Toulouse networks
Follow
Find tag "Facebook"
26.5K views | +2 today
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook ne veut plus que les « stups » américains utilisent des faux comptes

Facebook ne veut plus que les « stups » américains utilisent des faux comptes | Toulouse networks | Scoop.it
Nul n'est censé outrepasser les conditions générales d'utilisation (CGU) de Facebook, pas même la DEA, l'agence fédérale de lutte antidrogue américaine. Les agents des « stups » ont pu en prendre note après l'envoi par Facebook, vendredi 17 octobre, d'une lettre qui leur demandait officiellement d'arrêter d'utiliser de faux profils dans le cadre de leurs enquêtes.

Le texte, signé de la main de Joe Sullivan, le responsable de la sécurité au sein de Facebook, estime que ces actions « menacent l'intégrité » de la communauté, rappelant que son principe est de « partager et interagir en utilisant sa véritable identité ». « Une valeur qui différencie Facebook des autres services du Web. » La création et l'utilisation de faux comptes sont par ailleurs prohibées dans les CGU, le règlement intérieur de la plateforme et la bible des administrateurs du site.

Lire aussi : Facebook précise ses conditions de modération

Cette ire de Facebook tire son origine de la plainte d'une New-Yorkaise contre la DEA, après qu'elle se fut rendu compte que l'agence avait utilisé son identité sur Facebook, comme l'a révélé BuzzFeed.

En 2010, Sondra Arquiett a été arrêtée et condamnée pour possession de cocaïne. Mais aussi suspectée de participer à un réseau. Pendant l'enquête et en attente de son procès, la jeune femme, qui n'est pas utilisatrice du réseau social, apprend qu'un compte Facebook a été créé à son nom et à son insu. Au clavier de celui-ci, un agent de la DEA qui espère ferrer de plus gros suspects et piéger des relations de la jeune femme.

Publier des photos aguichantes

Le policier ne lésine pas pour façonner un compte crédible. Il publie notamment des photos de Sondra récupérées sur le téléphone de l'inculpée. Sur celles-ci, la jeune femme pose, vêtue de tenues moulantes, sur le capot d'une BMW, parfois en sous-vêtements. Un cliché la montre en compagnie de son fils et de sa nièce, de très jeunes enfants.

Jusqu'à la publication de l'article de Buzzfeed, au début d'octobre, le faux profil était encore en ligne et consultable.

Selon le Washington Post, le porte-parole du ministère de la justice, Brian Fallon, aurait déclaré, avec prudence, après la publication de l'affaire dans les médias américains, que « les responsables examin[ai]ent à la fois l'incident en question et la pratique générale ». Dans un premier temps, la justice avait donné tort à Sondra Arquiett. La police ne nie pas les faits mais considère que celle-ci a implicitement donné son accord en permettant l'accès à ces photos lors de la saisie de son portable.

Des règles sévères

Une révision du procès aurait été demandée la semaine dernière, selon France Info. La prise de position publique de Facebook pourrait faire pencher la balance de la justice. L'entreprise a toujours eu des règles sévères en ce qui concerne les faux profils, y compris à des fins de police et de justice. En 2012, Joe Sullivan tenait des propos similaires sur ces mêmes pratiques. A la même époque, Facebook reconnaissait que 8,7 % des inscriptions étaient des faux comptes. La ligne du réseau social a évolué il y a peu, avec une autorisation, sous certaines conditions, d'utiliser un pseudonyme.

Pauline Croquet

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Facebook des riches... c'est déjà Facebook

Le Facebook des riches... c'est déjà Facebook | Toulouse networks | Scoop.it
A l'heure où les réseaux sociaux de riches refont surface, une étude de Facebook montre que le site touche déjà près d'une personne aisée sur deux en France.

 


A Small World, Best of All Worlds et maintenant Netropolitan… Les réseaux sociaux réservés aux happy few ont le vent en poupe. L'idée est loin d'être nouvelle mais elle semble toujours autant séduire les investisseurs et les médias. Pourtant, le Facebook des riches existe déjà et il s'appelle… Facebook. C'est en tout cas le message que veut faire passer le réseau social en rendant public ce jeudi 16 octobre une étude sur ses utilisateurs français les mieux lotis.

Oubliez l'image de jeunes branchés mais fauchés qui collait à la peau des utilisateurs de Facebook au lancement du site. Certes, le public reste un peu plus jeune (38 ans en moyenne) que la population, selon cette enquête* Ipsos MediaCT consacrée à l'Hexagone. Mais il s'est considérablement élargi. Aujourd'hui, 65% des internautes français ont déjà utilisé Facebook, 56% d'entre eux Youtube et 13% Twitter. Mieux : 51% des internautes hexagonaux se connectent chaque jour au réseau social, contre 19% sur Youtube et seulement 6% sur Twitter.

"Facebook est le reflet de la population", résume Benjamin Lequertier, directeur marketing de Facebook France. Le réseau social attire de plus en plus de monde et, surtout, de tous les milieux. Sur les 7 millions de personnes aisées en France, le réseau parvient à en capter 3,3 millions, soit 47% de cette catégorie de la population. Par personne aisée, Ipsos entend ici les 13% de Français affichant les plus hauts revenus. Chaque jour, ce sont même 2,4 millions de ces internautes disposant de confortables ressources qui consultent leur fil d'actualité, dont près de 900.000 femmes de plus de 35 ans. Des profils très recherchés par les grandes marques de luxe.

Facebook loin devant Canal + et Vanity Fair

Là encore, les aficionados de Facebook sont moins âgés (les plus de 45 ans sont sous-représentés) que le public aisé moyen. Cette cible est également plus féminisée. Le public aisé de Facebook compte 48% de femmes contre 45% chez la population aisée moyenne. Il est enfin légèrement plus urbain et diplômé.

