Toulouse networks
Follow
Find
36.4K views | +11 today
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse networks
Scoop.it!

Le shopping à Paris !

Le shopping à Paris ! | Toulouse networks | Scoop.it
Des stats, des anecdotes et les meilleurs quartiers shopping de Paris par Nomao
more...
No comment yet.
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter To Introduce Algorithmic Timeline As Soon As Next Week

Twitter To Introduce Algorithmic Timeline As Soon As Next Week | Toulouse networks | Scoop.it
A Tweetstorm is brewing in San Francisco...

  

Say hello to a brand new Twitter. The company is planning to introduce an algorithmic timeline as soon as next week, BuzzFeed News has learned.

The timeline will reorder tweets based on what Twitter’s algorithm thinks people most want to see, a departure from the current feed’s reverse chronological order.

It is unclear whether Twitter will force users to use the algorithmic feed, or it will merely be an option.

As BuzzFeed News reported in June, an algorithmic timeline represents a way for Twitter to elevate popular content, and could solve some of Twitter’s signal-to-noise problems. It is also widely assumed to be anathema to the platform’s typically vocal power users.

Yet, Jack Dorsey, who took the reins of Twitter as permanent CEO in October, has expressed a willingness to rethink the platform’s core tenets. “We continue to show a questioning of our fundamentals in order to make the product easier and more accessible to more people,” he said in July. In November, the company killed off the traditional term favorites and replaced it with likes. An algorithmic feed would be, to date, the boldest change so far under Dorsey. Also being rethought: Twitter’s 140 character limit, which seems headed for an end as well.

Twitter has been testing the algorithmic timeline with a small group of users. It appears the test went well enough to roll it out more broadly.

Twitter declined to comment.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bouygues Telecom crée une filiale dédiée à l’Internet des objets

Bouygues Telecom crée une filiale dédiée à l’Internet des objets | Toulouse networks | Scoop.it
Baptisée Objenious, elle s’appuiera sur le réseau déployé par l’opérateur.

Alors que les discussions se poursuivent avec Orange pour un éventuel rachat , les affaires continuent chez Bouygues Telecom. L’opérateur avance notamment ses pions dans l’un de ses domaines de prédilection : l’internet des objets. Il vient de créer une filiale dédiée, baptisée Objenious, qui compte déjà une vingtaine de collaborateurs.

 

En créant une filiale ad hoc, l’opérateur espère profiter de l’agilité d’une petite structure pour se développer plus rapidement dans l’univers prometteur des objets connectés. « Sur ce marché, il faut être capable de réagir vite et de s’adapter au changement. Il faut pouvoir travailler comme une start-up », estime Stéphane Allaire, le nouveau directeur de la filiale.

Le dirigeant sait de quoi il parle : il a travaillé plusieurs années dans la Silicon Valley pour le compte de l’opérateur, au contact direct des start-up. Objenious va jouir d’une réelle autonomie au sein du groupe, avec des directions commerciale, marketing et technique qui lui sont propres.

Ses activités sont en outre dissociées de la division « machine-to-machine » de l’opérateur. La filiale a aussi ses propres locaux, à Boulogne-Billancourt. « Agile » comme une start-up, la nouvelle filiale va pouvoir tout de même s’appuyer sur les forces de Bouygues Telecom.

 
Bouygues Telecom s’appuie sur la technologie LoRa

Toute la partie réseau reste à la charge de l’opérateur. Celui-ci a commencé le déploiement l’an dernier d’un réseau dédié aux objets connectés, qui s’appuie sur la technologie LoRa , concurrente de Sigfox . Un peu moins de 1.000 antennes ont été installées à ce jour ; il devrait y en avoir 4.000 à la fin de l’année, permettant de couvrir la quasi-totalité de la population française. Bouygues Telecom pourra aussi faire office d’apporteur d’affaires.

Le soutien de l’opérateur permet aussi à Objenious de multiplier les partenariats pour concevoir ses offres. Elle travaille avec des sociétés comme Eolane ou Finsecur pour élaborer des capteurs spécifiques. Hewlett-Packard fournit aussi son expertise pour le stockage et l’analyse des données récoltées. Atos se charge quant à lui, via sa filiale Bull, de la sécurisation.

Objenious se pose ainsi en chantre de « l’open innovation », inhérent à l’univers des objets connectés, selon Stéphane Allaire. « On ne peut pas tout faire tout seul, mais il est important de pouvoir être présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur ».

Un modèle économique encore mouvant

Si la structure est en place, reste à développer le business. Les expérimentations se multiplient mais le chiffre d’affaires est quasi nul. Objenious compte seulement une dizaine de clients pour l’instant. Parmi eux figure Colas, le spécialiste des infrastructures routières, et filiale du groupe Bouygues.

Des tests ont lieu aussi pour équiper les bacs de ramassage de textiles usagés, présents dans les grandes villes, gérés par Ecotextile, et optimiser les tournées de ramassage. JCDecaux réfléchit aussi à doter ses vélib de balises connectées, permettant de les localiser, et fonctionnant grâce au réseau LoRa.

Le modèle économique est encore mouvant. Si la connexion au réseau est facturée (quelques euros par an et par objet), le prix du service apporté est évalué au cas par cas, selon les clients. Un catalogue d’offres commerciales, pour le grand public comme pour les professionnels, verra le jour dans quelques semaines.


Jacques Le Bris's insight:



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sur Facebook, de nouveaux boutons pour dire la colère, la tristesse et l'amour

Sur Facebook, de nouveaux boutons pour dire la colère, la tristesse et l'amour | Toulouse networks | Scoop.it

Le réseau social va proposer de nouveaux types de réactions en plus du bouton «J'aime», pour manifester des émotions supplémentaires.

 

De nouveaux emojis pour manifester l'amour, la tristesse, l'étonnement, l'hilarité et la colère sur Facebook. Dans les «prochaines semaines», le réseau social va enrichir le champ des réactions en ajoutant cinq nouvelles interactions rapides en plus du bouton «J'aime».

C'est là un petit bouleversement. Cela fait sept ans que les utilisateurs de Facebook doivent choisir entre deux types de réponses à un message: apposer un commentaire ou cliquer sur le bouton «J'aime». Ce pouce levé, ajouté en 2009, est l'une des clés du succès de Facebook, en particulier sur le mobile, puisqu'il permet de manifester un intérêt pour une publication sans s'appesantir à rédiger de texte. Pour les membres du réseau social, comme pour les marques, le nombre de «likes» est devenu un indicateur de popularité à bon compte. Il permet aussi à Facebook de jauger l'intérêt des publications pour mettre en avant les plus populaires dans les flux d'actualités. Plus de 6 milliards de «J'aime» sont distribués chaque jour.

