Toulouse networks
Follow
Find
22.7K views | +8 today
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Tribune Women’s Awards : dirigeantes d’entreprises, à vos candidatures !

La Tribune Women’s Awards : dirigeantes d’entreprises, à vos candidatures ! | Toulouse networks | Scoop.it


L'édition 2013 de La Tribune Women's Awards


Huit femmes, chefs d’entreprise ou cadres dirigeantes en Midi-Pyrénées, seront mises à l’honneur le 12 juin prochain à Toulouse à l’occasion des trophées La Tribune Women’s Awards, organisés par Objectif News et La Tribune. L’appel à candidatures est lancé dès aujourd’hui.

Le 12 juin prochain, à Toulouse, Objectif News récompensera huit femmes à l’occasion des trophées La Tribune Women’s Awards : huit chefs d’entreprise ou cadres dirigeantes à la tête de sociétés de plus de deux ans d’existence.

Six catégories sont ouvertes à candidature : le Prix Commerce et services, le Prix Export, le Prix Finance, le Prix Industrie, le Prix Numérique et le Prix Responsable et solidaire. Les lauréates des Prix Entrepreneur de l’année et Manageur de l’année seront choisies parmi les candidates sélectionnées dans l’une de ces six catégories.

Lors de la précédente édition, neuf dirigeantes d’entreprises régionales avaient été distinguées : Vanessa Vierling (Springlab), Sandrine Queyroi (Easytri), Aurore Beugniez (MyFeelBack), Corinne d’Agrain (ACE Management), Marie-Line Clémençon-Laval (Laselec), Isabelle Buret (Thales Alenia Space), Pascale Bouillé (Vectalys), Nathalie Ducombeau (Airbus) et Gwénaëlle Damamme Le Bars (O’ptimôme).

Pour participer à la phase de pré-sélection, il suffit de remplir un dossier de candidature, disponible ici, et de le retourner complété avant le 25 avril sur alexandre.leoty@objectifnews.com.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Rachat du Groupe Poult par Qualium Investissement. Interview du PDG Carlos Verkaeren.

Rachat du Groupe Poult par Qualium Investissement. Interview du PDG Carlos Verkaeren. | Toulouse networks | Scoop.it

Carlos Verkaeren, PDG du Groupe Poult


Le PDG du Groupe Poult a annoncé jeudi 17 avril aux salariés le projet de reprise du biscuitier par le fonds Qualium Investissement. Un accord d'exclusivité a été signé entre LBO France et Qualium jusqu'à fin juillet. Le projet doit être soumis à l'aval des autorités de la concurrence et obtenir l'avis des instances représentatives du personnel. S'il se confirme, ce rachat doit permettre de conserver le siège social à Toulouse, de poursuivre l'activité et de préserver les emplois. Carlos Verkaeren devrait conserver son poste.

Quel accord avez-vous signé hier ?
LBO France et Qualium Investissement, filiale de la Caisse des dépôts, ont signé un accord d'exclusivité qui court jusqu'en juillet 2014. Ce projet de cession attend la validation des comités d'entreprise respectifs et des autorités de la concurrence pour que le rachat du Groupe Poult soit entériné.

Comment se sont déroulées les négociations ?
Elles ont été longues et intenses. Une autre offre avait été faite par le groupe Bouvard, l'un de nos concurrents sur le marché des biscuits MDD. Ce n'est plus le moment de parler de leur offre, que je ne connais pas dans le détail, mais aujourd'hui, c'est un soulagement et une nouvelle page de l'histoire de Poult va s'ouvrir. Nous sommes arrivés à un projet qui va satisfaire une bonne partie des salariés. Le siège est maintenu à Toulouse, toutes les usines restent en France et nous allons pouvoir poursuivre notre développement à l'international. Le Groupe Poult peut enfin à nouveau penser à l'avenir.

Après plusieurs mois de négociations, quel sentiment prédomine ?
Rien n'est encore définitif mais si cela se confirme, ce serait une grande satisfaction. Avec ce nouvel actionnaire, Qualium Investissement, nous allons pouvoir relancer la machine et mettre en œuvre les projets que nous avions en tête. Maintenant, j'ai la conviction qu'il faut se remettre au travail pour poursuivre le développement de Poult. Je tiens d'ailleurs à remercier LBO France qui nous a accompagné et qui nous a permis de grandir et de mener la politique d'innovation que nous souhaitions. L'entreprise n'est pas la même que celle qu'ils avaient acquise en 2006. C'est aussi grâce à eux. Aujourd'hui, ils nous permettent de poursuivre cette aventure.

Quelle a été la réaction des salariés à l'annonce de l'accord ?
Il y a eu beaucoup d'émotion après plusieurs mois d'incertitude. Les salariés ont reçu, dans l'ensemble, la nouvelle très positivement. Cela montre que les salariés sont très attachés à l'entreprise Poult et qu'ils se sentent très concernés par l'avenir. C'est pour moi une grande satisfaction personnelle.

La mobilisation des salariés sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement Twitter, a-t-elle joué un rôle important dans cet accord ?
Je ne connais pas vraiment l'influence qu'a eu cette mobilisation. Mais il est certain que Qualium Investissement est parfaitement au fait de notre culture particulière. Ils la soutiennent et c'était un des points qu'il fallait absolument valider au cours des négociations. Les 8 ans de collaboration avec LBO France se sont très bien passés. C'était un partenariat riche et il n'y a aucune raison que cela soit différent avec Qualium Investissement. Ils vont nous accompagner sur le plan stratégique mais nous aurons les mains libres au niveau opérationnel. Notre méthode de management, défendue par les salariés sur Twitter, sera toujours la même.

Avez-vous reçu le soutien des pouvoirs publics dans vos négociations ?
Oui et je les en remercie. Il y a une vraie volonté de maintenir les emplois dans la région et un siège social à Toulouse. Nous avons reçu un vrai appui du Conseil régional et des pouvoirs publics au sens large.

Quels sont aujourd'hui les projets du Groupe Poult ?
Nous allons mettre en place une nouvelle ligne de production à Montauban. Cela représente un investissement de 8 M€. Elle concernera un produit européen qui aura, je pense, un très beau succès. Nous souhaitons également accroître la production des biscuits petit-déjeuner dans notre usine de Sully-sur-Loire. C'est un marché en fort développement dans lequel nous devons nous positionner. Poult souhaite également développer son axe santé-nutrition et poursuivre sa politique d'innovation, qui est notre marque de fabrique. Enfin, nous avons des projets à l'international avec l'acquisition de filiales.

Vous mentionnez l'international. LBO France a cédé votre filiale en Pologne. Est-ce un regret ?
Oui, c'est un regret car c'était le début de l'aventure à l'international. Mais, dans le même temps, cela a permis de valider la stratégie d'acquisition que nous avions élaborée et aussi de créer de la valeur pour l'ensemble des actionnaires. Nous allons malgré tout poursuivre dans cette optique de développement à l'international. Nous avons d'autres idées en tête pour l'internationalisation du Groupe Poult. Nous visons notamment les marchés émergents au sens large, ce qui ne va pas nous empêcher de regarder les possibilités dans les autres pays.

Propos recueillis par Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Devriez-vous larguer Twitter?

Devriez-vous larguer Twitter? | Toulouse networks | Scoop.it
Le SPVM a fait les manchettes cette semaine avec l’annonce de son retrait temporaire de la plateforme Twitter (@SPVM) en raison d’un manque de ressources internes dédiées aux médias sociaux. La police de Montréal semble ainsi lancer un signal qui laisse croire à un retour vers une communication plus centralisée émanant de son propre site web, plutôt qu’à une utilisation prioritaire des plateformes sociales à l’intérieur de sa stratégie de communication.

Pour suivre Stéphanie sur d'autres plateformes : Facebook ou LinkedIn.


C’est un peu comme dire : «si on est trop occupé, on peut se passer de Twitter».


Cette défection a été vertement critiquée par la communauté active de la twittosphère, mais est-ce réellement une mauvaise décision? Les petites entreprises qui peinent à trouver du temps pour mettre leur site web à jour devraient-elles aussi remettre en question leur présence sur la célèbre plateforme de microblogging?