Facebook se veut en tout cas l'un des médias rassemblant la plus large part de cette tranche de la population. Le réseau social estime qu'il touche en effet 40% de personnes aisées de plus que Canal +, 60% de plus que Le Monde ou encore 540% de plus que Vanity Fair.

Les plus riches sont une cible de choix pour les annonceurs que Facebook tente d'attirer. L'étude d'Ipsos révèle que les personnes aisées sur Facebook ont 24% de plus de chances de voir les publicités que les autres utilisateurs et 40% de chances en plus d'acheter un produit après avoir vu une réclame sur Facebook. Ce qui est sans doute lié à leur fort pouvoir d'achat et à leur tendance à être plus actifs sur les réseaux sociaux.

Enfin, ils ont 75% de plus de chances qu'un utilisateur lambda d'acheter un produit après une publication ou le commentaire d'un de leurs amis. "D'où l'importance du contexte social autour de la publicité. C'est très efficace en termes d'incitation d'achat et de mémorisation de la marque", analyse Benjamin Lequertier. Lorqu'un de vos proches "like" une page, vous le voyez en effet sur la publicité correspondante de la marque. Sans parler des effets de mode ou d'entraînement, ce qui fait immanquablement penser à des initiatives comme "Rich Kids of Instagram".

Autre argument de poids : les utilisateurs aisés de Facebook ont tendance à dépenser davantage que la population aisée moyenne. Leurs achats sont par exemple 30% plus importants dans les cosmétiques premium (plus de 75 euros par produit). Ils dépensent aussi 30% de plus dans les chaussures de luxe (plus de 500 euros) ou 33% de plus dans les costumes ou les robes à plus de 1.000 euros.

 L'échec des réseaux sociaux de riches

La sortie de cette étude n'est certainement pas innocente à l'heure où les réseaux sociaux de riches refont surface. En septembre, James Touchi-Peters, ancien chef d'orchestre de l'orchestre philharmonique du Minnesota, a lancé Netropolitan. Plus qu'un réseau social, il s'agit en fait d'un club privé en ligne très sélect où l'on cultive l'entre soi. L'inscription coûte 9.000 dollars (environ 7.000 euros) et l'abonnement annuel 3.000 dollars. De quoi décourager la plupart des internautes.

En 2012, un ancien banquier de Lehman Brothers, Erik Wachtmeister, avait créé Best of All Worlds. Cette fois, le réseau social fonctionne sur le principe de la cooptation, avec un premier cercle d'invités triés sur le volet. Best of All Worlds revendique aujourd'hui 36.000 membres, sans que l'on en sache vraiment plus sur la viabilité de son modèle économique.

Avec ce site, Erik Wachtmeister tenait à ne pas reproduire les mêmes erreurs qu'avec A Small World, un autre réseau pour les personnes fortunées qu'il avait fondé en 2004. La première mouture du site s'était concentrée sur la publicité, au point d'agacer ses utilisateurs. En parallèle, racheté par le producteur de cinéma Harvey Weinstein, le site avait vu son nombre d'inscrits exploser pour atteindre jusqu'à 850.000 membres. Ce qui dénotait quelque peu avec l'esprit élitiste du projet… Depuis, le site a été repris par le Suisse Patrick Liotard-Vogt, même pas la trentaine, héritier d'une famille longtemps aux manettes de Nestlé. A Small World a été relancé une énième fois cet été, avec un nouveau concept : un abonnement annuel de 80 euros pour un site sans publicité. A Small World se veut désormais un club de voyage et d'art de vivre. Cet exemple montre à quel point ces réseaux sociaux destinées aux gens fortunés peinent à trouver un modèle pérenne. Pas de quoi faire trembler Facebook pour le moment.  

 

*Enquête menée par Ipsos en ligne auprès de 1.557 répondants âgés de 18 ans et plus en août 2014. L'échantillon est représentatif (par âge, sexe, région et statut professionnel) de la population des internautes français.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook, Google+, Twitter, Pinterest, and Instagram - Perfecting Your Social Media Profiles - #infographic

Facebook, Google+, Twitter, Pinterest, and Instagram - Perfecting Your Social Media Profiles - #infographic | Toulouse networks | Scoop.it
"These days, your social profile is like your second face. It’s the identity tag for everything you do and everyone you encounter in the online world. Whether you’re trying to run a business, plan an event, promote a passion project, or just make friends, a finely-tuned social profile is the cornerstone of this endeavor."
So the big question is what are the elements of a perfect social media profile?
To give you the answer, tollfreeforwarding created an infographic that will serve as your guide to perfecting your Facebook, Google Plus, Twitter, Instagram, Pinterest, and Instagram profile.

Here are some key highlights:

How to Make a Great Google+ Profile.

Profile name: Pick a profile name as close to your business or website name as possible. When you have at least 10 followers, you'll be able to create a custom URL based on your profile name.

Profile Picture: Your profile picture will show across the web, so be sure it;s professional and recognizable! Perfect image size: 250 x 250 px.

Cover Photo: Perfect size for Google+ header is up to 2120 x 1192 px. Take advantage of the large space! Choose picture that relates to your business or your industry. You can even use animated GIFs as a cover photo.

People: Be sure to enable "show people who have added you to their circles", which will impress people who visit your page.

Work:
Occupation: Keep it short - a sentence or two about what you do and where you work.
Skills: Don;t be shy! Everything you are good at (or want to be seen as good at) should be listed here. Use at least 5 strong keywords.
Employment: Highlight your career history, providing 2-3 sentences per job.

Education: Listing your education will further highlight your history, and allow Google+ to search for more people you may know.

Contact Info: Always include contact information! Even if it's only an email address, list the source you check most frequently so people can contact you easily.

Story:
Tagline: Use 10 words or less to describe yourself, and include keywords!
Introduction: You can be as brief or lengthy as you like, but you want to make sure your introduction is engaging and lets people know what you're about.

