Toulouse networks
Follow
Find tag "Réseau_social"
30.8K views | +40 today
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

8 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les réseaux sociaux de la Ville de Toulouse

8 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les réseaux sociaux de la Ville de Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it

#1 Twitter


Avec 77.000 abonnés, Toulouse est la 2ème ville de France en terme d’abonnés sur Twitter. Après Paris mais devant Bordeaux.

 

#2 Facebook


Alors que 60% de nos fans sont des femmes, 18% d’entre eux ont plus de 54 ans. Qui a dit que les réseaux sociaux étaient un phénomène de la jeune génération ?

 

#3 Instagram


C’est à l’occasion de la 1ère édition de Futurapolis que la Ville a ouvert son compte Instagram.

 

#4 Pic d’audience


L’évènement drainant le plus d’intéractions, de likes, de commentaires, de retweets et de snaps est le 14 juillet 2014 avec le concert sur la prairie des filtres et le feu d’artifice. Rendez-vous le 14 Juillet 2015 !

 

#5 Snapchat


1ère ville de France à se lancer sur Snapchat, nous avons aujourd’hui plus d’interactions sur ce réseau social d’images (éphémères) que sur Instagram : nos story sont davantage vues que nos clichés sur Instagram.

 

#6 Bernard Aïach, Didier Cousy, Joachim Hocine, Frédéric Maligne et Patrice Nin


Vous voyez régulièrement ces noms sur nos réseaux sociaux dont Facebook, Twitter et Instagram. Ces 5 photographes sont à l’œuvre pour illustrer la plupart de nos publications sur les réseaux sociaux.

 

#7 Des idées de sorties pour le week-end


Chaque fin de semaine sur nos réseaux sociaux, vous pouvez retrouver la sélection de 10 ( et parfois plus !) idées du week-end proposée par Cultures Toulouse. Spectacles, sorties, balade, vide-grenier, expo…

Suivez le guide.

 

#8 La mairie de Toulouse et Toulouse Métropole ne forment qu’un


Derrière les deux collectivités se cache en réalité une seule équipe et un seul et même Community Manager.


Jacques Le Bris's insight:


J'ajouterai une # 9e  : Toulouse n'est plus sur G+ !

more...
Taupiac Marie's curator insight, March 30, 4:10 PM

#Toulouse est la 2ème ville de France en terme d’abonnés sur #Twitter ! 

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse « like » les réseaux sociaux

Toulouse « like » les réseaux sociaux | Toulouse networks | Scoop.it

On vous emmène faire un tour sur les réseaux sociaux, à la découverte de la vie digitale des Toulousains. Prêt ? Tweetez…


Par Delphine Russeil

Avant, quand on voulait connaître les derniers potins de la Ville rose, on se rendait sur le marché, dans le café du quartier, chez le boucher ou le boulanger. Mais ça, c’était avant…

Désormais, la vie toulousaine s’étale là, sous vos yeux, d’un petit glissement de doigt sur vos écrans tactiles. Petite balade virtuelle dans le Toulouse 2.0.

Toulouse, 2e ville sur Twitter

Avec bientôt 66 000 abonnés à son profil Twitter (@Toulouse) créé en juillet 2009, la Ville rose est la 2e ville de France la plus influente sur le réseau social au petit oiseau, selon en classement de l’Institut Edgar Quinet. C’est trois fois plus que son compte Facebook (22 600 mentions « J’aime»).

Une façon simple et efficace pour les administrateurs de la cité de rendre visible leurs actions et de communiquer au quotidien avec les Toulousains.

Dans la même lignée, il n’est donc pas étonnant de trouver un compte Twitter dédié à Toulouse Métropole (@TlseMetropole), avec plus de 11 300 followers. Plus insolite et encore peu suivi (moins de 600 abonnés), le compte des Archives de Toulouse (@ToulouseArchive) gagne à être connu… et à mettre en lien avec @UrbanHist_Tlse, compte Twitter d’Urban-Hist, qui n’est autre que la carte interactive du patrimoine toulousain réalisée par les Archives municipales.

Les musées, stars de Twitter

À Toulouse, ceux qui ont particulièrement bien saisi l’impact des réseaux sociaux pour leur activité, ce sont les musées. Et les Toulousains le leur rendent bien, en particulier sur Twitter.

Le Muséum d’Histoire naturelle est ainsi le 1er musée toulousain en termes d’audience avec quasiment 20 000 followers, ce qui le place 17e du Top 40 des musées de France.

Twitter du Muséum de Toulouse

Autre figurant toulousain de ce classement, Les Abattoirs (23e) avec 14 600 abonnés. Avec ses 3 350 followers, le musée des Antiques Saint-Raymond (MSR) se place bien loin derrière, en 39e position mais toujours devant les Augustins, aux portes du classement.

Déjà une belle performance pour le MSR compte tenu de la taille du musée, qu’il doit à sa politique offensive sur les réseaux sociaux : livetweets, concours photos, création de personnages antiques virtuels… L’équipe du MSR fourmille d’idée pour booster sa notoriété.

« Notre présence sur les réseaux sociaux est fondamentale, car ils nous permettent de pallier des moyens de communication restreints et de porter l’image du musée au quotidien. Facebook et Twitter sont aussi d’extraordinaires outils de médiation et ils permettent de créer une interactivité avec les gens », nous expliquait récemment Lydia Mouysset, chargée des publics au musée Saint-Raymond.

Un point d’accroche qui fonctionne puisqu’une enquête a révélé que les participants à certains livetweets du MSR ne seraient pas venus voir les expositions sans cette démarche 2.0.

Fan de…

Les réseaux sociaux sont donc le moyen de toucher directement le Toulousain lambda. Et cela, les personnalités de la Ville rose l’ont bien compris. À commencer par le maire Jean-Luc Moudenc, qui collectionne près de 4 600 followers sur Twitter et plus de 9 000 sur Facebook.

Mais ce sont surtout les rugbymen des Rouge et Noir qui profitent le plus de l’effet « Fan de… » des réseaux sociaux. Sur Twitter, outre le compte officiel du Stade Toulousain (137 000 abonnés), Luke McAlister (124 000), Vincent Clerc (235 000) ou Maxime Médard (119 000) font carton plein.

Twitter Stade Toulousain

Dans une moindre mesure, le handballeur toulousain des Fenix Jerôme Fernandez compile 35 600 followers.

Malgré son club en Ligue 1, Toulouse prouve une fois de plus qu’elle n’est pas ville de football, puisque le TFC compte tout juste 1 500 abonnés.

La cote des artistes toulousains peut également se mesurer en « like », mais on constate là un fossé selon les générations : 1 300 abonnés Twitter et 44 600 sur Facebook pour les incontournables Zebda contre, déjà, 14 000 sur Twitter et 85 300 sur Facebook pour les minots du rap Big Flo & Oli !

