Le «rançongiciel», dernière arme fatale du crime organisé | Toulouse networks | Scoop.it
INFOGRAPHIE - Des virus bloquent à distance les ordinateurs puis leurs propriétaires sont sommés de payer une «amende».

Redoutable, furtive et faisant des ravages sans laisser la moindre trace, cette dernière escroquerie du crime organisé reléguerait presque les hold-up et autres braquages au rayon sépia du banditisme. Dernier avatar de l'arnaque sur la planète Web, elle prend la forme de virus assez sophistiqués, concoctés par de mystérieux gangs retranchés dans les pays de l'Est pour prendre le contrôle des ordinateurs de centaines de particuliers et amasser des butins colossaux. Grâce à un mode opératoire ingénieux, baptisé «rançongiciel», néologisme façon 2.0 qui est en fait la traduction du «ransomware» anglais, les pirates se font passer pour des gendarmes de l'Internet afin d'extorquer de l'argent sous forme de pseudo-amendes.