Selon la dernière étude du CEFRIO qui date de juin dernier, 12% des Québécois utiliseraient Twitter. Cependant si l’on ne considère que les usagers vraiment actifs, la proportion d’utilisateurs se situe bien en deça du dixième de la population. Il s’agit d’un très petit nombre de personnes. 


« Twitter reste donc une plateforme sociale marginale, dont la réputation surpasse actuellement la réelle popularité. »


En termes de relations publiques, une présence active reste tout de même attendue de la part d’un organisme public comme la police, surtout à Montréal où les utilisateurs de Twitter sont davantage présents. Mais pour la PME en manque de temps et de ressources, il est à propos de questionner le retour potentiel sur investissement de la mise en œuvre d’une stratégie de contenu et d’un monitoring constant de cette plateforme sociale à des fins de développement d’affaires.


Une problématique qui dépasse les frontières du Québec


Il n’y a pas qu’au Québec où le niveau d’adhésion et d’engagement sur Twitter est décevant. Une nouvelle étude de Twopcharts diffusée par le Wall Street Journal la semaine dernière, révélait que :



    • 44% des 974 millions d’usagers de Twitter n’ont jamais tweeté

    • Moins du quart des usagers inscrits se connectent au moins une fois par mois

    • Seulement 11% des nouveaux usagers s’étant inscrits en 2012 twittent toujours


Twitter reste donc une plateforme sociale marginale, dont la réputation surpasse actuellement la réelle popularité. Ce n’est pas pour rien qu’une nouvelle mouture ergonomique et graphique, très semblable à Facebook, est actuellement lancée de manière progressive…


Pour en savoir plus sur les nouveaux profils Twitter.


Avant de jeter le bébé avec l’eau du bain…


En se rapprochant de l’expérience plus accessible de Facebook, Twitter espère rattraper son retard d’adoption, favoriser l’engagement de ses utilisateurs et diminuer l’érosion de sa clientèle.


Le fait d’emprunter le chemin le plus fréquenté fera-t-il disparaître le potentiel différenciateur de Twitter ou rendra-t-il le petit oiseau bleu plus concurrentiel? Chose certaine, les deux plateformes sont de moins en moins complémentaires.


En attendant de connaître la suite de l’histoire, la meilleure stratégie pour la PME constitue à rester présent sur Twitter, mais avec le moins d’effort possible si les ressources ne sont pas au rendez-vous. Pour diminuer le temps imparti dans la gestion de plusieurs plateformes sociales simultanément, l’utilisation d’outils tels que HootSuite, peut également vous faciliter la vie.


À la semaine prochaine!


;-)


Stéphanie

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Exclusif : Webedia rachète OverBlog pour moins de 5 millions d'euros

Pour Webedia, l'objectif est de passer devant CCM Benchmark et de devenir ainsi le sixième groupe le plus visité en France, et séduire ainsi les annonceurs.

Un nouveau chapitre s'ouvre pour Ebuzzing, désormais baptisé "Ebuzzing and Teads" : selon nos informations, le groupe s'apprête à céder sa filiale OverBlog à Webedia pour moins de cinq millions d'euros, en cash. Une manière pour Pierre Chappaz de clarifier son modèle économique et de concentrer ses activités sur la distribution de publicité vidéo avant de préparer son introduction en Bourse sur le Nasdaq. Ebuzzing, qui a récemment fusionné avec la start-up Teads, abandonne ainsi une audience de 11,4 millions de visiteurs uniques par mois

Pour Webedia, qui selon Mediamétrie//Netratings comptait une audience de près de 16,7 millions de visiteurs uniques en février, l'idée est d'atteindre un objectif de 21 millions de visiteurs uniques par mois (audience dédupliquée). Dans l'empire Fimalac, la société de Marc Ladreit de Lacharrière, Webedia cherche donc à devancer l'audience du Groupe CCM Benchmark (Journal du Net, Journal des Femmes etc.) et à se positionner comme le sixième groupe Internet le plus visité en France, derrière la Wikimedia Foundation (Wikipédia). Une course à l'audience qui devrait lui permettre de rentrer dans la tête des annonceurs.

A côté d'Allociné, la valorisation d'Overblog est donc très faible au regard du nombre de visiteurs uniques : le coût du visiteur unique chez Allociné avait été entre six ou sept fois plus élevé que chez Overblog. Reste que pour Webedia, l'objectif est tant de trouver des synergies avec CanalBlog que d'élargir un inventaire pour séduire les annonceurs : l'idée est donc de qualifier des contacts sur des sites comme PurePeople, PureMédias ou Allociné, pour ensuite les recibler avec plus de précision sur OverBlog.

Melberries, la dernière acquisition de Webedia en technologie publicitaire offre par ailleurs de nouvelles perspectives en matière de monétisation vidéo pour le groupe, dont la croissance externe est très soutenue depuis un an : Fimalac s'était offert Allociné en juillet à l'occasion d'une transaction pesant près de 67 millions d'euros. Il mettait ainsi la main sur plus de 23 millions de visiteurs uniques, avant de poursuivre ses emplettes en décembre en s'offrant le guide culturel Exponaute ainsi que le premier concurrent de Marmiton, 750g.com, pour près de 10 millions d'euros.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

OverBlog prend un nouveau départ en se faisant racheter par Webedia - Frédéric Montagnon

OverBlog prend un nouveau départ en se faisant racheter par Webedia - Frédéric Montagnon | Toulouse networks | Scoop.it

L'aventure OverBlog a commencé il y a exactement 10 ans. Julien a commencé à coder le projet en début d'année 2004, avant que Gilles et moi décidions avant l'été de cette même année d'en faire un projet sérieux. C'était, pour nous trois, notre deuxième projet de création d'entreprise.

Entre 2004 et aujourd'hui, Overblog a connu trois points d'étape importants. Premièrement, l'entrée au capital de TF1 en 2006. Nous étions devenu un média un peu par hasard, ça a été l'occasion de mieux comprendre l'enjeu que cela représentait.
Deuxièmement, la fusion avec Ebuzzing, Wikio et Nomao en 2010. Elle devait permettre de devenir un groupe média de nouvelle génération, mais Google n'ayant pas apprécié, nous avons finalement abandonné le projet. Les fonds levés à cette occasion ont été employés au développement web, pour des résultats finalement très probants : nous avons aujourd'hui 60 millions de visiteurs uniques selon Quantcast, et Ebuzzing cartonne.

Troisièmement, le lancement de la dernière version de la plateforme en juin 2012, qui a permis de fournir un outil toujours plus performant et facile d'utilisation pour les utilisateurs d'Overblog.

Aujourd'hui, Overblog connait un nouveau point d'étape dans son histoire en rejoignant le groupe Fimalac.


Qu'est ce que cela signifie pour Overblog et ses utilisateurs?

D'abord je tiens à préciser que je suis très heureux de cette vente. Elle va permettre un grand nombre d'opportunités pour le groupe, et Fimalac est le partenaire idéal : devenant peu à peu un groupe média global, leur projet est unique. Les fonds vont permettre d'alimenter l'incroyable travail de développement d'Ebuzzing-Teads; la plateforme et la marque Overblog, existants depuis 10 ans (rare sur internet), vont continuer de se développer.

Depuis 10 ans, Overblog permet au plus grand nombre de partager ses opinions, ses idées et ses connaissances, simplement et sans aucune connaissance technique. Je suis fier de cette mission, et heureux qu'elle perdure.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué au projet, depuis le démarrage. Je souhaite beaucoup de succès à ceux qui vont continuer d'y travailler. J'ai aussi très hâte de voir le prochaines évolutions de la plateforme.

A partir d'aujourd'hui, je suis un heureux utilisateur d'OverBlog, un heureux actionnaire d'Ebuzzing-Teads, un heureux entrepreneur qui reprend de zéro une nouvelle et excitante aventure depuis New York.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook, la fin d'un monde gratuit ?

Facebook, la fin d'un monde gratuit ? | Toulouse networks | Scoop.it
Le célèbre réseau social lance les posts sponsorisés pour les entreprises. Scandale !