Bragging rights: Exactly what the title says: Got something to brag about? Include it here as text or links.

Places: Listing your zip code will include a map of where you're located - and where you've been - on your page. While not a necessity for a strong Google+ profile, the more information you've, the more valid your profile will appear.

Basic info: Most of this will be auto filled when you create your account, but you can choose how much personal information you want to display to your circles.

Links:
Other profiles: Got any other profiles? Blogs Websites? Add them to improve your visibility across multiple platforms.

Contributor to:Any other site or blog your write for should be linked to their "about me" page here to authenticate your authorship. Links: These can include recent blog posts, featured publications, whatever you think represents you well. Show them off!

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Post Parfait

Post Parfait | Toulouse networks | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook serait seulement la 12ème entreprise la plus innovante au monde

Facebook serait seulement la 12ème entreprise la plus innovante au monde | Toulouse networks | Scoop.it

L’étude annuelle ”Most Innovative Companies“ menée auprès de 1.500 cadres dirigeants par le Boston Consulting Group est un baromètre de l’innovation dans l’industrie des hi-tech.

https://www.bcgperspectives.com/content/articles/innovation_growth_most_innovative_companies_2013_lessons_from_leaders/

 

Les résultats ont été rendus publics aujourd’hui et, comme l’an dernier, le trio de tête ne change pas; Apple reste en tête et samsung passe devant Google pour la première fois.

Facebook n’est qu’à la 12ème position, derrière des entreprises comme Amazon ou Microsoft. L’étude révèle également que, bien que non classée, la plateforme musicale Spotify fut régulièrement citée.

On notera que la seule entreprise française du top 50 est Renault (48ème position).

Pensez-vous que Facebook ne mérite que la 12ème place ? Pensez-vous que d’autres entreprises françaises auraient leur place dans ce classement ?

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un compteur de fans Facebook que les commerçants peuvent installer en vitrine !

Un compteur de fans Facebook que les commerçants peuvent installer en vitrine ! | Toulouse networks | Scoop.it
Une excellente idée pour matérialiser son nombre de fans !

Avoir des fans Facebook est devenue une véritable obsession pour de nombreuses marques. On en fait même de véritables comparatifs de popularité pour savoir quelle société a la communauté la plus puissante quand d’autres n’hésites plus à recourir aux fans factices pour faire gonfler leurs statistiques. Mais à quoi sert ce culte du chiffre s’il n’est visible que sur internet ?

Smiirl, une start-up français, a eu une superbe idée pour permettre aux commerçants de matérialiser leur communauté Facebook au travers un petit compteur vintage qui va afficher le nombre de fans en temps réel !

Ce compteur est connecté au Wifi et à votre page Facebook et a pour objectif d’inciter les clients ou simple visiteur à liker votre marque… au moins pour le fun de voir le chiffre bouger.

Une première série de 500 compteurs sera produite pour début Novembre 2013 au prix unitaire de 300 euros HT : un bon moyen pour attirer les regards je vous dis !

 

Pour en pré-commander un : cliquez-ici.

http://www.smiirl.com/

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook adding ability to post images in comments

Facebook adding ability to post images in comments | Toulouse networks | Scoop.it
Facebook comment threads are about to get quite a bit more crazy. A new camera button is rolling out that allows users to reply to posts with a picture. It's a simple feature, but it's one that hasn't been available on the social network to date. Facebook hasn't yet officially announced the new functionality, but the company has informed The Verge that the new commenting feature will be rolling out globally today to both the desktop and mobile websites. Users on Facebook's apps will be able to view photo comments, but they will not be able to upload such comments until a later date. In the past, Facebook has included automatically-generated image previews when users post a URL in a comment, but with today's addition the picture is uploaded from your computer to Facebook's servers. The new photo comments add on to recent improvements to Facebook commenting like threaded replies and hashtags, which have been available on competing social networks for some time. It's all good news, except for this one caveat: unlike Google+, animated GIFs are not supported.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le #hashtag de Twitter débarque sur Facebook

Le #hashtag de Twitter débarque sur Facebook | Toulouse networks | Scoop.it
Le réseau social en ligne va ajouter à sa timeline des mots-clés précédés d'un signe dièse ou hashtag, l'une des marques de fabrique de son concurrent Twitter.

 

(...)

 

Il précise que l'introduction des mots-clés est "seulement le premier pas" et que d'autres fonctions seront ajoutées "dans les semaines et mois à venir", comme par exemple la publication des mots-clés les plus populaires, déjà pratiquée par Twitter.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Combien d'utilisateurs de Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, Viadeo et Pinterest en France

Combien d'utilisateurs de Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, Viadeo et Pinterest en France | Toulouse networks | Scoop.it
Découvrez le nombre d'utilisateurs des principaux médias sociaux en France et dans le monde, avec des mises à jour régulières.
Jacques Le Bris's insight:

vous trouverez dans cet article régulièrement mis à jour les données sur le nombre d'utilisateurs dans le monde des principaux médias sociaux, mais aussi des utilisateurs français, des sources utilisées pour vérifier ces chiffres et enfin de la date de leur dernière mise à jour :

Facebook : 1,06 milliard d'utilisateurs actifs dans le monde (Facebook 31/12/12), dont 26 millions de français (Nielsen 13/07/12),

 

YouTube : 1 milliard d'utilisateurs actifs dans le monde (YouTube 20/03/13), dont 25 millions de visiteurs uniques* en France (Médiamétrie 10/04/13),

 

Twitter : 200 millions d'utilisateurs actifs dans le monde (Twitter 18/12/12), dont 5,5 millions de français (ComScore 02/01/13),

 

LinkedIn : 160 millions d'utilisateurs actifs dans le monde (LinkedIn 14/01/13), dont 5 millions de français (LinkedIn 09/04/13),

 

Google+ : 135 millions d'utilisateurs actifs dans le monde (Google 06/12/12), dont 5,5 millions de visiteurs uniques en France* (ComScore 01/07/12),

 

Viadeo : 50 millions de membres** dans le monde (Viadeo 28/03/13), dont 7 millions de membres** en France et 3,8 millions de visiteurs uniques* en France (ComScore 01/07/12),

 

Pinterest : 48,7 millions de membres** dans le monde (ComScore 20/02/13), dont 400 000 visiteurs uniques* en France (ComScore 01/07/2012).