Sur Facebook, on revendique

Côté Facebook, la plupart des lieux de sorties toulousains (restaurants, bars, boutiques, salles de spectacle…) possèdent leur propre page, ayant bien compris qu’elle était pour eux une vitrine gratuite afin d’améliorer la visibilité et attirer la clientèle.

Mais les citoyens toulousains se sont également emparés de Facebook pour faire valoir leurs revendications. Depuis septembre dernier, une page « Stop au harcèlement – Toulouse » s’est ainsi créée pour permettre aux victimes de harcèlement de rue de témoigner publiquement et dénoncer ces agressions. Cinq mois plus tard, elle est suivie par 3 300 personnes.

Enfin, en décembre, une page « Toulouse, ville morte ? », suivie par 4 300 personnes, a été mise en ligne par un groupe de commerçants et d’acteurs de la ville « contre la transformation de Toulouse en ville-dortoir », peut-on lire.

___________________

Ça « blog » à Toulouse !

Phénomène généralisé depuis les années 2000, les blogs ont évidemment trouvé un écho à Toulouse, où une petite communauté s’est créée.

Certains Toulousains, comme le dessinateur Romain Pujol, s’en sont servis comme tremplin. Son blog Dailyrium lui a entre autres ouvert les portes de la série BD Les Lapins Crétins.

Des blogueuses se sont aussi associées autour de la communauté SoBlogueuses. Réunies grâce à un site web et des comptes Twitter et Facebook, elles organisent régulièrement des événements pour se rencontrer et échanger leurs idées.

Si beaucoup de blogs réalisés par des Toulousains portent sur des thématiques généralistes sans attaches avec la vie locale, quelques-uns vous donnent cependant leur vision du quotidien dans la Ville rose.

C’est le cas notamment de Hello’Toulouse, qui partage ses bons plans sorties, d’Enflammée et son carnet de chroniques gourmandes ou encore le tumblr To.Looose. Your.Mind, consacré à la photo N & B.

Enfin, nos politiques locaux ont longtemps usé de blogs pour faire passer leurs idées, comme Jean-Luc Moudenc (UMP), Philippe Goirand (EELV), Joël Carreiras (PS) ou encore François Briançon (PS), mais certains sont tombés en désuétude au profit… des réseaux sociaux !

Jacques Le Bris's insight:


Inutile de vous rappeler

- mon agenda perpétuel toulousain :

http://jacques-le-bris.over-blog.com/pages/Agenda_Toulousain-8260429.html#haut


- mon twittoscope toulousain :

http://jacques-le-bris.over-blog.com/pages/Le_Twittoscope_Toulousain-2195967.html#Bonjour


- mon  Toulouse d'aujourd'hui et de demain

http://jacques-le-bris.over-blog.com/article-ce-jour-matin-soir-soiree-nuit-ville-rose-violette-demain-aujourd-hui-a-toulouse-115871077.html#Bonjour


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Deux Toulousains lancent un réseau social dédié aux chaussures

Deux Toulousains lancent un réseau social dédié aux chaussures | Toulouse networks | Scoop.it

Jean et Simon Gout, les cocréateurs de KissMyShoe.

 

Lancée par deux Toulousains, KissMyShoe est une plateforme dédiée exclusivement à l'univers de la chaussure, qui se doublera dès le mois de décembre d'une application souhaitant s'imposer comme le réseau social de cet accessoire.

Jean et Simon Gout, deux frères toulousains, ont lancé au tout début de l’année 2014 KissMyShoe, un site web dédié exclusivement à l’univers de la chaussure et à ses aficionadas. Leur plateforme propose en effet des informations sur son univers et son actualité, mais aussi une partie shopping. Leur cœur de cible est la citadine branchée et connectée âgée de 18 à 35 ans.

Si le positionnement de l’entreprise a de quoi surprendre, les deux chefs d’entreprise se réfèrent aux chiffres pour expliquer leur choix : « La France est le premier pays d’Europe pour la chaussure et une femme en achète en moyenne sept paires par an. » Ils s’appuient également sur le succès d’une startup sud-américaine à l’activité similaire, qui compte déjà plusieurs millions d’utilisateurs.

Un partenariat avec les leaders de la vente en ligne

Le modèle économique de la société repose pour le moment sur l’affiliation. Les deux créateurs ont noué des partenariats avec les principaux acteurs de la vente de chaussures en ligne (Zalendo, Sarenza, etc.), soit une vingtaine de plateformes qui leur reversent une commission sur chaque vente effectuée via Kissmyshoe.
Mais Simon et Jean Gout n’entendent pas en rester là : le site va se doubler prochainement d’une application gratuite pour smartphones iOS et Android, un véritable réseau social de la chaussure. « Elle permettra aux passionnées de chaussures de partager leurs shoesing (dressing de chaussures, NDLR), d’échanger sur le passion, de livrer des bons plans, ou de suivre les profils les plus intéressants », détaillent-ils.

Au cours de l’année 2015, les deux créateurs devraient mener leur première levée de fonds afin de travailler à la version deux de l’application qui comptera notamment un service de géolocalisation des boutiques, notamment locales, qui commercialisent les chaussures présentées sur les différentes plateformes. L’entreprise est aujourd’hui installée au premier étage de la Cantine de Toulouse dans son nouvel accélérateur. KissMyShoe présentera d’ailleurs son projet au forum JobsTIC ce jeudi 6 novembre à la Cantine afin de trouver une collaboratrice spécialisée dans la mode et la communication.
Agnès Frémiot


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment prospecter via les réseaux sociaux ?

Comment prospecter via les réseaux sociaux ? | Toulouse networks | Scoop.it


Viadéo et LinkedIn sont aujourd'hui les compagnons indispensables du chercheur d'emploi. Ils lui permettent en effet de nouer facilement un réseau professionnel et de prospecter le marché caché.

 


Peut-on désormais se dispenser des réseaux sociaux quand on est en recherche d’emploi ? La réponse est sans appel pour les spécialistes : non ! « Ils sont indispensables, obligatoires, nécessaires et vitaux », estime ainsi Xavier Héry, responsable du cabinet Tholosia RH. 90% des recruteurs les utilisent ou s’en inspirent. « Lors d’un processus de recrutement, ils iront forcément jeter un œil au profil du candidat afin de faire connaissance avec lui et de vérifier son parcours et sa cohérence. » Bernard Martinez, consultant formateur en webmarketing et auteur du blog Emploi 2.0 confirme : « Il faut laisser une trace numérique professionnelle. Le recruteur ne peut pas tomber que sur la page Facebook du candidat. Il peut s’agir d’un profil sur un réseau professionnel, d’un CV en ligne, ou même d’un blog. »