Et si Mark Zuckerberg devenait l'homme le plus détesté des entreprises ? Depuis quelques jours, "Zuk" a décidé de modifier l'algorithme de Facebook afin de diminuer la visibilité des messages des entreprises auprès de leurs fans. On se souvient tous du temps où il suffisait de créer une page Facebook et de l'alimenter pour que le contenu se partage et soit vu. Faire sa promo ou promouvoir sa marque ne coûtait pas un centime. Avouez qu'il fallait être utopiste, voire naïf, pour croire que cela pouvait durer.

Selon certaines études, seulement 11 % des publications postées sur une page Facebook sont visibles dans le fil d'actualités des fans inscrits sur cette page. En d'autres termes, si une marque génère du contenu qui suscite l'engagement de sa communauté, l'algorithme de Facebook fait en sorte qu'une infime partie de celui-ci soit visible dans l'actualité des fans. Et plus vous avez de fans inscrits, plus Facebook vous mène la vie dure.

Selon la direction, on est sur Facebook pour avoir des nouvelles de ses amis, et non des marques, même si on les aime. Ce changement d'algorithme vient donc, selon elle, améliorer l'expérience utilisateur. Brandon McCormick, directeur de la communication de Facebook, a déclaré : "Facebook n'a jamais promis que tous ceux qui aimaient la page d'une entreprise verraient chaque post. Les propriétaires d'entreprises qui avaient cette fausse perception trouvent que les modifications des algorithmes sont dures à accepter."

Fronde

Et pour garantir une plus grande visibilité des contenus, Facebook a mis en place les posts sponsorisés. Ils permettent à une marque de payer, cher, pour qu'une publication soit visible par 75 % des fans de sa page. Une fronde est en train de se lever contre ces changements : pour beaucoup, ils marquent la fin des réseaux sociaux gratuits.

Mais comment pouvait-on croire qu'une entreprise comme Facebook allait garder son service gratuit pour les professionnels ? Au fil des années, chacun s'est approprié Facebook comme s'il lui appartenait, et beaucoup ont oublié que c'était avant tout une entreprise, qui, de surcroît depuis son entrée en Bourse, doit augmenter ses revenus et satisfaire des actionnaires très exigeants. Le réseau social se repositionne comme un canal de promotion dans la plus pure tradition au lieu de valoriser les relations engagées entre les marques et leurs fans. Tout un changement. Il ne serait pas étonnant de voir les autres réseaux sociaux emboîter le pas à Facebook, obligeant les directions marketing à revoir leurs stratégies et... leurs budgets.

Par Sébastien Tortu

more...
oliviersc's comment, April 15, 1:34 PM
Pour les entreprises : so what ; ce serait un scandale pour les particuliers...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

This Is the End of Facebook as We Know It

This Is the End of Facebook as We Know It | Toulouse networks | Scoop.it

Facebook, the company that makes billions from connecting people to each other, is about to make it harder to have a conversation. In the coming weeks, Facebook’s mobile app will be losing its chat feature, a move that will no doubt annoy many regular users. But the gutting likely won’t end there. According to many Facebook watchers, the end of chat is just the first cut in what could eventually lead to the end of Facebook as a single, unified app altogether.

Facebook notified users and confirmed to the press yesterday that instant messaging functionality will be disappearing from its iOS and Android apps in the coming weeks. If users want to keep chatting, they’ll have to download Facebook’s separate Messenger app. It’s one thing to roll out specialized apps like Messenger, Paper, and Camera as optional alternatives for using Facebook, but quite another to force the issue and risk a real sacrifice in user engagement. Some people will upgrade to the Messenger app right away; many others will not. The net result, at least in the short-term, will be fewer people to chat with. Why would Facebook make that kind of sacrifice?

The resounding consensus among the Facebook experts I talked to is that the company is finally making the jump to thinking and acting like an app maker, a software company the keeps functionality narrow and targeted. While users may grow attached to services that work the way they’re used to, like the full-featured Facebook app, the growing Silicon Valley consensus is that people really want a more bite-sized future.

“In mobile we see simple, clear, snackable experiences winning,” says Matt Murphy, who manages the app-focused iFund at venture capital shop Kleiner Perkins. “When you introduce complexity, it can dilute the overall experience.”

Facebook: A Second-Class Experience

Facebook itself has said its flagship app dilutes the messaging experience, which is why, according to the company, users reply to messages 20 percent more in the Messenger app than in the main Facebook App. Facebook CEO Mark Zuckerberg himself has complained that chat inside the Facebook app is a “second-class thing.”

In a way, everything inside the Facebook app is a second-class thing. That’s why the company has been steadily breaking out big chunks of functionality into separate apps over the past two years.

“The Facebook experience is three experiences in one,” says Simon Khalaf, CEO of app tracking firm Flurry. “One is photo sharing; the wall, which is news; and the third is communication. And they’ve broken that up into three applications.”

For photo sharing, Facebook has both Instagram and the Facebook Photos app. For news, it has Paper. And for communication, it has Messenger.

Building the Escape Pod

It’s enough to make one wonder what functionality will be left in the core Facebook app in a few years, once the company has unbundled everything. In mature markets like the U.S., Facebook’s user base has essentially stopped growing. Meanwhile, as users move from desktop Facebook to mobile Facebook, they’re not necessarily using the product as much. Instead, they sometimes turn to competitors like SnapChat and one-time competitors like Facebook-owned WhatsApp.

“A skeptical view of the decisions is that this is Facebook is trying to build an escape pod to a better place as the mother ship starts to stall out,” says Eric Eldon, co-founder of Inside Facebook, former editor-in-chief of TechCrunch, and a longtime journalist. “A gentler one is that they’re just trying to solidify usage of a part of FB that has a lot of unrealized potential … . My guess is that they’re worried about long-term trends around the core Facebook experience and see the popularity of rival messaging apps interfering with Facebook in some sort of deadly way.”

Either way, the move is a crystal clear indication that Facebook is truly serious about splitting its service out into a constellation of mobile apps. There’s no question Facebook’s decision to end chat in its flagship app will be a huge near-term blow to activity levels on its chat network. The Facebook app is widely installed, ranking among the most downloaded apps on both Apple and Google’s app stores. And every time anyone opened that app, they were logged in to Facebook chat — until now.

Of course, having bought WhatsApp, Facebook can afford to take a short-term hit in chat. After all, it just acquired around 500 million messaging users. The time is now ripe for Facebook to transition from being an omnibus social networking website to a factory that churns out compelling social apps, all united on the backend by the same social graph. By relinquishing all those chat users, at least for now, who won’t migrate from the Facebook app to Messenger, the company is making clear it won’t let today’s priorities and profits hold back tomorrow’s innovation. If Facebook can continue to make bold calls like this one, it will undermine the idea, commonly held in technology circles, that the dominant innovators in one computing era almost inevitable are blindsided by the next.

more...
Agriculture and economy's comment, April 14, 3:58 AM
Merci pour cet article. Il confirme mes craintes. Facebook m'a tué ! Depuis quelques semaines (avec la nouvelle maquette ?), je ne reçois plus que très peu de notifications sur mon fil... seulement ceux d'amis. Les posts de mes abonnements et contacts, nombreux (trop ?), ont quasiment disparu. Je n'ai plus accès qu'aux cinquante derniers messages. Plus d'accès à ma page perso (statut) non plus... De tels "réglages" auraient justifié, au moins, un message personnel de Facebook. Un manque de mépris évident pour les utilisateurs. Au secours !
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Faille Heartbleed : les sites pour lesquels il est conseillé de changer son mot de passe

Faille Heartbleed : les sites pour lesquels il est conseillé de changer son mot de passe | Toulouse networks | Scoop.it




Deux jours après la révélation d'une faille de sécurité au sein du protocole OpenSSL, baptisée « Heartbleed », cette dernière est décrite par certains comme « le pire cauchemar » qui puisse arriver concernant la sécurité des échanges sur Internet.

Le logiciel libre OpenSSL est installé sur les serveurs de très nombreux sites pour établir des connexions chiffrées et sécurisées entre ce dernier et ses utilisateurs. De très nombreux sites Internet utilisent OpenSSL, repérable, par exemple, lorsqu'un verrou s'affiche au moment d'un paiement en ligne, ou lorsque l'URL d'un site commence par « https » (le « s » signifiant SSL).

