Fermeture de la Librairie Castéla : une page se tourne | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Créée en 1917 par Madame Castéla, la librairie phare de la place du Capitole est dirigée depuis quarante-cinq ans par la famille Blanc.

Elle fermera en février 2012.

Même si Georges Blanc, 60 ans, à la tête de la librairie Castéla, place du Capitole, veut encore y croire, les dés sont jetés : Castéla tirera le rideau en février 2012, signant ainsi la fin d'une saga familiale. Pourtant, la voix un peu étranglée, Georges Blanc précise : « Il n'y a pas de vente sur le fonds de commerce de Castéla. Il y a simplement un contentieux entre le locataire et le propriétaire de l'immeuble qui a l'intention d'exercer son droit d'éviction. La décision finale devrait se prendre très prochainement. Cette situation touche malheureusement beaucoup de commerces en centre ville ».

 

La librairie Castéla est une enseigne emblématique de Toulouse. De simple librairie de quartier fondée en 1917 par Madame Castéla, elle est devenue au fil des années, une façade phare de la culture étirée sur 1 800 m2 vouée à la littérature, aux manuels scolaires et universitaires. Sans oublier une boutique dédiée à l'écriture. Une enseigne inscrite dans le peloton de tête des librairies de l'Hexagone et l'une des plus importantes sur la ville. Une trentaine de salariés travaille chez Castéla : « C'est à eux que je pense en ce moment », ajoute Georges Blanc. Lundi 21 novembre, la direction doit réunir le personnel auquel elle présentera son plan de reclassement.

Affaire de famille

Georges Blanc le dit : « On n'arrive pas dans le livre par hasard. De par mes antécédents familiaux, la culture des livres était presque le chemin obligé ». C'est ainsi que depuis quarante-cinq ans, Georges Blanc tient les rênes de cette enseigne. Avec son frère jusqu'en 2004. Et Thomas, son neveu et sa fille Caroline, en charge de la boutique papeterie.

 

LOYER EXORBITANT

 

De la probable ouverture d'une enseigne France Telecom (sous enseigne Orange) qui pourrait faire de l'emplacement la plus grande agence de téléphonie de France, Georges Blanc ne dit rien : « Je ne connais pas leur projet. Le propriétaire décidera de la fonction du local. Ce qui m'intéresse, c'est ce sur quoi je peux agir. Et avec un loyer actuel de 200 000 € déjà énorme, je n'ose penser au prochain avec les travaux gigantesques à effectuer pour mettre un tel bâtiment aux normes, notamment pour les personnes à mobilité réduite. Il n'y a aucune possibilité pour nous de pouvoir le répercuter ». Mais il l'avoue : « Tout cela n'est pas une excellente nouvelle. On a tous mis beaucoup d'énergie dans cette librairie pour en faire ce qu'elle est aujourd'hui ». Il ajoute : « La même chose est arrivée il y a plusieurs années à Mon Caf' avec Séphora. C'est malheureusement le sort de beaucoup de commerces indépendants en centre-ville ».

 

La mairie : "Une mauvaise nouvelle"

 

Jointe par téléphone sur le dossier Castéla, Isabelle Hardy, adjointe au maire chargée du commerce et de l'artisanat, a déclaré son embarras « à s'exprimer sur cette affaire privée toujours en discussion. Malgré tout, poursuit-elle, si cette transaction devait aboutir à la disparition de Castéla, institution et élément du patrimoine de la ville, ce serait une nouvelle navrante. Hélas !, la ville n'a pas de moyen d'action dans cette affaire puisqu'il n'y a pas de transaction immobilière diffusée publiquement. En clair, la mairie ne peut pas préempter ce bâtiment et appliquer les règles du périmètre de sauvegarde que nous avons déterminé en centre-ville. Mais nous restons attentifs à ce dossier », a conclu l'élue.