Toulouse networks
39.9K views | +3 today
Follow
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Blogging : 10 erreurs à ne pas commettre. - Overblog France

Blogging : 10 erreurs à ne pas commettre. - Overblog France | Toulouse networks | Scoop.it

Hello chers Overblogueurs ! Aujourd'hui on va traiter des erreurs à ne pas commettre en blogging. Cela s'adresse à vous tous, que vous soyez débutants ou au contraire aguerris sur la blogosphère.

Encore une fois, la liste des 10 erreurs qui va suivre n'est pas exhaustive et bien d'autres peuvent s'y ajouter.

Pour créer cette liste, nous nous sommes tout simplement inspirés de notre propre ressenti lorsqu'on visite et lit certains blogs, de notre propre expérience et de certains retours que nous avons pu avoir de la part de blogueurs.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les Inrocks - Gérard Filoche : "Internet ? C'est merveilleux ce truc-là"

Les Inrocks - Gérard Filoche : "Internet ? C'est merveilleux ce truc-là" | Toulouse networks | Scoop.it

Chaque semaine, nous interrogeons une personnalité sur son rapport au web. Ancien inspecteur du travail, aujourd'hui membre du bureau national du PS, Gérard Filoche n'a pas peur de critiquer durement le gouvernement qu'il a pourtant soutenu. Très prolixe sur Twitter, pédagogue sur son blog, il a fait d'internet un outil central au service de son combat politique.

  

Quel est votre premier grand moment avec internet ?

Gérard Filoche – J’approchais la fin de ma carrière d’inspecteur du travail, c’était en 2004, j’avais eu un litige avec l’entreprise de cosmétique Guinot-Mary Cohr. Une femme avait été mutée dans des conditions discriminatoires à son retour de maternité, alors que le code du travail stipule bien qu’après cette période, un salarié retrouve un contrat de travail identique ou similaire, à celui qu’il avait avant son départ. Je m’étais rendu au CE de l’entreprise, la direction m’a reproché de l’avoir entravé et m’a poursuivi en justice.

Durant le procès, on a lancé une pétition sur internet qui a récolté 62 000 signatures. J’ai reçu des milliers de messages de soutiens. En 2012, le dernier jugement a été rendu. J’ai gagné l’ensemble des procès, 14 à 0. Je les ai gagnés en grande partie grâce à internet. A ce moment-là, je me suis rendu compte de la puissance de cet instrument pour le militantisme.

Avec internet, on peut aussi retrouver des émissions de télé qui ont déjà été diffusées. En 2013 sur LCI, j’étais invité sur le plateau de Michel Field (avec qui j’avais tracté dans les années 1970 d’ailleurs) pour parler de l’Accord national interprofessionnel (ANI). Au dernier moment, le programme change et je dois m’exprimer sur l’affaire Cahuzac. La vidéo a été beaucoup regardée en replay. Le lendemain ma boîte mail était bloquée, je ne comprenais pas pourquoi. J’ai demandé à mon fils d’essayer de regarder, il m’a dit qu’elle était saturée, j’ai dû racheté du stockage. J’avais reçu 25 000 mails, je n’ai évidemment pas pu répondre à tous.


Qu’est-ce qu’internet vous apporte dans votre combat politique ?

J’ai près de 52 ans de militantisme derrière moi. Dans les années 1960, on imprimait des tracts sur une ronéotype Gestetner (ancêtre de l’imprimante, ndlr). On retranscrivait nos textes sur des papiers translucides, des stencils, ensuite on les déposait sur le rouleau encreur, puis ça imprimait les tracts. Au mieux, on faisait 1 000 versions d’un même tract, mais le plus souvent autour de 800, pas plus, sinon la machine pouvait s’abîmer. Si jamais ça se cassait, il fallait tout reprendre. Pour les recto-verso, une fois un côté effectué, on devait retourner la ramette et faire dans l’autre sens. On passait une journée entière pour imprimer un tract de 4 pages. Il fallait des dizaines de centaines d’heures pour s’exprimer et parvenir à toucher un millier d’étudiants. La photocopie est arrivée au début des années 1970, mais c’était cher.

A l’université de Rouen, avec des camarades, on avait imprimé le livre de Wilhelm Reich La lutte sexuelle des jeunes, censuré sous de Gaulle. Il faisait une quarantaine de pages, à reproduire et à assembler. On a mis une quinzaine de jours. Vous comprenez maintenant ma fascination lorsque je vois qu’un tweet peut être relayé 13 000 fois en seulement quelques instants. Ça demandait tellement de travail, on traitait de tous les sujets : de la guerre au Viêt-Nam, de la sélection à l’université, des entreprises en grève avant Mai 68. Il y avait tant de difficultés à l’époque, aujourd’hui on peut réagir en un flash.