Le bug Heartbleed (dont l'origine se trouve être une erreur de programmation d'un développeur allemand) permet, en théorie, à des pirates informatiques de pouvoir récupérer un grand nombre d'informations sur les utilisateurs des sites utilisant ce protocole de sécurité (leurs identifiants et mots de passe, leurs codes de cartes bancaires, etc.).

Lire : Que sait-on de « Heartbleed », l'inquiétante faille de sécurité sur Internet ?

L'ampleur des dégâts causés n'est pas connue, personne n'ayant réussi à dire pour le moment si des pirates ont découvert ce bug avant son identification par des ingénieurs et l'alerte mondiale lancée lundi 7 avril. Cette dernière précise que le bug est présent dans toutes les versions des logiciels OpenSSL sorties depuis mars 2012. Et que son exploitation par des personnes mal intentionnées ne laisse aucune trace.

Vidéo suggérée sur le même sujet

  • Culture Geek: Heartbleed, la faille de sécurité qui affole le web - 10/04

    Anthony Morel revient, dans sa chronique Culture Geek, sur l'importante faille de sécurité, découverte au sein du logiciel OpenSSL, baptisée "Heartbleed", en référence au mode de fonctionnement du logiciel. Certains experts estiment qu'il s'agit du pire problème de sécurité informatique de la décennie car c'est une vulnérabilité détectée au sein d'un logiciel de cryptage utilisé par la moitié des sites mondiaux. En s'engouffrant dans cette brèche, n'importe quel pirate peut récupérer des identifiants, des mots de passe ou encore espionner des communications, le tout sans laisser de trace.

    2:40

MISE À JOUR DE NOMBREUX SITES

Beaucoup de sites concernés par le problème ont, depuis l'annonce, dit avoir effectué la mise à jour nécessaire pour combler la faille de sécurité. Cela signifie que les utilisateurs de ces sites, dont les données ont pu être avant cela accessibles aux pirates en raison de Heartbleed, peuvent désormais changer leurs identifiants et leurs mots de passe. Cela afin d'être sûr que personne ne puisse se servir des données qui auraient pu être obtenues en exploitant le bug, entre mars 2012 et le 7 avril.

« Si des personnes se sont identifiées sur un de ces services pendant un moment où il était vulnérable, il y a un risque pour que le mot de passe ait été récolté. C'est une bonne idée de changer ses mots de passe sur tous les portails qui ont fait la mise à jour d'OpenSSL », assure un expert en sécurité informatique à la BBC.

Parmi les sites ci-dessous, plusieurs ont d'ailleurs explicitement demandé à leurs utilisateurs de mettre à jour leurs informations d'identification. D'autres ont simplement dit avoir comblé la faille de sécurité, sans préciser s'il fallait ou non changer ses identifiants.

Puisque, de l'aveu même des ingénieurs de Google ayant découvert Heartbleed, « l'exploitation de ce bug [par des pirates] ne laisse aucune trace anormale » et est indétectable, nous vous conseillons de créer un nouveau mot de passe (qui ne soit pas « motdepasse » ou « 123456 ») pour tous les sites ayant annoncé avoir fait une mise à jour d'OpenSSL.

 

  • Facebook. Selon la déclaration du réseau social à Mashable : « Nous avons protégé notre protocole OpenSSL avant que le problème ne soit rendu public [grâce à des informations partagées directement par des ingénieurs de Google travaillant sur OpenSSL]. Nous n'avons pas détecté d'activités suspectes sur des comptes Facebook liées à ce bug. Néanmoins, nous encourageons les utilisateurs de profiter de ce moment pour mettre en place un nouveau mot de passe unique pour Facebook. »
  • Google, et plus précisément ses applications Gmail, YouTube, Wallet, Play« Nous avons évalué la vulnérabilité d'OpenSSL et avons décidé d'appliquer un patch de sécurité aux services-clés de Google, comme la recherche, Gmail, YouTube, Wallet, Play, Apps, et App Engine », déclarent les équipes de sécurité de Google sur leur blog.
  • Yahoo!, dont les services Yahoo Mail, Flickr et Tumblr sont concernés, dit que « les corrections appropriées ont été apportées à tout le portail ». Les équipes de Tumblr poussent leurs utilisateurs à changer tous leurs mots de passe sur tous les sites Internet.
  • Airbnb et Netflix. The Wall Street Journal rapporte que ces deux services ont mis à jour leur protocole OpenSSL après la publication de l'alerte lundi 7 avril.
  • Dropbox. Le service de stockage en ligne a expliqué avoir fait une mise à jour de sécurité pour tous ses services.
  • Pinterest. « Nous avons réparé le problème sur Pinterest.com et n'avons trouvé aucune preuve de fraude. Néanmoins, pour être prudent, nous avons envoyé à des utilisateurs qui auraient pu être concerné des e-mails pour qu'ils changent leurs mots de passe », ont expliqué les équipes du réseau social à Mashable.
  • Instagram. « Nos équipes de sécurité ont travaillé rapidement pour réparer le problème, et nous n'avons pas trouvé de preuves comme quoi un compte utilisateur avait été affecté. Mais, puisque cet événément a un impact sur de nombreux services, nous recommandons que vous changiez votre mot de passe sur Instagram, particulièrement si vous utilisez le même sur d'autres sites », peut-on lire sur Mashable.
  • Twitter. Le réseau social assure que « ses serveurs et ses API n'ont pas été affectés par la vulnérabilité », mais a néanmoins déclaré à Mashable avoir mis à jour ses protocoles OpenSSL.
  • Ou encore, selon les informations récoltées par Mashable, les sites Etsy, GitHub, IFTTT, le jeu vidéo Minecraft, le service de rencontre OKCupid, SoundCloud.

Note : cette liste est susceptible d'être mise à jour, des services comme WordPress ayant dit qu'ils étaient toujours en train d'appliquer les correctifs adéquats.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

ccGenie | New Ways to Make Your Email Work

ccGenie | New Ways to Make Your Email Work | Toulouse networks | Scoop.it

Make Your Email Work

We've been quietly working hard—to make your email work harder.
Your email should do more work for you.
It shouldn't be another job.

That's why we invented ccGenie Rooms—secure cloud-based workspaces that have an email address. That @ symbol lets us do magical things for you.

We keep making ccGenie better for you.
It's what we love—and the only thing we do.



Want More Control Over Who Can Visit and Who Can Add Content to Your Rooms?

 

You got it. Control, deliver, and share content in useful new ways.


Friends can get a ccGenie Room in seconds with the Get Started button below.

Nothing to download. Nothing to install.
 
And, it's easier than ever for you invite people to become Members of a Room.
 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Justice : le Conseil supérieur de la magistrature s'intéresse à Twitter

Justice : le Conseil supérieur de la magistrature s'intéresse à Twitter | Toulouse networks | Scoop.it

L'auteur des tweets a reconnu lui même que les messages publiés durant l'audience étaient "décalés et difficilement admissibles."


La formation disciplinaire du CSM a entendu ce mardi le vice-procureur de Mont-de-Marsan qui avait tweeté durant une audience criminelle montoise, en novembre 2012. La représentante de la Chancellerie a demandé le déplacement d'office du magistrat

Pour la première fois de son histoire, la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature était appelée ce mardi matin à statuer sur le cas d'un avocat général qui avait commenté un procès d'assises sur Twitter. Pour mémoire, l'affaire criminelle se déroulait en novembre 2012 à Mont-de-Marsan, et les faits, qui interpellaient au regard notamment du principe fondamental de séparation et d'indépendance des magistrats du parquet et du siège avaient été révélés par « Sud Ouest ».

Le vice-procureur utilisait le profil @Proc_Gascogne

Le Conseil de la magistrature saisi par Christine Taubira
La Chancellerie avait indiqué à "Sud Ouest" en septembre dernier que l’instance de nomination et de sanction des magistrats avait été officiellement saisi de cette affaire durant l'été par la garde des Sceaux, Christiane Taubira. Cette saisine faisait suite aux conclusions d’une enquête confiée dès le mois de décembre 2012 à l’Inspection générale des services judiciaires (IGSJ).

