Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Moudenc"
56.0K views | +0 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : Jean-Luc Moudenc vise le label "patrimoine mondial de l'Unesco" pour le centre-ville dans 10 ans

Toulouse : Jean-Luc Moudenc vise le label "patrimoine mondial de l'Unesco" pour le centre-ville dans 10 ans | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le maire UMP de Toulouse a annoncé ce mardi la mise en place d'un "plan cohérent pour le patrimoine public et privé" pour viser le label Unesco d'ici une dizaine d'années.


Comme Bordeaux, ou encore plus près Albi, la ville de Toulouse se lance dans une longue course pour l'obtention du label patrimoine mondial de l'Unesco pour "la partie la plus remarquable du centre-ville" a indiqué Jean-Luc Moudenc lors de sa conférence de presse de rentrée. 

Le maire de Toulouse a annoncé ce mardi matin lors de sa conférence de presse de rentrée qu'il voulait doter Toulouse d'un "plan cohérent de mise en valeur du patrimoine public et privé avec la création d'une mission patrimoine", qui va regrouper des compétences aujourd'hui dispersées dans différents services de la ville.

Selon le maire de Toulouse, cette mission et ce plan auront pour objectif l'obtention du label Patrimoine Mondial de l'Unesco "dans une dizaine d'années".

La cité épiscopale d'Albi, le Canal du Midi, les chemins de Saint-Jacques ou encore le cirque de Gavarnie figurent sur la liste des sites classés Unesco en Midi-Pyrénées.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Conférence-hommage pour la sortie de la biographie "Dominique Baudis, libre et intègre" aux Éditions Privat

Conférence-hommage pour la sortie de la biographie "Dominique Baudis, libre et intègre" aux Éditions Privat | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


"Dominique Baudis, libre et intègre", éd. Privat est en vente depuis cette semaine


La biographie Dominique Baudis, libre et intègre paraît cette semaine aux Éditions Privat. Les auteurs Stéphane Baumont, Michel Demelin et Christian Colcombet retracent la vie de celui qui fût maire de Toulouse 18 années durant, à travers des témoignages de proches et de collaborateurs. Le livre a été présenté hier soir, lors d'une conférence suivie d’une séance de dédicaces à l’Institut Catholique, en présence des auteurs, des témoins du livre ainsi que de Jean-Luc Moudenc.

Environ deux cent personnes étaient rassemblées hier soir dans la salle Tolosa de l’Institut Catholique pour suivre la conférence officialisant la sortie du livre Dominique Baudis, libre et intègre. Près de deux mois après le décès du premier Défenseur des droits, les auteurs Stéphane Baumont et Michel Demelin étaient réunis, accompagnés de Jean-Luc Moudenc, auteur de la préface, Olivier Lamarque, président des Éditions Privat ainsi que Robert Marconis et Alain Garaude-Verdier, témoins du livre. À tour de rôle, ils ont rendu hommage à Dominique Baudis, évoquant souvenirs et anecdotes personnelles, et livrant ainsi un aperçu du contenu de l’ouvrage.  

Un livre de souvenirs et témoignages
L’actuel maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, relate dans la préface ses 20 ans de relations avec celui qu’il considère comme son mentor. "Il a changé ma vie dans le sens où il m’a fait connaître l’action municipale alors que lorsqu’on est jeune, on s’enflamme pour les idées, pas pour l’action locale." Le politologue Stéphane Baumont constate qu'il "a imprimé sa marque sur chacune des fonctions qu’il a exercé" louant sa "rigueur dans l’action et son esthétique dans la posture". Le coauteur Michel Demelin est lui revenu sur "la simplicité, la proximité, l’exigence et la fermeté" de Dominique Baudis, soulignant son travail effectué à l’Institut du Monde Arabe tandis que le professeur de géographie de l’Université Jean Jaurès, Robert Marconis, a insisté sur l’influence de Dominique Baudis dans les mutations de la ville de Toulouse. "Il a su faire de Toulouse une véritable métropole, avec la volonté de conserver le patrimoine bâti et d’en assurer la reconversion".  

Moment d'émotion
Alain Garaude-Verdier a offert à l’assemblée un hommage vibrant et sincère. L’ancien directeur de cabinet de Dominique Baudis, qui d’ordinaire ne s’exprime jamais en public, est sorti de son silence pour "laisser parler [son] cœur". Prononçant d’abord quelques mots directement adressés à Dominique Baudis, il a ensuite décrit avec émotion son "attachement et (son) admiration inconditionnelle" envers son "père spirituel". Ayant côtoyé "DB" pendant 18 ans, il décrit sa "profonde humanité", son "sens aigu de la dignité" et dépeint un style inimitable : "sobriété et pudeur dans la forme, authenticité et chaleur dans le fond." 

Adrien Serrière

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc, élu président de Toulouse Métropole, précise sa méthode de travail

Jean-Luc Moudenc, élu président de Toulouse Métropole, précise sa méthode de travail | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Jean-Luc Moudenc, nouveau président de Toulouse Métropole


90 voix pour, 44 bulletins blancs ou nuls. Jean-Luc Moudenc a été élu ce matin 24 avril à la présidence de Toulouse Métropole. Un mandat qu’il entend placer sous le signe du consensus et de la coopération. En témoigne la liste - plurielle - de ses vice-présidents. Une main tendue que l'opposition semble prête à saisir, tout en restant vigilante.

L’ambiance était studieuse ce matin, dans la salle Mermoz, à Toulouse. Les 134 nouveaux délégués communautaires de Toulouse Métropole étaient appelés à élire leur président. Un scrutin qui s’est révélé sans surprise. Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, seul candidat en lice, a été élu avec 90 voix, contre 44 bulletins blancs ou nuls.

"Un large rassemblement s’est opéré, constate l’édile. J’en suis heureux, car c’est très exactement l’état d’esprit qui m’anime. Et c’est d’ailleurs dans la tradition de notre collectivité." Avant d’esquisser les grands contours de sa future politique, le nouveau président de Toulouse Métropole a tenu à avoir "une pensée amicale et respectueuse" pour ses prédécesseurs. Pour Dominique Baudis, Philippe Douste-Blazy, mais aussi pour Pierre Cohen : "Il a transformé la communauté d’agglomération en communauté urbaine, qu’il en soit remercié." Et de préciser : "Je ne suis pas dans un état d’esprit négatif ou de vengeance. Beaucoup de choses ont été faites et bien faites."

