Toulouse networks
Follow
Find
27.2K views | +16 today
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse networks
Scoop.it!

T-NFC fait sortir les photos des musées

T-NFC fait sortir les photos des musées | Toulouse networks | Scoop.it

En photo : 3 des étudiants à l'origine du projet T-NFC


6 étudiants toulousains se sont unis pour porter le projet T-NFC, qui permet d’acquérir des photos sur place via son téléphone mobile lorsqu’elles sont impossibles ou difficiles à prendre (musées, stades, salons, mariages, etc.).

 

Jacques Le Bris's insight:

Le projet T-NFC (Toulouse-New Forum of Culture) est porté par 6 étudiants toulousains (MIAGE) et utilise la technologie du paiement sans contact (NFC pour Nier Field Communication) pour permettre aux visiteurs des musées d’acheter des photos de qualité des œuvres sans avoir à les photographier eux-mêmes, soit parce que les photographies sont interdites, soit parce qu’elles sont difficiles à prendre dans de bonnes conditions.

Le système va être testé pour la première fois dans des conditions réelles ce samedi 22 juin au Museum d’Histoire de Toulouse, sur deux œuvres « taggées » avec des QR Codes qui donneront la possibilité d’acquérir des clichés via leur téléphone mobile.

Si le test est concluant, le prototype pourra être décliné pour d’autres musées mais également à l’occasion d’autres types de manifestations, comme les rencontres sportives (photos des joueurs pendant le match), les salons (personnalités et animations phares) ou encore lors des mariages (cérémonie, mariés, convives, etc.).

Quelques jours après ce test au Museum d’Histoire de Toulouse, l’équipe de T-NFC présentera son projet (le 27 juin) lors d’une conférence à l’Université de Toulouse.

Pascal Boiron, MID e-news

more...
No comment yet.
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le démantèlement de Google voté au Parlement européen

Le démantèlement de Google voté au Parlement européen | Toulouse networks | Scoop.it

Le Parlement européen a adopté jeudi à une très large majorité une résolution non contraignante appelant au démantèlement du géant américain de l'internet Google. La résolution, un texte avant tout symbolique, «appelle la Commission à envisager des propositions afin de séparer les moteurs de recherche des autres services commerciaux». Elle a été adoptée par 384 voix pour, 174 contre et 56 abstentions.

Des résolutions pour porter certains sujets à l'attention de la Commission européenne

Le Parlement européen adopte chaque année des dizaines de résolutions pour porter certains sujets à l'attention de la Commission européenne, qui détient le monopole de l'initiative législative en Europe. Mais celle-ci, intitulée «résolution pour la défense des droits des consommateurs sur le marché numérique», a particulièrement attiré l'attention car elle s'en prend directement --sans le nommer-- au géant du net.

«Nous voulons donner un signal fort à la Commission européenne mais aussi à des entreprises américaines comme Google et enfin au citoyen», avait expliqué plus tôt dans la semaine l'eurodéputé socialiste belge Marc Tarabella. Les Etats-Unis avaient fait part ces derniers jours de leur «préoccupation» envers cette initiative, par la voix du porte-parole de la Mission américaine auprès de l'UE.

«Nous respectons le processus de mise en oeuvre des règles de concurrence dans l'UE et ne voulons pas préjuger de l'issue des dossiers en cours, mais il est important que l'identification d'entraves à la concurrence et de remèdes possibles soit fondée sur des conclusions objectives et impartiales et ne soit pas politisée», a-t-il mis en garde.

Abus de position dominante

La Commission a ouvert une enquête en novembre 2010 visant Google pour abus de position dominante. Le géant américain se voit reprocher principalement de mettre en avant sur ses pages ses propres services spécialisés, au détriment des moteurs de recherche concurrents, par exemple des comparateurs de prix comme Kelkoo ou des sites spécialisés dans les voyages comme Expedia.

La Commission a déjà retoqué par trois fois les propositions de solutions avancées par Google. La nouvelle commissaire chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager, a expliqué début novembre qu'elle aurait «besoin de temps avant de décider des prochaines étapes» dans cette affaire.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

DigitalPlace - Atelier de présentation des appels à projets régionaux

DigitalPlace - Atelier de présentation des appels à projets régionaux | Toulouse networks | Scoop.it

Comme chaque année, la région Midi Pyrénées lance Agile IT, un appel à projets dédié à la filière numérique auquel vient s'ajouter deux autres appels créés cette année:

  • Silver Eco : produits ou services visant les personnes agées ou en perte d'autonomie (e-santé, gestion et analyse des données, communication...)
  • DigiFab : robotique, systèmes numériques industriels.

Afin de maximiser vos chances de réussites, DigitalPlace et Midi-Pyrénées Innovation vous propose un atelier de présentation de ces appels, animé par Audrey Balagué et Sophie Grivel de la Région Midi-Pyrénées.

Cet atelier est ouvert à toutes les entreprises de la filière TIC

mardi 25 novembre à 12h

Pour rappel, la date limitede soumission des dossiers est fixée au 20 janvier 2015.


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le détail des appels à projets sur le site de la région Midi-Pyrénées :


Pour vous inscrire à l'atelier, merci de nous adresser un mail à contact@digitalplace.fr

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Yahoo! remplace Google comme moteur de recherche par défaut sur Firefox

Yahoo! remplace Google comme moteur de recherche par défaut sur Firefox | Toulouse networks | Scoop.it

Dans le monde, la part de marché de Mozilla Firefox représente 17% (selon StatCounter). C’est peu vis-à-vis de Chrome, qui devrait bien atteindre 50%, mais c’est tout de même beaucoup. En se basant sur les chiffres fournis récemment par We Are Social, Mozilla Firefox accueillerait 500 millions d’utilisateurs. Depuis 10 ans, les adeptes de Firefox sont habitués à voir Google s’ouvrir en page d’accueil. Il s’agit du moteur de recherche par défaut de Mozilla Firefox depuis 2004 et la signature d’un contrat de 10 ans entre les deux compagnie. Ce contrat vient d’arriver à son terme et le navigateur a décidé de s’associer avec un autre géant du web : Yahoo!