Vous vous êtes inscrit sur Twitter en 2009, au même moment que la plupart des personnalités politiques françaises. On vous a conseillé de le faire ?

Oui, des camarades de Démocratie & Socialisme (revue dont il a la rédaction-en-chef, ndlr) m’ont conseillé de m’y inscrire. Sur Facebook aussi, mais j’aime moins, on est limité à 5 000 caractères, je suis brimé (rires). L’avantage de Twitter, c’est la rapidité, et je suis pas mal suivi (27 800 followers, ndlr). Dans les années 1970, lorsqu’on envoyait un communiqué à l’AFP, il était peut-être relayé une fois sur 100. Aujourd’hui on le fait soi-même, en un tweet. D’ailleurs, il arrive que des médias m’invitent au sujet d’un post.

Sur Twitter, je suis traqué par les libertariens, ceux qui veulent une société sans intervention de l’État, autrement dit tuer la sécurité sociale, le système de retraites, etc. Je les appelle les “fachos cro-magnons”, parce qu’ils veulent nous faire retourner à l’âge de pierre. Je réponds à leurs commentaires. Ça me met en jambe. J’apprends à condenser mon propos en 140 signes, c’est un bon exercice pour répondre aux questions des journalistes, quand je suis invité à BFM TV ou à la radio. Le temps imparti est court, les questions sont toujours les mêmes, on peut les anticiper. Avec Twitter, je m’entraine à trouver des slogans, des tournures efficaces. “Ubériser”, “macroniser”, ce sont des expressions que j’ai inventées en tweetant.


Justement en termes de slogans, vous n’y allez pas de main morte… C’est ce qui fait mon charme. Il y a de ça deux étés, j’ai posté un tweet à propos du pape qui a généré beaucoup de réactions.


Puis il y a ce fameux tweet sur la mort de de Margerie, le patron de Total. Je prenais le train pour Paris, j’ai publié ce petit tweet où je disais que c’était “un coup dur pour l’oligarchie”, en une heure c’était le déferlement. Bernard Maris est d’ailleurs le seul à m’avoir soutenu (numéro de Charlie Hebdo du 29 octobre 2014, ndlr). Ciotti (député Les Républicains, ndlr) avait crié au scandale. Tout ça débouche sur Valls qui en début d’après-midi, annonce à l’Assemblé nationale que je ne devrais plus être au bureau national du parti…

J’ai d’ailleurs eu des centaines de tweets lors de la fausse annonce de la mort de Martin Bouygues, des gens qui s’attendaient à une réaction de ma part. Je leur ai répondu que je me réservais pour Serge Dassault (rires).

Ces chose-là, c’est pour le plaisir de provoquer. J’aime mieux les vraies batailles idéologiques. Par exemple ça fait maintenant huit mois que je fais du Macron matin, midi et soir, que je critique son projet de loi indigne qui veut nous ramener au XIXe siècle.


 

On vous fait des reproches à ce sujet au bureau national du PS ?

Je n’ai même pas de remarques. Macron n’est même pas au PS, si ça loi devait être votée au bureau national elle serait minoritaire. Je l’attaque sur des sujets que peu de gens connaissent, en particulier sur le droit du travail. Je fais même des formations au PS sur ces sujets. Je discutais avec un membre de son cabinet la dernière fois, qui ne connaissait même pas l’article 2064 du code civil (article qui renvoie la procédure de gestion des litiges entre salariés et employeurs aux dispositions du code du travail, et que le projet de loi pour la croissance et l’activité vise à modifier), alors que c’est une menace terrifiante, c’est le virus Ebola de la loi Macron.

Un autre exemple, le bulletin de paie. J’ai fait beaucoup de tweets à ce sujet ces derniers jours. On veut faire moins de lignes, on veut nous faire croire que les gens ne savent pas lire, qu’ils n’y comprennent rien. Alors que sur la feuille d’impôts il y en a bien plus et pourtant ça ne gêne personne. C’est juste un moyen de masquer le salaire brut, alors que c’est le plus important, puisqu’il contient les cotisations sociales !

