Toulouse La Ville Rose
72.5K views | +18 today
Follow
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc reçu à l’Elysée

Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc reçu à l’Elysée | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

François Hollande recevait les douze présidents des métropoles françaises pour un déjeuner de travail.

 

Par Pascal Pallas

Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse, était invité à l’Elysée ce jeudi 19 février en sa qualité de président de Toulouse Métropole.

Le président de la République François Hollande organisait en effet un déjeuner de travail autour de la mise en place, ce 1er janvier 2015, du statut des métropoles en France.

L’occasion pour les douze présidents de métropole en France de faire un premier retour d’expérience au président de la République ainsi qu’à la ministre en charge de décentralisation Marylise Lebranchu et au secrétaire d’Etat à la réforme territoriale André Vallini.

« Nous avons fait passer au chef de l’État plusieurs messages qui me semblent importants : la nécessité d’une coopération équilibrée entre régions et métropoles dans la réforme territoriale ou encore le besoin de dialogue local, au cas par cas, avec les futurs Conseils départementaux pour décider des transferts de compétence», rapporte Jean-Luc Moudenc.

 

 

Pour de meilleurs choix financiers

Comme ses collègues, Jean-Luc Moudenc a également interpellé sur le président sur « les immenses difficultés budgétaires dans lesquelles sont plongées nos collectivités à cause de l’effondrement drastique des dotations de l’État : nous devrons hélas sabrer dans les investissements locaux, pourtant générateurs importants d’emplois».

« Les Métropoles, par leurs investissements, jouent un rôle clé pour la croissance et l’emploi dans notre pays. En même temps, elles sont des acteurs quotidiens très engagés pour la solidarité (logement social, insertion, accueil des populations fragiles, etc.). Nous avons rappelé au Président de la République la nécessité de ne pas perdre de vue cette double-réalité dans les choix financiers et d’organisation territoriale qui seront faits dans les mois à venir » poursuit le président de Toulouse Métropole.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Qui sont les 20 vice-présidents de Toulouse Métropole ? 14 sont à droite, 6 à gauche

Qui sont les 20 vice-présidents de Toulouse Métropole ? 14 sont à droite, 6 à gauche | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Ils sont vingt, et sont désormais responsables des politiques menées par Toulouse Métropole en matière d'habitat, de culture, d'environnement ou encore d'innovation. Ce matin lors du 1er conseil communautaire de Toulouse Métropole, les vice-présidents qui accompagneront Jean-Luc Moudenc dans la gestion de la communauté d'agglomération ont également été élus. Retrouvez la liste complète des noms, et des délégations.


Les vice-présidents de Toulouse Métropole

1er vice-président    
Michel Aujoulat (Cugnaux)    
Environnement
 et développement durable

2e vice-présidente    
Karine Traval-Michelet  (maire de Colomiers)    
Habitat

3e vice-président 
   
Vincent Terrail-Noves (maire de Balma)    
Sports et Bases de loisirs

4e vice-président
Bernard Keller (maire de Blagnac)
Aéronautique, Espace
et Plateformes aéroportuaires
 
5e vice-président   
François Chollet (Toulouse)    
Prospective, contractualisation et programmation métropolitaines, Recherche et Innovation

6e vice-président
Claude Raynal (maire de Tournefeuillle)
Culture
 
7e vice-présidente  
Dominique Faure (maire de Saint-Orens)    
Développement économique et Aménagement des zones d’activités économiques

8e vice-président    
Marc Péré (maire de L’Union)    
Déchets Urbains

9e vice-présidente    
Annette Laigneau (Toulouse)    
Urbanisme et Projets urbains

10e vice-président    
Dominique Coquart 
(maire de Villeneuve Tolosane)    
Aménagement et Politique foncière

11e vice-président
Grégoire Carneiro (maire de Castelginest)
Voirie

12e vice-président   
Gérard André (maire de Aucamville)    
Coordination des pôles de proximité

13e vice-président    
Sacha Briand (Toulouse)    
Finances

14e vice-président    
Bernard Soléra 
(maire de Quint-Fonsegrives)    
Eau et Assainissement

15e vice-présidente    
Sylvie Rouillon--Valdiguie (Toulouse)    
Développement touristique

16e vice-président    
Jean-Michel Lattes (Toulouse)    
Transports et Déplacements

17e vice-présidente    
Julie Escudier (Toulouse)   
Cohésion Sociale

18e vice-président    
Jean-Claude Dardelet (Toulouse)    
Affaires européennes
 et Développement international

19e vice-président
Bertrand Serp (Toulouse)
Économie numérique et Robotique

20e vice-président
Romuald Pagnucco (Toulouse)
Propreté et Stratégie de proximité des pôles territoriaux

