Toulouse networks
Follow
Find tag "#FR2012"
25.3K views | +0 today
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Infographie] Comptes Twitter influents : 30% de faux-followers

[Infographie] Comptes Twitter influents : 30% de faux-followers | Toulouse networks | Scoop.it

La popularité de certains profils sur les médias sociaux est parfois trompeuse. C’est ce que prouve cette infographie créée par la Social Selling University qui analyse la manière dont les entreprises, les célébrités et les candidats à la présidence s’achètent des faux disciples.

Jacques Le Bris's insight:

 

A propos de nos représentants, voici le constat effectué en 2012 après l'élection présidentielle #FR2012

http://0z.fr/nKRXG

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La campagne électorale s'est aussi jouée sur Twitter

La campagne électorale s'est aussi jouée sur Twitter | Toulouse networks | Scoop.it
C'était une première: la campagne électorale a été portée, relayée et commentée par les réseaux sociaux. L'analyse de l'institut Netscope sur une année de twittosphère très politique.

 

Depuis le début de la campagne électorale, celle des primaires socialistes, l'institut Netscope scrute pour L'Express la twittosphère, prenant son pouls politique, en dévoilant les chouchous et les bêtes noires, les débats et les "trending topics", lui redonnant ses vraies couleurs.
A la veille du dernier jour de ce marathon, il a tiré le bilan de cette année très agitée, en particulier sur Internet. Premier enseignement? Un incroyable succès: "De plus en plus de citoyens publient des messages politiques, tout particulièrement sur les réseaux sociaux, dont il faut rappeler qu'ils étaient encore embryonnaires lors de la campagne présidentielle de 2007 (...) Tout particulièrement sur Twitter, où le nombre de messages a plus que doublé, passant de 1 400 000 environ (entre le 19 janvier et le 19 février) à 3 000 000 (entre le 19 mars et le 19 avril) et a atteint un total de 2 800 000 entre les seuls deux tours."

 

Deuxième leçon: "Malgré l'importance qui est la sienne aujourd'hui, le Web n'est pas encore en situation d'imposer son propre agenda et de dicter ainsi le tempo de la campagne électorale. Ce sont encore les grands médias classiques - au premier rang desquels les principales chaînes de télévision et dans une moindre mesure les grandes radios périphériques et les principaux organes de presses (sous leurs versions papier et numérique) - qui font l'agenda politique et imposent les sujets d'actualité." A tel point "que les réseaux sociaux et les blogs n'ont été à l'origine d'aucun buzz de grande ampleur au cours de cette campagne. Ils n'ont fait que réagir à des signaux issus des médias traditionnels, contribuant ainsi parfois à les amplifier et à les entretenir."
Alors, inutile, le Web? Non, "avec les chaînes d'infos en continu, (il) contribue cependant à modifier le rythme et la temporalité des campagnes électorales. Ces nouvelles arènes médiatiques opèrent selon la logique du buzz que les équipes de campagne et les candidats sont, en quelque sorte, contraints d'alimenter quotidiennement. La couverture et le commentaire de la campagne en 'live', de façon continue, qui caractérise à la fois les chaînes d'infos et l'espace numérique va ainsi de pair avec la multiplication des 'annonces', quasi-quotidiennes, destinées à entretenir le buzz et par là-même l'attention de ces nouveaux média sur les acteurs politiques." Avec ce dégât collatéral: "La succession sur un rythme effréné des 'annonces' rend difficile la stabilisation du débat politique autour de clivages et d'axes programmatiques forts, avec pour conséquence une plus grande difficulté à se repérer au sein de l'offre électorale. Il n'est alors pas étonnant que les électeurs jugent la campagne ennuyeuse".

 

Autre conséquence: la personnalisation. Sur le Web, "Nicolas Sarkozy a polarisé l'attention." A lui seul, il a suscité "entre le tiers et la moitié des tweets politiques". Mais cette place privilégiée va "de pair avec son très fort rejet sur la Toile": en temps normal, "entre 10 000 et 15 000 tweets négatifs par jour" - contre 3000 à 5000 pour François Hollande. Et ce malgré "l'intervention organisée des militants UMP", qui "n'a pas suffi à renverser cette tendance".
Quant à François Hollande, "il apparait comme une sorte d'image inversée de Nicolas Sarkozy." Sur le Web, on en a beaucoup moins parlé que de son rival. Il n'a supplanté le président qu'à trois occasions: pendant la campagne-même, "son volume de messages a été supérieur; lors de l'annonce de ses '60 engagements' dans le prolongement du meeting du Bourget, lors de l'annonce de son 'agenda du changement'; lors de l'annonce de la création d'une tranche d'impôt à 75%." Cette dernière proposition "a d'ailleurs alimenté un buzz durable sur la Toile et, a semble-t-il laissé une empreinte dans l'opinion".
Autre grand vainqueur, Jean-Luc Mélenchon. "Alors qu'en début de campagne, il ne parvenait guère à se détacher, en termes de volumétrie de tweets, des autres candidats 'outsiders' - Marine Le Pen et François Bayrou - le leader du Front de gauche a conquis, à partir de la mi-mars, la place de troisième homme". Avec, en outre, un "pourcentage de messages positifs sur le candidat (...) globalement stable, à 24%".