En-dehors du gouvernement, vous n’épargnez pas les dirigeants européens. Vous traitez Jean-Claude Juncker de “corrompu”, accusez Wolfgang Schäuble de “pinochiste” …


Il y a des faits derrière ces réactions. Lorsque je dis que Juncker est un “mafieux”, je parle de Luxleaks, qu’il a encouragé, ça représente 2 400 milliards d’euros d’évasion fiscale ! Avec ça la crise est réglée. Quand on voit que l’Union européenne refuse les propositions de commission d’enquête sur “Luxleaks” et “SwissLeaks”, Junker a certainement cherché à les entraver. Schäuble aussi est un corrompu (impliqué dans l’affaires dîtes des “boîtes noires de la CDU”, concernant le financement illégal du parti dans les années 1990, ndlr), celui qui a fait les lois anti-social, Hartz, pareil il s’est fait épinglé (condamné pour faits de corruption lorsqu’il était DRH de Volkswagen, ndlr). Il faut le dire.

Les corrompus ce ne sont pas les Grecs, les corrompus ils sont à la tête de l’Europe. Après on me dit “trop à gauche”, mais je suis un social démocrate modéré. Quand Schäuble demande que des administrateurs viennent diriger la Grèce à la place du gouvernement, il veut mettre en place une dictature à la Pinochet. A côté de ces gens là, de Macron, Sigmar Gabriel, Martin Shultz, je suis gentil et modéré. Quand j’entends certains dire que le droit du travail est une entrave à l’emploi, je me dis que je suis un pâle social-démocrate.

Entre Twitter, votre blog, le site Démocratie & Socialisme, vous devez passer vos journées devant votre ordinateur…

C’est vrai que j’y passe beaucoup de temps, mais il faut voir les choses comme un enchaînement d’étapes. Twitter c’est de la musculation. Sur Facebook le propos est déjà un peu plus développé, puis je peux ajouter des illustrations. Sur mon blog, là les sujets sont beaucoup plus détaillés, j’essaie de faire de la pédagogie. Sur le site de Démocratie & Socialismeaussi les articles sont plus importants, et on publie des petites vidéos entretien qui font pas mal de vues. On partage aussi les vidéos des émissions dans lesquelles on apparaît en public, notamment celle d’Un soir à la tour Eiffel sur France 2 à laquelle j’ai participé et qui a fait près d’un million de téléspectateurs.

Depuis l’automne dernier, j’ai fait une centaine de meetings à travers la France sur le projet de loi Macron. Je prends beaucoup le train, j’en profite pour tweeter, écrire des articles. C’est un tout. Une fois accumulés tweets, posts facebook, les articles sur mon blog et sur Démocratie & Socialisme, tout ceci s’emboîte est donne un livre. Dans ma vie, j’en ai écrit 31. Depuis 2010, j’en ai publié 5 et en ce moment j’en ai trois en préparation. L’un sur la loi Macron, mais j’attends l’avis que doit rendre le Conseil constitutionnel pour le terminer, l’autre sur l’histoire de la gauche de 1994-2014, le dernier ce sera un polar. Je prévois aussi de publier quelque chose en 2017. Ce ne sera pas seulement la date de la présidentielle, c’est aussi le centenaire de la Révolution russe.

Quand ce n’est pas pour votre activité politique, comment utilisez-vous internet ?

Quand je m’exprime sur Twitter, ce n’est pas uniquement sur des sujets politiques. J’aime beaucoup la littérature américaine, notamment James Ellroy. Je me suis permis un petit commentaire quand j’ai fini Perfidia.



Sur internet, je fais comme tout le monde, je vais voir des trucs qui m’intriguent, ou alors j’y vais pour contacter des personnes qui me manquent. J’ai accumulé des tonnes de brochures, de livres politiques, depuis le début de mon militantisme, ça monte jusqu’au plafond. Mais je ne les consulte plus. Tout est sur internet, en plus complet.

Quand je travaillais comme inspecteur du travail, tous les matins j’avais un tas de revues sur le droit social et je faisais ma revue de presse. Aujourd’hui je ne les reçois plus, mais je continue à les consulter grâce à internet. Je tiens aussi une rubrique dans L’Humanité dimanche intitulée “Au boulot”. Je me sers d’internet pour mes recherches. C’est merveilleux ce truc-là.

Propos recueillis par Jean-Christophe Catalon

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pourquoi Webedia rachète le toulousain Overblog à Ebuzzing

Pourquoi Webedia rachète le toulousain Overblog à Ebuzzing | Toulouse networks | Scoop.it
Overblog, la plateforme de blogs créée à Toulouse, rejoint le groupe Wébédia, qui édite déjà les sites Allociné ou PureMédias. Elle conserve cependant une implantation dans la Ville rose notamment avec une équipe technique.