Une stratégie de la coopération
Ce souci d'ouverture, Jean-Luc Moudenc l’a instillé à l’ensemble de son intervention. "Nous sommes actuellement dans une dynamique de montée en puissance de la métropole, constate-t-il. Mais il est important que tout cela se fasse dans le respect de l’identité communale. Nous devons rechercher tous ensemble l’équilibre par le dialogue. Je veux travailler en amitié et en coopération avec les communes et les autres intercommunalités. Nous devons faire vivre le débat, affirmer un pluralisme, ne renoncer à aucun point de nos identités et, en même temps, coopérer. L’intérêt général doit commander nos débats et nos décisions."

Vingt vice-présidents
Une ligne stratégique qui a conduit le nouvel homme fort de Toulouse Métropole à s’entourer de vice-présidents représentatifs de la pluralité politique de la communauté urbaine et issus de l’ensemble du territoire métropolitain. Ils sont vingt à avoir été élus (lire notre article). "Nous sommes clairement dans un modèle de co-construction, dans une démarche consensuelle", glisse Pierre Esplugas, fidèle lieutenant de Jean-Luc Moudenc et adjoint aux musées à la Ville de Toulouse.

Une "rigueur" financière
Pour Jean-Luc Moudenc, le développement de la métropole toulousaine doit aller de pair avec "le maintien d’un niveau d’investissements soutenu", certes, mais aussi avec "la reconstruction d’une épargne et une rigueur financière". "Si nous ne voulons pas renoncer à nos ambitions, nous devons faire un exercice de revisite de notre politique budgétaire, faire preuve d’imagination, assure-t-il. Nous devons optimiser nos dépenses et maîtriser encore davantage notre fonctionnement. Je souhaite que nous fassions le point sur la mutualisation qui peut être opérée en termes de dépenses entre les communes et les communautés de communes."

Quatre défis à relever
Côté programme, le nouveau président de Toulouse Métropole a déterminé quatre défis à relever. "L’habitat, tout d’abord, explique-t-il. Nous devons être volontaristes, tout en écoutant nos concitoyens qui ne souhaitent pas que le rythme d’urbanisation se fasse n’importe comment et à marche forcée. Nous devons tendre vers une densité urbaine plus modérée." Autre défi : celui des déplacements. "Nous devons faciliter la mobilité au sein de la métropole, assure Jean-Luc Moudenc. Les projets que j’ai portés pour Toulouse, que ce soit la troisième ligne de métro ou la seconde rocade, sont en réalité d’intérêt métropolitain." Sur le plan du développement économique, l’élu souhaite notamment "accompagner la montée en puissance du campus de Montaudran", "redynamiser le projet de l'Oncopole" et "donner davantage d’efficience à l’Agence de développement économique". Enfin, le dernier défi est pour Jean-Luc Moudenc celui du rayonnement de la métropole.

Entre confiance et vigilance
Du côté de l’opposition, si la vigilance est de mise, la volonté de coopération est affichée. "Dans ce moment où, au fond, chacun s’inquiète plus de l’avenir qu’il ne craint réellement le présent, notre responsabilité commune est immense", estime Claude Raynal, maire de Tournefeuille et nouveau président du groupe socialiste de la communauté urbaine. L’homme, qui souhaite s’inscrire "dans cette volonté de bâtir l’avenir de notre métropole, de favoriser les actions qui nous paraîtront aller dans le bon sens", n’oubliera cependant pas de "faire connaître ses oppositions en cas contraire". Et d’ajouter, à l’adresse du nouveau président de Toulouse Métropole : "Après Pierre Cohen qui l’a joué pendant six ans "fortissimo" c’est à votre tour de donner le tempo".

Joseph Carles (PRG - nouveau président de la commission Finances), lui, se dit prêt à "apporter sa contribution dès lors que les propositions permettront aux spécificités des communes de s’exprimer". L’homme entend faire partie d’une "minorité agissante, constructive, dans l’intérêt métropolitain". Et de conclure : "Nous restons bien entendu très attentifs et très vigilants, et nous faisons le choix de la confiance, Monsieur le président, dans votre capacité à transcender les clivages."

Pierre Lacaze (groupe communiste, républicain et citoyen) voit cependant un grand absent dans le discours de Jean-Luc Moudenc : "la solidarité". "Nous demandons aujourd’hui plus que des déclarations d’amour, lance-t-il. Nous voulons des preuves."

Un avis partagé par l'ancien maire de Toulouse, Pierre Cohen. "J’entends cette volonté de consensus, confie-t-il. Mais en politique, ce qui compte, ce sont les faits et les réalisations concrètes."

Enfin dans l'après-midi, Antoine Maurice (EELV) qui avait soutenu Pierre Cohen pour les municipales, a tweeté : "Le nouveau président  de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a fixé son cap : une liste de grands projets intenables car pas financés... #sobriété #écologie"

Alexandre Léoty

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Elections municipales et communautaires 2014 Toulouse 2e Tour

Elections municipales et communautaires 2014 Toulouse 2e Tour | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
retrouvez toutes les informations concernant les élections municipales de 2014 : par département et commune. Les candidats et les résultats
Jacques Le Bris's insight:

Le nouveau maire doit être modeste dans sa victoire,

obtenue avec 28,95% des inscrits

face à 42,34 % d'abstention et 2,05 % de votes Blancs

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Municipales à Toulouse : Christine de Veyrac lâchée par l'UDI de Jean-Louis Borloo

Municipales à Toulouse : Christine de Veyrac lâchée par l'UDI de Jean-Louis Borloo | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Christine de Veyrac et Jean-Luc Moudenc

C'est officiel :"les instances nationales de l’UDI ont décidé d’apporter leur soutien à la liste conduite à Toulouse par Jean-Luc Moudenc" lors des municipales 2014. La candidate centriste Christine De Veyrac, ne s'en émeut pas, et poursuit sa campagne. "Cela ne change rien, je mène une campagne apolitique" affirme-t-elle. Pour le candidat UMP non plus, "ce n’est pas une surprise". Pourtant, Jean-Louis Borloo avait fait de Toulouse "une priorité"pour l'UDI.

