Toulouse La Ville...
Follow
Find tag "Innovation"
54.4K views | +12 today
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Businova le bus du futur de Safra sera testé à Toulouse

Businova le bus du futur de Safra sera testé à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

Objectif News :

 

Lors des Rencontres nationales du transport public à Strasbourg, Safra a présenté officiellement Businova, un véhicule innovant en termes d’environnement, de technologie et de design. Ce bus sera expérimenté sur le réseau toulousain dès l’année prochaine.

Vincent Lemaire, président de la société albigeoise Safra, a fait monter la pression ces derniers mois en annonçant la création d’un prototype de bus qui « défraiera la chronique ». Ce dernier a été officiellement présenté lors des Rencontres nationales du transport public à Strasbourg le 12 octobre dernier. Baptisé Businova, il s’agit du « premier bus multi-hybride à châssis bi-modulaire », réalisé en partenariat avec R&D Industries. Le véhicule a été conçu autour de deux innovations : « Il s’agit d’un bus de nouvelle génération, original tant par son architecture et son design que par ses performances environnementales », souligne Vincent Lemaire.

Au niveau technologique, Businova possède un système de propulsion multi-hybride : un moteur électrique fonctionnant sur un pack batteries, un moteur hydraulique qui se met en marche lors du démarrage et un système de récupération d’énergie cinétique lors des phases de freinage. Ces innovations techniques doivent réduire les émissions polluantes et la consommation de carburant par rapport aux bus thermiques, électriques ou hybrides. Safra annonce ainsi « une consommation inférieure à 15 l/100 km ».

Le bus, long de 10 mètres et haut de 2,5 m, présente aussi une architecture innovante, basée sur la séparation des deux modules articulés formant le châssis. Un « module passagers » d’une capacité maximale de 90 places (dont 15 assises) et un « module énergétique ». Celui-ci est situé sous l’essieu arrière et permet, selon Safra, une meilleure insonorisation et l’absence de vibration.
Ce projet a été financé en partie sur fonds propres, avec le soutien d’Oséo et du Centre d’affaires de la Caisse d’Épargne. Businova sera testé en 2012 sur le réseau Tisséo de l’agglomération toulousaine.

Safra, spécialiste des matériels de transports urbains, a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros. L’entreprise a notamment rénové le métro de Toulouse.

Paul Périé

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La plaque de rue intelligente pour innover encore à Toulouse

La plaque de rue intelligente pour innover encore à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
: Ladépêche.fr :

17 innovations ont déjà été lancées par la mairie de Toulouse. Dernière en date, une plaque de rue intelligente qui a été présentée, hier [le 1° juin 2011], sur la place de la Légion d'honneur.

C'est un petit écran sur lequel défilent des caractères jaunes et épais. Un écran intelligent développé par Sud logistique événement (SLE) pour le compte de la mairie.

Hier, sur la place de la Légion d'honneur à Toulouse, Alexandre Marciel, adjoint au maire en charge de l'innovation, a présenté, avec le patron de SLE, cet appareil dernier cri. « Cet outil permettra d'informer en temps réel les utilisateurs d'une rue, d'une place », explique Alexandre Marciel. L'écran LCD, doté d'un système GPRS qui peut se piloter par le WIFI est, selon le fabriquant, d'une « conception simple et robuste ». Dans la rue, il permettra aux habitants de savoir quand est passé le camion poubelle ou le dernier coup de nettoyeur haute pression. Un petit engin qu'Alexandre Marciel a immédiatement présenté à deux pontes de l'innovation tout droit venus de Paris. François Moreau, en charge de la politique de l'innovation à la mairie de Paris et Jean-François Galloüin, directeur général de Paris Régional Lab. Une association qui fait l'interface entre la mairie, les hôpitaux, la RATP et de très nombreuses structures où des idées fourmillent. Jean-François Galloüin ironise : « Nous sommes des courtiers de l'innovation ». Alexandre Marciel estime : « C'est exactement ce qu'il nous manque à Toulouse ». Sans cette structure associative, la ville a déjà lancé 17 innovations.

Les autres innovations de la Ville rose
Au rayon des innovations, Toulouse est loin d'être à la traîne.

Géolocalisation des places. En avril dernier, la ville lançait, dans le quartier des Chalets, un système de géolocalisation des places de stationnement. Développé par la société Lyberta, ce système, qui fonctionne avec des ondes radio, reconnaît si une place est libre ou occupée. Toutes les sondes sont reliées les unes aux autres. On peut donc déterminer en temps réel le nombre de places disponibles dans une rue ou un quartier. Au bout de la chaîne, l'automobiliste reçoit l'information sur son téléphone portable. En cours de test, ces 140 sondes de Statio-Lib, enterrées dans trois rues des Chalets, devraient permettre de connaître également comment sont utilisées les places, par qui, à quels moments.