Des émotions négatives

La polysémie du «like», utilisé pour signaler tout autant du soutien, un assentiment, des félicitations ou juste rappeler à un vieil ami que l'on existe encore, trouvait dans certaines situations ses limites. Il n'a jamais été convenable d'ajouter un «J'aime» sur une nouvelle triste publiée par l'un de ses amis, sauf à vouloir manifester une certaine forme d'ironie. Après avoir écarté l'idée de créer un bouton «dislike» («Je n'aime pas», pouce vers le bas) comme on en trouve sur YouTube, trop négatif à son goût, Mark Zuckerberg a enjoint ses équipes de travailler sur d'autres formes de réponses. De là sont nées cinq nouvelles réactions, pour manifester la tristesse, l'affection, l'étonnement, l'hilarité et la colère.

Ces nouvelles réponses ont été lancées l'automne dernier en Espagne, en Irlande, au Chili, aux Philippines, au Portugal et en Colombie, où elles ont reçu un écho positif. Elles ont ensuite été testées au Japon et seront prochainement étendues dans le monde entier. Une sixième réaction, l'exclamation («yay») a été supprimée, car elle n'était pas universellement compréhensible dans tous les pays, a expliqué une porte-parole de l'entreprise. Facebook dit s'être renseigné sur le champ des émotions humaines auprès de sociologues, pour arbitrer ses choix, raconte Bloomberg dans un long article sur le sujet.

Les cinq réactions ne seront pas immédiatement visibles dans l'application de Facebook. Elles apparaîtront en appuyant longuement sur le bouton «J'aime» et s'animeront au passage du doigt. Le nombre de cœurs, de smileys tristes ou rieurs figurera ensuite sous les messages, aux côtés des commentaires et des «j'aime». Même s'ils en ont l'apparence, ces petits avatars ne sont pas techniquement des emojis, qui appartiennent à un langage de caractères, compatible entre différents sites et applications. L'emprise de Facebook, utilisé par 1,6 milliard de personnes chaque mois dans le monde, s'apprête néanmoins à les rendre universels.

 

Benjamin Ferran

Journaliste au Figaro • Adjoint du service Médias et Technologies • Responsable du FigaroTech
Sur Twitter: @benjaminferran

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. L'innovation d'Epsiline sent le vent tourner

Toulouse. L'innovation d'Epsiline sent le vent tourner | Toulouse networks | Scoop.it

la sonde laser YawAdvisor sur la nacelle d’une éolienne.

 

L’entreprise toulousaine Epsiline conçoit des systèmes pour mesurer la vitesse du vent pour le secteur de l’éolien. YawAdvisor est désormais prêt à se déployer industriellement, quel que soit le sens du vent.

 

Et si les éoliennes avaient besoin d’un coup de pouce pour mieux sentir d’où vient le vent, et optimiser leur rendement ? YawAdvisor est la tête chercheuse, qui se place sur le toit de la nacelle, il mesure la direction du vent, et renvoie les données à l’opérateur du parc. « Notre système émet un faisceau laser dans l’atmosphère et récupère le signal des particules naturellement présentes dans l’air. C’est un anémomètre laser installé sur nacelle afin d’optimiser l’orientation des éoliennes par rapport au vent. Il mesure la vitesse du vent et rajoute des données plus précises que celles déjà présentes dans l’éolienne. Nous intervenons une fois l’éolienne installée », explique Christophe Lepaysan, président d’Epsiline. Yaw Advisor a pour mission de booster la performance des éoliennes de 5%, en palliant des faiblesses de précisions avec des gains de production énergétique qui dépendent de la taille du parc.

  

YawAdvisor est disponible sur le marché de l’éolien

Les lauriers du Ministère de la recherche sont venus couronner cette innovation qui a senti le vent tourner en faveur de l’éolien : « Il est en très fort développement, » estime Christophe Lepaysan. « Même si c’est variable suivant les pays, ce secteur ne cesse de croître, plus sur le terrestre que dans le offshore. » L’entreprise qui compte six salariés basés à Toulouse, a débuté en start-up en 2009. En 2013, elle bénéficie d’une augmentation de capital de 1,3 millions d’euros, porté par Irdinov et ACG Management. Elle est aujourd’hui en phase de lancement. « Nous déployons cette technologie qui était en test jusqu’à l’année dernière. Nous avons consacré ces dernières années au développement et au transfert de technologie avec le laboratoire OSE-LAAS. »

La sonde laser n’a pas de frontières : Epsiline souhaite se développer au national et à l’international. L’entreprise a déjà un port d’attache à Montréal, et ira là où le parc éolien est développé. Epsiline compte vendre plusieurs milliers d’unités par an, dont le coût avoisine les 10.000 euros. YawAdvisor est conçu, assemblé et testé dans les locaux d’Epsiline à Toulouse.
Virginie Mailles Viard

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. WomenRun permet aux femmes de courir en toute sécurité

Toulouse. WomenRun permet aux femmes de courir en toute sécurité | Toulouse networks | Scoop.it

Dans 50% des cas, les femmes craignent l’isolement dans la pratique de la course à pied. Un obstacle que lève l’application gratuite WomenRun développée par un Toulousain. Une première dans les applications sportives.

 

Jean-François Nicolas, cofondateur de France Pari, classé quatrième opérateur français de jeux en ligne, fourmille d’idées. L’ancien directeur des systèmes d’information du bookmaker lance aujourd’hui WomenRun, une application gratuite disponible sur Android, iPhone et bientôt Windowsphone. « Cela m’a été fortement inspiré par mon épouse. J’ai cherché avec cette application à lever les deux principaux freins à la pratique du running par les femmes. Le premier est un profond sentiment d’insécurité et le second, un manque de motivation lié à la suractivité prises entre vie de famille, courses, obligations professionnelles, ce qui les amène à souvent sacrifier leur moment à elles », explique Jean-François Nicolas, président de Pic, la société éditrice de WomenRun.

Les fonctionnalités de l’application permettent ainsi aux joggeuses de donner des points de repère à leurs proches et de signaler une difficulté sur leur parcours grâce à un bouton d’alerte qui envoie un sms ou un mail de notification à des personnes choisies. Les femmes peuvent aussi créer leur communauté privée de pratiquants, favorisant ainsi l’émulation.

 

Des options payantes

« Nous avons volontairement réduit la partie statistique de performance de la course, qui existe, au profit de la dimension sécuritaire et bien-être », souligne le dirigeant, plaçant WomenRun unique en son genre. L’application, aujourd’hui gratuite, devrait s’enrichir d’options payantes à l’avenir, comme un déclenchement de téléassistance en cas de problèmes.

Autres monétisations envisagées, le développement en marque blanche pour des entreprises qui souhaitent promouvoir l’activité physique de leurs salariées ou encore une proposition destinée aux villes et intégrée à leur offre touristique. « Un objet connecté pour la sécurité avec émission d’alerte en cas de blessure est également prévu dans notre gamme à court terme », explique Jean-François Nicolas.

