demain à Lille. Quels objectifs vous êtes-vous fixé pour ces quatre jours de conférences ?
Au niveau quantitatif, notre objectif est déjà atteint. Nous espérions accueillir 300 personnes au total. Plus de 400 se sont inscrites. Notre autre but est évidemment de mieux faire connaître Scoop.it et de générer de nouveaux clients. C’est la première fois que nous organisons des conférences dans d’autres villes que Paris ou Toulouse, car il y aussi une demande ailleurs. Nous voulons nous adresser à toutes les entreprises, notamment les entreprises régionales. Notre mission est de les rassurer. Le web ne doit pas leur faire peur, les outils pour le maîtriser existent. Il faut le conquérir !

Propos recueillis par Marie Vivent
© photo Rémi Benoit

En savoir plus :
La semaine de la curation commence demain, mardi 11 mars, à Lille. Elle se poursuit mercredi 12 à Paris, jeudi 13 à Lyon et se termine vendredi 14 dans les locaux de la TIC Valley à Toulouse. Le programme est le même dans chaque ville. De 8h à 10h, autour d’un petit-déjeuner, des conférences sont organisées, et présentées par Marc Rougier, autour de 3 thématiques :
- la curation, un des outils des veilleurs et des community managers
- la curation pour développer et démontrer un leadership naturel
- la curation pour gérer de façon optimale l’intelligence économique et la connaissance au sein de l’entreprise
Elles sont suivies de témoignages et de questions-réponses.
Pour y participer, inscrivez-vous sur ce site. L'entrée est gratuite.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

10 tips to curate like a rockstar

Content curation is a great way to shine on the Web. But how do we make this easy and practical? At Scoop.it we're constantly amazed by the great work our awesome curators do with their content.

Here's a summary of the best tips to join them in the Content Curation Hall of Fame.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Scoop.it: It just works!

Publiée le 2 oct. 2013

Scoop.it is clever publishing that helps individuals and businesses shine on the Web by sharing ideas that matter. This video shows you how you can quickly and easily discover, enrich and share content from Scoop.it to your topic page, website and all of your social networks. Engage and build your audience and grow your community of interest by connecting with others who have a similar passion or expertise.

http://www.scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les Toulousains partent à la conquête des États-Unis

Les Toulousains partent à la conquête des États-Unis | Toulouse networks | Scoop.it
Robert Scoble, blogueur hi-tech américain aux côtés de Julien Romanetto et Frédéric Montagnon

 

Beaucoup de start-up toulousaines se sont lancées dans les nouvelles technologies. Fortes de leur réussite, certaines d’entre elles ont décidé aujourd’hui de franchir un cap et de tenter leur chance aux USA.

Les entrepreneurs toulousains ne manquent pas d’ambition. Ces dernières années, les start-up n’ont cessé de fleurir autour de la Ville rose. Aujourd’hui certaines d’entre elles sont arrivées à maturité, et ont décidé de passer à l’étape suivante : le rêve américain.

Outre atlantique, tout serait possible. C’est ce que sont allés vérifier quelques-uns de ces entrepreneurs. La principale raison de ces voyages ? «Aux USA, il n’y a pas de barrières. On peut faire sa place si on s’en donne les moyens, c’est une autre culture», explique Marc Rougier, le cofondateur de «Scoop.it.»

Cette entreprise basée à Toulouse, propose une plateforme permettant de créer et partager son propre contenu internet, une sorte de moteur de recherche personnalisée, que l’on peut partager.

La grande pomme a la cote

Pour Marc Rougier, la partie commerciale est à San Francisco, la partie technique, elle, est restée à Toulouse. C’est la configuration de la plupart de ces entreprises qui ont tenté l’aventure américaine : «Nos ingénieurs restent à Toulouse et continuent de développer la partie technique. En France, on a les meilleurs. C’est beaucoup plus difficile de recruter aux USA», précise Aurore Beugniez, cofondatrice de «MyFeelback», un logiciel dédié à l’écoute client des entreprises. L’entreprise va ouvrir un bureau à New York d’ici la fin de l’année.

Frédéric Montagnon, cofondateur d’«Over-Blog», leader européen sur le marché des blogs, est lui aussi installé à New York depuis le début de l’année : «La raison est simple, à l’ouest, on est plus sur la partie technique, avec des ingénieurs. C’est à New York que le business se fait, que les médias sont les plus présents.» Mais pour ces Toulousains a qui les affaires semblent réussir, il n’est pas question de fuir la France : «C’est juste une question d’opportunité, c’est la suite logique des choses. Le marché est immense,» éclaircit Samuel Boury, cofondateur d’Ubleam, une entreprise qui crée des logos intelligents.

Si aux États-Unis, tout est permis, ces entrepreneurs restent lucides : «Il y a quand même des inconvénients, tempère Marc Rougier. La vie est chère, la concurrence est plus importante et surtout, personne ne nous attend.» Mais tous ces businessmans sont d’accord sur un point : le risque, ce serait surtout de ne pas saisir leur chance.

Le chiffre : 2

milliards > de dollars. C’est la somme que représente le marché américain qui s’ouvre à l’entreprise MyFeelBack aux USA. la start-up toulousaine va ouvrir un bureau à New York d’ici 2014.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

États-Unis. Un eldorado pour nos entreprises numériques ?