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quel est le point faible de Facebook face à Google Plus ?

Quel est le point faible de Facebook face à Google Plus ? | Toulouse networks | Scoop.it

Depuis que Google+ a été lancé en juin 2011 il se passe rarement une semaine sans que ne fusent ça et là des ricanements se voulant subtils prenant pour cible ce « réseau fantôme », incapable malgré les moyens de Google de venir chatouiller la cheville de Facebook.

 

 Une rivalité réelle

 

Dans les faits, et surtout dans les perspectives, la réalité semble moins manichéenne. Déjà parce que du point de vue des chiffres Google Plus se porte plutôt bien : le cabinet Global Web Index plaçait en décembre 2012 Google Plus en deuxième position derrière Facebook et devant YouTube, avec 343 millions d’utilisateurs actifs (contre 693 millions pour Facebook).

 

Cela signifierait donc qu’en moins de deux ans, Google+ aurait réussi à se construire un socle équivalant à 50% du nombre d’utilisateurs de Facebook. Or Facebook a eu presque 10 ans, dont la plupart de monopole, pour séduire ses propres utilisateurs.

 

Facebook ou la stratégie du citron pressé

 

Facebook a annoncé il y a peu la commercialisation auprès de ses utilisateurs des publications de leurs amis, censée viser notamment les oeuvres de charité, voire des évènements ou des annonces sociales. Avant cela, il y avait eu celle des publications proprement dites, vues désormais par seulement 10 à 20% des fans sans financement. A ce rythme, certains en viennent à se demander si Facebook ne doit pas être rebaptisé « réseau payant » plutôt que « réseau social ».

En ceci Facebook suit pourtant une ligne stratégique simple parce qu’unique : le seul bien commercialisable de Facebook, c’est la visibilité sur Facebook. Son levier, ce sont les données. Lorsque l’utilisateur, professionnel ou non, s’inscrit sur Facebook, il devient un citron qui a vocation à être pressé petit à petit et avec son consentement pour devenir utile à la marque Facebook.

D’où, effectivement, la sensation progressive pour l’utilisateur de se heurter à de plus en plus nombreuses cloisons financières au sein d’un espace qu’il avait cru être construit pour lui, au service de sa liberté d’expression.

 

Google Plus ou la stratégie de la station-service

 

Chez Google (Plus), les impératifs et donc la stratégie ne sont pas les mêmes : Google possédait avant Google+ son propre modèle de développement économique centré autour du moteur de recherche. La commercialisation des campagnes Adwords, pour ne parler que d’elles, avait déjà assuré à la firme un revenu pour le moins substantiel.

La stratégie de Google avec Google+, ce n’est donc pas a priori de  créer un concurrent au modèle économique de Facebook, mais plutôt de créer un réseau social performant et innovant, débarrassé des contraintes financières propres à Facebook, par-là susceptible de recueillir progressivement les déçus de Facebook – et les données qu’ils supposent, bien entendu.

En d’autres termes, il s’agit de la stratégie de la station-service, adoptée par les principales enseignes de la grande distribution depuis des décennies : loin de faire du carburant un produit rentable, ces enseignes en ont fait un produit d’appel et de racolage, partant du postulat (justifié depuis) selon lequel le consommateur venant s’approvisionner en carburant chez elles avait de plus grandes chances d’être séduit par le reste de leurs produits.

Ainsi en est-il de Google Plus : ce réseau social, qui a récemment innové avec succès concernant les communautés Google, développera certainement au cours des années qui viennent de plus en plus de fonctionnalités ergonomiques mises au service de l’utilisateur avec un désintéressement insolent.

Ce désintéressement n’est bien sûr qu’apparent : le but reste d’une part d’exploiter les données de l’utilisateur, et d’autre part de le convertir si possible aux autres produits Google, jusqu’à ce qu’il devienne « rentable ».

Or dans le même temps Facebook devra s’efforcer de presser de plus en plus le citron qui lui sert d’utilisateur (ou vice-versa) sans pour autant le décourager, de manière à conserver d’une part son statut de leader incontesté et son train de vie somptueux.

 

Un duel perdu d’avance par Facebook ?

 

D’un côté, un géant confirmé, Google, dont la marge de manoeuvre tant technique que financière est à ce jour presque illimitée, et dont les impératifs financiers sont nuls quant aux utilisateurs de Google Plus ; de l’autre, un autre géant surdoué, Facebook, dont l’avenir financier passe par la mise à contribution de ses utilisateurs via son unique produit. Décidément, il reste au moins possible de souligner que l’état actuel du rapport de force entre Facebook et Google+ ne semble pas annoncer son issue.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook Behind the News Feed Redesign

Learn more about the thinking behind the new look on Facebook.
Jacques Le Bris's insight:

Sans commentaire...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

How I Hacked Facebook OAuth To Get Full Permission On Any Facebook Account

This flaw fixed by Facebook Security,
Jacques Le Bris's insight:

Gizmodo :

Vous ne savez sans doute pas qui est Nir Goldshlager, en revanche il est tout à fait probable qu’il sache tout de vous. L’homme n’est pas médium mais bel et bien hacker, d’ailleurs il a découvert une faille majeure sur Facebookqui lui a donné un accès illimité à tous les comptes.