 

Levée de fonds de 200.000 euros

Avec un capital de 100 .000 euros depuis le printemps 2015, la société Pic cherche à renforcer ses fonds propres pour ses prochains développements. La levée de 200.000 euros est au programme de 2016. « Nous avons jusque-là confié la partie logicielle à des prestataires extérieurs mais à l’avenir, nous embaucherons un développeur maison ainsi qu’un responsable commercial », projette Jean-François Nicolas, qui vise un chiffre d’affaires 2016 de 350.000 euros.

Car le marché des femmes pratiquant la course est en pleine expansion. « En 2015, une femme sur deux ne courait pas l’année précédente. Et elles commencent pourtant entre quarante et cinquante ans à dépasser les hommes en fréquence de burn-out, stress ou dépression d’après une étude INPES 2014 », explique le dirigeant selon qui « le sport aide à décompresser », d’où l’importance selon lui « de lever les obstacles à la pratique de la course seule pour une femme. »
Isabelle Meijers


Jacques Le Bris's insight:

Jean-François Nicolas, président de la société Pic, est lui-même un grand sportif, adepte de course à pied ou marche sportive.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les 9 startups toulousaines qui vont marquer 2016

Les 9 startups toulousaines qui vont marquer 2016 | Toulouse networks | Scoop.it


Dans le sillage de Sigfox, la planète startup est en pleine effervescence à Toulouse. En 2015, quatre startups toulousaines ont déjà décroché le Pass French, d'autres devraient les rejoindre cette année. Tour d'horizon des 9 startups qui ont (ou vont) réaliser des levées de fonds importantes et marqueront l'année 2016 pour leurs grands projets.


Les levées de fonds de Sigfox, Payname et Naïo accélèrent leur développement

Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox le 16 septembre 2015 à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

Après avoir levé 100 millions d'euros début 2015 (un record alors en France), Sigfox poursuit son développement avec l'objectif de devenir une licorne, autrement dit de faire partie de ces startups dont la valeur atteint au moins un milliard de dollars, à l'instar de Critéo ou Blablacar. La société, basée à Labège, couvre désormais neuf pays, dont les USA, avec son réseau bas débit pour objets connectés.

((...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ce thermostat aixois donne des frissons à Google

Ce thermostat aixois donne des frissons à Google | Toulouse networks | Scoop.it
Sur le CES de Las Vegas, le thermostat connecté de Ween, une start-up d'Aix-en-Provence, a reçu un Award. Cette récompense a donné un coup d'accélérateur à cet appareil qui promet de faire réaliser des économies.

En France, Ween n’est pas encore connu, mais aux États-Unis, c’est déjà une star. Avec son thermostat connecté, cette start-up d’Aix-en-Provence créée par Jean-Laurent Shaub et Nathanaël Munier, deux ingénieurs Arts et Métiers, a obtenu ce mois-ci un Award des objets connectés. Cette récompense fait d’elle un sérieux concurrent à Nest, le californien également spécialisé dans les objets connectés pour la maison qui a été racheté en 2014 par Google pour 3,2 milliards de dollars.

Pour Jean-Laurent Shaub, ce succès est une surprise. Il a déposé un dossier de candidature à ce concours "à l’arrache" et sans vraiment y croire. "C’est Éric Burkel, notre directeur financier qui est américain, qui a insisté pour qu’on le fasse. Mais franchement, avec 4.000 dossiers de candidatures issus du monde entier, on n’y croyait pas au point d’oublier de suivre l’annonce des résultats. On a appris notre victoire en pleine nuit par un SMS."

Le jury de ce concours n’a pas été le seul à être séduit par cet objet qui ne vole pas son titre d’objet intelligent. "Après avoir levé 40.000 euros en crowdfunding sur KissKissBankBank avant le CES, ce prix nous a donné des ailes avec une levée de fonds de 2 millions de dollars. À peine croyable !" s’étonne encore le cofondateur de la start-up.

 

Macron, la Fnac, Google et Samsung très intéressés

Et lors du CES, le petit stand de 3 mètres carrés de l’Eureka Park a été le rendez-vous du gotha mondial des technologies qui est venu voir ce Français qui affronte Nest. "La magie du CES est de créer des rencontres riches, nombreuses et inattendues. On a vu passer Emmanuel Macron, les dirigeants de la FNAC et des responsables de Samsung et Google qui se sont vraiment intéressés à notre projet." Et Nest ? "Ils sont peut-être venus, mais incognito".

Pour 2016, la route de la start-up est bien éclairée. Trois grands distributeurs ont déjà signé des commandes, mais Jean-Laurent Shaub ne veut pas encore entrer dans les détails de ces accords. Il signale seulement que le produit, qui est en précommande sur le site de Ween, sera disponible dans les magasins en septembre prochain et est déjà compatible avec 95% des chaudières, qu’elles soient au gaz, au fuel ou électrique.

De retour de Californie, l’équipe se sent plus que jamais prête à affronter le géant californien. "Nous ne proposons pas vraiment la même chose. Le thermostat Nest réclame beaucoup d’interventions manuelles, ce qui décourage la plupart de ses possesseurs. Le nôtre communique avec les smartphones de la maison et sait ce qu’il a à faire. Nous nous inscrivons parfaitement dans la tendance mondiale de la maison connectée."

 


Faire baisser la consommation d'énergie

Et en plus d’être connecté, il permet surtout de réaliser des économies d’énergie et donc d’argent. "L’Ademe a réalisé une étude qui indique qu’un thermostat connecté peut réduire la consommation d’un habitat moyen de 25% et faire économiser environ 400 euros par ans. Le nôtre atteint presque les 30% d’économie." Vendu 349 euros, un système Ween peut ainsi être amorti en à peine plus d’un an.

Et lorsqu’on demande à Jean-Laurent Shaub pourquoi avoir choisi Ween, sa réponse est simple: "Parce que Free était déjà pris", lance-t-il avant d’expliquer que c’est aussi la contraction de victoire (Win, gagner en anglais) et d’écologie (Green, vert en anglais).

La victoire face à Nest n’est pas acquise, mais elle est possible. D’autant que depuis quelques heures, un bug des thermostats Nest a refroidi le domicile de nombreux utilisateurs. Et avant même que Ween n’entre en jeu.


 


Pascal SAMAMA

journaliste

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter envisage de transformer vos Tweets en Tweets sponsorisés

Twitter envisage de transformer vos Tweets en Tweets sponsorisés | Toulouse networks | Scoop.it

Twitterdéveloppe actuellement un nouveau format publicitaire pour proposer aux annonceurs les Tweets des profils dans sa plateforme publicitaire.
 