L’UDI de Jean-Louis Borloo se désolidarise de Christine de Veyrac pour soutenir Jean-Luc Moudenc lors des municipales 2014 à Toulouse. Une information officialisée par Jean Iglesis et Laurence Massat, respectivement président et déléguée départementale de l’UDI 31, qui appellent donc désormais "à l’union derrière Jean-Luc Moudenc". "La ville de Toulouse a impérativement besoin d’une alternance. Seul un vaste rassemblement des forces du centre et de la droite peut permettre de mettre un terme aux errements de l’actuelle municipalité", écrivent-ils dans un communiqué. Christine de Veyrac, elle, poursuit son chemin, et ira "jusqu'au bout".

Revirement
Flashback : le 18 janvier 2013, le président de l’UDI Jean-Louis Borloo était à Toulouse pour affirmer que Toulouse "est une priorité pour l’UDI".

Jacques Le Bris's insight:

[NDC] Ce n'est pas la première fois où Borloo "Marcha in dietro"...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cohen à la cave, Moudenc au balcon (et les autres à la porte)

Cohen à la cave, Moudenc au balcon (et les autres à la porte) | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Alors que le match retour entre Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc a débuté sous les feux médiatiques, les équipes du PS et de l’UMP sont lancées dans une campagne invisible de porte-à-porte, à la mode Obama.

 

Favori des sondages, le maire (PS) de Toulouse a-t-il déjà perdu la première des batailles ? Celle de l’image ? Pierre Cohen lançait officiellement sa campagne lundi matin au sous-sol d’une nouvelle brasserie toulousaine arrimée au bout de la rue d’Alsace, enfin rénovée et rendue aux piétons et aux cyclistes. Tout aussi symboliquement, Jean-Luc Moudenc présentait sa liste l’après-midi même dans les jardins du grand Rond, menacés par le passage annoncé du tramway. Un homme seul à gauche contre une équipe déjà en ordre de bataille à droite. « Une liste de large rassemblement », souligne le candidat de l’UMP, se félicitant d’avoir réuni sous son panache « toutes les sensibilités de la droite républicaine et des centres ».

 

Droite Plurielle

Du duo de souverainistes à tendance royaliste (MPF) ou bonapartiste (DLR) aux centristes du Modem et de l’UDI en passant par le dernier fidèle de Dominique de Villepin, il ne manque pas un bouton de guêtre à cette « Droite plurielle » toulousaine. A peine un caillou dans la chaussure, avec le maintien contre vents et marées de la candidature de Christine de Veyrac, l’euro-députée qui veut ressusciter l’UDF. Juste un grain sur la photo. Pas même besoin d’une retouche, puisque la liste présentée devant les objectifs des photographes sera « intangible » entre les deux tours de scrutin, précise Jean-Luc Moudenc.

Cohen seul dans sa cave avec ses mots

Le contraste n’en est que plus accentué avec son challenger socialiste, sevré de l’union avec les écologistes et les partisans de Jean-Luc Mélenchon, qui présenteront des listes séparées. Face à la photo d’une famille unie et souriante présentée sous un soleil radieux par son adversaire, Pierre Cohen se bat seul dans sa cave avec ses mots… Le maire se déclare « heureux » d’endosser le costume de candidat pour défendre son bilan, ses projets pour « une ville du XXIème siècle ». Il veut se battre sur le plan des idées, sans recourir au poison des petites phrases venimeuses.

 

Le poing et Laroze

Au petit jeu des formules assassines qui font florès sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Moudenc a pris une longueur d’avance. Le candidat de l’UMP pointe le pouvoir de nuisance du FN, seul susceptible de s’immiscer dans le duel annoncé en imposant une triangulaire qui lui serait fatale. Il joue sur le nom du candidat local.« Il y a deux bulletins de vote socialistes : celui du poing et la rose, et Laroze ». Reprises garanties. Plus laborieusement, Pierre Cohen se défend d’instrumenter le parti de Marine Le Pen pour mieux assurer sa réélection. « Je préfère gagner avec 3 ou 4% d’écart qu’avec 10% mais seulement 48% des voix ».

Qui a exposé le maire dans ce bunker ?

François Briançon a beau fustiger le grand écart d’un candidat UMP converti à la stratégie sarkozyste du braconnage des voix du FN, le directeur de campagne et « décodeur » officiel de Pierre Cohen n’avait pas le sourire des grands jours en sortant de la voûte en briques où il retransmettait la conférence de presse sur Twitter. Mais qui a eu l’idée d’exposer le maire dans ce bunker ? L’image d’un candidat socialiste isolé, privé du renfort de ses alliés d’hier, prisonnier des alliances passées et à venir, tranche plus encore avec la mise en scène d’une droite réconciliée de son challenger, qui se veut ouvert à « la société civile ». Euphorique, Jean-Luc Moudenc se voit déjà virer en tête dès le premier tour, en dépit des études d’opinion qui donnent l’avantage au maire sortant. « Les sondages se font sur toute la population, pas sur la liste électorale » souligne le candidat de l’UMP.

 

Mormons du PS et Jéhovah de l’UMP

Plutôt que les chiffres aléatoires des sondeurs, Jean-Luc Moudenc préfère s’en remettre aux retours de ses équipes sur le terrain. Visiteur régulier des marchés et des commerçants depuis sa défaite de 2008, le candidat se démultiplie à la manière de Barack Obama pour la campagne en envoyant ses colistiers frapper à toutes les portes. Y compris dans « les quartiers qui ne nous sont pas favorables », précise l’ancien maire. Friand de statistiques, il n’ira pas jusqu’à dévoiler combien se sont ouvertes et combien restent fermées. Le secret le mieux gardé de la campagne ? Sur ce terrain, Pierre Cohen n’entend pas se laisser distancer. Avant même son entrée officielle en campagne, le PS revendiquait avoir déjà tiré 20.000 sonnettes. « Un nombre considérable de portes se sont ouvertes » affirme le candidat socialiste, sans préciser la proportion. Autant l’UMP peut craindre le score du FN, autant le PS redoute avant tout celui de l’abstention. « Le risque, c’est que les gens ne viennent pas voter », concède le maire de Toulouse, qui n’entend pas se reposer sur le matelas des 63% d’électeurs de François Hollande dans la « ville rose ».