Mais au-delà de ça, il s’agit d’un outil formidable pour entrer en relation facilement avec de potentiels employeurs. « Il s’agira d’abord de mettre en avant son profil ou son intérêt pour l’entreprise, de présenter une candidature spontanée, et dans un deuxième temps de demander des informations ou des conseils et de se faire remarquer », détaille Xavier Héry. Si les chiffres n’indiquent pas une poussée des recrutements via les réseaux professionnels, ils permettent cependant de prospecter le marché caché, « d’entrer en contact avec des chefs d’entreprises ou des DRH et de créer l’opportunité », note Bernard Martinez

Photo et mises à jour sont nécessaires

Être présent sur les réseaux sociaux est donc vital, mais encore faut-il l’être bien. Il convient ainsi de mettre son profil à jour, mais aussi de le faire vivre. Xavier Héry conseille d’y « passer trente minutes par jour pour actualiser son profil, réagir, et avoir des interactions avec ses contacts ». Bernard Martinez, lui, met en avant « la régularité », même en cas de reprise d’activité. Car, comme partout ailleurs, le réseau s’entretient. A l’inverse, il n’est pas nécessaire d’indiquer que vous êtes en recherche d’emploi. « Le met-on sur un CV ? Il ne s’agit pas de le cacher, mais ce n’est pas un élément pertinent dans un profil », souligne le consultant.

La photo est également rigoureusement indispensable. Valorisante, elle doit surtout être la même sur tous les réseaux, y compris Facebook. « D’ailleurs je préconise la création de deux pages Facebook, une pour la famille et les amis, avec un pseudonyme, et l’autre réservée aux interactions professionnelles, afin de bien gérer sa e-réputation et son e-image », conseille Xavier Héry, qui incite aussi les candidats à s’impliquer et « à donner avant de recevoir ». « Je conseille d’importer sur les réseaux professionnels tous vos contacts afin de créer un lien supplémentaire avec eux, tout en gardant à l’esprit que les contacts de vos contacts vous voient ce qui peut créer un effet de niveau 2 et élargir encore votre cercle », conclut Bernard Martinez.
Agnès Frémiot

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Google ferme Orkut, son tout premier réseau social

Google ferme Orkut, son tout premier réseau social | Toulouse networks | Scoop.it

Dix ans et puis s'en va. Google a décidé de fermer le 30 septembre prochain son tout premier réseau social, Orkut, né la même année que Facebook. S'il n'a pas rencontré le succès de son concurrent direct (100 millions d'utilisateurs contre 1,2 milliard), il était cependant populaire dans certains pays comme l'Inde ou le Brésil. Le site avait été créé par Orkut Büyükkökten, un étudiant turc de l'université de Stanford, qui avait été embauché dans la foulée.

Google+ reste seul

Google explique sa décision par le succès de ses autres plateformes sociales : "au cours de la dernière décennie, YouTube, Blogger et Google+ ont décollé, avec des communautés qui ont émergé dans chaque coin du monde. Puisque la croissance de ces communautés a dépassé celle d'Orkut, nous avons décidé de dire adieu à ce dernier. Nous concentrerons désormais notre énergie et nos ressources à rendre ces plateformes sociales aussi formidables que possible pour tous ceux qui les utilisent."

Google promet que les utilisateurs pourront télécharger une archive contenant tous leurs contenus, à la manière de ce que proposent déjà Facebook et Twitter. L'outil TakeOut permettra même d'exporter son profil vers d'autres plateformes, par exemple Google+.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La stratégie de Viadeo pour résister au tsunami LinkedIn

La stratégie de Viadeo pour résister au tsunami LinkedIn | Toulouse networks | Scoop.it
L'introduction en Bourse du réseau social professionnel français va notamment lui servir à se développer en Chine et en Russie où il est présent mais peine à tirer des revenus.


C'est l'histoire d'un duel à distance qui dure depuis une décennie. D'un côté, il y a LinkedIn, le réseau social professionnel américain à qui tout réussi. En avril dernier, il franchissait la barre des 300 millions de membres, dont plus de la moitié hors de ses terres natales. Le leader mondial du secteur affiche aussi un chiffre d'affaires impressionnant : près de 1,5 milliard de dollars en 2013. De l'autre côté, nous avons le français Viadeo, qui fait presque figure de "petit poucet", malgré ses 60 millions de membres à travers le monde et ses 30 millions d'euros de chiffre d'affaires. Les deux réseaux ont pourtant la même ancienneté: LinkedIn a été lancé en 2003, Viadeo en 2004. A l'heure où ce dernier se lance en Bourse pour lever des fonds, quelle est sa stratégie face au géant américain ?

La réponse tient en un mot : la différenciation. Tandis que LinkedIn s'imposait tranquillement aux Etats-Unis et dans de nombreux pays développés, Viadeo s'est très tôt internationalisé, tout en conservant sa forte base européenne, vers les pays émergents, avec une approche multi-locale. "J'aime bien l'exemple de la carte de visite", raconte ainsi Dan Serfaty, cofondateur et PDG de Viadeo. "En Chine, on donne sa carte de visite avec les deux mains, aux Etats-Unis on la jette sur la table, et en France on l'oublie souvent". Autrement dit, les cultures de management et l'univers du monde du travail peuvent être très différents d'un pays à l'autre.


Sa recette pour recruter des membres

Viadeo tente donc de se démarquer en adaptant sa plateforme aux spécificités de chaque pays. Le réseau social, via sa filiale Tianji acquise en 2008, a par exemple introduit les "profils vérifiés" dans l'empire du Milieu. Une fonctionnalité qui n'existe pas ailleurs. Il y a en effet un vrai problème de confiance envers les données fournies par les utilisateurs en Chine. Les managers se méfient. Afin de les rassurer, chaque ligne du profil peut être validée par l'un de ses contacts, si possible étant passé par la même école ou la même entreprise. Les profils les plus fiables obtiennent ainsi le plus d'étoiles. Depuis novembre, 400.000 évaluations professionnelles de ce type ont été enregistrées.

En Russie, Viadeo a ouvert une antenne fin 2011 avec un important groupe de média russe : Sanoma Independant Media, qui dispose d'un portefeuille d'une cinquantaine de titres (dont le Cosmopolitan local) et emploie 1.100 personnes. En Afrique, le groupe s'est surtout développé dans les pays francophones que les Français connaissent le mieux. Partout, Viadeo tente de nouer des partenariats avec des acteurs locaux du marché du travail.

Jusqu'ici, cette stratégie s'est révélée efficace… pour recruter des utilisateurs. En France, Viadeo est leader du secteur avec 9 millions de membres. En Chine, il caracole aussi en tête avec 20 millions de membres. Le réseau social professionnel s'est également imposé en Afrique francophone (3 millions de membres) et en Russie (1 million de membres).