Selon l'AFP, le magistrat, qui est toujours vice-procureur de la République à Mont-de-Marsan a reconnu avoir tweeté en audience (une vingtaine de messages), mais il a indiqué ne pas avoir mesuré la portée de ses messages. Répondant à une question du président Jean-Claude Marin, il a qualifié certains de ses tweets de "décalés et difficilement admissibles". Il a toutefois assuré n'avoir tweeté qu'à des moments "où il n'y avait pas lieu d'être attentif", entre deux auditions de témoins par exemple. Quant au procès, il a dit avoir pris la précaution de ne rien divulguer qui puisse permettre d'identifier l'affaire ou la juridiction, ainsi que de ne faire aucun commentaire sur les faits.

Toujours d'après l'AFP, ce vice-procureur de la République a défendu son travail lors de ce procès d'assises, affirmant bien maîtriser son dossier et avoir interrogé chaque témoin. "J'ai d'ailleurs été suivi dans mes réquisitions", a-t-il rappelé. Pour lui, ces messages constituaient "une sorte d'exutoire qu'on peut avoir avec toutes les tensions qu'il peut y avoir à ces audiences". 

Tout en reconnaissant avoir été trop loin, le magistrat a jugé que Twitter était "un moyen de faire connaître la justice de l'intérieur". "J'ai toujours été blessé par les critiques qui sont faites sur les magistrats, les représentant comme isolés dans leur tour d'ivoire (...), fonctionnant comme des robots. J'estimais utile de montrer que ce n'était pas que ça", a-t-il dit. 

La représentante de la Chancellerie, Valérie Delnaud, a demandé le déplacement d'office du magistrat, estimant que l'affaire avait eu des "conséquences désastreuses pour l'image de la justice". Elle a rappelé que deux personnes, dont un conseiller à la Cour de cassation, s'étaient émues, via leur compte Twitter, au moment de l'envoi de ces messages, mais que le parquetier n'en avait pas tenu compte. 

Pour Mme Delnaud, il peut y avoir un doute quant à "la prise de conscience de la gravité des faits" par le magistrat, qui a fait preuve, selon elle, d'une "grande désinvolture". La décision a été mise en délibéré au 29 avril

L'autre magistrat impliqué dans le dossier, également en place à Mont-de-Marsan, doit comparaître mercredi devant la formation disciplinaire du CSM dédiée aux magistrats du siège. A l'inverse de l'avocat général, celui qui occupait alors la place d'assesseur n'aurait pas reconnu avoir tweeté durant l'audience.

@Bip_Ed est le pseudonyme de l'autre magistrat montois mis en cause dans le dossier. Il sera entendu ce mercredi devant la formation disciplinaire du Conseil supérieur de la magistrature


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Drink and Cow à La Cantine Toulouse

Drink and Cow à La Cantine Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it

La rencontre des coworkers toulousains et amoureux du web !

Le principe est simple : que vous soyez coworkers ou visiteurs, venez discuter, rencontrer, partager autour d’un verre, sous forme d’apéro partage où chacun amènera un petit quelque chose (à boire ou à manger).

Un concept ultra simple !

Un moment de networking informel entre amoureux du numérique afin de partager pour concrétiser une prise de contact en ligne, de trouver des partenaires, des experts, des réponses et bien sûr de refaire le monde 2.0.

Jacques Le Bris's insight:

Le 08/04/2014 à 18:30

Au 27 rue d'Aubuisson à Toulouse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le réseau social Weibo vise une valorisation de 3,5 milliards de dollars

Le réseau social Weibo vise une valorisation de 3,5 milliards de dollars | Toulouse networks | Scoop.it

Ne l’appelez plus Sina Weibo, mais simplement Weibo, un mix de Twitter et Facebook. Comme ses ainés Weibo souhaite s’introduire sur le Nasdaq et lever 500 millions de dollars pour une valorisation d’environ 3,5 milliards de dollars.

Cette introduction boursière va permettre à Weibo de refinancer sa dette. Un accord avec Alibaba devrait permettre à ce dernier de monter au capital de la société à des conditions préférentielles. Alibaba pourrait detenir 30% de Weibo (18% actuellement).

Suite à cette IPO, Weibo souhaite investir dans son infrastructure, et l’offre produit.

Sina Weibo a été créé en 1999 et a reçu un investissement en 2013 de 586 millions de dollars de la part d’Alibaba, et un accord commercial portant sur la publicité de pres de 380 millions sur 3 ans afin de permettre à Alibaba de faire connaitre ses offres aux utilisateurs de Weibo. La société privilégie le social commerce dans la monétisation de ses services.

Weibo comptait à fin décembre 2013 129 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, dont 61,4 millions l’utilisent quotidiennement, 2,8 milliards de messages mensuels (2,2 milliards contiennent une photo, 81,7 millions une video, et 21,5 millions de la musique)

Weibo a enregistré 188,3 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2013, et des pertes de 38,1 millions, en baisse de 63% par rapport à 2012.

more...
No comment yet.
Suggested by Stéphane Bureau
Scoop.it!

Quand l'Inbound Marketing fragilise votre business

Quand l'Inbound Marketing fragilise votre business | Toulouse networks | Scoop.it
Il ne faut pas se le cacher : l'Inbound Marketing est une entreprise complexe. Mal exécutée, elle peut nuire à votre entreprise.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

French Tech Toulouse

French Tech Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it
La French Tech Toulouse, une initiative collective, en faveur du développement économique et numérique du territoire :Un écosystèmeDans le cadre de l’initiative French Tech, un des leviers d’action sera la mobilisation des écosystèmes sur le territoire avec les « Métropoles French Tech » : des villes françaises qui se caractérisent par une véritable dynamique entrepreneuriale …
Jacques Le Bris's insight:


Suivre @FrenchTech_Tlse


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quelle ville tweete le plus en France?

Quelle ville tweete le plus en France? | Toulouse networks | Scoop.it
Selon une étude du pôle Aura Mundi en novembre 2013, 5% de la population française âgée de 15 ans et plus, possède un compte twitter. Ce sont donc 5.7 millions de personnes qui gazouillent sur le réseau social à travers l’Hexagone. Parmi les 14 plus grandes villes de France, lesquelles sont les plus impliquées sur twitter?

60% des grandes villes sont présentes sur le réseau social, cependant leur nombre de tweets et d’abonnés sont très différents.

Lorsqu’on établit un ratio du nombre d’abonnés par rapport au nombre d’habitants par ville, on remarque la performance et l’influence du compte twitter de chaque ville.

Bordeaux arrive en tête avec un ratio de 15,89% des bordelais qui suivent les actualités postées sur @Bordeaux. La ville bordelaise justifie sa première place avec un compte ouvert le 2 juin 2009, le même jour que @Paris, le compte twitter de la Capitale.


Nantes (@nantesfr), Rouen (@lavillederouen) et Toulouse (@Toulouse) se suivent de près avec un ratio supérieur à 8% pour chacune de ces 3 villes.

Alors que la ville de Marseille  est la 2ème la plus peuplée de France, @villemarseille obtient seulement un ratio de 1.53%. Idem pour la 3ème ville puisque les Lyonnais sont très peu impliqués avec un ratio de 0.29% pour @villedelyon.

Il est important de noter que les villes de Montpellier et Lille n’ont pas été intégrées à ce classement puisqu’elles ne disposent pas de compte dédié à la ville. Les collectivités ont préféré privilégier uniquement des comptes dédiés à leur métropole.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Prix La Tribune Jeune Entrepreneur : les quatre finalistes Centre Sud voient grand

Prix La Tribune Jeune Entrepreneur : les quatre finalistes Centre Sud voient grand | Toulouse networks | Scoop.it


Olivier Carré, Aurore Beugniez, Arnaud Ayrolles et Arnaud Thersiquel


Ils sont quatre et ils sont les lauréats Centre Sud du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur (PLTJE). Martin Malvy, ancien ministre et président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, a assisté à la soirée de sélection lundi 14 avril, et a enjoint les quatre finalistes de décrocher plusieurs titres nationaux du Prix.La finale aura lieu à Paris le 29 avril.