Sachant que la liste électorale comporte plus de 200.000 adresses à Toulouse, il y a de fortes chances pour qu’un couple de Mormons du PS ou de témoins de Jéhovah UMP vienne s’ajouter à la visite rituelle des facteurs, éboueurs, pompiers et policiers venus chacun avec leur calendrier.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Municipales: les 17 colistiers UMP de J.-L. Moudenc (UMP) désignés

Municipales: les 17 colistiers UMP de J.-L. Moudenc (UMP) désignés | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

A la faveur d’un scrutin interne inédit, l’UMP 31 a procédé à la désignation des militants qui figureront sur la liste conduite par Jean-Luc Moudenc à Toulouse pour les élections municipales de mars 2014.

554 votants sur 1261 à jour de cotisations à Toulouse ont pris part à ce vote portant la participation à seulement 44%. Un chiffre quelque peu au rabais mais attendu par la direction fédérale de l’UMP 31 qui avait le choix d’interdire le vote par correspondance et surtout les procurations.

 

Laurence Arribagé et Bertrand Serp plébiscités

Les votants devaient cocher sur un bulletin comptant 27 candidats les noms de 9 hommes et 8 femmes au maximum.

Sans surprise, la très appréciée Laurence Arribagé, secrétaire départementale de l’UMP 31 et conseillère régionale arrive en tête avec 453 voix. Chez les hommes, c’est l’ancien conseiller municipal de Toulouse Bertrand Serp qui récolte le plus de suffrages avec 406 voix.

Le choix du renouvellement

Le vote a exprimé une réelle volonté de renouvellement. Si le conseiller municipal sortant François Chollet prend la deuxième place du classement chez les hommes avec 394 voix, les scores forts de Julie Escudier chez les femmes, de Christophe Alvès (341), Jean-Baptiste de Scoraille (304) et Maxime Boyer (303) témoignent du désir de promouvoir de nouvelles têtes.

Le jeune Romuald Pagnucco (260), adhérent de l’UMP depuis peu, se paie même le luxe de devancer le conseiller régional et pilier de l’UMP 31 Sacha Briand (248).

Ducap, Déqué et Dounot éliminés

(...)

.

Jacques Le Bris's insight:

Ont été désignés:

 

Hommes: Bertrand Serp, François Chollet, Christophe Alvès, Pierre Esplugas, Jean-Baptiste de Scoraille, Maxime Boyer, Laurent Lesgourgues, Romuald Pagnucco, Sacha Briand.

 

Femmes: Laurence Arribagé, Julie Escudier, Brigitte Micouleau, Danièle Damin, Marie-Hélène Mayeux-Bouchard, Annette Laigneau, Charlotte Boudard, Martine Susset

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

3 minutes pour Toulouse n°9 - mai 2013 - Devenir de Montaudran

9ème numéro de "3 minutes pour Toulouse" avec Jean-Luc MOUDENC.
Jacques Le Bris's insight:

http://www.moudenc.fr/

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : Jean-Luc Moudenc officiellement investi par l'UMP pour les municipales 2014

Toulouse : Jean-Luc Moudenc officiellement investi par l'UMP pour les municipales 2014 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

L'ancien maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, président de l'UMP de Haute-Garonne, a été officiellement investi mardi soir par les instances nationales de l'UMP pour conduire la liste d'opposition aux élections municipales 2014 face au maire PS sortant Pierre Cohen.

Cette investiture assoit un peu plus le leadership de Jean-Luc Moudenc à droite, certains des ses "amis" ayant estimé récemment qu'il n'était peut-être pas le meilleur candidat pour conduire l'opposition municipale. On prête des ambitions municipales à son ex-colistier René Bouscatel et l'eurodéputée UDI Chistine de Veyrac a déjà déclaré sa candidature.

Malgré un premier sondage défavorable à la droite toulousaine, publié en mars, Jean-Luc Moudenc a obtenu plusieurs ralliements plusieurs ralliements : l'UMP François Chollet, l'UDI Jean-Jacques Bolzan qui travaillait jusqu'à présent avec Christine De Veyrac ou encore le sénateur de Haute-Garonne Alain Chatillon. 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cent jours après son arrivée au Capitole, Jean-Luc Moudenc fait le point sur les projets d'urbanisme

Cent jours après son arrivée au Capitole, Jean-Luc Moudenc fait le point sur les projets d'urbanisme | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, a présenté hier le bilan de ses cent premiers jours de mandat. Il a fait le point sur les vingt engagements qu'il avait promis aux Toulousains et les grands projets d'urbanisme.

Maires de quartier, audit des finances de la Ville, nomination d’un « Monsieur sécurité », recrutement de policiers municipaux, études sur la généralisation de la vidéosurveillance, extension des horaires du métro jusqu’à 3h du matin ou abandon de la partie toulousaine du bus à haut niveau de service (BHNS) ouest, tous ces engagements ont été tenus en temps et en heure pour le nouveau locataire du Capitole. Concernant le gel des projets d’urbanisme non adaptés, comme celui du Grand Selve et du programme immobilier de Bordeblanche aux Pradettes, Jean-Luc Moudenc veut rediscuter de leur contenu avec les riverains et les promoteurs.

L’édile a aussi précisé ses intentions vis-à-vis de la prison Saint-Michel. La mairie est en train de négocier avec l’État l’acquisition de l’ancienne prison où elle prévoit de développer un lieu dédié à la culture. « Je dois rencontrer mardi prochain (le 15 juillet, NDLR) la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti pour lui proposer de ne demander aucune subvention sur les prochains contrats de plan État-Région en contrepartie d’un prix allégé de l’ancienne prison par l’État », indique Jean-Luc Moudenc.