Presqu'aucun revenu hors de France

Pourtant, tout n'est pas rose. A l'heure actuelle, 95% des revenus du groupe proviennent de la France, alors que l'Hexagone ne représente que 15% des membres du réseau social ! Autre sujet d'inquiétude, les recettes par utilisateur. Elles culminent pour le moment à 50 centimes par membre et par an en moyenne, soit sept fois moins que son principal concurrent LinkedIn. Sur ce sujet, Viadeo répond qu'il devait d'abord s'implanter et disposer d'une certaine masse critique. La phase de monétisation vient à peine de commencer en Chine. Celle-ci ne reposera cependant pas sur les abonnements payants pour les particuliers mais sur les offres aux professionnels du recrutement et aux publicitaires.

Enfin Viadeo compte capitaliser sur l'avance qu'il a prise en ce qui concerne les données accumulées dans les pays émergents et leur exploitation. Ce qu'on appelle aussi le big data. Une levée de fonds de 24 millions d'euros en 2012 a permis de refondre la plateforme technologique. L'introduction en Bourse qui a été annoncée ce mercredi 18 juin, doit permettre de récolter de 35 à 46,3 millions d'euros supplémentaires. Cet argent frais servira en priorité (70% des fonds) à renforcer les équipes commerciales en France et en Chine. Le reste sera investi dans la plateforme.

Pas sûr cependant que ce soit suffisant pour barrer la route à l'ogre LinkedIn. Ce dernier grignote des parts de marché partout, y compris en France. Il a aussi décidé d'accélérer dans les pays émergents, en particulier en Chine. Alors qu'il était présent dans le pays depuis dix ans, il a lancé en février une version de son site en mandarin. Et il revendique déjà plus de 4 millions d'inscrits en Chine.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le réseau social Weibo vise une valorisation de 3,5 milliards de dollars

Le réseau social Weibo vise une valorisation de 3,5 milliards de dollars | Toulouse networks | Scoop.it

Ne l’appelez plus Sina Weibo, mais simplement Weibo, un mix de Twitter et Facebook. Comme ses ainés Weibo souhaite s’introduire sur le Nasdaq et lever 500 millions de dollars pour une valorisation d’environ 3,5 milliards de dollars.

Cette introduction boursière va permettre à Weibo de refinancer sa dette. Un accord avec Alibaba devrait permettre à ce dernier de monter au capital de la société à des conditions préférentielles. Alibaba pourrait detenir 30% de Weibo (18% actuellement).

Suite à cette IPO, Weibo souhaite investir dans son infrastructure, et l’offre produit.

Sina Weibo a été créé en 1999 et a reçu un investissement en 2013 de 586 millions de dollars de la part d’Alibaba, et un accord commercial portant sur la publicité de pres de 380 millions sur 3 ans afin de permettre à Alibaba de faire connaitre ses offres aux utilisateurs de Weibo. La société privilégie le social commerce dans la monétisation de ses services.

Weibo comptait à fin décembre 2013 129 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, dont 61,4 millions l’utilisent quotidiennement, 2,8 milliards de messages mensuels (2,2 milliards contiennent une photo, 81,7 millions une video, et 21,5 millions de la musique)

Weibo a enregistré 188,3 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2013, et des pertes de 38,1 millions, en baisse de 63% par rapport à 2012.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le français Viadeo peut-il résister à l'américain LinkedIn?

Le français Viadeo peut-il résister à l'américain LinkedIn? | Toulouse networks | Scoop.it

Dernièrement, LinkedIn a décidé d'abaisser de 18 ans à 13 ans, l'âge d'inscription sur son site. Une initiative qui surprend et qui n'a pas échappé à son grand rival Viadeo qui préfère, pour le moment "rester focalisé sur les personnes qui sont déjà sur le marché de l'emploi".

 

Course à la taille, aux partenaires, à l'innovation : l'affrontement entre LinkedIn et Viadeo dure depuis de nombreuses années aux quatre coins du globe. Mais sur le marché des réseaux sociaux professionnels, y a-t-il de la place pour deux géants de ce type ? Ou ce duopole peut-il être brisé par l'arrivée d'autres concurrents ?

Ce sont les deux poids lourds du marché des réseaux sociaux professionnels et, pourtant, on ne peut pas vraiment les classer dans la même catégorie.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Réseaux sociaux au bureau et relations au travail : Le gap des générations

Réseaux sociaux au bureau et relations au travail : Le gap des générations | Toulouse networks | Scoop.it

Une étude menée aux Etats-Unis par Millennial branding pour le compte d’American express révèle un fossé persistant entre les Managers et la génération Y notamment sur la question de l’utilisation des réseaux sociaux au travail.

La question des réseaux sociaux au travail 54% des managers pensent que leurs employés devraient avoir le droit de consulter leurs profils sociaux au bureau contre 69% des membres de la génération Y.

Ils sont seulement 16% pour les managers et 17% pour les membres de la génération Y à considérer que l’utilisation des réseaux sociaux pour des conversations professionnelles est important ou très important.

 

Amis pas Amis sur les réseaux sociaux ?

Seuls 14% des managers se sentent à l’aise pour devenir amis de leurs employés sur les réseaux sociaux contre 24% des membres de la génération Y.

Une proportion qui passe à 24% pour les Managers et 32% pour les membres de la génération Y sur Linkedin.

Parallèlement 38% des membres de la génération Y se sentent à l’aise dans les introductions sur les réseaux sociaux contre 19% des managers.

 

Manager et Millennials : un regard générationnel contrasté

Si les membres de la génération Y s’accordent à reconnaitre que leurs manager apportent Expérience à 59% et sagesse à 41%. Le regard des managers sur la génération Y est plus contrasté, ils estiment en effet que leurs employés ont des attentes irréalistes en termes de rémunération (51%) éthique de travail (47%) et qu’ils sont souvent distraits (46%).

 

Les critères de promotions

61% des managers et 65% des membres de la génération Y s’accordent à reconnaitre que les compétences générales et comportementales (Soft Skills) constituent le premier critère important en terme de promotion, devant l’expertise. Les trois compétences les plus valorisées par les managers sont à 87% la capacité de prioritiser, à 86% l’attitude positive et à 85% les qualités de travail en équipe.

 

Entreprenariat et évolution

Autre enseignement de l’étude 73% des managers sont prêts à favoriser une évolution de leurs employés dans la société et 58% à faciliter leurs ambitions entrepreneuriales. Côté génération Y seuls 48% souhaitent évoluer dans la société et 40% dans l’entreprenariat.

 

Plus de Mentoring

Une forte majorité des la génération Y exprime des besoins en terme de mentorat. Ils sont ainsi 53% à indiquer qu’un programme de mentoring les aiderait à être meilleurs et plus productifs dans leur travail.

 

Les moyens de communications préférés

Pour 66% des managers et 62% des représentants de la génération Y les réunions face à face sont le meilleur moyen de communiquer, devant l’email pour 26% des managers et 25% des membres de la génération Y.

 

Devenir Manager

Combien de temps pour devenir manager ?

L’appréciation diffère entre les générations.