Une douzaine de jeunes entrepreneurs avait été conviée au Conseil régional de Midi-Pyrénées à Toulouse lundi 14 avril, pour présenter leurs parcours et leurs activités devant le jury de sélection régionale du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur, espérant ainsi pouvoir décrocher une place en finale nationale du Prix. Quatre d’entre eux ont reçu le précieux sésame pour ce concours qui récompense les meilleurs entrepreneurs de moins de 36 ans en France.
Olivier Carré, fondateur du Groupe Carré, défendra les couleurs de la région Centre Sud dans la catégorie Green Business. Ce diplômé de l’école des Mines d’Albi a créé sa première société en 2008, et a fondé deux autres structures depuis. Toutes œuvrent en faveur des énergies renouvelables. À 30 ans, il dirige une équipe de 12 salariés et envisage de lever des fonds en 2015 pour accélérer la commercialisation de ces derniers produits photovoltaïques Made in France, comme une borne d’éclairage en bois haut de gamme destinée à équipée les propriétés de particuliers et les hôtels de luxe.

Arnaud Ayrolles, 35 ans, représentera pour sa part la catégorie Industrie. Dès 2004, il s’est lancé avec deux associés dans la fabrication de jeux et jouets à diffuser dans les relais presse, comme les albums d’images à collectionner. Mais en 2009, une nouvelle stratégie de distribution a été mise en place. Désormais, les 55 salariés du groupe Nap s’emploient à aider les points de vente de presse à diversifier leurs activités pour pérenniser ses commerces de proximité. Plus de 27.000 points de ventes et 1 700 relais affiliés distribuent les produits du Groupe Nap, tels que des jouets, des livres, de la confiserie ou des produits de téléphonie et cigarettes électroniques. En 2013, le Groupe a réalisé 40 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Dans la catégorie Numérique, c’est une femme entrepreneure qui a été sélectionnée. Aurore Beugniez, 26 ans, a cofondé My Feel Back avec deux associés après avoir planché sur un projet d’entreprise lors d’un événement Start-up Week-end à Toulouse. Elle vend son logiciel SaaS de connaissance client à plus de 50 grands comptes. Son équipe compte aujourd’hui 9 personnes basées à Toulouse.

Dans la catégorie Start du PLTJE, ouverte aux entrepreneurs qui viennent de lancer leur activité ou qui sont en cours de création de leur structure, c’est Arnaud Thersiquel, diplômé de Toulouse Business School, qui a été invité à poursuivre la compétition. Le fondateur des Ateliers Tersi souhaite faire perdurer le savoir faire français dans la fabrication de chaussures grâce à ses créations, qui seront vendues en ligne et dans des concept-stores triés sur le volet. Il entend produire des souliers d’exception, dessinés avec des artistes, chanteurs et écrivains célèbres.

Il a emporté la majorité des voix au sein d’un jury composé des partenaires de La Tribune. Annie Algranti, directrice des relations avec les collectivités locales d’Orange, Bruno Metais, directeur PME et professionnels d’EDF Commerce Sud-Ouest, Laurent de Calbiac, directeur régional Midi-Pyrénées de BpiFrance, Jean-Christophe Monjot, directeur marché des professionnels de la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées et Frédéric Niccolini, directeur régional Midi-Pyrénées d’AG2R-La Mondiale se sont mobilisés pour étudier toutes les candidatures. Souad Idali, chargée de mission à la direction de l’action économique et de l’innovation de la Région Midi-Pyrénées, a porté une attention particulière à la contribution des activités des candidats dans le développement du territoire. Emmanuelle Durand-Rodriguez, rédactrice en chef d’Objectif News, a questionné les candidats sur leur stratégie de communication notamment.

Finaliste 2013 du Prix du Jeune Entrepreneur dans la catégorie Social Business, Jean-Paul Di Cristo, le cofondateur d’Aide@venir, a passé le relais aux finalistes tout juste sélectionnés en leur donnant quelques conseils pour optimiser leurs présentations en vue du jury national, qui se tiendra le 29 avril à Paris. Martin Malvy, ancien ministre et président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, a souhaité ses meilleurs vœux de succès aux quatre finalistes régionaux. Tout en confiant son espoir de compter à nouveau un entrepreneur de Midi-Pyrénées au palmarès national 2014 du Prix La Tribune du Jeune Entrepreneur. L’an dernier, il avait eu le plaisir de féliciter Romain Ravaud, le fondateur de Whylot, pour son sacre national dans la catégorie Industrie.

Perrine Créquy

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Webedia Acquires Blogging Platform OverBlog

Webedia Acquires Blogging Platform OverBlog | Toulouse networks | Scoop.it
Long-standing blogging platform OverBlog has been acquired by Webedia, a French online media company, for "less than $6.9 million" (€5 million) according.


Long-standing blogging platform OverBlog has been acquired by Webedia, a French online media company, for “less than $6.9 million” (€5 million) according to L’Opinion.

OverBlog co-founder and CEO Frédéric Montagnon wrote on his blog that it’s been a long and winding road for OverBlog.

OverBlog was created ten years ago. As a reminder, the web was very different back then in 2004: Twitter and Tumblr didn’t exist, Facebook just opened for Harvard students. The Motorola Razr was the most popular phone. The year before that, Google acquired Blogger, which was also the year that the open source project called WordPress started.

In other words, it made a lot of sense to start a better blogging platform. But a couple of years after its inception, OverBlog became something slightly different and turned into a media company. Television network TF1 invested in OverBlog. Then the startup merged with Ebuzzing, Wikio and Nomao in 2010. After that, only one thing mattered: building an audience.

At the same time, Ebuzzing slowly but surely became an advertising technology company. It recently merged with Teads, and the newly formed company is aiming for an IPO in 2015. Selling OverBlog will streamline the company a bit in order to stay focused on ad tech.

Webedia is a sort of French version of Gawker with many content brands around fashion, music, cinema, lifestyle and more. It will keep OverBlog intact and grow its audience. Adding millions of pageviews will be a great asset for Webedia to pitch potential advertisers.

Montagnon, who has been based in New York for a few years, won’t take part in the acquisition. He will work on other projects in New York instead.

.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En Midi-Pyrénées, la nouvelle génération fait bouger les lignes

En Midi-Pyrénées, la nouvelle génération fait bouger les lignes | Toulouse networks | Scoop.it


"50 jeunes qui font bouger Toulouse" 


Midi-Pyrénées est la région la plus attractive pour les jeunes. À Toulouse, comme dans toute la région, la nouvelle génération fait bouger les choses. Le dernier numéro d’Objectif News, actuellement en kiosque, fait la part belle aux jeunes talents de Midi-Pyrénées ! 50 personnalités de moins de 40 ans, qui incarnent cette génération, ont été sélectionnées par la rédaction.

Amélie Kauffer, Thomas Salomon et Baptiste Tignol n’ont pas eu peur de la crise. Tout juste sortis de l’école de commerce, ils ont lancé Cocorico il y a quelques mois. Un pari en forme de défi à la morosité et au pessimisme ambiants. Comme eux, nombreux sont les jeunes de Midi-Pyrénées qui apportent des idées nouvelles.

Une région attractive pour les jeunes
La région donne sa chance aux jeunes. Une tendance confirmée par les chiffres. Selon la dernière enquête réalisée par l’Insee, Midi-Pyrénées est proportionnellement la plus attractive des régions françaises pour les jeunes de 18 à 24 ans, avec un taux de migration net très élevé, loin devant l’Île-de-France. Sur la période 2001-2006, chaque année, pour 10 000 jeunes de 18-24 ans présents en Midi-Pyrénées, 156 s’installaient sur notre territoire. Les jeunes de moins de 40 ans représentent 70 % des nouveaux arrivants, et Toulouse, bien sûr, reste le centre d’attraction. Étudiants et jeunes diplômés s’y installent.

Jeunes entrepreneurs sans peur et plein d’idées
Tous les secteurs de l’économie sont concernés mais la nouvelle génération se distingue particulièrement dans le domaine des nouvelles technologies. Aurore Beugniez, cofondatrice de MyFeelBack, et Éric Charpentier, président de Payname, en sont de parfaits exemples. La TIC Valley et son camping sont aussi un vivier important de jeunes entrepreneurs. Avec ces bouleversements technologiques et la persistance de la crise, les méthodes de management évoluent aussi et les jeunes dirigeants adoptent de nouvelles stratégies qu'ils ont réussi à adapter à leurs secteur d'activité ou la taille de leur entreprise. De jeunes manageurs que l'on retrouve également à la tête de projets structurants ou de missions de développement économique en Midi-Pyrénées.