Lampadaires économes. Des radars intégrés à la centaine de lampadaires, disséminés en ville, détectent la présence de piétons. Ils permettent de faire passer l'intensité lumineuse des lampadaires de 30 W à 70 W. « Mais sur 65 000 cela reste encore peu », assure un élu.

Dalles lumineuses. Un trottoir intelligent inventé par la société néerlandaise Jaap Van der Braak a été installé rue François-Mitterrand. Équipé de microcapteurs, il recueille l'énergie des marcheurs. Les dalles reposent sur des vérins pour produire de l'énergie cinétique renvoyée sur une batterie. Les 30 watts qui sont produits en continu par les va-et-vient sont consommés aussitôt ou stockés en réserve grâce à une batterie.

repères
Le chiffre : 17
innovations > Depuis trois ans. Toulouse a mis en place pas moins de 17 innovations sur l'ensemble de la commune en tout juste trois ans. Dernière en date, une pastille à base d'huile pour « piéger les polluants de surface » dans la Garonne. Elle a été mise au point par la mairie de Toulouse et le laboratoire IMRCP (interactions moléculaires et réactions chimique et photochimique)
more...
No comment yet.
Suggested by Stephanie Lirand
Scoop.it!

Rue du futur : 12 innovations à suivre à Toulouse

Rue du futur : 12 innovations à suivre à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

 

ObjectifNews :

 

La Ville rose innove dans le domaine de la domotique urbaine, en collaboration avec des laboratoires de recherche et des entreprises locales. Focus sur 12 technologies qui préfigurent la rue de demain.

Dans les domaines de la voirie, de la propreté ou de l’éclairage urbain, Toulouse est en pointe. Au cours des trois dernières années, de nombreuses innovations ont été testées dans la ville. Des trottoirs producteurs d’énergie électrique aux plaques de rues communicantes sur les services rendus, en passant par la géolocalisation des places de parking : la plupart sortent de l’imagination d’Alexandre Marciel, adjoint au maire en charge de l’éclairage et de la logistique urbaine.

Aujourd’hui, douze projets allient développement durable et analyse des comportements urbains afin de répondre au mieux aux nouveaux besoins dans l’espace public. Des pilotes ont été lancés ailleurs qu'à Toulouse sur plusieurs innovations, un facteur important pour pérenniser l'emploi. Car pour mettre en Ĺ“uvre ces innovations technologiques, les laboratoires de l’Institut National Polytechnique (INP), de l’Université Paul Sabatier (UPS), du CNRS ou du CNES avec des PME de la Ville rose et de la Région ont été associés aux projets. Certaines entreprises se sont même développées autour d’un de ces projets. C’est le cas de la société Lyberta, qui emploie une douzaine d’employés et travaille sur la géolocalisation non-satellitaire des places de parking. Au delà des bénéfices apportés à la collectivité, la lecture économique du projet est déterminante.

Autre point important, toutes ces innovations sont respectueuses de l’environnement au sens sanitaire et économie d’énergie. Les lampadaires à détection de présence permettent une économie d’électricité conséquente. Même au niveau des produits de nettoyage, l’ensemble des composants utilisés sont écologiques et mettent en avant la chimie verte. Et pour aller plus loin que les différents tests réalisés dans les rues de Toulouse, Alexandre Marciel ambitionne de créer un cluster autour de la domotique urbaine et rêve d’une rue pilote qui regrouperait l’ensemble des innovations. Une rue où l’électricité qui alimente les lampadaires serait fournie par des trottoirs producteurs d’énergie équipés de dalles podo-électriques… Une rue du futur.

Les 12 innovations à suivre

Statio lib
Pourquoi ? réduire la pollution urbaine automobile dont 60 % est due à la recherche de stationnement, via un système de géolocalisation de places de parking déjà testée dans la ville. Le quartier des Chalets possède plusieurs places équipées de capteurs.
Comment ? grâce à une technologie utilisée dans la recherche spatiale, le conducteur verra les places disponibles sur son téléphone portable.
Qui ? la start-up Lyberta, créée autour du projet ; la direction des programmes et de la stratégie du CNES

Degom’
Pourquoi ? améliorer la propreté de la ville avec un nouveau dispositif de nettoyage des chewing-gums et des traces sur les trottoirs. Testé à Jean-Jaurès et Saint-Aubin notamment, les résultats sont significatifs.
Comment ? en utilisant un produit issu de la chimie verte qui assure un nettoyage de qualité et une protection contre les tâches.
Qui ? le Laboratoire de chimie agro-industrielle (LCA) de l’Ensiacet et l’entreprise Dalta, basée dans le Tarn-et-Garonne.