75% des managers estiment qu’il faut quatre ans avant d’occuper la fonction (66% pour la génération Y).

32% des managers interrogés estiment même qu’il faut 8 ans pour être promu manger contre 27% pour les millennials.

 

L’appréciation des diplômes

43% des managers considèrent les diplômes sont un avantage voire un pré requis (10%). Côté millennials, ils sont beaucoup pus valorisés 60% les considèrent comme un avantage et 22% comme un pré-requis.

 

Conclusion de Dan Schawbel auteur de l’étude et CEO de Millennial Branding “La génération Y est cruciale pour le développement et la croissance de l’économie, pourtant les managers en ont une impression négative ce qui crée des drames au bureau. Les managers devraient être clairs sur leurs attentes, les assister dans leurs carrières et les aider à développer les compétences dont ils auront besoin aujourd’hui et à l’avenir”.

more...
Evoluo's curator insight, January 1, 4:51 AM

About generation @ work and NWOW

Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

7 bonnes raisons d’utiliser LinkedIn pour développer votre business

7 bonnes raisons d’utiliser LinkedIn pour développer votre business | Toulouse networks | Scoop.it

LinkedIn, Facebook, Twitter… Ces dernières années, les réseaux sociaux se sont très largement répandus sur la Toile. Le monde de l’entreprise n’y a pas échappé.

Groupe de discussion, page Fan ou page Entreprise… tant les Grands Comptes que les PME ont compris tout l’intérêt qu’ils avaient à être présents sur les réseaux sociaux, et qu’il leur était possible de créer des relations privilégiées avec leurs clients, fournisseurs ou partenaires en gageant sur l’effet de viralité de la diffusion de leur message.

C’est pourquoi aujourd’hui, une stratégie de communication efficace passe inévitablement par l’intégration des réseaux sociaux.

Comme toute entreprise innovante, votre objectif est de parfaire votre notoriété et votre crédibilité pour in fine, accroître vos ventes. Pour y parvenir, passer par la case “réseaux sociaux” est inévitable. Si vous ne deviez n’en choisir qu’un seul, nous vous dirions de miser sur LinkedIn. Bien sûr, il ne faudra pas pour autant négliger les autres médias sociaux, également sources de profit. Mais si le temps ou les ressources humaines vous manquent, mieux vaut se concentrer sur un seul de ces médias plutôt que s’éparpiller sur plusieurs, sans être actif sur aucun d’entre eux.

Alors pourquoi privilégier LinkedIn pour le développement de vos affaires ? Outre le fait que le coût d’une politique 2.0 soit pour ainsi dire quasi nulle, quels sont les bénéfices réels que vous retirerez d’une présence sur LinkedIn ?

Notre réponse en 7 points.

Jacques Le Bris's insight:

Raison n°1 : vos processus de notoriété et de visibilité sont accélérés
Raison n°2 : LinkedIn est un véritable vivier d’informations
Raison n°3 : un excellent moyen pour trouver de nouveaux clients
Raison n°4 : votre communauté dédiée
Raison n°5 : le trafic vers votre site web augmente
Raison n°6 : vos Relations Presse sont boostées
Raison n°7 : un “vivier social” qui regorge de CV de qualité

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Infographie] Quel média social utiliser et comment ?

[Infographie] Quel média social utiliser et comment ? | Toulouse networks | Scoop.it

Voici une infographie présentant divers médias sociaux qui vous guidera dans le choix de la plateforme la plus adaptée à vos besoins, selon vos objectifs (référencement naturel, engagement) et vos cibles, ainsi que les habiletés nécessaires à la mise en oeuvre de vos actions de communication. 

Évidemment, ce n’est qu’un début, mais il peut être intéressant d’avoir un comparatif pour apprécier les spécificités de chaque média social avant d’amorcer sa réflexion.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La mairie scrute de près les réseaux sociaux

La mairie scrute de près les réseaux sociaux | Toulouse networks | Scoop.it

La ville de Toulouse est la première à consulter l'avis des internautes à partir des données publiques publiées sur les réseaux sociaux. Retour sur les nouvelles enquêtes d'opinion.

La ville mesure l'opinion à partir des données des internautes. «Les réseaux sociaux sont explorés par nos équipes», confie Erwane Monthubert, conseillère municipale déléguée aux Technologies de l'Informatique et de la Communication (TIC).

La population toulousaine est omniprésente sur les réseaux sociaux. Avec 22 000 abonnés au compte twitter de la Mairie, Toulouse monte sur la troisième marche du podium des villes les plus suivies en France. Nouvel espace pour la promotion de la liberté d'expression, le web répertorie nombre de ressentis, mécontentements ou félicitations. C'est pourquoi, la Ville rose a décidé de consulter les données publiques des Toulousains publiées sur la toile.

Aidé par la complémentarité des technologies Apicube et IBM Social Media Analytics, la mairie est désormais apte à mesurer l'opinion des internautes toulousains. «L'enquête s'est faite auprès de 1,6 million de documents publics, tirés de blog, Facebook ou Twitter, sur une période d'un an, de février 2 012 à février 2 013», explique Erwane Monthubert.

L'application Apicube a sélectionné les sujets comme le sport, la santé, la propreté et bien d'autres. Suite à l'écrémage par le logiciel Apicube, 100 000 données ont été mises en exergue, pour ensuite être traitées par l'application IBM, jugeant de la positivité ou négativité de l'opinion. À l'inverse des instituts de sondage, «c'est une méthode d'analyse qualitative» précise la conseillère municipale, un outil mesurant la température ambiante.

L'essai semble être un succès. «Pour la campagne autour du défi propreté appliqué à 500 rues toulousaines, nous avons relevé une forte satisfaction pour les résidants concernés. Toutefois, nous avons noté le mécontentement des gens hors du champ, qui n'étaient pas concernés par le plan, nous permettant ainsi de pointer une incompréhension au sein de la population». Alors, bien plus qu'un outil d'analyse, l'observation des données informatiques des Toulousains permet «d'améliorer la réactivité de la mairie, et nous permet de répondre aux réelles attentes des citadins», se félicite Erwane Monthubert. Suite à ces résultats, le système sera commercialisé dans d'autres agglomérations de France.

Jacques Le Bris's insight:

Le chiffre : 1,6

Millions > de données. C'est le nombre de documents publics triés par les applications Apicube et IBM Social Media Analytics.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Panorama des médias sociaux 2013

Panorama des médias sociaux 2013 | Toulouse networks | Scoop.it

Comme chaque année depuis maintenant 5 ans, je vous propose un panorama des médias sociaux (voir les éditions 2008, 2009, 2011 et 2012). Je pense ne rien vous apprendre en disant que les médias sociaux font maintenant partie du quotidien des internautes, des marques, des organisations et des médias (journalistes, célébrités, personnalités politiques…). Considérées avec un certain dédain à leurs débuts, des plateformes comme Wikipedia ou Twitter ont complètement modifié notre façon de consommer et d’interagir avec l’information. Des services comme YouTube ou Facebook ont également transformé de façon irrémédiable notre façon de nous divertir. Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez à quel point les médias sociaux ont bouleversé l’internet. En résumé : le web est les médias sociaux et les médias sociaux sont le web.