Montaudran et Sciences Po

Sur la zone de Montaudran, qui devait accueillir selon les projets de l’ancien maire Pierre Cohen le conservatoire des mécaniques, le bâtiment de 8000m² est déjà sorti de terre puisqu’il devait y abriter 200 sculptures animées nées de l’imagination de l’équipe de La Machine. Le nouveau maire préfère y développer un espace de mémoire dédié à l’aéronautique. « Rien n’est encore décidé, aucune option n’est retenue », confie Jean-Luc Moudenc. « Nous avons rencontré l’architecte Mangin que nous avons confirmé dans ses fonctions. » Quant à la construction du bâtiment de l’Institut d’études politiques sur le quai Saint-Pierre, elle fait l’objet d’un bras de fer entre l’université et la municipalité. L’IEP a déjà investi 900.000 euros dans ce projet et souhaitait commencer les travaux en juillet. L’école doit en effet déménager dans un ancien bâtiment d’EDF qui jouxte le Bazacle. Ses 1700 étudiants doivent en effet quitter leur actuelle faculté, sous le coup d’une « interdiction d’exploiter en septembre 2016 ». Sauf que Jean-Luc Moudenc estime que « le nouveau bâtiment à construire n’est pas en adéquation avec le patrimoine de ce quartier ». « Nous soutenons le développement de l’IEP mais il y a peut-être une autre solution que le quai de Saint-Pierre. J’ai donc émis un avis défavorable que l’Etat devra examiner. Nous dialoguons avec l’université pour éventuellement un transfert dans les anciens bâtiments de l’Ensica dont les étudiants ont déménagé », assure l’édile. Une autre option, à savoir la construction d’un bâtiment sur le parking de la cité administrative, est aussi à l’étude.
Julie Rimbert

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc prend la présidence des grandes villes de France

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc prend la présidence des grandes villes de France | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it


Jean-Luc Moudenc


Maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole depuis moins de deux mois, Jean-Luc Moudenc a été élu ce matin à Paris président de l'AMGVF, l’association de maires des grandes villes de France. Il remplace le socialiste Michel Destot et mettra à profit ce nouveau mandat pour peser sur le débat national.

Après une victoire locale, une conquête nationale. Quelques semaines après avoir mis en échec le socialiste Pierre Cohen aux municipales de Toulouse, Jean-Luc Moudenc avance un nouveau pion. Face au socialiste Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, il a remporté 46 voix contre 39. C’est une victoire nette, reflet des nouveaux rapports de force issus des municipales de mars et qui le porte à la présidence d’une association qui regroupe 94 villes de plus de 100 000 habitants. En devenant président de l’AMGVF, Jean-Luc Moudenc gagne en notoriété et se positionne en représentant des intérêts des grandes villes et des futures métropoles.

Membre de l’UMP depuis sa fondation en 2002 et président de l’UMP 31 au moins jusqu’à l’automne prochain, Jean-Luc Moudenc fait partie depuis 2 ans de France Moderne et Humaniste, le courant centriste de l’UMP créé par Jean-Pierre Raffarin et Luc Chatel. Mais ce n’est pas au sein de l’UMP de Jean-François Copé dont il est pourtant proche, que se portent ses ambitions. Lui, veut désormais incarner l’image du maire bâtisseur et faire porter, au plan national, ses idées en la matière. Il pourra également intervenir dans le débat en cours sur la répartition des rôles entre les différents échelons territoriaux. Il pourra enfin porter au plan national la voix de Toulouse, lui qui estime que la Ville rose a perdu de son influence depuis une dizaine d'années.

Emmanuelle Durand-Rodriguez

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Jean-Luc Moudenc: « Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur »

Jean-Luc Moudenc: « Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur » | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Elu maire de Toulouse, ce 30 mars avec 52% des voix, Jean-Luc Moudenc analyse son succès et dresse le portrait du maire qu’il veut être pour Toulouse.

Jean-Luc Moudenc a été élu maire de Toulouse dimanche 30 mars 2014. © P.P.
Par Pascal Pallas(Retrouvez l’intégralité de l’interview de Jean-Luc Moudenc dans notre version papier Voix du Midi Toulouse, en kiosque à partir de jeudi 3 avril)

Vous êtes élu avec 52% des suffrages dans une ville qui a voté à 62% pour François Hollande en 2012. Quelles sont les raisons de votre succès ?

Il y avait un écart de 25 points entre François Hollande et Nicolas Sarkozy il y a deux ans alors qu’il était de 3% au plan national. Il y aujourd’hui un écart de quatre points entre Pierre Cohen et moi-même. On passe de moins 25 à plus 29. Nous pouvons parler d’exploit sans commune mesure si l’on observe ce qu’il s’est passé dans les autres grandes villes. Tout cela pour dire que la vague bleue n’est pas la seule raison de cette victoire. Elle a été en ma faveur, c’est indéniable, comme Pierre Cohen avait profité de l’anti-sarkozysme pour nous battre en 2008. Mais il y a surtout eu des raisons toulousaines déterminantes. Le rassemblement que j’ai proposé aux Toulousains a été entendu. Partout. Même dans les quartiers où traditionnellement nous ne réalisons pas de bons scores. Nous sommes majoritaires dans dix cantons sur quinze. Toulouse a fait le choix d’un maire rassembleur.

Vous serez officiellement élu maire de Toulouse, ce 4 avril. Avez-vous déjà distribué les délégations à vos colistiers ?

Non, je m’étais interdit de faire des plans avant que les jeux soient faits. Je vais mettre la semaine à profit pour composer le prochain gouvernement municipal. Je n’ai que deux certitudes. Henry de Lagoutine s’occupera des ressources humaines et la délégation de la culture occitane sera confiée à Jean-Michel Lattes, comme je l’avais déjà annoncé. Au-delà de la gouvernance, je veux aussi organiser rapidement la continuité de la structure technique municipale et la mettre en application du projet que les Toulousains ont élu.

Votre majorité sera confortable à la communauté urbaine Toulouse Métropole. Comment envisagez-vous la gouvernance de cette structure qui bénéficiera officiellement du statut de métropole, le 1er janvier 2015 ?

Mon souhait est de travailler dans le consensus politique avec les 36 autres maires de la communauté. Je n’ai jamais eu de mal à composer avec les gens qui ne sont pas forcément de mon bord. Du reste, je n’entends pas entretenir de mauvaises relations avec les deux partenaires essentiels de la future métropole que sont le président de région Martin Malvy (PS) et le président du Conseil général de la Haute-Garonne Pierre Izard (PS). Je m’impliquerai à leurs côtés sans états d’âmes pour la réussite de notre territoire.

Serez-vous président de Tisséo comme votre prédécesseur ?

Non. J’ai dans mon équipe suffisamment de gens compétents pour confier à un homme d’expérience cette lourde tâche. Je veux me concentrer sur mes fonctions de président de la Métropole et de maire de Toulouse avec une tâche importante que je me réserve: je prendrai à ma charge la politique de la ville dans les quartiers, c’est-à-dire le Grand Projet de Ville (GPV). J’estime qu’il y a une urgence sociale très forte et qu’il faut apporter de grandes réponses rapidement.