C’est toujours dans ces moments qu’on finit par se dire qu’on en raconte  sans doute un peu trop sur le réseau de Zuckerberg.

Cette défaillance de confidentialité provient donc de OAuth, un système qui permet aux développeurs d’accéder à toutes sortes d’informations dès lors que vous cliquez innocemment sur « autoriser ». Cette faille n’est pas si anodine, comme l’explique le hacker :

« J’ai trouvé un moyen d’obtenir toutes les autorisations (Boîte de réception, gérer les pages, gérer les annonces, regarder les photos privées, vidéos, etc) sur le compte de la victime, même sans application installée à l’origine… Même si la victime n’a jamais autorisé d’application sur son Facebook, je pouvais encore obtenir toutes les accréditations »

Le pire ? Le bug fonctionne sur tous les navigateurs ! Facebook a immédiatement résolu le problème… Il n’empêche, on ne peut que se demander ce qui aurait pu advenir si ce hacker n’avait pas dévoilé le pot-aux-roses ou si ses intentions n’étaient finalement pas si louables…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Introducing Graph Search Beta - Facebook Newsroom

Facebook a dévoilé, mardi 15 janvier, un nouveau moteur de recherche interne. Baptisé "Graph Search", ce service n'est pour l'heure disponible qu'en version bêta, pour un nombre limité d'utilisateurs du réseau social, qui revendique un milliard d'usagers. Initialement prévu en anglais, le moteur de recherche devrait être étendu à d'autres langues.

Le principe est de croiser l'ensemble des données liées aux profils des utilisateurs.

(...)

 

Jacques Le Bris's insight:

Déjà, on s'inquiète des résultats problématiques...

 

Et la consultation de ce site laisse pantois, tant l'outil semble faciliter l'obtention d'une somme d'informations considérables à propos d'inconnus - avec des effets pouvant parfois être très dommageables.

Si vous souhaitez par exemple savoir "qui sont les hommes musulmans habitant à Téhéran intéressés par les hommes", et leur lieu de travail : c'est a priori possible.

 

Si vous voulez trouver une liste de "mères de personnes catholiques habitant en Italie et aimant la marque Durex" : il y a des noms.

 

Si vous désirez faire le point sur les "entreprises qui emploient des personnes ayant indiqué sur Facebook qu'elles 'aimaient' le racisme" : la liste existe.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment se déconnecter de Facebook à distance ?

Comment se déconnecter de Facebook à distance ? | Toulouse networks | Scoop.it

Pour certaines personnes Facebook fait partie intégrante de leur vie quotidienne au point qu’elles ne puissent pas concevoir un instant d’être déconnectées du réseau social ni éloignées des turpitudes de leurs amis virtuels. Elles se connectent donc tout le temps et à toutes occasions, en toutes circonstances ; rien ne vient endiguer cette frénésie : sur l’ordinateur familial, sur leur smartphone, leur tablette, à la maison, chez des voisins ou des amis, en famille, au travail, en déplacement…
N’ayant pour ma part pas le moindre intérêt pour Facebook, j’avoue que j’ai beaucoup de mal à comprendre ce qui peut susciter une telle addiction.
Évidemment, la moindre des choses quand on se connecte sur son profil Facebook est de fermer sa session quand on quitte l’endroit depuis lequel on s’est connecté. Et comme les accrocs à Facebook ne sont en général pas des champions en matière de sécurité informatique, ils laissent bien souvent leur page Facebook ouverte ou oublie de se déconnecter de leur profil ce qui fait que la personne qui ouvre à leur suite Facebook se voit connectée automatiquement sur leur compte avant tous les inconvénients et désagréments que cette situation peut provoquer pour peu que ladite personne soit un peu trop curieuse ou malintentionnée.

Heureusement, Facebook a prévu le coup et propose une fonctionnalité de déconnexion à distance pour fermer toutes les connexions actives ouvertes sur un ordinateur, un téléphone ou une tablette.

La marche à suivre est la suivante :

Jacques Le Bris's insight:


La marche à suivre est la suivante :


  1. Se connecter sur son compte Facebook
  2. Dans le menu déroulant, en haut à droite de la fenêtre, cliquer sur Paramètres
  3. Dans la colonne à gauche, cliquer sur Sécurité
  4. La fenêtre Paramètres de sécurité s’affiche ; cliquer sur la ligne Où vous êtes connecté(e)
  5. Les connexions actives sont présentées avec quelques informations (date du dernier accès, lieu, type d’appareil) avec pour chacune d’entre elles (sauf celle sur laquelle vous êtes) la possibilité de les fermer à distance en cliquant sur le bouton Arrêter l’activité. Après avoir cliqué sur le bouton, la connexion concernée est alors aussitôt fermée sur l’appareil connecté.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook - Tout virer pour ne garder que le chat - Korben

Facebook - Tout virer pour ne garder que le chat - Korben | Toulouse networks | Scoop.it

Facebook, c'est le piège ! On se dit : "Wesh, je vais y passer 3 minutes pour voir les dernières photos de maman" et 3 heures plus tard, on y est toujours à liker des trucs chelous sur la reproduction des porcs-épics ou les tatouages permanents de sourcils sur les enfants de moins de 2 ans.

Alors, comment faire pour garder le contact avec ses amis tombés dans le puit sans fond Facebook sans pour autant tomber soi-même ? Simple, il suffit de filtrer l'interface pour ne garder que les éléments nécessaires au chat (prononcez : TCHAAATTTEUUU). Et c'est ce que permet Deface, une extension pour Firefox. Une fois installée, hop, le reste ça dégage. Plus de chatons mignons qui louchent, de selfies duck-face de bimbos, ni même de "A l'eau ou le suicide de nos copains neuneus"....