Ceci étant dit, ce résumé ne traduit pas convenablement les innombrables évolutions des ces plateformes et des usages qu’elles engendrent. Si les grands acteurs sont toujours plus ou moins les mêmes (État des lieux des médias sociaux en 2012), les médias sociaux sont un territoire d’expression et d’interactions en perpétuelle évolution. Si l’année 2012 a été l’année de la concentration (marquée par les rachats d’Instagram et de Posterous), l’année 2013 sera celle de la diversification avec l’émergence de nombreux nouveaux acteurs, notamment sur les terminaux mobiles. Je vous propose dans un premier temps de faire le point sur les évolutions et les tendances.

Quelles tendances pour 2013 ?

Comme cela a été dit plus haut, les médias sociaux sont un écosystème en perpétuelle évolution : des services se créent, d’autres disparaissent et la plupart se transforment. Le schéma ci-dessous illustre bien cette évolution.

(...)

Jacques Le Bris's insight:

Les grands perdants de l’année dernière sont les suivants :

- Disparition de grosses plateformes comme Posterous ou Netlog, le premier ayant été racheté puis fermé par Twitter, le second n’ayant pas tout à fait réussi son repositionnement est maintenant quasiment à l’abandon ;

- Mise en retrait des jeux sociaux, dont le leader historique subit une crise de croissance (Facebook et Zynga s’éloignent à mesure que les jeux sociaux gagnent en maturité) ;

- Perte d’intérêt pour les services de géolocalisation comme Foursquare, dont les utilisateurs se sont visiblement lassés ;

- Des usages de social commerce qui font long-feu (cf. Est-ce la fin du social commerce ?).

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

#SocialMedia : 2014, une année charnière dans le développement de Viadeo

#SocialMedia : 2014, une année charnière dans le développement de Viadeo | Toulouse networks | Scoop.it

Viadeo se positionne comme le premier réseau social professionnel en France, mais également en Chine. Une estimation basée sur le nombre de membres inscrits sur sa plate-forme, comparé au nombre d’inscrits publiés par ses deux principaux concurrents cotés sur leurs sites Internet respectifs pour les principaux marchés sur lesquels ils opèrent. Retour sur l’année 2014, année charnière dans le développement de la marque, dont le chiffre d’affaires sera communiqué le 12 février 2015.

Si certaines rumeurs circulent sur les résultats de Viadeo depuis quelques mois, la marque vient de communiquer sur un certain nombre d’indicateurs positifs, qui ont eu lieu depuis son introduction en bourse. Une opération ayant d’ailleurs bénéficié de la participation d’actionnaires de référence dont notamment Bpifrance, Idinvest et Ventech, et a permis à la société lancée en juin 2004 par Dan Serfaty et Thierry Lunati, de renforcer ses fonds propres à hauteur de 32,7 M€ dont 22 M€ d’augmentation de capital et 10,7 M€ liés à la conversion d’obligations convertibles.

6 millions de nouveaux membres en 9 mois

Sur les 9 premiers mois de l’année 2014, Viadeo a recruté 6 millions de nouveaux membres. Une forte attractivité qui provient essentiellement de la Chine (4,6 millions) et aussi de la France (660 000) sur la période de janvier à septembre 2014. Au total, Viadeo revendique une position de leader en France avec 9 millions de membres et en Chine avec 25 millions.

Viadeo en 2014, c’est aussi une forte activité depuis les terminaux mobiles. En effet, plus de 51% des connexions au réseau social ont été enregistrées en juillet en provenance soit de l’interface mobile, soit de l’application dédiée. Une tendance renforcée par l’arrivée de 2 personnes à des postes clés (Julien Simon au poste de Chief Technology Officer et à la nomination de Matthieu Grosselin en tant que Chief Mobile Officer), et qui ont notamment poussé les offres d’emploi et le display à travers le canal mobile.

 

Les facturations des services de recrutements et de formations ont à ce titre augmenté de 15% en 2014, en comparaison avec les résultats 2013, tandis que le carnet de commandes de la publicité en ligne a explosé de 68%, par rapport à 2013. Viadeo aurait-il trouvé un autre business model que celui des comptes Premium ?

Sur le marché des réseaux sociaux professionnels, Viadeo reste tout de même loin du géant américain Linkedin qui annonce 332 millions de membres dans le monde entier, quand le français communique sur 65 millions. Au niveau des priorités, Viadeo voit la Chine comme un axe majeur de développement et de création de valeur. Cependant, le groupe étudie actuellement l’opportunité de faire entrer un partenaire local au sein du capital de sa filiale Tianji.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ Nuit des Réseaux 2014 : le film

Ajoutée le 21 janv. 2015

Organisée par la Mêlée au Centre de Congrès Pierre Baudis, la Nuit des Réseaux 2014 a réuni plus de 40 associations professionnelles de Midi-Pyrénées et près de 900 participants. Retour en images.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Let, le réseau social qui fait trembler Facebook

Let, le réseau social qui fait trembler Facebook | Toulouse networks | Scoop.it

Let, c’est le nouveau réseau social en vogue, qui cible principalement les ados avec un baseline plutôt aguicheur: You create Stars.

Difficile de se démarquer des autres quand son fil d’actualité Facebook ou Twitter regorge de photos et vidéos plus ou moins originales. C’est là-dessus que rebondit Let, le réseau social qui fera de vous une star du web. Mais ce message est-il suffisant pour détrôner les irréductibles Facebook et Twitter?

Comment faire le buzz avec Let?

Si Let se vante de faire de ses utilisateurs de véritables maître du buzz, ce n’est pas innocent. Let a été conçu de manière à identifier automatiquement les éléments susceptibles d’alimenter le web. Qu’il s’agisse de vidéos, musiques, textes ou photos, Let va les mettre en évidence pour attirer le regard des utilisateurs.

 

Si le « like » n’existe pas sur Let, les internautes peuvent attribuer une « Star » au contenu posté, qui le fera monter auprès de la communauté. En somme, plus on alimente son fil d’actualité avec un contenu pertinent, plus on monte dans le classement des stars du web.

Un couteau suisse parmi les réseaux sociaux

Les concepteurs de Let ont été plutôt malins en piochant chez les réseaux sociaux les plus connus les fonctionnalités les plus appréciées.

Une page de profil similaire à celle de Facebook, un système de following comme sur Twitter, des hashtags, du tchat et même un bouton d’appareil photo semblable à celui de Snapchat. En bref, pourquoi aller sur d’autres réseaux sociaux quand il y a tout sur Let?