Twitter envisage donc de lancer un nouveau service qui va permettre aux annonceurs de collecter les Tweets relatifs à leurs produits (thématique) ou dont le contenu parle de leur produit afin que ceux-ci les utilisent dans leurs campagnes publicitaires sur Twitter.

Selon le site Digiday qui rapporte l’information, ce nouveau format publicitaire sera disponible dans l’interface des annonceurs dans une sorte de “Galerie des Tweets” relatifs dans laquelle ces annonceurs pourront se servir.

Toutefois, Twitter enverra un message privé (DM) à l’auteur du Tweet pour lui demander l’autorisation en citant la marque qui souhaite retweeter son post en tant que Tweet sponsorisé en y ajoutant son propre commentaire. Une formule somme toute gagnant-gagnant.

Ce qui devrait inciter les éditeurs de contenus et autres blogueurs à citer les marques des gros annonceurs pour espérer profiter de ce Retweet sponsorisé à une large audience ciblée.

Vous l’aurez donc compris, ce format publicitaire sera similaire à un Tweet standard mais s’affichera au-dessus du carrousel des Tweets suggérés par Twitter aux profils.

Certes, Twitter n’a pas souhaité commenter l’information, mais l’idée est tout de même ingénieuse. En ce sens qu’ elle permet aux marques d’utiliser les Tweets populaires ou pas de l'utilisateur lambda pour s’adresser à une audience ciblée. Mais, à condition que cet utilisateur l’accepte.

Dans tous les cas, en lançant un tel format de publicité native, Twitter tente d'apporter plus d'efficacité aux Tweets sponsorisés promouvant un contenu et qui ne seront pas diffusés en tant que publicités mais qu'en tant que Tweets suggérés.

En fait, comme le note Digiday.com, les annonceurs comptent généralement sur les célébrités et les influenceurs pour promouvoir leurs produits dans les Tweets, et il y existe un certain nombre de plateformes de publicité et d’agences qui se spécialisent dans ces types de contrats de sponsoring social.

Cependant, le nouveau format publicitaire de Twitter Publicité va consister à permettre aux marques de pouvoir recommander des Tweets "normaux", si possible populaires, de tout profil lambda proche de chez vous (pays, région, localité).

Ce qui pourrait avoir plus de poids que le retweet du message d’un influenceur qu’on soupçonne toujours de faire de la promo.

Alors, bonne ou mauvaise idée de faire de vos Tweets, avec votre accord, un Tweet sponsorisé ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Bientôt, on ne dira plus "WTF?" sur Twitter

Bientôt, on ne dira plus "WTF?" sur Twitter | Toulouse networks | Scoop.it

TWITTER - Comme vous le savez peut-être, le PDG de Twitter Jack Dorsey prépare une sacrée révolution. Bientôt, les tweets ne seront plus limités à 140 caractères... mais à 10.000. Distancé dans la course à la suprématie du net par Facebook, Jack Dorsey espère ainsi pousser ses abonnés à passer plus de temps sur son site.

Bref, les Twittos bavards pourront s'en donner à cœur joie. Pour les amateurs de concisions, comme Bernard Pivot, c'est tout à fait regrettable.



Pour les langues trop bien pendues, comme Valérie Trierweiler, c'est au contraire une menace redoutable...


Face au désarroi de la twittosphère, s'il y en a un qui n'a pas perdu le Nord, c'est bien le community manager du dictionnaire Le Robert. Endossant le costume de vengeur des Belles Lettres, il a répondu à l'ex Première dame en livrant un véritable mode d'emploi du Twitter nouvel mode.

Finis les PTDRRR, OKLM, TKT et autres WTF, Le Robert apporte une alternative en bon françois à chacune de ces expressions. Avec les tweets de 10.000 caractères, leçons de vocabulaire et révisions des participes passés sont à nouveau au programme.

Bonne lecture, et, attention, une interro vous attend à la fin de l'article (LOL).

Jacques Le Bris's insight:

#FF @LeRobert_com

#Beyond140 #Twitter10k

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Éric Charpentier, Payname : "Objectif : 100 collaborateurs dans notre campus d'ici à deux ans"

Mise en ligne le 21 déc. 2015

Il fait partie des acteurs très "disruptifs" de la génération FinTech. Éric Charpentier, fondateur de la société Payname, revient sur le parcours de son entreprise et sur ses ambitieux projets. Interview vidéo.

 

La société, qui se présente comme "la future banque en ligne que nous aurons tous demain", est la première startup à avoir obtenu l'agrément bancaire par l'autorité de contrôle des banques. "Nous attaquerons les marchés européens dans un second temps", annonce Éric Charpentier. Payname a déjà réalisé trois levées de fonds, dont la dernière, en 2015, d'un montant de 5 millions d'euros. La startup, qui table sur 20 recrutements en 2016, construit actuellement son futur campus à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse, dans le Volvestre. Elle s'y installera en mai 2016. La startup a remporté le prix "Nouvelle économie" lors de la soirée Biznext organisée en décembre dernier par La Tribune Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le syndrome des 19 mots de passe

Le syndrome des 19 mots de passe | Toulouse networks | Scoop.it

Aux Etats-Unis, la fin des mots de passe est désormais évoquée comme une certitude et la presse prédit leur disparition avant fin 2020.

Considérant à tort ou à raison que le risque de se tromper est moins grand en désignant ce qui va disparaître plutôt qu’en devinant ce qui va apparaître, la presse américaine cible de plus en plus ouvertement le monde bancaire. Dans le cadre de sa revue de web hebdomadaire (voir ici), MID e-news a ainsi relevé en ce début 2016 que la fin des mots de passe était programmée aux Etats-Unis avant la fin de l’année 2020.
Ceci serait notamment dû au nombre trop important de « mots de passe » et de « codes secrets » que chacun est aujourd’hui appelé à mémoriser. Selon Tech Crunch, un Etatsunien lambda doit désormais en retenir 19. Cela amène nombre d’entre eux à choisir des mots de passe très simples, voir ceux qui sont proposés par défaut, comme le fameux « 0000 » (bien entendu, vous ne faites pas partie de celles et ceux qui ont recours à ces procédés peu sécurisés…).

 
Ce qui est intéressant, c’est notamment de voir comment il serait possible de passer de 19 mots de passe ou codes secrets à une poignée, puis à zéro. En fait, il semble que le principal outil pour arriver à cela soit d’utiliser le téléphone portable comme un sésame universel. Dans son hypothèse la plus extrême, votre smartphone ayant été débloqué par vos empreintes digitales (des déclinaisons recourant à d’autres méthodes d’identification, comme la reconnaissance faciale, sont déjà en test), il vous permet d’effectuer tout type de règlements en tous lieux. De ce fait, l’argent liquide deviendrait inutile, et les distributeurs de billets également.
Tous les réseaux bancaires travaillent sur ces hypothèses, y compris les banques françaises, qui proposent un tissu de distributeurs automatiques de billets (plus de 58 000) et d’agences extrêmement dense. L’une des principales voies pour trouver de nouvelles solutions à ces bouleversements programmés est l’innovation ouverte, c’est-à-dire l’ouverture d’une partie des données vers l’extérieur, et notamment les startups.