Présidents des commissions de Toulouse Métropole

Finances
Joseph Carles (Blagnac)    

Prospective, contractualisation et programmation métropolitaines

Michel Rouge (maire de Launaguet)    

Développement économique et Emploi
Gilles Broquere (maire de Fenouillet)    

Urbanisme et Projets urbains
Thierry Fourcassier (maire de Saint-Jory)
    
Aménagement et Politique foncière
Jean-Luc Lagleize (Toulouse)    

Transports et Déplacements
Raymond-Roger Stramare (maire de Saint-Alban)    
 
Habitat
Franck Biasotto (Toulouse)    

Cohésion Sociale
Lysiane Maurel (maire de Aussonne)
    
Environnement 
et développement durable
Élisabeth Toutut-Picard (Toulouse)    

Culture

Francis Grass (Toulouse)    

Propreté et Stratégie proximité des pôles territoriaux
Émilion Esnault (Toulouse)    

Voirie
David Saint-Mellion (maire de Pibrac)
   
Eau et Assainissement
Aviv Zonabend (Toulouse)    

Déchets Urbains    
Martine Susset (Toulouse)
   
Sports et Bases de loisirs
Philippe Plantade (maire de Bruguières)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La Grand Toulouse devient Toulouse Métropole

Toulouse Métropole • http://www.grandtoulouse.fr

En 2012, pour appuyer son ambition métropolitaine, la communauté urbaine change de nom.
La communauté urbaine du Grand Toulouse devient communauté urbaine Toulouse Métropole.
Ce changement d'appellation traduit la mise en œuvre du projet métropolitain, en lien avec l'ensemble des acteurs du territoire, pour affermir l'activité et assurer la solidarité.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Impôts locaux : Toulouse Métropole se prépare à voter une augmentation en 2015

Impôts locaux : Toulouse Métropole se prépare à voter une augmentation en 2015 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Toulouse Métropole : hausse d'impots en vue


 

En décembre prochain, Toulouse Métropole votera le budget 2015 de la collectivité. Ce budget, fortement impacté par la baisse des dotations de l’État, sera discuté jeudi prochain par le Conseil communautaire. Pour maintenir l’investissement tout en faisant des économies, une augmentation des impôts locaux va être proposée, de l’ordre de +1,5 %. Les élus socialistes n'y sont pas opposés mais ne "signeront pas de chèque en blanc à Jean-Luc Moudenc". Explications.

Exercice de pédagogie imposé aujourd’hui pour Sacha Briand et Joseph Carles, respectivement vice-président de Toulouse Métropole délégué aux Finances, et président de la commission Finances au sein de la Communauté d’agglomération. Les deux élus ont expliqué aux journalistes le contexte budgétaire qui va probablement les contraindre à faire voter une augmentation des impôts lors de l’adoption du budget 2015. Leurs propositions sont issues d’un groupe de travail composé d’élus de la majorité et de l’opposition.

Dotations de l’État : - 54 M€ d’ici 2020 pour Toulouse Métropole

La baisse des dotations de l’État "à un rythme important" représente une diminution des recettes de Toulouse Métropole "de l’ordre de 14 M€ par an jusqu’en 2017", expose Sacha Briand. "Cette baisse se poursuivra jusqu’en 2020 à un rythme plus faible pour atteindre une baisse totale de 54 M€." Ce premier point s’accompagne d’une autre contrainte. "Sur la totalité du mandat, nous avons estimé notre capacité d’investissement à 1,5 Md€ (240 M€ par an). Or, il y a 2,5 Md€ de projets recensés. Il va falloir faire des choix stratégiques." Le contexte est posé. Sachant que 45 % de l’investissement de Toulouse Métropole sont financés par l’emprunt, "il va falloir dégager 104 M€ pour faire face à la baisse des dotations et au remboursement de l’emprunt", estime l’élu UMP.

Augmentation des impôts
Parmi les pistes étudiées, l’augmentation de la fiscalité est celle qui va nécessiter le plus de pédagogie. "Si cette mesure est votée, nous devrons expliquer aux citoyens le contexte de baisse des dotations de l’État et montrer que cet effort est équilibré et responsable", anticipe Sacha Briand. Le calcul est le suivant : "dans l’hypothèse où la fiscalité permet de trouver 54 M€ (le montant de la baisse des dotations de l’État, NDLR), il faudrait une augmentation des impôts qui correspondrait à 25 € par an et par personne", annonce Joseph Carles. Autrement dit, 1,80 euro par mois et par personne. "Cela correspond grosso modo à une augmentation de 1,5 %", complète Sacha Briand. Seraient concernées la taxe d’habitation, la taxe sur le foncier bâti et la contribution foncière des entreprises (29 € par an et par entreprise selon les calculs présentés).