 

Point fort de l'entre-deux tours, le débat, qui a généré un nombre de tweets jamais atteint lors des confrontations précédentes: en moyenne, pendant les trois heures de l'émission, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont enregistré "respectivement 1895 et 2122 tweets/min"! Le candidat de l'UMP a gagné en quantité, mais "c'est le 'hashtag' du candidat socialiste, #voteHollande, qui l'emporte sur celui de l'UMP, #avecSarkozy."
Exceptionnels également, "la nature des réactions durant le débat", et le vocabulaire utilisé. Parce qu'il empruntait "tous les codes du commentaire sportif et en particulier celui de la boxe": chaque camp encourageait "son 'champion', l'invitant à 'mettre à terre' l'adversaire. Jamais la tension entre internautes de gauche et de droite n'avait été aussi exacerbée, comme en témoigne l'usage immodéré de termes péjoratifs pour qualifier l'adversaire: 'nain', 'nabot' pour l'un (...) 'flamby', 'mollusque' pour l'autre."
Mais finalement, qui l'a emporté? Selon Netscope, "la dynamique de campagne a été plus favorable à François Hollande qu'à Nicolas Sarkozy". Le candidat président a certes bénéficié, dans les premiers temps, d'une "prime à la visibilité", en lien avec sa fonction présidentielle, mais l'institut note "une nette montée en puissance de François hollande, la progression de son buzz étant trois fois supérieure à celui de Nicolas Sarkozy". D'autant que "l'enjeu n'est pas seulement de 'faire le buzz' mais aussi d'emporter l'adhésion des 'twittos'." A cet égard, les analyses montrent "que si le rapport tonalité positive/tonalité négative n'a cessé de se dégrader pour Nicolas Sarkozy, il s'est au contraire amélioré pour François Hollande".

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le 17 juin, envoyez 6 gus à l'Assemblée Nationale ! #Législatives2012

Le 17 juin, envoyez 6 gus à l'Assemblée Nationale ! #Législatives2012 | Toulouse networks | Scoop.it
Publication tant attendue des candidatures Pirates aux Législatives 2012 dans la région Midi-Pyrénées !

 

Venez rencontrer les Pirates candidats à La Cale Sèche (41 rue gambetta, 31000 TOULOUSE) le mardi 17 avril 2012 à 20h00.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

TF1 News et Metro s'associent sur Twitter pour la Présidentielle de 2012

TF1 News et Metro s'associent sur Twitter pour la Présidentielle de 2012 | Toulouse networks | Scoop.it
A partir du 9 février 2011, les deux médias lancent ensemble le twittoscopeTM, un baromètre de l'opinion politique en vue de la Présidentielle de 2012.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter : les politiques locaux gazouillent sur le net - La Dépêche

Twitter : les politiques locaux gazouillent sur le net - La Dépêche | Toulouse networks | Scoop.it

Le message en 140 caractères publié il y a quelques jours par Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, sur le réseau social Twitter a ébranlé la sphère politique.

Nombre d'hommes et de femmes publique utilisent ce media pour communiquer avec leurs pairs, les journalistes mais aussi avec leurs concitoyens. A Toulouse, une trentaine de politiciens et élus «tweetent». Et si ce réseau social était un peu endormi à l'échelle de la ville, les dernières élections ont réveillé la Twittosphère locale. D'ailleurs, plusieurs candidats, notamment du PS, se sont inscrits sur Twitter à l'occasion de leur campagne.

(...)