Créé en 2004 à Toulouse par Frédéric Montagnon, Gilles Moncaubeig et Julien Romanetto, Overblog vient d’être racheté par Webedia qui édite des sites comme Allociné, 750grammes, PureMédias, ou PurePeople. Ce choix, Gilles Moncaubeig l’explique par le fait que la maison-mère Ebuzzing ne pouvait pas investir dans la société à la mesure de ses ambitions, et notamment lui permettre de se développer suffisamment à l’international. « Nous rationalisons les dépenses en nous séparant d’Overblog. Ebuzzing travaille en BtoB autour de la vidéo publicitaire en ligne et génère beaucoup de chiffre d’affaires, tandis qu’Overblog fonctionne en BtoC sur la base de l’acquisition d’utilisateurs avec un trafic énorme », constate-t-il ainsi.

La plateforme compte aujourd’hui 60 millions de visiteurs uniques par mois et a réalisé un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros l’an dernier, tandis que Ebuzzing a quasiment doublé son chiffres d’affaires en un an pour atteindre aujourd’hui 100 millions de dollars.

60 millions de visiteurs uniques pour Overblog

En 2006, Overblog s’était rapproché de TF1 qui a détenu jusqu’à 35% de son capital afin de devenir une partie importante de la stratégie digitale de la chaîne. « Cette participation nous a permis à l’époque d’embaucher une quinzaine de personnes essentiellement pour la partie technique, mais également de rémunérer nos blogueurs sous la forme de droits d’auteur », rappelle Gilles Moncaubeig. En 2010, la société a fusionné avec Ebuzzing dans l’optique de créer un véritable média digital nouvelle génération en « crowdsourçant » (partageant) des articles de bonne qualité. Dans ce sens, en juillet 2011, le groupe lève 17 millions d’euros, finalement investi dans la nouvelle version d’Overblog, après un échec de cette stratégie.

Malgré la vente d’Overblog, les deux sociétés vont continuer à partager leurs locaux à Toulouse, chacune à un étage. « Aujourd’hui, nos deux histoires divergent mais nous sommes ravis, Frédéric, Julien et moi, d’avoir réussi à générer cette audience en cherchant simplement au départ à créer un concurrent de Skyblog. » Pour le directeur technique de Ebuzzing, l’histoire des blogs est loin d’être terminée. « Le blog ne sera jamais mort. Quand Facebook peut être comparé à un hôtel, un blog reste une vitrine, un chez soi, un espace maîtrisé. »
Agnès Frémiot

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

7 questions si votre blog n'intéresse personne !

7 questions si votre blog n'intéresse personne ! | Toulouse networks | Scoop.it

Notre époque vit une véritable overdose d’information. En pressant simplement les touches de votre clavier, vous pouvez, avec une facilité déconcertante, trouver les réponses à presque toutes vos questions. En un clic, une masse de connaissance incroyable est à notre disposition, alors qu’il y a encore quelques années, l’information était une ressource rare et recherchée.

Pourtant, une chose reste rare, et certainement de plus en plus, c’est notre temps : dans un monde où nous croulons sous l’information, l’internaute a appris à être de plus en plus sélectif, et à déjouer les pièges qui le conduiraient vers des sites sans intérêt.

Il est donc important, sur votre blog, que vous sachiez construire une relation de confiance avec vos lecteurs : pour qu’ils vous lisent, d’une part, pour qu’ils reviennent, ensuite.

Vous avez créé votre blog, en vous disant que c’était si simple de publier et d’être lu sur le web ! Cruelle erreur : votre nombre de visiteurs stagne au plus bas et votre taux de rebond flirte, lui, avec les sommets !

Votre blog n’intéresse personne, alors qu’on l’avait vendu à votre entreprise comme LA solution miracle ?  Pas d’inquiétude, c’est encore rattrapable, si vous acceptez de regarder les choses en face et de vous poser les bonnes questions.

 

Question 1 : Écrivez-vous avec simplicité ?

Souvent, de nombreux blogs d’entreprises pensent que pour développer leur discours d’expertise, ils doivent adopter, et dans toute ses subtilités, le jargon technique de leurs secteurs d’activité.

C’est certainement la première erreur que font les blogs qui ne fonctionnent pas. Tout l’art d’une rédaction web efficace consiste au contraire à écrire avec une extrême simplicité. Illustrez vos concepts par des métaphores, par exemple, ou encore en racontant des histoires à vos lecteurs : ils prendront ainsi du plaisir à vous lire jusqu’au bout. Simplifiez, mais sans non plus brader vos idées ! Aidez juste votre lecteur à entrer dans la lecture de votre texte.

 

Question 2 : vous passez votre temps à parler de vous ?

Soyons bien clairs : vous n’intéressez personne, et personne ne vous attendait sur le web !