États-Unis. Un eldorado pour nos entreprises numériques ? | Toulouse networks | Scoop.it

Dans le secteur du numérique, la région toulousaine a, à son actif, quelques belles success stories de PME ayant réussi à se développer sur le sol américain. D'autres y pensent ou sont en train de se lancer dans l'aventure. Mais est-ce vraiment l'eldorado qu'on imagine ?


« ça coûte cher et personne ne nous y attend mais rien que pour la culture du risque et la dynamique de l'innovation qui existent là-bas, il faut le vivre ! » Ces propos sont ceux du fondateur - entre autres - de l'entreprise Scoop.it, Marc Rougier et, à eux seuls, ils résument bien l'état d'esprit de nombreuses entreprises toulousaines du secteur numérique. Comme lui, elles ont tenté l'aventure américaine, sont en train de sauter le pas ou commencent à y songer. Et si l'enthousiasme est général, toutes relatent un parcours semé d'embûches, qui nuance un peu le tableau idyllique que l'on s'en fait parfois, vu de la France...

 

L'atout indéniable des États-Unis, c'est la taille de son marché. « Pour nous qui développons des logiciels pour l'industrie chimique et pétrolière, c'est le premier marché mondial et il est en croissance régulière, de 4 à 5 %. Et les clients que nous avons là-bas nous servent de références », indique Stéphane Déchelotte, dirigeant de ProSim, doté d'une filiale à Philadelphie depuis deux ans. Positionnée quant à elle sur le secteur du web et des médias sociaux, « par définition sans frontières », l'entreprise Scoop.it annonce que sa plate-forme de publication par curation enregistre 7 millions de visiteurs uniques mensuels. « Avec un petit peu plus de 25 % de notre audience, les États-Unis viennent de devenir notre premier marché. Mais, surtout, ils représentent 80 % de nos revenus car c'est un marché plus mature, où le freemium (modèle associant une offre gratuite, en libre accès, et une offre premium, payante, ndlr) est davantage entré dans les moeurs qu'en France », détaille Marc Rougier, qui a ouvert un bureau de quatre personnes à San Francisco en octobre dernier.

Un démarrage qui prend du temps...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

7 Reasons to Love the New Scoop.it

7 Reasons to Love the New Scoop.it | Toulouse networks | Scoop.it
.You may have noticed (or maybe not, because they are so awesome to use) that we recently rolled out some big changes to the Scoop.it platform.  Firstly, don’t panic. Secondly. you\'re going to love them.
Jacques Le Bris's insight:

I’d like to lay out 7 reasons to love the new Scoop.it to help with the transition. Big changes like this can suck (we know because we all use Facebook), but we promise these don’t.

Insight: We value your thoughts on the content you curate. So we decided to highlight those thoughts. The “Insight” functionality allows you to enrich curated content with your unique perspective, and you have control over the look and feel through the editing widget.User Experience: We’ve turned on a cleaner, more focused design to encourage exploration and discovery of content and topic pages.Redesigned Bookmarklet: We’ve redesigned our bookmarklet to allow for customization — giving you control of the look and feel of your Scoops from anywhere on the internet at anytime.Community: We’ve redesigned the “My Community” portion of your Scoop.it profile to display a more holistic view of your social connections and networks, allowing you to leverage all of your connections to find people with similar interests.Notifications: Now you don’t have to click anything! Notifications now live permanently on your homepage. We wanted to encourage content discovery through your social graph.Social Sign In: Seamlessly sign in and share content with your professional networks on LinkedIn.  Social should be easy with few barriers; this is another wall we’ve knocked down.Redesigned Content Suggestions: We’ve tweaked the design of the content recommendation functionality to display larger images and improved readability. We never want a Scoop.it user to lack inspiration.

As always, we actively encourage feedback on our platform.

more...
Jacques Le Bris's comment, December 11, 2012 9:37 AM
First try of the new version
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'interview de 18h. Marc Rougier, Scoop.it.

L'interview de 18h. Marc Rougier, Scoop.it. | Toulouse networks | Scoop.it
Marc Rougier est président de Scoop.it, start-up installée à Labège, au sein de la TIC Vallée.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Curate & Schedule: Magic and easy as pie with the new BufferApp integrationScoop.it

Curate & Schedule: Magic and easy as pie with the new BufferApp integrationScoop.it | Toulouse networks | Scoop.it

Over a month ago, I was curating on Scoop.it and manually setting the post scheduler. I thought…wouldn’t it be great to have a BufferApp integration with my Scoop.it account? With a feature like this, I could curate and forget about it in that Donnie Brasco way.

 

So, I emailed Scoop.it CEO Guillaume Decugis, and he replied that his team was already working on it. Wow. I guess people beat me to the punch. I later discovered there was a great demand for the BufferApp integration from Scoop.it power users including big time influencer, Beth Kanter.

This was certainly one reason why I decided to apply for the Marketing Director position at Scoop.it. I was impressed by the team’s constant dedication to the product and the community who loves it. Now, I am happily settled into my job, which seems more like feeding my passion than work, and today, I am excited to announce on behalf of my new Scoop.it family, our awesome integration with BufferApp.

 

For those of you who don’t know about BufferApp, you might wonder why curators and marketers are so hungry for it. Well, while Scoop.it allows you to curate and publish more, BufferApp lets you make posting to your social networks easy by following a pre-determined schedule. Naturally, when you put BufferApp and Scoop.it together, you get to curate and publish more in one sitting without worrying about the extra step of scheduling.

 

As BufferApp says, it’s magic!

 

Go ahead and check it out! Here’s how:

(...)

 

See? Easy as pie sprinkled with a bit of magic.

more...
No comment yet.