Pendant les 5 prochaines années, ceux qui utilisent Mozilla Firefox passeront donc par Yahoo! pour effectuer leurs recherches. Google, Bing, DuckDuckGo, Amazon, Twitter et Wikipédia seront proposés comme « moteurs de recherche alternatifs ». Pour le moment, cette décision n’est appliquée qu’aux États-Unis. Yahoo! deviendra le moteur de recherche par défaut de Mozilla Firefox dès le mois de décembre 2014. Une nouvelle version de Yahoo!, modernisée, sera présentée pour l’occasion. Dans les autres pays, Mozilla Firefox a signé d’autres partenariats : avec Yandex Search en Russie et Baidu en Chine. Pour le moment, aucune info n’a filtré sur un éventuel partenariat en France. Mais si Yahoo! venait à être préféré à Google, cela changerait les habitudes de nombreux internautes, habitués à utiliser Google depuis de nombreuses années. Et cela rééquilibrerait sans doute les parts de marché des moteurs de recherche, puisque Mozilla Firefox représente 1 internaute sur 4 en France.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

e-constat auto : présentation

Ajoutée le 17 nov. 2014

Découvrez la présentation de l'e-constat auto, l'application officielle des assureurs français. L'e-constat auto permet de déclarer facilement et rapidement un accident matériel à son assureur sur le modèle du constat amiable automobile papier.
Jacques Le Bris's insight:

Disponible au 1er décembre 2014

http://www.e-constat-auto.fr/


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Trois Toulousains inventent l'imprimante 3D prête à monter

Trois Toulousains inventent  l'imprimante 3D prête à monter | Toulouse networks | Scoop.it

Présent sur le salon ICS, la jeune société toulousaine a suscité la curiosité des professionnels

 

Seule l'électronique est importée, tout le reste est usiné et fabriqué en Midi-Pyrénées avec du plastique 100% végétal. Voici l'imprimante 3D livrée en kit. Orange est intéressée pour ses nouvelles liveBox. 

 

L'imprimante 3D est déjà une réalité dans un marché hyperconcurrentiel où il faut offrir un produit différent pour arriver à percer. La société toulousaine eMotion Tech a visiblement trouvé sa voie avec un kit Micro Delta vendu pour 400 euros. Du prêt à monter version Ikea.

Certes l'assemblage n'est pas à la portée du premier venu. Mieux vaut avoir un solide bagage d'ingénieur et une pleine journée devant soi pour monter cette imprimante aux vertus sacrément pédagogiques. «Nous avons fondé la société en mai 2012. autant vous dire qu'en impression 3D, nous sommes déjà des anciens. À la base, nous étions trois associés. C'est encore le cas aujourd'hui, mais avec trois salariés en plus et deux stagiaires en ingénierie et design. Notre cœur de métier ? Les imprimantes 3 D vendues en pièces détachées pour lesquelles nous sommes à la fois fabricants, développeurs et constructeurs», explique Guilhem Peres, cofondateur de la société et juriste.

 

Made in Midi-Pyrénées

Particularité de ces imprimantes ? Les usinages sont faits en Ariège et le plastique 100 % végétal provient du Tarn.»

En fait, seule l'électronique est importée car c'est un savoir-faire qu'on a perdu en France. «Pour le peu qu'il en reste, c'est devenu extrêmement cher. Pour de basses raisons de coût, toute l'électronique est désormais asiatique», poursuit Guilhem Peres. Par contre, toute la conception et une partie de la structure métallique sont faites à Toulouse.

Au départ donc, trois compères aux parcours universitaires diversifiés : Franck Liguori est diplômé de Sup de Co, Guilhem Peres est donc juriste, et Hugo Flye, ingénieur en mécatronique. «Notre matériel est présenté en pièces détachées, un peu comme un Lego ou un Meccano. Il s'adresse surtout à des geeks, des gens qui, à la base, ont une formation d'ingénieurs», reconnaît Guilhem Peres. Le marché s'est orienté naturellement vers les particuliers qui représentent 70 % des acheteurs de Micro delta. Mais une commande sur cinq provient des établissements scolaires (écoles d'ingénieurs, collèges ou lycées). «Il y a donc une forte vocation pédagogique dans ce produit. Avec l'assemblage de ces machines, on fait tout à la fois de la mécanique, de l'électronique, de la programmation, de la CAO», rappelle aussi le coassocié. Mais ce nouveau marché intéresse aussi les professionnels. Orange ne vient-il pas d'acquérir un modèle 3D pour produire des nouvelles LiveBox ?

Jean-Marie Decorse

more...
oliviersc's comment, November 19, 10:46 AM
Source partagée via : http://www.kweeper.com/oliviersc75/sentence/1694293
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les Google Glass font-elles déjà pschitt avant leur lancement ?

Les Google Glass font-elles déjà pschitt avant leur lancement ? | Toulouse networks | Scoop.it

Il est encore trop tôt pour parler d'échec, mais les signes s'accumulent. Selon Reuters, les Google Glass ne seraient plus la priorité de la firme de Mountain View, qui a du mal à convaincre de l'intérêt des lunettes connectées.


En juin 2012 lors de leur première présentation publique, Google avait déployé des moyens inédits (dont un saut en parachute) pour susciter l'engouement autour des Google Glass. Alors que tous les concurrents semblaient encore focalisés sur les montres, les lunettes connectées devaient devenir LE projet phare de la société en matière d'objets connectés, avec des possibilités uniques en matière d'interactivité et de réalité augmentée.

Au tout départ, la rumeur voulait que les Google Glass soient lancées dès 2013. Puis finalement, Eric Schmidt avait annoncé qu'elles seraient commercialisées avant la mi-2014. Et désormais, plus aucune date n'est annoncée pour une sortie officielle (elles ont toutefois été vendues aux Etats-Unis pendant une période de test).

Or l'agence Reuters doute que les Google Glass soient encore une priorité pour la firme de Mountain View. Au delà de l'anecdote sur le fait que Sergey Brin a fait pour la première fois depuis deux ans une apparition publique sans porter de lunettes (qu'il aurait officiellement oubliées dans sa voiture), l'agence américaine remarque que l'ensemble de l'écosystème qui s'était mis en place pour appuyer le lancement des Google Glass commence à s'effriter. En particulier à l'égard du grand public.

En interne tout d'abord, plusieurs cadres de Google qui étaient impliqués de près dans le développement des lunettes ont décidé de quitter l'entreprise, dont le développeur en chef Baba Parviz, l'ingénieur électrique en chef Adrian Wong, et le directeur des relations avec les développeurs, Ossama Alami.