Ainsi, c’est une bonne pratique que de traiter votre sujet à travers votre expérience personnelle, mais pas de faire de vous le sujet premier de votre blog, que vous soyez un particulier ou une entreprise !

Posez-vous cette question : en quoi mon expérience individuelle peut-elle aider mes lecteurs ?

 

Question 3 : Vous publiez tous les jours ?

Attention à l’overdose ! Chaque post doit être conçu parce qu’il apporte de la valeur sur un sujet. Écrire pour juste remplir n’a strictement aucun intérêt, et vous pousse à traiter des sujets qui ne vous passionnent pas. Non seulement vos posts seront mauvais, mais votre public sera rapidement lassé ! Faites-vous plus rares, mais toujours pertinents !

 

Question 4 : vous avez un blog pour le référencement ?

Alors laissez tomber le blogging et mettez votre site entre les mains d’un référenceur ! Personne n’a envie de juste lire des listes de mots-clés mal structurées, qui n’ont aucun intérêt mis à part pour les robots de Google.

Un blog peut véritablement être votre premier allié pour le référencement, mais rédigez-le à destination de votre public. Non seulement vous saurez les passionner, mais aussi les transformer en clients !

Bref, l’optimisation pour les moteurs de recherche n’est pas une fin en soi mais un moyen ! Remettez-là à sa place !

 

Question 5 : vous ne connaissez pas votre public-cible ?

Si vous ne connaissez pas votre public-cible et ses préoccupations, votre blog, tout aussi bien écrit et informatif qu’il soit, n’intéressera personne.

Pensez « conversation » lorsque vous écrivez : quelles sont les questions profondes que se posent votre lecteur, les angoisses qui le réveillent au milieu de la nuit ? Quels sont ses rêves et ses espoirs ? Et surtout, comment pouvez-vous l’aider ?

Plus vous aurez, en écrivant, ce souci des autres, et plus vos posts deviendront pertinents, engageants…

Question 6 : vous n’avez que 5 minutes pour écrire vos articles ?

Un bon contenu requiert du temps, de la patience, et un vrai travail d’écriture. Le web pullule de blogs, pourtant très bien référencés, mais au contenu médiocre parce que bâclé.

C’est une question de respect pour votre lecteur : il ne vous viendrait pas à l’idée, dans votre magasin physique, de bâcler une vente en cinq minutes ! Dans le blogging, professionnel ou de loisir, c’est la même chose. Écrivez peu, mais bien ! votre lecteur ne vous en sera que reconnaissant.

 

Question 7 : Vous avez peur de vous dévoiler ?

Mais pourquoi croyez-vous que c’est votre blog qui deviendra une référence, alors que des milliers d’autres traitent du même sujet ? Tout simplement parce-que c’est vous, et personne d’autre ! N’en faites, bien entendu, pas votre journal intime, mais écrivez avec votre personnalité, car c’est elle qui vous rend unique. Vos lecteurs, ainsi, s’attacheront à vous et à votre expertise. De là à constituer une vraie communauté, il n’y a qu’un pas !

Bref, avoir un blog n’est pas une décision à prendre à la légère dans votre stratégie web marketing, car si un blog écrit avec discernement peut vous mener vers les sommets et augmenter de manière conséquente votre chiffre d’affaires, il peut aussi avoir l’effet totalement inverse : donner une mauvaise image de votre entreprise à cause d’un contenu banal, sans personnalité et mal rédigé.

Soyez pragmatiques, et si vous n’avez pas la ressource en interne, n’hésitez pas à avoir recours à un rédacteur web qui saura donner à votre blog l’image de votre énergie et de votre passion !

N’hésitez pas à contacter Ecritoriales.com pour être accompagnés dans la rédaction de votre blog !

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

6 astuces pour créer des articles populaires sur votre blog

6 astuces pour créer des articles populaires sur votre blog | Toulouse networks | Scoop.it

Vous avez décidé de publier votre blog d’entreprise. La belle aventure du blogging commence… Votre nouvelle priorité est de comprendre comment rédiger des articles populaires auprès des internautes. Que ce soit pour vous faire connaître comme expert auprès de prospects qualifiés, pour faire un max de visibilité pour votre entreprise ou encore pour créer du buzz pour votre boutique en ligne, le trafic sera votre obsession. On prend une grande respiration et on plonge je vous donne quelques astuces pour y arriver…

 

6 types de contenu qui seront partagés

 

1.  Blogueur ou chasseur de scoop un même combat

 

2.  Des chiffres… des chiffres… et encore des chiffres

 

3. Il était une fois…

 

 4.  La vie est plus belle en images

 

 5.  Et… Action!!

 

 6.  Présentations SlideShare

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Améliorer la visibilité de son blog. Comment aller un peu plus loin ? - Overblog France

Améliorer la visibilité de son blog. Comment aller un peu plus loin ?  - Overblog France | Toulouse networks | Scoop.it

Bonjour à tous,

Il y a peu de temps, nous vous avions fait un article sur "Comprendre le référencement".