Vous avez annoncé votre intention de ne pas cumuler votre fonction municipale avec votre mandat parlementaire. Tiendrez-vous parole ?

Oui. Je prévois de démissionner rapidement de mon mandat parlementaire quoique la loi m’autorise à cumuler jusqu’en 2017. Cette démission provoquera une élection législative partielle. Faisant un bon ticket avec Laurence Arribagé, qui est ma suppléante, je proposerai d’inverser les rôles. Laurence pilotera cette candidature et je serai son suppléant.

Vous êtes par ailleurs président de l’UMP 31. Démissionnerez-vous également de cette fonction ?

Je le ferai à l’échéance de ce mandat qui devrait être durant le premier trimestre 2015.

« Je rendrai hommage à Pierre Cohen et à ce qu’il a fait de bien pour Toulouse»

Depuis votre victoire, avez-vous pu vous entretenir avec Pierre Cohen ?

Non. Vous savez, je n’attends aucun retour du personnage. En 6 ans, j’ai du l’avoir deux ou trois fois au téléphone. Mais cela ne m’empêchera de faire exactement l’inverse de ce qu’il a fait envers moi lorsqu’il m’a battu en 2008. C’est à dire que, vendredi, lors du premier conseil municipal de la mandature, j’aurai un mot pour rendre hommage à l’homme, au maire et à ce qu’il a fait de bien pour Toulouse. Parce qu’il a apporté des choses positives à Toulouse.

Quelles sont-elles ?

Elles concernent le développement de la démocratie locale. Nous prolongerons d’ailleurs ces dispositifs. Il a également développé une vision urbaine intéressante. 90% de ce qu’il a voulu faire était déjà dans les tuyaux lorsqu’il est arrivé au Capitole en 2008. Mais il a eu la bonne idée de partager la perspective urbaine avec les Toulousains, de les faire participer à ce projet.

Prolongerez-vous ce que vous considérez finalement comme des acquis ?

Bien entendu. J’ai toujours dit, d’ailleurs, que nous ne ferions pas table rase du passé à quelques exceptions près. Seuls deux projets seront en réalité annulés: la partie toulousaine du BHNS Ouest (Tournefeuille-Matabiau) et l’aire de grand passage de Montredon.

« Nous lancerons la troisième ligne de métro le plus rapidement possible»

Durant votre campagne, vous avez annoncé 100 premiers jours de mandat très ambitieux. Quelles seront vos premières décisions ?

Dès ce vendredi 4 avril, aux côtés de la nomination aux postes d’adjoints, nous mettrons en place 20 maires de quartiers répartis dans les six secteurs de la ville. Il y aura un maire pour 23 à 25 000 Toulousains, ce qui est gage de proximité et d’efficacité. Très rapidement, nous comptons également lancer le recrutement de policiers municipaux comme annoncé et établir un diagnostic territorial pour l’implantation de caméras de vidéo-surveillance.

Les études pour la troisième ligne de métro démarreront-elles également rapidement ?

Le plus rapidement possible. Un élu sera d’ailleurs spécialement dédié au suivi des opérations.

Quid du prolongement de la ligne B jusqu’à Labège, du fait d’un nouveau projet aboutissant lui aussi à Labège ?

Le président du Sicoval préfère s’en tenir au projet en cours. S’il confirme cette position, je la respecterais. Il faudra ensuite prévoir une articulation en cohérence avec notre projet de troisième ligne de métro. Ce n’est pas un défi insurmontable.

Et le projet de contournement routier ?

Il dépend, comme je l’ai déjà dit, d’une décision de l’Etat. Le calendrier est en notre faveur puisqu’une discussion s’engagera bientôt entre l’Etat, les régions et les métropoles pour définir les contrats de plans. Ce sera l’occasion de demander la réalisation de ce projet.

« Je me place dans la perspective de deux mandats»

Lors du débat télévisé d’entre-deux tours, vous avez brandi une note interne de la Ville de toulouse pronostiquant une baisse des investissements rapide. Pouvez-vous préciser le contenu de ce document ?

Un audit, que nous ferons réaliser, précisera davantage la santé financière de la collectivité. Mais nous savons déjà, par cette note interne, qu’il était prévu une baisse de 130% des investissements et  le recours à 230 millions d’emprunt durant le mandat qui s’ouvre… Pierre Cohen n’a pas démenti. Quand on finance le budget par de la dette, c’est généralement pour investir. Là, il était prévu un recours à l’emprunt et en même temps une baisse des investissements. C’est de la folie ! Il est temps d’y mettre un terme avant que la situation devienne très dure et pèse sur les Toulousains.

Avez-vous la volonté de vous inscrire dans la durée ?

Je me place dans la perspective de deux mandats. Car le projet ambitieux que je poursuit ne peut être atteint en six ans.

Elu maire de Toulouse, ce 30 mars avec 52% des voix, Jean-Luc Moudenc analyse son succès et dresse le portrait du maire qu'il veut être pour Toulouse.



more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Municipales: Jean-Luc Moudenc (UMP) est-il allé trop loin ?

Municipales: Jean-Luc Moudenc (UMP) est-il allé trop loin ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jean-Luc Moudenc s’est lâché vendredi devant quelques journalistes invités à déjeuner pour une discussion à bâtons rompus censée nourrir du «off». Avec une virulence inhabituelle, le candidat UMP à la mairie de Toulouse a attaqué le maire sortant Pierre Cohen (PS) qu’il a qualifié de «pétochard» mais aussi «d’idéologue méprisant et arrogant» qui ne cesserait «d’humilier ses adjoints». «Je l’ai vu, rapporte l’ancien maire, humilier Antoine Maurice et Régis Godec (élus Verts, N.D.R.) qui baissaient la tête et n’osaient rien dire. C’est avec eux qu’il va devoir se rabibocher entre les deux tours. Je promets des nuits difficiles à Pierre Cohen.»