Un marché surtout professionnel

L'agence de presse américaine raconte avoir sondé 16 développeurs d'applications pour Google Glass, dont 9 lui ont confirmé qu'ils avaient abandonné ou mis de côté leurs projets, faute de marché ou à cause de limitations techniques trop contraignantes sur les lunettes. C'est un sentiment visiblement partagé par la plupart des fonds d'investissement, au point que le même le fonds spécialisé Google Collective qui s'était mis en place autour de Google Ventures a décidé de fermer discrètement son site officiel, qui renvoie désormais vers le site de Google Glass. Selon les traces laissées sur Archive.org, le site a fermé ses portes après le mois de juillet dernier.

Officiellement, Google dit avoir toujours autant la volonté de sortir ses lunettes connectées sur le marché grand public, mais "ça prendra du temps et nous n'allons pas sortir ce produit avant qu'il soit absolument prêt", ménage-t-il.

Pour le moment, les Google Glass connaissent donc essentiellement un succès du côté de certaines applications professionnelles très spécifiques, qu'il s'agisse d'identifier les délinquants dans la rue, ou de réaliser des opérations chirurgicales assistées

Aujourd'hui encore, Numerama recevait un communiqué de presse de SQLI pour annonce le développement d'une application Google Glass pour la SNCF, pour permettre aux contrôleurs de vérifier la validité d'un billet en ne faisant que le regarder.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les acteurs de French Tech Toulouse dévoilent leur plan d’action

Les acteurs de French Tech Toulouse dévoilent leur plan d’action | Toulouse networks | Scoop.it


Les acteurs de French Tech Toulouse, réunis à la Cité de l'espace 

 


Les acteurs de French Tech Toulouse se sont réunis ce lundi à la Cité de l’espace pour fêter l’obtention du label et dévoiler leur plan d’actions dans les mois à venir. Un prochain audit aura lieu à l’automne 2015 pour confirmer le label. D’ici là, un référent a été nommé pour accueillir les start-up et coordonner les projets. Il s’agit de Philippe Coste, le directeur d’Epitech.

Il est le nouvel interlocuteur privilégié pour parler French Tech Toulouse : Philippe Coste a été présenté ce lundi par les acteurs du dossier French Tech en tant que directeur délégué French Tech Toulouse. Le directeur d’Epitech est désormais le premier contact pour les entreprises qui souhaitent s’implanter à Toulouse, et orienter les demandes vers les bons interlocuteurs.

Actions concrètes
Philippe Coste a présenté ce lundi les actions, en cours ou à venir, qui concrétiseront l’obtention du label French Tech. Parmi elles le "Pass French Tech", destiné aux entreprises "en hyper-croissance". Delair-Tech, MyFeelBack, 6 mouv, Unitag, Adar et Sigfox devraient en bénéficier. Elles auront un accès privilégié, fluide et simplifié notamment aux offres de BPI france, Ubifrance, Ellisphere ou l'Inpi.

Les "Road Show Investisseurs" permettront de faire venir des investisseurs nationaux et internationaux à Toulouse, "pour leur faire visiter La Cantine, la Tic Valley, Ekito, etc." précise Philippe Coste. Objectif : faire se rencontrer les porteurs de projets et les investisseurs.

La mise en place de Jeudigital French Tech doit encourager les start-up locales à aller "pitcher" à Paris. Le Jeudigital, rendez-vous initié par la secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire, permet à six start-up de présenter leurs produits et services innovants devant des investisseurs, des grands comptes et des acheteurs publics. La prochaine session aura lieu ce jeudi, à Matignon.

D’autres actions seront mises en place d’ici à fin 2015 pour donner à Toulouse une visibilité nationale et internationale. Le but est de faire de Toulouse la ville des expérimentations. Ainsi, un "guichet d'expérimentation" sera mis en œuvre. "Si une entreprise doit tester une application dans un avion, un restaurant ou une maison de retraite, nous devons lui mettre à disposition ce lieu pour qu'elle se confronte le plus rapidement possible à son marché", explique Benjamin Böhle-Roitelet, fondateur d'Ekito et ambassadeur French Tech. Un formulaire disponible sur internet sera mis à leur disposition pour qu'elles puissent se manifester.

Enfin, BPI France a débloqué une enveloppe de 200 M€ dans le cadre de la French Tech, destinée aux accélérateurs de start-up des 9 métropoles labellisées. Tous n’en bénéficieront pas. Un appel à manifestation d’intérêt devrait être publié prochainement pour déterminer les lauréats. Une dizaine de structures locales seront candidates (La Tic Valley et l'Incubateur Midi-Pyrénées, mais aussi les accélérateurs privés d'Airbus ou de Capgemini par exemple).

Nouvel audit dans un an

"Ce n’était pas facile, mais on y est arrivés, et le vrai travail commence maintenant." La phrase est signée Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge du Numérique. Après s’être tous réjouis de l’obtention du label French Tech la semaine dernière, les acteurs du dossier French Tech se donc remis au travail. En effet, les experts parisiens de la "mission French Tech" menée par David Monteau se rendront de nouveau dans la Ville rose dans un an pour vérifier les avancées du collectif porté par Toulouse Métropole, le Sicoval et la Région. "Ce sera un oral de contrôle", selon Bertrand Serp. "Il faudra prouver que nous ne sommes pas dans une stratégie locale mais internationale", complète Mireille Garcia, en charge de l’Économie au Sicoval.

Sophie Arutunian

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment Facebook veut forcer les marques à acheter de la publicité

Comment Facebook veut forcer les marques à acheter de la publicité | Toulouse networks | Scoop.it

Voilà qui ne devrait pas arranger les relations déjà délicates entre Facebook et les marques: le réseau social va modifier ses règles d'affichage pour lutter contre les publicités déguisées. Dès le mois de janvier, les messages à caractère promotionnel, appelant directement à installer une application ou encore à profiter d'une réduction, apparaîtront de moins en moins sur le fil d'actualités ("news feed") des utilisateurs. Seule solution pour les marques souhaitant continuer de mener ce type de campagne jusqu'à présent gratuit: acheter de la publicité sur Facebook.

 

"PROTÉGER L'EXPÉRIENCE"

La société de Mark Zuckerberg justifie ces changements par la volonté de "protéger l'expérience" de ses membres, pour ne leur proposer que des contenus "personnels, pertinents et utiles". "Une grande partie des contenus que les gens considèrent comme trop promotionnels proviennent des pages qu'ils ont aimées, et non de la publicité", assure le réseau social. Et de prévenir: les marques publiant des messages promotionnels sur leur page doivent ainsi "s'attendre à une chute significative" du nombre d'affichages auprès de leurs fans.