Ses écoles et ses laboratoires sont autant de fabriques de talents, et leur réputation est grandissante. Pour Guillaume Plantin, professeur à TSE et membre du Conseil d’analyse économique, Toulouse "a les moyens de concurrencer les grands écoles anglaises et américaines". Dans ce numéro, de nombreux chercheurs ont également été mis en lumière autour de l’économie, du management et de l’innovation, qu’elle soit médicale ou environnementale. Membres du CNRS, de l’Inserm, de TSE ou de TBS, ils incarnent la réussite régionale dans leurs domaines respectifs.

La jeunesse s'est également approprié les débats de société. Élus, avocats, architectes, ils contribuent à ancrer Midi-Pyrénées dans la modernité. Une erreur s’est d’ailleurs glissée dans le magazine puisque la jeune avocate que nous avons choisi de mettre en lumière, Jennifer Cambla, n’a que 29 ans et pas 44 ans comme indiqué !

Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter : un système de notifications par pop-up fait son apparition

Twitter : un système de notifications par pop-up fait son apparition | Toulouse networks | Scoop.it

Si vous utilisez le site de Twitter pour partager des messages sur le réseau social, vous avez peut-être remarqué une nouveauté ce matin : désormais, Twitter utilise un système de notifications pop-up pour vous informer d’un retweet, d’un nouveau message ou d’une mise en favori.

Twitter a déployé ce matin une nouvelle fonctionnalité sur son site Web. Les membres du réseau social verront désormais s’afficher de petites notifications pop-up à chaque fois qu’ils reçoivent un message privé, une réponse, un retweet ou que leur message est indiqué comme favori par un autre utilisateur. Un système qui vise à booster les interactions entre les utilisateurs et à rendre la navigation plus “vivante”.

Dans les paramètres, il est désormais possible de demander que le système vous envoie automatiquement une notification à chaque fois qu’un membre vous suit.

Popularisé sur Facebook, le système de notifications semble voué à devenir un nouveau standard sur les réseaux sociaux.

Si vous n’avez pas encore accès aux notifications sur le site de Twitter, pas de panique, puisque le déploiement de la nouvelle fonctionnalité se fera par vagues.

On en parle sur le forum.

Articles similaires:
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ces chiffres inquiétants pour Twitter

Ces chiffres inquiétants pour Twitter | Toulouse networks | Scoop.it
Début février, Twitter a dévissé en Bourse après avoir publié des résultats inquiétants

Les temps sont rudes pour Twitter. Le site de micro-blogging - qui a a racheté l'application pour smartphones Cover en début de semaine - voit de nombreux concurrents lui voler dans les plumes et son cours de bourse chute inexorablement depuis plusieurs semaines (il a perdu 37 % depuis le début de l’année). La raison ? Les doutes des marchés financiers sur la viabilité de son modèle économique, sa capacité à monétiser son audience et à développer son parc d'abonnés. Des doutes qui ne risquent pas de s'apaiser avec l'étude de Twopcharts - un site passant au crible l'audience et l'activité des comptes sur Twitter - comme le rapporte le "Wall Street Journal" .

428 millions

C'est le nombre de personnes s'étant créé un compte et qui n'ont jamais envoyé de tweet puisque selon Twopcharts, 44% des 974 millions de comptes existant (ndlr : Twitter revendique 241 millions d'utilisateurs actifs par mois, c'est à dire des personnes qui se sont connectés à leur compte au moins une fois dans le mois) n'ont pas dépassé le stade de la création du profil et éventuellement de la simple fréquentation du site de micro-blogging.

292 millions

Seuls 30% des comptes existant, soit quelque 292 millions, auraient envoyé entre 1 et 10 tweets.

23%

Si Twopcharts estime que 542,1 millions de comptes ont déjà envoyé un tweet, seuls 23% d'entre eux, soit quelque 125 millions, ont tweeté lors des 30 derniers jours.

13%

Seuls 13% des comptes existant, soit 123 millions, ont dépassé le stade des 100 tweets sur le réseau social.

10,7%

Dans une étude publiée il y a quelques semaines , Twopcharts estimait que sur le mois de février 2014, seuls 10,7% des comptes créés lors de l'année 2012 - et encore existant - ont tweeté au moins une fois sur la période. Pour les années 2008 et 2009, ce ratio atteint respectivement 28,5% et 25%. A noter cependant que celui-ci s'améliore légèrement avec les nouveaux profils crées en 2013 puisqu'il se porte à 12,9%.

Twitter n'a pas souhaité commenter l'étude de Twopcharts.

Des chiffres alarmants

Des chiffres qui inquiètent dans la mesure où le modèle économique de Twitter repose sur l'utilisation qu'en font ses abonnés . En effet, 87% du chiffre d'affaires de Twitter provient de la publicité revendue aux marques souhaitant optimiser leur audience sur le réseau social. Pour cela, ces dernières disposent de trois offres : le « tweet sponsorisé », le « compte sponsorisé » et les « tendances sponsorisées ».

Mais si d'une part, Twitter peine à développer son parc d'abonnés - au cours du dernier trimestre de 2013, le nombre moyen d’utilisateurs mensuels du réseau social n’a augmenté que de 3,8% par rapport au trimestre précédent , soit la plus faible progression depuis que Twitter a commencé à publier des données sur ses utilisateurs - et que d'autre part, les derniers arrivants sont de moins en moins actifs et assidus, la firme dirigée par Jack Dorsey risque de devoir attendre encore un peu avant de parvenir à générer des bénéfices, elle qui n'en a encore jamais dégagé.

.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Quand les sociétés font main basse sur les expressions les plus courantes

Quand les sociétés font main basse sur les expressions les plus courantes | Toulouse networks | Scoop.it
Dans cette guerre économique acharnée que se livrent Google, Facebook, Amazon, Microsoft ou Apple, les mots et les expressions les plus simples sont pris d'assaut. Jusqu'à l'absurde.


On a frôlé l'absurde. Le United States Patent and Trademark Office (équivalent américain de l'Institut national de la propriété intellectuelle français) vient de débouter Google, lundi 7 avril, pour le dépôt du mot « glass» (« lunettes » – écrit dans la police de caractère spécifique), afin de protéger ses Google Glass.

Voici ce que Google souhaitait protéger : GL/ISS

Raison du refus de l'organisme américain : « glass » est un mot d'usage trop commun et trop vague pour justifier la demande de Google. Ouf.

Mais « glass » n'est pas le seul terme courtisé par Google. Dans la course à l'innovation et à la concurrence, les grandes entreprises tentent de protéger à tout va.

Google s'est ainsi vu accorder le terme « Google » et son néologisme « to google » (« googler ») et tente maintenant de faire main basse sur « hangouts » (« lieux de rencontres » – sa messagerie instantanée) ou encore le plus incongru « field trip » (« excursion » – son appli de géolocalisation).

Évidemment, prononcer la phrase « Allons faire une excursion au lieu de rencontres » n'exposera pas le quidam à devoir payer des droits à Google. Mais si une marque concurrente utilise l'un de ces mots très communs, elle devra s'acquitter de dommages et intérêts.

Si certaines tentatives absurdes, comme « glass » se sont soldées par un échec – définitif, semble-t-il – , Google n'est pas la seule entreprise à préférer déposer un grand nombre de termes usuels plutôt que d'inventer des expressions ad hoc.

Twitter a ainsi réussi à protéger le mot « tweet ». Instagram a tenté d'interdire à d'autres applications d'utiliser les termes « Insta», « Gram » et « IG ». A priori, rien d'anormal.

Facebook a été plus offensif. En plus d'avoir déposé « FB », le réseau s'est approprié les termes « face » (« visage »), « wall » (« mur » ) et le logo « F ». La protection du mot « book » (« livre »), en revanche, a été refusée.

Skype a réussi à protéger le mot « silk » (« soie »), du nom d'un format de compression.