C'est moche, mais ça fait le job. Vous pouvez télécharger Deface ici. Sinon, y'a aussi des tas de clients compatibles avec FB Messenger...

Jacques Le Bris's insight:

Je suis heureux de ne rien devoir virer, car je n'ai jamais mis le petit doigt dans cet engrenage :)



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Social Media Publishing is dead (as we know it)

Social Media Publishing is dead (as we know it) | Toulouse networks | Scoop.it
 Earlier this month, Facebook dropped a bombshell by not only acknowledging that Facebook pages’ organic reach was declining but also by telling us we shouldn’t expect them to recover. Facebook’s VP of Product for Facebook Ads, Brian Boland, went on to explain that this is the new world we live in now, that the same thing happened with search engines before and that we’d better get used to it. It’s true that many platforms go through a similar cycle: first, they present a great free opportunity, then more and more people grab it - decreasing the return for everyone until finally, the platform focuses on those ready to pay for play. It happened with Google Search; it happened with Apps (yes, Apple doesn’t sell ads but others do - such as coincidentally... Facebook). And now that all social media are publicly-traded company with ambitious revenue targets to reach, it will happen to social media as well.
So what does the decline of organic reach on Facebook and social platforms exactly mean on a practical basis? Continue reading →
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook, Twitter et Google+ assignés en justice par l'UFC Que Choisir

Facebook, Twitter et Google+ assignés en justice par l'UFC Que Choisir | Toulouse networks | Scoop.it
L'association protégeant les droits des consommateurs demande aux réseaux sociaux de respecter la loi française concernant le respect des données personnelles.

Ce sera à la justice de trancher. Facebook, Twitter et Google+ sont assignés ce mardi devant le tribunal de grande instance de Paris par l'UFC Que Choisir. L'association française de consommateurs reproche aux trois réseaux sociaux de ne pas respecter le code de la consommation ni la loi Informatique et libertés.

"Des icônes espions"

Citée par le site de France Info, Camille Gruhier, de l'UFC, explique par exemple que les icônes de partage d'article ou de message via Twitter, Facebook ou Google+ "sont des icônes espions, qui permettent de savoir que vous avez visité la page et qui suivent votre comportement sur internet. Cela favorise la publicité ciblée".

En outre, l'association plaide pour une amélioration de la "lisibilité" des contrats pour l'internaute car, comme l'UFC le déplorait en juin dernier, les conditions contractuelles sont pour l'heure, soit pléthoriques soit elliptiques.

Des conditions contractuelles opaques

La juriste de l'association, Amal Taled, qui avait décortiqué tous les contrats, précisait ainsi que les conditions d'utilisation et les règles de Twitter s'étalaient sur trois textes et 21 pages format A4, dans une police d'écriture particulièrement petite (Tahoma 6,5 points) donc difficile à déchiffrer, renvoyant vers pas moins de 65 liens hypertextes renvoyant parfois eux-mêmes vers d'autres pages internet, parfois en langue anglaise.

Ce n'est guère mieux pour Facebook dont les conditions s'étendent sur 21 pages et 80 liens, contre 10 pages et 53 liens pour Google+. Autant d'obstacles qui empêchent les utilisateurs d'aller au bout de leur lecture, et ainsi, maintenir le flou autour de l'utilisation de leur données.

L'UFC Que Choisir avait alors prévenu. L'association de défense des droits des consommateurs avait mis en demeure Facebook, Twitter et Google+, leur donnant 21 jours pour se conformer au droit français en matière de protection des données personnelles. Faute de quoi, l'UFC se réservait le droit d'agir en justice. Voici chose faite.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Every one of us. #ConnectTheWorld

Internet est devenu banal et quotidien pour bon nombre d’habitants des pays occidentaux. Mais dans de nombreux pays, l’accès au web est encore très compliqué voire totalement impossible. Et cela pour diverses raisons : contraintes techniques, manque d’infrastructures, censure… On estime que 5 milliards de personnes ne sont pas connectées au web en 2013. Pour y remédier, on connaissait déjà le projet Google Loon Project qui consiste à offrir un accès internet via des ballons dérivant dans la stratosphère. C’est au tour de Facebook de dévoiler son projet pour un libre accès au web partout dans le monde : internet.org

 

Le projet de Facebook s’appuiera sur 6 partenaires : Nokia, MaediaTek, Samsung, Ericson, Opera et Qualcomm. Les partenariats mis en place doivent permettre de construire des smartphones à prix cassé et utilisables dans des contrées où l’électricité n’est pas toujours accessible. Un autre point important est le travail qui sera accompli sur les technologies de compression. A l’heure actuelle, l’Internet mobile est particulièrement gourmand en data, un postulat qui pourrait donc rapidement changer sous l’impulsion d’internet.org. Enfin, il y aura un vrai « partenariat » global entre opérateurs, constructeurs, développeurs… afin d’offrir les meilleurs services.

Ces aspects techniques résolus devraient permettre le déploiement d’internet partout dans le monde. Mark Zuckerberg détaille ce plan philanthropique dans un billet mis en ligne sous le titre « L’accès au web est-il un droit de l’homme » ? Une question de fond donc.

 

 

Si le projet est présenté comme étant purement philanthropique, il est évidemment aussi très important en terme de business et d’image. Les 5 milliards de personnes non connectées sont autant de cibles publicitaires pour l’instant inaccessibles. C’est aussi un potentiel réservoir de croissance gigantesque pour Facebook, les constructeurs et les opérateurs mobiles. Notons que Facebook aurait déjà investi 1 milliard de dollars dans différentes initiatives visant à faciliter l’accessibilité à son service. Et pour répondre aux critiques, Facebook se justifie avec un argument totalement cynique mais plein de vérité : les 5 milliards de personnes non connectées rapporteront moins que le milliard déjà connecté pendant encore très longtemps…

Pour juger par vous-même de l’essence du projet, vous pouvez vous rendre sur la page internet.org (en français) ou sur le dernier billet mis en ligne par le fondateur de Facebook. Et à l’heure où les mouvement citoyens et politiques semblent s’appuyer sur le net, la question posée par Mark Zuckerberg est plus que jamais d’actualité. Reste à savoir où s’arrêtera la porosité entre géants du net et grandes causes mondiales, ces derniers se substituant de plus en plus souvent aux gouvernements pour réguler certains aspects politiques et sociaux.