 
Par exemple, imaginons qu’une startup arrive à concevoir un moyen de sécuriser les paiements via des ultrasons émis par les téléphones portables, solution particulièrement adaptée pour les pays en voie de développement, où les distributeurs automatiques de billets sont rares. En l’occurrence, cette technologie existe et MID e-news a commencé à en parler dès 2013 (voir l’un derniers articles ici). Elle a été créée par une entreprise de Montauban…
Bonne année 2016 à toutes et à tous !


MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter veut offrir plus de 140 caractères pour faire plus d'argent

Twitter veut offrir plus de 140 caractères pour faire plus d'argent | Toulouse networks | Scoop.it

La règle canonique des 140 caractères a été fixée en 2006 lors de la création de Twitter, qui était à ses débuts un service par SMS, ce qu'a confirmé Jack Dorsey.

 


Twitter développe une nouvelle application qui permettra aux internautes de publier des "tweets" pouvant compter jusqu'à 10.000 caractères, d'après des sources concordantes. Cette fonctionnalité favoriserait la venue d'annonceurs désireux de passer des messages publicitaires.

 

Twitter va-t-il finalement abandonner ce qui est devenu sa marque de fabrique ? Le réseau social de microblogging travaille sur une fonctionnalité qui permettrait de mettre fin à sa limitation des tweets à 140 caractères.

"Nous avons passé du temps à observer ce que les gens font sur Twitter... et nous les avons vus faire des captures d'écran de textes et les tweeter", constate le patron Jack Dorsey dans un (long) message posté, clin d'œil oblige, sous la forme d'une capture d'écran.

De fait, la règle canonique des 140 caractères a été fixée en 2006 lors de la création de Twitter, qui était à ses débuts un service par SMS, ce qu'a confirmé Jack Dorsey.

"Nous n'avons pas débuté Twitter avec une limitation à 140 caractères. Nous l'avons ajoutée pour que [les tweets] puissent s'intégrer dans un message SMS (160 caractères)", justifie-t-il.

 

Des tests en cours pour les entreprises

Twitter est en train de tester actuellement "Au-delà de 140" caractères (Beyond 140), un produit de publication de longs messages destiné à élargir sa clientèle notamment pour la communication des entreprises, avait indiqué un peu plus tôt à l'AFP une source proche du dossier.

Concrètement, un "tweet" apparaîtra toujours en 140 caractères mais une fois que l'utilisateur cliquera dessus il pourra voir l'intégralité du texte, dont la longueur pourrait aller jusqu'à 10.000 caractères, a résumé la source sous couvert d'anonymat. Des propos similaires ont également été rapportés par le site spécialisé Re/code. Cet outil pourrait être lancé vers la fin du premier trimestre en cours.

 

Une opportunité pour attirer les investisseurs

L'avantage de cette fonctionnalité pour le réseau social est qu'il pourrait attirer des annonceurs désireux de passer des messages publicitaires, alors qu'il a essuyé des pertes sur les trois premiers trimestres de 2015.

Devenu incontournable pour les artistes, les sportifs, les hommes politiques et les professionnels de la communication, Twitter a reconnu cet été que ses produits étaient trop compliqués pour séduire le grand public, sans qui son nombre d'utilisateurs ne peut pas vraiment décoller. Car si le réseau social revendique un peu plus de 300 millions d'utilisateurs, il a été devancé par l'application de partage de photos Instagram, détenue par Facebook, qui a fait état plus de 400 millions d'utilisateurs l'an dernier. La société subit ainsi une pression croissante pour augmenter le nombre de ses utilisateurs, dont le rythme de croissance a été au plus bas en 2015, ainsi que ses revenus publicitaires.

(avec AFP et Reuters)


more...
oliviersc's comment, January 6, 11:57 AM
Voici 1 à 3 ans qu'il en est question ; prévenir lorsque ce sera fait...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Saison 2016 Quai des Savoirs

Saison 2016 Quai des Savoirs | Toulouse networks | Scoop.it

Tout savoir sur le Quai des savoirs.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le boulanger sans gluten Glouton Frais se déploie dans la France entière

Le boulanger sans gluten Glouton Frais se déploie dans la France entière | Toulouse networks | Scoop.it

Après à peine un an d'activité, la startup toulousaine Glouton Frais va livrer la France entière. Le fabricant de pain sans lait ni gluten disposait jusqu'à présent d'une vingtaine de points de revente à Toulouse.

 

Opération crowdfunding réussie pour Glouton Frais. La société toulousaine vient de réunir plus de 7 500 euros via la plateforme Kiss Kiss Bank Bank. "Cette somme nous servira à financer l'achat d'un deuxième four en vue de notre déploiement à la France entière", explique Christine Buscailhon, cofondatrice de Glouton Frais.

 

1 % des Français allergiques au gluten

11 mois après son début d'activité, la startup toulousaine est en pleine croissance. Glouton Frais est né de la rencontre entre Christine Buscailhon, maman d'un enfant astreint à un régime sans gluten et Laurent Dran, pâtissier soumis aux mêmes contraintes alimentaires. Ce dernier met au point un pain artisanal sans gluten ni produits laitiers : une première en France car, jusqu'ici, une dizaine de boulangers parisiens proposait du pain sans gluten mais avec du lait. "Le gluten, présent dans  la farine de blé (et qui permet au pain de ne pas s'émietter), est remplacé par un mélange de farines. Des graisses végétales sont ajoutées à la place du lait", poursuit le présidente de la société.

Surtout, il répond à une demande grandissante.

"Il est très difficile de faire son pain soi-même. Or, en France, 1 % de la population est allergique au gluten. Ensuite, entre 10 et 50 % des Français digèrent mal les produits laitiers. Certains de nos clients sont aussi attirés par la qualité gustative du pain, qui est par ailleurs sans conservateurs ni additifs", ajoute-elle.

florine galéron
Jacques Le Bris's insight:

ujourd'hui, Glouton Frais vend 3 000 pains par mois dans une vingtaine de points relais à Toulouse (une boulangerie, des épiceries, des magasins bio) et dispose également d'un magasin qui les revend à Montauban. Un succès qui l'incite désormais à lancer des livraisons sur la France entière. Les clients devront réserver leur pain depuis la boutique en ligne et le produit leur sera livré le lendemain.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facilit'ON ou la naissance de la communauté des Facilitateurs

Facilit'ON ou la naissance de la communauté des Facilitateurs | Toulouse networks | Scoop.it

A tous les passionnés du collaboratif et du mieux travailler ensemble, nous vous donnons rendez-vous le mercredi 03 février à 18h30 pour le lancement de la communauté Facilit’on France, une communauté où l’on va parler de facilitation et de l’art de faire travailler un groupe.