Pour Facebook, cette modification répond à deux logiques. La première, c'est de réduire le nombre de messages publicitaires (payants ou déguisés) affichés sur son site. "Nos utilisateurs nous disent qu'ils veulent voir davantage de nouvelles de leurs amis et des pages qui les intéressent, et moins de messages promotionnels", explique le réseau social. C'est pour cela qu'il est extrêmement prudent et qu'il limite volontairement le nombre d'annonces payantes. Il redoute une baisse de l'activité de ses membres, lassés par une trop grande proportion de publicités.

A LIRE EGALEMENTLes publicités vidéo sur Facebook arrivent en France
Ces vidéos affichées sur les fils d'actualités se lancent automatiquement, mais sans le son, qui n'est activé que si l'utilisateur clique dessus (...)

 

SUPPRIMER LES PUBLICITÉS GRATUITES

Deuxième logique: forcer les marques et les entreprises à mener de véritables campagnes publicitaires sur la plate-forme. Jusqu'à présent, elles peuvent en effet contourner le système en accumulant de nombreux fans sur leur page et en multipliant les messages promotionnels gratuits. Cela ne sera bientôt plus possible. Désormais, elles devront passer à la caisse pour toucher ces utilisateurs. Facebook espère ainsi augmenter le nombre d'annonceurs et aussi le prix de chaque publicité, qui est fixé par un système d'enchères.

Ce n'est pas la première fois que le site modifie l’algorithme déterminant les éléments s'affichant sur le fil d'actualités. Et ce n'est pas la première fois non plus que ces changements se font au détriment des entreprises présentes sur le réseau. Conséquence: le taux de "reach" (le pourcentage de fans voyant un message posté sur une page) n'a cessé de reculer depuis deux ans. Il se situerait désormais autour des 5%. Autrement dit, une marque comptant un million de "like" ne peut toucher que 50.000 personnes à la fois. Pour augmenter ce nombre, elle doit payer.

 

LES MARQUES S’AGACENT

Facebook assume cette baisse. Elle serait devenue indispensable car ses membres aiment davantage de pages, qui elles-mêmes publient toujours plus de contenus. "La compétition pour être présent sur les fils d'actualités augmente", justifiait en juin Brian Boland, directeur marketing au sein de l'entreprise de Menlo Park. "En moyenne, plus de 1.500 messages pourraient être affichés à chaque fois qu'une personne se connecte, mais nous n'en affichons environ que 300", poursuivait-il. Contrairement à Twitter, le réseau social filtre en effet les contenus, qui ne s'apparaissent pas dans l'ordre chronologique.

Ces évolutions agacent fortement les entreprises qui ont investi du temps et de l'argent pour bâtir une base de fans sur Facebook. En début d'année, le service de livraison à domicile de repas Eat24 avait ainsi publiquement annoncé la fermeture de sa page. Pour calmer les esprits, le réseau social assure qu'il continue d'investir pour améliorer les pages. Il promet même de nouvelles fonctionnalités. En attendant, ses recettes publicitaires ne cessent de progresser: 3 milliards de dollars au troisième trimestre, soit un bond de 64% sur un an.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Microsoft devient la 2eme capitalisation boursière derrière Apple

Microsoft devient la 2eme capitalisation boursière derrière Apple | Toulouse networks | Scoop.it

Microsoft a notamment profité ces derniers mois à Wall Street de l'élan apporté par son nouveau directeur général, Satya Nadella: depuis l'arrivée de ce dernier en février, le cours de l'action a augmenté de 34%.

 

Le groupe américain a pris la place du géant pétrolier ExxonMobil. Ce dernier affiche une valorisation boursière de 400,84 milliards de dollars, contre 408,99 pour le premier.

 

Microsoft passe devant ExxonMobil. Le groupe informatique américain fondé par Bill Gates est en effet devenu jeudi 13 novembre la deuxième plus grosse capitalisation boursière au monde derrière Apple, prenant la place du géant pétrolier ExxonMobil. Le groupe pétrolier avait déjà été supplanté pendant quelques jours en début d'année par le groupe internet Google, dont la valorisation boursière est toutefois redescendue depuis à environ 370 milliards de dollars.

ExxonMobil pâtit de la chute des prix du pétrole

Il faut dire que le groupe pâtit entre autres de la récente décrue des prix du pétrole. Ces derniers ont en effet perdu environ 30% depuis la mi-juin. Le Brent est passé sous la barre des 80 dollars jeudi 13 novembre. ExxonMobil cote actuellement environ 10% en dessous de son pic annuel de 104,38 dollars remontant au 23 juin. En revanche, Microsoft a profité ces derniers mois à Wall Street de l'élan apporté par son nouveau directeur général, Satya Nadella: depuis l'arrivée de ce dernier en février, le cours de l'action a augmenté de 34%.

Vers 22h, jeudi, l'action Microsoft progressait de 1,70% à 49,61 dollars, donnant à l'entreprise une valorisation totale d'environ 408,99 milliards de dollars. Le titre ExxonMobil perdait à la même heure 0,75% à 94,66 dollars, soit une valorisation de 400,84 milliards de dollars. La veille en clôture, les deux entreprises affichaient encore des valorisations respectives de 401,9 et 403,5 milliards de dollars, précise l'AFP.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La French Tech à Toulouse SO Start-up !

La French Tech à Toulouse SO Start-up ! | Toulouse networks | Scoop.it

@FrenchTech_Tlse en 1 infographie. @MyFeelBack retenue pour le Pass French Tech avec @DelairTech @sigfox @UnitagLive

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse audio meetup le 03/12/2014 à 19:00 à La Cantine Toulouse

Toulouse audio meetup le 03/12/2014 à 19:00 à La Cantine Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it

Le Toulouse audio meetup vise à réunir et favoriser les échanges entre les acteurs de l'audio, de l'acoustique et du design sonore sur Toulouse et la région. Il y a l’émergence de plusieurs acteurs qui ne rencontrent que très peu: depuis les acousticiens dans l'aéronautique, en passant par les développeurs de technologie ou logiciels audio/musique, jusqu'au monteurs son, mixeurs, bruiteurs,... le spectre des métiers est large, et les échanges peu fréquent entre les extrêmes.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le réseau Women in Aerospace crée un groupe local à Toulouse

Le réseau Women in Aerospace crée un groupe local à Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it


Catherine Lambert et Cécile Ha Minh Tu, coprésidentes de WIA


 

Après Berlin, Munich et Paris, l’association internationale Women in Aerospace (WIA) s’implante à Toulouse. Coprésidé par Catherine Lambert et Cécile Ha Minh Tu, le réseau veut promouvoir davantage de diversité dans les secteurs de l’aéronautique et du spatial.