Les ados, premiers addicts

Tout comme (feu) Foursquare, Let repose sur un système de gamification qui rend très vite addict. Actuellement, sur sa version beta, Let compte 75% de filles de 13 à 18 ans parmi ses utilisateurs.

Mais ses concepteurs ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Même si Let est une application française, elle est basée pour le moment à San Francisco et n’est pas encore disponible ailleurs. Elle dispose néanmoins de subsides importants qui la feront bientôt apparaître sur les plateformes d’Apple et Google en Europe, en français, anglais, espagnol et portugais. Patience, donc.

Et vous, que pensez-vous du concept de Let? Facebook a-t-il raison de s’inquiéter?

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook, Google+, Twitter, Pinterest, and Instagram - Perfecting Your Social Media Profiles - #infographic

Facebook, Google+, Twitter, Pinterest, and Instagram - Perfecting Your Social Media Profiles - #infographic | Toulouse networks | Scoop.it
"These days, your social profile is like your second face. It’s the identity tag for everything you do and everyone you encounter in the online world. Whether you’re trying to run a business, plan an event, promote a passion project, or just make friends, a finely-tuned social profile is the cornerstone of this endeavor."
So the big question is what are the elements of a perfect social media profile?
To give you the answer, tollfreeforwarding created an infographic that will serve as your guide to perfecting your Facebook, Google Plus, Twitter, Instagram, Pinterest, and Instagram profile.

Here are some key highlights:

How to Make a Great Google+ Profile.

Profile name: Pick a profile name as close to your business or website name as possible. When you have at least 10 followers, you'll be able to create a custom URL based on your profile name.

Profile Picture: Your profile picture will show across the web, so be sure it;s professional and recognizable! Perfect image size: 250 x 250 px.

Cover Photo: Perfect size for Google+ header is up to 2120 x 1192 px. Take advantage of the large space! Choose picture that relates to your business or your industry. You can even use animated GIFs as a cover photo.

People: Be sure to enable "show people who have added you to their circles", which will impress people who visit your page.

Work:
Occupation: Keep it short - a sentence or two about what you do and where you work.
Skills: Don;t be shy! Everything you are good at (or want to be seen as good at) should be listed here. Use at least 5 strong keywords.
Employment: Highlight your career history, providing 2-3 sentences per job.

Education: Listing your education will further highlight your history, and allow Google+ to search for more people you may know.

Contact Info: Always include contact information! Even if it's only an email address, list the source you check most frequently so people can contact you easily.

Story:
Tagline: Use 10 words or less to describe yourself, and include keywords!
Introduction: You can be as brief or lengthy as you like, but you want to make sure your introduction is engaging and lets people know what you're about.

Bragging rights: Exactly what the title says: Got something to brag about? Include it here as text or links.

Places: Listing your zip code will include a map of where you're located - and where you've been - on your page. While not a necessity for a strong Google+ profile, the more information you've, the more valid your profile will appear.

Basic info: Most of this will be auto filled when you create your account, but you can choose how much personal information you want to display to your circles.

Links:
Other profiles: Got any other profiles? Blogs Websites? Add them to improve your visibility across multiple platforms.

Contributor to:Any other site or blog your write for should be linked to their "about me" page here to authenticate your authorship. Links: These can include recent blog posts, featured publications, whatever you think represents you well. Show them off!

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Google Orkut : le réseau social que vous ne connaissiez pas ferme ses portes

Google Orkut : le réseau social que vous ne connaissiez pas ferme ses portes | Toulouse networks | Scoop.it


Google ne connaît pas que des succès

Il y a autant d’employés Google que de projets potentiels qui peuvent se transformer en produit Google pour le public. En effet, chez Google, 20% du temps de travail peut être consacré au développement d’un projet personnel, sans rapport avec son travail. Ces projets personnels sont à l’origine de très gros succès de Google, mais aussi d’un nombre important de flops.


Orkut fait partie des projets atypiques, que l’on peut pas définir comme un flop ou un  succès, car Orkut a fait un carton, mais dans un seul pays : le Brésil. Orkut est un réseau social, qui lors de son lancement il y a 10 ans, ressemblait beaucoup à Facebook.

Google Orkut, star brésilienne

Si Orkut est quasiment inconnu chez nous, il a bien fonctionné au Brésil, en Turquie et en Inde, pour atteindre 100 millions d’utilisateurs actifs au plus fort de sa carrière, en 2011 !

Toutefois, le créateur de Orkut a depuis quitté Google, et le projet qu’il avait développé sur son temps personnel ne semble plus avoir les faveurs des têtes pensantes de la stratégie chez Google. Malgré ce succès relatif, mais qui demeurait trop localisé, Google a décidé de fermer Orkut, qui rejoindra Google Waves, Google Reader et les autres projets déjà oublié du géant de la recherche…

Jacques Le Bris's insight:

Orkut will be officially shut down on September 30, 2014 and new Orkut accounts cannot be created anymore.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment Viadeo veut conquérir le monde

Face au réseau social professionnel américain, le groupe français tente de conforter son avance sur ces marchés phares. Son introduction en Bourse devrait permettre de booster son développement. Explications avec son cofondateur, Dan Serfaty.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Community Management Conseils: Se construire une présence sur Google + avant qu'il ne soit trop tard

Community Management Conseils: Se construire une présence sur Google + avant qu'il ne soit trop tard | Toulouse networks | Scoop.it

Tout le monde utilise Google. Depuis la recherche jusqu'à Google Map, de Google Earth aux Google Docs, Gmail, Gtalk puis Hangout, YouTube, Android, Google Play et le navigateur Chrome. Toute personne sur Internet a sûrement utilisé un produit Google au moins une fois dans sa vie.Pourtant, des agences de communication, des sites webs spécialisés nouveaux médias, ou des professionnels en marketing s'obstinent à dire que Google + est un désert. Dans les faits, Google + possède 300 millions d'utilisateurs actifs dans le monde (chiffres datant d'Octobre), dont 5.3 millions en France, ce qui en fait la troisième plateforme sociale la plus utilisée en France après Facebook et YouTube, et devant Twitter.Depuis quelques semaines, même si cela a été remarqué par d'autres bien avant, les professionnels des réseaux sociaux se rendent compte d'une baisse de reach sur Facebook et cherchent par tous les moyens à y faire face.Il est donc temps de penser à une alternative : pourquoi ne pas passer sur Google + ? Dés les débuts de ce réseau, Google a toujours laisser sous entendre que Google + finirait par être connecté à tous ses services. Après Google Play, la recherche Google, Blogger, YouTube et enfin récemment GMail, ce n'est pas une surprise pour les personnes qui suivent de très près l'actualité de Google. Tous les services de Google seront intégrés progressivement à Google +. Le point fort est donc Google : la recherche est désormais étroitement liée à Google +.
Quand un utilisateur cherche des informations sur Internet, il y a de fortes chances pour qu'il utilise Google. Les posts Google + étant référencés très rapidement, une personne connectée sur son compte Gmail aura en priorité des résultats qui ont été "+1" par ses contacts, et aussi les liens de posts partagés sur ce réseau social. Les résultats sont donc encore plus proches de l'information que l'on recherche, sachant qu'une personne en qui on a confiance nous recommande un résultat en particulier.Si vous possédez une page sur Google Plus mise à jour régulièrement, vous pourrez même avoir une surprise dans les résultats de recherche :