 

Publié par Fabian Ropars | 21 août 2013 sur le blog du Modérateur

more...
oliviersc's comment, August 22, 2013 9:49 AM
Dans des pays sans électricité ?...
Jacques Le Bris's comment, August 22, 2013 10:06 AM
Nucléaire ? Tu veux dire...
oliviersc's comment, August 22, 2013 10:11 AM
Non, je dis bien "sans électricité" ; ce n'est pas le 1er projet du genre ; il y en a eut d'autres alors que les réseaux sociaux n'existaient pas... Et avant les ordinateurs, il y avait le lait en poudre dans des pays sans eau potable...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter serait plus porteur pour les marques que Facebook

Twitter serait plus porteur pour les marques que Facebook | Toulouse networks | Scoop.it

La visibilité des marques progresserait plus vite sur Twitter que sur Facebook, à en croire les statistiques de la startup Optimal. La captation de nouveaux abonnés Twitter serait plus rapide que l'obtention de « j'aime » sur Facebook, même si les usages diffèrent sur ces deux réseaux sociaux.

La présence sur les réseaux sociaux est aujourd'hui vitale pour les marques, en termes d'image et de captation de nouveaux clients. Reste à savoir lequel d'entre eux s'avère être le plus efficace, notamment entre Facebook et Twitter, tous les deux très prisés par les entreprises.

La start-up Optimal, spécialisée dans la publicité et l'analyse, a compilé les données de de 4 330 marques à travers le monde, pour faire état de leur progression sur ces deux réseaux sociaux. En comparant le nombre d'abonnés Twitter ou de pages aimées sur Facebook, TechCrunch a remarqué que la progression sur le site de microblogging s'avérait en moyenne plus élevée que sur Facebook. C'est la première fois que cette tendance est ainsi mesurée et constatée.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Infographie Facebook : la croissance du réseau social sur un an

Infographie Facebook : la croissance du réseau social sur un an | Toulouse networks | Scoop.it
Aujourd'hui, 665 millions d'utilisateurs se sont connectés sur Facebook.

 

Facebook, premier réseau social mondial, a dévoilé quelques données dans une infographie revenant sur sa croissancel’année passée. On y apprend ainsi que le site recense, entre autres :

- 1,11 milliard d’utilisateurs actifs par mois

- 665millions d’utilisateurs actifs par jour

- 1,46 milliard de dollars de revenus au 1er trimestre 2013

- 4 900 employés en mars 2013

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Peut-on publier n'importe quelle photo sur son blog ou sur sa page Facebook ?

Peut-on publier n'importe quelle photo sur son blog ou sur sa page Facebook ? | Toulouse networks | Scoop.it

En juin 2011, la cour d'appel de Versailles condamnait le magazine Entrevue à verser une indemnité pour atteinte à la vie privée et au droit à l'image d'Audrey C. M., journaliste à LCI, présentée aux côtés de Thierry Ardisson sur un photomontage agrémenté d'un article intitulé "A. amoureux...". "Même s'il s'agit d'une capture d'écran extraite de l'enregistrement d'une émission télévisuelle accessible à tous, la photographie ayant servi à illustrer l'article publié le 3 mai 2010 a été utilisée sans l'autorisation de l'intéressée, hors de son contexte et aux seules fins d'illustrer un article dont le contenu illicite résultait de son caractère attentatoire à la vie privée", ont tranché les juges, d'autant que la "publication des photos ne répondait à aucune exigence légitime d'information du public".

Publier sur son blog (ou son photoblog) des photos d'amis ou de célébrités sans leur consentement (et celui de leurs parents, s'agissant d'enfants mineurs) n'est pas davantage autorisé que de le faire dans un journal papier. Copier-coller des photos récoltées sur Internet est également interdit, même si la personne a donné son accord à la première publication. "Que l'on soit célèbre ou non, on a tous un droit exclusif sur notre image, que celle-ci soit diffusée dans la presse papier ou sur internet (site ou blog)", précise Michelle Bauer, avocat à Bordeaux.


Délit pénal

Le particulier qui constate que son image a été publiée à son insu sur la page Facebook ou le blog d'un tiers doit commencer par le mettre en demeure de retirer la photo sous un délai de 48 heures (courrier AR). "En cas de silence ou de refus, il faut agir en justice sur le fondement de l'article 9 du Code civil en optant pour la procédure de référé (procédure d'urgence)", conseille Me Bauer. Le particulier peut aussi porter plainte au pénal, car la violation du droit à l'image est un délit. La loi punit d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait de porter volontairement atteinte à la vie privée d'autrui "en fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image d'une personne se trouvant dans un lieu privé" (article 226-1). La diffusion d'un montage réalisé avec les paroles ou l'image d'une personne à son insu est punie d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende "s'il n'apparaît pas à l'évidence qu'il s'agit d'un montage ou s'il n'en est pas expressément fait mention" (article 226-8).


Droit à l'information du public

Il n'est pas interdit de publier l'image d'amis ou de célébrités pour illustrer un fait d'actualité. L'escort girl Zahia avait saisi la justice car des photos d'elles avaient été diffusées par le journal VSD. Ces photos provenaient de son profil Facebook et de la capture d'écran d'une émission à laquelle elle avait participé sur NRJ 12. Elle réclamait 50 000 euros au titre du préjudice lié à l'atteinte à son droit à l'image. Mais elle a été déboutée. Les juges ont estimé que les images tirées de Facebook étaient "une illustration pertinente d'un événement d'actualité". Quant à la capture d'écran d'NRJ 12, elle contribuait à la "légitime information du public", puisque c'est sur le tournage de cette émission que Zahia avait rencontré l'homme suspecté de l'avoir attirée dans la prostitution.