Women in Aerospace a été fondé en 1985 aux États-Unis et des antennes locales existent déjà en Europe, notamment à Paris, Berlin ou Munich. Toulouse, qui compte pourtant parmi les capitales de l’aéronautique et du spatial, n’avait pas jusqu’à présent de relais local. C’est chose faite désormais avec la création de l’association coprésidée par Catherine Lambert (directrice du Cerfacs) et par Cécile Ha Minh Tu (directrice des relations institutionnelles d’Airbus). "Nous voulons promouvoir les femmes dans l’aéronautique et le spatial", a expliqué Catherine Lambert devant 80 personnes venus assister le 6 novembre à la Cité de l’Espace au lancement de l’association. "Il est indispensable qu’il y ait plus de diversité dans nos entreprises pour renforcer l’innovation et la compétitivité."

"Une parole positive sur le thème de la diversité"
Rappelant qu’il y a seulement 17 % de femmes chez Airbus Group, Jacky Chan, responsable "Diversity and inclusion" du groupe aéronautique et spatial, a de son côté expliqué "la nécessité de plus de diversité ("social diversity and gender diversity") en tant que source de performance. Tous les jours, chacun de nous, homme ou femme, doit lutter contre les préjugés et les stéréotypes. Nous avons besoin de gens ouverts d’esprit et capables de porter une parole positive sur ce thème."

À Toulouse, Women in Aerospace (WIA) rassemble déjà quelques dizaines d’adhérents et cherche à se faire connaître. L’association compte également plusieurs sponsors dont Agnès Paillard (Aerospace Valley), Éric de Saintignon (Airbus Defence&Space), Corinne Mailles (Telespazio), Gilbert Casamatta (IRT) et Geneviève Campan (Cnes).

Quatre objectifs

L’association s’est fixée 4 objectifs : mettre en lumière les femmes marquantes et qui peuvent avoir valeur d’exemple, favoriser l’intergénérationnel, renforcer les réseau de femmes expertes et les rendre plus visibles dans les médias, multiplier les actions en direction des écoles primaires et secondaires.

"Nous voulons, précise Cécile Biasio (architecte system au sein Airbus Defence and Space) montrer aux filles qu’elles peuvent faire carrière dans des fonctions techniques ou dans des fonctions transversales au sein d’entreprises technologiques". Cécile Biasio a ensuite repris à son compte les propos d’Emma Watson devant de l’Organisation des Nations unies (ONU), à New York en septembre. Lançant la campagne He for She (qui appelle les hommes à se mobiliser pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes), la nouvelle ambassadrice de l’ONU avait déclaré : "Si ce n’est pas vous, qui ? Si ce n’est pas maintenant, quand ?"

À Toulouse, l’appel est lancé.

Emmanuelle Durand-Rodriguez

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La touche hashtag: le gadget Twitter ultime (et inutile)

La touche hashtag: le gadget Twitter ultime (et inutile) | Toulouse networks | Scoop.it

Marre de devoir appliquer la combinaison AltGr+3 pour obtenir le symbole "#" et publier au plus vite vos messages en 140 caractères ? La solution : une touche additionnelle qui se branche sur le port USB de votre ordinateur. Ce n'est pour l'instant qu'un projet, lancé sur Kickstarter il y a quelques jours, mais il a déjà convaincu 43 donateurs. "Nous voulons faire gagner quelques précieuses secondes aux "social media nerds" à travers le monde et célébrer la toute puissante contribution du hashtag à la communication digitale" expliquent ses concepteurs. Crédit : Kickstarter
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le robot Philae superstar d'internet et des réseaux sociaux

Le robot Philae superstar d'internet et des réseaux sociaux | Toulouse networks | Scoop.it


Maquette grandeur nature du robot Philae à la Cité de l'espace de Toulouse


 

La retransmission de l'atterrissage de Philae sur la comète Churyumov-Gerasimenko, proposée par le Cnes sur la chaîne "YouTube", a été vue plus d'un million de fois au total sur YouTube.

Incroyable comme Philae a créé le "buzz". La retransmission de l'atterrissage de Philae sur la comète Churyumov-Gerasimenko, dix ans après son lancement, proposée par le Centre national d'études spatiales (Cnes) sur la chaîne "YouTube", a été vue 750.000 fois en direct le mercredi 12 novembre et plus d'un million de fois au total en incluant la diffusion en replay, selon un communiqué du Cnes. "Cette audience exceptionnelle traduit une mobilisation sans précédent du grand public, qui a massivement suivi les rebonds et rebondissements de Philae sur le web et les médias sociaux", estime le centre national d'études spatiales.

 

Un atterrissage très commenté sur Twitter
Le jour de l'atterrissage, le mot-clé #PoseToiPhilae utilisé par toute la communauté francophone a fait l'objet de 19.000 tweets échangés (363.000 tweets à l'échelle mondiale sur le mot-clé #CometLanding) et a été propulsé en première position des trending-topics (tendance Twitter) en France. Les tweets postés par le compte @CNES ont bénéficié d'une visibilité 90 fois plus importante que celle constatée habituellement au quotidien.

Sur la page Facebook du Cnes, plus de 500.000 personnes ont été touchées en une semaine soit 10 fois plus que la moyenne hebdomadaire. Enfin, le site du Cnes a enregistré le 12 novembre presque 15 fois plus de visites que lors de l'atterrissage de Curiosity en 2012 et bénéficié d'un nombre de pages vues, 35 fois plus qu'en moyenne au quotidien.

Michel Cabirol

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Wiseed lance une opération de crowdfunding sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac

Wiseed lance une opération de crowdfunding sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac | Toulouse networks | Scoop.it

Thierry Merquiol, cofondateur de Wiseed.

La société de crowdfunding Wiseed propose aux internautes de racheter les parts de l'aéroport de Toulouse-Blagnac qui vont être cédées par l'État. Cette opération inédite débute ce mercredi 19 novembre.