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Top 10 des plus grosses rumeurs du web social

Le Top 10 des plus grosses rumeurs du web social | Toulouse networks | Scoop.it

2 oct 2013   //   par Atchik-Services   

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. » L’adage attribué à Francis Bacon expose l’intérêt principal de l’utilisation de la rumeur, et plus particulièrement lorsque l’on rentre dans le débat politique. Décrédibiliser un adversaire sur le terrain des on-dit : la pratique est courante et remonte aux origines mêmes de la vie publique, à tel point que Pascal Froissard en parle comme du « plus vieux média du monde ».

 

C’est inévitable : dès lors qu’il y a conversation, et a fortiori quand la source de l’information peut rester floue, il y a matière à rumeurs. Et puisque le web social réunit toutes ces conditions, les commentaires en ligne constituent le terreau idéal à la propagation des fausses informations, régulièrement arrosées par leurs instigateurs ou de simples internautes qui, en toute bonne foi, relaient le message.

[…]
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pinterest, l’importance et l’inutilité de son utilisation en France

Pinterest, l’importance et l’inutilité de son utilisation en France | Toulouse networks | Scoop.it

Pour parler de Pinterest dans un contexte Français, nous avons essayé de donner deux visions.

 

La première portera sur l’importance de son utilisation et est écrite par Alexia, et l’autre partie sur l’explication du faible intérêt d’y avoir sa marque ou son commerce, écrite par Laura.(...)

Jacques Le Bris's insight:

La majorité des Français interrogés ne semblent pour le moment pas être touchés par la folie Pinterest et déclarent ne pas avoir l’intention de s’y inscrire.
Un échantillon de personnes a été intérrogé par mingle Trend :
- 53% des Français ne sont pas intéressés par Pinterest
- 23% trouvent le concept inutile et 53% ne sont pas intéressés
- seulement 3% des 20-29 ans sont déjà sur Pinterest
- les 15-19 ans (36%) et les 50-59 ans (25%) ont dans l’optique de devenir membres.
- les 50-59 ans mais aussi les 30-49 ans sont eux 7% à penser s’y inscrire. (source: http://mingle-trend.respondi.com/fr/21_03_2012/pinterest-interet-france-sondage/)

(...)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Présentation de Newmanity

Le réseau social de celles et ceux qui aspirent à une société plus humaine, plus écologique et plus responsable.
Jacques Le Bris's insight:

http://www.newmanity.com/?i=53201bafaa

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les créateurs du réseau social toulousain : «Un réel succès»

Les créateurs du réseau social toulousain : «Un réel succès» | Toulouse networks | Scoop.it
Le tout dernier réseau social s'appelle Neventy, et il est Toulousain.

Huit jeunes entrepreneurs de la Ville rose ont lancé, mercredi, un concept inédit : celui d'un réseau social d'événements géolocalisés…

En temps réel !

Jacques Le Bris's insight:

L'outil est en ligne (site web) dans sa version «bêta» jusqu'au 18 mai, jour du lancement de la version corrigée.

https://neventy.fr/index.html

 

Nous espérons recueillir le plus d'avis possible pour perfectionner son développement.

Viendront très vite l'appli iPhone, l'appli Androïd, puis Windows Phone d'ici juin prochain.

Nous avons l'ambition de l'étendre, à terme, au sportif et au culturel, pour qu'elle devienne incontournable sur les sorties à Toulouse.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Réseaux sociaux : LinkedIn devient le 1er réseau social professionnel en France

Réseaux sociaux : LinkedIn devient le 1er réseau social professionnel en France | Toulouse networks | Scoop.it
LinkedIn, Viadeo... les réseaux sociaux professionnels ont le vent en poupe ! Ces outils peuvent très efficaces pour créer des partenariats ou vendre en BtoB.

 

Vous connaissez Facebook et Twitter ? Si vous souhaitez toucher des professionnels (fournisseurs, clients en B to B, partenaires….), vous avez tout intérêt à être présent sur les réseaux sociaux spécialisés dans le BtoB.

Dans ce domaine, les deux leaders du secteur sont LinkedIn et Viadeo. Déjà n°1 à l’échelle mondiale, LinkedIn vient de réussir à détrôner son principal concurrent.

 

LinkedIn en chiffres

 

Le réseau américain cumule les records :

plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois en France (3,7 millions sur Viadeo)200 millions de membres et 160 millions de visiteurs uniques par mois à l’échelle mondiale2 nouvelles inscriptions par seconde+ 13 millions de membres depuis le mois de novembre 2012

L’inscription reste gratuite et donc également accessible aux créateurs et aux dirigeants de TPE.

Quelques conseils avant de vous lancer

Vous avez envie de profiter de la large audience de LinkedIn pour promouvoir votre entreprise, valoriser votre expertise et prospecter de nouveaux contacts ?

Quelques précautions s’imposent :

1) Élaborez une stratégie globale pour votre entreprise

Votre présence sur ce réseau doit non seulement répondre à un réel besoin mais elle doit aussi vous permettre d’atteindre des objectifs ciblés.  Il faut donc éviter de donner de votre entreprise une image d’amateurisme en cumulant les erreurs et les imprécisions.

2) Prévoir les ressources adéquates (temps, réactivité…)

Sur LinkedIn, vous pouvez fédérer une véritable communauté autour de votre entreprise. Mais si vous voulez interagir efficacement avec vos contacts (notamment vos clients), vous devrez dégager du temps sur votre planning pour être réactif.

De même, à partir du moment où vous encouragez l’échange et la participation, vous devez déterminer clairement les contours de votre stratégie de communication. Par exemple, si un client mécontent vient s’exprimer sur le groupe que vous venez de créer, vous devez pouvoir apporter immédiatement une réponse appropriée.  N’oubliez pas que les autres membres du groupe pourront également suivre vos échanges !

3) Utiliser progressivement les différentes fonctionnalités

Au départ, contentez-vous d’ouvrir un compte, de remplir votre profil,  et positionnez-vous en observateur. Que font vos concurrents ? Vos partenaires ? Vos clients potentiels?

Avant de créer un groupe ou de prospecter, assurez-vous de bien maîtriser les outils que vous allez utiliser. Là encore, il est préférable d’évoluer progressivement sur un réseau social (a fortiori lorsqu’il est BtoB) plutôt que de risquer de nuire à votre image de marque.

more...
No comment yet.