Cet événement se déroulera en duplex à Toulouse, Paris, Nice et Nantes.

Venez nombreux à cet événement furieusement collaboratif, pour co-construire avec nous cette nouvelle aventure.

Pour vous inscrire et avoir tous les renseignements, les liens sont ci-dessous

 


S'inscrire à Toulouse

S'inscrire à ParisS'inscrire à Sophia-Antipolis

S'incrire à Nantes

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Améliorer la visibilité de son blog. Comment aller un peu plus loin ? - Overblog France

Améliorer la visibilité de son blog. Comment aller un peu plus loin ?  - Overblog France | Toulouse networks | Scoop.it

Bonjour à tous,

Il y a peu de temps, nous vous avions fait un article sur "Comprendre le référencement".

Aujourd'hui nous allons donc nous pencher sur des pratiques qui vont vous permettre d'aller plus loin au niveau du référencement, mais surtout pour améliorer la visibilité de votre blog de manière générale.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« Power Of Low », le toulousain Sigfox lance un réseau d’objets connectés pour protéger l’environnement

« Power Of Low », le toulousain Sigfox lance un réseau d’objets connectés pour protéger l’environnement | Toulouse networks | Scoop.it

© Sigfox – L’équipe de l’expédition BELARE 2015-2016


Les objets connectés au service de causes humanitaires et environnementales. C’est le nouvel objectif de la startup toulousaine Sigfo, annoncé ce mardi. Une première expérimentation va être menée à la station polaire Princesse-Elisabeth en Antarctique.
 

Eviter de se perdre en Antarctique

La startup toulousaine Sigfox continue de déployer son réseau mondial d’objet connecté (IoT). La société a annoncé, ce mardi 19 janvier, une nouvelle collaboration avec la Belgique et son Secrétariat Polaire, pour connecter l’expédition scientifique « BELARE 2015-2016 » depuis la station polaire Princesse-Elisabeth en Antarctique.

L’objectif est de « suivre les déplacements des chercheurs et de leurs équipements en temps réel, dans les conditions parfois extrêmes du continent blanc » explique les fondateurs de Sigfox, Christophe Fourtet et Ludovic Le Moan, dans un communiqué. Concrètement, les 45 membres de l’expédition seront équipés de trackers GPS reliés au réseau Sigfox. 

L’expédition scientifique BELARE 2015-2016 cherche à comprendre les changements climatiques et la préservation de notre planète. Elle se « compose d’une équipe de techniciens et de chercheurs spécialisés en glaciologie, climatologie, géomorphologie, en charge de différents projets scientifiques belges et internationaux » précise le communiqué.

Une fondation Sigfox pour développer les connectés au service de causes environnementales

Sigfox a annoncé également ce mardi, le lancement de SIGFOX Foundation. Il s’agit d’un fonds de dotation qui a pour objectif de mettre l’Internet des objets au service de causes humanitaires et environnementales.

Baptisé « Power Of Low », le but est « de conduire des missions de protection de l’environnement et du vivant en mettant à leur service notre réseau » expliquent les fondateurs toulousains. Sigfox cherche désormais des mécènes et partenaires pour mettre en place rapidement des projets. 

Sigfox est en train de créer un réseau mondial des objets connectés. Une première mondiale. La startup basée à Labège affiche aujourd’hui un chiffre d’affaire de 6 millions d’euros. « On a commencé à trois dans un garage en 2011 et aujourd’hui on est 80 » se rappelle Ludovic Le Moan, le co-fondateur de la société.

Julien Leroy

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des développeurs s'amusent à créer des traducteurs anglais vers emoji

Des développeurs s'amusent à créer des traducteurs anglais vers emoji | Toulouse networks | Scoop.it

Emojilator de Dimitris Chassapakis

On trouve de tout sur internet. La palme de la bizarrerie de la semaine revient à ces deux développeurs qui proposent des traducteurs Anglais / Emoji... Pourquoi pas !

Les emojis sont de plus en plus utilisés pour communiquer. Au point qu’il est parfois possible de transmettre l’information dans un message en se passant de mots. Plus récemment, le standard Unicode (utilisé par l’industrie informatique pour la saisie de texte dans différentes langues) avait été enrichi de centaines de ces symboles qu’on retrouve désormais sur les principaux OS mobiles. Mark Davis, le fondateur du Consortium Unicode avait même comparé l’emoji à une langue émergente dans un article du New York Times.

Suivant cette tendance, des développeurs se sont amusés à créer des traducteurs pour passer de l’anglais à l’Emoji. Emojist, le projet de Brendan Sudol, remplace dans votre texte quelques mots par des icônes de manière automatique.


Mais si vous souhaitez vous perdre à travers une forêt de symboles, il faudra se tourner vers Emojilator de Dimitris Chassapakis. Bien plus radical, celui-ci remplace systématiquement tous les mots que vous lui donnerez.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Paiement alternatif : le Toulousain Lyra Network intègre les Bitcoins

Paiement alternatif : le Toulousain Lyra Network intègre les Bitcoins | Toulouse networks | Scoop.it

Alain Lacour, Président de Lyra Network

 

L'opérateur de paiement Lyra Network basé à Toulouse intègre les Bitcoins dans l'offre de sa plateforme de paiement en ligne PayZen.   


Près de 15 millions de Bitcoins seraient actuellement en circulation dans le monde. Aussi, après des cartes de paiement internationales, du prélèvement en ligne (SDD), des wallets, et des e-chèques vacances, Lyra Network vient d’ajouter cette monnaie virtuelle aux moyens de paiement disponibles sur sa plateforme PayZen. « En proposant les Bitcoins, nous démontrons notre capacité à intégrer des moyens de paiement innovants rapidement et indépendamment des technologies sur lesquelles ils sont basés, explique dans un communiqué Emmanuelle Ghara, Directrice du Développement de Lyra Network. Cela nous permettra dans le futur de pouvoir intégrer toute autre crypto-monnaie sans délais ».

Pour proposer cette offre, l’opérateur a travaillé en partenariat avec la startup française Paymium, à l’origine de la première plateforme d’échange bitcoin/euro en conformité avec la réglementation européenne sur les services de paiement.