Aujourd'hui nous allons donc nous pencher sur des pratiques qui vont vous permettre d'aller plus loin au niveau du référencement, mais surtout pour améliorer la visibilité de votre blog de manière générale.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

15 Proven Ways to Get More Traffic to Your Blog

15 Proven Ways to Get More Traffic to Your Blog | Toulouse networks | Scoop.it

Who doesn’t want more website traffic? Like money or good looks, it seems like it’s just not possible to have too much traffic to your blog.

Trouble is, traffic is tricky. You can buy it, sure. But if you don’t convert that traffic into dollars, you’re losing money. And to actually see ROI, you have to not just make back the money you’ve spent on advertising. You’ll also have to cover the overhead for your business and the time you spent managing it all.

If you go the other way and build up free traffic, you’ll have to get enough results to justify your time. Anybody can spend an afternoon building traffic to their blog. But did they get enough traffic from those efforts to justify the time spent and the opportunity lost?

It is, of course, possible to get an ROI on your blog traffic work. I’m about to give you specific ideas for exactly how to do that. But know this: What works for other blogs might not work for yours. If you want to be successful, you need to track results.

How the 80/20 rule applies to building blog traffic

Ever heard of The 80/20 Rule, aka “The Pareto Principle”? It’s the idea that 80% of your results come from 20% of your efforts. The 80/20 Rule has vast applications, but what we’re interested in is the idea that some of the things you do result in big gains, and some other things you do result in almost nothing.

The 80/20 Rule applies directly to building blog traffic because some of what you do is going to blow the doors off. Other things you do will fizzle. The only way to tell the difference between something that rocked and something that fizzled is to track your results and your work.

Track your time and your results

Tracking your work is fairly easy, but it is a habit. Some of us have trouble developing habits. But if you want to know what works or what doesn’t, you need to know how much time it takes you to do it. There’s no need to get crazy with this and track every minute. Think hours, even ten minute increments.

The next piece is tracking the results. In “the biz”, we call this analytics. If you’re using Scoop.it Content Director to manage your blog, you’ll have some good analytics data already within your account. You can also pair that up with Google Analytics. To make Google Analytics do its thing properly, you’ll need to set up some goals. Don’t worry – they take about 5 minutes each to set up. There are resources on how to set up goals here.

Don’t go crazy with setting goals. Track what you need to know to determine ROI. Maybe that’s email sign-ups, downloads of ebooks, demo material or other assets. Maybe it’s orders, or how many people complete a contact form. Just set up your goals FIRST. Remembering to set up tracking after you’ve done a month’s worth of promotion is kinda like closing the barn doors after the horse has run out.

15 ways to get more traffic to your blog

So you’ve got your timer system set up. You’re tracking goals on your blog. Enough with the background work – let’s drive some traffic! These are fifteen time-tested, effective ways to turn a trickle of traffic into a river.

 

1. Optimize your posts for SEO.

Hopefully SEO doesn’t scare you, but if it does, there’s a great free plugin called WordPress SEO by Yoastthat makes optimizing blog posts a snap. The plugin gives you a checklist of suggestions for each post you write. Just keep following the suggestions until the plugin’s color-coded button turns green. Then you’re done.

 

2. Let keyword research shape the topics you write about or share about.

Notice I said “shape”, not “determine”. The days of picking a keyword and then writing a blog post around it are fading, if not already gone. The days of trying to hit a 2% keyword density in your posts are way gone.

However, keywords still matter. Even two minutes spent with a keyword tool (like the Google AdWords Keyword Planner or Ubersuggest) can make a big difference in the success of your post.

 

3. Set up rich snippets.

This is another SEO trick that can give you a significant edge. Some people have seen up to 30% increase in web traffic just by adding rich snippets. So what are they? Rich snippets are basically a way to mark up meta data on your pages so your search engine listings look more interesting, and are thus more likely to be clicked.

The WordPress by Yoast plugin I just mentioned will let you create and edit rich snippets. There’s a good tutorial on how to use it for that here. Or you can get the advanced course by going to Google’s resource area on “Structured Data Markup” which is another term for rich snippets. Use the Structured Data Testing Tool to see how your listings will look.