 

L’initiative a le mérite d’être plutôt gonflée. Thierry Merquiol et Nicolas Sérès, les deux cofondateurs de la société toulousaine Wiseed, veulent engager une opération de financement participatif pour racheter les actions de l’aéroport de Toulouse-Blagnac qui vont être cédées par l’État. « La foule chante toujours juste… à condition qu’on lui donne la bonne mesure », précisent les deux hommes. « Pourquoi ne pas lui proposer de devenir propriétaire de cet outil via une opération de financement participatif ? »

Concrètement, Wiseed a débuté, ce mercredi 19 novembre, une opération de crowdfunding, en ouvrant un appel aux intentions via une page dédiée sur le site de sa plateforme. « Ouverte à tous les français, cette page leur permettra de décider individuellement de participer à cette aventure collective et participative », précise la société dans un communiqué. Puis, en fonction des intentions reçues et de la puissance de la réponse, l’opération de crowdfunding avec un véhicule d’investissement participatif pourra être effectivement lancée.

Taxes d’aéroport remboursées pour les actionnaires

Et les instigateurs de Wiseed de rappeler les atouts économiques de l’aéroport de Toulouse-Blagnac : « Trafic soutenu et pérenne, investissements récents financés par l’argent public, rentabilité assurée avec un risque quasi-nul. Les candidats privés l’ont bien senti… ». Cerise sur le gâteau, Wiseed promet aux investisseurs particuliers qui lanceraient dans cette opération un petit bonus : « le remboursement des taxes d’aéroport à tous les actionnaires qui prendront l’avion… »

Difficile de savoir si l’offre de Wiseed peut séduire l’État puisque, normalement, l’appel d’offres pour se positionner sur le rachat des parts de l’aéroport est clôturé depuis déjà plusieurs semaines. Mais dans le même temps, le ministre de l’Économie Emannuel Macron a repoussé la décision de l’État, au risque de rendre caduque toute la procédure. Aussi, pour les créateurs de Wiseed, cette opération de crowdfunding n’est pas seulement une opération financière : « L’aéroport de Toulouse doit rester la propriété de chacun », lance Nicolas Sérès.

« Si on ne le fait pas, on va brader l’aéroport de Toulouse-Blagnac pour 150 millions d’euros à des sociétés privées ou étrangères. C’est juste insupportable », renchérit Thierry Merquiol. A noter que, si cette opération se déroule bien, Wiseed promet de se positionner aussi sur les autres aéroports français dont les parts seront cédées.
M.V.

Jacques Le Bris's insight:

Petits ou Gros porteurs, êtes-vous prêts à décoller ?

Si oui, alors achetez-vous un aéroport !

https://www.wiseed.com/rachetonslaeroportdetoulouse


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

InnerSense propose d'essayer virtuellement ses meubles

InnerSense propose d'essayer virtuellement ses meubles | Toulouse networks | Scoop.it
La start-up toulousaine InnerSense développe des applications mobiles innovantes d'aménagement intérieur intégrant la réalité augmentée.

 


Concevoir des produits qui apportent vraiment de la valeur aux utilisateurs. C’est le crédo de Stéphane Mercier, docteur Isae – Supaéro en interface homme-machine, et Président d’ InnerSense qu’il a fondé en mai dernier.
Vocation de cette start-up, basée à Ramonville-Saint-Agne (31) : le développement d’applications mobiles dédiées à l’aménagement d’intérieur, intégrant une technologie d’essayage virtuel de meubles en réalité augmentée. « La société n’a que six mois d’existence, mais cela fait près de deux ans que nous travaillons sur ce projet qui mobilise aujourd’hui une équipe de cinq personnes à plein temps », explique Stéphane Mercier.

En termes de modèle économique, InnerSense cible dans un premier temps les fabricants de mobilier, auxquels il propose un outil d’aide à la vente interactif, utilisable sur tablettes par les forces commerciales. « Nous venons de signer notre première affaire avec un grand fabricant français. A terme, nous souhaitons également développer une solution destinée aux distributeurs de meubles et aux spécialistes de l’agencement d’espace, comme les architectes et les décorateurs d’intérieur », ajoute le Président de la start-up qui travaille notamment en partenariat avec des laboratoires de recherche, tels que le LAAS-CNRS et l’IRIT, dans le domaine du traitement d’image et de la recomposition 3D.

Accompagné par le Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation Théogone, et lauréat de la sélection Midinvest 2014, InnerSense prépare une première levée de fonds destinée à financer sa R&D et son développement commercial.
Chantal Delsouc, MID e-news

Jacques Le Bris's insight:


Pour en savoir plus

http://innersense.fr/


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sur Twitter, la théorie des «six degrés de séparation» ne fonctionne pas

Sur Twitter, la théorie des «six degrés de séparation» ne fonctionne pas | Toulouse networks | Scoop.it

La théorie des «six degrés de séparation», qui affirme qu’il suffit de six étapes au maximum pour relier tout être humain à un autre, par exemple un chauffeur de taxi de Pékin au président des Etats-Unis, est une des plus célèbres en sciences sociales. Mais aussi une des plus discutées.

Dans l’expérience «small world» réalisée par Stanley Milgram en 1967, qui a popularisé cette notion, le psychologue (auteur par ailleurs d'une des plus célèbres expériences de psychologie) demandait à un Américain du Midwest de transmettre un pli à un habitant de Boston, en passant par une connaissance, laquelle connaissance transmettait la lettre, etc.

L’expérience obtint des résultats mitigés: le nombre de degrés de séparation des lettres qui atteignaient leur destinataire final était proche de 6, mais un grand nombre de plis n’arriva jamais à destination pour diverses raisons. 

 
 

Illustration d'un chemin utilisé dans l'expérience «Small world» de Stanley Milgram, sur Wikipedia

Le site City Lab se penche sur une étude menée par le physicien Gábor Vattay et publiée sur la revue en ligne PLOS One. Les chercheurs de son équipe ont commencé à compiler il y a plus de deux ans des tweets auxquels correspond une localisation. La «carte virtuelle de l’amitié humaine» qu’ils ont réalisée sur la base de ces données rend compte de plus de 6 millions de «nœuds», chaque nœud étant un individu qu’ils ont pu localiser. Ils ont ensuite choisi des paires d’individus résidant dans deux agglomérations éloignées pour déterminer quel chemin entre les deux serait le plus court –histoire de soumettre à nouveau à l’examen l’hypothèse des six degrés de séparation.

Résultat: dans un premier temps, le nombre de sauts nécessaires pour aller d’un individu au voisinage géographique d’un autre est compris entre 3 et 6. Mais une fois cette étape franchie, les chercheurs constatent qu’une sorte de barrière empêche le message d’arriver à son destinataire final. Il devient impossible de «naviguer», écrivent les auteurs, dans le réseau une fois qu'on approche des portes de la cité. 