[Note du Curateur] Les Twittos du cru peuvent apprécier la gentille manipulation de cet organe de presse citant essentiellement ses amis et oubliant le parti le plus représenté en 31 sur Twitter... Qui sont les vrais Pirates ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Législatives : le Parti Pirate en version beta en Midi-Pyrénées

Législatives : le Parti Pirate en version beta en Midi-Pyrénées | Toulouse networks | Scoop.it

L’été dernier nous évoquions la création de la section régionale du Parti Pirate peu de temps après l’entrée de leurs grands-frères allemands au Parlement régional de Berlin. La semaine dernière, un sondage outre Rhin les plaçait même devant les Verts. A Toulouse, quelques mois après leur naissance, ils se lancent eux aussi dans le bain électoral et présenteront en juin des candidats aux législatives.

En août dernier l’idée trottait déjà dans les têtes. Il faisait beau, plutôt chaud sur la Prairie des Filtres et la toute fraîche section régionale du Parti Pirate (PP) tenait son premier grand rassemblement des libertaires du numérique : un picnic avec pâté, crumble et nappe vichy. Ils étaient une petite quinzaine de pionniers et de curieux. Amok, ne voulait pas encore dire qu’il s’appelait Michel Amorosa mais envisageait déjà la possibilité de se présenter aux législatives. Depuis aujourd’hui, il est officiellement le candidat du PP sur la première circonscription de Haute-Garonne.

« On est des citoyens et on ne se sent pas représentés. C’est une convergence citoyenne et politique »

Campagne aux frais des candidats et affiche « demain on enlève le haut »
La section régionale n’a pas trouvé suffisamment de volontaires pour être présente partout dans la région mais aura un représentant dans cinq circonscriptions de Haute-Garonne et une du Tarn-et-Garonne*.

(...)

http://carredinfo.fr/legislatives-le-parti-pirate-en-version-beta-en-midi-pyrenees-9841

 

 

* Haute-Garonne :
1ere circonscription : Michel Amorosa (suppléant Olivier Aboubadra)
2e circonscription : Raphaël Isla (Xavier Mouton-Dubosc)
3e circonscription : Carole Fabre (Ludovic Roif)
6e circonscription : Jeremy Collot (Karine Couot)
9e circonscription : Raphaël Durand (Kévin Beaubestre)
Tarn-et-Garonne :
2e circonscription : Cédric Levieux (Mickaël Goubin)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Youtube lance la chaîne "Elections 2012"

Youtube lance la chaîne "Elections 2012" | Toulouse networks | Scoop.it
Guide Social Media :


L’Agence France Presse (AFP) en partenariat avec Youtube, le Centre de la Formation des Journaliste (CFJ) et Twitter lancent la chaîne « YouTube Elections 2012 ».

http://www.youtube.com/user/elections

A daté de ce mois de mai et ce pendant un an, vous pouvez retrouver toutes les informations des campagnes législatives et de la prochaine présidentielle, les vidéos liées à l’actualité électorale ainsi qu’un espace dédiée aux interviews sur la chaine Youtube Elections 2012.Un espace d’informations pour le public, une tribune d’expression pour les candidats.

Cette chaîne d’information d’un nouveau genre est composée de plusieurs modules.

Un espace de débat entre les internautes et les candidats, le communiqué précise : avant chaque entretien, les internautes pourront soumettre leurs questions par écrit ou par vidéo sur YouTube ou via Twitter. Il leur sera ensuite proposé de voter pour leurs questions préférées. Ces questions seront posées lors d’interviews retranscrites sur YouTube, les étudiants du CFPJ seront sollicités pour sélectionner les questions d’internautes et les soumettre aux candidats. D’autre part, pour amplifier l’interaction avec le public, un fil Twitter (@Youtube2012) est mis en place ainsi que des hashtags par sujet : économie (#eco2012), société (#soc2012), politique internationale (#inter2012), environnement (env2012) et autres (#misc2012).

Un autre module permet de retrouver grâce à un un carrousel, les vidéos des chaînes des partis politiques et de plusieurs chaînes d’information partenaires de YouTube, parmi lesquelles BFM TV, France 24 et Euronews, auxquelles s’ajouteront les vidéos produites par l’AFP.

Enfin, le dernier module fournira des données statistiques tirées de l’outil Google tendances de recherches, qui analyse les requêtes des internautes sur Google pour ainsi rendre compte de la popularité des personnalités candidates auprès des internautes.

Cette nouvelle manière de découvrir et participer à l’information politique devrait séduire un grand nombre de citoyens et convaincre les plus réticents de prendre part aux débats par le biais de ces nouveaux moyens d’expression. Avec cette démarche pédagogique, on peut espérer ne plus voir un taux d’abstention record (cf cantonales 2011) mais un regain d’intérêt pour l’actualité politique.
more...
No comment yet.