Fondée en 2001 à Toulouse, où restent basés la R&D et le support technique, Lyra Network (150 collaborateurs) est aujourd’hui implanté en Europe (Allemagne et Espagne), en Algérie, en Amérique du Sud (Brésil et Chili) et en Inde. L’opérateur a réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros en 2014 et revendique pour la même année plus de 5,5 milliards de paiement sécurisés et transmis. Il a remporté en juin 2015 le prix Croissance, Rayonnement et Potentiel International à l’occasion de la 13e édition des Trophées de l’Economie Numérique à Toulouse (voir l’article de MID e-news).
Chantal Delsouc, MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Carte] De nouveaux points Wi-Fi gratuits à Toulouse

[Carte] De nouveaux points Wi-Fi gratuits à Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it

La mairie de Toulouse vient d’annoncer sur son site l’ouverture de nouveaux points d’accès à internet via Wi-Fi. L’occasion de faire le point sur les accès disponibles dans le centre-ville de Toulouse.

Place Saint-Pierre et partie haute de la place de la Daurade

24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les usagers peuvent se connecter au réseau « MairieToulousePublic ». Il suffit ensuite de cliquer sur « ok » lorsque la page Internet s’ouvre.

Saint-Cyprien

Sur la place intérieure, autour de la station de métro, vous pouvez vous connecter  au réseau « MairieToulousePublic ».

Rue Alsace, square De Gaulle

Dans la zone de Wi-Fi gratuite rue d’Alsace-Lorraine,  du square Charles de Gaulle jusqu’à l’angle de la rue de Metz , vous pouvez vous connecter à Internet, sur le réseau « MairieToulousePublic » , 7 jours sur 7.

Place du Capitole

Depuis le 16 décembre 2013 , les Toulousains peuvent se connecter au Wi-Fi place du Capitole, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 sur le réseau  “MairieToulousePublic” : il suffit ensuite de  cliquer sur ok lorsque la page Internet s’ouvre.

Médiathèque José Cabanis

Depuis le mois de  septembre 2015 , le Wi-Fi équipe à la Médiathèque José Cabanis. Pas besoin d’identifiant, ni mot de passe, il s’agit du réseau en accès libre de la Mairie de Toulouse.

 

Xavier Lalu

Journaliste, chef de projet à Côté Toulouse
Jacques Le Bris's insight:


Accès à ladite carte :

https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=zkREm4eZXERI.kIdqmxPkXKpk


more...
No comment yet.
Rescooped by Jacques Le Bris from Lacroix-Falgarde
Scoop.it!

L'appli qui dit ce que mangent vos enfants à la cantine

L'appli qui dit ce que mangent vos enfants à la cantine | Toulouse networks | Scoop.it

Le menu proposé à vos enfants directement sur votre smartphone.


«Qui dit Miam !» est une application gratuite, développée par une start-up de Lacroix-Falgarde, avec le soutien de Toulouse Métropole pour savoir ce que mangent vos enfants à la cantine.

C'est une «appli» qui va révolutionner le quotidien des parents toulousains et plus particulièrement celui des «parents modèles». Par «parents modèles», on entend par là les papas et les mamans qui conçoivent consciencieusement le repas du soir en fonction de ce que leurs chers petits ont mangé le midi à la cantine, afin que ces derniers s'alimentent de manière parfaitement équilibrée. Mais pour cela, justement, il faut du temps, ce qui manque bien souvent à la plupart d'entre nous. C'est pour faciliter la vie des parents pressés mais néanmoins soucieux du bien-être de leurs rejetons, que la start-up Absolom Design, installée à Lacroix-Falgarde, a eu l'idée de créer l'application «Qui dit miam !».

Plus besoin, en effet, de s'abîmer les yeux à essayer de déchiffrer les affichettes apposées à l'entrée des écoles maternelles et primaires ou de se connecter sur le site Internet de la ville pour savoir quel est le menu du jour. Vous pouvez désormais découvrir le contenu des assiettes de vos enfants directement sur votre smartphone ou votre tablette ! Grâce à l'application «Qui Dit miam», vous pouvez connaître les menus des quinze prochains jours, savoir si les aliments qui sont servis sont bio, produits au niveau local ou encore de saison mais aussi vérifier les allergènes entrant dans la composition des plats. Les menus des accueils de loisirs, servis pendant les vacances, sont également disponibles. «Qui dit miam !» fait partie des applications retenues par Toulouse Métropole pour une expérimentation réalisée dans le cadre de sa démarche Smart City, qui vise, grâce aux nouvelles technologies, à mettre à disposition des citoyens des services qui leur facilitent le quotidien. Elle a d'ailleurs été réalisée en collaboration avec les services concernés de la ville et de la métropole. L'application, qui est en test durant toute l'année scolaire, est téléchargeable gratuitement sur les plateformes Apple Store et GooglePlay jusqu'au 1er juillet 2016. disponibles !

 

Un blog pour la qualité alimentaire

Manifestement «excédée» par les plats servis à son enfant, élève dans une école élémentaire proche du quartier des Carmes à Toulouse et qui mange quotidiennement à la cantine, une maman a carrément créé un blog sur internet baptisé «qualite-cantines-toulouse.com». On y trouve des témoignages, dont les comptes-rendus des actions menées par Christine Chabanette, qui est à l'initiative de cet espace de paroles qui milite «pour une meilleure qualité de la restauration dans les écoles du primaire». Toulouse compte 201 écoles (maternelles et élémentaires) où tous les parents ne montent pas au créneau contre les plateaux-repas distribués par la Cuisine centrale. Martine Susset, conseillère municipale de la ville de Toulouse, déléguée à l'environnement, la régie agricole et la restauration, l'assure tout de go : «C'est rare que les parents se plaignent de la qualité des repas dans les cantines des écoles toulousaines. Il y a en effet un petit groupe très actif à Toulouse. Ce sont des personnes que nous avons reçues trois fois déjà, y compris en présence de Marion Lalane de Laubadère (adjointe aux affaires scolaires, N.D.L.R.) et que nous avons invitées à la commission d'élaboration des menus qui se tient, chaque mois, à la Cuisine centrale. Tout est fait dans la transparence».

 

D'autres écoles dans le mouvement

Pour autant, certains parents d'élèves n'en démordent pas. Mme Chabanette confie avoir le soutien «des écoles élémentaires Fabre, Guilhermy, Michelet, Lucie Aubrac, Port Garaud et l'ALAPE (association de parents d'élèves qui représente les écoles de Lalande et Jean Monnet) sont dans le mouvement». Purée de pommes de terre «trop liquide», petits pois «très farineux», qualité des œufs, la mère d'élève n'épargne pas beaucoup la Cuisine centrale qui concède quelques progrès à faire, dans une récente enquête de satisfaction réalisée au printemps 2015. «Pour rappel, 2 806 questionnaires ont été analysés issus de 111 écoles sur les 201 existantes, soit 10 % des enfants inscrits à la cantine, répond la Cuisine centrale. Globalement les enfants aiment manger à la cantine : seulement 13 % ont répondu non, sans que nous en connaissions les raisons qui peuvent être tout autre que le contenu de l'assiette. Par contre, 29 % des répondants ont jugé que les plats manquaient de goût, notamment les légumes, nous allons donc travailler à améliorer ce point en essayant de nouveaux assaisonnements».