C’est le cas dans les villes les plus densément peuplées, «dans lesquelles la proximité spatiale perd de son efficacité pour localiser une personne». Des constats cohérents, note City Lab, avec les propres expériences de Milgram. Dans celles-ci, les intermédiaires rusaient et utilisaient d’autres informations que la proximité géographique pour atteindre la cible: par exemple envoyer le pli à un plombier qu'ils connaissaient si c’était la profession du destinaire final. 

L’avènement des réseaux sociaux numériques a été l’occasion de tester cette célèbre théorie avec de nouveaux outils. Par exemple, des chercheurs ont calculé que sur Facebook, le nombre de degrés de séparation était de 4,74 et non de 6. Une variante ludique de l’expérience consiste à calculer le nombre de professionnels du cinéma pour atteindre l’acteur Kevin Bacon, connu pour être le plus connecté d’Hollywood. Sauf qu'en fait, il faudrait l'appliquer à l'acteur Dennis Hopper qui, avec 2,89 degrés de séparation en moyenne, serait le vrai centre de l’univers cinématographique.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Infographie : Twitter et les comptes sponsorisés en chiffres

Infographie : Twitter et les comptes sponsorisés en chiffres | Toulouse networks | Scoop.it
L’infographie : Enrichir votre reach organique avec les comptes sponsorisés

 

Les comptes sponsorisés Twitter sont utilisés par les entreprises et les marques qui désirent accroître leur base d’abonnés. Ils permettent d'atteindre davantage d’abonnés qui leurs portent de l’intérêt et ainsi pouvoir se constituer une véritable communauté.

Le plus important pour être efficace lorsqu’elles sponsorisent leur compte, c’est le ciblage ! Très simple à réaliser, il permet de trouver des abonnés en fonction des des mots-clés présents sur le fil d’actualité, des centres d’intérêt, de la position géographique, du sexe de l’utilisateur ou de la similarité aux abonnés existants. Les différents types de ciblage sont détaillés chez Twitter.

Pourquoi bien cibler ? Pour recruter des followers à l’écoute du message des marques…

3 avantages et 3 objectifs des comptes sponsorisés

Les avantages :

  • Faire sponsoriser son compte sur tous les devices mobile, ordinateur et tablette
  • Accéder à une suite complète de statistiques sur l’activité du compte
  • Travailler sur un plan de campagnes personnalisé avec un spécialiste Twitter Publicités.

Les objectifs :

  • Attirer de nouveaux abonnés avant une promotion importante
  • Attirer de nouveaux abonnés avant le lancement d’un nouveau produit
  • Attirer de nouveaux abonnées avant l’annonce d’un événement
3 chiffres sur les comptes sponsorisés Twitter

L’infographie est riche en informations chiffrées mais j’ai sélectionné pour vous trois chiffres qui me semblent importants :

  • 50% des utilisateurs suivent de nouveaux comptes chaque semaine
  • 41% des utilisateurs utilisent le search pour trouver les comptes qu’ils suivront
  • 50 % des utilisateurs qui suivent une marque sur Twitter visitent ensuite son site
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Découvrez le nouvel espace de coworking CWT !

Découvrez le nouvel espace de coworking CWT ! | Toulouse networks | Scoop.it

Situé route de Seysses, venez découvrir dès le 17 Novembre le nouvel espace de coworking CWT !

Destiné à tous les professionnels indépendants, auto-entrepreneurs, freelances, les start-ups et les porteurs de projets ou porteurs d’affaires, cet espace est composé d'un openspace de 50m², un espace bureaux de 30m², deux salles de réunion, une salle de convivialité équipée et vous aurez même le plaisir de découvrir un espace extérieur pour reposer vos méninges !


Pour Florian Zordan, fondateur de l’Espace CWT, le développement des compétences et des connaissances est la meilleure stratégie pour assurer la longévité et la prospérité des activités des membres de l’espace. En tant que professionnel de la comptabilité et de la finance d’entreprise, il partage ses connaissances et expériences à travers des sessions de coaching et des formations.

Il fonctionnera «en association avec le club de la ZFU relancé par Marie-Jeanne Fouqué, adjointe au maire chargée de l’emploi».

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ Firefox: Choose Independent

▶ Firefox: Choose Independent | Toulouse networks | Scoop.it
Ajoutée le 10 nov. 2014

10 years ago, Firefox was created as the only independent choice on the Web. We believe the Web should be free, open and yours.

Join us in celebrating 10 years of a browser back

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter classé en catégorie spéculative par Standard and Poor's

Twitter classé en catégorie spéculative par Standard and Poor's | Toulouse networks | Scoop.it
L'agence de notation financière a octroyé au réseau social américain une note à long terme "BB-" jeudi. Elle estime qu'il "pourrait ne pas dégager de liquidités excédentaires avant 2016".

 

Standard and Poor's (S&P) est sceptique sur la rentabilité de Twitter. L'agence de notation financière américaine a octroyé pour la première fois, jeudi 13 novembre, une note "non sollicitée", évaluant la solidité financière à long terme du réseau social américain. Ce dernier se voit attribuer un "BB-". Une note trois crans en dessous de l'échelon le plus bas pour les valeurs dites d'investissement qui classe ainsi Twitter dans la catégorie des émetteurs de dette dits "spéculatifs".

Twitter risque de ne pas dégager de "liquidités excédentaires" avant 2016

L'agence se satisfait de la "croissance saine du nombre d'utilisateurs mensuels et du chiffre d'affaires" du réseau social, parallèlement à des investissements "très énergiques". Mais "Twitter pourrait ne pas dégager de liquidités excédentaires avant 2016", prévient S&P, soulignant en outre que cela dépendrait du niveau de réinvestissement des revenus dans l'activité.

Elle part aussi du principe que le réseau social, qui avait émis un emprunt convertible de 1,8 milliard de dollars en septembre pour financer "l'activité générale de l'entreprise, y compris des acquisitions et des besoins opérationnels", conservera un niveau d'endettement minimal.

Twitter n'a jamais dégagé un dollar de bénéfice net depuis sa création en 2006.


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Rejoignez-nous aux RRLL 2014 ! - Open Source Innovation

Rejoignez-nous aux RRLL 2014 ! - Open Source Innovation | Toulouse networks | Scoop.it

Après le succès de la première Édition, les Rencontres Régionales du Logiciel Libre et du secteur public reviennent cette année à Toulouse en s'ouvrant au secteur privé

Retrouvez-nous le vendredi 14 novembre 2014 à Toulouse Métropole pour découvrir le monde des TIC libres et Open Source au travers de conférences, retours d'expérience, tables rondes et ateliers. 