 

4. Set up Twitter cards and Open Graph tags.

These make your posts look better on social media, thus dramatically increasing their likelihood of getting shared – like by 200%. See Twitter’s online resource (https://dev.twitter.com/cards/overview) to learn about Twitter cards. Once again, the WordPress SEO by Yoast plugin will create Twitter cards for you. Twitter has two other suggestions for plugins and a setup guide here.

Open Graph tags work best on Facebook. Like Twitter cards, they’re a way to dress up your posts so they look better, and thus get shared way more often. Once again, the Yoast plugin can set these up for you. There’s also a new and very promising plugin called “Facebook Open Graph, Google+ and Twitter Card Tags” that can create open graph tags, Twitter cards, rich snippets and Google+ post formatting.

 

5. Add images.

Images break up text, add emotion and engagement, and are way more likely to be shared on social media. Consider having more than one image per post. Some bloggers like to use an image about every 300-400 words, or about every screen length if you’re scrolling.

 

6. Use subtitles, bullet lists.

Want to know the dirty little secret of the blogging world? It’s that people rarely read online. They scan. Resisting this behavior is futile, so it’s best to just format your text so it’s easy to scan. That means using 2-3 subtitles per post. It also means using bullet lists, and bolding important words or terms here and there.

Here’s an easy trick to use more bullet points: Look through your post for commas. Got more than two commas in a sentence? That might be an opportunity for a bullet list.

 

7. Speed up your site.

Website users love fast sites, and Google does too. Use the Google Page Speed Insights Tool to see how you can improve.

 

8. Guest post.

Here’s where that work timer will come in handy. There’s a whole book’s worth of information on how to guest post, but I’ll give you the postage stamp version here.

  • Go find the most widely-read and shared websites in your industry or niche. Really stretch on this. You will probably need to write for a large or very large publication in order to get enough exposure to make quest posting worth your while. Aim for a place with more than 20,000 Twitter followers.
  • See if they take guest posts.
  • Pitch the editor or owner three different terrific ideas for guest posts. Keep your pitch to less than three short paragraphs. Use bullet points.
  • If your pitch is accepted, go write the piece. Make it fabulous. Have one other person read it before you submit it.
  • Add a very short author biography with a tempting call to action at the end of the article.
  • Promote the bejesus out of the piece once it’s published.
  • Thank the editor or site owner.

Guest posting is time-consuming. It can be a little frustrating, too. You make get several rejected pitches. Try at least three guest posts before you give up on it.

 

9. Comment on other blogs.

This is an excellent way to gain exposure and traffic for a fairly small investment of your time. To write good comments, follow these guidelines:

  • Always write comments that contribute.
  • Always be positive.
  • To get your comment in as soon after the post was published as possible. That way your comment will be up at the top of the comments, and will get far more traffic.
  • Share your personal experience with the topic at hand.

 

10. Politely reach out to influencers.

There’s a whole art and science to wooing influencers and getting them to share your content. It can result in massive spikes of traffic when it works, but it can also alienate people sometimes if it doesn’t work.

First thing to do is to only promote your highest quality content. Then find 3-5 people with larger audiences than yours who have shared similar content. Next, customize your pitches. Finally, never say, “please share this”. Say something in line with “Hi. I’ve noticed you’ve got an interest in topic X. I’ve got a post on my site about it that you might like.” This works especially well if you have quoted the influencer in your post.

The next option for getting influencer attention is roundup posts. These are basically where you ask 7-10 experts their opinion on an issue or their experience with something specific. Then you share their responses in your blog post.

 

11. Be helpful.

There are dozens of Q&A sites with thousands of questions, just waiting to be answered. The content you’ve got on your blog could probably answer at least some of them. So get on Quora, or LinkedIn groups, or forums. Find questions or discussions that are directly related to your blog content. Answer the questions. For about every one out of three questions you answer, mention there’s a post on your site that goes into more detail.

Why only one out of three question? Because if you pitch your site, even lightly, every time you answer a question, you’re over-promoting. People hate that.

 

12. Send email updates.

Every new piece of content on your site deserves at least a mention in your email updates. Of course, if you’re using Content Director, this is already pretty much automated for you.

 

13. Write better headlines.

A bad headline will kill a blog post. Use a headline analyzer like the Emotional Marketing Value Headline Analyzer if you aren’t sure you’ve got a strong headline. Or be like the Upworthy’s writers: Write 20 headlines, then pick the best one.

Whatever you have to do, put some serious thought into your headlines. As David Ogilvy used to say, “On the average, five times as many people read the headline as read the body copy. When you have written your headline, you have spent eighty cents out of your dollar.”