Claire Raynaud et Gérald Camier

Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus :

Absolom Design

@AbsolomDesign 

#webagency spécialisée dans les solutions #internet Editrice de #logiciels d'encaissement et de gestion de points de vente #connectes #caissethetic #quiditmam

absolom.fr


33 rue du pastel
31120 LACROIX-FALGARDE
0 979 940 779



Aurelien Clauzel 

@aurelienclauzel  Entrepreneur #Toulousain Développeur Web #PHP #jQuery #ZendFramework #Linux #System #Database #Mobile #Application @AbsolomDesign

mymenus.fr

more...
Jacques Le Bris's curator insight, January 9, 3:47 AM

En savoir plus :

Absolom Design

@AbsolomDesign 

#webagency spécialisée dans les solutions #internet Editrice de #logiciels d'encaissement et de gestion de points de vente #connectes #caissethetic #quiditmam

absolom.fr


33 rue du pastel
31120 LACROIX-FALGARDE
0 979 940 779



Aurelien Clauzel 

@aurelienclauzel  Entrepreneur #Toulousain Développeur Web #PHP #jQuery #ZendFramework #Linux #System #Database #Mobile #Application @AbsolomDesign

mymenus.fr

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

« Le Quai des Savoirs sera le bâtiment totem du numérique à Toulouse »

« Le Quai des Savoirs sera le bâtiment totem du numérique à Toulouse » | Toulouse networks | Scoop.it

Entretien avec Philippe Coste, Directeur délégué de la French Tech Toulouse, sur les grands rendez-vous à retenir pour 2016.

 

Philippe Coste, quels seront les points forts déjà connus de 2016 pour la French Tech Toulouse ?
On peut se focaliser sur quatre rendez-vous majeurs. Le premier est le déploiement du bâtiment totem de la French Tech Toulouse, coeur du numérique toulousain le Quai des Savoirs qui hébergera le bureau French Tech, la Mêlée*, la Cantine, le Laboratoire des Usages…

Le second est le lancement d’un nouveau site Internet pour la French Tech Toulouse, qui sera déployé par les équipes de Toulouse Métropole d’ici le printemps. Le troisième est le renforcement des actions de la French Tech Toulouse à l’étranger, sachant que c’est également une priorité pour la French Tech au niveau national. De nouveaux « French Tech Hubs » vont voir le jour en plus de ceux qui a déjà été créés à New-York, Tokyo et Tel Aviv.

Le quatrième enfin est la déclinaison à Toulouse du « French Tech Ticket », qui permet à des entrepreneurs étrangers de développer leur projet dans les accélérateurs locaux. Ce dispositif sera lancé en septembre 2016 et les premiers startupers devraient être accueillis dès janvier 2017. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que Toulouse reste en attente de la confirmation de son label « French Tech » pour l’année 2016. Les rencontres avec la mission French Tech nationale à ce sujet ont eu lieu fin 2015 et la réponse devrait intervenir d’ici fin janvier. Nous sommes raisonnablement optimistes.

Quatre startups toulousaines ont obtenu le Pass French Tech en 2015** : combien l’obtiendront en 2016 ?

Personne ne peut donner un chiffre précis aujourd’hui et l’objectif n’est pas d’atteindre un quota. Pour obtenir le Pass French Tech et accéder aux aides et aux services induits, il faut répondre à des critères très exigeants, ce qui explique que seules une soixantaine de startups en France l’aient obtenu. Etant donné la richesse de l’écosystème du numérique dans l’agglomération toulousaine, on peut simplement espérer qu’il y en ait autant qu’en 2015. Potentiellement, une dizaine de startups locales pourraient atteindre le niveau d’exigences du cahier des charges du Pass French Tech.

La nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées compte deux métropoles labellisées French Tech, Montpellier et Toulouse, ce qui n’est le cas qu’en Rhône-Alpes-Auvergne avec Grenoble et Lyon. Cela va-t-il changer ?

Tout d’abord, il est faux de penser que cette situation est exceptionnelle. La deuxième vague de labellisation « French Tech », mi-2015, a d’ailleurs montré que les métropoles régionales pouvaient s’associer en « territoires » pour s’associer à la démarche. C’est notamment le cas en Bretagne, en Normandie ou en Lorraine. Depuis la création de la French Tech, tout démontre la pertinence d’avoir choisi de miser sur un réseau d’écosystèmes du numérique plutôt que sur une seule grande métropole. Dans ce contexte, si la question est de savoir si la French Tech Montpellier et la French Tech Toulouse vont être fusionnées, la réponse est que ce n’est pas au programme. Si la question est de savoir si les deux structures doivent collaborer, la réponse est oui et il faut préciser qu’elles le font déjà depuis des mois. Les échanges vont certainement s’intensifier et être plus fréquentes que les réunions de l’ensemble des métropoles French Tech, qui ont pour l’instant lieu tous les deux mois.
Propos recueillis par Pascal Boiron, MID e-news


Jacques Le Bris's insight:

* Ndlr : en l’occurrence, l’association La Mêlée est porteuse des dispositifs de la Cantine Toulouse et du Laboratoire des Usages.

** Delair-Tech, Adveez, Audiogaming et MyFeelBack.


P.S. :
Outre son rôle de directeur délégué de la French Tech Toulouse, Philippe Coste est responsable du développement du réseau des écoles Epitech, qui compte actuellement douze implantations en France et qui devrait ouvrir dans trois métropoles européennes en 2016


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Yahoo dit adieu à Screen, son service vidéo

Yahoo dit adieu à Screen, son service vidéo | Toulouse networks | Scoop.it

C’est le clap de fin pour Yahoo Screen qui n’a jamais vraiment réussi à décoller après deux ans d’existence. Yahoo Screen peinant à s’affirmer dans le paysage et s’attirer les grâces des vidéonautes, même après avoir reçu la reconnaissance éternelle des fans de la série Community, sauvée suite à son annulation par NBC

Le service proposait tout aussi bien des vidéos professionnelles de partenaires que le premier livestream NFL sur un saison mais aussi les clips du Saturday Night Live et quelques programmes originaux. L’idée est désormais de transférer ces vidéos vers les magazines numériques de Yahoo.

Pour les observateurs, cette fermeture est une nouvelle preuve de la fin de règne de Marissa Mayer, qui faisait de la vidéo l’un de ses secteurs prioritaires et n’aura pas réussi à convaincre.

Le groupe accusait d’ailleurs des pertes sur les original series (Sin City et Other Spaces notamment) en 2015, elles ont généré un trou de 42 millions de dollars. Ces séries originales seront disponibles sur Yahoo TV.

Yahoo Screen, avait été lancé en septembre 2013 avec plus de 1 000 heures de contenus.

more...
No comment yet.