Reste que le droit à l'information du public est limité par le respect de la dignité humaine. Ainsi, "publier la photographie de la dépouille du préfet Érignac assassiné, gisant dans une rue, porte atteinte à la dignité humaine, souligne Me Bauer. De même, la photo d'Ilan Halimi (affaire du gang des barbares) aux mains de ses bourreaux, pistolet sur la tempe, le visage enrubanné d'adhésif et les poignets entravés, portait atteinte à la dignité humaine et ne pouvait être publiée au nom du droit à l'information" (décision de la Cour de cassation, 1er juillet 2010).


Autorisation de l'auteur d'un tableau contemporain

Publier la photo d'une oeuvre d'art n'est possible que si elle est tombée dans le "domaine public", 70 ans après la mort de l'auteur. "L'auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d'exploiter son oeuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire", dit l'article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle (CPI). "Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent." La photo d'un tableau de Monet peut donc être diffusée librement. Celle de l'oeuvre d'un artiste contemporain suppose en revanche d'obtenir son autorisation. Le CPI protège en effet "les droits des auteurs sur toutes les oeuvres de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la forme d'expression, le mérite ou la destination".

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le fondateur de Facebook se lance en politique

Le fondateur de Facebook se lance en politique | Toulouse networks | Scoop.it
Mark Zuckergerg serait en train de mettre en place un groupe de lobbying. Sa mission : propager ses idées sur l'éducation, l'immigration et d'autres sujets de société dans les instances décisionnaires.

 

Mark Zuckerberg se lance en politique ! Ou plus précisément dans le lobbying... En tout cas, selon le Wall Street Journal du mercredi 27 mars, le fondateur de Facebook serait en train de mettre en place un groupe de pression pour faire valoir ses idées sur certains grands sujets de société aux Etats-Unis.

Immigration, éducation... Voilà quelques-uns des grands thèmes que le patron du célèbre réseau social veut prendre à bras le corps. Pas d'un point de vue social ou moral, mais bien d'un point de vue entrepreneurial.

Des millions de dollars levés

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une nouvelle version de Facebook pour laisser plus de place aux contenus et aux publicités

Une nouvelle version de Facebook pour laisser plus de place aux contenus et aux publicités | Toulouse networks | Scoop.it

(...)

Pour mémoire, l’objectif de la timeline était de donner plus d’importance aux contenus à valeur ajoutée. Problème : tout le monde ne dispose pas de contenus à valeur ajoutée (Avec les nouvelles pages et formats publicitaires, Facebook privilégie les marques fortes). Et comme si ça ne suffisait pas, ils ont entre-temps revu leur algorithme (Facebook pénalise les contenus non-engageants pour améliorer l’expérience utilisateur et satisfaire les actionnaires). La conséquence de ces changements a été d’accentuer la pression sur les marques non-aspirationnelle pour les forcer à investir toujours plus pour maintenir leur visibilité (Facebook publie ses résultats 2012, les investisseurs sont contents, quid des annonceurs ?). Comme la situation n’était plus tenable, et qu’ils avaient annoncé le lancement prochain de leur moteur de recherche, il était donc largement le temps de procéder à des changements, d’où cette nouvelle mise en page.

(...)

Jacques Le Bris's insight:

Pour mémoire j'ajoute ce commentaire caractéristique :

Denis Perron
mars 8th, 2013 @ 00:00

Dernièrement, j’ai fait un gros ménage dans mes amis Facebook, pour ne garder que les membres de la famille, histoire de garder contact avec eux. J’ai réactivé mon compte Google + qui est beaucoup mieux conçu que Facebook. Ce qui me dérange le plus de FB ce sont les publicités, et comble de malheur, il y en a même dans ma “timeline”.

Si les publicités deviennent encore plus présentes, je fermerai complètement mon comte Facebook.

Je suis surtout actif sur Twitter et Google +.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook se défend sur la baisse du reach

Facebook se défend sur la baisse du reach | Toulouse networks | Scoop.it

Depuis l’été dernier, les community managers et journalistes s’inquiètent de l’efficacité de leurs actions sur Facebook. Suite à une mise à jour de son algorithme, l’Edge Rank, le réseau social est accusé de réduire la portée organique des posts (personnes et pages) afin d’inciter à payer pour des posts sponsorisés. L’affaire a fait grand bruit l’année dernière avec des attaques frontales...

 

 

Facebook se monétise et optimise le filtrage des posts au sein des fils d’actualités. Alors que le réseau social n’y voit aucun lien, certains n’hésitent pas à y voir un rapport de cause à effet. La guerre du reach est loin d’être terminée.

more...
oliviersc's comment, March 7, 2013 11:11 AM
FB est en perte de vitesse aussi chez les particuliers et : avec raison : http://blogs.lexpress.fr/media/2013/03/06/quand-facebook-contraint-a-lautocensure-le-musee-du-jeu-de-paume/
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

It's not you Facebook, it's me -- okay, it's partly you: Why I unfriended almost everyone

It's not you Facebook, it's me -- okay, it's partly you: Why I unfriended almost everyone | Toulouse networks | Scoop.it
I recently unfriended almost 80 percent of the people I was connected to on Facebook.

Part of the problem was the way I was using it, but part of the problem was that Facebook has simply become a lot less relevant to me.

 

 

It’s not the privacy, it’s the overload

(...)

Partly Facebook and partly me

(...)

Facebook has just become less relevant

(...)

 

more...
No comment yet.