«L’autoritarisme cohénien ne convient pas à Toulouse» a ajouté Jean-Luc Moudenc, qui s’en est aussi pris, sans les nommer, aux «aboyeurs professionnels» Joël Carreiras et François Briançon, adjoints au maire. Il a enfin affirmé que «le commissaire politique de service» (François Briançon) aurait tenté de dissuader Ahmed Chouki, tête de liste de Toulouse en marche, de présenter une liste en échange d’une subvention plus importante pour son association sportive. Hier, M. Briançon a démenti catégoriquement ce qu’il qualifie «d’accusation diffamatoire et délirante». M. Chouki n’a pu être contacté. De son côté, Pierre Cohen a dénoncé «des attaques honteuses» et une «perte de sang-froid inquiétante» : «Il a usé de la menace et de l’injure à mon égard dans des termes indignes des responsabilités auxquelles il aspire. Son comportement et ses propos ne sont pas sans rappeler les méthodes chères au Front national». Enfin, Jean-Louis Ducassé, colistier de Pierre Cohen et directeur du Samu 31, a reproché à Jean-Luc Moudenc ses «attaques ad hominem » dans une longue lettre qu’il lui a adressée hier : «Je ne pensais pas que vous auriez besoin de vous abaisser à ce point en attaquant les valeurs personnelles du maire de Toulouse pour espérer avoir un pseudo-argument dans un débat démocratique qui mérite une autre tenue que celle vers laquelle vous semblez souhaiter aller». S.M.

Jacques Le Bris's insight:

[NDC] Certes non ! JLM n'est pas allé trop loin, il suffit de lire les Chroniques du Capitole, le roman des Municipales à Toulouse,  pour s'en rendre compte

http://le.rassemblement.citoyen.toulouse.midi-pyrenees.over-blog.com/tag/Chroniques%20du%20Capitole/


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Transports : la liste au père Noël

Transports : la liste au père Noël | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Les candidats au Capitole rivalisent d'imagination pour développer les transports en commun. Du retour du métro au « tram aérien », revue de détail des propositions déposées au pied du sapin.

 

Gratisséo

Sans tambours ni trompettes, le tramway de Toulouse a repoussé son terminus de la gare des Arènes au palais de Justice le 20 décembre dernier. Ni discours, ni fanfares ou petits-fours. Contrairement à l’inauguration de novembre 2010, repoussée au 10 décembre en raison d’une grève des traminots de Tisséo, l’extension de 3.400 mètres de l’unique ligne de tram de l’agglomération s’est effectuée en toute discrétion. Du vendredi au dimanche, 66. 772 passagers ont emprunté les rames selon les chiffres de Tisséo. La régie des transports de l’agglomération offrait des tickets gratuits pour l’occasion.

Sellin dénonce « la répression syndicale »

Jean-Christophe Sellin aussi. Le candidat du Parti de Gauche et ses amis en ont profité pour rappeler la mesure-phare de leur programme en distribuant de leur coté des tracts en forme de tickets « Gratisséo ». Avec Myriam Martin, sa colistière issue des rangs du NPA, ils dénoncent au passage « la répression syndicale » qui aurait dissuadé les employés de Tisséo de suivre le préavis de grève déposé de longue date par les syndicats Sud et Force Ouvrière. Ancien cheminot CGT et co-listier (PCF) de Pierre Cohen, Bernard Marquié justifie au contraire la plainte déposée contre l’opération-commando qui avait bloqué le premier essai du tram, assortie de pénalités financières en cas de récidives.

tram « socialiste » contre métro « centriste » : le match retour de 1883

L’extrême-gauche n’est pas la seule à avoir tenté de mettre des bâtons dans les roues du tram. Jean-Luc Moudenc a saisi l’occasion du passage très symbolique des rames sur la rive droite de la Garonne pour siffler un brutal coup d’arrêt au tramway. Le candidat de l’UMP a dégainé un projet de troisième ligne de métro pour desservir à la fois les usines d’Airbus, l’aéroport de Toulouse-Blagnac, la gare Matabiau, le futur aérocampus de Montaudran et les bureaux de Labège. Baptisée ligne « Aérospace », ce nouveau métro de 20 kilomètres viendrait se substituer au prolongement de la ligne B qui a fait couler tant d’encre entre la communauté urbaine de Toulouse-métropole et la communauté d’agglomération du Sicoval. Si Ramonville resterait un terminus du métro, le tram n’ira pas plus loin que le carrefour saint-Michel à Toulouse. Après avoir enrôlé sur sa liste Frédéric Brasilès, le photographe des allées Jules Guesde qui a livré bataille contre le passage des rails du tram devant sa boutique, l’ancien maire entend porter un coup fatal à la « ligne canal » défendue par Pierre Cohen. On s’attendait au match retour Cohen/Moudenc, nous voila replongé dans le combat de 1983 entre le tramway « socialiste » de Gérard Bapt et le métro « centriste » de Dominique Baudis !

Plancade : Toulouse n’est pas une ville pour le tramway

La paternité de l’annonce surprise de cette nouvelle ligne de métro, non inscrite au plan des déplacements urbains (PDU) à l’horizon 2030, a aussitôt été contestée par Jean-Pierre Plancade. Le sénateur PRG dissident, qui entend bien s’immiscer en « candidat libre » dans le duel annoncé entre le PS et l’UMP, accuse l’équipe Moudenc d’avoir vulgairement copié le projet d’un étudiant de l’institut d’études politiques de Toulouse (pdf). Théâtral, il propose même de donner le nom du jeune Maxime Lafarge à l’une des stations du futur métro. Sur le fond, Jean-Pierre Plancade s’approprie à son tour le choix des rames de métro plutôt que du tram. « Toulouse n’est pas une ville faite pour le tramway », affirme l’ancien président du syndicat mixte des transports en commun. Démis de ses fonctions pour avoir soutenu la délégation de service public à une filiale de Véolia alors que le président (PS) du département donnait raison aux élus écologistes et communistes prônant la régie des transports publics, le conseiller général de Bonnefoy promet « d’autres propositions qui paraîtront exagérées pour certains » dès janvier.

Plein la hotte

Il est vrai que l’extrême variété des projets proposés par les différent(e)s candidat(e)s pour résoudre les problèmes de transports dans l’agglomération commencent à ressembler aux listes envoyés par les enfants au père Noël. Christine de Veyrac (UDI) propose d’ériger un « tram aérien » le long du canal pour desservir Matabiau avec des cabines de téléphérique similaires à celles promises en 2017 pour grimper à Pech David par un Pierre Cohen, inattendu disciple de Philippe Douste-Blazy sur ce sujet. Elisabeth Beleaubre, qui a quitté les Verts pour rejoindre Corinne Lepage, espère faire acheter les « microbus » qu’elle a vu à Cuba par centaines dans l’entre-deux tours au maire sortant… N’en jetez plus, la hotte est pleine.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sondage municipales de Toulouse : des résultats prévisibles qui condamnent Moudenc ?