Autres pistes
D’autres solutions seront présentées aux élus du Conseil communautaire pour faire des économies lors du débat d’orientation budgétaire :
-    la mise en place de la redevance spéciale sur l’enlèvement de déchets industriels
-    remonter au niveau métropolitain certains équipements gérés par la Ville de Toulouse (le Stadium et l’Orchestre national du Capitole par exemple)
-    demander aux communes de réduire leurs dépenses de voirie pour dégager des financements pour les "grands projets métropolitains" (le rond point du Ritouret ou l’échangeur de Borderouge par exemple)
-    réduire les dépenses des organismes "satellites" : Tisséo et Décoset (le syndicat mixte de traitement des déchets)
-    ne pas remplacer certains départs à la retraire ou départs volontaires.

"Pas de chèque en blanc" pour les socialistes
Jeudi prochain, le Conseil communautaire procèdera au débat d’orientation budgétaire. Les discussions promettent d'être animées. En effet, le groupe socialiste de Toulouse Metropole a réagi aujourd’hui par la voix de Claude Raynal. "Nous ne signerons pas de chèque en
blanc
à Jean-Luc Moudenc pour augmenter les impôts de Toulouse
Métropole. La question à ce stade n'est pas de s'entendre sur un
scénario financier qui est par ailleurs techniquement correct, mais de
mettre en débat les priorités et les projets qui pourraient justifier,
aux yeux de la majorité de droite mais aussi et surtout aux yeux de
nos concitoyens, une augmentation de la fiscalité. Ce débat sur les politiques publiques que doit conduire notre métropole doit maintenant s'engager sans tarder."

Le vote aura lieu au mois de décembre.

Sophie Arutunian

Jacques Le Bris's insight:


En savoir plus :

Le groupe de travail  les finances de la collectivité est coprésidé par :
 
•    Sacha Briand, adjoint au maire de Toulouse, vice-président délégué aux Finances ;
•    Joseph Carles, adjoint au maire de Blagnac, président de la commission finances.

Il est composé de :
•    Claude Raynal, maire de Tournefeuille, vice-président délégué à la Culture ;
•    Michel Aujoulat, adjoint au maire de Cugnaux, 1er vice-président délégué à l'Environnement et au développement durable ;
•    Grégoire Caeneiro , maire de Castelginest et 11e vice-président en charge de la Voirie
•    Marc Péré, maire de L'Union, vice-président délégué aux Déchets urbains ;
•    Raymond-Roger Stramare, maire de Saint-Alban ;
•    Éric Julla, directeur Sud du cabinet Ressources consultants finances ;   
•    Sandrine Dussenty, DGA Finances et Administration Générale Toulouse Métropole ;
•    Élisabeth Laskawiec, direction Finances Toulouse Métropole.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc, élu président de Toulouse Métropole, précise sa méthode de travail

Jean-Luc Moudenc, élu président de Toulouse Métropole, précise sa méthode de travail | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Jean-Luc Moudenc, nouveau président de Toulouse Métropole


90 voix pour, 44 bulletins blancs ou nuls. Jean-Luc Moudenc a été élu ce matin 24 avril à la présidence de Toulouse Métropole. Un mandat qu’il entend placer sous le signe du consensus et de la coopération. En témoigne la liste - plurielle - de ses vice-présidents. Une main tendue que l'opposition semble prête à saisir, tout en restant vigilante.

L’ambiance était studieuse ce matin, dans la salle Mermoz, à Toulouse. Les 134 nouveaux délégués communautaires de Toulouse Métropole étaient appelés à élire leur président. Un scrutin qui s’est révélé sans surprise. Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, seul candidat en lice, a été élu avec 90 voix, contre 44 bulletins blancs ou nuls.

"Un large rassemblement s’est opéré, constate l’édile. J’en suis heureux, car c’est très exactement l’état d’esprit qui m’anime. Et c’est d’ailleurs dans la tradition de notre collectivité." Avant d’esquisser les grands contours de sa future politique, le nouveau président de Toulouse Métropole a tenu à avoir "une pensée amicale et respectueuse" pour ses prédécesseurs. Pour Dominique Baudis, Philippe Douste-Blazy, mais aussi pour Pierre Cohen : "Il a transformé la communauté d’agglomération en communauté urbaine, qu’il en soit remercié." Et de préciser : "Je ne suis pas dans un état d’esprit négatif ou de vengeance. Beaucoup de choses ont été faites et bien faites."