Ces rencontres s'adressent aussi bien aux services informatiques qu'aux directions métiers qui trouveront des réponses à leurs problématiques techniques et besoins fonctionnels

Les RRLL sont ainsi l'occasion de rencontrer des administrationscollectivitésindustries et entreprises ayant déployé des solutions libres ainsi que les prestataires locaux

Les Rencontres Régionales du Logiciel Libre sont une série d'évènements dans toute la France organisés sous l'égide du Conseil National du Logiciel Libre (CNLL). Les RRLL de Toulouse sont inscrites dans le cadre de la manifestation Capitole du Libre organisée tous les ans par l'association Toulibre

Programme de la journée
  • 9h00 INTRODUCTION 
  • Représentant du Conseil Régional Midi-Pyrénées
  • Bertrand SERP, Vice Président Toulouse Métropole, délégué à l’innovation et au numérique
  • Pierre BAUDRACCO, président de SoLibre,

 

  • 9h30 RETOURS D’EXPÉRIENCE
  • Météo-France, Fabien MARTY : Refonte d'une application métier
  • Département des Hautes-Pyrénées, Nicolas DECOUDUN : Migration de Sharepoint vers un Intranet opensource
  • ONERA, Christophe CHAPPET : Tango, un superviseur Open Source dans le vent

 

  • 11h00 TABLE RONDE
  • Airbus Defence & Space
  • Loic URBAIN, Eca Sinters
  • Laurent ROGE, AFPA
  • Florian JULIEN SAINT AMAND, CCI Montauban
  • Jean-Christophe ELINEAU, directeur d'Aquinetic

 

  • 12h30 BUFFET offert par SoLibre

  • 14h00 – 18h00 STANDS ET ATELIERS : Rencontrez les acteurs du libre 
Jacques Le Bris's insight:


Journée Pro le 14


Forum réservé aux professionnels

Programme et Inscriptions


Adresse

TOULOUSE MÉTROPOLE
Salle Garonne,
6 Rue René Leduc,
31055 Toulouse


Programme pour le Grand Public

Le week-end grand public du Capitole du Libre se tiendra les samedi 15 et dimanche 16 novembre 2014 à l'ENSEEIHT à Toulouse.


Entrée libre et gratuite

http://2014.capitoledulibre.org/programme/



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Association en ligne : e-creation

Regarder la vidéo «Association en ligne : e-creation» envoyée par Ministère de l'Intérieur sur Dailymotion.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse Métropole obtient le label French Tech

Toulouse Métropole obtient le label French Tech | Toulouse networks | Scoop.it

La secrétaire d’État au Numérique Axelle Lemaire a annoncé un peu avant 13h les 9 villes ayant obtenu le label French Tech, décerné aux écosystèmes de start-up les plus dynamiques et les plus prometteurs. 15 candidatures avaient été déposées. Toulouse fait partie des heureuses élues.

Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes : ce sont les neuf métropoles ayant obtenu le label French Tech, décerné aux écosystèmes de start-up "les plus dynamiques et les plus prometteurs" en région, afin de les rendre "identifiables à l'international" et de constituer "l'équipe de France" des écosystèmes numériques autour de la locomotive et capitale de facto de la French Tech, Paris.

Cette première promotion comporte peu de surprise. Au total, 15 territoires avaient formellement déposé leur candidature depuis février auprès de la mission French Tech, qui dépend de Bercy.

 "Nous avons décidé d'attribuer le label à neuf candidats : French Tech Aix-Marseille, Bordeaux Métropole numérique, Digital Grenoble, Lille is French Tech, Lyon French Tech, Nantes Tech, Montpellier Métropole numérique, La French Tech Rennes, French Tech Toulouse" a annoncé Axelle Lemaire la secrétaire d'Etat au Numérique, au quotidien Le Monde.

Des écosystèmes de niveau international

Ce label vise à distinguer "les territoires les plus favorables au développement des start-up", jeunes pousses du numérique mais aussi des biotech, cleantech et autres medtech, des métropoles porteuses d'un "écosystème numérique de niveau international et d'un projet ambitieux et fédérateur de croissance de cet écosystème", avec une véritable stratégie de développement à 10 ans.

L'idée de cette initiative était en effet de "faire de la France entière un vaste accélérateur de start-up, un réseau de quelques écosystèmes attractifs" mais aussi de "construire un grand mouvement de mobilisation collective." Et ainsi de contribuer à ce que certains territoires moins engagés dans le numérique amorcent ce virage.

Des déçus invités à se regrouper ?

Les six déçus décrocheront peut-être leur macaron French Tech lors d'une prochaine vague : les projets moins aboutis seront retravaillés dans une démarche de "co-construction" avec la mission French Tech, dirigée par David Monteau. Des regroupements, comme le rattachement de Saint-Étienne à Lyon, pourraient aussi être favorisés. Les candidates devaient remplir un dossier très détaillé sur le nombre de start-up, de PME et d'ETI du territoire dans le numérique, les success stories et entrepreneurs emblématiques à mettre en exergue, le montant des capitaux investis, une liste d'événements dédiés aux startups, de conférences internationales, d'incubateurs publics et privés, un bâtiment-totem. Le projet devait présenter une véritable stratégie de développement à 10 ans de l'écosystème.

De la visibilité et des investissements de Bpifrance

L'octroi du label ne donne droit à aucune subvention automatique. Les métropoles labellisées pourront utiliser la marque French Tech à l'étranger afin de gagner en visibilité et bénéficier d'"opérations d'attractivité internationale", notamment lors de grands salons comme le CES de Las Vegas, ou des festivals tels que SXSW à Austin : un budget de 15 millions d'euros, géré par l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), y sera consacré. En outre, Bpifrance investira 200 millions d'euros dans des programmes privés d'"accélération" de startups, et ce principalement (à 80%) dans les métropoles French Tech. Tous les  financements s'inscrivent dans le Programme d'Investissements d'Avenir. "L'objectif est de tout faire pour que les prochains Google naissent et se développent ici, en France" avait expliqué Fleur Pellerin, qui avait lancé l'initiative French Tech il y a un an, lorsqu'elle était ministre déléguée à l’Économie numérique.

Delphine Cuny, LaTribune.fr

more...
No comment yet.