Sondage municipales de Toulouse : des résultats prévisibles qui condamnent Moudenc ? | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Ce dimanche, un sondage du jdd a rassuré la gauche toulousaine. En effet, si Pierre Cohen et Jean Luc Moudenc sont au coude à coude au premier tour, le candidat socialiste s’envole littéralement au second. Une étude qui peut paraître surprenante compte tenu du contexte national mais qui est en réalité un simple miroir des grandes villes françaises.

A moins de 5 mois du premier tour des élections municipales de mars prochain, un nouveau sondage, sorti ce dimanche, place Pierre Cohen largement en tête au second tour. Etanche au contexte national, fortement défavorable au parti socialiste, le maire sortant ne perdrait même que 4% au premier tour par rapport à sa liste d’union de 2008. Des résultats qui peuvent paraître étonnants à première vue mais qui étaient en réalité tout à fait prévisibles. En effet, selon un sondage publié début octobre, 57% des français affirment que le bilan de la municipalité comptera « beaucoup » dans leur vote. « On sent de l’intérêt, les gens que l’on rencontre posent des questions et ont un avis sur la réalité de notre bilan. Ce qui est sûr, c’est que l’on a rencontré peu de gens qui pensent que Toulouse est restée à l’arrêt comme je l’entends dire chez certaines personnes de l’opposition » déclarait le directeur de campagne de Pierre Cohen il y a quelque jour dans nos colonnes. Les nombreux travaux qui ont paralysé Toulouse ces derniers mois ne semblent donc pas avoir d’incidence sur la popularité du candidat Cohen qui se place dans le sillage d’Anne Hidalgo à Paris et Gérard Colomb à Lyon (tous deux de gauche et donnés gagnants par les sondages). Une nouvelle étude qui doit réjouir le maire sortant mais qui doit surtout inquiéter son adversaire UMP.

L’Union pour sauver Moudenc ?

« On sent un discours anti-Cohen comme il y avait un discours anti-Sarkozy » déclarait la semaine passée sur Toulouse Infos, Jean Jacques Bolzan, allié de Jean Luc Moudenc. Une affirmation que démonte ce sondage qui est bien plus inquiétant qui ne le parait pour le candidat UMP. En effet, alors qu’en 2008 Jean Luc Moudenc avait rassemblé 42,60% des voix au premier tour avec un MoDem à 5,9%, il n’obtient que 35% des suffrages avec une UDI à 3%. La différence ? Un FN fort qui atteint la barre des 10% et qui, en se maintenant au second tour, ôterait les minces espoirs d’un camp Moudenc, qui a réagi avec un zeste de mauvaise foi. « La victoire est possible, comme le montre le score du maire sortant, très inférieur aux 62,5% recueillis l’an dernier par François Hollande. Pour cela, les sondés nous adressent un message : l’union de l’opposition doit être faite dès le premier tour ». Une Union qui peut créer la dynamique mais qui ne résout pas le problème du FN..

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Municipales : Comment Jean-Luc Moudenc se positionne face au FN

Municipales : Comment Jean-Luc Moudenc se positionne face au FN | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Jean-Luc Moudenc

 

Les propos tenus par François Fillon vendredi 13 septembre font des vagues au sein de l’UMP. L’ancien Premier ministre a confirmé qu’en cas de duel PS-FN au second tour des municipales, il rejette l’idée d’un front républicain, et appelle à voter "pour le moins sectaire". Le candidat UMP au Capitole Jean-Luc Moudenc est clair : "François Fillon aurait mieux fait de se taire." Il a par ailleurs invité le président de l’UMP Jean-François Copé à Toulouse mercredi soir.

 

Les propos de François Fillon sur le Front national continuent de créer une ligne de fracture au sein de l'UMP. Alors que la posture de l’ancien Premier ministre est fustigée par Jean Pierre Raffarin, Luc Chatel, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, ou encore Alain Juppé, Jean-Luc Moudenc prend lui aussi ses distances avec François Fillon. "Les propos de François Fillon sont suicidaires pour l’UMP. Parler sans cesse du FN donne l’impression que tout tourne autour du FN", estime le candidat UMP à la mairie de Toulouse. "François Fillon aurait mieux fait de se taire", regrette-t-il. Pour rappel, vendredi à Nice, François Fillon, pourtant réputé modéré, a tendu la main aux électeurs FN et renvoyé une nouvelle fois dos à dos le PS et le FN en matière de "sectarisme".

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sondage : avantage à Cohen face à Moudenc

Sondage : avantage à Cohen face à Moudenc | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

A dix mois du prochain scrutin municipal des 9 et 16 mars 2014, l'enquête réalisée par BVA pour «La Dépêche du Midi» (1) révèle une élection encore incertaine à Toulouse, et un rapport de force politique très serré qui, au final, tourneraient cependant à l'avantage de Pierre Cohen. Dans le cadre d'un duel de second tour face à Jean-Luc Moudenc, le maire socialiste sortant est crédité de 52 % d'intentions de vote, contre 48 % pour son adversaire UMP auquel il a ravi le Capitole en 2008.

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Législatives : Jean-Luc Moudenc et l'UMP décrochent la 3e circonscription, les 9 autres vont au PS en Haute-Garonne. Réactions et analyse

Législatives : Jean-Luc Moudenc et l'UMP décrochent la 3e circonscription, les 9 autres vont au PS en Haute-Garonne. Réactions et analyse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le grand chelem annoncé par de nombreux représentants de la gauche n'aura finalement pas eu lieu. Le PS rafle facilement 9 circonscriptions de Haute-Garonne mais la 3e, celle dont le résultat était attendu comme le plus serré, bascule à droite. Le chef de file de l'UMP31, Jean-Luc Moudenc, y devance de 350 voix François Simon (EELV - PS). Un parfait tremplin pour les municipales toulousaines ? Dans les autres départements, Brigitte Barèges, Gérard Trémège et Bernard Carayon sont battus.

 

more...
No comment yet.