 

14. Use your Google Analytics data to find what kind of content does best.

Give the people what they want. Do a content audit once a year to see which posts have generated the most results for you. Write more posts like those.

 

15. Make sure your site is mobile-friendly.

Some sources, like comScore, report that there is now more traffic from mobile devices than there is from desktops. They’ve been saying that since last year. Unfortunately, many of us are still not “thinking mobile first”, though we should be given the Google update that’s coming on April 21st.

So the next time you’ve got some downtime while you waiting somewhere, use that time wisely. Read your own blog on your mobile phone. Subscribe to your email newsletter. Try to leave a comment.

Do you have any tips to increase traffic to a blog? Come on – tell us. That comment box below is just sitting there, waiting for them.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

C’est officiel : Google n’aime plus les blogs

C’est officiel : Google n’aime plus les blogs | Toulouse networks | Scoop.it

On savait, ou en tout cas on pressentait depuis déjà pas mal de temps que Google, qui prétend depuis leur genèse s’appuyer sur les contenus des blogs pour fournir des résultats pertinents à son moteur de recherche, faisait en fait de plus en plus la part belle aux sites de médias dits « traditionnels » (comprendre : les sites web des grands titres de presse, radio et télévision).

Un rapide coup d’œil sur quelques résultats de recherche, dans le moteur Google mais également sur Google Actualités, ne fait confirmer cet état de fait.

Prenons un exemple tout frais de ce jour, sur une thématique « réseaux sociaux » puisque ça parle d’abord de Twitter : le fameux « selfie des Oscars ».

Un sujet qui a énormément buzzé aujourd’hui. Que constatons-nous ? Que si l’on fait une recherche dans Google avec des mots-clés ciblés et ultra-simples comme « selfie Oscars », les résultats de la première page du moteur de recherche et de Google Actus sont littéralement trustés par des médias qui ne viennent pas à l’origine du Web, et encore moins du monde de la tech ou de l’analyse des réseaux sociaux. [1]

Bien sûr le sujet est aussi un sujet « buzz/people » d’actualité chaude mais on constate que même les gros blogs de cette thématique sont relégués loin dans les résultats (à part MeltyBuzz). Bien sûr ce n’est qu’un exemple et un exemple ne peut pas être représentatif, mais malheureusement c’est un constat que je fais quotidiennement sur n’importe-quel sujet, y compris les sujets de prédilection des blogs tech, qui arrivaient généralement en tête des résultats sur les requêtes correspondantes.

Aujourd’hui, Google a tranché : sa confiance va aux « institutionnels » comme Le Figaro, 20 Minutes, le Huffington Post (et ses articles pleins de vide), RTL ou Les Échos. Y compris, souvent, sur des sujets high-tech.

Qu’est-ce que cela dit sur le web, le journalisme et les médias en 2014 ? Probablement que même Google, censé être neutre (?), privilégie les grands titres « historiques » dans son trust rank, même s’ils ne sont pas les plus légitimes pour parler de la dernière version d’Android. Mais, reconnaissons-le aussi, cela signifie que ces fameux grands médias issus de la presse traditionnelle ont su – parfois à grand peine – créer des sections High-Tech crédibles dans leurs rédactions, et embaucher de jeunes journalistes talentueux issus de la génération 2.0. La puissance financière (bien aidée par quelques millions de subventions publiques dont les pure player Web comme nous n’ont jamais vu la couleur) et quelques connivences bien placées – on se tient par la barbichette dans les rédactions – ont fait le reste.

C’est le combat des modernes contre les classiques. On a pensé un moment que les modernes avaient gagné. Ils n’ont pas perdu mais les dinosaures ont la peau dure. Même quand ils sont exsangues… Et apparemment à Mountain View on préfère les dinosaures.

Google me déçoit beaucoup sur ce coup.

[1] pour info, l’article de Presse-citron sur le selfie des Oscars, pourtant posté parmi les premiers ce matin, arrive au-delà de la dixième page. Il y a quelque temps, quand Google « aimait » encore les blogs, il aurait probablement figuré sur la première. Même l’article de The Verge est assez loin dans les résultats…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hip-Hop sur Garonne, un nouveau blog sur Carré d'info -

Hip-Hop sur Garonne, un nouveau blog sur Carré d'info - | Toulouse networks | Scoop.it
Un blog pour explorer la scène toulousaine et raconter la ville de Toulouse au travers du hip-hop et de ses disciplines: rap, mix, danse, graff etc... Du hip-hop dans ton cassoulet!

 

t pour débuter, une interview avec le groupe I2C dont on parle beaucoup en ce moment

more...
No comment yet.