Une stratégie de la coopération
Ce souci d'ouverture, Jean-Luc Moudenc l’a instillé à l’ensemble de son intervention. "Nous sommes actuellement dans une dynamique de montée en puissance de la métropole, constate-t-il. Mais il est important que tout cela se fasse dans le respect de l’identité communale. Nous devons rechercher tous ensemble l’équilibre par le dialogue. Je veux travailler en amitié et en coopération avec les communes et les autres intercommunalités. Nous devons faire vivre le débat, affirmer un pluralisme, ne renoncer à aucun point de nos identités et, en même temps, coopérer. L’intérêt général doit commander nos débats et nos décisions."

Vingt vice-présidents
Une ligne stratégique qui a conduit le nouvel homme fort de Toulouse Métropole à s’entourer de vice-présidents représentatifs de la pluralité politique de la communauté urbaine et issus de l’ensemble du territoire métropolitain. Ils sont vingt à avoir été élus (lire notre article). "Nous sommes clairement dans un modèle de co-construction, dans une démarche consensuelle", glisse Pierre Esplugas, fidèle lieutenant de Jean-Luc Moudenc et adjoint aux musées à la Ville de Toulouse.

Une "rigueur" financière
Pour Jean-Luc Moudenc, le développement de la métropole toulousaine doit aller de pair avec "le maintien d’un niveau d’investissements soutenu", certes, mais aussi avec "la reconstruction d’une épargne et une rigueur financière". "Si nous ne voulons pas renoncer à nos ambitions, nous devons faire un exercice de revisite de notre politique budgétaire, faire preuve d’imagination, assure-t-il. Nous devons optimiser nos dépenses et maîtriser encore davantage notre fonctionnement. Je souhaite que nous fassions le point sur la mutualisation qui peut être opérée en termes de dépenses entre les communes et les communautés de communes."

Quatre défis à relever
Côté programme, le nouveau président de Toulouse Métropole a déterminé quatre défis à relever. "L’habitat, tout d’abord, explique-t-il. Nous devons être volontaristes, tout en écoutant nos concitoyens qui ne souhaitent pas que le rythme d’urbanisation se fasse n’importe comment et à marche forcée. Nous devons tendre vers une densité urbaine plus modérée." Autre défi : celui des déplacements. "Nous devons faciliter la mobilité au sein de la métropole, assure Jean-Luc Moudenc. Les projets que j’ai portés pour Toulouse, que ce soit la troisième ligne de métro ou la seconde rocade, sont en réalité d’intérêt métropolitain." Sur le plan du développement économique, l’élu souhaite notamment "accompagner la montée en puissance du campus de Montaudran", "redynamiser le projet de l'Oncopole" et "donner davantage d’efficience à l’Agence de développement économique". Enfin, le dernier défi est pour Jean-Luc Moudenc celui du rayonnement de la métropole.

Entre confiance et vigilance
Du côté de l’opposition, si la vigilance est de mise, la volonté de coopération est affichée. "Dans ce moment où, au fond, chacun s’inquiète plus de l’avenir qu’il ne craint réellement le présent, notre responsabilité commune est immense", estime Claude Raynal, maire de Tournefeuille et nouveau président du groupe socialiste de la communauté urbaine. L’homme, qui souhaite s’inscrire "dans cette volonté de bâtir l’avenir de notre métropole, de favoriser les actions qui nous paraîtront aller dans le bon sens", n’oubliera cependant pas de "faire connaître ses oppositions en cas contraire". Et d’ajouter, à l’adresse du nouveau président de Toulouse Métropole : "Après Pierre Cohen qui l’a joué pendant six ans "fortissimo" c’est à votre tour de donner le tempo".

Joseph Carles (PRG - nouveau président de la commission Finances), lui, se dit prêt à "apporter sa contribution dès lors que les propositions permettront aux spécificités des communes de s’exprimer". L’homme entend faire partie d’une "minorité agissante, constructive, dans l’intérêt métropolitain". Et de conclure : "Nous restons bien entendu très attentifs et très vigilants, et nous faisons le choix de la confiance, Monsieur le président, dans votre capacité à transcender les clivages."

Pierre Lacaze (groupe communiste, républicain et citoyen) voit cependant un grand absent dans le discours de Jean-Luc Moudenc : "la solidarité". "Nous demandons aujourd’hui plus que des déclarations d’amour, lance-t-il. Nous voulons des preuves."

Un avis partagé par l'ancien maire de Toulouse, Pierre Cohen. "J’entends cette volonté de consensus, confie-t-il. Mais en politique, ce qui compte, ce sont les faits et les réalisations concrètes."

Enfin dans l'après-midi, Antoine Maurice (EELV) qui avait soutenu Pierre Cohen pour les municipales, a tweeté : "Le nouveau président  de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a fixé son cap : une liste de grands projets intenables car pas financés... #sobriété #écologie"

Alexandre Léoty

more...
No comment yet.