Zapette
Pourquoi ? réduire les délais d’intervention des services qui gèrent la propreté des rues. Ce projet a reçu le prix de l’innovation à l’Assemblée Nationale le 6 juillet dernier. Il permet aux 300 agents « cyber-nettoyeurs » de signaler encombrants, tags ou autres dégradations.
Comment ? grâce à une zapette qui permet de localiser et de photographier toutes dégradations en temps réel.
Qui ? la société SQLI de conseil et technologie Internet basée à Toulouse.

Propec
Pourquoi ? améliorer la propreté de la ville en amenant les chiens à faire leurs déjections dans les espaces dédiés. Testé en laboratoire, le projet doit l’être aujourd’hui dans l’espace public.
Comment ? en utilisant un produit vert attractif pour le chien, mélange de phéromones et d’odeurs de nourriture.
Qui ? le LCA et l’entreprise Agronutrition, basée à Carbonne, en partenariat avec l’École vétérinaire de Paris.

Info City
Pourquoi ? améliorer la communication pour mettre en valeur la qualité des services (nettoyage…). Par exemple, informer en temps réel du dernier passage de la balayeuse. Testé en centre-ville de Toulouse, le projet n’est pas encore entré en application.
Comment ? une plaque de rue intelligente équipée d’un écran à LED, donc à faible consommation.
Qui ? l’ENSEEIHT et l’entreprise SLE.

Trotelec
Pourquoi ? récupérer l’énergie produite par l’activité de la ville. Marchez sur les dalles au sol et produisez de l’électricité ! Testé l’an dernier sur les allées Roosevelt, ce système suscite l’intérêt des politiques et de nombreuses villes dans le monde. Doit être rendu plus résistant, des améliorations doivent aussi être apportées sur le générateur.
Comment ? en utilisant des dalles podo-électriques qui transforment l’énergie mécanique des passants en énergie électrique alimentant des lampadaires.
Qui ? l’ENSEEIHT et l’entreprise Viha Concept.

Sensitive Lamp
Pourquoi ? éclairer mieux en consommant moins, avec 80 à 90 % d’économie annoncée. Ce produit déjà commercialisé depuis décembre détecte la présence de piétons. Un travail d’amélioration est mené sur la détection des formes.
Comment ? en utilisant des lampadaires de rue à LED avec détection de présence et veille continue.
Qui ? le laboratoire Laplace de l’Université Paul Sabatier et des entreprises toulousaines sur la détection de forme.

Anti-tâches
Pourquoi ? améliorer la propreté des trottoirs de la ville. Ce revêtement de sol est testé à Toulouse, avec des pilotes à Arcachon et Paris notamment.
Comment ? en utilisant des lasures de protection issues de la chimie verte qui limitent l’incrustation des tâches et facilitent le nettoyage.
Qui ? le Laboratoire Matériaux et durabilité des constructions (LMDC) de l’Université Paul Sabatier et l’entreprise LR Vision basée à Castanet.

Bordures solaires
Pourquoi ? mieux éclairer les trottoirs en consommant moins, baliser les zones à risques. Le projet pourrait s’étendre aux obstacles sur la chaussée.
Comment ? en utilisant des bordures de rue fonctionnant à l’énergie solaire.
Qui ? le laboratoire Laplace.

Liant vert
Pourquoi ? lier la problématique du recyclage du papier et la fabrication des routes. Testé sur des échantillons, la résistance de ce liant vert pour asphalter les routes est pertinente.
Comment ? en utilisant un liant végétal à base de papier recyclé en lieu et place du bitume.
Qui ? le LCA de l’Ensiacet et le groupe Colas.

Hibernatus
Pourquoi ? réduire les accidents liés au verglas. Toujours à l’état de projet, test possible cet hiver à Toulouse.
Comment ? en plaçant des capteurs de verglas dans les couches de la route, activés à distance en période de grand froid.
Qui ? le Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS) du CNRS.

Captogel
Pourquoi ? caractériser et quantifier la pollution des eaux de pluie et de ruissellement. Expérimenté au niveau des avaloirs, ce projet pourrait à terme permettre de dépolluer l’eau se déversant dans la Garonne.
Comment ? grâce à un concentrateur de polluants, un organogel issu de l’huile de tournesol.
Qui ? le laboratoire des Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique (IMRCP) de l’Université Paul Sabatier.

Paul Périé

more...
No comment yet.