Zynga a déposé l'expression « with friends » (« entre amis »). Le développeur de jeux sur téléphone portable est donc dans son bon droit de poursuivre une société qui l'utiliserait. Ce dont il ne se prive pas, d'ailleurs.

Amazon a fait une razzia sur les termes utilisés sur son site : « I want one ! » (« J'en veux un »), « look inside » (« regarde à l'intérieur ») ou « Earth's biggest » (« le plus grand de la Terre »), entre autres, sont protégés d'un trademark.

L'entreprise était d'ailleurs en procès avec Apple pour le terme « app store ». De son côté, la marque à la pomme a tenté de déposer le mot « start-up », sans succès.

Son concurrent, Microsoft, a réussi à faire de « haunt » (« hanter ») sa propriété, mais ne s'est pas vu accorder le droit exclusif d'utiliser « age of mythology » (« l'ère de la mythologie »), « natural » (« naturel ») ou encore « rare ».

Samsung a officiellement demandé le dépôt de « dark screen » (« écran noir ») et « finger scanner » (« scanner à doigt »). Le verdict est encore en attente.

Plus fort encore, Google a déjà déposé le geste d'un cœur fait avec ses doigts, afin de « liker » ce que les Google Glass ont devant leurs verres. L'entreprise se réserve aussi le droit d'utiliser les grimaces (langue tirée, sourcils froncés, front plissé...) pour déverrouiller son smartphone Android, le système d'exploitation de la marque.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Space Apps Challenge - Ready for Space Action

Space Apps Challenge - Ready for Space Action | Toulouse networks | Scoop.it
For the second consecutive year, Toulouse, first city in France in the field of aeronautics and space, joins the International Space Apps Challenge! 
This participation is supported by La Cantine Toulouse, a major digital space and a landmark for all digital communities in the South West. 
La Cantine Toulouse organizes Space Apps 2014 in close collaboration with La Cantine Paris and le FabLab Toulouse. Experts from CNES (National Center for Spatial Researches) will be present throughout the weekend to help participants to answer the challenges!

http://lacantine-toulouse.org/


Other information concernant Space challenge in Toulouse:

For the first time, CNES and its partners organize ActInSpace, inspired by the “hackathons”, on 23th and 24th of May 2014.

 This 24 hours event, opened to a general public will take place in many French cities such as Toulouse, Bidart, Paris,

Sophia Antipolis, Toulon and Guyana at the same time. It provides a unique opportunity for CNES and its partners

to advance technology development while engaging the candidates in meaningful participatory exploration.

Students, entrepreneurs, researchers, developers, job-seeker, creative, experts and all spatial lovers, will create teams

in order to tackle one of the several challenges posed by CNES.

 The aim is not only introducing the students to the stakes of Space, but also enabling to foster vocations,

developing innovative ideas and finally stimulating entrepreneurship.  

More informations: www.cnes.fr/ActInSpace

Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus...


https://2014.spaceappschallenge.org/location/toulouse/


A La Cantine Toulouse les 12 & 13 avril 2014

27 rue d'Aubuisson

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une énorme faille de sécurité dans de nombreux sites internet

Une énorme faille de sécurité dans de nombreux sites internet | Toulouse networks | Scoop.it
Des spécialistes informatiques ont mis en garde, mardi 8 avril, contre une importante faille dans un logiciel d'encodage utilisé par la moitié des sites internet, qui permet aux pirates de pénétrer dans les ordinateurs pour y récupérer codes et mots de passe.
  • Où se situe cette faille ?

La faille, découverte par un informaticien de Google, a été baptisée « Heartbleed » (« cœur qui saigne ») parce qu'elle touche au cœur du logiciel OpenSSL, installé sur le serveur du site auquel l'internaute se connecte et qui permet de protéger ses mots de passe, ses numéros de carte bancaire ou d'autres données sur Internet. Il est utilisé par la moitié des sites web (voire deux serveurs sur trois, selon le site américain The Verge), mais la faille n'existe pas sur toutes les versions. Selon Fox-IT, cette faille existe depuis deux ans environ.

  • Que permet-elle ?

Par cette faille, les pirates peuvent récupérer des informations en passant par la mémoire des serveurs de l'ordinateur, selon des spécialistes de la société de sécurité informatique Fox-IT. « Le nombre d'attaques qu'ils peuvent effectuer est sans limite », indique-t-elle dans un billet recensant les procédures à suivre pour repousser les incursions.

Parmi les informations susceptibles d'êtres récupérées par les pirates figurent le code source (instructions pour le microprocesseur), les mots de passe, et les « clés » utilisées pour déverrouiller des données cryptées ou imiter un site. « Ce sont les joyaux de la couronne, les clés d'encodage elles-mêmes », souligne le site Heartbleed.com qui détaille les vulnérabilités de la faille. Ces clés « permettent aux pirates de décrypter tous les trafics, passés et à venir, vers les services protégés et d'imiter ces services ».

  • Quels sites sont touchés ?

OpenSSL est utilisé par la moitié des sites internet donc la faille est très répandue. Mais des « géants » de l'Internet, seul Yahoo! a été semble-t-il concerné. Apple, Google, Microsoft, Facebook et la majorité des sites d'e-commerce et bancaires ne le sont pas.

Grâce à cette faille, des chercheurs en sécurité informatique ont rapporté avoir donc été capables de récupérer des informations de mots de passe de Yahoo!, qui a précisé mardi avoir pu résoudre le problème. Egalement touché, Tumblr (qui appartient à Yahoo!) a annoncé mardi avoir corrigé le problème, selon le New York Times.

Le site Filippo.io/heartbleed permet de tester si un site est vulnérable ou non.

Un billet sur le site Tor Project, qui milite pour l'anonymat en ligne, exhorte ceux qui ont des besoins élevés en matière de protection en ligne d'éviter d'utiliser Internet pendant quelques jours, afin de permettre aux sites et aux serveurs d'améliorer leur sécurité.

Mais selon le site spécialisé TechCrunch, « même si vous corrigez votre OpenSSL, vous ne savez pas si vos serveurs ont été piratés ». « Vous pouvez jeter les vieilles clés et générer de nouvelles, mais elles vous permettent seulement d'aller de l'avant », ajoute le site. Autrement dit, le serveur est désormais protégé mais les données contenues sur le serveur pourraient déjà avoir été téléchargées.

TechCrunch cite également un spécialiste de la sécurité informatique, Nicholas Weaver : « Je parie qu'il y aura encore beaucoup de serveurs vulnérables d'ici un an. Cela ne sera pas réglé comme cela. »

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hack the city : Permis de déconstruire la ville | La Cantine Toulouse

Hack the city : Permis de déconstruire la ville | La Cantine Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it
  • HACK THE CITY VISION CAMP - 8 avril 2014 - de 11h30 à 17h

Rendez-vous PARTICIPATIF pour exprimer des visions communes : Venez faire émerger ce qui vous manque et ce dont vous rêvez.


Pourquoi participer ?

Transformer, vivre, bouger la ville pour vous et par vous :
Vous habitez la cité, vous y travaillez, vous la connaissez, vous l’aimez, vous la vivez. Vous avez envie de la réfléchir et de la bouger, de la rendre plus innovante, plus en avance, mieux appropriée à vos besoins.
Habitants, acteurs socio-économiques, acteurs publics, associations : participer à Hack The City, c’est vous approprier votre cité et développer ensemble des solutions concrètes pour l’améliorer.

Pour participer à distance grâce à Moodinbox©:

Il suffit de vous brancher comme d'habitude sur Twitter et de suivre et utiliser les hashtag suivants :

Jacques Le Bris's insight:
Inscription :http://lacantine-toulouse.org/6702/hack-the-city-permis-de-deconstruire-la-villeInscription gratuite mais obligatoire.Pique-nique partagé tiré du sac : Pensez à amener à boire et/ou à manger !
more...
No comment yet.
Suggested by Stéphane Bureau
Scoop.it!

Les longueurs idéales pour toutes vos publications en ligne

Les longueurs idéales pour toutes vos publications en ligne | Toulouse networks | Scoop.it
Combien de caractères pour un Tweet, un post sur Facebook ou Google+, pour un billet de blog et son titre, pour un objet d'email ?
more...
No comment yet.